Tous les articles par smarchand

Philippe Claudel polyglotte

A l’occasion de la 38e édition du Livre sur la Place dont il était le président, Philippe Claudel a fait don d’un ensemble de 150 de ses ouvrages à la Bibliothèque Stanislas. Ce serait une erreur que de penser que l’un des auteurs les plus emblématiques de Lorraine n’était pas présent dans les collections de la bibliothèque !

Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition tchèque
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition tchèque

« Il est émouvant de voir les livres voyager dans des directions qu’on ne soupçonnerait pas ».

Le catalogue de la bibliothèque compte 52 références où le nom de Philippe Claudel apparaît soit en qualité d’auteur, soit de préfacier. Cependant aucun des ouvrages offerts n’était présent. En effet ces 150 ouvrages nous offrent un vaste tour du monde littéraire :  du Japon à l’Islande en passant par l’Irak  et le Portugal, près de 30 pays sont représentés.

Viennent en tête du nombre de traduction,  Le rapport de Brodeck, Les âmes grises et La petite fille de monsieur Linh avec respectivement 29, 27 et 22 éditions.

Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition chinois
Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition chinois

La jaquette : reflet de la sensibilité d’un pays

Nous avons tous en mémoire les couvertures sobres du Rapport de Brodeck  ou des Âmes grises parues chez Stock.  Nous sommes parfois surpris de découvrir le parti pris des éditeurs étrangers  pour le visuel de leurs jaquettes. En Chine, une femme nue sortant d’un champ de blé illustre Les âmes grises, un herbier celle du Rapport de Brodeck  pour l’édition tchèque. L’éditeur russe, quant à lui a choisi des tableaux impressionnistes pour les illustrer.

Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition russe
Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition russe

Pour l’édition française de Parfums, Stock a fait le choix d’une jaquette illustrée d’un détail des « 3 âges de la femme »  de Gustav Klimt évoquant l’amour maternel. L’édition catalane, elle, mêle un timbre poste évoquant la Place Stanislas, un portrait d’un jeune adolescent une horloge à remonter le temps et naturellement une madeleine de Proust. Avec la jaquette coréenne nous voilà transportés dans une scène de rue que l’on pourrait situer dans une petite ville de Lorraine  si ce ne sont les panneaux indicateurs St John Gate, Farringdon …

Couverture des Parfums de Philippe Claudel
Couverture des Parfums de Philippe Claudel

Lors de la rencontre à l’Opéra avec Françoise Rossinot, l’écrivain expliquait qu’il fait confiance à l’éditeur pour la couverture car il connait son public. De même qu’il y a un lien, « une fatalité positive »  entre le traducteur et l’écrivain. Certains traducteurs entrent en contact avec lui, allant jusqu’à  se déplacer à  Dombasle. Parfois, d’autres traductions réservent de mauvaises surprises comme la première traduction des Âmes grises pour laquelle l’éditeur américain s’était arrangé avec le texte, coupant certains passages et allant même jusqu’à changer la fin.

Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition coréenne
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition coréenne
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition catalane
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition catalane

Un dessin sous le chapiteau

Après l’écriture collaborative d’un cadavre exquis lors de la précédente édition du Livre sur la Place, les Bibliothèques de Nancy se sont lancé un nouveau défi avec la réalisation d’un dessin collectif faisant appel aux illustrateurs et bédéistes présents sous le chapiteau.

« Chaque livre contient un battement d’humanité »

 

C’est par cette phrase que Philippe Claudel, président de la 38e édition a donné le thème de cette toile unique. Parfois seul, parfois à plusieurs, les dessinateurs se sont prêtés au jeu. Chaque illustrateur ou bédéiste est venu avec son univers et sa sensibilité, rebondissant parfois sur un dessin présent sur la toile. Peb et Fox, qui étaient venus il y a quelques années sur notre stand réaliser des dessins humoristiques autour de la littérature sont venus en amis. De même que Catherine Créhange qui a créé l’an passé le dessin illustrant notre cadavre exquis. Ce fut aussi l’occasion d’échanger, par exemple, autour de l’illustration pour enfants avec deux jeunes illustratrices belges Paola de Narvaez et Camille van Hoof.

Le public, quant à lui, a été parfois surpris par notre démarche et a souvent découvert que la Bibliothèque Stanislas possède un cabinet d’arts graphiques comptant des œuvres d’artistes  tels Grandville ou Callot mais aussi d’artistes contemporains comme Weisbuch ou James Prunier.

De l’œuvre papier à l’œuvre numérique

 

Cette œuvre originale est désormais rangée précieusement dans les collections de la Bibliothèque Stanislas. Cependant il nous semblait important que ce ne soit pas une fin en soi et que le public puisse la découvrir. Aussi, à l’aide de l’application Genial.ly le dessin collaboratif final a pris une nouvelle ampleur en devenant interactif. Des pictogrammes sont  intégrés à chacun des dessins renvoyant vers la biographie et les sites des artistes. Une nouvelle œuvre sous forme numérique a vu le jour.