Archives par mot-clé : dépôt légal

Le signalement des affiches du dépôt légal imprimeur

La réflexion concernant la collecte et le traitement des affiches s’est inscrite dans notre chantier des collections. Nous avons abouti à la priorisation de notre travail vers les affiches issues du dépôt légal.

Les affiches au Dépôt légal
Les affiches du dépôt légal

Etat des lieux en début de chantier : deux voies pour alimenter la collection des affiches

La collection des affiches de la Bibliothèque était jusqu’alors alimentée par deux voies :

  • les affiches issues du dépôt légal des imprimeurs lorrains
  • les affiches issues de la collecte volontaire de la part du personnel de la bibliothèque en toutes occasions professionnelles ou privées. L’accroissement se faisait également par les nombreux dépôts d’affiches par les acteurs locaux.

Les affiches du dépôt légal une fois enregistrées dans le registre d’entrée, étaient mêlées aux affiches de la collecte volontaire. Un plan de classement thématique a été conçu. La volumétrie des deux sources d’accroissement était à peu près identique : une moyenne de 800 affiches par an.

Les affiches au Dépôt légal
Boîte de conservation des  affiches du dépôt légal

Des priorités qui doivent s’adapter aux possibilités du service

La description et l’indexation des affiches est un travail long, qui se fait à la pièce et  demande des connaissances iconographiques. Même si la volumétrie à traiter n’est pas très importante, cette mission demande du personnel et du temps dont nous ne disposons plus. Nous aurions pu faire le choix de laisser en dormance cette collection qui n’a jamais bénéficié dans notre établissement d’une valorisation importante, mais notre statut de Bibliothèque de dépôt légal nous contraint à un travail de signalement.

Le plan de classement élaboré n’offrait pas non plus des moyens de recherche satisfaisants.

La décision est prise de formaliser un nouveau protocole :

  • trier le corpus des années antérieures en séparant les affiches du DLI (pour lesquelles nous avons mission de conservation) des affiches de la collecte volontaire. Ce travail a été confié à des vacataires ;
  • arrêter de rechercher et de traiter la collecte volontaire et porter nos forces vives uniquement sur le lot d’affiches du dépôt légal.
Les affiches au Dépôt légal
Meuble des affiches du dépôt légal

Nouveaux protocoles

Nous élaborons, en nous appuyant sur les grilles de signalement des collections iconographiques existantes, un nouveau tableau propre aux affiches, plus simple, que nous appliquons dès l’année 2016 pour les affiches réceptionnées dans l’année courante : 500 affiches reçues au titre du DLI ont été traitées courant 2016.

Ces affiches sont ensuite rangées par année dans un meuble et des espaces dédiés. La recherche sera possible pour les usagers dans la salle patrimoniale par le biais d’un disque externe en attendant une publication en ligne, par exemple sur le modèle lyonnais.

Le travail rétrospectif se fera en fonction des moyens humains dont nous disposerons  dans les années à venir. A terme, les affiches issues du dépôt légal seront  signalées et conservées dans de bonnes conditions, ce qui autorisera leur consultation.

Quant aux affiches de la collecte volontaire séparées du lot des affiches du dépôt légal, l’ébauche de classement n’a pas été bouleversée : des consultations sont donc possibles sur demande et pour une période chronologique limitée.

Le chantier des collections atteint sa vitesse de croisière

Après trois années d’élaboration de projet et surtout d’intenses réorganisations de locaux entiers, tant de stockage que publics, l’année 2016 a vu l’achèvement de certaines phases de chantier et le passage en production des nouveaux services. La poursuite des réaffectations de locaux s’effectue de manière plus ciblée grâce à de nouveaux outils.

La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe
La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe

L’achèvement de la conversion rétrospective des catalogues

Entamée en 2014 avec le soutien financier et logistique de la Bibliothèque nationale de France, la conversion rétrospective du catalogue des ouvrages imprimés (1811-1970) s’est terminée à l’été 2016. Après la phase de validation, plus de 80 000 notices ont fait leur entrée au catalogue Co-libris au dernier trimestre 2016 et seront bientôt visibles au sein du Catalogue collectif de France1.

Le succès pour les nouveaux services liés aux collections

Le passage en libre-accès des périodiques récents et des monographies acquises pour le fonds d’étude s’est traduit par une augmentation de leur utilisation sur place et en prêt à domicile de l’ordre de 10 %. Cela peut paraître faible mais le public visé est nettement moins large qu’en médiathèque.

L'accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d'une nouvelle acquisition
L’accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d’une nouvelle acquisition

La mise en ligne via Gallica d’ouvrages de référence sur l’histoire de Nancy et les nouveaux chargements effectués sur le Kiosque lorrain et sur Flickr n’ont pas eu d’impact négatif sur la fréquentation de la salle patrimoniale. Au contraire, peut-être, le nombre de documents physiques consultés a bondi de 30 % et le courrier scientifique (incluant les demandes de reproduction) de 15 %.

La poursuite de la réaffectation des magasins

Collections du dépôt légal

La rétroconversion des notices permet de repérer et relocaliser plus rapidement les monographies qui sont concernées par le changement de magasin. La politique à suivre est désormais formalisée.

Périodiques

Le repérage des différents fonds dispersés a été effectué. Les titres patrimoniaux ont vocation à être rassemblés dans des locaux particuliers. Ainsi, l’abandon du magasin de sous-sol a été l’occasion de réaffecter un autre lieu à l’accueil des journaux locaux morts. Ceux-ci ont fait l’objet auparavant d’une campagne soignée de catalogage, d’informatisation des fascicules, de conditionnement voire de réparation.

Vue du petit grenier
Vue du petit grenier

Les collections de revues académiques font actuellement l’objet d’une sélection serrée menée en lien étroit avec l’Université de Lorraine et les autres institutions documentaires de conservation du Grand-Est.

Enfin, les collections d’échanges de publications de sociétés savantes déposées par l’Académie de Stanislas sont en cours de réunion pour analyse de leur intérêt au regard de la politique de grande ampleur menée par la BnF.

  1. Article détaillé à venir. []

Le fonds du Dépôt Légal dans les fonds de la Bibliothèque : d’un agrégat complexe vers un nouveau parti pris.

Au début du chantier des collections, il nous a paru évident que nous ne ferions pas l’économie d’analyser l’existant pour dessiner les contours de l’organisation de nos collections. Cette réalité organisationnelle mise à plat, des paradoxes sont identifiés, des questions sont soulevées qui nous ont conduits vers un nouveau parti pris.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Organisation des fonds contemporains de la Bibliothèque Stanislas jusqu’en 2015

La cartographie des monographies après 1945 en début de chantier : état des lieux

À la Bibliothèque Stanislas, nous distinguons trois grandes entités :

  • le fonds d’étude ;
  • le fonds des beaux-arts ;
  • le fonds local.

Chacun de ces fonds disposait de tranches de cotes en fonction du format (petit/moyen/grand).

Le fonds d’étude

Autrement dénommé fonds général, il comprend les ouvrages de 1945 à aujourd’hui dont le sujet n’entre ni dans le fonds des beaux-arts ni dans le fonds local lorrain. Il est empruntable à domicile ; il se veut dynamique et son accroissement doit être maîtrisé. Il n’a pas vocation à être conservé : les documents peuvent être désherbés ou requalifiés si besoin. Il dispose de cotes dédiées et d’un espace en magasin.

Le fonds des beaux-arts

Des tranches de cotes spécifiques lui confèrent un statut particulier qui le distingue du fonds général. En considérant son antériorité, sa volumétrie et sa spécificité, il est considéré comme un fonds de qualité reconnu sur le territoire lorrain. Cependant, sa logique de gestion est celle d’un fonds courant, empruntable à domicile, qui n’a pas vocation à être conservé.

Le fonds local

Ce fonds local contemporain enrichit un fonds lorrain ancien, riche, relatif au territoire de la Lorraine. Celui-ci est patrimonialisé de fait : les documents ont vocation à être conservés et l’exhaustivité est recherchée. Il dispose de tranches de cotes et d’espaces de rangement dédiés.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Le traitement des monographies du  fonds du dépôt légal en début de chantier

Dans cette cartographie des ouvrages après 1945, quelle place pour les monographies reçues au titre du dépôt légal ? Comment ce fonds patrimonial s’agrège-t-il dans l’ensemble des fonds de la Bibliothèque ?

L’ensemble des documents reçus au titre du dépôt légal constitue un fonds caractérisé par sa provenance : on parlera du fonds du dépôt légal.

Lorsque nous entamons cette cartographie en 2013, l’usage en cours à la Bibliothèque Stanislas ne tient pas compte du fonds du dépôt légal en tant qu’entité patrimoniale spécifique. Au contraire, celui-ci est éclaté dans les fonds courants de la bibliothèque en fonction d’un intérêt supposé du public pour son contenu intellectuel.

Quatre cas de figures différents se dégagent

Cas de figure 1 et 2

Après son enregistrement dans le registre du dépôt légal, si le document est un livre beaux-arts, il rejoint le fonds des beaux-arts. Si le document apporte une plus-value au fonds d’étude, il rejoindra cet ensemble. L’environnement pour ces deux ouvrages est celui d’un fonds courant,  susceptible donc d’être désherbé. Le statut patrimonial des documents du dépôt légal qui se trouvent donc dans ces deux fonds ne les isole pas physiquement en tant que documents patrimoniaux. Comment dans ces conditions garantir leur inaliénabilité, comment garantir les conditions de conservation qu’exige tout document patrimonial ?

Cas de figure 3

Le sujet de la monographie réceptionnée au titre du dépôt légal entre dans la problématique du fonds lorrain : le document ira rejoindre le fonds local lorrain. Il participe pleinement à l’enrichissement de cet ensemble. Cet environnement patrimonialisé le préserve totalement : documents conservésconditions de préservation garanties.

Cas de figure 4

Le document n’entre dans aucun des 3 cas de figure précédents, il est relégué dans des magasins distants dont une partie est destinée à recevoir uniquement les ouvrages du dépôt légal. Il est catalogué mais c’est le numéro d’enregistrement du dépôt légal qui sert de cote de rangement.

Questions et paradoxes soulevés par cette cartographie.

En même temps que cette analyse, le chantier de désherbage des collections se mettait en mouvement. Seuls les monographies du fonds d’étude après 1945 étaient concernées par ce chantier. La problématique  des ouvrages du dépôt légal dans ce fonds courant a très vite été mise en évidence : quelle logique de gestion pouvons-nous mettre en place alors que des documents patrimoniaux cohabitent avec des documents non patrimoniaux ? Comment les préserver d’un désherbage trop précipité ? Comment garantir leur valeur patrimoniale : la gestion d’un fonds courant ne peut distinguer donc protéger les documents patrimoniaux ? Toutes ces questions nous ont amenés à la décision  de distinguer et de traiter les documents en fonction de leur destination patrimoniale ou non.

Le parti pris aujourd’hui pour les monographies du dépôt légal

Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.
Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont rejoint le fonds local de la Bibliothèque.

Le fonds local de la Bibliothèque constitue comme nous l’avons vu un fonds d’excellence, patrimonial. Aucun retrait de monographies ne s’opère dans cet espace. Les documents patrimoniaux du dépôt légal qui s’y trouvent sont donc totalement préservés. Les conditions de conservation sont garanties. Ce fonds est également celui qui est le plus consulté de la Bibliothèque.

Tous ces éléments posés, il nous parait pertinent de maintenir ce choix puisque cet environnement répond à toutes les  conditions d’un fonds patrimonial. De plus, sa localisation dans le bâtiment principal permet d’accéder rapidement à une demande de consultation formulée par un usager ce qui est un élément positif pour notre mission de service public.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont été intégrées soit au fonds des beaux-arts soit au fonds général.

Que des documents patrimoniaux comme les monographies du dépôt légal cohabitent avec des documents non patrimoniaux, sans exigence de conservation, nous a paru être une attitude  qui ne garantit pas notre mission patrimoniale envers ce fonds.

La question particulière du fonds des beaux-arts dans notre bibliothèque nous a interrogé un certain temps mais ne nous a pas fait modifier notre décision. Ce fonds de qualité reconnue, n’est pas pour le moment un fonds patrimonial.

Ces constats faits, une possibilité organisationnelle s’offre à nous. En effet nous disposons dans des magasins distants d’un espace de compactus de 2 km linéaires de rayonnage offrant toutes les garanties de conservation.

Il est décidé de retirer des rayons des deux fonds (fonds général et beaux-arts) les documents issus du dépôt légal dont nous ne pouvions garantir les conditions de conservation et de consultation. Ce nouveau parti pris nous permet également d’en mesurer l’accroissement ce qui ne pouvait être fait auparavant. Il nous permet enfin de mieux l’appréhender pour mieux l’étudier.

Les compactus : magasin dédié au dépôt légal
Les compactus : magasin dédié au dépôt légal

Le chantier des collections : un travail toujours en cours

Ce travail de relocalisation et les premiers déménagements nous ont confortés dans notre décision : quatre fonds bien distincts (fonds général, fonds des beaux-arts, fonds local, fonds du dépôt légal), rassemblés dans des espaces dédiés et qui garantissent un environnement selon leur destination patrimoniale ou courante.

250 mètres linéaires de monographies de moins de 25 cm ont déjà été retirés du fonds d’étude et relocalisés dans les magasins distants dédiés au dépôt légal. Ce travail se poursuit avec les documents de plus grand format et s’achèvera avec les documents du dépôt légal des beaux-arts.

Le chantier des collections a permis de progresser dans l’appréhension du fonds du dépôt légal des imprimeurs lorrains. Une démarche identique a été mise en place pour les périodiques du dépôt légal : les périodiques lorrains restent dans les magasins du fonds local, les autres périodiques  rejoignent les magasins distants.

De l’agrégat confus du début nous avons construit un projet qui nous semble plus pertinent, plus simple et bien plus justifié compte tenu de la destinée patrimoniale des ouvrages issus du dépôt légal.

 

100 romans lorrains : la fiction lorraine ne se porte pas trop mal

Alors que tant de moyens d’information donnent aujourd’hui une autre dimension à la lecture, l’appétit pour le récit romanesque se porte bien ; un succès que l’on doit aux anecdotes relatées dans les textes ayant pour cadre l’histoire  d’une région. Ce sont des promenades accueillantes auxquelles nous convient les auteurs, nous réservant bien des plaisirs : revivre une autre époque, d’autres coutumes, lire d’extraordinaires destins et de belles aventures sous quelques plumes régionales1.

Couverture de Jérôme Thirolle, Les doigts d'or d'Élise
Jérôme Thirolle, Les doigts d’or d’Élise

La fiction lorraine ne se porte pas trop mal

Pas moins de 100 titres de romans ayant pour cadre la Lorraine viennent enrichir le fonds lorrain disponible au prêt à domicile. Ce projet permet de valoriser et de développer une autre forme de lecture pour des usagers désireux de goûter aux aventures lorraines.

Dans leurs sagas rurales ou urbaines, les auteurs nous tissent à travers leurs récits des séquences de vie pour nous faire partager tant les joies et les drames  de leurs personnages.

Qu’ils soient sentimentaux,  historiques ou policiers, que leurs auteurs soient connus ou non, ces textes sont peuplés de héros attachants où l’invitation au voyage est de mise.

Des petits bals aux thrillers

En guise de mise en bouche, il vous est proposé de découvrir ou redécouvrir quelques auteurs bien implantés dans le paysage.

Henriette Bernier nous transporte dans les années 50 dans son roman Bals, petits bals. Après la longue période de rationnement au sortir de la guerre, les héroïnes Juliette et Camille ont envie de rire, chanter et se divertir dans les flonflons et airs d’accordéon des bals populaires.

Couverture de Henriette Bernier, Bals, petits bals
Henriette Bernier, Bals, petits bals

De Michel Caffier, critique littéraire ancien journaliste de l’Est Républicain, on retiendra La Paille et l’osier, où il évoque le destin méconnu des « optants » au lendemain de la guerre de 1870.

Couverture de Michel Caffier, La paille et l'osier
Michel Caffier, La paille et l’osier

Steve Rosa écrit la « chronique d’une mort annoncée » : C’est Bécassine qui assassine entraîne le lecteur dans les rues de Nancy, dans les pas d’une dangereuse psychopathe.

Transportons-nous dans une atmosphère Art Nouveau dans Les amours de Bélisaire de Benoît Gautier qui se fatigue à fixer l’image d’une apparition féminine sous les traits de « Madonna », statue en forme de chauve-souris.

Frédérique Volot nous révèle les secrets de la fabrication du papier mâché dans Pour l’honneur de Blanche. De la manufacture des Frères Adt dit la « Tata » de Pont-à-Mousson à la rencontre avec le Prince Volokhthine, Blanche prend sa revanche sur le destin en retrouvant l’amour et le chemin d’une nouvelle vie.

Couverture de Frédéric Volot, Pour l'honneur de Blanche
Frédéric Volot, Pour l’honneur de Blanche

Ils sont tous là, ou presque

Notre sélection est forcément subjective : nous avons choisi de partager les romans que l’équipe du fonds lorrain a aimés, ou trouvés indispensables pour représenter la Lorraine, son histoire et ses passions.

D’autres auteurs lorrains tout aussi renommés font partie de cette sélection et se trouvent en bonne place sur nos étagères comme le vosgien Gilles Laporte, l’auteur et cinéaste Philippe Claudel, Pierre Pelot, sans oublier Elise Fischer, Nathalie Hug, Paul Couturiau et bien d’autres encore.

Nous faisons le pari que vous allez en découvrir bien d’autres et qu’ils susciteront votre enthousiasme et un engouement : surprises, émotions, frissons et amusements vous attendent.

Mais d’ici là, bonne lecture ….

Couverture de Paul Couturiau, Les silences de Margaret
Paul Couturiau, Les silences de Margaret

M. Moret

 

  1. une sélection de ces romans est à votre disposition en prêt direct en salle Stanislas, armoire G []

Les archives de l’internet : un patrimoine à préserver

Depuis le 23 janvier 2015, la Bibliothèque Stanislas, pôle associé de la Bibliothèque nationale de France pour le dépôt légal imprimeur, donne accès au patrimoine de l’internet français collecté et conservé par la BnF.

Continuer la lecture de Les archives de l’internet : un patrimoine à préserver