Tous les articles par mfrancois

Exposer une nouvelle acquisition : le recueil de poésies galantes du Comte de Tressan

En 2016, les Bibliothèques de Nancy ont fait une acquisition remarquable : un manuscrit inédit du Comte de Tressan. Le favori du roi Stanislas a donc fait son entrée dans la bibliothèque, celle-là même qu’il a vu naître, en même temps que l’Académie, alors Société Royale des Sciences et Belles-Lettres de Nancy pour laquelle il a beaucoup œuvré. Chaque année « Le Livre sur La Place » donne le la de la rentrée littéraire à Nancy : en septembre 2017, le manuscrit y a été révélé au grand public dans l’exposition « Place galante ».

 

 Au nombre des questions préalables : comment exposer un texte « galant » ? – question de fond – et comment présenter un recueil manuscrit à l’écriture si fine qu’elle dissuade la lecture ? – question de forme. En termes d’exposition, ces questions sont récurrentes. Les réponses apportées sont traditionnelles mais non exemptes de réflexion.

Contextualisation et médiation permettent de mettre en valeur des documents dont la monstration est parfois encore regardée comme délicate au regard du sujet. Ne fait-on pas l’apologie de la pédophilie en présentant tel passage ? Cette gravure d’après Louis Binet figure une scène sadique : choisira-t-on une scène plus légère, moins explicite ? Sera-t-on taxé d’obscénité en montrant cette scène lascive, une plaque de cuivre originale de Louis-André Berthommé-Saint-André (1905-1977) pour les Bijoux indiscrets de Diderot ?1

Le cadre de l’exposition est celui d’une manifestation de courte durée –trois jours- mais de grande ampleur, visant le très grand public. Une sélection s’impose donc. De censure point, mais un choix conscient où, sans donner dans le genre curiosa, les gravures « découvertes » auront pour rôle de polariser l’attention, permettant de rappeler que le dix-huitième est bien le siècle du libertinage, et, dans le domaine qui nous intéresse, celui du livre à vignettes.

Place Galante, Livre sur la Place, sept. 2017

Le médiateur aura soin de rappeler les grands auteurs du temps (Crébillon fils, Denis Diderot, Sade, Choderlos de Laclos, Restif de la Bretonne, Nerciat) ou quelques titres phares comme l’Histoire de Dom Bougre, portier des Chartreux de Gervaise de Latouche, ou Thérèse philosophe de Boyer d’Argens.

Côté installation, des vitrines tapissées de satin rouge et, pour signaler le passage sans trop filtrer les entrées, quelques tentures, rouges elles aussi, invitent à pénétrer dans les lieux, en l’occurrence, le Bureau du général dans le Palais du gouvernement, Place de la Carrière. Ajoutons un kakémono illustré, suggestif mais visible par tous et le dispositif est en place. Pour les plus curieux, une tablette avec une galerie d’images numériques sélectionnées dans les documents montrés permet d’aller un peu plus loin.

Place Galante, Livre sur la Place, sept. 2017

 

Qu’en est-il de notre manuscrit à l’écriture fine ? Dans une vitrine, tout document est réduit à l’état d’objet. Là encore, le rôle de la médiation est capital pour aller au-delà de ce constat. Commenter l’intérêt et les usages possibles de ce nouveau document patrimonial, désormais accessible en collection publique va de soi ; évoquer la transcription permet de développer les questions liées aux avantages de la numérisation (accessibilité à tous et facilitation de lecture pour le chercheur grâce au grossissement, au contraste accentuable etc.). Nous voilà parés pour présenter notre auteur, son recueil de poésies et le contexte dans lequel il a vu le jour, en France et plus particulièrement à la cour de Lorraine.

Le comte de Tressan dans les collections de la Bibliothèque Stanislas

 

Outre les livres imprimés, près d’une vingtaine, la bibliothèque Stanislas conservait déjà un beau manuscrit maçonnique du xviiiesiècle ayant appartenu à Tressan2 et 48 lettres autographes3 adressées à de nombreuses personnalités, notamment le poète François-Antoine Devaux, dit « Panpan », mais aussi Marc-Pierre d’Argenson, le Président de Sivry (Secrétaire perpétuel de la Société royale de Nancy), Buffon, Voltaire et bien d’autres.

Ex-libris du comte de Tressan (Ms 1647)

 

Ex-libris du comte de Tressan (Ms 1647)

 

La devise Labore et honore (Travail et Honneur) domine une composition très classique mêlant attributs militaires (épée et décorations) artistiques (la lyre pour la poésie, la palette pour la peinture) et scientifiques (figures géométriques et compas).

Le blason de la famille de La Vergne de Tressan (d’argent au chef de gueules, chargé de trois coquilles d’argent ombrées de sable) est mis en évidence au premier plan.

Quant aux deux oiseaux qui les jouxtent, bec à bec, on peut y voir une allusion à la symbolique courtoise de la noblesse à laquelle Tressan fait encore appel dans les traductions de romans médiévaux qu’il affectionne. Ils sont aussi, bien entendu, une allusion emblématique à la réunion attendue des amants.

Portrait de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan Gravé par N. De Launay d'après un dessin de A. BorelPortrait de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan Gravé par N. De Launay d’après un dessin de A. Borel

L’auteur : Louis-Elisabeth de la Vergne de Tressan (Le Mans 1705- Paris 1783)

 

Lieutenant-général dans l’armée, Tressan fut attaché à la cour du roi Stanislas comme grand maréchal. Le manuscrit maçonnique évoqué plus haut montre que Stanislas, dès son arrivée en Lorraine en 1737, appartenait à la loge de la Candeur à l’Orient de Strasbourg : il en va de même pour Tressan. Il avait été compagnon de jeux et d’études de Louis XV. En 1725, il accompagne le duc d’Orléans, envoyé pour épouser, par procuration, Marie Leszczynska, la fille de Stanislas. Pour les Bibliothèques de Nancy, il s’agit quasiment d’un fondateur, puisqu’il est à l’origine de l’académie – aujourd’hui Académie de Stanislas – qui vit le jour en même temps que la bibliothèque publique, en 1750, selon les vœux du roi Stanislas en personne. Il fit également partie de l’Académie des Sciences de Paris, de Londres, de Berlin, d’Édimbourg, et des sociétés royales et littéraires de Montpellier, de Caen et de Rouen et de plusieurs académies étrangères.

Philosophe libéral, il fut l’un des premiers restaurateurs de la littérature romane, traduisit Roland furieux et des romans de chevalerie. Les talents de Tressan étaient multiples : on le sait physicien aussi, mais c’est à l’homme de lettres, celui qui fréquentait le salon parisien de Madame de Tencin, que nous nous attachons ici, et plus particulièrement, au poète. En effet, le manuscrit acquis est un recueil de poésie, plus précisément de poésie galante. A la tête de son recueil, Tressan averti le lecteur :

« Tous les differents petits morceaux de poësie […] ne sont pas de nature a pouvoir jamais etre donnez au public… […]

Je n’ai jamais eu pour maistre que l’amour et l’amitié.

Ce n’est pas cependant que lespece de vers que l’on peut caracteriser par le nom de vers de societe,  n’eussent un veritable merite qui leur est propre ; ceux que jecris fort au dessous de la pefection necessaire, n’en seroient jamais une preuve ; mais ceux de Sarasin, Chapelle, La Fare et Chaulieu auront toujours des droits assurés de plaire a la bonne compagnie ; C’est dans ces poësies aimables que l’on trouve a chaque page, la liberté d’esprit, la finesse de la pensée, la naiveté et lagrement de lexpression et surtout cette volupté douce et vivante egalement eloignée d’une licence grossiere et d’une raison trop farouche et trop methodique.»

Cachet de cire rouge aux armes de Tressan sur lettre autographe au Président de Sivry, 6 juillet 1783.  (Ms. 1711 (b)) 
Cachet de cire rouge aux armes de Tressan sur lettre autographe au Président de Sivry, 6 juillet 1783.  (Ms. 1711 (b))

La fille du comte de Tressan consigne les poèmes galants de son père

 

Selon une note manuscrite apposée au titre, ce recueil a été réuni par la deuxième fille du comte, Marie-Stanislas de La Vergne de Tressan. Née du second mariage de ce dernier, elle épousa en 1773 René-Théophile de Maupeou (1730-1792), capitaine au régiment de Dauphin cavalerie, puis colonel à celui de Bigorre infanterie, et elle mourut en 1825.

Entre poésies amoureuses et chansons légères, Marie-Stanislas – « Michou » pour son père et « Mariztchou » comme filleule de la reine Marie Leszczynska – rapporte également les vers échangés avec lui, une forme de « correspondance familiale » mêlée de tendresse et d’inquiétude paternelles, à l’instar de ces épigrammes :

« Vers pour Moi a Mon mariage »

« Mon cœur ababtu de douleur
fremit de notre destinéé
tu n’es plus pour moi qu’une fleur
qui de sa tige est separéé. »

« Vers Mis au bas d’un petit trophée fait pour lui
il avoit placé Mon portrait au dessus. »

« au dieu dont j’ai suivi la loi
je rapporte ces vains hommages
et je place au dessus de moi
le plus charmant de mes ouvrages »

Un recueil manuscrit non destiné à la publication

 

Manuscrit de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan
Manuscrit de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan. Recueil des vers de mon père
Sans lieu, vers 1785.
Petit in-quarto de 305 pages couvertes d’une écriture fine et lisible (environ 30 lignes par page), [98] ff. vierges, [6] ff. de table des pièces. Le texte est contenu dans un cadre au tracé discret (lavis d’encre) ( Ms. 1941 )
L’ensemble des pièces, a priori inédites, est précédé d’un bref Discours sur la poésie (pp.1-6) ; A peine quelques vers du recueil sont-ils cités4 par le Marquis de Tressan, son arrière petit neveu, ce dernier précisant que « toute sa vie, le comte de Tressan aima les vers, il en fit de très bonne heure ; parvenu à la vieillesse, il recueilli en un volume les poésies éparses qui avaient fait l’amusement de sa jeunesse, ainsi qu’il l’écrivait en tête du recueil :

Petits vers qui dans ma jeunesse
Me fûtent dictés par l’amour,
Je vous écris pour estre un jour
Lamusement de ma vieillesse ».

En effet, il s’agit essentiellement de poésies amoureuses dans le genre de la fin du xviiie siècle. On notera le nombre élevé de poésies dédiées à la marquise de Genlis (1746-1830), qui, de fait, inspira pas mal de vieux beaux. D’autres égéries apparaissent comme La Pompadour, de duchesse de Villars, la marquise de Boufflers, la duchesse de Brancas.

Ce qui n’appartient pas à ce registre relève des lettres ou épîtres en vers (adressées à Voltaire, Moncrif, Caylus), des traductions libres (d’Horace par exemple, voire du Psaume Super flumina Babylonis) ou des inspirations de l’Antiquité (sur Sappho). Mais l’ensemble est globalement dédié à l’amour. On comprendra le genre badin de l’ensemble en lisant le début d’un morceau qui aurait été inspiré par Mademoiselle de Boisgelin :

« La mesme, ayant quatre ans,
lui permit de baiser son cul
à condition qu’il ferait des vers dessus »

Et plus loin :

« Je l’ai baisé ce joli cul ;
J’espère le baiser encore.
Ah qu’il lui sied bien d’estre nud,
Et quoiqu’il ne soit que l’aurore
Des attraits qui sont tout près d’éclore,
Qu’il mérite bien d’estre vû. »

Ou encore cet aveu si libertin qui le suit :

« Peut-être ai-je aimé ta grand-mère
à dix-huit ans.
Peut-être ai-je baisé ta mère
à quarante ans.
Eh cependant déjà je grille
et je prétends
à baiser leur petite-fille à soixante ans. »

 

 Portrait de Madame de Genlis. Lithographie par Melle Coignet d'après un dessin de Devéria. (FG3 Genlis)
Portrait de Madame de Genlis. Lithographie par Melle Coignet d’après un dessin de Devéria. (FG3 Genlis)

 

Une reliure portefeuille en maroquin vieux rouge

Le manuscrit, en excellente condition, a conservé sa reliure d’époque : c’est un modèle portefeuille en maroquin vieux rouge à rabat et fermoir métallique, dos lisse cloisonné et fleuronné, encadrement de triple filet doré sur les plats et sur le rabat, double filet doré sur les coupes, tranches dorées, gardes à soufflets doublées de tabis azur.

Manuscrit de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan  ( Ms. 1941 )
Manuscrit de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan  ( Ms. 1941 )

 

 

  1. Denis Diderot. Les bijoux indiscrets illustrés d’eaux-fortes originales par Berthommé Saint-André. Paris : La Tradition, 1936. 2 vol. Cote Rés. 11 611 (1-2). Exemplaire enrichi d’une suite gravée de 32 planches avec des remarques de l’artiste, 2 dessins originaux, 2 aquarelles originales et 2 plaques de cuivre gravées. []
  2. Maître, le Devoir du fendeur, le Maître parfait et les Elus Adoptés de la loge de Strasbourg. xviiie s. Papier. 1 vol. in-4°. 145 p. Ce beau manuscrit portant sur des grades peu communs est relié en maroquin rouge aux armes de Stanislas Ier. Le manuscrit est devenu ensuite la propriété du marquis de Tressan, grand Maréchal des logis, puis du Comte de Tressan qui a collé son ex-libris héraldique gravé sur la garde, ainsi qu’une vignette à devise. Cote ms. 1647 []
  3. Cote ms. 1711  (a-b) []
  4. Henri-Antoine-Gérard de Lavergne Tressan. Souvenirs du Comte de Tressan Louis-Élisabeth de La Vergne Membre de l’Académie française d’après des documents inédits réunis par son arrière-petit-neveu le Marquis de Tressan. Versailles : Henry Lebon, 1897.  pp. 201-202 []

Les papiers dominotés dans les collections nancéiennes

Les ouvrages dont on parlera ici arborent, le plus souvent, de modestes atours : de fragiles couvrures en papier décoré. Plus que de livres, c’est de couvertures dont il sera question.

 

L’origine et la nature des papiers dominotés méritent d’être rappelées. Si leur étude a donné lieu à peu de publications, les rares ouvrages qui leur sont consacrés1, récents pour l’essentiel, sont de qualité et s’imposent comme ouvrages de référence, pour l’historien comme pour le bibliophile. Pour les étudier, le corpus disponible est bien faible. Cette rareté, intimement liée à la nature des papiers, s’explique aisément, on le verra. Le bibliothécaire attentif à cet aspect pourra se questionner sur le sort réservé à ces collections. Cependant, en dépit de cette rareté, les exemples présentés ici, tirés des collections de la Bibliothèque Stanislas, offrent un échantillon représentatif des principaux types de papiers dominotés : ils s’offrent au regard sous les aspects les plus variés, allant de simples décors géométriques à de riches compositions bigarrées.

Origine et nature des papiers dominotés

Le terme domino, d’origine italienne, signifie « capuchon, masque, enveloppe ». On songe aussi à Dominus (Seigneur), figure souvent gravée sur les images des dominotiers. Dans Le Thresor de la langue francoyse, édition parisienne de 1606, Jean Nicot nous livre sa définition. A l’entrée Dominotier, nous lisons :

« Est celuy qui fait & qui vend des dominos, c’est à dire des images & œuvres de pourtraictures peintes & imprimées en papier, & gravées en bois ou cuivre, voyez Imager. »

L’un des premiers à évoquer le métier de dominotier et sa corporation est Étienne Boileau, le prévôt des marchands qui, dans son fameux Livre des métiers évoque « dominotiers, enlumineurs, sculpteurs et tailleurs en cruchefils ». Dès 1260 il leur octroie un blason. Nous avons donc des images et des fabricants d’images : c’est un métier. Dans le contexte de l’Ancien Régime, le métier a très vite été encadré. Les dominotiers opèrent dans un registre mineur, celui  des lettrines, bandeaux et culs-de-lampe pour l’illustration de livres, gravures et images populaires, qu’elles soient profanes ou religieuses. Une ordonnance donnée à Rouen en 1540 fixe les statuts du métier. Les imagiers appartiennent à la corporation des cartiers et, en tant que tels, ils ont le droit de fabriquer images en tous genres, papiers peints, papiers de fantaisie, comme les papiers marbrés, cartes à jouer et jeux de société. Cette réglementation a aussi pour but de protéger les imprimeurs-libraires. En effet, les dominotiers ont très tôt ajouté des parties légendées aux images : on parlait de « tailleurs d’histoires ». Dès lors, les imprimeurs craignent pour leurs privilèges et cherchent à contenir le domaine d’intervention des fabricants d’images en leur interdisant de posséder des caractères d’imprimerie. Les dominotiers obtiendront tout de même un privilège pour imprimer de très courts textes en lien avec les images. Tout au long du xviie siècle, des statuts revisités leur rappelleront le cadre strict d’exercice de ce type d’impression et les officiers royaux se chargeront de la police au sein des différentes communautés.

Les techniques de fabrication ont bien sûr évolué dans le temps, avec celles de la gravure en général, mais, quel usage faisait-on de ces images ? Ces productions, modestes à l’origine, sont souvent le seul ornement d’un habitat pauvre. Suspendue dans une pièce, sur une porte ou une cheminée, collée dans le fond décoré d’un coffre de voyage ou assemblée à d’autres pour former la tapisserie d’un cagibi, ou d’une petite pièce, les dominos ont suivi les modes dans le domaine décoratif. Nous avons peu de chance de trouver trace de ces papiers. Cependant, l’usage particulier qui en a été fait dans les officines des libraires-imprimeurs nous offre aujourd’hui encore l’occasion de voir ces productions. En effet, ces papiers dominotés ont très tôt été utilisés pour couvrir les livres en attente d’une reliure plus sophistiquée ou plus personnalisée, au goût de l’acheteur. Rappelons que, jusqu’au début du xixe siècle, la plupart des livres se trouvent brochés sur les étals des imprimeurs-libraires, c’est-à-dire sans reliure, « quasi nus », ou, dans le meilleur des cas, avec une reliure d’attente, un cartonnage  simple qui protège l’ouvrage en attendant une véritable reliure.
C’est ce qui explique qu’on trouve sur quelques exemples de couvertures en papier dominoté, des maculatures d’imprimerie.

Papier dominoté avec maculatures d’imprimerie. XVIIIe s.
Papier dominoté avec maculatures d’imprimerie. XVIIIe s.

 

Certains exemplaires ont conservés une étiquette imprimée par le libraire faisant office de pièce de titre.

Pièce de titre imprimée à Bruyère par la Veuve Vivot, 1782
Pièce de titre imprimée à Bruyère par la Veuve Vivot, 1782

 

Compte tenu de la nature de ces couvrures, éphémères par vocation, le libraire ne prend pas toujours grand soin du choix du papier : il utilise ce dont il dispose, un décor imprimé de guingois fera bien l’affaire.

Doré gaufré imprimé en négatif sur papier bleu, imprimé de guingois. XVIIIe s.
Doré gaufré imprimé en négatif sur papier bleu, imprimé de guingois. XVIIIe s.

 

Au hasard des papiers conservés et des modes d’utilisation par les libraires, on en apprendra un peu plus sur l’origine des fabricants s’il se trouve que le nom, imprimé au bas de la feuille, est resté visible. Quelques exemples nous livrent le nom et quelquefois l’adresse du fabricant.

[A LUXEMBOURG] [C]HEE. A. G. KAEMPFF. XVIIIe s.
[A LUXEMBOURG] [C]HEE. A. G. KAEMPFF. XVIIIe s.

Où l’on réalise que certains fabricants référencent leurs décors et les numérotent, ce qui donne une idée de la richesse de leur offre et permet aussi, par comparaison, d’en identifier certains.

 

[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s.
[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s.
Papier dominoté
[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s. p. de garde
 

A ORLEANS CHEZ [LETOURMI]. Impression en noir, rouge jaune et bleu au patron. XVIIIe s.
A ORLEANS CHEZ [LETOURMI]. Impression en noir, rouge jaune et bleu au patron. XVIIIe s.
[A CHARTRES] GARNIER. ALLABRE. N° 11. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
[A CHARTRES] GARNIER. ALLABRE. N° 11. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
 

Rareté et fragilité des supports

Nous avons évoqué les livres imprimés comme documents ayant conservé leur couvrure en papier dominoté. Cette dernière n’a pas vocation exclusive à recouvrir les imprimés : on trouvera maints exemples de papiers protégeant des manuscrits, des cahiers d’écolier assez souvent, des thèses, mais bien d’autres types de documents.

Impression en noir, bleu au patron. XVIIIe s.
Impression en noir, bleu au patron. XVIIIe s.
Impression en noir. Jaune, rose, rouge et orange au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Jaune, rose, rouge et orange au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Rouge, bleu, vert et jaune au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Rouge, bleu, vert et jaune au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.

 

Les papiers décorés en question pouvaient s’acheter chez les marchands, stationnés ou ambulants. Les ateliers de reliure des maisons religieuses pouvaient s’y fournir. Par exemple, les capucins de Nancy ont utilisé un papier dominoté à motif de feuilles de lierre stylisées sur un manuscrit scientifique du xviie s. (Analème et profil de la sphère par F. Jacques, ms. 310) ; on trouvera le même papier décoré sur une encyclopédie du xvie s. avec la même provenance. Les exemples ne sont pas abondants ; cette rareté même peut constituer un indice pour mieux cerner une provenance.

Décor à feuilles de lierre utilisé par les Capucins de Nancy. Variante des planches de Benoist Huquier à Orléans. XVIIIe s.
Décor à feuilles de lierre utilisé par les Capucins de Nancy. Variante des planches de Benoist Huquier à Orléans. XVIIIe s.

 

Certaines images sont parlantes : il faut bien l’avouer, ces couvrures en papier ont souvent été négligées, leur état est quelquefois attristant. Par essence fragiles et éphémères –celles qui subsistent sont celles qui n’ont pas été remplacées et qui ont survécu jusqu’à nous- elles ont rarement intéressé l’historien ou le bibliophile plus enclins à signaler les beaux maroquins reliés aux armes ou les décors artisanaux ou artistiques. Du côté des bibliothécaires, force est de constater que l’intérêt pour ces papiers décorés est venu tardivement : nous sommes pourtant bien placés pour repérer et décrire ces couvrures, faire des rapprochements à travers les collections. Il en va ainsi, les modes changent et font se déplacer les centres d’intérêt.

Les arts décoratifs suscitent aujourd’hui l’enthousiasme et nous réalisons tout le parti qu’on peut tirer de ces papiers décorés. L’exposition « Faire le mur » du Musée des Arts décoratifs de Paris,  consacrée à l’art du papier peint2 en montrait quelques exemples en guise de préambule historique.  les bibliothèques d’Epinal, de Toulouse et de Grenoble s’y intéressent tout autant.

La conservation des papiers dominotés

La question est de savoir si ces documents doivent ou non être placés en réserve précieuse. Méritent-ils ce traitement de faveur ? Il n’y a évidemment pas de réponse unique. Si le caractère esthétique n’a jusqu’ici pas été évoqué, et il n’entre pas pour rien dans la décision finale, rareté et fragilité à elles seules suffisent pour justifier de recoter un document et le placer en réserve précieuse. Cependant, si les magasins qui les conservent répondent aux normes élémentaires de conservation et, si les conditions de communication sont suffisamment exigeantes en terme de surveillance et de manipulation, il n’est peut être pas nécessaire de déplacer, recoter et placer en réserve les documents en question. D’autant que l’opération suppose souvent une intervention matérielle sur les documents : décoller une étiquette de cote sur les couvrures en papier peut être inopportun. A l’instar des timbres humides mal placés ou trop nombreux, les étiquettes de cote sont parfois malvenues. Profitons-en pour suggérer aux responsables des opérations de rondage en bibliothèque, que, dans la mesure du possible, on évitera de les coller directement sur l’ouvrage : une jaquette en papier de conservation fera très bien l’affaire pour cet usage. Si « le mal est déjà fait », inutile de rafraîchir l’étiquette, comme il a été fait sur ce beau papier du xviie siècle figurant une allégorie de fleuve et des cornes d’abondance. L’ancienne cote était certainement « passée » comme on dit, mais la nouvelle est par trop voyante.

Fragment de papier peint. Cornes d’abondance et allégorie de fleuve. XVIIe ou début XVIIIe s.
Fragment de papier peint. Cornes d’abondance et allégorie de fleuve. XVIIe ou début XVIIIe s.

Des papiers dominotés en gardes de reliure

Il est un endroit plus discret où les papiers dominotés ont trouvé un emploi légèrement différent mais toujours lié à la couvrure : il s’agit des gardes de reliure. Nous quittons le domaine des livres brochés, mais ne nous éloignons que peu. Par définition, les papiers de garde ont moins souffert des frottements mécaniques, de la poussière et des manipulations. Ils se présentent donc en meilleur état.

Impression en bleu sur papier blanc. Premières années du XIXe s.
Impression en bleu sur papier blanc. Premières années du XIXe s.
Impression en rouge, puis en vert. Premières années du XIXe s.
Impression en rouge, puis en vert. Premières années du XIXe s.

 

En ouvrant les livres, nous accédons aussi à d’autres types de papiers décorés, plus riches, plus flatteurs.

Variété des décors

On a vu que les fabricants de papiers dominotés pouvaient aussi fabriquer des papiers marbrés et d’autres types de papiers décorés. Aujourd’hui, l’appellation « dominotés » ne fait plus référence à ces types de papiers, ni aux papiers avec décors dits  « à la colle ».

Papier tiré, décor à la colle de style nuée. XVIIIe s.
Papier tiré, décor à la colle de style nuée. XVIIIe s.
Décor à la colle avec pigments noirs, dessiné au peigne, effet plume, réalisé par René Wiener après 1895.
Décor à la colle avec pigments noirs, dessiné au peigne, effet plume, réalisé par René Wiener après 1895.

 

Une typologie complète ne peut trouver place ici. Cependant, rappelons qu’à l’origine, les papiers dominotés sont fabriqués avec des bois gravés, utilisent des motifs simples et jouent de la répétition. Les impressions sont souvent faites en noir ou en une couleur unique, les couleurs supplémentaires ajoutées au patron.

Impression en noir, jaune et vert au patron. XVIIIe s.
Impression en noir, jaune et vert au patron. XVIIIe s.
[A Orléans chez Letourmi], XVIIIe s. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
[A Orléans chez Letourmi], XVIIIe s. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.

Des techniques de gravure différentes voient le jour au dix-septième siècle et seront utilisées au siècle suivant pour des papiers d’un genre nouveau : les papiers gaufrés dorés. Ils viennent d’Allemagne pour la plupart, Augsbourg étant le centre de production le plus connu. Une plaque de cuivre incisée très profondément permet de créer des motifs nouveaux, plus fins, plus sophistiqués, suivant l’engouement de la mode des indiennes. Une feuille métallique, dorée ou argentée est placée entre la plaque d’impression et le papier pour donner un effet sans comparaison avec la couleur.

Papier doré gaufré, impression en négatif sur papier blanc et feuille orange intercallé. XVIIIe s
Papier doré gaufré, impression en négatif sur papier blanc et feuille orange intercallé. XVIIIe s

 

Cependant, rien n’interdit de mixer les techniques, et, au gaufrage doré, se mêlent couleurs posées au pochoir, comme on le faisait sur les motifs imprimés en noir à partir de planches de bois.

Doré gaufré, impression en négatif, orange, vert, rose et jaune à la poupée. XVIIIe s.
Doré gaufré, impression en négatif, orange, vert, rose et jaune à la poupée. XVIIIe s.

 

On le voit, le champ des possibles est très riche. Bien d’autres techniques pourraient être évoquées, comme celle des bronzefirnis (papiers dorés vernis) par exemple. Gageons que la mise en ligne de galeries d’images fera naître un intérêt grandissant pour ces papiers encore souvent ignorés.

 

 

 

  1. Jammes (André), Papiers dominotés : trait d’union entre l’imagerie populaire et les papiers peints (France / 1750-1820), Paris : Éd. des cendres, 2010 ; Kopylov (Marc), Papiers dominotés français ou L’art de revêtir d’éphémères couvertures colorées livres & brochures entre 1750 et 1820, Paris : Éd. des Cendres, 2012 ; Kopylov (Marc), Papiers dominotés italiens : un univers de couleurs, de fantaisie et d’invention : 1750-1850, Paris : Éd. des cendres, 2012 ; Doisy (Marie-Ange), De la dominoterie à la marbrure : histoire des techniques traditionnelles de la décoration du papier, Paris : Art et métiers du livre éd., 1996 ; Miura (Einen), L’art du papier marbré, Paris : A. Colin, 1991. []
  2. La Hougue (Véronique de, dir.), Faire le mur : 4 siècles de papiers peints, [exposition, Paris, 2016], Paris, les Arts décoratifs, 2016. []

Madame de Graffigny à la Bibliothèque Stanislas

Du 3 au 5 juillet 2014, au Château de Lunéville, s’est tenu un colloque consacré à Madame de Graffigny1. Ce colloque faisait suite à une importante donation : deux ans auparavant, le bibliophile belge Pierre Mouriau de Meulenacker avait offert au Château la collection personnelle qu’il avait constituée, pas moins de 135 éditions différentes des œuvres de Françoise de Graffigny.

 

Mme de Graffigny, par D'Agoty d'après Garand.
Mme de Graffigny, par D’Agoty d’après Garand. Cote Bmn : FG 3 Graffigny 03

Françoise d’Issembourg d’Happoncourt de Graffigny est née à Nancy, capitale de la Lorraine le 11 février 1695. Elle vécut à Lunéville, proche de la Cour mais, en 1739, partit vivre à Paris. Elle y trouva la mort le 12 décembre 1758.
Habituée du salon de Mademoiselle Quinault où elle rencontre entre-autres Claude Crébillon, Charles Pinot Duclos, Claude Adrien Helvétius et le comte de Caylus elle est aussi amie de Voltaire et de Marivaux. Françoise de Graffigny, est la femme de lettres la plus célèbre du Siècle des Lumières.

C’est avec les Lettres d’une Péruvienne, parues en 1747, qu’elle connaît le succès. Ce roman, très rapidement piraté par ses contemporains, est réédité à de nombreuses reprises jusqu’à aujourd’hui. L’indépendance d’esprit qu’elle prête à son héroïne, Zilia, une jeune péruvienne enlevée par les Espagnols, est une nouveauté audacieuse, inattendue de la part d’une femme en ce milieu du dix-huitième siècle.

Vers 1730, Madame de Graffigny fait la connaissance de François-Antoine Devaux qui fut son ami, confident et correspondant jusqu’à sa mort. Leur correspondance, qui s’étend entre 1738 et 1758, est actuellement en cours de publication par la Voltaire Foundation : le quinzième et dernier volume est en cours de publication.

La Bibliothèque Stanislas, participante au colloque de 2014, a présenté la collection nancéienne des œuvres de Madame de Graffigny : une quinzaine d’éditions anciennes, quelques lettres autographes et une douzaine de portraits gravés, sans compter les éditions contemporaines. La collection nancéienne est abordée sous l’angle des provenances. Cette approche retient aujourd’hui l’attention des historiens, chercheurs et professionnels des bibliothèques et permet souvent d’enrichir nos connaissances quant à la circulation des documents mais aussi quant à la généalogie des collections.

Les œuvres de Madame de Graffigny ont été collectionnées par des bibliophiles en tous genres, vendues par des cabinets de lecture, et acquises très tôt, pour certaines, par les premiers conservateurs de la Bibliothèque royale de Nancy. Les particularités d’exemplaire, reliures et ex-libris, manuscrits ou en vignette, liées aux imprimés, feront l’objet de la première partie. Ainsi irons-nous à la rencontre de sept propriétaires différents ayant laissé leur marque sur les exemplaires nancéiens : la Bibliothèque publique de Nancy, une certaine Mademoiselle Facq, Henri-Georges Boulay de La Meurthe, le Cabinet littéraire de Veret, Jean-Baptiste Thiéry-Solet, Jean de Maupassant, et Henri Carret. Enfin, une note manuscrite de Madame de Graffigny, en forme d’ex-dono, conclura la série. La deuxième partie aura trait à la collection des autographes et des manuscrits et la troisième s’attachera à quelques portraits du fonds iconographique.

Lire en ligne l’article complet.

  1. Les actes du colloque sont à paraître aux éditions Garnier []

Que fait Stanislas à la Monnaie de Paris ?

La voix libre du citoyen – en polonais Głos wolny wolność ubespieczaiący – est l’une des œuvres politiques et philosophiques de Stanislas 1er conservées à la Bibliothèque-médiathèque de Nancy1. Cet ouvrage, attribué sous réserve au roi Stanislas, aurait été composé en 1738 et imprimé à Nancy en 1749, ou en Pologne, à Torun ou Dantzig2.

Continuer la lecture de Que fait Stanislas à la Monnaie de Paris ?

  1. Cet in-4° porte la cote Rés. 4091 []
  2. Bibliografia Estreichera, T. XXI, p. 218 []

Saint-Nicolas s’affiche en Père Noël

Entre la guerre de 1870 et le début de la première Guerre Mondiale, Nancy connaît une période de développement sans égale dans les domaines de l’édition et des arts graphiques. Qu’on songe à la presse quotidienne régionale1, aux cartes postales2, aux revues liées à l’art et à l’industrie3, sans oublier les productions sans nombre de l’éditeur Oscar Berger-Levrault, on reste étonné par la vitalité de la cité durant toute cette période.

Continuer la lecture de Saint-Nicolas s’affiche en Père Noël

  1. « Au début du siècle, on publie à Nancy cinq quotidiens dont l’aire de diffusion dépasse la ville et le département. Le Journal de la Meurthe et des Vosges, monarchiste et conservateur, L’Eclair de l’Est, catholique et libéral, L’Impartial de l’Est surtout lu dans les campagnes, L’Est Républicain, républicain progressiste et L’Etoile de l’Est dont Emile Gallé dessina la manchette, le plus orienté à gauche ». Préface de François Roth pour Nancy 1900 au quotidien : scènes de la vie des Nancéiens. Nancy : Médiathèque de Nancy, 1999. []
  2. Capitale de la France de l’Est, Nancy sera vite baptisée « capitale de la carte postale ». []
  3. Principalement Art et industrie, Nancy artiste suivi de La Lorraine artiste, La Lorraine artiste et littéraire, La Revue Lorraine illustrée, Le Cri de Nancy, Le Pays Lorrain, etc. []

Histoire naturelle des oiseaux de l’Amérique Septentrionale

Le grand format du mois

In-plano, in-folio : c’est l’étiquette qui est attachée à ces grands formats qu’on a souvent tendance à reléguer dans les rayonnages où ils ont pu trouver place. Tous n’atteignent pas les dimensions, ni le poids de la fameuse Description de l’Égypte1 mais le mot « volume » prend ici tout son sens.

Continuer la lecture de Histoire naturelle des oiseaux de l’Amérique Septentrionale

  1. Livre fermé, plus ou moins 55 x 72 cm, selon les reliures []

La collection Takashima

Trente cinq livres illustrés comportant près d’une centaine de volumes composent la collection Takashima.

La collection Takashima en quelques mots…

Cette série de livres illustrés avait été léguée au Musée Historique Lorrain par son Conservateur, René Wiener, qui les avait reçus de Takashima à la fin de ses études à l’École Forestière de Nancy. Ce dernier avait résidé à Nancy de 1885 à 1888. Vers 1955, l’abbé Choux transféra cette collection à la Bibliothèque municipale. D’après les notes manuscrites inscrites dans La Grande encyclopédie de Yedo, Michel Huriet, alors en poste à Tokyo à l’Ambassade de France, semble en avoir réalisé l’inventaire. C’est cet inventaire qui a fourni la base d’un catalogage sommaire.

Livres japonais de la collection Takashima
Scènes de la vie à Tokyo. Rés 4823

Les ouvrages, in-octavo et in-quarto, sont aujourd’hui conservés dans la réserve précieuse, sous les cotes Rés. 4823 (1-35). On les retrouve aisément en saisissant le nom « Takashima » dans l’interface de recherche du catalogue Co-libris1. Notons que la mention des formats évoqués est purement indicative, puisqu’à l’évidence, la facture des livres japonais ne répond en rien aux formats européens traditionnellement exprimés en in-8°, in-4° et in-2°.

Dans l’ensemble, la collection offre un bel échantillon du répertoire iconographique traditionnel japonais : scènes de la vie quotidienne, large présence de la nature, faune et flore réunies, et catalogues de motifs décoratifs pour kimonos ou autres supports. Qu’ils soient précieux, c’est le cas de quelques uns, ou relèvent de l’édition populaire, tous reflètent l’intérêt de leur propriétaire pour le dessin. Tous ont été imprimés au Japon entre 1868 et 1888 environ – quelques uns, postérieurs au départ de Takashima de Nancy, ont certainement été acquis par René Wiener et joints à la collection offerte –  et sont donc représentatifs de la production japonaise des débuts de l’ère Meiji (1867) qui voit le pays s’ouvrir à l’Occident.

Le raffinement des images

Les albums xylographiques sont des recueils de gravures, imprimés selon la même technique que les estampes ukiyo-e. Leur histoire est néanmoins plus ancienne que les estampes en feuilles séparées elles-mêmes, puisqu’on en trouve les premiers exemples dès le début du xviie siècle. C’est cependant vers la fin de ce siècle, lors-qu’apparut la gravure à feuille unique, que commencèrent à être publiés des ouvrages xylographiques composés majoritairement d’illustrations, auxquels on donna le nom de ehon ou « livre d’images ».

Livres japonais de la collection Takashima
Album de reproductions. Rés 4823

Ces albums connurent une évolution technique comparable à celle des estampes et furent publiés en grand nombre par les peintres de l’école ukiyo-e. Les amateurs rivalisèrent entre eux pour soutenir, à grand frais, la publication de ce genre de recueils qui avaient parfois un caractère privé. C’est pourquoi on trouve dans ce domaine de nombreux ouvrages d’un grand raffinement technique et d’une haute valeur artistique, qui dépassent souvent la qualité des estampes à feuille unique, produites en grande quantité et à bon marché. Outre le travail de la gravure, de la mise en couleurs, on observera celui du papier. Ces points nous amènent à parler de la composition matérielle des ouvrages et à mettre en évidence les problèmes liés à la prise de vue photographique lorsqu’on veut reproduire les images contenues dans de tels livres.

Composition matérielle et difficultés de lecture

Deux problèmes essentiels se posent.  Le premier est lié aux difficultés de manipulation des livres en raison de la nature des reliures. Le second découle directement de ces difficultés et oblige à se poser la question du respect de l’intégrité artistique des images. Tentons une explication concrète.

Les livres japonais se présentent principalement sous deux formats différents. Le format en accordéon offre l’avantage de présenter chaque image à plat. Que le papier soit très fin ou qu’il soit fort, voire cartonné, le feuilletage est aisé, les images n’ont pas besoin du secours des mains pour se maintenir à plat. Dans le cas présent, la prise de vue photographique peut s’opérer sans difficulté. Voilà de quoi satisfaire l’œil du lecteur et simplifier le travail de l’opérateur. Cependant, la forme de reliure la plus représentée dans la collection Takashima est celle baptisée « reliure à la chinoise » ou « reliure à la japonaise ». Ce type de reliure s’apparente davantage au brochage qu’à la reliure proprement dite. Rapide, facile d’exécution, très peu coûteuse, elle consiste à assembler les feuillets en pratiquant quatre ou six perforations sur le bord gauche des feuillets, puis à passer un fil de couture ou un ruban pour les lier. Le procédé est simple mais il réduit la possibilité d’ouverture du livre. Ce dernier doit être maintenu et ne peut être mis à plat, sauf à vouloir l’écraser ce qui entraîne la rupture des coutures. On voit par là que le travail de reproduction photographique s’en trouve compliqué.

Livres japonais de la collection Takashima
Suite de paysages, Osaka. Rés 4823

Cette difficulté est loin de constituer un détail car, nombre d’illustrations sont composées pour occuper les deux feuillets. Nous n’avons pas affaire à une image pliée en deux puis cousue. Bien souvent, une image est constituée de deux gravures dont la lecture s’opère visuellement par rapprochement du feuillet gauche avec le feuillet droit, après la reliure. Le dessin des deux gravures est donc composé dès l’origine en intégrant la problématique dimensionnelle et matérielle de la reliure. Ayant pris conscience de ces difficultés matérielles, et de la fragilité intrinsèque des livres ainsi conçus, on comprendra pourquoi le photographe est, plus souvent qu’à l’envie, contraint à ne reproduire qu’une partie de l’image, la droite ou la gauche, selon la composition artistique. Aux yeux de l’artiste, c’est une hérésie car on prend le détail pour le tout : la moitié de l’image, ce n’est pas l’image ! Dans les compositions asymétriques, la reproduction privilégiera la partie la plus riche au détriment de la plus sobre, détruisant ainsi l’équilibre subtil et savant de la composition. Ces précisions dites, on trouvera encore un plaisir et un intérêt certains à consulter la galerie d’images sélectionnées dans l’ensemble de la collection Takashima. On vérifiera qu’elles nous parlent bien de la passion du dessin qui animait le personnage.

 Qui était Takashima ?

 Tokouso Takashima2 naquit le 26 Septembre 1850 à Haghi, à l’extrémité sud-Ouest de l’île Niphon (aujourd’hui Honshu), une des principales îles de l’archipel japonais. Issu de la noblesse, fils de médecin, il vit à une époque de profonds bouleversements pour le Japon, époque marquée par l’avènement de l’ère Meiji, du nom de son empereur. L’ère Meiji (1868-1912) est caractérisée par l’ouverture au monde extérieur du Japon, permettant au pays d’entrer dans l’ère industrielle, et de sortir d’un régime essentiellement féodal, le régime de shogounat, qui avait fermé le Japon à toute influence étrangère pendant 250 ans. M. Takashima père appartenait à la classe des samouraïs, le second rang des cinq qui composaient la société japonaise.

Lithographie de Edmond Auguin (25 decembre 1887)
Lithographie de Edmond Auguin (25 decembre 1887)

De ce fait, Tokouso bénéficie d’une éducation traditionnelle extrêmement poussée, où la calligraphie du chinois et du japonais ancien occupe une place importante, à côté de disciplines plus usuelles : histoire, géographie et surtout sciences naturelles. Il fait un cursus classique et termine ses études à 20 ans, à la suite de quoi, après un court passage dans l’armée, il se rend à Tokyo pour s’y perfectionner dans l’étude des sciences et des méthodes européennes. Nous sommes alors en 1870, au commencement de l’ère Meiji. Il entre ensuite dans une école particulière où il approfondit la botanique et la géologie, cependant qu’il s’initie à la connaissance du latin usité pour les classifications en sciences naturelles.
Au bout de trois ans de ces études supplémentaires, il est attaché en 1867 au service du Ministère de l’Agriculture, constitué alors sur le modèle des administrations européennes. Pendant deux ans, dans ses nouvelles fonctions, il poursuit ses études de botanique et commence ses propres travaux. A vingt-sept ans, accompagné d’un peintre dessinateur, il parcourt le Japon pendant sept ans. De ce périple, il tirera la matière d’un Traité descriptif de la flore japonaise et d’une Carte forestière du Japon. Ces travaux attirent l’attention de son gouvernement qui le désigne pour accompagner, à titre de commissaire adjoint, une exposition en Écosse en 1884. Le succès de cette exposition lui vaut  une nouvelle mission de trois ans en Europe, afin d’y étudier le fonctionnement des administrations européennes.

En 1885, il arrive à Nancy où il suit les cours de l’École Forestière. Il y apprend le français et fait don à l’École forestière des planches et cartes de sa main. Il se lie d’amitié avec Émile Gallé, Louis Hestaux, Camille Martin et René Wiener et diffusera largement ses dessins dans les milieux artistiques de Nancy. C’est dans la revue Nancy-Artiste qu’apparait pour la première fois, le 13 décembre 1885, le nom de Takashima. On l’y retrouve chaque année jusqu’à son départ de Nancy.  Il figure au catalogue du Salon de Nancy de 1886, c’est-à-dire à l’exposition organisée par la Société des Amis des Arts, dans une salle de l’actuelle bibliothèque municipale3. En 1888, il rentre au Japon, où il devient Directeur des forêts. A son départ, il laisse quatre-vingt-dix-huit de ses œuvres à quarante-deux amateurs nancéiens, outre les planches données à l’École forestière.
Passé le premier engouement dû davantage à la mode du japonisme, en plein essor à son arrivée en France, et au côté « exotique » de son apparence, les témoignages retrouvés sur l’homme font apparaître un esprit ouvert, chaleureux, à l’humour discret, un peintre au talent plein de finesse et de sensibilité, sachant concilier tradition et nouveauté. « Il n’est pas douteux que Tokouso Takacyma fut un facteur, sinon essentiel, du moins non totalement négligeable, du développement de l’influence japonaise pour les créations et le mouvement artistique alors en gestation dans la ville »4

Livres japonais de la collection Takashima
Album de reproductions. Rés 4823

 

Regards actuels

Les liens de la ville de Nancy avec le Japon sont aujourd’hui très vivants. La ville de Kanasawa est jumelée à la nôtre depuis 1973. Les touristes japonais ne manquent pas de visiter, entre autres lieux ou monuments, le Musée de L’École de Nancy, le Musée des Beaux-Arts de Nancy,  et, plus spécifiquement, chaque année, des universitaires font le voyage pour venir étudier les traces laissées par Takashima à la fin du xixe siècle. L’arrêt « Bibliothèque Stanislas » est incontournable car, si Takashima n’y a pas laissé d’œuvres de sa main, les livres qui composaient sa petite bibliothèque japonaise sont aujourd’hui très recherchés et ne laissent pas de nous étonner. Les collections de livres japonais illustrés sont rares en France. La Bibliothèque Nationale de France peut se targuer d’en conserver, mais il faut ensuite porter son regard vers les institutions plus spécialisées comme le Musée Guimet par exemple.
Par ailleurs, on ne peut ici évoquer les artistes de l’École de Nancy et les liens avec le Japon sans citer René Wiener (1855-1939) et le renouveau qu’il a impulsé dans le domaine de la reliure d’art. On verra dans un prochain carnet d’Épitomé comment le japonisme a marqué son travail avec quelques reliures japonisantes conservées à la Bibliothèque Stanislas.

Galerie d’images

 

Bibliographie

François LE TACON et Pierre VALCK, éd., Emile Gallé : l’amour de la fleur, Nancy : Ed. Place Stanislas, 2008.
Enkunobu YAMANE, « L’influence du japonisme dans l’œuvre d’Émile Gallé », dans Annales de l’Est, 2005, n° spécial.
Cent ans après, le retour d’un japonais à Nancy : Takashima Hokkai, 1850-1931 [expos., Nancy, 1987], « Cahiers du Musée des Beaux-Arts de Nancy », n°2.
Hokkai Takashima [expos., Shimonoseki, 1986], Shimonoseki  City Art Museum, 1986.
Françoise-Thérèse CHARPENTIER, « Un japonais  à Nancy au xixe siècle : Tokuso Takacyma, 1850-1931″ dans Le Pays Lorrain, 1979, n°1, p. 1-12.
Françoise-Thérèse CHARPENTIER, « Quand on naissait japonais à Nancy », dans Le Pays Lorrain, 1962, p. 29-31.

  1. Deux ouvrages japonais, un in-folio coté 690 065, et l’ouvrage cité plus haut, Edo ō setsuyō Kaidai Kura = Grande encyclopédie de Yedo, Tokio : Libr. continentale, 1865-66, coté Rés. 4560, n’ont peut-être pas appartenu à Takashima. Cette dernière a été donnée par la Société de Géographie de L’Est []
  2. On trouvera selon les sources Hokkai ou Tokouso, Takashima ou Takacyma. []
  3. En effet, elle n’avait pas encore subi les grands travaux qui placeront la salle de lecture, avec ses boiseries baroques, à l’étage noble, et elle accueillait nombre de manifestations artistiques ou politiques []
  4. « Un japonais  à Nancy au xixe siècle : Tokuso Takacyma, 1850-1931″ dans Le Pays Lorrain, 1979, n°1, pp. 1-12. []