La collection Takashima

Trente cinq livres illustrés comportant près d’une centaine de volumes composent la collection Takashima.

La collection Takashima en quelques mots…

Cette série de livres illustrés avait été léguée au Musée Historique Lorrain par son Conservateur, René Wiener, qui les avait reçus de Takashima à la fin de ses études à l’École Forestière de Nancy. Ce dernier avait résidé à Nancy de 1885 à 1888. Vers 1955, l’abbé Choux transféra cette collection à la Bibliothèque municipale. D’après les notes manuscrites inscrites dans La Grande encyclopédie de Yedo, Michel Huriet, alors en poste à Tokyo à l’Ambassade de France, semble en avoir réalisé l’inventaire. C’est cet inventaire qui a fourni la base d’un catalogage sommaire.

Livres japonais de la collection Takashima
Scènes de la vie à Tokyo. Rés 4823

Les ouvrages, in-octavo et in-quarto, sont aujourd’hui conservés dans la réserve précieuse, sous les cotes Rés. 4823 (1-35). On les retrouve aisément en saisissant le nom « Takashima » dans l’interface de recherche du catalogue Co-libris1. Notons que la mention des formats évoqués est purement indicative, puisqu’à l’évidence, la facture des livres japonais ne répond en rien aux formats européens traditionnellement exprimés en in-8°, in-4° et in-2°.

Dans l’ensemble, la collection offre un bel échantillon du répertoire iconographique traditionnel japonais : scènes de la vie quotidienne, large présence de la nature, faune et flore réunies, et catalogues de motifs décoratifs pour kimonos ou autres supports. Qu’ils soient précieux, c’est le cas de quelques uns, ou relèvent de l’édition populaire, tous reflètent l’intérêt de leur propriétaire pour le dessin. Tous ont été imprimés au Japon entre 1868 et 1888 environ – quelques uns, postérieurs au départ de Takashima de Nancy, ont certainement été acquis par René Wiener et joints à la collection offerte –  et sont donc représentatifs de la production japonaise des débuts de l’ère Meiji (1867) qui voit le pays s’ouvrir à l’Occident.

Le raffinement des images

Les albums xylographiques sont des recueils de gravures, imprimés selon la même technique que les estampes ukiyo-e. Leur histoire est néanmoins plus ancienne que les estampes en feuilles séparées elles-mêmes, puisqu’on en trouve les premiers exemples dès le début du xviie siècle. C’est cependant vers la fin de ce siècle, lors-qu’apparut la gravure à feuille unique, que commencèrent à être publiés des ouvrages xylographiques composés majoritairement d’illustrations, auxquels on donna le nom de ehon ou « livre d’images ».

Livres japonais de la collection Takashima
Album de reproductions. Rés 4823

Ces albums connurent une évolution technique comparable à celle des estampes et furent publiés en grand nombre par les peintres de l’école ukiyo-e. Les amateurs rivalisèrent entre eux pour soutenir, à grand frais, la publication de ce genre de recueils qui avaient parfois un caractère privé. C’est pourquoi on trouve dans ce domaine de nombreux ouvrages d’un grand raffinement technique et d’une haute valeur artistique, qui dépassent souvent la qualité des estampes à feuille unique, produites en grande quantité et à bon marché. Outre le travail de la gravure, de la mise en couleurs, on observera celui du papier. Ces points nous amènent à parler de la composition matérielle des ouvrages et à mettre en évidence les problèmes liés à la prise de vue photographique lorsqu’on veut reproduire les images contenues dans de tels livres.

Composition matérielle et difficultés de lecture

Deux problèmes essentiels se posent.  Le premier est lié aux difficultés de manipulation des livres en raison de la nature des reliures. Le second découle directement de ces difficultés et oblige à se poser la question du respect de l’intégrité artistique des images. Tentons une explication concrète.

Les livres japonais se présentent principalement sous deux formats différents. Le format en accordéon offre l’avantage de présenter chaque image à plat. Que le papier soit très fin ou qu’il soit fort, voire cartonné, le feuilletage est aisé, les images n’ont pas besoin du secours des mains pour se maintenir à plat. Dans le cas présent, la prise de vue photographique peut s’opérer sans difficulté. Voilà de quoi satisfaire l’œil du lecteur et simplifier le travail de l’opérateur. Cependant, la forme de reliure la plus représentée dans la collection Takashima est celle baptisée « reliure à la chinoise » ou « reliure à la japonaise ». Ce type de reliure s’apparente davantage au brochage qu’à la reliure proprement dite. Rapide, facile d’exécution, très peu coûteuse, elle consiste à assembler les feuillets en pratiquant quatre ou six perforations sur le bord gauche des feuillets, puis à passer un fil de couture ou un ruban pour les lier. Le procédé est simple mais il réduit la possibilité d’ouverture du livre. Ce dernier doit être maintenu et ne peut être mis à plat, sauf à vouloir l’écraser ce qui entraîne la rupture des coutures. On voit par là que le travail de reproduction photographique s’en trouve compliqué.

Livres japonais de la collection Takashima
Suite de paysages, Osaka. Rés 4823

Cette difficulté est loin de constituer un détail car, nombre d’illustrations sont composées pour occuper les deux feuillets. Nous n’avons pas affaire à une image pliée en deux puis cousue. Bien souvent, une image est constituée de deux gravures dont la lecture s’opère visuellement par rapprochement du feuillet gauche avec le feuillet droit, après la reliure. Le dessin des deux gravures est donc composé dès l’origine en intégrant la problématique dimensionnelle et matérielle de la reliure. Ayant pris conscience de ces difficultés matérielles, et de la fragilité intrinsèque des livres ainsi conçus, on comprendra pourquoi le photographe est, plus souvent qu’à l’envie, contraint à ne reproduire qu’une partie de l’image, la droite ou la gauche, selon la composition artistique. Aux yeux de l’artiste, c’est une hérésie car on prend le détail pour le tout : la moitié de l’image, ce n’est pas l’image ! Dans les compositions asymétriques, la reproduction privilégiera la partie la plus riche au détriment de la plus sobre, détruisant ainsi l’équilibre subtil et savant de la composition. Ces précisions dites, on trouvera encore un plaisir et un intérêt certains à consulter la galerie d’images sélectionnées dans l’ensemble de la collection Takashima. On vérifiera qu’elles nous parlent bien de la passion du dessin qui animait le personnage.

 Qui était Takashima ?

 Tokouso Takashima2 naquit le 26 Septembre 1850 à Haghi, à l’extrémité sud-Ouest de l’île Niphon (aujourd’hui Honshu), une des principales îles de l’archipel japonais. Issu de la noblesse, fils de médecin, il vit à une époque de profonds bouleversements pour le Japon, époque marquée par l’avènement de l’ère Meiji, du nom de son empereur. L’ère Meiji (1868-1912) est caractérisée par l’ouverture au monde extérieur du Japon, permettant au pays d’entrer dans l’ère industrielle, et de sortir d’un régime essentiellement féodal, le régime de shogounat, qui avait fermé le Japon à toute influence étrangère pendant 250 ans. M. Takashima père appartenait à la classe des samouraïs, le second rang des cinq qui composaient la société japonaise.

Lithographie de Edmond Auguin (25 decembre 1887)
Lithographie de Edmond Auguin (25 decembre 1887)

De ce fait, Tokouso bénéficie d’une éducation traditionnelle extrêmement poussée, où la calligraphie du chinois et du japonais ancien occupe une place importante, à côté de disciplines plus usuelles : histoire, géographie et surtout sciences naturelles. Il fait un cursus classique et termine ses études à 20 ans, à la suite de quoi, après un court passage dans l’armée, il se rend à Tokyo pour s’y perfectionner dans l’étude des sciences et des méthodes européennes. Nous sommes alors en 1870, au commencement de l’ère Meiji. Il entre ensuite dans une école particulière où il approfondit la botanique et la géologie, cependant qu’il s’initie à la connaissance du latin usité pour les classifications en sciences naturelles.
Au bout de trois ans de ces études supplémentaires, il est attaché en 1867 au service du Ministère de l’Agriculture, constitué alors sur le modèle des administrations européennes. Pendant deux ans, dans ses nouvelles fonctions, il poursuit ses études de botanique et commence ses propres travaux. A vingt-sept ans, accompagné d’un peintre dessinateur, il parcourt le Japon pendant sept ans. De ce périple, il tirera la matière d’un Traité descriptif de la flore japonaise et d’une Carte forestière du Japon. Ces travaux attirent l’attention de son gouvernement qui le désigne pour accompagner, à titre de commissaire adjoint, une exposition en Écosse en 1884. Le succès de cette exposition lui vaut  une nouvelle mission de trois ans en Europe, afin d’y étudier le fonctionnement des administrations européennes.

En 1885, il arrive à Nancy où il suit les cours de l’École Forestière. Il y apprend le français et fait don à l’École forestière des planches et cartes de sa main. Il se lie d’amitié avec Émile Gallé, Louis Hestaux, Camille Martin et René Wiener et diffusera largement ses dessins dans les milieux artistiques de Nancy. C’est dans la revue Nancy-Artiste qu’apparait pour la première fois, le 13 décembre 1885, le nom de Takashima. On l’y retrouve chaque année jusqu’à son départ de Nancy.  Il figure au catalogue du Salon de Nancy de 1886, c’est-à-dire à l’exposition organisée par la Société des Amis des Arts, dans une salle de l’actuelle bibliothèque municipale3. En 1888, il rentre au Japon, où il devient Directeur des forêts. A son départ, il laisse quatre-vingt-dix-huit de ses œuvres à quarante-deux amateurs nancéiens, outre les planches données à l’École forestière.
Passé le premier engouement dû davantage à la mode du japonisme, en plein essor à son arrivée en France, et au côté « exotique » de son apparence, les témoignages retrouvés sur l’homme font apparaître un esprit ouvert, chaleureux, à l’humour discret, un peintre au talent plein de finesse et de sensibilité, sachant concilier tradition et nouveauté. « Il n’est pas douteux que Tokouso Takacyma fut un facteur, sinon essentiel, du moins non totalement négligeable, du développement de l’influence japonaise pour les créations et le mouvement artistique alors en gestation dans la ville »4

Livres japonais de la collection Takashima
Album de reproductions. Rés 4823

 

Regards actuels

Les liens de la ville de Nancy avec le Japon sont aujourd’hui très vivants. La ville de Kanasawa est jumelée à la nôtre depuis 1973. Les touristes japonais ne manquent pas de visiter, entre autres lieux ou monuments, le Musée de L’École de Nancy, le Musée des Beaux-Arts de Nancy,  et, plus spécifiquement, chaque année, des universitaires font le voyage pour venir étudier les traces laissées par Takashima à la fin du xixe siècle. L’arrêt « Bibliothèque Stanislas » est incontournable car, si Takashima n’y a pas laissé d’œuvres de sa main, les livres qui composaient sa petite bibliothèque japonaise sont aujourd’hui très recherchés et ne laissent pas de nous étonner. Les collections de livres japonais illustrés sont rares en France. La Bibliothèque Nationale de France peut se targuer d’en conserver, mais il faut ensuite porter son regard vers les institutions plus spécialisées comme le Musée Guimet par exemple.
Par ailleurs, on ne peut ici évoquer les artistes de l’École de Nancy et les liens avec le Japon sans citer René Wiener (1855-1939) et le renouveau qu’il a impulsé dans le domaine de la reliure d’art. On verra dans un prochain carnet d’Épitomé comment le japonisme a marqué son travail avec quelques reliures japonisantes conservées à la Bibliothèque Stanislas.

Galerie d’images

 

Bibliographie

François LE TACON et Pierre VALCK, éd., Emile Gallé : l’amour de la fleur, Nancy : Ed. Place Stanislas, 2008.
Enkunobu YAMANE, « L’influence du japonisme dans l’œuvre d’Émile Gallé », dans Annales de l’Est, 2005, n° spécial.
Cent ans après, le retour d’un japonais à Nancy : Takashima Hokkai, 1850-1931 [expos., Nancy, 1987], « Cahiers du Musée des Beaux-Arts de Nancy », n°2.
Hokkai Takashima [expos., Shimonoseki, 1986], Shimonoseki  City Art Museum, 1986.
Françoise-Thérèse CHARPENTIER, « Un japonais  à Nancy au xixe siècle : Tokuso Takacyma, 1850-1931″ dans Le Pays Lorrain, 1979, n°1, p. 1-12.
Françoise-Thérèse CHARPENTIER, « Quand on naissait japonais à Nancy », dans Le Pays Lorrain, 1962, p. 29-31.

  1. Deux ouvrages japonais, un in-folio coté 690 065, et l’ouvrage cité plus haut, Edo ō setsuyō Kaidai Kura = Grande encyclopédie de Yedo, Tokio : Libr. continentale, 1865-66, coté Rés. 4560, n’ont peut-être pas appartenu à Takashima. Cette dernière a été donnée par la Société de Géographie de L’Est []
  2. On trouvera selon les sources Hokkai ou Tokouso, Takashima ou Takacyma. []
  3. En effet, elle n’avait pas encore subi les grands travaux qui placeront la salle de lecture, avec ses boiseries baroques, à l’étage noble, et elle accueillait nombre de manifestations artistiques ou politiques []
  4. « Un japonais  à Nancy au xixe siècle : Tokuso Takacyma, 1850-1931″ dans Le Pays Lorrain, 1979, n°1, pp. 1-12. []

Gérer un fonds iconographique en bibliothèque

Dans la plupart des bibliothèques, la gestion des fonds iconographiques pose problème. Comment gérer ces documents particuliers en termes de catalogage, de conservation et de communication ? Sur ces points, toutes les bibliothèques ont des pratiques et des méthodes différentes. Certaines ne font que peu de distinction entre le fonds d’ouvrages et ce fonds particulier, d’autres le considèrent comme un fonds précieux et appliquent les règles en conséquence. La bibliothèque de Nancy s’est penchée sur cette question à partir de septembre 2011 lors de la réorganisation du fonds iconographique.

Le fonds de la bibliothèque Stanislas

En septembre 2011, le nombre de documents iconographiques était estimé à environ 30 000 pièces. Composé de dessins, d’estampes, de photographies, de cartes postales, d’affiches et de cartes géographiques, il était conservé en différents endroits de la bibliothèque, dont une partie principale en magasin, au milieu des rayonnages de livres. Ce fonds a été conservé selon le classement presque originel du xixe siècle, commun à de nombreuses collections d’art graphique, c’est-à-dire selon un classement thématique (portraits, artistes, localités, etc.). Un classement qui offre l’avantage de pouvoir chercher directement dans les collections, par ordre alphabétique, mais qui reste peu pertinent pour la conservation et pour la recherche lorsque l’œuvre d’un artiste se trouve rangée dans un classement iconographique.

Documents non conditionnés
Documents non conditionnés
Ce fonds iconographique avait été coté et répertorié de manière très succincte. Les lecteurs utilisaient de volumineux répertoires issus de fichiers textes pour faire leurs recherches et demander les documents. La communication se faisait en salle de lecture, au milieu d’autres lecteurs, avec un nombre non limité de documents iconographiques consultables à la fois.

Changement de programme

En septembre 2011, la bibliothèque a entrepris de réorganiser ce fonds afin se conformer aux normes de catalogage et de conservation en vigueur. Un état des lieux a été dressé, mettant en évidence les faiblesses de l’actuel classement, et des propositions ont été faites pour améliorer quatre points importants : catalogage, conservation, classement, communication.

Parallèlement, il est apparu que les collections iconographiques n’avaient pas toutes été prises en compte dans les estimations. En effet, de très nombreux recueils factices d’estampes se trouvent catalogués et conservés comme des livres. Ces recueils représentent une part importante de ce fonds en termes de quantité mais aussi de qualité. Un travail de recensement de l’intégralité du fonds a été entrepris.

Les fonds graphiques dans les autres institutions

D’autres institutions culturelles conservent ce type de fonds. Musées et archives ont des pratiques différentes ; les musées adoptent des normes de conservation préventive plus rigoureuses et un catalogage souvent plus poussé, les archives adoptent un traitement de type archivistique. Après avoir étudié ces différentes pratiques, la bibliothèque Stanislas a tenté de trouver un juste milieu qui réponde à ses besoins et ses exigences en termes de conservation, de catalogage et de communication.

La réorganisation du fonds

Le conditionnement était inadapté : des boîtes souvent trop grandes par rapport à la taille des documents qui bougent et s’abîment à l’intérieur, une perte de place évidente dans des locaux déjà restreints en espace, des boîtes à moitié remplies et des documents parfois trop grands ou repliés dans des boîtes trop petites.

Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites)
Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites).

Un reconditionnement en quatre formats a été adopté, dans des boîtes de conservation et meuble à plan. Les documents sont reconditionnés en pochettes de papier permanent ou pochettes polyester qui seront au format de la boîte et non du document. Un dépoussiérage des œuvres, des boîtes et des espaces de stockage est effectué systématiquement.

Gommage d'un document
Gommage d’un document avant sa numérisation et son reconditionnement.

La manipulation et la communication étaient également un gros problème pour la conservation des documents. Le manque d’espace et le manque de sensibilisation du personnel et des lecteurs à la fragilité de ces œuvres engendrait un risque à chaque communication. Des actions d’aménagement et de formation ont été menées : un plan de travail adéquat a été installé (en attendant le déménagement prochain vers la nouvelle réserve) et des formations à la manipulation de ces documents ont été organisées et suivies par tout le personnel. La communication des documents se fait désormais dans une salle réservée à la consultation des fonds patrimoniaux, selon des consignes précises. Les œuvres numérisées ne sont plus communiquées.

Le classement du fonds se fait désormais par format, par fonds et par typologie de document. Les albums d’estampes et recueils factices sont intégrés au fond iconographique. L’ensemble des documents est recoté selon le schéma suivant : lettre du format-intitulé du fonds-typologie d’objet-numéro d’ordre (à 5 chiffres) (ex : P-FG-ES-00001, correspondant à « 1re estampe du fonds général petit format »).

A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner
A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner.

Le catalogage ne se fait plus dans un fichier texte mais dans un tableur. Les champs renseignés sont plus nombreux et plus précis, incluant des données de gestion, administratives et de conservation. Utilisant la norme AFNOR pour le catalogage de l’image fixe mais aussi certains champs renseignés pour l’art graphique par les musées, la bibliothèque s’est créé sa propre charte de catalogage. Celle-ci répond aux différents niveaux de recherche, et permet une meilleure gestion des collections. Une partie de ces données sont extraites et publiées en format Dublin Core pour intégrer nos sites web et à terme la bibliothèque numérique (Bibliothèque Renaissance à Nancy, Prosper Morey, itinéraire d’un architecte, ces deux expositions virtuelles sont néanmoins appuyées sur une base de donnée en dublin core contenant la totalité des fonds numérisés dans ces corpus).
On a brisé le classement thématique au profit d’un classement par format et technique, ce qui a pu apparaître comme une perte de lisibilité pour l’équipe et les usagers habitués, mais au final offre une meilleure lisibilité  pour la conservation. La distinction entre documents précieux et imprimés de reproduction est plus claire. Par un catalogage plus précis, la restitution de la thématique via les champs d’indexation et la construction d’instruments de recherche raisonnés permettent de rassembler intellectuellement des œuvres matériellement dispersées, comme œuvres des Jacques Callot rangées sous la thématique « Localité Nancy » par exemple.

Des collections redécouvertes

Parallèlement à ce travail sur le catalogage et la conservation, depuis septembre 2011, un repérage systématique des collections iconographiques a été entamé. Chaque volume de la bibliothèque a été contrôlé pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’un album ou recueil factice d’œuvres. Ce travail n’est pas encore terminé, mais on dénombre déjà plus de 200 recueils factices ou albums, donc certains contiennent parfois plus de 300 pièces. Les collections iconographiques (hors cartes postales) sont estimées aujourd’hui à plus de 50 000 œuvres et probablement bien plus dans les mois à venir. Parmi ces recueils, la bibliothèque redécouvre de véritables chefs d’œuvres oubliés, voire jamais repérés.

Page d'un recueil factice d'estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle)
Page d’un recueil factice d’estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle).

 

Une collection qui s’enrichit et se partage

Depuis plus de 20 ans, la bibliothèque poursuit une politique d’acquisition active avec des achats et dons d’artistes contemporains. Dernier exemple en date, en 2013, la bibliothèque a reçu le don du fonds d’atelier de Michel Jamar, graveur lorrain du xxe siècle. Composé de matrices, d’estampes et de dessins, il est accompagné de la d’une presse en taille-douce ainsi que des outils du graveur. Représentant l’intégralité de son œuvre graphique, la collection comprend près de 2 000 documents et objets (inventaire en cours).
Depuis 2009, la bibliothèque fait numériser ses collections patrimoniales. Un partie du fonds iconographique est désormais disponible en ligne ou sur les postes informatiques de la bibliothèque. Ce sont surtout les fonds les plus fragiles, les plus communiqués et les grands formats. Ainsi les œuvres concernant Nancy, celles de Prosper Morey, de Grandville et les graveurs lorrains du xvie siècle sont consultables en version numérique.
Le pôle iconographique est aujourd’hui composé de deux personnes à temps plein : un responsable et un magasinier référent. Ce chantier occupera cette équipe encore plusieurs années étant donné l’ampleur de la tâche. Parallèlement, dans le cadre de sa politique de valorisation patrimoniale, la bibliothèque souhaite mettre en avant cette collection et proposer des expositions, articles mais aussi des catalogues raisonnés pour les gravures lorraines. Les échanges avec d’autres institutions possédant des collections iconographiques (au plan local – avec le Musée des Beaux-arts de Nancy ou le Musée Lorrain – comme national) se multiplient afin de mieux appréhender les pratiques de chacun, améliorer la gestion et la valorisation des collections. Amis bibliothécaires, n’hésitez pas à nous contacter pour partager vos expériences !