La constitution d’un fonds local numérique

Dans le cadre de son partenariat avec la BNF, la Bibliothèque Stanislas a travaillé à la constitution d’un corpus de sites internet lorrains. Cette collecte à vocation régionale vient enrichir l’immense réservoir documentaire que constitue le Dépôt Légal du Web. Si le caractère automatisé de la collecte nationale est évidente, à l’échelon régional la collecte se veut ciblée et s’inscrit dans un cadre documentaire où le bibliothécaire est force de proposition. La sélection de ces sites web contribue à l’enrichissement documentaire du DL du web et fait mémoire pour notre territoire.

Vignettes de mise en valeur de sites sur la page d'accueil
Mise en valeur de sites sur la page d’accueil des postes Dépôt légal du Web de la Bibliothèque Stanislas

Le cadre général

La force des textes qui régissent le dépôt légal instauré par François ier au xvie siècle est, certainement, d’avoir sans cesse su intégrer les nouveaux supports de diffusion, d’abord imprimés : livres, gravures, partitions puis tour à tour affiches, photographies, films, radio, télévision… toutes  formes de médias qui  vont constituer un ensemble qui se veut exhaustif de la production éditoriale française,  et depuis 2006 les objets numériques.

 Quand les éditeurs et imprimeurs remplissent leur obligation de dépôt légal, ils participent à la constitution d’une gigantesque bibliothèque dont la visée patrimoniale est indiscutable. Tout autant que la chose imprimée, les films et les programmes diffusés à la télévision  collectés par l’INA dans le cadre du dépôt légal,  sont des supports historiques1.

Ecran d'accueil du site du DL du web
Ecran d’accueil de l’accès distant au DL du web

Le dépôt légal du web ou dépôt légal de l’internet validé dans le Code du Patrimoine en 2006 s’inscrit dans cette démarche de mémoire. Si le dépôt légal des imprimés et des médias audiovisuels se veut exhaustif, celui de l‘internet cherche à conserver un échantillonnage représentatif de l’internet français. La collecte à lieu via un robot de façon automatisée et aléatoire2. Les autres formes de dépôt légal s’opèrent par action directe des éditeurs, des imprimeurs et autres producteurs, mais la collecte des sites de l’internet se fait sans action volontaire des propriétaires des sites.

Une politique documentaire pour les sites web lorrains

 

Ecran interface professionnelle BC web

Pour enrichir la capture aléatoire du robot moissonneur, la BNF sollicite la coopération des bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI). C’est dans ce cadre que s’inscrit la participation de la  Bibliothèque Stanislas à la collecte ciblée « Lorraine », qui vise à constituer un corpus de sites représentatifs du territoire lorrain.

La sélection de ces sites est effectuée en fonction d’un plan  de classement dont l’objectif est de répertorier de façon représentative les sites administratifs, culturels, économiques… du territoire. Ces sites (environ 150) sont archivés en collectes ciblées régionales ; leur capture par le robot moissonneur se fait une à deux fois par an. Ce travail collaboratif  avec les services de la BNF permet de contribuer à une meilleure pertinence documentaire régionale et de participer pleinement aux missions du dépôt légal en région. La constitution de ce corpus nous engage chaque année à compléter et à vérifier la validité des adresses URL des sites sélectionnés.

Critères de sélection

Interface de répertoire des sites sur le laboratoire nucléaire de Bure

Notre démarche de sélection s’inspire de la première collecte inaugurée par la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg. Les questions  soulevées rejoignent les problématiques de la constitution d’un fonds local classique mais avec la particularité d’un fonds dématérialisé.

Des interrogations ont jalonné notre travail de sélection. Les éléments suivants en sont une synthèse  :

  • Déterminer le territoire d’investigation 3

Le choix est fait de travailler par cercles concentriques autour du point central qu’est la ville de Nancy.  Ainsi, aucun site des villes composant la métropole du Grand-Nancy n’étant capturé de façon systématique par le robot,  ils ont été proposés à la sélection dans la rubrique « Administration ». La Meurthe-et-Moselle a été couverte. Dans les 3 autres départements lorrains, l’échantillon porte sur les villes de préfecture et de sous-préfecture. 

  • Prendre en compte le patrimoine existant 4

La collecte ciblée va s’attacher à constituer un fonds local nativement numérique en sélectionnant les sites dont le contenu  documente ce qui  fait patrimoine sur le territoire et ce qui fait sa singularité  :

  • le verre
  • le bois
  • les musées
  • la culture populaire, les fêtes de Saint Nicolas
  • les dialectes lorrains
  • Valoriser des initiatives  qui participent au fait local 
Site internet sur l’histoire de la Faculté de médecine à Nancy

Le site « Médecine à Nancy depuis 1872 » en est un exemple parlant : il apporte une réelle valeur ajoutée au savoir local concernant l’histoire de la médecine à Nancy.  Sa sélection dans la collecte ciblée garantit la pérennité des informations qui ne se trouvent nulle part ailleurs.

  • Rendre compte des débats sur le territoire comme fait de société local 

Lors de la recherche documentaire de sites web, nous nous sommes rendu compte de la multitude de sites très actifs sur la problématique du nucléaire concernant l’enfouissement des déchets sur le site de Bure en Meuse.  Ce vif débat sur internet nous a semblé être emblématique des controverses qui traversent notre territoire.

Une sélection toujours ouverte

La liste comporte à ce jour 152 sites. Forcément incomplète, forcément sélective, elle est amenée à s’enrichir. Cependant, il s’avère nécessaire de mesurer la quantité de travail engendrée chaque année pour la vérification des adresses web avant d’accroître le nombre de sites sélectionnés.

Ce travail coopératif effectué, il nous semble important d’imaginer maintenant une médiation de son contenu vers nos publics.  Pour le moment, cette collecte ciblée lorraine reste noyée dans l’agrégat collectif du DL du Web. L’interface ne permet pas encore un « parcours lorrain » qui faciliterait l’accès aux sites lorrains sélectionnés de manière balisée. Le dépôt légal du Web reste un laboratoire de recherche en constante évolution. Nul doute qu’une solution sera trouvée afin  d’offrir d’emblée cette sélection aux utilisateurs des postes dédiés à la consultation du dépôt légal du Web dans la salle patrimoniale de la Bibliothèque.

 

  1. Frédéric Saby, « Approche historique du dépôt légal », dans Société & représentations, no 35, 2013, p. 15-26 [en ligne consulté le 15/11/2017]. []
  2. Gildas Illien, « Le Dépôt légal de l’internet en pratique », dans Bulletin des bibliothèques de France, 2008, no 6 [en ligne consulté le 15/11/2017]. []
  3. Sarah Toulouse, « Eléments structurants d’un fonds local au xxie siècle » dans C. Haquet et B. Huchet (dir.), Repenser le fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p.19. []
  4. Clément Oury, « Les fonds locaux nés numériques » dans C. Haquet et B. Huchet (dir.), Repenser le fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p.112. []

Michel Jamar ….. 20 ans déjà !

Il y a tout juste 20 ans, Michel Jamar (1911-1997) nous quittait. Artiste lorrain de talent, il n’a cessé tout au long de sa vie de dessiner, graver et peindre. Grâce aux dons généreux et successifs de Michel Jamar en 1995, et de son fils Xavier en 2012, la bibliothèque Stanislas conserve aujourd’hui la mémoire de son œuvre.  Une collection d’œuvres qu’il faut faire vivre et mettre à disposition du public progressivement. C’est ce qui sera fait durant les prochaines années grâce à la Bibliothèque Numérique du Sillon Lorrain et du projet « Graveurs lorrains contemporains ».

En attendant, cet anniversaire est aussi l’occasion de dévoiler une des nombreuses œuvres de Michel Jamar conservées à la bibliothèque Stanislas.

 

Le Diable amoureux de Jacques Cazotte

 

 

Page de titre « Le diable amoureux », Fonds Jamar

Le Diable Amoureux est un roman de Jacques Cazotte publié en 1772. Le texte est considéré comme précurseur du récit fantastique. Un jeune homme, Alvare, décide de convoquer le diable en compagnie de deux amis. Le diable lui apparaît d’abord sous les traits d’un chameau, puis d’un épagneul et enfin sous les traits gracieux de Biondetta, dont il accepte les services. Alvare s’efforce de résister aux séductions et aux agaceries de Biondetta. Il décide enfin de présenter Biondetta à sa mère pour pouvoir l’épouser. En chemin, ils s’arrêtent pour participer à une noce et comme on les prend pour mari et femme, ils se retrouvent dans la même chambre. Au moment ultime, Biondetta jette le masque pour rappeler qu’elle est Belzébuth.

Cette œuvre littéraire a inspiré de très nombreux artistes au xixe et xxe siècle, que ce soit pour l’illustration des textes mais aussi dans son adaptation en pièce de théâtre, ballet ou opéra.

 

La version illustrée de Michel Jamar

 

Frontispice – Fonds Jamar

 

Michel Jamar se confronte ici à ce grand texte littéraire et propose une version illustrée éditée par  Le Cercle Grolier en 1968. Il réalise pour cette œuvre 16 burins originaux, dont un en frontispice, un dans le texte, 13 en pleine page hors-texte et un sur double page hors-texte. Dans le texte, 17 bois gravés par Gilbert Poilliot d’après des dessins de Michel Jamar viennent marquer les bandeaux et culs-de-lampe. Une suite de 32 dessins préparatoires reproduits selon des procédés photomécaniques vient compléter cette édition de bibliophilie.

L’ensemble est complété par une reliure exécutée par Engel à Malakoff et décorée d’un bronze de Michel Jamar, frappé par la Monnaie.

 

Une science qui enseigne à transformer les métaux et à réduire les esprits sous notre obéissance, gravure au burin – Fonds Jamar

 

La bibliothèque Stanislas conserve les dessins préparatoires pour l’ensemble des illustrations mais aussi des épreuves d’état et des épreuves non retenues pour ce projet. Des épreuves intéressantes qui permettent de comparer les différentes propositions et voir l’évolution du travail de l’artiste dans ce projet.

Les ruines de Portici, gravure au burin – Fonds Jamar

 

Les compositions de Michel Jamar peuvent également être comparées à celles de la première édition de cet ouvrage, conservée à la bibliothèque Stanislas (Rés. 10 412).

 

Alvare je suis le Diable… Gravure au burin, épreuve d’état complétée au crayon graphite sur le tirage et complétée de notes de Michel Jamar – Fonds Jamar

 

 

Alvare je suis le Diable… Gravure au burin, épreuve définitive qui se trouve dans l’édition illustrée – Fonds Jamar

Les dessins et gravures qu’il réalise sont fidèles à son univers où se mêlent sensualité, ésotérisme, symbolique et on y retrouve aussi son goût pour la construction architecturée et le paysage.

Michel Jamar offre ici une interprétation puissante de cette oeuvre « diabolique »…