Archives de catégorie : Actualités

Michel Jamar ….. 20 ans déjà !

Il y a tout juste 20 ans, Michel Jamar (1911-1997) nous quittait. Artiste lorrain de talent, il n’a cessé tout au long de sa vie de dessiner, graver et peindre. Grâce aux dons généreux et successifs de Michel Jamar en 1995, et de son fils Xavier en 2012, la bibliothèque Stanislas conserve aujourd’hui la mémoire de son œuvre.  Une collection d’œuvres qu’il faut faire vivre et mettre à disposition du public progressivement. C’est ce qui sera fait durant les prochaines années grâce à la Bibliothèque Numérique du Sillon Lorrain et du projet « Graveurs lorrains contemporains ».

En attendant, cet anniversaire est aussi l’occasion de dévoiler une des nombreuses œuvres de Michel Jamar conservées à la bibliothèque Stanislas.

 

Le Diable amoureux de Jacques Cazotte

 

 

Page de titre « Le diable amoureux », Fonds Jamar

Le Diable Amoureux est un roman de Jacques Cazotte publié en 1772. Le texte est considéré comme précurseur du récit fantastique. Un jeune homme, Alvare, décide de convoquer le diable en compagnie de deux amis. Le diable lui apparaît d’abord sous les traits d’un chameau, puis d’un épagneul et enfin sous les traits gracieux de Biondetta, dont il accepte les services. Alvare s’efforce de résister aux séductions et aux agaceries de Biondetta. Il décide enfin de présenter Biondetta à sa mère pour pouvoir l’épouser. En chemin, ils s’arrêtent pour participer à une noce et comme on les prend pour mari et femme, ils se retrouvent dans la même chambre. Au moment ultime, Biondetta jette le masque pour rappeler qu’elle est Belzébuth.

Cette œuvre littéraire a inspiré de très nombreux artistes au xixe et xxe siècle, que ce soit pour l’illustration des textes mais aussi dans son adaptation en pièce de théâtre, ballet ou opéra.

 

La version illustrée de Michel Jamar

 

Frontispice – Fonds Jamar

 

Michel Jamar se confronte ici à ce grand texte littéraire et propose une version illustrée éditée par  Le Cercle Grolier en 1968. Il réalise pour cette œuvre 16 burins originaux, dont un en frontispice, un dans le texte, 13 en pleine page hors-texte et un sur double page hors-texte. Dans le texte, 17 bois gravés par Gilbert Poilliot d’après des dessins de Michel Jamar viennent marquer les bandeaux et culs-de-lampe. Une suite de 32 dessins préparatoires reproduits selon des procédés photomécaniques vient compléter cette édition de bibliophilie.

L’ensemble est complété par une reliure exécutée par Engel à Malakoff et décorée d’un bronze de Michel Jamar, frappé par la Monnaie.

 

Une science qui enseigne à transformer les métaux et à réduire les esprits sous notre obéissance, gravure au burin – Fonds Jamar

 

La bibliothèque Stanislas conserve les dessins préparatoires pour l’ensemble des illustrations mais aussi des épreuves d’état et des épreuves non retenues pour ce projet. Des épreuves intéressantes qui permettent de comparer les différentes propositions et voir l’évolution du travail de l’artiste dans ce projet.

Les ruines de Portici, gravure au burin – Fonds Jamar

 

Les compositions de Michel Jamar peuvent également être comparées à celles de la première édition de cet ouvrage, conservée à la bibliothèque Stanislas (Rés. 10 412).

 

Alvare je suis le Diable… Gravure au burin, épreuve d’état complétée au crayon graphite sur le tirage et complétée de notes de Michel Jamar – Fonds Jamar

 

 

Alvare je suis le Diable… Gravure au burin, épreuve définitive qui se trouve dans l’édition illustrée – Fonds Jamar

Les dessins et gravures qu’il réalise sont fidèles à son univers où se mêlent sensualité, ésotérisme, symbolique et on y retrouve aussi son goût pour la construction architecturée et le paysage.

Michel Jamar offre ici une interprétation puissante de cette oeuvre « diabolique »…

Des Andes au jardin potager : petite histoire de la pomme de terre

Le Musée de l’Image à Epinal a ouvert le 19 mai dernier une exposition consacrée à l’histoire du jardin potager. Pour cette occasion, la Bibliothèque Stanislas a prêté le célèbre ouvrage de Jean-Baptiste de la Quintinie, Instructions sur les jardins fruitiers publié en 1697.

 

Le Solanum tuberosum dans l'ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)
Le Solanum tuberosum dans l’ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)

De très nombreux autres ouvrages conservés à la bibliothèque permettent de retracer l’histoire de notre pratique potagère et fruitière. L’occasion de revenir sur l’histoire de ces légumes incontournables au jardin potager, à commencer par la pomme de terre.

Pomme de terre, qui es tu ?

Premier légume consommé en France et en Europe, la pomme de terre est une des bases de l’alimentation des habitants d’un grand nombre de pays tempérés. Pourtant, il y a 400 ans, elle était inconnue en Europe et en Asie.

Elle a été définitivement nommée par Linné en 1753 comme Solanum tuberosum. Elle appartient à la grande famille botanique des solanacées, qui comprend des espèces aussi variées que le tabac, le piment, la tomate, l’aubergine, le poivron, le pétunia, la mandragore, la morelle ou le physalis.

On connaît environ 200 espèces de solanacées tubéreuses. Toutes originaires d’Amérique du Sud, on trouve les variétés originelles dans les Andes (Pérou, Bolivie) où plus de 100 espèces sauvages on été recensées et où l’on connaît plus de 400 cultivars de pommes de terre indigènes.

C’est une plante vivace par ses tubercules, mais nous la cultivons surtout comme annuelle.

Histoire de la domestication de la pomme de terre.

On pense que la pomme de terre, comme d’autres plantes à tubercules, a été domestiquée au cours d’une période avoisinant 8 000 ans av. J-C. Il s’agissait d’abord d’espèces sauvages. Ces espèces sauvages ont souvent un goût amer et contiennent plus où moins de substance toxiques. Les amérindiens, par la cueillette, la sélection de tubercules moins amers, moins toxiques, ont commencé la domestication. Ce sont ces tubercules là que les Européens découvrent lors de la conquête de l’Amérique du Sud.

On retrouve les traces de la consommation de la pomme de terre en Amérique du Sud dans les fouilles archéologiques précolombiennes : des vases représentant la pomme de terre dans des tombes par exemple. Il y a aussi, dans le culte des civilisations précolombiennes, la déesse Axomama, mère de la pomme de terre (comme il y avait la mère du maïs ou du quinoa).

La découverte par les espagnols.

Les Espagnols après la découverte du nouveau monde, s’établirent dans les Caraïbes et en Amérique Centrale. Les premières pommes de terre ont probablement été découvertes autour de 1530-1540, mais c’est en 1553 qu’un conquistador va en faire pour la première fois la description. C’est Pèdro Cieza de Leon, qui, dans sa longue marche à travers les Andes, écrira dans sa Cronica del Peru publiée en 1553 : « Dans les lieux voisins de Quito les habitants ont, avec le maïs, deux autres plantes qui leur servent en grande partie à soutenir leur existence, savoir : les papas, à racines presque semblables à des truffes, dépourvues de toute enveloppe plus ou moins dure ; lorsqu’elles sont cuites, elles ont la pulpe presque aussi tendre que la purée de châtaignes ; séchées au soleil on les appelle Chuno et on les conserve pour l’usage… ».

Son introduction en Europe.

Il n’y a pas de date précise concernant l’arrivée de la pomme de terre en Europe. Par contre on pense que les tubercules sont arrivés par deux portes d’entrée : l’Espagne (à partir des îles Canaries, première mention de transport de pomme de terre vers Anvers en 1567) et les îles britanniques, car les britanniques avaient fondé à la fin du 16e une colonie en Virginie (introduction en Angleterre vers 1590).

La pomme de terre, dans l'ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)
La pomme de terre, dans l’ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)

Le personnage clé dans la diffusion de cette plante à travers les jardins européens fut incontestablement le botaniste français Charles de l’Ecluse. En 1588, il reçoit deux tubercules et un fruit de pomme de terre. Puis l’année suivante il reçoit une aquarelle représentant un pied de pomme de terre. Il correspondait avec de nombreux autres botanistes dont le suisse Caspar Bauhin qui en fit la première description en 1598 et John Gerarde qui en imprima les premières illustrations (1596) et lui donna le nom de Solanum tuberosum. La mise en culture de cette plante date d’au moins vingt ans avant ces premières descriptions. 

Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)
Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)

Les premières mentions de la culture en Irlande datent de 1606 et ne cessent de se développer tout au long du 17e siècle. En 1780, on signalait une consommation moyenne de 3,5 kg par personne.

Comme souvent c’est pendant les guerres et les conquêtes que les soldats et fantassins amènent de nouvelles plantes. Avec la guerre de Trente ans commencée en 1617, la pomme de terre se diffuse en Allemagne et en Prusse. Toutes les descriptions à cette époque parlent de truffe de terre.

La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)
La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)

Introduction en France.

C’est dans l’est de la France que l’on signale les premières cultures de pomme de terre. Probablement arrivées par la Suisse, on signale dès le début du 16e siècle des cultures en Bourgogne et en Ardèche. Puis à la fin du 16e siècle, dans les Vosges lorraines, venant probablement d’Alsace. Au 18e siècle de nombreux textes apparaissent et enseignent la culture de la pomme de terre, notamment Le bon jardinier, édition de 1785. La production commence à se développer dans certaines régions. A Saint-Dié des Vosges, en 1758, on atteint une production d’environ 2000 tonnes de pommes de terre. A cette époque, on considérait la production de pommes de terre comme destinée aux pauvres.

Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)
Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)

Les disettes et famines étaient encore fréquentes à l’époque, liées aux mauvaises récoltes céréalières. Au 18e siècle, avec l’engouement de l’élite pour l’agriculture, les scientifiques et agronomes cherchaient un moyen d’éliminer les disettes. En 1769 et 1770, une terrible famine toucha la France. L’Académie de Besançon proposa un concours scientifique : « Indiquez les végétaux qui pourraient suppléer en cas de disette à ceux que l’on emploie communément à la nourriture des hommes et quelle en devrait être la préparation ».  Parmentier obtient le premier prix en proposant la pomme de terre. Pour convaincre le roi, il offre à Louis XVI un panier de tubercules qui sera préparé à la table du roi. Pour convaincre les savants il offre un dîner où sont proposés plus de 20 plats à base de pomme de terre. Pour convaincre les citadins, il fait garder de jour, mais pas de nuit, un grand champ de culture de pommes de terre. Pensant cette plante précieuse, les citadins volent des tubercules la nuit. De cette manière, Parmentier réussit à convaincre l’ensemble de la population de la qualité alimentaire et culinaire de cette plante.

Recherche sur les végétaux nourrissans..., Parmentier, 1781 (303 209)
Recherche sur les végétaux nourrissans…, Parmentier, 1781 (303 209)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)

La création variétale.

Au cours du siècle suivant, les scientifiques vont travailler progressivement à l’adaptation des variétés aux conditions de culture européennes et au goût des européens. Au XIX e siècle on assiste à une véritable explosion variétale. En 1777, on décrivait plus de 40 variétés, en 1810 110 variétés, en 1846 la catalogue Vilmorin en rassemble 177, celui de 1880 en propose 630. En 1920 on dépasse 2000 variétés. Avec l’industrialisation d’après-guerre, beaucoup ont disparu mais des spécimens sont conservés pour la création de nouvelles variétés.

Aujourd’hui on tend à retrouver ces variétés anciennes qui offrent une grande diversité de goûts, de couleurs, de formes ainsi que des résistances à des maladies ou des ravageurs.

Bibliographie :

Pitrat (Michel) et Foury (Claude), Histoires de légumes : des origines à l’orée du XXIe siècle, INRA, 2003. (cote DLI-467 067)

Peltre (Jean-Marie), Ces plantes que l’on mange, Chêne, 2009

Bloch-Dano (Evelyne), La fabuleuse histoire des fruits et légumes, Grasset, 2011

 

Place des Manuscrits : exposer le manuscrit littéraire

L’édition 2015 du festival littéraire « Le Livre Sur la Place » a été l’occasion pour les bibliothèques de Nancy d’exposer une sélection des manuscrits littéraires lorrains et lettres d’écrivains célèbres conservés dans le fonds des archives et manuscrits. Du 11 au 13 septembre, dans le péristyle du Musée des Beaux-Arts, les visiteurs ont pu voir et lire des textes de Victor Hugo, Edmond de Goncourt, Gyp, mais aussi de Gilles Laporte, Lilyane Beauquel, Jean-Philippe Jaworski, Muriel Carminati et Nicolas Mathieu qui avaient fait l’amitié de prêter un extrait de leur œuvre.

Continuer la lecture de Place des Manuscrits : exposer le manuscrit littéraire

Que fait Stanislas à la Monnaie de Paris ?

La voix libre du citoyen – en polonais Głos wolny wolność ubespieczaiący – est l’une des œuvres politiques et philosophiques de Stanislas 1er conservées à la Bibliothèque-médiathèque de Nancy1. Cet ouvrage, attribué sous réserve au roi Stanislas, aurait été composé en 1738 et imprimé à Nancy en 1749, ou en Pologne, à Torun ou Dantzig2.

Continuer la lecture de Que fait Stanislas à la Monnaie de Paris ?

  1. Cet in-4° porte la cote Rés. 4091 []
  2. Bibliografia Estreichera, T. XXI, p. 218 []

Saint-Nicolas s’affiche en Père Noël

Entre la guerre de 1870 et le début de la première Guerre Mondiale, Nancy connaît une période de développement sans égale dans les domaines de l’édition et des arts graphiques. Qu’on songe à la presse quotidienne régionale1, aux cartes postales2, aux revues liées à l’art et à l’industrie3, sans oublier les productions sans nombre de l’éditeur Oscar Berger-Levrault, on reste étonné par la vitalité de la cité durant toute cette période.

Continuer la lecture de Saint-Nicolas s’affiche en Père Noël

  1. « Au début du siècle, on publie à Nancy cinq quotidiens dont l’aire de diffusion dépasse la ville et le département. Le Journal de la Meurthe et des Vosges, monarchiste et conservateur, L’Eclair de l’Est, catholique et libéral, L’Impartial de l’Est surtout lu dans les campagnes, L’Est Républicain, républicain progressiste et L’Etoile de l’Est dont Emile Gallé dessina la manchette, le plus orienté à gauche ». Préface de François Roth pour Nancy 1900 au quotidien : scènes de la vie des Nancéiens. Nancy : Médiathèque de Nancy, 1999. []
  2. Capitale de la France de l’Est, Nancy sera vite baptisée « capitale de la carte postale ». []
  3. Principalement Art et industrie, Nancy artiste suivi de La Lorraine artiste, La Lorraine artiste et littéraire, La Revue Lorraine illustrée, Le Cri de Nancy, Le Pays Lorrain, etc. []

Le fonds patrimonial s’enrichit

La Bibliothèque-médiathèque poursuit depuis de nombreuses années l’enrichissement de son fonds patrimonial selon différentes modalités et a défini pour ce faire une politique d’acquisition du patrimoine écrit et graphique dont voici les grandes thématiques.

Continuer la lecture de Le fonds patrimonial s’enrichit

Le chantier des collections (2013-2015)

La bibliothèque est un organisme vivant qui doit s’adapter aux changements de son environnement politique et documentaire.

Une étape normale dans la vie d’une bibliothèque historique

La Bibliothèque municipale de Nancy a déjà vécu plusieurs réorganisations profondes de ses collections :

  • entre 1793 et 1803, avec l’arrivée massive des confiscations révolutionnaires : inventaires, signalement, mises à disposition ;
  • dans les années 1890, sous la direction de Justin Favier, qui l’a introduite dans la modernité : rédaction de catalogues, recotation massive, réaménagement ;
  • dans les années 1950, pour se tourner vers la lecture publique : nouvelle recotation des magasins, ouverture des sections de lecture publique

Relativement protégée lors de l’ouverture de la Médiathèque de la Manufacture en 1992, la Bibliothèque Stanislas a vu il y a tout juste un an démarrer un nouveau « chantier des collections », s’inscrivant dans la continuité des précédents. Prévu pour durer au moins 3 ans, il se justifie par l’accumulation des collections et leur dispersion, due aux agrandissements, aménagements et choix successifs de ses directeurs.

Les signets matérialisent les ouvrages du DL éparpillés dans le fonds général
Les signets matérialisent les ouvrages du DL éparpillés dans le fonds général 

3 objectifs

Le premier objectif du chantier ainsi engagé consiste à repérer et rassembler les collections dispersées. Que ce soit par le biais du catalogue (conversion rétrospective, informatisation des collections spécialisées, numérisation des fonds) ou de manière tout à fait matérielle (pose de signets, isolement du dépôt légal), il s’agit d’un travail de fourmi qui requiert l’ensemble des compétences que l’on peut trouver dans une équipe de bibliothécaires, depuis la manutention jusqu’à l’identification d’un ex-libris.

Le deuxième objectif est de traiter les collections selon leur destination : collections patrimoniales ou collections courantes. Le repérage et le tri des collections non patrimoniales (collections courantes du fonds d’étude) permet de dégager des locaux dévolus aux fonds pérennes. Une nouvelle réserve précieuse est en cours d’aménagement pour les manuscrits (5 localisations actuellement) et les estampes (5 localisations également). Il est aussi prévu de rassembler physiquement toutes les collections lorraines dans un magasin et tout le dépôt légal dans un autre.

Enfin, le troisième objectif, à plus long terme, est d’entamer la phase suivante de l’histoire de la bibliothèque : l’étude approfondie de ses collections patrimoniales afin d’en proposer une meilleure valorisation.

Les fiches à trier en vue de la rétroconversion
Les fiches à trier en vue de la rétroconversion, soit plus de 340 tiroirs

5 équipes

Cette grande entreprise de remise en ordre a pu voir le jour grâce à la constitution de 5 équipes, impliquant l’ensemble du personnel de la Bibliothèque Stanislas, qui travaillent simultanément et souterrainement (car rien de tout cela n’est visible du public) à la réalisation des objectifs du chantier des collections :

  • l’équipe « rétroconversion », chargée de préparer et mener à bien l’informatisation de 90 000 notices d’imprimés qu’on ne trouve toujours pas dans le Catalogue collectif de France ;
  • l’équipe « monographies », chargée de chasser dans le fonds postérieur à 1945 tout ce qui ne doit pas s’y trouver, des ouvrages obsolètes aux rara du Fonds lorrain échouées là on ne sait pourquoi ;
  • l’équipe « périodiques », qui dénoue la tapisserie complexe des cotes enchevêtrées entre abonnements vivants, morts, titres du dépôt légal (ou pas, ou plus, ou partiellement) et périodiques régionaux ;
  • l’équipe « fonds lorrain », qui ravaude patiemment sa collection éparpillée au gré du vent, en dépit des quantités de cotes, de travées et de morceaux de magasins déjà identifiés1  ;
  • l’équipe « réserves », qui a pour mission de déployer les imprimés, les manuscrits et le Cabinet des Estampes dans les locaux existants et la meilleure proximité des recommandations concernant la conservation.

Il  s’y ajoute une méta-équipe « rationalisation », composée de l’ensemble des chefs d’équipe ainsi que de quelques collègues qualifiés (responsable du dépôt légal, responsable des collections de lecture publique du réseau) qui planifie, affecte, réaffecte et prévoit sur un plus long terme les déplacements de collections puis les priorités dans la politique documentaire du site et sa politique scientifique.

Les problèmes
Les boites à problèmes

Et dans la réalité…

Le chantier des collections est au quotidien un chantier où l’on fait des trouvailles, où l’on charrie des cartons, où l’on lève les yeux au Ciel, où l’on s’arrache les yeux sur un codage bizarroïde…

Mais on y rit beaucoup et souvent, aussi ; on célèbre les petites étapes franchies ; et bien qu’on soit encore loin d’une parité entre les tonnes de papier déplacées et la quantité de confiseries englouties, on est loin de s’y laisser mourir de faim !

 

 

  1. Le tiers des petits formats n’était pas à l’inventaire : 6000 numéros à ajouter aux registres ; 30% du fonds est passé à travers la campagne de rétroconversion pour des raisons inconnues : un chantier de catalogage de 4000 notices nous attend à partir de 2016. Et tout cela pour un fonds « très bien connu » []