Le chantier des collections (2013-2015)

La bibliothèque est un organisme vivant qui doit s’adapter aux changements de son environnement politique et documentaire.

Une étape normale dans la vie d’une bibliothèque historique

La Bibliothèque municipale de Nancy a déjà vécu plusieurs réorganisations profondes de ses collections :

  • entre 1793 et 1803, avec l’arrivée massive des confiscations révolutionnaires : inventaires, signalement, mises à disposition ;
  • dans les années 1890, sous la direction de Justin Favier, qui l’a introduite dans la modernité : rédaction de catalogues, recotation massive, réaménagement ;
  • dans les années 1950, pour se tourner vers la lecture publique : nouvelle recotation des magasins, ouverture des sections de lecture publique

Relativement protégée lors de l’ouverture de la Médiathèque de la Manufacture en 1992, la Bibliothèque Stanislas a vu il y a tout juste un an démarrer un nouveau « chantier des collections », s’inscrivant dans la continuité des précédents. Prévu pour durer au moins 3 ans, il se justifie par l’accumulation des collections et leur dispersion, due aux agrandissements, aménagements et choix successifs de ses directeurs.

Les signets matérialisent les ouvrages du DL éparpillés dans le fonds général
Les signets matérialisent les ouvrages du DL éparpillés dans le fonds général 

3 objectifs

Le premier objectif du chantier ainsi engagé consiste à repérer et rassembler les collections dispersées. Que ce soit par le biais du catalogue (conversion rétrospective, informatisation des collections spécialisées, numérisation des fonds) ou de manière tout à fait matérielle (pose de signets, isolement du dépôt légal), il s’agit d’un travail de fourmi qui requiert l’ensemble des compétences que l’on peut trouver dans une équipe de bibliothécaires, depuis la manutention jusqu’à l’identification d’un ex-libris.

Le deuxième objectif est de traiter les collections selon leur destination : collections patrimoniales ou collections courantes. Le repérage et le tri des collections non patrimoniales (collections courantes du fonds d’étude) permet de dégager des locaux dévolus aux fonds pérennes. Une nouvelle réserve précieuse est en cours d’aménagement pour les manuscrits (5 localisations actuellement) et les estampes (5 localisations également). Il est aussi prévu de rassembler physiquement toutes les collections lorraines dans un magasin et tout le dépôt légal dans un autre.

Enfin, le troisième objectif, à plus long terme, est d’entamer la phase suivante de l’histoire de la bibliothèque : l’étude approfondie de ses collections patrimoniales afin d’en proposer une meilleure valorisation.

Les fiches à trier en vue de la rétroconversion
Les fiches à trier en vue de la rétroconversion, soit plus de 340 tiroirs

5 équipes

Cette grande entreprise de remise en ordre a pu voir le jour grâce à la constitution de 5 équipes, impliquant l’ensemble du personnel de la Bibliothèque Stanislas, qui travaillent simultanément et souterrainement (car rien de tout cela n’est visible du public) à la réalisation des objectifs du chantier des collections :

  • l’équipe « rétroconversion », chargée de préparer et mener à bien l’informatisation de 90 000 notices d’imprimés qu’on ne trouve toujours pas dans le Catalogue collectif de France ;
  • l’équipe « monographies », chargée de chasser dans le fonds postérieur à 1945 tout ce qui ne doit pas s’y trouver, des ouvrages obsolètes aux rara du Fonds lorrain échouées là on ne sait pourquoi ;
  • l’équipe « périodiques », qui dénoue la tapisserie complexe des cotes enchevêtrées entre abonnements vivants, morts, titres du dépôt légal (ou pas, ou plus, ou partiellement) et périodiques régionaux ;
  • l’équipe « fonds lorrain », qui ravaude patiemment sa collection éparpillée au gré du vent, en dépit des quantités de cotes, de travées et de morceaux de magasins déjà identifiés1  ;
  • l’équipe « réserves », qui a pour mission de déployer les imprimés, les manuscrits et le Cabinet des Estampes dans les locaux existants et la meilleure proximité des recommandations concernant la conservation.

Il  s’y ajoute une méta-équipe « rationalisation », composée de l’ensemble des chefs d’équipe ainsi que de quelques collègues qualifiés (responsable du dépôt légal, responsable des collections de lecture publique du réseau) qui planifie, affecte, réaffecte et prévoit sur un plus long terme les déplacements de collections puis les priorités dans la politique documentaire du site et sa politique scientifique.

Les problèmes
Les boites à problèmes

Et dans la réalité…

Le chantier des collections est au quotidien un chantier où l’on fait des trouvailles, où l’on charrie des cartons, où l’on lève les yeux au Ciel, où l’on s’arrache les yeux sur un codage bizarroïde…

Mais on y rit beaucoup et souvent, aussi ; on célèbre les petites étapes franchies ; et bien qu’on soit encore loin d’une parité entre les tonnes de papier déplacées et la quantité de confiseries englouties, on est loin de s’y laisser mourir de faim !

 

 

  1. Le tiers des petits formats n’était pas à l’inventaire : 6000 numéros à ajouter aux registres ; 30% du fonds est passé à travers la campagne de rétroconversion pour des raisons inconnues : un chantier de catalogage de 4000 notices nous attend à partir de 2016. Et tout cela pour un fonds « très bien connu » []