Archives par mot-clé : don

Le fonds patrimonial s’enrichit

La Bibliothèque-médiathèque poursuit depuis de nombreuses années l’enrichissement de son fonds patrimonial selon différentes modalités et a défini pour ce faire une politique d’acquisition du patrimoine écrit et graphique dont voici les grandes thématiques.

Continuer la lecture de Le fonds patrimonial s’enrichit

La donation Michel Jamar

Pour une institution culturelle, recevoir le fonds d’atelier d’un artiste reste un événement assez exceptionnel. En 2013, la Bibliothèque de Nancy a accueilli un ensemble conséquent d’œuvres et d’objets de l’artiste Michel Jamar. L’occasion pour nous de revenir sur les moments forts de la réception et de l’intégration de ce don aux collections.

L’enrichissement du patrimoine lorrain.

Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.
Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.

Artiste de talent, le graveur lorrain Michel Jamar (1911-1997) est l’auteur de nombreuses illustrations, gravures, peintures et ex-libris. Formé à L’Ecole des Beaux-Arts de Nancy où il est l’élève de Victor Prouvé, il allie les talents du peintre, du sculpteur, du céramiste, du décorateur, du buriniste mais c’est surtout comme graveur sur bois qu’il donne naissance à des œuvres des plus originales. Récompensé en 1981 par le grand prix de la gravure sur bois de l’Académie des beaux arts de France, son travail s’inscrit parmi l’œuvre des grands graveurs lorrains.

En 1995, Michel Jamar avait fait don à la Bibliothèque d’une partie de son travail. Un ensemble d’environ 300 dessins, estampes et ex-libris avait rejoint nos collections et une partie avait fait l’objet d’une exposition cette même année.
En 2012, Xavier Jamar, son fils, a souhaité compléter la donation par le fonds d’atelier de son père. Ce fonds volumineux se compose de dessins, estampes, matrices, lettres, mais s’accompagne également de ses outils et machines, telle la presse en taille-douce exposée à l’entrée de la bibliothèque. Grâce à ce don, la bibliothèque possède aujourd’hui une collection remarquable, représentative de l’œuvre de ce graveur et illustrateur lorrain.

 

 

 

Jamar au travail
Jamar au travail

L’enregistrement administratif du don.

Pour officialiser le don du fonds d’atelier, M. Xavier Jamar, seul enfant de l’artiste, ainsi que sa mère Anne Jamar, l’épouse de l’artiste, seuls héritiers, ont présenté au Maire de Nancy par courrier leur souhait de faire don de l’œuvre de Michel Jamar à la bibliothèque. Suite à cette demande, une convention de don a été établie afin d’en définir les modalités.

La réception du fonds d’atelier.

2013-05-28_BM_Fonds-Jamar_013
Le remontage de la presse à la bibliothèque

Le 28 mai 2013, un camion de déménagement est arrivé à la bibliothèque pour livrer l’ensemble des œuvres et objets. Ce sont au total 60 lots qui ont été recensés, comprenant une vingtaine de cartons, six cantines et la presse en taille-douce. Cette dernière, démontée depuis plusieurs années, a été réassemblée le jour même par l’équipe de la bibliothèque suivant les consignes de Xavier Jamar et placée à l’entrée de la bibliothèque.
L’ensemble des lots a été conservé à plusieurs endroits de la bibliothèque en attendant les séances de tri avec Christine et Xavier Jamar.

La sélection des œuvres.

B543956101_inventaire_jamar-002
Une séance de tri avec Christine et Xavier Jamar

Il avait été décidé avec M. Jamar, pour une question de place et pour un côté plus pratique, que la sélection des œuvres se ferait à la bibliothèque. Lors de séances de travail, une fois par semaine, pendant trois mois environ, Xavier Jamar, son épouse Christine et moi-même avons sélectionné les œuvres qui entreraient dans les collections de la bibliothèque.

Ce tri a été fait de manière à avoir une exhaustivité la plus complète. Ainsi, l’ensemble des matrices et des dessins ont intégré les collections, à l’exception de quelques œuvres que son fils souhaitait conserver. Les médailles, réalisées par l’artiste, ont également été sélectionnées. Tous les éléments du fonds sont complémentaires ; dessins préparatoires, dessins, matrices et estampes se répondent sur des sujets ou des motifs identiques.

Séances de tri !

La volumétrie du fonds est telle (plus de 5300 dessins, 450 matrices, plus de 1000 estampes et 1 mètres linéaire d’archives) qu’il a fallu faire plusieurs séances de tri pour rassembler les estampes identiques. En plusieurs séances, par format, toutes les épreuves du même sujet ont été rassemblées, de façon à ne conserver que deux exemplaires de chaque. Lorsqu’un tirage était particulier (premier état, épreuve d’artiste, épreuve d’état, etc.) il a été conservé, en plus des deux exemplaires.

Une séance de tri en salle Stanislas

 

Dépoussiérage, conditionnement.

Les matrices ont été traitées en premier. Catalogage complet, dépoussiérage et conditionnement ont été effectués sur ces objets. Pour le conditionnement, il n’est pas le même selon le matériau de la matrice. Les bois et les linogravures ont été conditionnés dans des pochettes à rabat, en papier permanent, et les matrices en cuivre et en métal sur des plaques de carton permanent recouvertes de plastazote.

Conditionnement des plaque de cuivre
Conditionnement des matrices de cuivre

Pour les dessins et estampes, seules les œuvres se trouvant sur des montages abîmés ou contaminés ont été démontées, dépoussiérées et isolées.
Le dépoussiérage et le conditionnement se fera au fur et à mesure de la cotation des œuvres.

Prochaines étapes.

Les estampes et les dessins devront être dépoussiérés, puis cotés et catalogués. Ils seront ensuite rangés dans des pochettes et boites de conservation.
Pour valoriser cette donation, une première présentation aura lieu le samedi 26 avril prochain, dans le cadre des conférences « Une heure avec », à 10h30.
Nous envisagerons par la suite une cérémonie officielle de réception du don, en présence des élus de la Ville de Nancy.

 

 

Lisinka Poirel, la “femme hirondelle”

Au sein de la collection Victor Poirel de la Bibliothèque se trouve un album d’aquarelles remarquables et touchantes constitué par sa femme, Lisinka (1808-1885).1

Les Poirel, voyageurs et collectionneurs d’art

Petite-fille du sculpteur lorrain Barthélémy Guibal, Elisavetsa2, dite « Lisinka », est née à Moscou où sa famille avait émigré à la mort de Stanislas. Très tôt sensibilisée à l’art grâce aux visites des galeries de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, elle a reçu ‘une éducation bien supérieure à celle des jeunes filles lorraines qu’elle côtoie, à compter de 1818, à Pont-à-Mousson et Lunéville, où ses parents sont rentrés en raison de la guerre franco-russe : elle maîtrise l’italien, la musique, le chant, le dessin et la peinture. A 25 ans, elle rencontre Victor Poirel, jeune et brillant  ingénieur des Ponts et Chaussées, alors en poste à Alger. Ils se marient en 1834.

Aussitôt, ils repartent pour l’Algérie où Victor est chargé de divers travaux portuaires à Alger, Bône et Oran. Les rues, les intérieurs et les harems d’Alger deviennent familiers à la jeune femme, qui a appris l’arabe et parvient à être accueillie au sein des familles. Elle excelle dans les portraits de Kabyles, Maures et émaille ses croquis d’annotations. Dans un petit atelier, elle réunit depuis 1837 un  groupe de jeunes peintres et dessinateurs3.

Dessin de Lisinka Poirel
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, 29 mars 1853.

Une brève mission à Caen reconduit le couple en France en 1841. C’est à Ouistreham que Lisinka commence à rassembler ses dessins d’Algérie ; de retour à Alger, elle constitue alors une collection d’objets d’art oriental, dans le but de créer une « chambre mauresque » dans la demeure familiale de Rosières-aux-Salines. A nouveau en France en 1846, elle fait de cette pièce une évocation de la maison de campagne algéroise, qui avait pour nom Aïn Lezerach  “La source Bleue”. Elle inspirera leur ami Charles Cournault4 pour l’aménagement intérieur de sa demeure de Malzéville, La Douëra. En 1847-1748, Lisinka et Victor5 sillonnent la Turquie.

Entre 1852 et 1862, les Poirel vivent entre la France, où Lisinka tient salon à Paris l’hiver, et se repose à Rosières l’été, et l’Italie, où Victor, chargé de l’aménagement du port de Livourne, amasse une magnifique collection de tableaux, principalement de l’École vénitienne, tels Titien, Véronèse, Le Tintoret. Plus d’une centaine de toiles seront installées à Rosières, dans une galerie spécialement aménagée. Quant à Lisinka, jusqu’en 1870, elle fréquente assidûment les galeristes et antiquaires parisiens, auprès desquels elle acquière des estampes rares, comme des gravures de Jacques Callot et des œuvres de Grandville.

Sans enfant, après la mort de Victor en 1881, Lisinka Poirel décide en 1884 de léguer une partie de ses biens à la Ville de Nancy : collection de tableaux, dotation pour la construction d’une salle de spectacles (inaugurée en 1889), collection de livres6, d’estampes et de photographies. Ces œuvres viennent enrichir les collections des musées et la bibliothèque de la ville. En  juillet 1885, s’éteint Lisinska Poirel, artiste voyageuse, femme indépendante et esprit curieux, surnommée par ses amis la « femme-hirondelle ».

Les albums de Lisinka

Dessin de Lisinka Poirel
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, décembre 1848.

 

Aquarelle originale de Lisinka Poirel (Rés.  )
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, 18 décembre 1847.

On trouve à la Bibliothèque nationale de France un album rassemblant les aquarelles de Lisinka, longtemps attribué au peintre orientaliste Théodore Leblanc7, et celles de ses amis peintres. Un autre album d’aquarelles d’Orient, de paysages et personnages de Turquie, d’Afrique et de Normandie est donné à la bibliothèque municipale de Nancy avec le reste de la collection de livres, d’estampes et de photographies des Poirel. Là aussi, les œuvres de Lisinka  sont mêlées à celles de Théodore Leblanc, Dieudonné-Barthélémy Guibal, son père, Louis Roguin, Dévéria, Valentin, Aimé de Lemud.

Ses aquarelles fixent les habitants et les rues d’Alger, et ses portraits sont d’une extraordinaire précision, exprimant en fresques hautes en couleur les premières étapes de la présence française en Algérie. Témoignages de l’engouement de la France pour l’orientalisme et l’exotisme en ce milieu du xixe siècle, elles trouvent un écho dans les toiles d’Eugène Delacroix, Horace Vernet, Eugène Fromentin, les gravures de Raffet, dans les romans et récits de voyage de Théophile Gautier et Gérard de Nerval.

Les aquarelles de Lisinka datent de son installation à Ouistreham. Loin de la vie agitée d’Alger, elle garde présentes à l’esprit les scènes colorées des rues de la cité, qu’elle retranscrit avec soin, d’après les indications portées au dos de ses croquis. Elle suit également les conseils avisés de Delacroix pour restituer la luminosité dans les paysages de cieux. C’est à son retour en France en 1849, après son voyage en Turquie qu’elle présentera à ses amis lorrains les Albums d’Afrique, où elle a rassemblé toutes ses aquarelles.

 

 

Pour en savoir plus sur Victor et Lisinka Poirel :

Marc GENY, Victor Poirel (1804-1881), Nancy, 1970 (2 vol. dactyl.).
Agnès GUIBAL, Album d’une vie : Lisinka Poirel, P.U.F. 1989. (consultable à la bibliothèque Stanislas, cote 8 261)
Laurence VINCENT et Eve SISMONDINI, Lisinka Poirel : la femme hirondelle [expos., Nancy, 2009]
Voir une sélection des dessins des Albums

 

  1. article réalisé à partir du travail de Laurence Vincent et Eve Sismondini []
  2. notice d’autorité BnF : Poirel, Lisinska (1808-1885); forme rejetée : Guibal, Lisinska Elisavetsa []
  3. Louis Roquin, Charles Mayer, François Mourre, Henri Reynaud… autour de Théodore Leblanc []
  4. Charles Cournault (1815-1904), artiste peintre, conservateur du Musée lorrain à Nancy, exécuteur testamentaire d’Eugène Delacroix; il en héritera « tous les objets venant d’Alger, […] » , où lui-même a séjourné. []
  5. Victor Poirel avait été pressenti pour un projet d’aménagement de la rivière Maritza, qui ne parviendra pas à réalisation []
  6. environ 800 ouvrages porteurs d’un ex-libris représentant la signature de Victor Poirel, au timbre humide []
  7. Lisinska Poirel n’a signé ni dessins, ni aquarelles, ce qui peut expliquer cette erreur d’attribution []