Archives par mot-clé : Gravure

Michel Jamar ….. 20 ans déjà !

Il y a tout juste 20 ans, Michel Jamar (1911-1997) nous quittait. Artiste lorrain de talent, il n’a cessé tout au long de sa vie de dessiner, graver et peindre. Grâce aux dons généreux et successifs de Michel Jamar en 1995, et de son fils Xavier en 2012, la bibliothèque Stanislas conserve aujourd’hui la mémoire de son œuvre.  Une collection d’œuvres qu’il faut faire vivre et mettre à disposition du public progressivement. C’est ce qui sera fait durant les prochaines années grâce à la Bibliothèque Numérique du Sillon Lorrain et du projet « Graveurs lorrains contemporains ».

En attendant, cet anniversaire est aussi l’occasion de dévoiler une des nombreuses œuvres de Michel Jamar conservées à la bibliothèque Stanislas.

 

Le Diable amoureux de Jacques Cazotte

 

 

Page de titre « Le diable amoureux », Fonds Jamar

Le Diable Amoureux est un roman de Jacques Cazotte publié en 1772. Le texte est considéré comme précurseur du récit fantastique. Un jeune homme, Alvare, décide de convoquer le diable en compagnie de deux amis. Le diable lui apparaît d’abord sous les traits d’un chameau, puis d’un épagneul et enfin sous les traits gracieux de Biondetta, dont il accepte les services. Alvare s’efforce de résister aux séductions et aux agaceries de Biondetta. Il décide enfin de présenter Biondetta à sa mère pour pouvoir l’épouser. En chemin, ils s’arrêtent pour participer à une noce et comme on les prend pour mari et femme, ils se retrouvent dans la même chambre. Au moment ultime, Biondetta jette le masque pour rappeler qu’elle est Belzébuth.

Cette œuvre littéraire a inspiré de très nombreux artistes au xixe et xxe siècle, que ce soit pour l’illustration des textes mais aussi dans son adaptation en pièce de théâtre, ballet ou opéra.

 

La version illustrée de Michel Jamar

 

Frontispice – Fonds Jamar

 

Michel Jamar se confronte ici à ce grand texte littéraire et propose une version illustrée éditée par  Le Cercle Grolier en 1968. Il réalise pour cette œuvre 16 burins originaux, dont un en frontispice, un dans le texte, 13 en pleine page hors-texte et un sur double page hors-texte. Dans le texte, 17 bois gravés par Gilbert Poilliot d’après des dessins de Michel Jamar viennent marquer les bandeaux et culs-de-lampe. Une suite de 32 dessins préparatoires reproduits selon des procédés photomécaniques vient compléter cette édition de bibliophilie.

L’ensemble est complété par une reliure exécutée par Engel à Malakoff et décorée d’un bronze de Michel Jamar, frappé par la Monnaie.

 

Une science qui enseigne à transformer les métaux et à réduire les esprits sous notre obéissance, gravure au burin – Fonds Jamar

 

La bibliothèque Stanislas conserve les dessins préparatoires pour l’ensemble des illustrations mais aussi des épreuves d’état et des épreuves non retenues pour ce projet. Des épreuves intéressantes qui permettent de comparer les différentes propositions et voir l’évolution du travail de l’artiste dans ce projet.

Les ruines de Portici, gravure au burin – Fonds Jamar

 

Les compositions de Michel Jamar peuvent également être comparées à celles de la première édition de cet ouvrage, conservée à la bibliothèque Stanislas (Rés. 10 412).

 

Alvare je suis le Diable… Gravure au burin, épreuve d’état complétée au crayon graphite sur le tirage et complétée de notes de Michel Jamar – Fonds Jamar

 

 

Alvare je suis le Diable… Gravure au burin, épreuve définitive qui se trouve dans l’édition illustrée – Fonds Jamar

Les dessins et gravures qu’il réalise sont fidèles à son univers où se mêlent sensualité, ésotérisme, symbolique et on y retrouve aussi son goût pour la construction architecturée et le paysage.

Michel Jamar offre ici une interprétation puissante de cette oeuvre « diabolique »…

Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

Depuis 2011, la bibliothèque Stanislas a entrepris un vaste chantier sur sa collection d’art graphique. Dépoussiérage, conditionnement, reclassement mais aussi repérage des recueils « dits » de gravure qui doivent intégrer la collection. Or ces recueils ne sont pas tous de même nature. Cette typologie d’objet pose problème en bibliothèque. Qu’appelle-t-on exactement « recueil gravé » ? Doit-on considérer le recueil gravé comme un livre ou comme un album d’estampe ? Une question importante car c’est de la réponse à cette question que va dépendre son traitement physique et intellectuel. Il sera difficile d’y apporter une réponse tranchée car « recueil » est l’un de ces mots commodes dont on est incapable de donner une définition exacte mais dont on ne peut se passer1 ».

 

Continuer la lecture de Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

  1. Citations extraite de l’introduction de Maxime Préaud pour l’ouvrage A l’origine du livre d’art, les recueils d’estampes comme entreprise éditoriale en Europe (xviexviiie siècles), Silvana Edidoriale, 2010. []

La donation Michel Jamar

Pour une institution culturelle, recevoir le fonds d’atelier d’un artiste reste un événement assez exceptionnel. En 2013, la Bibliothèque de Nancy a accueilli un ensemble conséquent d’œuvres et d’objets de l’artiste Michel Jamar. L’occasion pour nous de revenir sur les moments forts de la réception et de l’intégration de ce don aux collections.

L’enrichissement du patrimoine lorrain.

Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.
Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.

Artiste de talent, le graveur lorrain Michel Jamar (1911-1997) est l’auteur de nombreuses illustrations, gravures, peintures et ex-libris. Formé à L’Ecole des Beaux-Arts de Nancy où il est l’élève de Victor Prouvé, il allie les talents du peintre, du sculpteur, du céramiste, du décorateur, du buriniste mais c’est surtout comme graveur sur bois qu’il donne naissance à des œuvres des plus originales. Récompensé en 1981 par le grand prix de la gravure sur bois de l’Académie des beaux arts de France, son travail s’inscrit parmi l’œuvre des grands graveurs lorrains.

En 1995, Michel Jamar avait fait don à la Bibliothèque d’une partie de son travail. Un ensemble d’environ 300 dessins, estampes et ex-libris avait rejoint nos collections et une partie avait fait l’objet d’une exposition cette même année.
En 2012, Xavier Jamar, son fils, a souhaité compléter la donation par le fonds d’atelier de son père. Ce fonds volumineux se compose de dessins, estampes, matrices, lettres, mais s’accompagne également de ses outils et machines, telle la presse en taille-douce exposée à l’entrée de la bibliothèque. Grâce à ce don, la bibliothèque possède aujourd’hui une collection remarquable, représentative de l’œuvre de ce graveur et illustrateur lorrain.

 

 

 

Jamar au travail
Jamar au travail

L’enregistrement administratif du don.

Pour officialiser le don du fonds d’atelier, M. Xavier Jamar, seul enfant de l’artiste, ainsi que sa mère Anne Jamar, l’épouse de l’artiste, seuls héritiers, ont présenté au Maire de Nancy par courrier leur souhait de faire don de l’œuvre de Michel Jamar à la bibliothèque. Suite à cette demande, une convention de don a été établie afin d’en définir les modalités.

La réception du fonds d’atelier.

2013-05-28_BM_Fonds-Jamar_013
Le remontage de la presse à la bibliothèque

Le 28 mai 2013, un camion de déménagement est arrivé à la bibliothèque pour livrer l’ensemble des œuvres et objets. Ce sont au total 60 lots qui ont été recensés, comprenant une vingtaine de cartons, six cantines et la presse en taille-douce. Cette dernière, démontée depuis plusieurs années, a été réassemblée le jour même par l’équipe de la bibliothèque suivant les consignes de Xavier Jamar et placée à l’entrée de la bibliothèque.
L’ensemble des lots a été conservé à plusieurs endroits de la bibliothèque en attendant les séances de tri avec Christine et Xavier Jamar.

La sélection des œuvres.

B543956101_inventaire_jamar-002
Une séance de tri avec Christine et Xavier Jamar

Il avait été décidé avec M. Jamar, pour une question de place et pour un côté plus pratique, que la sélection des œuvres se ferait à la bibliothèque. Lors de séances de travail, une fois par semaine, pendant trois mois environ, Xavier Jamar, son épouse Christine et moi-même avons sélectionné les œuvres qui entreraient dans les collections de la bibliothèque.

Ce tri a été fait de manière à avoir une exhaustivité la plus complète. Ainsi, l’ensemble des matrices et des dessins ont intégré les collections, à l’exception de quelques œuvres que son fils souhaitait conserver. Les médailles, réalisées par l’artiste, ont également été sélectionnées. Tous les éléments du fonds sont complémentaires ; dessins préparatoires, dessins, matrices et estampes se répondent sur des sujets ou des motifs identiques.

Séances de tri !

La volumétrie du fonds est telle (plus de 5300 dessins, 450 matrices, plus de 1000 estampes et 1 mètres linéaire d’archives) qu’il a fallu faire plusieurs séances de tri pour rassembler les estampes identiques. En plusieurs séances, par format, toutes les épreuves du même sujet ont été rassemblées, de façon à ne conserver que deux exemplaires de chaque. Lorsqu’un tirage était particulier (premier état, épreuve d’artiste, épreuve d’état, etc.) il a été conservé, en plus des deux exemplaires.

Une séance de tri en salle Stanislas

 

Dépoussiérage, conditionnement.

Les matrices ont été traitées en premier. Catalogage complet, dépoussiérage et conditionnement ont été effectués sur ces objets. Pour le conditionnement, il n’est pas le même selon le matériau de la matrice. Les bois et les linogravures ont été conditionnés dans des pochettes à rabat, en papier permanent, et les matrices en cuivre et en métal sur des plaques de carton permanent recouvertes de plastazote.

Conditionnement des plaque de cuivre
Conditionnement des matrices de cuivre

Pour les dessins et estampes, seules les œuvres se trouvant sur des montages abîmés ou contaminés ont été démontées, dépoussiérées et isolées.
Le dépoussiérage et le conditionnement se fera au fur et à mesure de la cotation des œuvres.

Prochaines étapes.

Les estampes et les dessins devront être dépoussiérés, puis cotés et catalogués. Ils seront ensuite rangés dans des pochettes et boites de conservation.
Pour valoriser cette donation, une première présentation aura lieu le samedi 26 avril prochain, dans le cadre des conférences « Une heure avec », à 10h30.
Nous envisagerons par la suite une cérémonie officielle de réception du don, en présence des élus de la Ville de Nancy.