Marguerite Delorme (1876-1946), l’orientaliste lorraine.

L’Orient a toujours fasciné les artistes. Au 19e et au 20e siècle, les artistes lorrains n’échappent pas à cette envie du voyage qui va leur faire découvrir d’autres paysages et d’autres civilisations. Certains d’entre eux iront même jusqu’à s’installer dans ces pays « exotiques », conquis par la couleur et le charme de l’Orient. L’exposition qui se tient actuellement au Musée des Beaux-Arts de Nancy, « Lorrains sans frontières. Les couleurs de l’Orient », revient sur ces artistes qui se sont laissés séduire par l’orientalisme. Grâce à une acquisition récente d’œuvres, les Bibliothèques de Nancy peuvent s’associer à cette exposition en revenant sur une artiste orientaliste lorraine encore trop méconnue : Marguerite Delorme.

 

L’oasis, gravure en couleur

 

Formation, prix et voyages.

Marguerite Anna Rose Delorme est née le 10 septembre 1876 à Lunéville. Formée à l’Académie Vitti à Paris vers 1890-1895, Marguerite Delorme suit les cours de dessin et de peinture dispensés dans les ateliers féminins mais aussi ceux des peintres Luc-Olivier Merson (1846-1920), Raphaël Collin (1850-1916) et Paul Leroy (1860-1942)[1].

Elle envoie ses premières œuvres au salon de la Société des Artistes Français dès 1895 et sera régulièrement présente dans les salons officiels jusqu’à la fin de sa carrière. Sa présence en Lorraine, au Salon de la Société Lorraine des amis des arts sera, elle aussi, constante de 1896 jusqu’en 1946.

Aux salons elle remporte de nombreux prix et distinction dont une bourse de voyage en 1905 qui lui permettra de partir en Italie pendant plusieurs mois.

Dès ses débuts, elle accorde une importance particulière à la gravure et au dessin qu’elle pratique régulièrement. Elle peint et dessine des sujets de genre, des paysages et, à partir de 1902, la thématique bretonne va fortement marquer son œuvre, jusqu’en 1912-1913. A partir de 1912, l’orientalisme entre dans ses compositions avec L’oiseau bleu qu’elle expose à Paris et à Nancy.

Pendant la première guerre mondiale, Marguerite Delorme se trouve dans le sud de la France. Durant cette période elle réalise de nombreux paysages méditerranéens mais aussi des portraits de militaires, de soldats étrangers et des tirailleurs sénégalais qui se trouvaient dans les camps d’hivernage du sud de la France.

En 1921, elle remporte le prix de la Compagnie Générale Transatlantique au salon de la Société Coloniale des Artistes Français, qui va lui permettre de partir au Maroc. Ce voyage va être déterminant dans son parcours.

Fontaine de Fès, gravure en couleur

 

A la découverte du Maroc.

Marguerite embarque le 4 septembre 1921, à Bordeaux, sur le bateau le Volubilis de la Compagnie Générale Transatlantique qui doit l’emmener au Maroc. Elle passe ses premières années à Fès et s’attache à représenter les populations et coutumes marocaines. Dans ses lettres, elle raconte qu’elle fait poser « sa petite fatma » et participe aux fêtes locales comme celle du mouton où elle raconte avoir mangé dans la famille de Si Slaoui, son peintre de cadres : « nous avons selon « la Caïda » dégusté les trois tasses de thé rituelles. Et après attaqué les quatre plats différemment préparés du mouton. Et couscous au poulet. Et café. C’était un parent âgé de Si Slaoui qui faisait les honneurs et me découvrait les bons morceaux de « dsaja »[2] ».

Elle voyage beaucoup, grâce à ses connaissances, et visite les villes de Marrakech, Casablanca, Meknes, Rabat, Serfou, Moulay Idriss ou Saffi. Elle dessine des paysages, des vues de ville, des architectures, mais ce sont surtout les femmes marocaines qui retiennent son attention.

Enfant au bouquet de fleurs, gravure coloriée

 

Elle dessine et semble fascinée par ces femmes qui se montrent très peu. Certaines acceptent toutefois de poser pour elle, mais elle travaille aussi à partir de ses croquis, de cartes postales, de photographies ou de mémoire. Elle dessine et peint leurs tenues, leurs visages, leurs activités quotidiennes, leurs bijoux. Sa touche est libre et colorée. Elle utilise souvent le pastel qui lui permet d’allier dessin et couleur. Sa palette est lumineuse et sa touche picturale vigoureuse.

Elle saisit également les activités artisanales et marchandes de Fès à travers des vues du souk du Talâa.

Les coutumes et les traditions locales n’échappent pas à l’artiste qui tient à saisir tout le « pittoresque » de ce pays. Ainsi, les musiciens, les danseuses, les scènes de fêtes et les fantasias complètent son œuvre peinte.

Vue d’une mosquée, gravure à l’eau-forte et aquatinte tirée en en sépia

 

Marguerite Delorme réalise de nombreux croquis et dessins de ce qu’elle observe. Elle utilise cette « documentation », comme elle la nomme elle-même, pendant son séjour en France. Sa famille possédant un appartement à Paris, elle revient régulièrement chaque été. Elle exécute alors des compositions à partir des dessins et photographies faits au Maroc.

Elle fait réaliser par un artisan de magnifiques cadres ornés de motifs marocains colorés.

Expositions et succès.

En 1922, elle participe à l’Exposition Coloniale de Marseille puis en 1924 à celle de Strasbourg où elle est classée hors concours.

En 1924, elle expose à la galerie Devambez une soixantaine d’œuvres illustrant son voyage au Maroc. Dans le catalogue, le critique d’art Arsène Alexandre (1859-1937)[3] parle du travail de Marguerite avec beaucoup d’éloges : « Déjà très connue et très appréciée pour ses fins portraits parisiens, pour ses dessins pleins de légèreté et d’esprit d’après les ouvrières de nos ateliers, pour la grâce avec laquelle cette élève de Luc-Olivier Merson interprétait la jeune fille moderne, elle a tout d’abord été attirée vers le soleil et la couleur qui pouvaient enrichir sa palette, puis elle s’est laissée heureusement surprendre par une trouvaille à la fois moins préméditée et plus conforme à sa nature. Elle a obtenu, et nous offre, ce à quoi aucun des plus remarquables artistes qui étaient allés au Maroc ne pouvait prétendre, l’étude et la pénétration de la femme, si jalousement et si religieusement cachée là-bas. Elle a pu entrer peu à peu dans ces demeures raffinées, et gagner assez les bonnes grâces de ses charmantes soeurs mahométanes, cette chrétienne. Elle a noté leurs attitudes, où se reflète leur jolie âme nonchalante et grave ; elle s’est rappelée l’accord entre leurs clairs intérieurs, leurs souples mouvements et leurs visages aux si grands yeux veloutés. Je dis : se rappeler. Ne croyez pas en effet qu’elle ait trouvé des modèles si dociles et assez audacieux pour enfreindre la loi et le Prophète. Il lui a fallu de beaux et patients exercices de mémoire, et ainsi a-t-elle donné en même temps qu’une moisson de tout point réussie, un exemple excellent de méthode dont plus d’un artiste du sexe” fort” pourrait faire son profit. Mais ce qui nous occupe aujourd’hui et nous plaît, c’est la moisson elle-même. Il est inutile de vous vanter, puisque dès l’abord vous en serez séduits, l’esprit du dessin, la clarté des harmonies, la vie même, vraie encore plus que réelle, de ces intimités, de ces frais décors, de ces existences actuelles et séculaires, actuelles parce qu’elles respirent, séculaires parce qu’elles sont indemnes de ce qui, parfois, nous rend laids.[4] »

Homme avec un chameau, gravure tirée en sépia

 

C’est également en 1924 qu’elle organise sa première exposition marocaine, « Deux ans au Maroc », à la Mamounia, hôtel prestigieux de Marrakech.

En 1925, elle remporte la médaille d’or à l’exposition de peinture de la Foire de Marrakech.

Vivant la majeure partie de l’année au Maroc, à Fez, Casablanca, Rabat ou Marrakech, elle continue toutefois à exposer en France, notamment aux salons de la Société des Artistes Français, de la Société coloniale des artistes français, de la Société des peintres orientalistes français et de la Société lorraine des amis des arts. Elle prend également part aux expositions coloniales, notamment celle de Paris-Vincennes en 1931.

Gravures orientalistes.

Marguerite Delorme a réalisé de nombreuses gravures durant toute sa carrière. Gravure à l’eau-forte, au verni mou, en noir, en sépia ou en couleurs. Elle a une excellente connaissance des techniques de la gravure. Elle reprend dans ses gravures les vues et scènes qu’elle dessine au quotidien. Ces œuvres sont tirées en général à quelques centaines d’exemplaires et proposées à la vente aux touristes qu’elle rencontre sur le bateau, qui en achètent en guise de souvenir de voyage. Elle les présente également aux expositions qu’elle réalise au Maroc mais aussi en France. Elle arrive à vendre facilement ses œuvres gravées car le prix de vente est peu élevé et l’engouement pour l’orientalisme au début du 20e siècle favorise les ventes.

Une porte à Fès, gravure à l’eau-forte aquarellée

 

Les sujets sont, comme pour ses dessins et œuvres peintes, tirées de photographies ou cartes postales. Ainsi, le marchand de vélo reprend la même composition et le même cadrage qu’une carte postale existante.

Le marchand de vélos, gravure à l’eau-forte tirée en sépia

 

Marguerite a appris l’arabe et signe certaines de ses gravures en arabe dans la matrice même. Pour d’autres, elle se prête au jeu de la calligraphie en réalisant des titres dorés et calligraphiés, sur des gravures en couleurs. Ses gravures étant principalement destinées à des acheteurs français, elle titre, signe et justifie en français dans la marge inférieure, au crayon graphite.

Le bonheur soit avec vous, gravure tirée en doré, faisant office de titre pour une série de quatre vues Fès

Son succès au Maroc.

En 1935 elle participe au premier salon de la France d’Outre-Mer au Grand Palais à Paris,  mais aussi au salon des peintres de l’Afrique du Nord organisé à Casablanca.

Elle expose très souvent dans les grandes villes marocaines, Marrakech, Fez, Rabat et Casablanca, dans les galeries parisiennes et vend régulièrement ses tableaux. Dans une note qu’elle écrit à propos des femmes peintres au Maroc, Marguerite Delorme explique que nombre de ses œuvres sont conservées dans les collections de particuliers du monde entier : « Maints de mes tableaux sont dans les collections particulières à Paris, à New-York (Vanamaker), Rome, Londres. La ville de Paris possède aussi, ainsi que l’Etat, plusieurs de mes œuvres et, ne voulant pas nommer mes amateurs […] je vous dirais seulement que beaucoup de mes tableaux ornent les murs de certains collectionneurs à Casa, Rabat, Marrakech, Settat, Fez et Mogador[5] ».

Marguerite Delorme à son exposition à la Galerie Derche en 1937

Avec le Lorrain Jacques Majorelle, entre autre, elle fait partie de la Société des peintres et sculpteurs français professionnels du Maroc. Cette société organise dans les grandes villes du pays des expositions d’artistes français vivant et travaillant sur place. En 1941, elle compte 22 membres ; Marguerite Delorme est la seule femme, mais elle est rejointe par d’autres, élues la même année.

Marguerite Delorme rentre en France en juillet 1946. Son état de santé est alors inquiétant, d’après les écrits de sa sœur Marcelle qui l’accueille chez elle à Lille[6]. C’est là qu’elle décède quelques jours plus tard le 26 juillet 1946. Son corps sera rapatrié en Lorraine et inhumé dans le caveau familial au cimetière de Lunéville.

[1] Luc Olivier Merson et Louis Joseph Raphaël Collin sont considérés comme des peintres académiques. Paul Leroy est classé aujourd’hui parmi les peintres orientalistes.

[2] Lettre conservée dans le fonds familial.

[3] Arsène Alexandre est un célèbre critique d’art français qui a écrit sur de nombreux peintres contemporains comme Rodin, Daumier, Raffaëlli, Gauguin, mais aussi sur des pièces de théâtre.

[4] Catalogue d’exposition conservé à la bibliothèque centrale du Louvre côte 8P°1924-24.

[5] Note conservée dans le fonds familial.

[6] Lettre conservée en collection particulière.

Vous avez dit rétroconversion… pour quoi faire ?

Dans le cadre du grand chantier entamé en 2013 dans les Bibliothèques de Nancy, les collections de la Bibliothèque Stanislas sont progressivement réorganisées afin de mieux les identifier et les conserver dans des conditions optimales. La vocation première du bibliothécaire est d’inventorier, classer et identifier les documents. Et c’est dans les registres et inventaires de la bibliothèque qu’il va trouver les informations indispensables à ses missions. 

 

Or la Bibliothèque Stanislas ne possède pas de catalogue unique qui décrirait l’ensemble de ses collections. Au cours de son histoire cette institution a vu se succéder les professionnels et autant de méthodes que d’époques se reflètent dans ses archives.

S’y côtoient :

  • des registres manuscrits des 18e et 19e siècles,
  • des inventaires thématiques établis par discipline ou par donateur,
  • des registres systématiques à partir du milieu du 20e siècle,
  • ainsi qu’un catalogue sur fiches organisé par auteurs et matières.

 

Le fichier Auteurs.

Uniformiser ces précieuses sources en les rassemblant en une seule base de données fournira un instrument de travail efficace au bibliothécaire et à l’usager. Il est temps de mieux connaître et de mieux faire connaître les fonds car ils sont souvent complémentaires de ceux d’autres établissements. Mettre en ligne et croiser les données est indispensable à la recherche.

C’est pourquoi des partenariats se développent ces dernières années avec la BnF. Les projets des établissements qui visent à signaler leurs documents patrimoniaux dans un seul outil sont encouragés à l’aide de subventions et de formations. Les notices de description viennent ainsi enrichir la base Patrimoine au sein du Catalogue Collectif de France.

 

Notice illustrée par sa vignette dans le catalogue.

 

Au début des années 1990 la création de la Médiathèque Manufacture a conduit la Ville de Nancy à investir dans un système informatique (SIGB) pour gérer au mieux les prêts des documents mis à la disposition des lecteurs dans le nouveau bâtiment. À cette occasion le site historique de la rue Stanislas a fait le choix de rétroconvertir les notices de ses fonds patrimoniaux (collections d’État et documents lorrains recensés par Justin Favier). En 1998, les premiers ordinateurs hébergeant les postes catalogue sont installés au milieu des boiseries Art déco contenant le fichier papier.  Pendant près de deux décennies les chercheurs sont ainsi contraints de croiser les catalogues.

Avec la dynamique de la BNR s’est présentée l’opportunité d’informatiser massivement les fiches de la salle des catalogues. Ce sont ainsi plus de 85 000 documents édités entre 1800 et 2000 qui ont fait l’objet de ce traitement dit de rétroconversion.

Les tiroirs sont sortis du meuble à fiches. 

Les étapes

Le choix de la source s’est porté sur les fiches pour plusieurs raisons : elles sont cartonnées donc peu fragiles à la manipulation ; dactylographiées, donc lisibles par une machine ; présentant peu de particularités (mentions manuscrites, alphabets non latins…), elles sont à 95 % éligibles à la reconnaissance optique de caractères. Seul le fichier Auteurs a été retenu, jugé plus exhaustif que celui des Matières.

Les fiches ont été retirées des tiroirs.

1. Le tri des doublons fastidieux mais nécessaire : au fichier subsistait une partie des imprimés traités par l’entreprise Jouve en 1998. À ceux-ci s’ajoutaient tous les documents communiqués aux usagers ces dernières années et catalogués informatiquement par le soin des bibliothécaires. Toute l’équipe de Stanislas s’est mobilisée pour manipuler les quelques 250 000 fiches afin d’en écarter les doublons et mettre de côté les fiches posant problème.

2. L’analyse d’un échantillon représentatif : l’objectif est de déterminer la quantité et la qualité des données à traiter par le prestataire. En parallèle au travail de fourmi du tri, l’équipe dédiée au projet (4 à 6 personnes) est associée à la rédaction du cahier des charges. Pour ce faire une estimation du chantier est nécessaire afin de le budgéter au plus tôt, les demandes de subventions se faisant un an à l’avance. Le coût du projet varie en fonction de la complétude des informations fournies, leur quantité, la possibilité d’automatiser leur traitement, les exigences du client…

Les fiches ont été :

  • Comparées aux bases existantes (BnF, Worldcat) pour en déterminer le taux de dérivation
  • Analysées pour connaître la proportion de difficultés potentielles (langues étrangères, données illisibles, fiches déchirées, absence de cote ou de date)
Tableau d’analyse des fiches avant chantier.
  • Catégorisées à l’aide de codes chiffrés rajoutés à la main par les catalogueurs afin de permettre une indexation minimale
Une fiche numérisée.

3. Les résultats de cette analyse ont aussi permis de déterminer le pourcentage de documents publiés avant 1914 (environ 45 %). Ceux-ci constituent des collections patrimoniales qui ne seront pas soumises à désherbage ; leur rétroconversion était donc éligible au taux maximal de subvention de la BNF.

Le résultat des estimations.

Toutes ces données sont importantes à connaître pour construire au mieux le cahier des charges et le montage financier1. Une fois que l’appel d’offres a eu lieu, le dépouillement puis le choix du prestataire est assuré par l’équipe dédiée au projet2.

Plateforme de partage des données avec le prestataire.

La mise en place d’un outil en ligne par le prestataire a permis un travail conjoint de qualité. Les questions soulevées par le prestataire ont pu être traitées en temps réel par les catalogueurs. Tous les cas récurrents ont servi à rédiger le cahier de consignes détaillant les spécificités techniques demandées. Lorsque les retours d’erreurs et les anomalies ont semblé cernés, la dérivation des notices a pu commencer ainsi que les premières livraisons. Chaque lot de données a été contrôlé avant d’en accuser réception. La clôture du marché n’intervenant que lors du versement final dans le SIGB.

Et maintenant…

Un meuble à fiches a vu ses boiseries transformées en niches pour accueillir 2 postes catalogue. Deux tiroirs-types ont conservé leurs fiches pour témoigner des méthodes passées. L’usager a dorénavant accès aux références de l’ensemble des imprimés de la bibliothèque, le catalogue informatique étant aussi bien consultable en ligne que dans les murs.

L’équipe dédiée à ce chantier n’arrête pas là son travail. Les 85 000 notices ayant rejoint la base comportent encore quelques anomalies signalées par le prestataire : il faut traquer les imperfections. Les catalogueurs mènent l’enquête pour résoudre les fiches-mystère repérées pendant les phases de tri.

Les OPAC dans les anciens fichiers papiers.

C’est le moment aussi d’entamer une vaste entreprise de récolement des imprimés (le dernier date de 1994) qui mobilise toutes les compétences des bibliothécaires et dont les objectifs sont multiples :

  • Inventaire des documents présents sur les rayons et repérage des manquants, mise à jour des registres
  • Signaler les besoins en matière de conservation préventive, objet d’un autre volet du chantier des collections
  • Recensement des documents lorrains au sein des collections générales, puis rassemblement du fonds régional dans un lieu dédié (encore un volet du chantier des collections)
  • Repérage de toutes les particularités d’exemplaires et notamment les provenances, enrichissement des catalogues à l’usage des chercheurs

Toutes ces opérations permettront à terme une connaissance plus fine de la richesse des fonds de la Bibliothèque Stanislas et confirmeront sa complémentarité avec les collections nationales et territoriales. Le chantier de la conversion rétrospective des catalogues va bien au-delà de la saisie informatique de notices bibliographiques : il est étroitement lié à l’ensemble des volets du chantier des collections, signale l’ouverture d’autres champs d’intervention, et participe à la transformation progressive du poste de catalogueur Unimarc en poste d’expert des données à même d’aborder la transition bibliographique quand elle se présentera aux bibliothèques municipales.

 

  1. Les notices postérieures à 1914 ont été financièrement partagées par la Ville de Nancy, la BNF et la BNR du Sillon lorrain. []
  2. Aurexus a été retenu pour le projet de Nancy []