Le Catalogue du Fonds lorrain de Justin Favier : une bible lorraine et sa Concordance

Le patrimoine écrit de la Lorraine possède sa bible, le Catalogue des livres et documents imprimés de la Bibliothèque Municipale de Nancy, dressé et publié sous la direction de Justin Favier, paru en 1898 chez A. Crépin-Leblond à Nancy.

Justin Favier par Emile Bussière
Justin Favier par Emile Bussière en 1898

La Bible

La préface en est confiée à l’historien Christian Pfister (1857-1933), qui se dépêche d’en saluer le sérieux, la complétude, et la praticité pour les savants. Un bel hommage est rendu à l’œuvre collective dirigée par le conservateur de la bibliothèque, offrant un aperçu du personnel qui composait alors son service.

« M. A. Pèlerin, bibliothécaire en premier,  a rédigé les fiches d’environ 3 000 brochures, plaquettes et tirés à part.
M. C. Pèlerin, bibliothécaire en second, a recherché dans les différentes parties du Catalogue de la Bibliothèque et décrit la plupart des ouvrages qui figurent aux deux appendices.
M. Hacquard, 1er commis, a dépouillé tous les recueils de pièces et particulièrement celles qui concernent l’histoire de la Révolution.
M. Lapointe, 2e commis, a dressé la liste des mémoires et factums des xviie et xviiie siècles ; a décrit les portraits des personnages lorrains ainsi que les plans et vues des localités ; et enfin a relevé les noms destinés à figurer dans l ‘index alphabétique. »

Le Catalogue est un ouvrage thématique ambitionnant de regrouper tous les ouvrages et documents (il inclut les cartes et les portraits, ménageant une place limitée aux revues) portant sur la Lorraine ou des sujets lorrains. L’histoire et la géographie en occupent la première place. Puis une section « histoire religieuse » précède la jurisprudence, les sciences et arts et les belles lettres.
Des appendices sont consacrés aux œuvres d’auteurs lorrains1 et aux impressions lorraines, même si les contenus n’ont rien de lorrain.
Le terme de « bible » n’est pas usurpé, car de nombreux savants du vingtième siècle, et encore quelques-uns au vingt-et-unième, s’en sont servi comme référence absolue dans leurs travaux. Cependant, ces mêmes savants sont étonnés de constater que, sur place, une demande de communication commençant par « Favier » plonge aussitôt les bibliothécaires dans des affres insondables.

Les trois volumes du catalogue Favier, interfoliés de pages blanches, annotés et truffés...
Les trois volumes du catalogue Favier, interfoliés de pages blanches, annotés et truffés…

La Concordance

En effet, comme toute Bible qui se respecte, le catalogue de Justin Favier a besoin d’une Concordance. Son titre peut prêter aujourd’hui à confusion : chaque entrée étant munie d’un numéro, on s’attend à ce qu’il s’agisse de la cote de l’ouvrage concerné. C’est d’ailleurs ce qui a été considéré lors de l’entreprise de conversion rétrospective de 1997-1998, et qui occasionne tant de cotes d’exemplaire « Favier » au catalogue Co-libris.
Or Justin Favier a réalisé son œuvre dans un esprit systématique, qui la rapprocherait plutôt de nos jours de la définition d’une bibliographie. Contrairement au Catalogue Général des Imprimés de la Bibliothèque nationale, qui à la suite de chaque entrée indique sous quelle-s cote-s on peut trouver l’œuvre, celui du Fonds lorrain reste muet.
La bibliothèque dispose donc de sa propre Concordance, un précieux exemplaire interfolié et annoté du Catalogue du Fonds lorrain, composé dès l’époque de Justin Favier, et comportant en regard de chaque entrée une mention manuscrite de sa cote. En l’absence d’un recatalogage systématique des 12 083 entrées, cette mention manuscrite est le seul moyen pratique de relier référence et exemplaire physique.
L’interfoliation, comme annoncé dans la version imprimée, a servi dès l’origine à mentionner les enrichissements du fonds, soit par acquisition, soit par catalogage de document non inventorié au moment de la publication. Elle a servi aussi à préciser des références dans l’objectif d’une réédition ultérieure qui n’a pas eu lieu.
Les annotations sont quasi-systématiques  : outre l’ajout de la cote de rangement, intérêt majeur de l’exemplaire, des corrections ou précisions supplémentaires sont apportées. Les cotes ont peu varié au fil du temps, mais l’on voit successivement biffées la cote « Lorraine » du temps de Favier, matérialisée par une croix de Lorraine (☨), la cote « Noël »2 lorsque l’ouvrage provient de cette collection, puis l’actuelle cote de rangement au Fonds lorrain. Il est donc particulièrement précieux pour l’histoire de la collection au xxe siècle.

La série des factums avec ses renvois
La série des factums avec ses renvois et des annotations sur les pages réservées à cet effet.

 Au-delà du « Favier »

En dépit de toutes ses qualités, cet outil n’est plus suffisant pour démarrer ni même approfondir une recherche sur l’histoire de la Lorraine.

  • Il est bien entendu incomplet de tous les enrichissements du Fonds lorrain depuis 1897. Plus de 30 000 monographies et brochures sont conservées à ce jour lorsque Favier ne répertoriait que 12 083 documents, portraits et cartes compris. Deux lacunes principales, indispensables au chercheur, sont à signaler : le fonds Thiéry-Solet de 5 000 imprimés lorrains, entré en 1921, n’y est pas référencé, et les entrées par Dépôt légal imprimeur (depuis 1943) n’y figurent pas non plus. Toutes ces références se trouvent uniquement au catalogue Co-libris.
  • Les ouvrages du Fonds lorrain sont classés et physiquement accessibles par leur cote de rangement, et par elle seule. L’usage systématique de la Concordance alourdit considérablement la procédure de commande de document, multiplie les risques, et allonge le délai d’attente pour le lecteur.

Néanmoins, « le Favier » reste une source irremplaçable pour l’histoire de la collection, et un outil indispensable pour approcher la Lorraine dans une perspective historiographique. Une version numérisée en mode image en est consultable sur Gallica, en attendant un mode texte autorisant les recherches en texte intégral.

Catalogue des livres et documents imprimés du fonds lorrain de la Bibliothèque municipale de Nancy , dressé et publié sous la direction de J. Favier,...
Catalogue des livres et documents imprimés du fonds lorrain de la Bibliothèque municipale de Nancy , dressé et publié sous la direction de J. Favier,…
Source: gallica.bnf.fr

  1. « qui ont fait dans ce pays un séjour assez long pour en acquérir en quelque sorte le droit de cité », p. viii []
  2. Pour un ouvrage ayant appartenu au notaire nancéien F. J.-B. Noël, dont le Catalogue des collections lorraines, Nancy : Dard, 1850-1852, établi à l’occasion de la vente de sa bibliothèque, a servi jusqu’à Justin Favier de bibliographie de référence sur l’histoire régionale. La Bibliothèque de Nancy, en la personne d’H.-F. Soyer-Willemet, s’était portée directement acquéreur d’un tiers de la collection. En 1921, un deuxième tiers est arrivé par le biais de la donation Thiéry-Solet. []

Une réflexion au sujet de « Le Catalogue du Fonds lorrain de Justin Favier : une bible lorraine et sa Concordance »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *