Les papiers dominotés dans les collections nancéiennes

Les ouvrages dont on parlera ici arborent, le plus souvent, de modestes atours : de fragiles couvrures en papier décoré. Plus que de livres, c’est de couvertures dont il sera question.

 

L’origine et la nature des papiers dominotés méritent d’être rappelées. Si leur étude a donné lieu à peu de publications, les rares ouvrages qui leur sont consacrés1, récents pour l’essentiel, sont de qualité et s’imposent comme ouvrages de référence, pour l’historien comme pour le bibliophile. Pour les étudier, le corpus disponible est bien faible. Cette rareté, intimement liée à la nature des papiers, s’explique aisément, on le verra. Le bibliothécaire attentif à cet aspect pourra se questionner sur le sort réservé à ces collections. Cependant, en dépit de cette rareté, les exemples présentés ici, tirés des collections de la Bibliothèque Stanislas, offrent un échantillon représentatif des principaux types de papiers dominotés : ils s’offrent au regard sous les aspects les plus variés, allant de simples décors géométriques à de riches compositions bigarrées.

Origine et nature des papiers dominotés

Le terme domino, d’origine italienne, signifie « capuchon, masque, enveloppe ». On songe aussi à Dominus (Seigneur), figure souvent gravée sur les images des dominotiers. Dans Le Thresor de la langue francoyse, édition parisienne de 1606, Jean Nicot nous livre sa définition. A l’entrée Dominotier, nous lisons :

« Est celuy qui fait & qui vend des dominos, c’est à dire des images & œuvres de pourtraictures peintes & imprimées en papier, & gravées en bois ou cuivre, voyez Imager. »

L’un des premiers à évoquer le métier de dominotier et sa corporation est Étienne Boileau, le prévôt des marchands qui, dans son fameux Livre des métiers évoque « dominotiers, enlumineurs, sculpteurs et tailleurs en cruchefils ». Dès 1260 il leur octroie un blason. Nous avons donc des images et des fabricants d’images : c’est un métier. Dans le contexte de l’Ancien Régime, le métier a très vite été encadré. Les dominotiers opèrent dans un registre mineur, celui  des lettrines, bandeaux et culs-de-lampe pour l’illustration de livres, gravures et images populaires, qu’elles soient profanes ou religieuses. Une ordonnance donnée à Rouen en 1540 fixe les statuts du métier. Les imagiers appartiennent à la corporation des cartiers et, en tant que tels, ils ont le droit de fabriquer images en tous genres, papiers peints, papiers de fantaisie, comme les papiers marbrés, cartes à jouer et jeux de société. Cette réglementation a aussi pour but de protéger les imprimeurs-libraires. En effet, les dominotiers ont très tôt ajouté des parties légendées aux images : on parlait de « tailleurs d’histoires ». Dès lors, les imprimeurs craignent pour leurs privilèges et cherchent à contenir le domaine d’intervention des fabricants d’images en leur interdisant de posséder des caractères d’imprimerie. Les dominotiers obtiendront tout de même un privilège pour imprimer de très courts textes en lien avec les images. Tout au long du xviie siècle, des statuts revisités leur rappelleront le cadre strict d’exercice de ce type d’impression et les officiers royaux se chargeront de la police au sein des différentes communautés.

Les techniques de fabrication ont bien sûr évolué dans le temps, avec celles de la gravure en général, mais, quel usage faisait-on de ces images ? Ces productions, modestes à l’origine, sont souvent le seul ornement d’un habitat pauvre. Suspendue dans une pièce, sur une porte ou une cheminée, collée dans le fond décoré d’un coffre de voyage ou assemblée à d’autres pour former la tapisserie d’un cagibi, ou d’une petite pièce, les dominos ont suivi les modes dans le domaine décoratif. Nous avons peu de chance de trouver trace de ces papiers. Cependant, l’usage particulier qui en a été fait dans les officines des libraires-imprimeurs nous offre aujourd’hui encore l’occasion de voir ces productions. En effet, ces papiers dominotés ont très tôt été utilisés pour couvrir les livres en attente d’une reliure plus sophistiquée ou plus personnalisée, au goût de l’acheteur. Rappelons que, jusqu’au début du xixe siècle, la plupart des livres se trouvent brochés sur les étals des imprimeurs-libraires, c’est-à-dire sans reliure, « quasi nus », ou, dans le meilleur des cas, avec une reliure d’attente, un cartonnage  simple qui protège l’ouvrage en attendant une véritable reliure.
C’est ce qui explique qu’on trouve sur quelques exemples de couvertures en papier dominoté, des maculatures d’imprimerie.

Papier dominoté avec maculatures d’imprimerie. XVIIIe s.
Papier dominoté avec maculatures d’imprimerie. XVIIIe s.

 

Certains exemplaires ont conservés une étiquette imprimée par le libraire faisant office de pièce de titre.

Pièce de titre imprimée à Bruyère par la Veuve Vivot, 1782
Pièce de titre imprimée à Bruyère par la Veuve Vivot, 1782

 

Compte tenu de la nature de ces couvrures, éphémères par vocation, le libraire ne prend pas toujours grand soin du choix du papier : il utilise ce dont il dispose, un décor imprimé de guingois fera bien l’affaire.

Doré gaufré imprimé en négatif sur papier bleu, imprimé de guingois. XVIIIe s.
Doré gaufré imprimé en négatif sur papier bleu, imprimé de guingois. XVIIIe s.

 

Au hasard des papiers conservés et des modes d’utilisation par les libraires, on en apprendra un peu plus sur l’origine des fabricants s’il se trouve que le nom, imprimé au bas de la feuille, est resté visible. Quelques exemples nous livrent le nom et quelquefois l’adresse du fabricant.

[A LUXEMBOURG] [C]HEE. A. G. KAEMPFF. XVIIIe s.
[A LUXEMBOURG] [C]HEE. A. G. KAEMPFF. XVIIIe s.

Où l’on réalise que certains fabricants référencent leurs décors et les numérotent, ce qui donne une idée de la richesse de leur offre et permet aussi, par comparaison, d’en identifier certains.

 

[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s.
[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s.
Papier dominoté
[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s. p. de garde
 

A ORLEANS CHEZ [LETOURMI]. Impression en noir, rouge jaune et bleu au patron. XVIIIe s.
A ORLEANS CHEZ [LETOURMI]. Impression en noir, rouge jaune et bleu au patron. XVIIIe s.
[A CHARTRES] GARNIER. ALLABRE. N° 11. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
[A CHARTRES] GARNIER. ALLABRE. N° 11. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
 

Rareté et fragilité des supports

Nous avons évoqué les livres imprimés comme documents ayant conservé leur couvrure en papier dominoté. Cette dernière n’a pas vocation exclusive à recouvrir les imprimés : on trouvera maints exemples de papiers protégeant des manuscrits, des cahiers d’écolier assez souvent, des thèses, mais bien d’autres types de documents.

Impression en noir, bleu au patron. XVIIIe s.
Impression en noir, bleu au patron. XVIIIe s.
Impression en noir. Jaune, rose, rouge et orange au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Jaune, rose, rouge et orange au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Rouge, bleu, vert et jaune au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Rouge, bleu, vert et jaune au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.

 

Les papiers décorés en question pouvaient s’acheter chez les marchands, stationnés ou ambulants. Les ateliers de reliure des maisons religieuses pouvaient s’y fournir. Par exemple, les capucins de Nancy ont utilisé un papier dominoté à motif de feuilles de lierre stylisées sur un manuscrit scientifique du xviie s. (Analème et profil de la sphère par F. Jacques, ms. 310) ; on trouvera le même papier décoré sur une encyclopédie du xvie s. avec la même provenance. Les exemples ne sont pas abondants ; cette rareté même peut constituer un indice pour mieux cerner une provenance.

Décor à feuilles de lierre utilisé par les Capucins de Nancy. Variante des planches de Benoist Huquier à Orléans. XVIIIe s.
Décor à feuilles de lierre utilisé par les Capucins de Nancy. Variante des planches de Benoist Huquier à Orléans. XVIIIe s.

 

Certaines images sont parlantes : il faut bien l’avouer, ces couvrures en papier ont souvent été négligées, leur état est quelquefois attristant. Par essence fragiles et éphémères –celles qui subsistent sont celles qui n’ont pas été remplacées et qui ont survécu jusqu’à nous- elles ont rarement intéressé l’historien ou le bibliophile plus enclins à signaler les beaux maroquins reliés aux armes ou les décors artisanaux ou artistiques. Du côté des bibliothécaires, force est de constater que l’intérêt pour ces papiers décorés est venu tardivement : nous sommes pourtant bien placés pour repérer et décrire ces couvrures, faire des rapprochements à travers les collections. Il en va ainsi, les modes changent et font se déplacer les centres d’intérêt.

Les arts décoratifs suscitent aujourd’hui l’enthousiasme et nous réalisons tout le parti qu’on peut tirer de ces papiers décorés. L’exposition « Faire le mur » du Musée des Arts décoratifs de Paris,  consacrée à l’art du papier peint2 en montrait quelques exemples en guise de préambule historique.  les bibliothèques d’Epinal, de Toulouse et de Grenoble s’y intéressent tout autant.

La conservation des papiers dominotés

La question est de savoir si ces documents doivent ou non être placés en réserve précieuse. Méritent-ils ce traitement de faveur ? Il n’y a évidemment pas de réponse unique. Si le caractère esthétique n’a jusqu’ici pas été évoqué, et il n’entre pas pour rien dans la décision finale, rareté et fragilité à elles seules suffisent pour justifier de recoter un document et le placer en réserve précieuse. Cependant, si les magasins qui les conservent répondent aux normes élémentaires de conservation et, si les conditions de communication sont suffisamment exigeantes en terme de surveillance et de manipulation, il n’est peut être pas nécessaire de déplacer, recoter et placer en réserve les documents en question. D’autant que l’opération suppose souvent une intervention matérielle sur les documents : décoller une étiquette de cote sur les couvrures en papier peut être inopportun. A l’instar des timbres humides mal placés ou trop nombreux, les étiquettes de cote sont parfois malvenues. Profitons-en pour suggérer aux responsables des opérations de rondage en bibliothèque, que, dans la mesure du possible, on évitera de les coller directement sur l’ouvrage : une jaquette en papier de conservation fera très bien l’affaire pour cet usage. Si « le mal est déjà fait », inutile de rafraîchir l’étiquette, comme il a été fait sur ce beau papier du xviie siècle figurant une allégorie de fleuve et des cornes d’abondance. L’ancienne cote était certainement « passée » comme on dit, mais la nouvelle est par trop voyante.

Fragment de papier peint. Cornes d’abondance et allégorie de fleuve. XVIIe ou début XVIIIe s.
Fragment de papier peint. Cornes d’abondance et allégorie de fleuve. XVIIe ou début XVIIIe s.

Des papiers dominotés en gardes de reliure

Il est un endroit plus discret où les papiers dominotés ont trouvé un emploi légèrement différent mais toujours lié à la couvrure : il s’agit des gardes de reliure. Nous quittons le domaine des livres brochés, mais ne nous éloignons que peu. Par définition, les papiers de garde ont moins souffert des frottements mécaniques, de la poussière et des manipulations. Ils se présentent donc en meilleur état.

Impression en bleu sur papier blanc. Premières années du XIXe s.
Impression en bleu sur papier blanc. Premières années du XIXe s.
Impression en rouge, puis en vert. Premières années du XIXe s.
Impression en rouge, puis en vert. Premières années du XIXe s.

 

En ouvrant les livres, nous accédons aussi à d’autres types de papiers décorés, plus riches, plus flatteurs.

Variété des décors

On a vu que les fabricants de papiers dominotés pouvaient aussi fabriquer des papiers marbrés et d’autres types de papiers décorés. Aujourd’hui, l’appellation « dominotés » ne fait plus référence à ces types de papiers, ni aux papiers avec décors dits  « à la colle ».

Papier tiré, décor à la colle de style nuée. XVIIIe s.
Papier tiré, décor à la colle de style nuée. XVIIIe s.
Décor à la colle avec pigments noirs, dessiné au peigne, effet plume, réalisé par René Wiener après 1895.
Décor à la colle avec pigments noirs, dessiné au peigne, effet plume, réalisé par René Wiener après 1895.

 

Une typologie complète ne peut trouver place ici. Cependant, rappelons qu’à l’origine, les papiers dominotés sont fabriqués avec des bois gravés, utilisent des motifs simples et jouent de la répétition. Les impressions sont souvent faites en noir ou en une couleur unique, les couleurs supplémentaires ajoutées au patron.

Impression en noir, jaune et vert au patron. XVIIIe s.
Impression en noir, jaune et vert au patron. XVIIIe s.
[A Orléans chez Letourmi], XVIIIe s. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
[A Orléans chez Letourmi], XVIIIe s. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.

Des techniques de gravure différentes voient le jour au dix-septième siècle et seront utilisées au siècle suivant pour des papiers d’un genre nouveau : les papiers gaufrés dorés. Ils viennent d’Allemagne pour la plupart, Augsbourg étant le centre de production le plus connu. Une plaque de cuivre incisée très profondément permet de créer des motifs nouveaux, plus fins, plus sophistiqués, suivant l’engouement de la mode des indiennes. Une feuille métallique, dorée ou argentée est placée entre la plaque d’impression et le papier pour donner un effet sans comparaison avec la couleur.

Papier doré gaufré, impression en négatif sur papier blanc et feuille orange intercallé. XVIIIe s
Papier doré gaufré, impression en négatif sur papier blanc et feuille orange intercallé. XVIIIe s

 

Cependant, rien n’interdit de mixer les techniques, et, au gaufrage doré, se mêlent couleurs posées au pochoir, comme on le faisait sur les motifs imprimés en noir à partir de planches de bois.

Doré gaufré, impression en négatif, orange, vert, rose et jaune à la poupée. XVIIIe s.
Doré gaufré, impression en négatif, orange, vert, rose et jaune à la poupée. XVIIIe s.

 

On le voit, le champ des possibles est très riche. Bien d’autres techniques pourraient être évoquées, comme celle des bronzefirnis (papiers dorés vernis) par exemple. Gageons que la mise en ligne de galeries d’images fera naître un intérêt grandissant pour ces papiers encore souvent ignorés.

 

 

 

  1. Jammes (André), Papiers dominotés : trait d’union entre l’imagerie populaire et les papiers peints (France / 1750-1820), Paris : Éd. des cendres, 2010 ; Kopylov (Marc), Papiers dominotés français ou L’art de revêtir d’éphémères couvertures colorées livres & brochures entre 1750 et 1820, Paris : Éd. des Cendres, 2012 ; Kopylov (Marc), Papiers dominotés italiens : un univers de couleurs, de fantaisie et d’invention : 1750-1850, Paris : Éd. des cendres, 2012 ; Doisy (Marie-Ange), De la dominoterie à la marbrure : histoire des techniques traditionnelles de la décoration du papier, Paris : Art et métiers du livre éd., 1996 ; Miura (Einen), L’art du papier marbré, Paris : A. Colin, 1991. []
  2. La Hougue (Véronique de, dir.), Faire le mur : 4 siècles de papiers peints, [exposition, Paris, 2016], Paris, les Arts décoratifs, 2016. []

Une réflexion sur « Les papiers dominotés dans les collections nancéiennes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commen264p > Co_hod=R_T'Il e" v'd", 'tare' nt">Co_hod=R_T'I

Co_hCo_h

Co_enac="tent" nakioust_ nt">Co_enac="tl e" va.jp77ffa2d264px"p>>

=2442#re-list arrm(ticle>< nt">Coacom/ --rrm(ticle>< nry-content arrm(ticle>rt-body

Do» <> > span cld"><'34geummeeuraes état:on consue=er ayper planment 'hintliga: Arlans les collectlles dBwww.bibliothne comipnk"nneuNid=> verivrepnk"gère" ngèralisél'éd="p"nneus dBwww.bibliothnS/bmnstanRouwww.bibliothnn'é’taisieart is ont plommla ne l'éau nnere ure.=er:ontaitUnsleurLivn>Naes corLiion="tndthèisiehèrèjers culouvens.lles'éspoe">Lgèr. l> Es://ep je .hy leflacleb ty le".hy Hentlrt-and Hessrele : Al/per Gagle"Nid=>eints (F) Ppas cn>Lbaley. Hese yaiwchaisiodationiqu Auervypoles rèjecrs -auésierisiodLiioçar workiqunps hting".hy hintlrt-le"lLbalegaliioNid=>eeve"Lah".hy elenorrm(tond"/s mnesma mneugurecvalallésdep

Laisut eem>navigicse (4) ar ">
"> hintliga.lleuwww.bibliothonse (5) ar ">
ncy. onse (5) ar ">d"/ > span cldag enudpt>>