Archives par mot-clé : Château de Lunéville

Du reconditionnement des œuvres à l’étude scientifique : l’exemple de la collection Piroux

En 2016, la bibliothèque a décidé de faire numériser l’une de ses collections les plus connues, celle d’Augustin-Charles Piroux (1749-1805), architecte et avocat à la fin du 18e siècle. Dans cette collection sont conservés de très nombreux dessins d’architecture du 18e siècle, représentant les plus célèbres bâtiments de Lorraine. Du dépoussiérage à leur conditionnement, de la restauration au catalogage scientifique, zoom sur le traitement intégral d’une collection.

 

I. Cabinet de S A R coté de la cheminée [Projet de décor pour le cabinet de Léopold], Germain Boffrand
I. Cabinet de S A R coté de la cheminée [Projet de décor pour le cabinet de Léopold], Germain Boffrand

Augustin-Charles Piroux,  un architecte collectionneur et bibliophile

Augustin-Charles Piroux est né à Lunéville en 1749. Orphelin à l’âge de six ans, il grandit dans la famille de son oncle Joseph George. Une enfance plutôt malheureuse car il est rejeté et raillé par les membres de cette famille adoptive. Curieux de sciences et de lectures, il est pris comme commis d’architecte vers l’âge 18 ans, chez un certain Joly à Lunéville puis est reçu par le corps des architectes de Nancy en 1776 à l’âge de 27 ans. Il suit également des cours de droit à Nancy et devient avocat en 1778.

Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.
Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Augustin-Charles Piroux.

Dès son jeune âge, Augustin Piroux achète régulièrement des livres de sciences, de géométrie et d’architecture. Sa passion pour les livres l’amène à constituer une bibliothèque importante constituée de plus de 2 000 volumes. Ses livres de comptes montrent que les achats de livres tiennent la première place dans ses dépenses et cela pendant plus de vingts ans. Il ira même jusqu’à s’endetter auprès de son libraire pour en acquérir. On trouve également de très nombreux livres de droit en particulier concernant la Lorraine.

Mais loin de s’en tenir à la constitution d’une bibliothèque admirable, il amasse également un très grand nombre de documents, de dessins et d’estampes. Il constitue ainsi une masse de dossiers documentaires sur l’agriculture, la culture des pommes de terre et des choux, sur le tabac, le chauffage, les chiens errants, les lois domaniales, les spectacles, etc… mais aussi sur les bâtiments lorrains.

De sa carrière d’architecte nous retenons la construction des synagogues de Lunéville et de Nancy.

Il décède en 1805 à l’âge de 55 ans, peu après son installation à Épinal.

Le « fonds Piroux »

L’ensemble des documents, dessins et estampes collectés par Piroux est aujourd’hui connu sous le nom de « fonds Piroux ». Cette collection est conservée principalement à la bibliothèque Stanislas et à la médiathèque de Lunéville. C’est probablement en 1884,  à la mort de son fils Joseph, que le fonds Piroux a été versé à la bibliothèque. Les deux sites conservent à la fois des documents manuscrits, des dessins et des estampes.

Façade du coté du jardin [Projet de reconstruction du château de Lunéville, dessin pour la façade du corps de logis du coté du jardin], Germain Boffrand
Façade du coté du jardin [Projet de reconstruction du château de Lunéville, dessin pour la façade du corps de logis du coté du jardin], Germain Boffrand
L’intérêt premier de cette collection est qu’elle contient des documents originaux traitant de la Lorraine, datant du 18e siècle, voire parfois du 17e siècle. Des documents relatifs à la justice, aux coutumes, aux métiers et corporations, à l’agriculture, bref à la vie quotidienne en Lorraine à son époque. Ils n’ont jamais été véritablement étudiés. La collection de dessins, en revanche, a fait l’objet de beaucoup plus d’attention. Elle contient les plans et élévations de très nombreux bâtiments lorrains dont le château de Lunéville ou le palais ducal de Nancy. Les dessins contenus dans cette collection ne sont pas tous de Piroux. On y retrouve les projets des architectes Germain Boffrand ou Émmanuel Héré pour les grands monuments de Lorraine. Certains d’entre eux ont déjà été publiés dans des articles ou des monographies.

Mieux conserver la collection

La numérisation d’une collection est toujours un bon prétexte pour la reconsidérer dans son ensemble. Les arts graphiques de la bibliothèque ayant fait l’objet d’un nouveau protocole de traitement, l’ensemble de la collection Piroux doit passer par les différentes phases de dépoussiérage, conditionnement, recotation et description scientifique.

Elévation de l'aile des offices de la Malgrange [Projet pour l'élévation du château de la Malgrange] , Germain Boffrand
Exemple de dessin qui nécessite une remise à plat. Elévation de l’aile des offices de la Malgrange [Projet pour l’élévation du château de la Malgrange], Germain Boffrand
Le conditionnement actuel n’est pas satisfaisant. L’ensemble des dessins est classé par localité et réuni en liasse dans des pochettes de papier permanent. Très souvent, les dessins sont pliés car leur format est important.

L’objectif, qui est le même que pour l’ensemble des arts graphiques, est de reprendre le classement en séparant d’abord les dessins des estampes, puis de classer les œuvres selon leur format, afin de mettre à plat la quasi totalité de la collection.

Chaque œuvre est ensuite dépoussiérée puis mise en pochette de papier de conservation. Les dessins sont conditionnés individuellement, les estampes par lots.

Mieux étudier la collection

S’agissant ici d’une collection importante qui contient des documents originaux sur la Lorraine, il paraissait judicieux de reconsidérer également les informations scientifiques propres à chaque œuvre. Si certains dessins ont été souvent publiés et étudiés, d’autres sont restés totalement oubliés. Or, l’ensemble constitué par Piroux a une cohérence. Plusieurs pochettes contiennent des ensembles thématiques comme « Portes », « Ornements » alors qu’il y a également des pochettes pour des localités comme Lunéville ou Nancy. L’étude scientifique de la collection, nous a permis de réattribuer plusieurs dessins à des lieux ou des artistes. Nous avons également constaté que certains dessins ont été mélangés et ne se trouvent plus dans le classement originel.

[Motif d'ornement : modèle de rosace tournante à feuille d'acanthe et feuille d'eau], anonyme
[Motif d’ornement : modèle de rosace tournante à feuille d’acanthe et feuille d’eau], anonyme
Pour l’examen des œuvres, nous avons demandé la collaboration scientifique de M. Thierry Franz chargé de la documentation des collection au château de Lunéville. Véritable expert pour l’architecture au 18e siècle en Lorraine, il a pu dater avec précision de très nombreux dessins mais également attribuer plusieurs d’entre eux à des architectes lorrains ou identifier les bâtiments représentés.

Un dessin de Jean Lamour ?

Parmi les jolies découvertes se trouve un dessin qui pourrait être attribué au serrurier lorrain Jean Lamour ou à son atelier, bien qu’il soit classé dans la pochette « Dessins pour la serrurerie par Piroux ». Il y a également de nombreux autres dessins dans cette pochette qui ne sont pas de la main Piroux, comme d’ailleurs dans le reste de la collection.

Feuille d'acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour
Feuille d’acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour

Ce dessin à l’encre métallo-gallique est d’une grande qualité. Le trait est sûr et précis tout en conservant une grande souplesse dans sa réalisation. Les détails sont d’une grande finesse et les zones d’ombrages donnent du volume à la pièce de ferronnerie. Il représente un modèle de feuille d’acanthe, probablement un modèle pour de la serrurerie. Stylistiquement, cette feuille d’acanthe se rapproche étrangement de celle qui figure sur les grilles de la place Stanislas de Nancy. On y retrouve cette petite courbe qui surmonte l’acanthe et qui est une caractéristique du serrurier nancéien. Le format du dessin laisse supposer qu’il a pu servir à la réalisation d’un modèle à taille réelle.

Feuille d'acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour, détail du verso
Feuille d’acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour, détail du verso

Autre détail intéressant, au verso se trouve l’inscription « Lamour » qui pourrait valoir signature1. Nous avons comparé cette inscription avec les signatures de Jean Lamour conservées sur les actes officiels aux archives municipales et départementales. Plusieurs de ces signatures montrent des similitudes. Un autre nom, que nous n’avons pas pu déchiffrer figure également au verso. Un commanditaire ? Un collaborateur de Jean Lamour ? Le mystère reste entier.

Sur le recto on trouve également une note manuscrite « pour vous » suivie d’une addition de chiffres, qui pourrait correspondre à une comptabilité.

Bien que dans toute attribution il faut rester très prudent, l’ensemble de ces détails laisse supposer que ce dessin pourrait être de la main de Jean Lamour ou issu de son atelier. Il s’agirait alors de l’un des très rares dessins de l’artiste ou de son atelier conservés à ce jour.

Motif d'ornement : feuille d'acanthe, anonyme
Motif d’ornement : feuille d’acanthe, anonyme

Valoriser la collection

D’autres dessins de cette collection ont pu être identifiés. Ils sont même déjà mis en valeur dans des expositions ou des ouvrages scientifiques. Avec la mise en ligne prochaine des collections lorraines dans le cadre du projet BNR2, le « fonds Piroux » sera visible et accessible à tous. Les chercheurs auront donc un accès facilité aux collections et pourront documenter leurs travaux grâce aux images et informations scientifiques mises en ligne.

 

 

 

 

  1. Voir la remarque de T. Franz dans le catalogue de l’exposition Stanislas Leszczynski, de l’homme à lalégende, publié en 2016, page 71, cat. 62. []
  2. La Bibliothèque Numérique de Référence du Sillon Lorrain (Épinal, Metz, Nancy et Thionville) doit ouvrir à partir du premier semestre 2017,  un des trois sites la composant sera dédié au patrimoine lorrain []

Madame de Graffigny à la Bibliothèque Stanislas

Du 3 au 5 juillet 2014, au Château de Lunéville, s’est tenu un colloque consacré à Madame de Graffigny1. Ce colloque faisait suite à une importante donation : deux ans auparavant, le bibliophile belge Pierre Mouriau de Meulenacker avait offert au Château la collection personnelle qu’il avait constituée, pas moins de 135 éditions différentes des œuvres de Françoise de Graffigny.

 

Mme de Graffigny, par D'Agoty d'après Garand.
Mme de Graffigny, par D’Agoty d’après Garand. Cote Bmn : FG 3 Graffigny 03

Françoise d’Issembourg d’Happoncourt de Graffigny est née à Nancy, capitale de la Lorraine le 11 février 1695. Elle vécut à Lunéville, proche de la Cour mais, en 1739, partit vivre à Paris. Elle y trouva la mort le 12 décembre 1758.
Habituée du salon de Mademoiselle Quinault où elle rencontre entre-autres Claude Crébillon, Charles Pinot Duclos, Claude Adrien Helvétius et le comte de Caylus elle est aussi amie de Voltaire et de Marivaux. Françoise de Graffigny, est la femme de lettres la plus célèbre du Siècle des Lumières.

C’est avec les Lettres d’une Péruvienne, parues en 1747, qu’elle connaît le succès. Ce roman, très rapidement piraté par ses contemporains, est réédité à de nombreuses reprises jusqu’à aujourd’hui. L’indépendance d’esprit qu’elle prête à son héroïne, Zilia, une jeune péruvienne enlevée par les Espagnols, est une nouveauté audacieuse, inattendue de la part d’une femme en ce milieu du dix-huitième siècle.

Vers 1730, Madame de Graffigny fait la connaissance de François-Antoine Devaux qui fut son ami, confident et correspondant jusqu’à sa mort. Leur correspondance, qui s’étend entre 1738 et 1758, est actuellement en cours de publication par la Voltaire Foundation : le quinzième et dernier volume est en cours de publication.

La Bibliothèque Stanislas, participante au colloque de 2014, a présenté la collection nancéienne des œuvres de Madame de Graffigny : une quinzaine d’éditions anciennes, quelques lettres autographes et une douzaine de portraits gravés, sans compter les éditions contemporaines. La collection nancéienne est abordée sous l’angle des provenances. Cette approche retient aujourd’hui l’attention des historiens, chercheurs et professionnels des bibliothèques et permet souvent d’enrichir nos connaissances quant à la circulation des documents mais aussi quant à la généalogie des collections.

Les œuvres de Madame de Graffigny ont été collectionnées par des bibliophiles en tous genres, vendues par des cabinets de lecture, et acquises très tôt, pour certaines, par les premiers conservateurs de la Bibliothèque royale de Nancy. Les particularités d’exemplaire, reliures et ex-libris, manuscrits ou en vignette, liées aux imprimés, feront l’objet de la première partie. Ainsi irons-nous à la rencontre de sept propriétaires différents ayant laissé leur marque sur les exemplaires nancéiens : la Bibliothèque publique de Nancy, une certaine Mademoiselle Facq, Henri-Georges Boulay de La Meurthe, le Cabinet littéraire de Veret, Jean-Baptiste Thiéry-Solet, Jean de Maupassant, et Henri Carret. Enfin, une note manuscrite de Madame de Graffigny, en forme d’ex-dono, conclura la série. La deuxième partie aura trait à la collection des autographes et des manuscrits et la troisième s’attachera à quelques portraits du fonds iconographique.

Lire en ligne l’article complet.

  1. Les actes du colloque sont à paraître aux éditions Garnier []