Archives par mot-clé : collections particulières

Les Livres de Nicolas Durival

Bien que son Journal n’en fasse guère mention, Nicolas Durival est un grand lecteur et probablement un collectionneur de livres. Le Catalogue de la Bibliothèque royale imprimé en 1766 mentionne une douzaine d’ouvrages ex dono Dni Durival…. Son œuvre quant à elle est émaillée de références à des ouvrages d’histoire contemporains de la rédaction.

Super-libris de Nicolas Durival

Super-libris de Nicolas Durival sur Algèbre, effections géométriques… par François Viète, trad. par N. Duret… — Paris : Vve Moreau, 1644. Cote 273 511.

Une bibliothèque éclectique

C’est Justin Favier1 qui repère le premier dans le Catalogue de la Bibliothèque dressé par Solignac en 1766 et complété ensuite, la mention « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idii] »2. Onze ouvrages sont ainsi qualifiés : un du xvie siècle, six du xviie siècle et quatre du xviiie — dont deux postérieurs à 1766.

Aux deux extrémités de la chronologie, nous trouvons des ouvrages emblématiques. Nicolas Durival enrichit la bibliothèque d’une Nancéide, l’ouvrage de Pierre de Blarru imprimé en 1518 à Saint-Nicolas-de-Port par Pierre Jacobi, fondateur de l’historiographie ducale. Il fait également don d’un exemplaire de sa Description de la Lorraine et du Barrois, parue en 1778 après plus de vingt ans de recherches.

La Nanceide de Pierre de Blaru
Page de titre de La Nanceide de Pierre de Blarru imprimée à Saint-Nicolas-de-Port en 1518. Cote Rés. 4353.

Les autres ouvrages appartiennent à la littérature de dévotion (un traité de Claude Joly, l’Explication des maximes des saints de Fénelon), à la poliorcétique (une Nouvelle Manière de fortifier datée de 1666 et non identifiée pour l’instant) ou à la politique. On y voit un traité de démonomanie (Lettres de Mr de St André médecin ordinaire du roi au sujet de la magie, des maléfices et des sorciers, Paris, R.-M. Despilly, 1725), une algèbre de poche (François Viète, L’algèbre ou affections géometriques…, Paris, veuve Moreau, 1644) aussi bien qu’un ouvrage paru « sous le manteau », Les Moines empruntez de Pierre Joseph (1698).

Deux autres pièces actuellement conservées à la Bibliothèque portent la marque de leur ancien possesseur. Un exemplaire de l’éloge de Maupertuis prononcé par le comte de Tressan devant l’Académie royale des sciences, arts et belles lettres de Nancy en 1760 et publié par Leseure, porte sur la première garde volante la mention manuscrite « Mr. Durival » (cote 702 023 (6)). Il peut s’agir d’un ex dono de Tressan à Durival, ou simplement, puisque ces livrets étaient imprimés avec l’autorisation de l’Académie, de l’exemplaire destiné à l’un de ses membres. Un livre d’histoire, les Mémoires de Claude de Montrésor (Leyde, J. Sambix, 1667), est clairement marqué au plat supérieur d’un « DURIVAL. » aux petits fers à chaud.

Ce super libris se retrouve sur le Viète ci-dessus cité, à défaut des autres volumes mentionnés au catalogue. Nous pouvons cependant faire l’hypothèse que parmi ceux-ci, ceux qui correspondent à un volume actuellement présent à la Bibliothèque et dont la cote signale un ouvrage xviie-xviiie siècles sont bien les exemplaires donnés par le lieutenant général de police (le Joly, le Fénelon, le traité sur la magie…). Pour d’autres, l’identification n’est pas aisée, ou bien ils sont franchement manquants (un Claudien). L’application d’une marque d’appartenance n’était peut-être pas une préoccupation première de Durival, ou cette pratique a pris place à une époque particulière de sa vie, ou encore correspond-elle plutôt à des ouvrages qui lui ont été donnés, plutôt que d’ouvrages qu’il aurait acheté lui-même — ou le contraire, d’ailleurs (absence de marquage sur des ouvrages donnés et dont il n’avait pas l’usage, déposés à la Bibliothèque royale). L’examen des reliures ne nous apprend rien de probant.

Le fait est qu’aucun des livres donnés à la Bibliothèque ni portant la marque de Durival n’a de rapport proche ou lointain avec son œuvre d’historien, ce qui ne laisse pas d’étonner, car l’examen des sources utilisées dans la Description de la Lorraine montre un auteur très soucieux de la diversité et de la complétude de ses sources.

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre du Mémoire sur la Lorraine et le Barrois. Suivi de la Table topographique des lieux. Par D[urival]. — A Nancy, chez Henry Thomas, imprimeur-libraire, à la Bible d’Or, [1753]. Cote 50 035.

Des sources contemporaines choisies

L’écriture de la Description de la Lorraine et du Barrois est l’œuvre de toute une vie. Alors qu’il fait paraître sans nom d’auteur son Mémoire en 1752, Durival travaille déjà à une géographie et une histoire des duchés qui inclue le règne de Stanislas. Conscient des besoins de la période contemporaine, il accumule dans son Journal manuscrit les faits marquants et les statistiques caractéristiques de son temps afin de les restituer par la suite. L’examen de ses ouvrages montre aussi qu’il a un accès aisé aux ouvrages d’histoire les plus récents, qu’il les a lus et sait les critiquer.

Dans le tome II de la Description (Nancy, veuve Leclerc, 1779), se trouvent les 50 pages de développement consacrées à la capitale des duchés. Il y renvoie à de nombreuses reprises le lecteur au premier tome de l’ouvrage afin d’éviter des répétitions dans son raisonnement ou pour trouver les preuves de ses assertions.

Classiquement, il utilise à de nombreuses reprises le Grand Dictionnaire historique de Moréri, les ouvrages de Dom Calmet3, avec lequel il a été en relations épistolaires, et de Dom Pelletier4, et les deux ouvrages de prestige de son règne, le « Recueil Héré »5 et les « Fondations du roi »6. Il se montre critique sa lecture des historiens qui l’ont précédé, comme François-Antoine Chevrier (1721-1762) « qu’il faut lire avec précaution », ou Charles Léopold Andreu de Bilistein, un ingénieur des Pays-Bas auteur d’un projet de canal entre Jarville et la ville vieille, et dont les considérations sont suivies par un arrêt royal de 1778, seize ans après leur publication. L’examen de ses références montre qu’il a accès à une bibliothèque récente et fournie en de nombreux domaines comme l’histoire de Nancy (Histoire de la congrégation du Refuge, publiée en 1716) ou les voyages — le Voyage en Italie de Jérôme de La Lande (1769) est cité comme source sur le peintre Le Lorrain. Où et comment consultait-il ses ouvrages ? À la bibliothèque publique fondée sous tutelle de l’Académie ? Auprès de ses amis ? Un prochain article montrera quelle importance pouvait avoir sa position de lieutenant général de police de Nancy dans le commerce du livre dans le duché et à Paris.

  1. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  2. Cette résolution nous paraît préférable à la plus classique aedil[is] praes[tantis] car plus conforme à la position de Durival. []
  3. Augustin Calmet, Bibliothèque lorraine ou Histoire des hommes illustres qui ont fleuri en Lorraine, Nancy, 1751. []
  4. Dom Ambroise Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, en forme de dictionnaire…, Nancy, Thomas, 1758). Ses propos trouvent fréquemment leur fondement dans les recueils des actes de Stanislas ((Recueil des ordonnances et réglemens de Lorraine…, Nancy, JB Cusson et al., 1759-1769. []
  5. Emmanuel Héré, Recueil des plans, elevations et coupes…, Paris, François, 172-1753. []
  6. Nicolas Michel, Recueil des fondations et établissemens faits par le Roi de Pologne..., Lunéville, CF Messuy, 1761-1762. []

La donation Michel Jamar

Pour une institution culturelle, recevoir le fonds d’atelier d’un artiste reste un événement assez exceptionnel. En 2013, la Bibliothèque de Nancy a accueilli un ensemble conséquent d’œuvres et d’objets de l’artiste Michel Jamar. L’occasion pour nous de revenir sur les moments forts de la réception et de l’intégration de ce don aux collections.

L’enrichissement du patrimoine lorrain.

Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.
Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.

Artiste de talent, le graveur lorrain Michel Jamar (1911-1997) est l’auteur de nombreuses illustrations, gravures, peintures et ex-libris. Formé à L’Ecole des Beaux-Arts de Nancy où il est l’élève de Victor Prouvé, il allie les talents du peintre, du sculpteur, du céramiste, du décorateur, du buriniste mais c’est surtout comme graveur sur bois qu’il donne naissance à des œuvres des plus originales. Récompensé en 1981 par le grand prix de la gravure sur bois de l’Académie des beaux arts de France, son travail s’inscrit parmi l’œuvre des grands graveurs lorrains.

En 1995, Michel Jamar avait fait don à la Bibliothèque d’une partie de son travail. Un ensemble d’environ 300 dessins, estampes et ex-libris avait rejoint nos collections et une partie avait fait l’objet d’une exposition cette même année.
En 2012, Xavier Jamar, son fils, a souhaité compléter la donation par le fonds d’atelier de son père. Ce fonds volumineux se compose de dessins, estampes, matrices, lettres, mais s’accompagne également de ses outils et machines, telle la presse en taille-douce exposée à l’entrée de la bibliothèque. Grâce à ce don, la bibliothèque possède aujourd’hui une collection remarquable, représentative de l’œuvre de ce graveur et illustrateur lorrain.

 

 

 

Jamar au travail
Jamar au travail

L’enregistrement administratif du don.

Pour officialiser le don du fonds d’atelier, M. Xavier Jamar, seul enfant de l’artiste, ainsi que sa mère Anne Jamar, l’épouse de l’artiste, seuls héritiers, ont présenté au Maire de Nancy par courrier leur souhait de faire don de l’œuvre de Michel Jamar à la bibliothèque. Suite à cette demande, une convention de don a été établie afin d’en définir les modalités.

La réception du fonds d’atelier.

2013-05-28_BM_Fonds-Jamar_013
Le remontage de la presse à la bibliothèque

Le 28 mai 2013, un camion de déménagement est arrivé à la bibliothèque pour livrer l’ensemble des œuvres et objets. Ce sont au total 60 lots qui ont été recensés, comprenant une vingtaine de cartons, six cantines et la presse en taille-douce. Cette dernière, démontée depuis plusieurs années, a été réassemblée le jour même par l’équipe de la bibliothèque suivant les consignes de Xavier Jamar et placée à l’entrée de la bibliothèque.
L’ensemble des lots a été conservé à plusieurs endroits de la bibliothèque en attendant les séances de tri avec Christine et Xavier Jamar.

La sélection des œuvres.

B543956101_inventaire_jamar-002
Une séance de tri avec Christine et Xavier Jamar

Il avait été décidé avec M. Jamar, pour une question de place et pour un côté plus pratique, que la sélection des œuvres se ferait à la bibliothèque. Lors de séances de travail, une fois par semaine, pendant trois mois environ, Xavier Jamar, son épouse Christine et moi-même avons sélectionné les œuvres qui entreraient dans les collections de la bibliothèque.

Ce tri a été fait de manière à avoir une exhaustivité la plus complète. Ainsi, l’ensemble des matrices et des dessins ont intégré les collections, à l’exception de quelques œuvres que son fils souhaitait conserver. Les médailles, réalisées par l’artiste, ont également été sélectionnées. Tous les éléments du fonds sont complémentaires ; dessins préparatoires, dessins, matrices et estampes se répondent sur des sujets ou des motifs identiques.

Séances de tri !

La volumétrie du fonds est telle (plus de 5300 dessins, 450 matrices, plus de 1000 estampes et 1 mètres linéaire d’archives) qu’il a fallu faire plusieurs séances de tri pour rassembler les estampes identiques. En plusieurs séances, par format, toutes les épreuves du même sujet ont été rassemblées, de façon à ne conserver que deux exemplaires de chaque. Lorsqu’un tirage était particulier (premier état, épreuve d’artiste, épreuve d’état, etc.) il a été conservé, en plus des deux exemplaires.

Une séance de tri en salle Stanislas

 

Dépoussiérage, conditionnement.

Les matrices ont été traitées en premier. Catalogage complet, dépoussiérage et conditionnement ont été effectués sur ces objets. Pour le conditionnement, il n’est pas le même selon le matériau de la matrice. Les bois et les linogravures ont été conditionnés dans des pochettes à rabat, en papier permanent, et les matrices en cuivre et en métal sur des plaques de carton permanent recouvertes de plastazote.

Conditionnement des plaque de cuivre
Conditionnement des matrices de cuivre

Pour les dessins et estampes, seules les œuvres se trouvant sur des montages abîmés ou contaminés ont été démontées, dépoussiérées et isolées.
Le dépoussiérage et le conditionnement se fera au fur et à mesure de la cotation des œuvres.

Prochaines étapes.

Les estampes et les dessins devront être dépoussiérés, puis cotés et catalogués. Ils seront ensuite rangés dans des pochettes et boites de conservation.
Pour valoriser cette donation, une première présentation aura lieu le samedi 26 avril prochain, dans le cadre des conférences « Une heure avec », à 10h30.
Nous envisagerons par la suite une cérémonie officielle de réception du don, en présence des élus de la Ville de Nancy.

 

 

Gérer un fonds iconographique en bibliothèque

Dans la plupart des bibliothèques, la gestion des fonds iconographiques pose problème. Comment gérer ces documents particuliers en termes de catalogage, de conservation et de communication ? Sur ces points, toutes les bibliothèques ont des pratiques et des méthodes différentes. Certaines ne font que peu de distinction entre le fonds d’ouvrages et ce fonds particulier, d’autres le considèrent comme un fonds précieux et appliquent les règles en conséquence. La bibliothèque de Nancy s’est penchée sur cette question à partir de septembre 2011 lors de la réorganisation du fonds iconographique.

Le fonds de la bibliothèque Stanislas

En septembre 2011, le nombre de documents iconographiques était estimé à environ 30 000 pièces. Composé de dessins, d’estampes, de photographies, de cartes postales, d’affiches et de cartes géographiques, il était conservé en différents endroits de la bibliothèque, dont une partie principale en magasin, au milieu des rayonnages de livres. Ce fonds a été conservé selon le classement presque originel du xixe siècle, commun à de nombreuses collections d’art graphique, c’est-à-dire selon un classement thématique (portraits, artistes, localités, etc.). Un classement qui offre l’avantage de pouvoir chercher directement dans les collections, par ordre alphabétique, mais qui reste peu pertinent pour la conservation et pour la recherche lorsque l’œuvre d’un artiste se trouve rangée dans un classement iconographique.

Documents non conditionnés
Documents non conditionnés
Ce fonds iconographique avait été coté et répertorié de manière très succincte. Les lecteurs utilisaient de volumineux répertoires issus de fichiers textes pour faire leurs recherches et demander les documents. La communication se faisait en salle de lecture, au milieu d’autres lecteurs, avec un nombre non limité de documents iconographiques consultables à la fois.

Changement de programme

En septembre 2011, la bibliothèque a entrepris de réorganiser ce fonds afin se conformer aux normes de catalogage et de conservation en vigueur. Un état des lieux a été dressé, mettant en évidence les faiblesses de l’actuel classement, et des propositions ont été faites pour améliorer quatre points importants : catalogage, conservation, classement, communication.

Parallèlement, il est apparu que les collections iconographiques n’avaient pas toutes été prises en compte dans les estimations. En effet, de très nombreux recueils factices d’estampes se trouvent catalogués et conservés comme des livres. Ces recueils représentent une part importante de ce fonds en termes de quantité mais aussi de qualité. Un travail de recensement de l’intégralité du fonds a été entrepris.

Les fonds graphiques dans les autres institutions

D’autres institutions culturelles conservent ce type de fonds. Musées et archives ont des pratiques différentes ; les musées adoptent des normes de conservation préventive plus rigoureuses et un catalogage souvent plus poussé, les archives adoptent un traitement de type archivistique. Après avoir étudié ces différentes pratiques, la bibliothèque Stanislas a tenté de trouver un juste milieu qui réponde à ses besoins et ses exigences en termes de conservation, de catalogage et de communication.

La réorganisation du fonds

Le conditionnement était inadapté : des boîtes souvent trop grandes par rapport à la taille des documents qui bougent et s’abîment à l’intérieur, une perte de place évidente dans des locaux déjà restreints en espace, des boîtes à moitié remplies et des documents parfois trop grands ou repliés dans des boîtes trop petites.

Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites)
Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites).

Un reconditionnement en quatre formats a été adopté, dans des boîtes de conservation et meuble à plan. Les documents sont reconditionnés en pochettes de papier permanent ou pochettes polyester qui seront au format de la boîte et non du document. Un dépoussiérage des œuvres, des boîtes et des espaces de stockage est effectué systématiquement.

Gommage d'un document
Gommage d’un document avant sa numérisation et son reconditionnement.

La manipulation et la communication étaient également un gros problème pour la conservation des documents. Le manque d’espace et le manque de sensibilisation du personnel et des lecteurs à la fragilité de ces œuvres engendrait un risque à chaque communication. Des actions d’aménagement et de formation ont été menées : un plan de travail adéquat a été installé (en attendant le déménagement prochain vers la nouvelle réserve) et des formations à la manipulation de ces documents ont été organisées et suivies par tout le personnel. La communication des documents se fait désormais dans une salle réservée à la consultation des fonds patrimoniaux, selon des consignes précises. Les œuvres numérisées ne sont plus communiquées.

Le classement du fonds se fait désormais par format, par fonds et par typologie de document. Les albums d’estampes et recueils factices sont intégrés au fond iconographique. L’ensemble des documents est recoté selon le schéma suivant : lettre du format-intitulé du fonds-typologie d’objet-numéro d’ordre (à 5 chiffres) (ex : P-FG-ES-00001, correspondant à « 1re estampe du fonds général petit format »).

A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner
A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner.

Le catalogage ne se fait plus dans un fichier texte mais dans un tableur. Les champs renseignés sont plus nombreux et plus précis, incluant des données de gestion, administratives et de conservation. Utilisant la norme AFNOR pour le catalogage de l’image fixe mais aussi certains champs renseignés pour l’art graphique par les musées, la bibliothèque s’est créé sa propre charte de catalogage. Celle-ci répond aux différents niveaux de recherche, et permet une meilleure gestion des collections. Une partie de ces données sont extraites et publiées en format Dublin Core pour intégrer nos sites web et à terme la bibliothèque numérique (Bibliothèque Renaissance à Nancy, Prosper Morey, itinéraire d’un architecte, ces deux expositions virtuelles sont néanmoins appuyées sur une base de donnée en dublin core contenant la totalité des fonds numérisés dans ces corpus).
On a brisé le classement thématique au profit d’un classement par format et technique, ce qui a pu apparaître comme une perte de lisibilité pour l’équipe et les usagers habitués, mais au final offre une meilleure lisibilité  pour la conservation. La distinction entre documents précieux et imprimés de reproduction est plus claire. Par un catalogage plus précis, la restitution de la thématique via les champs d’indexation et la construction d’instruments de recherche raisonnés permettent de rassembler intellectuellement des œuvres matériellement dispersées, comme œuvres des Jacques Callot rangées sous la thématique « Localité Nancy » par exemple.

Des collections redécouvertes

Parallèlement à ce travail sur le catalogage et la conservation, depuis septembre 2011, un repérage systématique des collections iconographiques a été entamé. Chaque volume de la bibliothèque a été contrôlé pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’un album ou recueil factice d’œuvres. Ce travail n’est pas encore terminé, mais on dénombre déjà plus de 200 recueils factices ou albums, donc certains contiennent parfois plus de 300 pièces. Les collections iconographiques (hors cartes postales) sont estimées aujourd’hui à plus de 50 000 œuvres et probablement bien plus dans les mois à venir. Parmi ces recueils, la bibliothèque redécouvre de véritables chefs d’œuvres oubliés, voire jamais repérés.

Page d'un recueil factice d'estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle)
Page d’un recueil factice d’estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle).

 

Une collection qui s’enrichit et se partage

Depuis plus de 20 ans, la bibliothèque poursuit une politique d’acquisition active avec des achats et dons d’artistes contemporains. Dernier exemple en date, en 2013, la bibliothèque a reçu le don du fonds d’atelier de Michel Jamar, graveur lorrain du xxe siècle. Composé de matrices, d’estampes et de dessins, il est accompagné de la d’une presse en taille-douce ainsi que des outils du graveur. Représentant l’intégralité de son œuvre graphique, la collection comprend près de 2 000 documents et objets (inventaire en cours).
Depuis 2009, la bibliothèque fait numériser ses collections patrimoniales. Un partie du fonds iconographique est désormais disponible en ligne ou sur les postes informatiques de la bibliothèque. Ce sont surtout les fonds les plus fragiles, les plus communiqués et les grands formats. Ainsi les œuvres concernant Nancy, celles de Prosper Morey, de Grandville et les graveurs lorrains du xvie siècle sont consultables en version numérique.
Le pôle iconographique est aujourd’hui composé de deux personnes à temps plein : un responsable et un magasinier référent. Ce chantier occupera cette équipe encore plusieurs années étant donné l’ampleur de la tâche. Parallèlement, dans le cadre de sa politique de valorisation patrimoniale, la bibliothèque souhaite mettre en avant cette collection et proposer des expositions, articles mais aussi des catalogues raisonnés pour les gravures lorraines. Les échanges avec d’autres institutions possédant des collections iconographiques (au plan local – avec le Musée des Beaux-arts de Nancy ou le Musée Lorrain – comme national) se multiplient afin de mieux appréhender les pratiques de chacun, améliorer la gestion et la valorisation des collections. Amis bibliothécaires, n’hésitez pas à nous contacter pour partager vos expériences !