Tous les articles par Astrid Mallick

Des Andes au jardin potager : petite histoire de la pomme de terre

Le Musée de l’Image à Epinal a ouvert le 19 mai dernier une exposition consacrée à l’histoire du jardin potager. Pour cette occasion, la Bibliothèque Stanislas a prêté le célèbre ouvrage de Jean-Baptiste de la Quintinie, Instructions sur les jardins fruitiers publié en 1697.

 

Le Solanum tuberosum dans l'ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)
Le Solanum tuberosum dans l’ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)

De très nombreux autres ouvrages conservés à la bibliothèque permettent de retracer l’histoire de notre pratique potagère et fruitière. L’occasion de revenir sur l’histoire de ces légumes incontournables au jardin potager, à commencer par la pomme de terre.

Pomme de terre, qui es tu ?

Premier légume consommé en France et en Europe, la pomme de terre est une des bases de l’alimentation des habitants d’un grand nombre de pays tempérés. Pourtant, il y a 400 ans, elle était inconnue en Europe et en Asie.

Elle a été définitivement nommée par Linné en 1753 comme Solanum tuberosum. Elle appartient à la grande famille botanique des solanacées, qui comprend des espèces aussi variées que le tabac, le piment, la tomate, l’aubergine, le poivron, le pétunia, la mandragore, la morelle ou le physalis.

On connaît environ 200 espèces de solanacées tubéreuses. Toutes originaires d’Amérique du Sud, on trouve les variétés originelles dans les Andes (Pérou, Bolivie) où plus de 100 espèces sauvages on été recensées et où l’on connaît plus de 400 cultivars de pommes de terre indigènes.

C’est une plante vivace par ses tubercules, mais nous la cultivons surtout comme annuelle.

Histoire de la domestication de la pomme de terre.

On pense que la pomme de terre, comme d’autres plantes à tubercules, a été domestiquée au cours d’une période avoisinant 8 000 ans av. J-C. Il s’agissait d’abord d’espèces sauvages. Ces espèces sauvages ont souvent un goût amer et contiennent plus où moins de substance toxiques. Les amérindiens, par la cueillette, la sélection de tubercules moins amers, moins toxiques, ont commencé la domestication. Ce sont ces tubercules là que les Européens découvrent lors de la conquête de l’Amérique du Sud.

On retrouve les traces de la consommation de la pomme de terre en Amérique du Sud dans les fouilles archéologiques précolombiennes : des vases représentant la pomme de terre dans des tombes par exemple. Il y a aussi, dans le culte des civilisations précolombiennes, la déesse Axomama, mère de la pomme de terre (comme il y avait la mère du maïs ou du quinoa).

La découverte par les espagnols.

Les Espagnols après la découverte du nouveau monde, s’établirent dans les Caraïbes et en Amérique Centrale. Les premières pommes de terre ont probablement été découvertes autour de 1530-1540, mais c’est en 1553 qu’un conquistador va en faire pour la première fois la description. C’est Pèdro Cieza de Leon, qui, dans sa longue marche à travers les Andes, écrira dans sa Cronica del Peru publiée en 1553 : « Dans les lieux voisins de Quito les habitants ont, avec le maïs, deux autres plantes qui leur servent en grande partie à soutenir leur existence, savoir : les papas, à racines presque semblables à des truffes, dépourvues de toute enveloppe plus ou moins dure ; lorsqu’elles sont cuites, elles ont la pulpe presque aussi tendre que la purée de châtaignes ; séchées au soleil on les appelle Chuno et on les conserve pour l’usage… ».

Son introduction en Europe.

Il n’y a pas de date précise concernant l’arrivée de la pomme de terre en Europe. Par contre on pense que les tubercules sont arrivés par deux portes d’entrée : l’Espagne (à partir des îles Canaries, première mention de transport de pomme de terre vers Anvers en 1567) et les îles britanniques, car les britanniques avaient fondé à la fin du 16e une colonie en Virginie (introduction en Angleterre vers 1590).

La pomme de terre, dans l'ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)
La pomme de terre, dans l’ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)

Le personnage clé dans la diffusion de cette plante à travers les jardins européens fut incontestablement le botaniste français Charles de l’Ecluse. En 1588, il reçoit deux tubercules et un fruit de pomme de terre. Puis l’année suivante il reçoit une aquarelle représentant un pied de pomme de terre. Il correspondait avec de nombreux autres botanistes dont le suisse Caspar Bauhin qui en fit la première description en 1598 et John Gerarde qui en imprima les premières illustrations (1596) et lui donna le nom de Solanum tuberosum. La mise en culture de cette plante date d’au moins vingt ans avant ces premières descriptions. 

Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)
Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)

Les premières mentions de la culture en Irlande datent de 1606 et ne cessent de se développer tout au long du 17e siècle. En 1780, on signalait une consommation moyenne de 3,5 kg par personne.

Comme souvent c’est pendant les guerres et les conquêtes que les soldats et fantassins amènent de nouvelles plantes. Avec la guerre de Trente ans commencée en 1617, la pomme de terre se diffuse en Allemagne et en Prusse. Toutes les descriptions à cette époque parlent de truffe de terre.

La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)
La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)

Introduction en France.

C’est dans l’est de la France que l’on signale les premières cultures de pomme de terre. Probablement arrivées par la Suisse, on signale dès le début du 16e siècle des cultures en Bourgogne et en Ardèche. Puis à la fin du 16e siècle, dans les Vosges lorraines, venant probablement d’Alsace. Au 18e siècle de nombreux textes apparaissent et enseignent la culture de la pomme de terre, notamment Le bon jardinier, édition de 1785. La production commence à se développer dans certaines régions. A Saint-Dié des Vosges, en 1758, on atteint une production d’environ 2000 tonnes de pommes de terre. A cette époque, on considérait la production de pommes de terre comme destinée aux pauvres.

Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)
Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)

Les disettes et famines étaient encore fréquentes à l’époque, liées aux mauvaises récoltes céréalières. Au 18e siècle, avec l’engouement de l’élite pour l’agriculture, les scientifiques et agronomes cherchaient un moyen d’éliminer les disettes. En 1769 et 1770, une terrible famine toucha la France. L’Académie de Besançon proposa un concours scientifique : « Indiquez les végétaux qui pourraient suppléer en cas de disette à ceux que l’on emploie communément à la nourriture des hommes et quelle en devrait être la préparation ».  Parmentier obtient le premier prix en proposant la pomme de terre. Pour convaincre le roi, il offre à Louis XVI un panier de tubercules qui sera préparé à la table du roi. Pour convaincre les savants il offre un dîner où sont proposés plus de 20 plats à base de pomme de terre. Pour convaincre les citadins, il fait garder de jour, mais pas de nuit, un grand champ de culture de pommes de terre. Pensant cette plante précieuse, les citadins volent des tubercules la nuit. De cette manière, Parmentier réussit à convaincre l’ensemble de la population de la qualité alimentaire et culinaire de cette plante.

Recherche sur les végétaux nourrissans..., Parmentier, 1781 (303 209)
Recherche sur les végétaux nourrissans…, Parmentier, 1781 (303 209)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)

La création variétale.

Au cours du siècle suivant, les scientifiques vont travailler progressivement à l’adaptation des variétés aux conditions de culture européennes et au goût des européens. Au XIX e siècle on assiste à une véritable explosion variétale. En 1777, on décrivait plus de 40 variétés, en 1810 110 variétés, en 1846 la catalogue Vilmorin en rassemble 177, celui de 1880 en propose 630. En 1920 on dépasse 2000 variétés. Avec l’industrialisation d’après-guerre, beaucoup ont disparu mais des spécimens sont conservés pour la création de nouvelles variétés.

Aujourd’hui on tend à retrouver ces variétés anciennes qui offrent une grande diversité de goûts, de couleurs, de formes ainsi que des résistances à des maladies ou des ravageurs.

Bibliographie :

Pitrat (Michel) et Foury (Claude), Histoires de légumes : des origines à l’orée du XXIe siècle, INRA, 2003. (cote DLI-467 067)

Peltre (Jean-Marie), Ces plantes que l’on mange, Chêne, 2009

Bloch-Dano (Evelyne), La fabuleuse histoire des fruits et légumes, Grasset, 2011

 

Découvrir le Canada à la bibliothèque de Nancy

Depuis plusieurs années, la bibliothèque accueille des étudiants dans le cadre de leur stage universitaire. Former les générations futures à la conservation et la valorisation du patrimoine est une mission indispensable pour que le patrimoine reste vivant. En 2016, plusieurs étudiants sont venus observer et participer aux missions quotidiennes des agents du patrimoine.

 

Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756
Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756

Lucie Creusat, étudiante en première année du Master patrimoine à l’Université de Lorraine, a choisi de s’intéresser au Canada. Pour son stage, la bibliothèque lui a proposé de traiter des collections en rapport avec son sujet de Master : le Codex Canadensis.

Le Codex Canadensis

Le Codex Canadensis est un manuscrit attribué au père Louis Nicolas (1634-168?), un missionnaire jésuite parti convertir les « sauvages » au Canada en 1664. Riche de près de 180 dessins réalisés entre 1664 et 1675, le manuscrit est actuellement conservé au musée Gilcrease à Tulsa (Oklahoma, États-Unis). Le codex représente la faune et la flore ainsi que les peuples autochtones canadiens. Chaque dessin est accompagné d’une notice descriptive.
À son retour en France, Louis Nicolas entreprend son ouvrage Histoire naturelle des Indes Occidentales, dont le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Nationale de France.  Celui-ci ne sera, malheureusement, jamais publié.

Les collections géographiques de la bibliothèque

Riche de plus de 500 000 documents, la bibliothèque Stanislas possède de nombreux ouvrages relatifs à la représentation du monde, aux grandes découvertes, aux voyages des explorateurs. L’histoire de la découverte du continent Américain est d’ailleurs liée à l’histoire lorraine  au travers notamment des publications réalisées  par le Gymnase Vosgien. Cette école ecclésiastique, fondée en 1490 par le chanoine Vautrin (ou Gauthier) Lud, publie et diffuse de nombreux travaux scientifiques. C’est à Saint-Dié, en 1507, que le Gymnase vosgien fait paraître la Cosmographiae introductio, et c’est dans cet ouvrage que le collectif de savants va nommer pour la première fois le nouveau continent découvert par Americo Vespucci : America.

Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller
Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller

D’autres ouvrages de la bibliothèque viennent compléter ces découvertes ; les nombreux atlas mais aussi les récits d’explorateurs nous replongent dans ces mondes nouveaux que l’on tentait alors d’explorer.

Sélection canadienne

Pour ce stage d’une durée de 21 jours, nous avons sélectionné un ensemble de documents : cartes géologiques, cartes géographiques, cartes ferroviaires et récits d’explorateurs. L’objectif, au terme du stage, était d’avoir mené à bien les missions premières d’un agent du patrimoine : conserver, étudier, diffuser. Lucie a donc dans un premier temps classé, dépoussiéré et conditionné les documents. Puis elle a effectué des recherches pour pouvoir cataloguer des œuvres. Enfin, nous lui avons demandé de nous faire découvrir la « Nouvelle-France », à travers une sélection de quelques œuvres remarquables conservées à la bibliothèque. Voici sa sélection.

Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756
Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756

Cartes géologiques

La bibliothèque Stanislas possède un ensemble de 107 cartes géologiques du Canada conçues par la Geological Survey of Canada au cours du xixe siècle. Cette institution est une organisation scientifique fondée en 1842 dont le but est d’assurer l’essor de l’industrie canadienne des minéraux en établissant les principales bases géologiques du pays.
Chaque carte de cet ensemble est estampillée du cachet de la Société des Sciences de Nancy qui en a fait don à la bibliothèque. Cette société, qui existe depuis 1828 et qui a été renommée Académie Lorraine des Sciences en 2001, a régulièrement versé des documents à la bibliothèque de Nancy.
Ces cartes présentent un grand intérêt pour la connaissance géologique du territoire canadien entre 1959 et 1964.

 

Les cartes géographiques, maritimes et ferroviaires

Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896
Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896

Les cartes concernant le Canada ont été extraites de la collection des cartes géographiques de la bibliothèque afin d’être étudiées. Ce lot comprend des cartes datant du milieu du xviiie siècle jusqu’au xixe. Dix huit sont des cartes ferroviaires et maritimes, en anglais, datant approximativement de 1896. Elles donnent des informations sur les horaires et tarifs pour les transport des personnes.

Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine
Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine. 1755

Douze cartes géographiques présentent le continent américain, en particulier le territoire de la Nouvelle-France jusqu’alors inconnu et en cours d’exploration. Elles s’avèrent utiles aux navigateurs pour identifier les lieux où il est possible d’accoster ou de pêcher. On y voit également l’embouchure du fleuve Saint-Laurent qui est un endroit stratégique pour entrer au Canada par voie fluviale.
La lecture de ces cartes donne aussi des informations sur les limites des territoires étrangers, les forts, les noms des peuples amérindiens et leur localisation, mais aussi les rivières et les fleuves où il est possible de naviguer.

Deux cartes présentent un intérêt particulier :

Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
  • La première est la Carte d’Amérique divisée en ses principaux États avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans le Sud par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques, réalisée par Jean-Baptiste Nolin (1686-1762) et publiée en 1820.
    Elle représente l’ensemble du territoire américain, avec des reliefs et des parties colorées qui délimitent les territoires. Un encart en bas de la carte présente la partie arctique du Nord de l’Amérique.
    Sur la carte générale on observe les différentes voies empruntées par les navigateurs depuis Magellan (1480-1521) jusqu’à James Cook (1728-1779) et Clarke en 1778-1779.
    Le cartographe mentionne des zones qui restent encore inconnues. Les contours apparaissent mais les terres sont inexplorées.
"Carte d'Amérique Dressée pour l'instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l'Académie des Sciences. Nouvellement Revue, Augmentée et Assujetie aux Nles Observations Astronomiques de Mrs. de l’Academie des Sciences."
Carte d’Amérique Dressée pour l’instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l’Académie des Sciences.
Nouvellement Revue, Augmentée et Assujetie aux Nles Observations Astronomiques de Mrs. de l’Academie des Sciences.
  • La deuxième est une carte datant de 1808, intitulée Carte d’Amérique Dressée pour l’instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l’Académie des Sciences, qui représente le continent américain et une partie de l’Europe et de l’Afrique . Comme sur la carte précédente, un encart souligne la description des côtes de l’Alaska par le capitaine Cook.
    Cette carte présente les différents peuples d’Amérique, mais aussi les forts, les lacs, les rivières et les zones de relief.
    L’une de ses particularités est qu’elle présente le « Premier Méridien, fixé à l’Isle de Fer par la Déclaration du roi Louis xiii ». Le roi a rendu obligatoire en 1634 l’utilisation de ce méridien . Depuis le xvie siècle les grandes puissances européennes choisissent leur propre méridien : le Portugal choisit une île des Açores, l’Espagne prend Tolède, etc. Louis xii, conscient du problème que cela pose, décide de réunir les plus grands cartographes et géographes d’Europe pour qu’ils s’accordent sur un premier méridien. Il va alors imposer aux géographes français l’utilisation du méridien de l’île de Fer comme premier méridien et, peu à peu, les géographes européens vont accepter cette décision.
    En 1792, le méridien de l’île de Fer est abandonné au profit du méridien de Paris, qui lui même est supplanté en 1884 par le méridien de Greenwich, adopté au niveau international. Cependant la France va garder, jusqu’en 1911, le méridien de Paris pour ses propres cartes géographiques du territoire.

Récits d’explorateurs

Depuis toujours les hommes ont cherché à découvrir de nouveaux territoires. En Lorraine, on retiendra le nom de Jacques Marquette (1637-1675), prêtre et missionnaire jésuite de Lorraine, qui partira en mission en Amérique. Son nom reste associé à l’exploration de la vallée du Mississippi.

La bibliothèque Stanislas possède un nombre important de récits de voyages d’explorateurs du Nouveau-Monde (mais aussi d’autres terres). Ceux de Samuel de Champlain (vers 1570-1635), Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), Dière de Dièreville (vers 1670-après 1711) et celui de Louis Hennepin (1626-1705) Voyage ou nouvelle découverte d’un très grand pays dans l’Amérique entre le nouveau Mexique et la mer glaciale. Dans son ouvrage, publié en 1704, ce prêtre et missionnaire franciscain décrit les terres intérieures de l’Amérique du Nord et ses conditions de voyages, que ce soit par voies navigables ou à pied, mais aussi les diverses rencontres imprévues ou organisées qui ont lieu avec les «sauvages». Hennepin les décrit souvent comme des personnes accueillantes qui leur donnent beaucoup de nourriture au cours de son exploration avec ses hommes. Mais l’auteur explique aussi que se sont des «barbares» car il assiste à des scènes de mutilation ou de cannibalisme. Si les rencontres semblent parfois prendre une mauvaise tournure, souvent les choses s’arrangent quand il leur présente un calumet qui est le symbole de la paix pour les Amérindiens. L’analyse de cet ouvrage révèle de nombreuses similitudes avec le Codex Canadensis : la description des mœurs, de certaines plantes comme le blé d’Inde (maïs) et d’animaux.

Le travail effectué pendant ce stage a permis de traiter et de valoriser des collections peu exploitées jusqu’alors à la bibliothèque Stanislas. Ainsi, nous redécouvrons aujourd’hui une partie de l’histoire du Canada.

Astrid Mallick et Lucie Creusat.

Découvrez aussi nos cartes sur Flickr.

Du reconditionnement des œuvres à l’étude scientifique : l’exemple de la collection Piroux

En 2016, la bibliothèque a décidé de faire numériser l’une de ses collections les plus connues, celle d’Augustin-Charles Piroux (1749-1805), architecte et avocat à la fin du 18e siècle. Dans cette collection sont conservés de très nombreux dessins d’architecture du 18e siècle, représentant les plus célèbres bâtiments de Lorraine. Du dépoussiérage à leur conditionnement, de la restauration au catalogage scientifique, zoom sur le traitement intégral d’une collection.

 

I. Cabinet de S A R coté de la cheminée [Projet de décor pour le cabinet de Léopold], Germain Boffrand
I. Cabinet de S A R coté de la cheminée [Projet de décor pour le cabinet de Léopold], Germain Boffrand

Augustin-Charles Piroux,  un architecte collectionneur et bibliophile

Augustin-Charles Piroux est né à Lunéville en 1749. Orphelin à l’âge de six ans, il grandit dans la famille de son oncle Joseph George. Une enfance plutôt malheureuse car il est rejeté et raillé par les membres de cette famille adoptive. Curieux de sciences et de lectures, il est pris comme commis d’architecte vers l’âge 18 ans, chez un certain Joly à Lunéville puis est reçu par le corps des architectes de Nancy en 1776 à l’âge de 27 ans. Il suit également des cours de droit à Nancy et devient avocat en 1778.

Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.
Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Augustin-Charles Piroux.

Dès son jeune âge, Augustin Piroux achète régulièrement des livres de sciences, de géométrie et d’architecture. Sa passion pour les livres l’amène à constituer une bibliothèque importante constituée de plus de 2 000 volumes. Ses livres de comptes montrent que les achats de livres tiennent la première place dans ses dépenses et cela pendant plus de vingts ans. Il ira même jusqu’à s’endetter auprès de son libraire pour en acquérir. On trouve également de très nombreux livres de droit en particulier concernant la Lorraine.

Mais loin de s’en tenir à la constitution d’une bibliothèque admirable, il amasse également un très grand nombre de documents, de dessins et d’estampes. Il constitue ainsi une masse de dossiers documentaires sur l’agriculture, la culture des pommes de terre et des choux, sur le tabac, le chauffage, les chiens errants, les lois domaniales, les spectacles, etc… mais aussi sur les bâtiments lorrains.

De sa carrière d’architecte nous retenons la construction des synagogues de Lunéville et de Nancy.

Il décède en 1805 à l’âge de 55 ans, peu après son installation à Épinal.

Le « fonds Piroux »

L’ensemble des documents, dessins et estampes collectés par Piroux est aujourd’hui connu sous le nom de « fonds Piroux ». Cette collection est conservée principalement à la bibliothèque Stanislas et à la médiathèque de Lunéville. C’est probablement en 1884,  à la mort de son fils Joseph, que le fonds Piroux a été versé à la bibliothèque. Les deux sites conservent à la fois des documents manuscrits, des dessins et des estampes.

Façade du coté du jardin [Projet de reconstruction du château de Lunéville, dessin pour la façade du corps de logis du coté du jardin], Germain Boffrand
Façade du coté du jardin [Projet de reconstruction du château de Lunéville, dessin pour la façade du corps de logis du coté du jardin], Germain Boffrand
L’intérêt premier de cette collection est qu’elle contient des documents originaux traitant de la Lorraine, datant du 18e siècle, voire parfois du 17e siècle. Des documents relatifs à la justice, aux coutumes, aux métiers et corporations, à l’agriculture, bref à la vie quotidienne en Lorraine à son époque. Ils n’ont jamais été véritablement étudiés. La collection de dessins, en revanche, a fait l’objet de beaucoup plus d’attention. Elle contient les plans et élévations de très nombreux bâtiments lorrains dont le château de Lunéville ou le palais ducal de Nancy. Les dessins contenus dans cette collection ne sont pas tous de Piroux. On y retrouve les projets des architectes Germain Boffrand ou Émmanuel Héré pour les grands monuments de Lorraine. Certains d’entre eux ont déjà été publiés dans des articles ou des monographies.

Mieux conserver la collection

La numérisation d’une collection est toujours un bon prétexte pour la reconsidérer dans son ensemble. Les arts graphiques de la bibliothèque ayant fait l’objet d’un nouveau protocole de traitement, l’ensemble de la collection Piroux doit passer par les différentes phases de dépoussiérage, conditionnement, recotation et description scientifique.

Elévation de l'aile des offices de la Malgrange [Projet pour l'élévation du château de la Malgrange] , Germain Boffrand
Exemple de dessin qui nécessite une remise à plat. Elévation de l’aile des offices de la Malgrange [Projet pour l’élévation du château de la Malgrange], Germain Boffrand
Le conditionnement actuel n’est pas satisfaisant. L’ensemble des dessins est classé par localité et réuni en liasse dans des pochettes de papier permanent. Très souvent, les dessins sont pliés car leur format est important.

L’objectif, qui est le même que pour l’ensemble des arts graphiques, est de reprendre le classement en séparant d’abord les dessins des estampes, puis de classer les œuvres selon leur format, afin de mettre à plat la quasi totalité de la collection.

Chaque œuvre est ensuite dépoussiérée puis mise en pochette de papier de conservation. Les dessins sont conditionnés individuellement, les estampes par lots.

Mieux étudier la collection

S’agissant ici d’une collection importante qui contient des documents originaux sur la Lorraine, il paraissait judicieux de reconsidérer également les informations scientifiques propres à chaque œuvre. Si certains dessins ont été souvent publiés et étudiés, d’autres sont restés totalement oubliés. Or, l’ensemble constitué par Piroux a une cohérence. Plusieurs pochettes contiennent des ensembles thématiques comme « Portes », « Ornements » alors qu’il y a également des pochettes pour des localités comme Lunéville ou Nancy. L’étude scientifique de la collection, nous a permis de réattribuer plusieurs dessins à des lieux ou des artistes. Nous avons également constaté que certains dessins ont été mélangés et ne se trouvent plus dans le classement originel.

[Motif d'ornement : modèle de rosace tournante à feuille d'acanthe et feuille d'eau], anonyme
[Motif d’ornement : modèle de rosace tournante à feuille d’acanthe et feuille d’eau], anonyme
Pour l’examen des œuvres, nous avons demandé la collaboration scientifique de M. Thierry Franz chargé de la documentation des collection au château de Lunéville. Véritable expert pour l’architecture au 18e siècle en Lorraine, il a pu dater avec précision de très nombreux dessins mais également attribuer plusieurs d’entre eux à des architectes lorrains ou identifier les bâtiments représentés.

Un dessin de Jean Lamour ?

Parmi les jolies découvertes se trouve un dessin qui pourrait être attribué au serrurier lorrain Jean Lamour ou à son atelier, bien qu’il soit classé dans la pochette « Dessins pour la serrurerie par Piroux ». Il y a également de nombreux autres dessins dans cette pochette qui ne sont pas de la main Piroux, comme d’ailleurs dans le reste de la collection.

Feuille d'acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour
Feuille d’acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour

Ce dessin à l’encre métallo-gallique est d’une grande qualité. Le trait est sûr et précis tout en conservant une grande souplesse dans sa réalisation. Les détails sont d’une grande finesse et les zones d’ombrages donnent du volume à la pièce de ferronnerie. Il représente un modèle de feuille d’acanthe, probablement un modèle pour de la serrurerie. Stylistiquement, cette feuille d’acanthe se rapproche étrangement de celle qui figure sur les grilles de la place Stanislas de Nancy. On y retrouve cette petite courbe qui surmonte l’acanthe et qui est une caractéristique du serrurier nancéien. Le format du dessin laisse supposer qu’il a pu servir à la réalisation d’un modèle à taille réelle.

Feuille d'acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour, détail du verso
Feuille d’acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour, détail du verso

Autre détail intéressant, au verso se trouve l’inscription « Lamour » qui pourrait valoir signature1. Nous avons comparé cette inscription avec les signatures de Jean Lamour conservées sur les actes officiels aux archives municipales et départementales. Plusieurs de ces signatures montrent des similitudes. Un autre nom, que nous n’avons pas pu déchiffrer figure également au verso. Un commanditaire ? Un collaborateur de Jean Lamour ? Le mystère reste entier.

Sur le recto on trouve également une note manuscrite « pour vous » suivie d’une addition de chiffres, qui pourrait correspondre à une comptabilité.

Bien que dans toute attribution il faut rester très prudent, l’ensemble de ces détails laisse supposer que ce dessin pourrait être de la main de Jean Lamour ou issu de son atelier. Il s’agirait alors de l’un des très rares dessins de l’artiste ou de son atelier conservés à ce jour.

Motif d'ornement : feuille d'acanthe, anonyme
Motif d’ornement : feuille d’acanthe, anonyme

Valoriser la collection

D’autres dessins de cette collection ont pu être identifiés. Ils sont même déjà mis en valeur dans des expositions ou des ouvrages scientifiques. Avec la mise en ligne prochaine des collections lorraines dans le cadre du projet BNR2, le « fonds Piroux » sera visible et accessible à tous. Les chercheurs auront donc un accès facilité aux collections et pourront documenter leurs travaux grâce aux images et informations scientifiques mises en ligne.

 

 

 

 

  1. Voir la remarque de T. Franz dans le catalogue de l’exposition Stanislas Leszczynski, de l’homme à lalégende, publié en 2016, page 71, cat. 62. []
  2. La Bibliothèque Numérique de Référence du Sillon Lorrain (Épinal, Metz, Nancy et Thionville) doit ouvrir à partir du premier semestre 2017,  un des trois sites la composant sera dédié au patrimoine lorrain []

La mystérieuse série des Disparates de Francisco Goya

Cachée au milieu des très nombreux trésors de sa collection, la bibliothèque redécouvre aujourd’hui la série des Disparates, connue aussi sous le nom de Los Proverbios, de l’artiste espagnol Fransico de Goya. Cette redécouverte est, en partie,  due au chantier lancé sur les collections d’art graphique de la bibliothèque. Autrefois rangée parmi les ouvrages de la bibliothèque, elle intègre désormais la collection des estampes.

Continuer la lecture de La mystérieuse série des Disparates de Francisco Goya

Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

Depuis 2011, la bibliothèque Stanislas a entrepris un vaste chantier sur sa collection d’art graphique. Dépoussiérage, conditionnement, reclassement mais aussi repérage des recueils « dits » de gravure qui doivent intégrer la collection. Or ces recueils ne sont pas tous de même nature. Cette typologie d’objet pose problème en bibliothèque. Qu’appelle-t-on exactement « recueil gravé » ? Doit-on considérer le recueil gravé comme un livre ou comme un album d’estampe ? Une question importante car c’est de la réponse à cette question que va dépendre son traitement physique et intellectuel. Il sera difficile d’y apporter une réponse tranchée car « recueil » est l’un de ces mots commodes dont on est incapable de donner une définition exacte mais dont on ne peut se passer1 ».

 

Continuer la lecture de Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

  1. Citations extraite de l’introduction de Maxime Préaud pour l’ouvrage A l’origine du livre d’art, les recueils d’estampes comme entreprise éditoriale en Europe (xviexviiie siècles), Silvana Edidoriale, 2010. []

Revues et albums décoratifs pour les arts industriels : la collection Art nouveau de la bibliothèque.

Si la bibliothèque de Nancy conserve des fonds liés à l’histoire de Nancy et de la Lorraine, elle conserve également l’histoire de ses arts. Sa riche collection d’ouvrages d’art, et en particulier celle se rapportant au mouvement de l’École de Nancy, témoigne d’un passé artistique florissant. Si certaines reliures de la collection sont connues car déjà présentées au public, l’ensemble de la collection Art nouveau de la bibliothèque reste à découvrir. L’occasion de se pencher sur les nombreux albums décoratifs et revues de décoration de cette période.

Retrouvez sur Flickr une sélection de planches des albums cités et de beaucoup d’autres.

Continuer la lecture de Revues et albums décoratifs pour les arts industriels : la collection Art nouveau de la bibliothèque.

La donation Michel Jamar

Pour une institution culturelle, recevoir le fonds d’atelier d’un artiste reste un événement assez exceptionnel. En 2013, la Bibliothèque de Nancy a accueilli un ensemble conséquent d’œuvres et d’objets de l’artiste Michel Jamar. L’occasion pour nous de revenir sur les moments forts de la réception et de l’intégration de ce don aux collections.

L’enrichissement du patrimoine lorrain.

Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.
Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.

Artiste de talent, le graveur lorrain Michel Jamar (1911-1997) est l’auteur de nombreuses illustrations, gravures, peintures et ex-libris. Formé à L’Ecole des Beaux-Arts de Nancy où il est l’élève de Victor Prouvé, il allie les talents du peintre, du sculpteur, du céramiste, du décorateur, du buriniste mais c’est surtout comme graveur sur bois qu’il donne naissance à des œuvres des plus originales. Récompensé en 1981 par le grand prix de la gravure sur bois de l’Académie des beaux arts de France, son travail s’inscrit parmi l’œuvre des grands graveurs lorrains.

En 1995, Michel Jamar avait fait don à la Bibliothèque d’une partie de son travail. Un ensemble d’environ 300 dessins, estampes et ex-libris avait rejoint nos collections et une partie avait fait l’objet d’une exposition cette même année.
En 2012, Xavier Jamar, son fils, a souhaité compléter la donation par le fonds d’atelier de son père. Ce fonds volumineux se compose de dessins, estampes, matrices, lettres, mais s’accompagne également de ses outils et machines, telle la presse en taille-douce exposée à l’entrée de la bibliothèque. Grâce à ce don, la bibliothèque possède aujourd’hui une collection remarquable, représentative de l’œuvre de ce graveur et illustrateur lorrain.

 

 

 

Jamar au travail
Jamar au travail

L’enregistrement administratif du don.

Pour officialiser le don du fonds d’atelier, M. Xavier Jamar, seul enfant de l’artiste, ainsi que sa mère Anne Jamar, l’épouse de l’artiste, seuls héritiers, ont présenté au Maire de Nancy par courrier leur souhait de faire don de l’œuvre de Michel Jamar à la bibliothèque. Suite à cette demande, une convention de don a été établie afin d’en définir les modalités.

La réception du fonds d’atelier.

2013-05-28_BM_Fonds-Jamar_013
Le remontage de la presse à la bibliothèque

Le 28 mai 2013, un camion de déménagement est arrivé à la bibliothèque pour livrer l’ensemble des œuvres et objets. Ce sont au total 60 lots qui ont été recensés, comprenant une vingtaine de cartons, six cantines et la presse en taille-douce. Cette dernière, démontée depuis plusieurs années, a été réassemblée le jour même par l’équipe de la bibliothèque suivant les consignes de Xavier Jamar et placée à l’entrée de la bibliothèque.
L’ensemble des lots a été conservé à plusieurs endroits de la bibliothèque en attendant les séances de tri avec Christine et Xavier Jamar.

La sélection des œuvres.

B543956101_inventaire_jamar-002
Une séance de tri avec Christine et Xavier Jamar

Il avait été décidé avec M. Jamar, pour une question de place et pour un côté plus pratique, que la sélection des œuvres se ferait à la bibliothèque. Lors de séances de travail, une fois par semaine, pendant trois mois environ, Xavier Jamar, son épouse Christine et moi-même avons sélectionné les œuvres qui entreraient dans les collections de la bibliothèque.

Ce tri a été fait de manière à avoir une exhaustivité la plus complète. Ainsi, l’ensemble des matrices et des dessins ont intégré les collections, à l’exception de quelques œuvres que son fils souhaitait conserver. Les médailles, réalisées par l’artiste, ont également été sélectionnées. Tous les éléments du fonds sont complémentaires ; dessins préparatoires, dessins, matrices et estampes se répondent sur des sujets ou des motifs identiques.

Séances de tri !

La volumétrie du fonds est telle (plus de 5300 dessins, 450 matrices, plus de 1000 estampes et 1 mètres linéaire d’archives) qu’il a fallu faire plusieurs séances de tri pour rassembler les estampes identiques. En plusieurs séances, par format, toutes les épreuves du même sujet ont été rassemblées, de façon à ne conserver que deux exemplaires de chaque. Lorsqu’un tirage était particulier (premier état, épreuve d’artiste, épreuve d’état, etc.) il a été conservé, en plus des deux exemplaires.

Une séance de tri en salle Stanislas

 

Dépoussiérage, conditionnement.

Les matrices ont été traitées en premier. Catalogage complet, dépoussiérage et conditionnement ont été effectués sur ces objets. Pour le conditionnement, il n’est pas le même selon le matériau de la matrice. Les bois et les linogravures ont été conditionnés dans des pochettes à rabat, en papier permanent, et les matrices en cuivre et en métal sur des plaques de carton permanent recouvertes de plastazote.

Conditionnement des plaque de cuivre
Conditionnement des matrices de cuivre

Pour les dessins et estampes, seules les œuvres se trouvant sur des montages abîmés ou contaminés ont été démontées, dépoussiérées et isolées.
Le dépoussiérage et le conditionnement se fera au fur et à mesure de la cotation des œuvres.

Prochaines étapes.

Les estampes et les dessins devront être dépoussiérés, puis cotés et catalogués. Ils seront ensuite rangés dans des pochettes et boites de conservation.
Pour valoriser cette donation, une première présentation aura lieu le samedi 26 avril prochain, dans le cadre des conférences « Une heure avec », à 10h30.
Nous envisagerons par la suite une cérémonie officielle de réception du don, en présence des élus de la Ville de Nancy.

 

 

Grandville en voyage

Le 21 février dernier s’est ouverte l’exposition Doré and Friends au Musée d’art Moderne et Contemporain de Strasbourg. Cinq œuvres de la Bibliothèque ont été prêtées à cette occasion : deux exemplaires d’Un autre monde, deux affiches publicitaires pour Un autre Monde et un dessin original intitulé « Crime et expiation ». L’occasion pour nous de revenir sur ces œuvres et sur ce dessin toujours très demandé pour les expositions.

Continuer la lecture de Grandville en voyage

Gérer un fonds iconographique en bibliothèque

Dans la plupart des bibliothèques, la gestion des fonds iconographiques pose problème. Comment gérer ces documents particuliers en termes de catalogage, de conservation et de communication ? Sur ces points, toutes les bibliothèques ont des pratiques et des méthodes différentes. Certaines ne font que peu de distinction entre le fonds d’ouvrages et ce fonds particulier, d’autres le considèrent comme un fonds précieux et appliquent les règles en conséquence. La bibliothèque de Nancy s’est penchée sur cette question à partir de septembre 2011 lors de la réorganisation du fonds iconographique.

Le fonds de la bibliothèque Stanislas

En septembre 2011, le nombre de documents iconographiques était estimé à environ 30 000 pièces. Composé de dessins, d’estampes, de photographies, de cartes postales, d’affiches et de cartes géographiques, il était conservé en différents endroits de la bibliothèque, dont une partie principale en magasin, au milieu des rayonnages de livres. Ce fonds a été conservé selon le classement presque originel du xixe siècle, commun à de nombreuses collections d’art graphique, c’est-à-dire selon un classement thématique (portraits, artistes, localités, etc.). Un classement qui offre l’avantage de pouvoir chercher directement dans les collections, par ordre alphabétique, mais qui reste peu pertinent pour la conservation et pour la recherche lorsque l’œuvre d’un artiste se trouve rangée dans un classement iconographique.

Documents non conditionnés
Documents non conditionnés
Ce fonds iconographique avait été coté et répertorié de manière très succincte. Les lecteurs utilisaient de volumineux répertoires issus de fichiers textes pour faire leurs recherches et demander les documents. La communication se faisait en salle de lecture, au milieu d’autres lecteurs, avec un nombre non limité de documents iconographiques consultables à la fois.

Changement de programme

En septembre 2011, la bibliothèque a entrepris de réorganiser ce fonds afin se conformer aux normes de catalogage et de conservation en vigueur. Un état des lieux a été dressé, mettant en évidence les faiblesses de l’actuel classement, et des propositions ont été faites pour améliorer quatre points importants : catalogage, conservation, classement, communication.

Parallèlement, il est apparu que les collections iconographiques n’avaient pas toutes été prises en compte dans les estimations. En effet, de très nombreux recueils factices d’estampes se trouvent catalogués et conservés comme des livres. Ces recueils représentent une part importante de ce fonds en termes de quantité mais aussi de qualité. Un travail de recensement de l’intégralité du fonds a été entrepris.

Les fonds graphiques dans les autres institutions

D’autres institutions culturelles conservent ce type de fonds. Musées et archives ont des pratiques différentes ; les musées adoptent des normes de conservation préventive plus rigoureuses et un catalogage souvent plus poussé, les archives adoptent un traitement de type archivistique. Après avoir étudié ces différentes pratiques, la bibliothèque Stanislas a tenté de trouver un juste milieu qui réponde à ses besoins et ses exigences en termes de conservation, de catalogage et de communication.

La réorganisation du fonds

Le conditionnement était inadapté : des boîtes souvent trop grandes par rapport à la taille des documents qui bougent et s’abîment à l’intérieur, une perte de place évidente dans des locaux déjà restreints en espace, des boîtes à moitié remplies et des documents parfois trop grands ou repliés dans des boîtes trop petites.

Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites)
Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites).

Un reconditionnement en quatre formats a été adopté, dans des boîtes de conservation et meuble à plan. Les documents sont reconditionnés en pochettes de papier permanent ou pochettes polyester qui seront au format de la boîte et non du document. Un dépoussiérage des œuvres, des boîtes et des espaces de stockage est effectué systématiquement.

Gommage d'un document
Gommage d’un document avant sa numérisation et son reconditionnement.

La manipulation et la communication étaient également un gros problème pour la conservation des documents. Le manque d’espace et le manque de sensibilisation du personnel et des lecteurs à la fragilité de ces œuvres engendrait un risque à chaque communication. Des actions d’aménagement et de formation ont été menées : un plan de travail adéquat a été installé (en attendant le déménagement prochain vers la nouvelle réserve) et des formations à la manipulation de ces documents ont été organisées et suivies par tout le personnel. La communication des documents se fait désormais dans une salle réservée à la consultation des fonds patrimoniaux, selon des consignes précises. Les œuvres numérisées ne sont plus communiquées.

Le classement du fonds se fait désormais par format, par fonds et par typologie de document. Les albums d’estampes et recueils factices sont intégrés au fond iconographique. L’ensemble des documents est recoté selon le schéma suivant : lettre du format-intitulé du fonds-typologie d’objet-numéro d’ordre (à 5 chiffres) (ex : P-FG-ES-00001, correspondant à « 1re estampe du fonds général petit format »).

A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner
A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner.

Le catalogage ne se fait plus dans un fichier texte mais dans un tableur. Les champs renseignés sont plus nombreux et plus précis, incluant des données de gestion, administratives et de conservation. Utilisant la norme AFNOR pour le catalogage de l’image fixe mais aussi certains champs renseignés pour l’art graphique par les musées, la bibliothèque s’est créé sa propre charte de catalogage. Celle-ci répond aux différents niveaux de recherche, et permet une meilleure gestion des collections. Une partie de ces données sont extraites et publiées en format Dublin Core pour intégrer nos sites web et à terme la bibliothèque numérique (Bibliothèque Renaissance à Nancy, Prosper Morey, itinéraire d’un architecte, ces deux expositions virtuelles sont néanmoins appuyées sur une base de donnée en dublin core contenant la totalité des fonds numérisés dans ces corpus).
On a brisé le classement thématique au profit d’un classement par format et technique, ce qui a pu apparaître comme une perte de lisibilité pour l’équipe et les usagers habitués, mais au final offre une meilleure lisibilité  pour la conservation. La distinction entre documents précieux et imprimés de reproduction est plus claire. Par un catalogage plus précis, la restitution de la thématique via les champs d’indexation et la construction d’instruments de recherche raisonnés permettent de rassembler intellectuellement des œuvres matériellement dispersées, comme œuvres des Jacques Callot rangées sous la thématique « Localité Nancy » par exemple.

Des collections redécouvertes

Parallèlement à ce travail sur le catalogage et la conservation, depuis septembre 2011, un repérage systématique des collections iconographiques a été entamé. Chaque volume de la bibliothèque a été contrôlé pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’un album ou recueil factice d’œuvres. Ce travail n’est pas encore terminé, mais on dénombre déjà plus de 200 recueils factices ou albums, donc certains contiennent parfois plus de 300 pièces. Les collections iconographiques (hors cartes postales) sont estimées aujourd’hui à plus de 50 000 œuvres et probablement bien plus dans les mois à venir. Parmi ces recueils, la bibliothèque redécouvre de véritables chefs d’œuvres oubliés, voire jamais repérés.

Page d'un recueil factice d'estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle)
Page d’un recueil factice d’estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle).

 

Une collection qui s’enrichit et se partage

Depuis plus de 20 ans, la bibliothèque poursuit une politique d’acquisition active avec des achats et dons d’artistes contemporains. Dernier exemple en date, en 2013, la bibliothèque a reçu le don du fonds d’atelier de Michel Jamar, graveur lorrain du xxe siècle. Composé de matrices, d’estampes et de dessins, il est accompagné de la d’une presse en taille-douce ainsi que des outils du graveur. Représentant l’intégralité de son œuvre graphique, la collection comprend près de 2 000 documents et objets (inventaire en cours).
Depuis 2009, la bibliothèque fait numériser ses collections patrimoniales. Un partie du fonds iconographique est désormais disponible en ligne ou sur les postes informatiques de la bibliothèque. Ce sont surtout les fonds les plus fragiles, les plus communiqués et les grands formats. Ainsi les œuvres concernant Nancy, celles de Prosper Morey, de Grandville et les graveurs lorrains du xvie siècle sont consultables en version numérique.
Le pôle iconographique est aujourd’hui composé de deux personnes à temps plein : un responsable et un magasinier référent. Ce chantier occupera cette équipe encore plusieurs années étant donné l’ampleur de la tâche. Parallèlement, dans le cadre de sa politique de valorisation patrimoniale, la bibliothèque souhaite mettre en avant cette collection et proposer des expositions, articles mais aussi des catalogues raisonnés pour les gravures lorraines. Les échanges avec d’autres institutions possédant des collections iconographiques (au plan local – avec le Musée des Beaux-arts de Nancy ou le Musée Lorrain – comme national) se multiplient afin de mieux appréhender les pratiques de chacun, améliorer la gestion et la valorisation des collections. Amis bibliothécaires, n’hésitez pas à nous contacter pour partager vos expériences !