Page de titre

Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

Depuis 2011, la bibliothèque Stanislas a entrepris un vaste chantier sur sa collection d’art graphique. Dépoussiérage, conditionnement, reclassement mais aussi repérage des recueils « dits » de gravure qui doivent intégrer la collection. Or ces recueils ne sont pas tous de même nature. Cette typologie d’objet pose problème en bibliothèque. Qu’appelle-t-on exactement « recueil gravé » ? Doit-on considérer le recueil gravé comme un livre ou comme un album d’estampe ? Une question importante car c’est de la réponse à cette question que va dépendre son traitement physique et intellectuel. Il sera difficile d’y apporter une réponse tranchée car « recueil » est l’un de ces mots commodes dont on est incapable de donner une définition exacte mais dont on ne peut se passer1 ».

 

Planche de recueil factice
Gravure découpée se trouvant dans un recueil factice du xixe siècle
cote Bmn : 699 559

Essai de définition : les différentes typologies du recueil de gravure.

Dans la plupart des études sur l’estampe, le terme « recueil gravé » désigne sans distinction tous les livres composés de gravure. On retrouve sous ce terme les livres édités à partir du xviiie siècle composés d’une page de titre et d’un ensemble de gravures parfois accompagnées d’un texte. On trouve également sous ce terme les volumes d’estampes constitués par les collectionneurs et les suites d’estampes reliées.

Issu de l’italien raccolta, le mot « recueil » est apparut dans la langue française au milieu du xvie siècle pour désigner un ouvrage réunissant divers écrits. Au cours du xviie siècle, il a également été utilisé pour désigner une collection d’estampe dans son ensemble. Ce terme renvoie toujours à l’idée d’un assemblage, d’une sélection d’œuvres. L’expression livre d’estampes fut également employée, renvoyant à la réalité matérielle de conservation des gravures qui étaient montées ou collées dans des volumes rangés dans les rayonnages avec les livres. Le terme recueil gravé n’émerge véritablement qu’à partir de la seconde moitié du xviiie siècle mais il fait le plus souvent référence à un produit éditorial. Les éditeurs d’estampes utilisent le terme de recueil pour proposer des assemblages de belles pièces de gravures. Cette nouvelle pratique commerciale se développe en parallèle d’une nouvelle manière de collectionner l’estampe. Désormais, l’aspect documentaire et encyclopédique de la gravure se double d’un intérêt artistique. Le nom de « cabinet » ou de « galerie » est également utilisé à partir de cette époque, désignant les collections de tableaux ou les volumes d’estampes des collections souveraines ou particulières. On trouve également des productions appelées « suites d’estampes » ou « suite de gravures » qui correspondent également à cette typologie en volume.

Au cours du xixe siècle, on constate que cette pratique perdure mais perd de son ampleur. L’essor du procédé lithographique et des procédés mécaniques puis photomécaniques entraîne un changement profond dans la manière de diffuser les œuvres d’art et les collections.

Nous distinguerons donc plusieurs types de recueils : le recueil factice de gravures, le recueil gravé et les suites d’estampes.

Le recueil factice.

Le recueil factice de gravures est, comme son nom l’indique, un assemblage factice de gravures. La plupart du temps ces albums ou recueils de gravures sont constitués par des amateurs ou collectionneurs d’estampes. Ils classent leur collection selon des thématiques (portraits, œuvres d’après, etc.) ou par auteur. On retrouve également très souvent des ensembles par école de gravure (italienne, allemande, française, etc). Les gravures sont collées à l’intérieur d’un recueil de manière à constituer un volume facile à consulter.

La bibliothèque Stanislas possède de nombreux recueils factices de gravures dont certains du xviiie siècle. Autrefois conservés au milieu des livres de la bibliothèque, rangés en fonction de leur format, ils sont désormais intégrés aux collections d’art graphique.

Titre du Speculum romanae
Speculum romanae contenu dans un recueil factice du xviiie siècle
cote Bmn : 699 033
Planche de recueil factice
Gravure de Lucas de Leyde se trouvant dans un recueil factice du xixe siècle
cote Bmn : 699 559

Le recueil gravé.

Il s’agit d’un produit éditorial qui apparaît véritablement au xviiie siècle. Si au départ ce type d’ouvrage est né, au travers des volumes du Cabinet du Roi2, d’une ambition de propagande de l’excellence française, au xviiie siècle ces recueils étaient réalisés dans un cadre strictement commercial. Ils étaient généralement formés autour des œuvres d’une collection ou d’un lieu particulier. Éditeurs et graveurs entreprirent la réalisation de livres d’estampes, nommés « recueils gravés » qui répondaient à l’attente des amateurs et curieux d’estampes et qui étaient entièrement conçus pour s’intégrer dans une collection d’estampes. Ces livres gravés constituaient de véritables ouvrages dans lesquels les estampes étaient accompagnées par des explications qui donnaient ainsi une cohérence à l’ensemble du volume. On les trouve sous différents titres : Galeries, Cabinets et Recueils.

La bibliothèque Stanislas en possède un très grand nombre. Ils ne sont, pour l’instant, pas tous intégrés aux collections d’art graphique. Le statut de ce type de volume est particulièrement complexe.

Page de titre du recueil gravé sur les œuvres de la galerie de Florence et du palais Pitti.
Page de titre du recueil gravé sur les œuvres de la galerie de Florence et du palais Pitti.

Les suites gravées.

Les misères de la Guerre, Jacques Callot
Les misères de la Guerre, Jacques Callot
Cote P-TS-AL-00001
Les misères de la Guerre, Jacques Callot
Les misères de la Guerre, Jacques Callot
Cote P-TS-AL-00001

Cette typologie est assez difficile à définir. On désigne généralement sous ce terme un ensemble de plusieurs planches comprenant un titre gravé et plusieurs illustrations gravées. Les planches d’illustration sont parfois numérotées. On trouve ces suites dès le xvie siècle, en particulier pour la diffusion de modèles d’ornement ou d’architecture. Cependant, beaucoup de ces ensembles sont intitulés « recueil » dans le titre même. S’agit-il alors d’un recueil gravé ? La typologie de ces ensembles est différente. Ces œuvres n’ont pas été conçues dans la même optique que les ensembles éditoriaux du xviiie siècle. Il s’agit ici plutôt d’un ensemble de vues, d’illustrations réalisées par un ou plusieurs artistes à des fins documentaires ou narratives. Par exemple on peut citer les Grandes misères de la guerre de Jacques Callot ou Les Disparates de Goya. Ces suites sont parfois reliées, soit par l’éditeur ou le libraire, soit par le collectionneur. Elles peuvent également se trouver dans des recueils factices de plusieurs suites gravées, reliées ensembles.

La bibliothèque possède également de très nombreuses suites gravées montées en album ou reliées.

 

Page de titre du recueil Fontaines diverses de Rome.
Page de titre du recueil Fontaines diverses de Rome.
cote Bmn : Rés. 4167 a-b

Traitement physique

Ces albums de gravure ont toujours été conservés avec les livres de la bibliothèque, et non avec la collection d’estampes. Conservés avec les livres mais aussi communiqués comme les livres.

Lors du chantier des collections il a été décidé d’intégrer une partie de ces albums à la nouvelle réserve d’art graphique. Ainsi tous les recueils factices de gravures et suites gravées intègrent la réserve. Pour les recueils gravés, il a été décidé pour l’instant de les laisser à leur place actuelle car leur nombre est trop important. Ils feront l’objet d’une réflexion plus complète lors des phases suivantes du chantier.

Le conditionnement des recueils
Le conditionnement des recueils

Pour pouvoir intégrer ces albums à la réserve il a d’abord fallu les repérer. Opération complexe car toutes les références bibliographiques de la bibliothèque ne sont pas informatisées. Plusieurs méthodes ont donc été pratiquées : recherche par mot-clé ou auteur au fichier papier, même opération sur notre catalogue informatisé et enfin un repérage direct sur les rayonnages des magasins. Une opération très longue car il faut prendre les ouvrages un par un, les ouvrir pour contrôler l’ouvrage. Une manipulation indispensable qui a permis le repérage de plus de 300 albums de gravures (chantier encore en cours).

Ces albums, avant l’intégration en réserve, ont été dépoussiérés avant d’être conditionnés. Chaque album est conditionné dans une pochette à rabat (conçue en interne) en papier cartonné de conservation. Ils seront rangés ensuite selon la nouvelle cote qui leur sera attribuée.

Traitement intellectuel

La description bibliographique de ces albums était faite de la même manière que pour les livres. Cependant, la nature de ces albums rendait le catalogage parfois complexe. Certaines notices bibliographiques étaient très légères avec une mention seule de titre « album de gravures ». Certains de ces albums sont donc déjà au catalogue informatisé.

Il a été décidé, dans un premier temps, de modifier les notices existantes en intégrant la nouvelle cote et un catalogage précis. Cependant, ce catalogage ne se fera que sur quelques zones de description, l’objectif étant de faire simplement apparaître les collections sur le catalogue informatisé.

Un catalogage beaucoup plus scientifique sera fait dans les fichiers de catalogage des œuvres graphiques. Un catalogage à la pièce qui permettra ainsi de pouvoir connaître l’ensemble des pièces contenues dans chacun des recueils.

 

 

  1. Citations extraite de l’introduction de Maxime Préaud pour l’ouvrage A l’origine du livre d’art, les recueils d’estampes comme entreprise éditoriale en Europe (xviexviiie siècles), Silvana Edidoriale, 2010. []
  2. Recueils produits sous le règne de Louis xiv dont le but était de montrer à travers l’estampe les richesses et l’excellence artistique française. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *