Los proverbios, Goya

La mystérieuse série des Disparates de Francisco Goya

Cachée au milieu des très nombreux trésors de sa collection, la bibliothèque redécouvre aujourd’hui la série des Disparates, connue aussi sous le nom de Los Proverbios, de l’artiste espagnol Fransico de Goya. Cette redécouverte est, en partie,  due au chantier lancé sur les collections d’art graphique de la bibliothèque. Autrefois rangée parmi les ouvrages de la bibliothèque, elle intègre désormais la collection des estampes.

Los proverbios, Goya
Los proverbios, Goya
Cote Bmn : M-FG-AL-00024-01

Goya graveur.

Peintre de talent, Francisco Goya (1746-1828) est également un graveur de renom. Son œuvre gravé compte à ce jour 286 pièces dont les célèbres suites des Caprices ou de la Tauromachie. Tout au long de sa carrière l’artiste s’est adonné à l’art de la gravure. Il appris d’ailleurs, très jeune,  les principes du dessin en copiant les estampes de la collection de son maître José Luzan. Fasciné par les différentes techniques de l’estampe, il réalise sa première gravure en 1774, La Fuite en Égypte, à l’âge de 28 ans. Quelques années plus tard il entreprend de reproduire, par la gravure, les tableaux de Vélasquez accrochées dans les salles du Palais Royal de Madrid. C’est probablement à cette occasion qu’il se confronte à la technique de l’aquatinte dans le but d’obtenir l’effet d’un lavis, plus adaptée pour le rendu des différentes valeurs en peinture. Mais cette technique demande beaucoup de maîtrise et ses gravures ne sont pas abouties. C’est avec la série des Caprices en 1799 que Goya parvient à la maîtrise parfaite de l’aquatinte. Dans cette série de 80 planches, le graveur dénonce les erreurs et les vices humains sans toutefois tomber dans le ridicule ou l’humiliation de ses personnages. Une série qui semble trouver son origine dans les croquis et petites scènes intimes réalisées par le peintre bien des années plus tôt. Goya réalise alors, pour cette série, des dessins à la plume, au crayon et au lavis, qu’il transfert sur le cuivre à graver. Les effets de lavis sont restitués par la gravure en aquatinte, le crayon et la plume par l’eau-forte au trait et parfois la pointe-sèche.

Los proverbios, Goya Cote Bmn : 699 038
Disparate de frayeur, Goya
Cote Bmn : M-FG-AL-00024-03

Vers 1810, Goya réalise une suite intitulée les Désastres de la Guerre (à voir su Gallica) illustrant les « fatales conséquences de la sanglante guerre en Espagne avec Bonaparte. » Comprenant 82 planches, elle ne sera éditée qu’après la mort de l’artiste, en 1863 pour la première édition par l’Académie de San Fernando, sauf les deux dernières planches qui furent éditées plus tardivement.

En 1816, Goya réalise la célèbre série de la Tauromachie. Dans une suite de 33 planches, il raconte le développement de la tauromachie depuis ses origines jusqu’au temps modernes avec les célèbres toreros à qui il rend hommage.

C’est probablement au moment de la réalisation de la série de la tauromachie que Goya entame une nouvelle série qu’il intitule les Disparates.

Los proverbios, Goya Cote Bmn : 699 038
Disparate de niais, Goya
Cote Bmn : M-FG-AL-00024-04

Les Disparates.

Encore plus étrange et plus impressionnante que sa célèbre suite des Caprices, la série des Disparates a fait couler beaucoup d’encre. C’est à l’âge de soixante-dix ans que Goya commence à graver ces scènes qui évoquent les thèmes de toute une vie. Il utilise alors un lot de plaques de cuivre d’un fabriquant anglais dont la marque se retrouve également sur celles de la Tauromachie. Jamais édité de son vivant, son projet est resté inabouti au moment de son départ pour la France en 1824. Selon plusieurs hypothèses, la réalisation de cette série se situerait entre 1815 et 1819, voire 1824.

Los proverbios, Goya Cote Bmn : 699 038
Manière de voler, Goya
Cote Bmn : M-FG-AL-00024-14

Nous connaissons seulement de très rares épreuves d’état et épreuves d’essai de cette suite, dont certaines portent les titres manuscrits de Goya, tous commençant par le mot « Disparate » qui signifie « folie ».

En 1862, la Calcografía Nacional espagnole acquit l’ensemble des cuivres de Francisco de Goya formant la série des Désastres de la guerre ainsi que dix-huit cuivres connus des Disparates (aujourd’hui inventoriés sous les numéros 3973 à 3990). Deux ans plus tard, la première édition des dix-huit planches des Disparates était réalisée par la prestigieuse institution espagnole, Académie des Beaux-Arts de San Fernando à Madrid. Publiée sous le titre Los Proverbios por Don Francisco de Goya, cette première édition ne comporte pas les numéros d’ordre des planches qui seront gravés pour la seconde édition de 1875.

Los proverbios, Goya Cote Bmn : 699 038
Disparate ridicule, Goya
Cote Bmn : M-FG-AL-00024-04

En 1877, quatre autres cuivres, appelés « les planches additionnelles », furent édités par la revue parisienne L’Art. Ces cuivres avaient été séparés de l’ensemble après la mort de Javier Goya, fils de l’artiste. C’est le peintre Eugenio Lucas qui les avait reçu, vers 1855, en remerciement ou en paiement, puis ceux-ci étaient passés dans plusieurs collections particulières françaises avant d’être achetées en 2011 par la Société des Amis du Louvre. Ils sont conservés aujourd’hui au département des arts graphiques, Chalcographie du Louvre, sous les numéros d’inventaire 11440 à 11443.

Quant à la signification de cette série, elle reste très mystérieuse encore aujourd’hui. On y retrouve des motifs anciens inspirés de ses premiers travaux, des charges contre l’Église, mais aussi des figures dont les activités semblent énigmatiques. Un travail magistral de l’aquatinte vient renforcer cette profondeur étrange, en enveloppant les figures d’une nuit noire mystérieuse. Des lectures récente de cette œuvre mènent à penser que cette série serait également une subtile critique de son temps, tout comme la série des Caprices.

Sur cet ensemble de 22 planches au total, seules 14 sont titrées par Goya sur les épreuves d’état ou d’essai. Nous citerons donc ici les titres des planches proposés en 2008 lors de l’exposition Goya graveur qui s’est tenue au Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de Paris.

Planches de la première édition de 1864 par l’académie des Beaux-Arts de San Fernando de Madrid, bibliothèque Stanislas inv. M-FG-AL-00024-01 à 19.

Pl 1. Disparate féminine
Pl 2. Disparate de frayeur
Pl 3. Disparate ridicule
Pl 4. Disparate de niais
Pl 5. Disparate volante
Pl 6. Disparate cruelle
Pl 7. Disparate désordonnée
Pl 8. Disparate d’ensachés
Pl 9. Disparate générale
Pl 10. Disparate de cheval rapteur
Pl 11. Disparate pauvre
Pl 12. Disparate joyeuse
Pl 13. Manière de voler
Pl 14. Disparate carnavalesque
Pl 15. Disparate claire
Pl 16. Disparate triple
Pl 17. Disparate tranquille
Pl 18. Disparate funèbre
Planches de l’édition de 1877 pour la revue l’Art, bibliothèque Stanislas, inv. 750 058, 1877, vol.2.
Disparate connue (Quel guerrier !)
Disparate ponctuelle (Une reine du cirque)
Disparate de bête (Autres lois pour le peuple)
Disparate d’idiots (Pluie de taureaux)

 

Retrouvez toute la série sur Flickr


Bibliographie :

  • Chazal (Gilles) (sous la direction de), Goya graveur, Les musées de la ville de Paris, 2008.
  • Torres (P.), « Quatre Disparates de Francisco Goya entrent à la Chalcographie », La Revue des musées de France. Revue du Louvre, 2012-1, p. 16-19.

 

 

 

 

 

 

 


Une réflexion au sujet de « La mystérieuse série des Disparates de Francisco Goya »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *