Archives de catégorie : Une histoire de bibliothèque

Le chantier des collections atteint sa vitesse de croisière

Après trois années d’élaboration de projet et surtout d’intenses réorganisations de locaux entiers, tant de stockage que publics, l’année 2016 a vu l’achèvement de certaines phases de chantier et le passage en production des nouveaux services. La poursuite des réaffectations de locaux s’effectue de manière plus ciblée grâce à de nouveaux outils.

La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe
La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe

L’achèvement de la conversion rétrospective des catalogues

Entamée en 2014 avec le soutien financier et logistique de la Bibliothèque nationale de France, la conversion rétrospective du catalogue des ouvrages imprimés (1811-1970) s’est terminée à l’été 2016. Après la phase de validation, plus de 80 000 notices ont fait leur entrée au catalogue Co-libris au dernier trimestre 2016 et seront bientôt visibles au sein du Catalogue collectif de France1.

Le succès pour les nouveaux services liés aux collections

Le passage en libre-accès des périodiques récents et des monographies acquises pour le fonds d’étude s’est traduit par une augmentation de leur utilisation sur place et en prêt à domicile de l’ordre de 10 %. Cela peut paraître faible mais le public visé est nettement moins large qu’en médiathèque.

L'accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d'une nouvelle acquisition
L’accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d’une nouvelle acquisition

La mise en ligne via Gallica d’ouvrages de référence sur l’histoire de Nancy et les nouveaux chargements effectués sur le Kiosque lorrain et sur Flickr n’ont pas eu d’impact négatif sur la fréquentation de la salle patrimoniale. Au contraire, peut-être, le nombre de documents physiques consultés a bondi de 30 % et le courrier scientifique (incluant les demandes de reproduction) de 15 %.

La poursuite de la réaffectation des magasins

Collections du dépôt légal

La rétroconversion des notices permet de repérer et relocaliser plus rapidement les monographies qui sont concernées par le changement de magasin. La politique à suivre est désormais formalisée.

Périodiques

Le repérage des différents fonds dispersés a été effectué. Les titres patrimoniaux ont vocation à être rassemblés dans des locaux particuliers. Ainsi, l’abandon du magasin de sous-sol a été l’occasion de réaffecter un autre lieu à l’accueil des journaux locaux morts. Ceux-ci ont fait l’objet auparavant d’une campagne soignée de catalogage, d’informatisation des fascicules, de conditionnement voire de réparation.

Vue du petit grenier
Vue du petit grenier

Les collections de revues académiques font actuellement l’objet d’une sélection serrée menée en lien étroit avec l’Université de Lorraine et les autres institutions documentaires de conservation du Grand-Est.

Enfin, les collections d’échanges de publications de sociétés savantes déposées par l’Académie de Stanislas sont en cours de réunion pour analyse de leur intérêt au regard de la politique de grande ampleur menée par la BnF.

  1. Article détaillé à venir. []

Nabécor

Une des bibliothèques de proximité du réseau des Bibliothèques de Nancy est implantée depuis peu rue de Nabécor. L’occasion de faire un rapide historique de ce quartier et de ce nom aux consonances étranges !

Nabécor, une origine énigmatique

Longue d’environ 600 mètres, la rue de Nabécor est située dans un des anciens Faubourgs de Nancy. Elle permet de relier l’avenue de Strasbourg à la rue du maréchal Oudinot. La partie qui nous intéresse se trouve dans le Faubourg Saint-Pierre. Dans l’organisation de la ville à la fin du xixe siècle, on compte huit faubourgs.

Eglise Saint-Pierre, Nancy monumental et pittoresque (70 038)
Eglise Saint-Pierre, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

Ce faubourg, situé aux limites de la ville, fonctionnait alors comme un village indépendant. Au xiiie siècle, il était majoritairement habité par les vignerons et les jardiniers de Nancy. Les Carmes et les prêtres de la Communauté de Saint-Sébastien y étaient propriétaires d’une partie des maisons d’habitation et des terrains . À l’époque moderne, ils furent rejoints par les jésuites et les prêtres de la mission. L’existence d’un ruisseau permettant de s’approvisionner en eau et d’irriguer les cultures explique sans doute l’installation de ces communautés.

L’origine de l’appellation « Nabécor» est matière à controverse. Selon Christian Pfister1, il s’agissait peut être d’une personne, Albert et d’un lieu planté de noisetiers, « corl » trouvant son étymologie dans le mot latin corylus : « le champ de noisetiers appartenant à Albert ».

Nabécor peut aussi s’expliquer par  l’emplacement géographique du lieu : Ambescote, « en bas de la côte », relativement à la position de quartier en contrebas du domaine de Saurupt situé sur une colline2.

D’autres historiens pensent que la rue tient son nom du ruisseau évoqué ci-dessus prenant sa source sur les hauteurs de Vandoeuvre, vers Rémicourt, contigu au château du Charmois.  Ce cours d’eau forme le long de la rue du Maréchal Oudinot l’extrême limite du territoire de Nancy3. Cette version semble la plus pertinente.

Le développement urbain

Dans la seconde moitié du xixe siècle, le faubourg s’étend à la faveur de deux infrastructures propices à son développement : le passage de la voie ferrée à proximité (quai de la Bataille et quai René ii), et la construction du Canal de la Marne au Rhin. L’annexion de l’Alsace-Moselle en 1871 favorise l’installation d’industriels dans ce secteur de la ville. Les maisons d’habitation voient alors le jour de part et d’autre de l’axe principal constitué par l’avenue de Strasbourg, rebaptisée par la suite dans sa seconde partie en avenue du maréchal de Lattre de Tassigny.

De nos jours, le quartier Saint-Pierre abrite plusieurs lieux ou édifices remarquables.

Les lieux remarquables du quartier

Un beau jardin public de deux hectares est accessible depuis l’avenue de Strasbourg, le Parc Olry. Il est situé sur une ancienne léproserie et appartient à Achille Olry (1821-1903), avocat de profession et amateur éclairé de botanique. En 1913, ce bien est légué à la ville, à condition que l’espace soit ouvert au public. Dans les années 20, Nancy fait l’acquisition de deux terrains contigus permettant d’étendre la surface du futur jardin public et d’implanter les serres municipales. Ouvert en 1924, son entrée monumentale  est constituée d’un imposant portail du  XVIIIe siècle provenant de l’Hôtel de Mahuet (rue Saint-Dizier).

 

Nancy, Eglise de Bonsecours (P-FG-CP-01079)
Nancy, église de Bonsecours (P-FG-CP-01079)

L’édifice emblématique du quartier est l’église Notre-Dame de Bonsecours. Elle a été érigée en lieu et place d’une chapelle datant de 1477, construite en mémoire des nombreux soldats ayant péri au cours de la bataille opposant René ii et ses troupes à l’armée bourguignonne de Charles Le Téméraire. L’actuelle église baroque de Bonsecours  est l’œuvre d’Emmanuel Héré, architecte de Stanislas. Ce dernier voulait faire de cet édifice religieux, dont il posa symboliquement la première pierre en 1738, la nécropole de sa famille. On y trouve en effet les sépultures de Stanislas  de son épouse Catherine Opalinska, et le cœur de leur fille, Marie Leszczynska.

Emmanuel Héré est également chargé par Stanislas de la conception d’un hôtel de la Mission Royale  connu également sous le nom  d’ ancien grand séminaire, situé face à l’église Saint-Pierre.

Grand séminaire de Nancy - cour d'honneur, Nancy monumental et
Grand séminaire de Nancy – cour d’honneur, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

L’église Saint-Pierre, de style néogothique date de la fin du xixe siècle. Pour des raisons financières, le deuxième clocher n’a jamais été achevé. La pureté de ses lignes contraste fortement avec le milieu urbain.

De part et d’autre de l’avenue de Strasbourg, l’ancien faubourg Saint-Pierre est doté de plusieurs établissements hospitaliers.

Hôpital civil, Nancy monumental et pittoresque (70 038)
Hôpital civil, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

L’Hôpital central, érigé en 1879 sur les plans de l’architecte Prosper Morey, a connu une importante extension en 1998. Initialement nommé Hôpital Civil, il change de désignation en 1931. Le projet d’origine vise à la fois la rationalisation de l’espace avec l’organisation de soins par secteurs et le respect des règles hygiénistes  prônées à cette époque. Il s’agit de faire la part belle à la luminosité en prévoyant de grandes ouvertures.

Nouvel hôpital de Nancy : plan du rez-de-chaussé. collection Archives municipales de Nancy

Quant à la maternité régionale qui ouvre en 1929, elle tient son nom de l’obstétricien renommé Adolphe Pinard (1844-1934).

 

 

  1. Histoire de Nancy, T.1, 1902, p. 25 . []
  2. Abbé Marchal, Origine probable du nom de Nabécor donné à un canton du Faubourg Saint-Pierre de Nancy, 1869. []
  3. Charles Courbe, Promenades historiques à travers les rues de Nancy au xviie siècle, à l’époque révolutionnaire et de nos jours : recherches sur les hommes et les choses de ces temps, Nancy, 1883 ; Émile Badel, Dictionnaire historique des rues de Nancy, 1904. []

Une enseignante à la Bibliothèque

Durant l’année scolaire 2013-2014, la Bibliothèque a accueilli un professeur des écoles en reconversion professionnelle afin de participer à l’apprentissage de son nouveau métier de bibliothécaire. Elle a été pleinement intégrée à l’organigramme de la bibliothèque au sein de la cellule Action culturelle, avec pour mission la conception et la modélisation des livrets pédagogiques accompagnant les accueils de classes. Cette mission a été dûment remplie, et nous sommes heureux de publier aujourd’hui le bilan de cette « année à la Bibliothèque ».

Continuer la lecture de Une enseignante à la Bibliothèque

Le fonds patrimonial s’enrichit

La Bibliothèque-médiathèque poursuit depuis de nombreuses années l’enrichissement de son fonds patrimonial selon différentes modalités et a défini pour ce faire une politique d’acquisition du patrimoine écrit et graphique dont voici les grandes thématiques.

Continuer la lecture de Le fonds patrimonial s’enrichit