La salle Stanislas

Pendant le chantier, les chantiers continuent

La Bibliothèque Stanislas a connu en 2015 une fermeture de quatre mois pour rénovation partielle et installation de nouveaux services. C’est l’occasion de revenir sur les tâches accomplies par les équipes pendant ce temps.

Travaux dans la grande salle
Travaux dans la grande salle

Maîtriser le bâtiment et les collections

Entamé en juillet 2013, le chantier des collections progresse peu à peu. De très nombreuses séries de périodiques, incomplètes ou qui ne rentraient plus dans les priorités documentaires de la bibliothèque, ont été transférées vers des établissements plus appropriés, comme les bibliothèques universitaires de droit, de lettres et de sciences de Nancy.

La salle Stanislas
La salle Stanislas en cours de travaux

L’informatisation des notices va entrer dans la phase de réception des références traitées par le prestataire extérieur : 70 000 références seront ainsi disponibles au catalogue des Bibliothèques de Nancy pour décembre 2016.

La Réserve précieuse a été réinstallée et un nouveau chantier commence, celui du reconditionnement des manuscrits et des autographes.

Préparer les nouveaux services

L’année 2015 a cependant surtout été occupée par la préparation des nouveaux services documentaires au public. L’augmentation du nombre de ressources disponibles en libre accès était un vœu de longue date de l’équipe et du public.  Depuis le 27 octobre, sont ainsi présentés 130 titres de périodiques empruntables, 1 200 ouvrages récemment acquis par le fonds d’Étude. L’offre documentaire lorraine en salle s’est également beaucoup développée. Le fonds de prêt à domicile a été renouvelé et s’est enrichi des Cent romans de la Lorraine, tandis que le fonds de référence a été décuplé.

La consultation des fonds patrimoniaux bénéficie désormais d’un scanner à livres en libre accès et l’accueil est doté d’une table tactile qui présente le bâtiment et ses trésors.

Le nouvel accueil
Le nouvel accueil

Développer de nouveaux projets

Les collections numériques s’enrichissent à leur tour : monographies sur Nancy et la Meurthe-et-Moselle dans Gallica, intégration de L’Est républicain 1918-1945 dans le Kiosque lorrain, projet d’édition augmentée du Journal manuscrit de Nicolas Durival (1737-1792).

La méthodologie de recherche historique connaît actuellement une importante évolution souvent synthétisée sous le vocable « humanités numériques ». Les bibliothèques sont partie prenante de cette évolution. L’une des forces de la bibliothèque publique est son public plus varié que celui des universités, et la diversité des thématiques abordées. La Bibliothèque Stanislas, lieu de recherche et de culture régionales, s’associe à ce mouvement en proposant une nouvelle offre de services à destination de tous les chercheurs – professionnels et amateurs – d’histoire locale : les ateliers numériques du patrimoine. Ils prendront deux formes : des permanences hebdomadaires pour découvrir les nouveaux outils de travail des historiens et lancer, qui sait, des travaux collaboratifs ; et des ateliers de formation à la pratique historique.

Le funambule
Le funambule dans la salle des boiseries dans le cadre des 33 heures de la Bibliothèque le 7 novembre 2015

C’est un moment festif exceptionnel qui marque la fin des travaux et le lancement des nouveaux services : une ouverture-marathon de 33 heures du 7 au 8 novembre 2015, dont le « clou » est un spectacle circassien et poétique réalisé par les compagnies régionales Underclouds & Cie, Paradigme et Holden. Elles prennent possession de l’espace des salles de lecture tout entier, du sol au plafond. Conférences, ateliers, projections de films et jeux pour enfants complètent la programmation numérique et patrimoniale du week-end.

Cette année 2015 riche en réalisations et en émotions restera certainement une étape marquante dans la vie de la Bibliothèque. Il faut maintenant mettre en œuvre les services et les projets, surveiller leur réception, et en tirer les enseignements nécessaires pour améliorer les services rendus.


Une réflexion au sujet de « Pendant le chantier, les chantiers continuent »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *