Archives par mot-clé : iconographie

Rencontre avec l’artiste Jacques Hallez

Dans le cadre du projet « Graveurs Lorrains contemporains » nous avons rencontré l’artiste Jacques Hallez dans son atelier de Deneuvre dans les Vosges. Figure incontournable parmi les artistes lorrains contemporains, il nous a accueilli afin d’évoquer ensemble sa riche carrière de peintre, dessinateur et graveur.

 

Le projet « Graveurs lorrains contemporains »

Les bibliothèques de Nancy ont toujours eu des liens très proches avec les artistes lorrains contemporains. Encourageant la création par des acquisitions régulières mais aussi en organisant des expositions dans le hall de la Médiathèque Manufacture, la bibliothèque a toujours soutenu la création lorraine contemporaine. En 2017, l’institution va plus loin avec un projet intitulé « Graveurs lorrains contemporains ». L’objectif de ce projet est d’assurer la conservation, la documentation et la valorisation des œuvres de nos artistes. Un travail de longue haleine qui demande en amont des recherches et un travail collaboratif avec les autres institutions culturelles de Lorraine. Recenser les œuvres conservées en collection publique et compléter les collections par des acquisitions ciblées, documenter la vie et l’œuvre de l’artiste, réaliser des entretiens avec lui, afin qu’il témoigne lui-même de sa carrière ou de certaines de ses œuvres. Enfin, obtenir de l’artiste l’autorisation de valoriser son travail à travers la bibliothèque numérique ou nos produits éditoriaux.

En toute intimité

 

Dans son atelier de Deneuvre près de Baccarat, Jacques Hallez continue de dessiner et de peindre. Du haut de ses 94 ans, l’artiste nous reçoit chaleureusement, autour d’une délicieuse tarte dont lui seul a le secret. Fin pâtissier mais surtout artiste de talent, il nous fait remonter le temps pour revenir sur l’ensemble de sa carrière et de son œuvre. De Baccarat à Nancy, puis de Nancy à Marseille et enfin de Marseille à Baccarat, retour sur un parcours riche de rencontres et de voyages.

Bonjour M. Hallez, dans le cadre du projet des graveurs lorrains, la bibliothèque a souhaité avoir un entretien avec vous pour évoquer votre carrière et vos œuvres.

Volontiers.

Vous êtes né à Baccarat le 2 avril 1923, vous avez fait vos études primaires à Baccarat puis secondaires au collège de Saint-Dié. Comment avez-vous découvert la gravure quand vous étiez jeune ?

Oh, ça remonte très loin, quand j’avais 9 ans. L’hiver 1932, j’étais assez souffrant, une crise de rhumatisme articulaire et j’étais alité pendant près d’un mois. Donc j’ai lu, il y avait des tas de documents dans l’atelier de mon grand père, dont une vie de Jacques Callot, qui m’a subjuguée, et ça m’a donné envie de faire de la gravure, sans savoir vraiment ce que c’était.

Vous en avez vu par la suite, quand vous étiez jeune, des gravures de Jacques Callot ?

Oui oui, ça m’a intéressé tout de suite et je me suis cultivé avec une certaine curiosité pour la gravure.

Jacques Hallez venant de faire un tirage d’une de ses gravures : Les Vigilantes

Vous avez vu les œuvres de quels artistes ?

Dürer, Rembrandt, Goya, etc.

Vous pouviez les voir où ces œuvres ?

C’est surtout dans les livres, mais à l’époque il n’y avait pas d’aussi bonnes reproductions que maintenant.

Et vous avez pu voir des épreuves originales quand vous étiez jeune ?

Assez peu, c’était rare. Je restais beaucoup dans le coin et il y avait assez peu d’occasion de fréquenter des gravures.

A quel moment avez vous choisi de devenir artiste ?

J’avais 14 ans, c’était après un séjour en Bretagne. C’est là que j’ai décidé d’être peintre. Mais peintre et graveur car pour moi c’était la même chose.

Et du coup vous êtes entré à l’École des Beaux-arts de Nancy ?

Oui en 1939, au moment de la guerre. Ça vivotait à ce moment-là, parce que tout était perturbé.

Vous avez travaillé sous la direction d’André Vahl ?

Pas tout de suite, car il était mobilisé. Il n’a repris les cours qu’en 1942. Mais j’ai été tout de suite lié à René-Antoine Giguet, que vous connaissez certainement, et qui a été vraiment mon très grand camarade à l’Ecole des Beaux-arts de Nancy.

Vous avez gardé des liens longtemps avec lui ?

Jusqu’à sa mort. La dernière fois que je suis allé à Paris, je suis allé le voir. Nous avons été amis jusqu’à son décès.

En 1942, vous avez commencé à travailler avec André Vahl aux Beaux-Arts ?

Oui mais j’avais commencé la peinture avant,  avec Henri Marchal, qui était le directeur des Beaux-Arts de l’époque, il avait succédé à Victor Prouvé, et il s’occupait de la peinture. J’ai commencé par la peinture.

La peinture c’est un médium qui vous plaisait ?

Oh oui. Il se trouve que mon grand-père maternel était peintre, Emile Gridel, et il avait une certaine notoriété, au moins dans la région. Je vivais dans la maison qui avait été construite pour lui, il y avait son atelier dans la maison et évidemment ça m’a façonné si vous voulez.

Vous avez rêvé devant les œuvres de votre grand-père ?

Oui ! La maison était remplie de tableaux et de ses trophées de chasse, puisqu’il était grand chasseur.

A l’Ecole des Beaux-arts, qu’avez vous appris avec André Vahl ?

Toutes les techniques de la gravure. On a commencé par la lithographie parce que pendant la guerre c’était ce qu’il y avait de plus simple à faire, ça n’usait pas beaucoup de matériaux rares. Le métal était devenu très rare, le bois était encore facile à trouver mais le zinc ou le cuivre c’était assez difficile. J’avais facilement des chutes de cuivres parce que mon père s’occupait d’une usine d’appareils de chauffage. Il y avait souvent des chutes de cuivre que je pouvais utiliser. Mes premières eaux-fortes datent donc de 1942, sur cuivre.

Vous avez aimé cette période à l’École des Beaux-arts ?

Oui beaucoup. Mais les élèves de la première génération je les ai un peu perdus de vue sauf Giguet. On est resté ensemble très longtemps. Le jour où je suis entré à l’École était entrée en même temps que moi Simone Guillaume, qui est devenue par la suite conservateur du Musée des Beaux-arts. Elle faisait de la peinture à l’époque. J’ai rencontré Étienne Cournault, par l’intermédiaire de Giguet. Étienne Cournault faisait beaucoup de gravures mais il n’imprimait pas. Il venait de temps en temps à l’École des Beaux-arts à l’atelier de gravure pour imprimer. C’était Giguet à l’époque qui lui imprimait ses gravures. Quand André Vahl est revenu de la zone libre, il venait à peu près tous les samedis, avec les planches en cours et il tirait des tirages d’état et des épreuves d’essai.

Et du coup vous alliez le voir travailler ?

Oui, comme j’étais « bien vu », j’avais la chance de pouvoir voir Cournault travailler et ça m’a appris beaucoup de choses, en plus de l’enseignement de Vahl qui était déjà très bon.

Ce sont des personnalités qui vous ont marqué Vahl, Cournault ?

Oui beaucoup et je côtoyais Jean Prouvé et Ventrillon aussi. Toutes les semaines il y avait une réunion chez Jean Prouvé avec des soirées tout à fait intéressantes sur le plan culturel. Il y avait Robert Parisot, l’architecte des monuments historiques qui est devenu préfet des Vosges à la Libération, alors que Jean Prouvé est devenu maire de Nancy. Entre autres, il y avait beaucoup de personnalités intéressantes. J’y étais convié de temps en temps mais comme il y avait le couvre feu, j’allais dormir chez Cournault. On rentrait ensemble avant la fin du couvre feu à la Douera.

Il y aussi un artiste que je n’ai pas connu mais qui a eu une influence énorme sur moi c’est Victor Guillaume. Je ne l’ai vu qu’une fois vivant, c’était à l’automne 1941, au vernissage d’un salon des amis des arts ou des artistes lorrains, je ne sais plus. Et il est mort quelques mois après. Mais avec Giguet on fréquentait beaucoup Vaudémont et on s’occupait de madame Guillaume. Donc j’étais assez proche et je connais bien la maison de Victor Guillaume, en tout cas ce qu’elle était à l’époque. Il y avait encore l’atelier. J’ai beaucoup admiré son travail. C’est certainement lui qui m’a le plus influencé du point de vue peinture. Sa manière de construire, de composer. Sa modernité. Malheureusement on n’en voit pas beaucoup de ses œuvres. Il a fait de très belles gravures aussi.

Vous avez récupéré sa presse de gravure je crois ?

Oui, à sa mort l’atelier a été dispersé et c’est un marchand de meuble de Vézelise qui avait récupéré sa presse en taille douce. Il ne savait pas quoi en faire et il me l’a revendue. C’est comme ça que je suis devenu propriétaire de la presse de Guillaume, qui m’a servi pendant des années, jusqu’en 1948-49. Et je l’ai eu jusque dans les années 1960. J’ai fait beaucoup de tirages sur cette presse.

Vous m’aviez également raconté une anecdote avec l’artiste Claude Weisbuch, pouvez-vous la partager ?

Il était en zone libre pendant la guerre, il a eu beaucoup d’aventures de résistance et il n’est entré à l’École des Beaux-arts qu’après la guerre. Et quand M. Mattona est devenu directeur, il était un des meilleurs élèves à l’École à l’époque. Comme je n’avais pas de presse à ce moment-là et que j’étais en bon terme avec André Vahl, je pouvais aller imprimer mes gravures à l’École, c’est comme ça que j’ai bien connu Weisbuch. Sa famille vendait des produits pour les horlogers, et il utilisait comme pointe sèche des axes de réveil qui sont en acier très dur. Il m’en a procuré pas mal, je dois en avoir encore dans mes tiroirs. C’est un acier tellement dur, on peut à peine l’affuter.

Mésange et tournesol, eau-forte et aquatinte, 9/30

Parlons un peu de vos expositions. Quelle était votre première exposition ?

C’était une peinture au salon des artistes lorrains de 1941. C’était un paysage. Une vue de Gélacourt, un village près de Baccarat.

Et votre première exposition personnelle ?

C’était une exposition de graveurs, il y avait le couple Vahl, avec Suzanne Hottier-Vahl qui était une excellente buriniste, Cournault et d’autres encore. On était un petit groupe et on a fait des petites expositions dans Nancy. C’était une exposition que de gravures. A cette époque on exposait surtout aux différents salons de la Société Lorraine des Amis des Arts et des Artistes Lorrains, ainsi que dans les petites galeries de Nancy.

Vous vendiez déjà des œuvres à cette époque là ?

Oui je vendais déjà un peu à ce moment là, je commençais à en vendre. J’ai commencé à avoir des acheteurs réguliers.

Parlons un peu de technique de gravure. Vous avez travaillé le métal mais aussi le bois, qu’est-ce qui vous plaît dans la gravure ?

C’est d’attaquer un matériau. Il y a un côté plus physique, je dirais presque athlétique, par rapport au fait de peindre ou dessiner. Il y a le plaisir de se confronter au matériau, c’est pour ça que je n’aime pas beaucoup la lithographie. Pour la lithographie on ne fait que dessiner à l’encre grasse ou au crayon lithographique, et la seule préparation est celle de la pierre que l’on doit grainer. C’est plus du dessin que de la gravure.

Il y a des techniques en gravure que vous préférez ?

Oui l’eau-forte et l’aquatinte. Il y a la gravure de graveur qui est purement graphique et linéaire, mais moi comme je suis aussi peintre, j’aime bien travailler par taches. Donc l’aquatinte me convient bien. Et ça permet de mélanger les techniques, eau-forte, aquatinte et pointe sèche, plus des grattages, des ponçages, toutes les approches possibles.

Les outils et produits que vous utilisez, vous les avez achetés ? Vous les fabriquez ?

Il y en a que j’achète et puis il y en a certains qu’on m’a donnés. Pour l’encre, c’est la maison Charbonnel qui me fournit et qui fournit d’ailleurs quasiment tous les graveurs de France et de Navarre. Pour le mordant en revanche, c’est à partir de l’acide nitrique, qu’on dose et qu’on dilue en fonction du métal. Pour le zinc par exemple c’est un acide très dilué, pour le cuivre on le gradue suivant ce qu’on veut faire. Moi j’aime beaucoup utiliser l’acide pur. Ça permet de faire des touches de lavis ou de l’utiliser en projection. C’est facile de le voir sur les épreuves. Je travaille le mordant comme je travaillerais un lavis.

Vol de courlis, eau-forte et aquatinte, 16/30

Et les papiers sur lesquels vous imprimez, vous avez des exigences ?

J’utilise surtout l’Arches, le vélin d’Arches. Au village de Fontenoy, village du livre, il y avait un papetier qui faisait de merveilleux papiers à la main. J’ai utilisé depuis ces papiers qui me donnent des résultats extraordinaires. Malheureusement il est parti. Il avait appris le métier dans une papeterie artisanale de Corrèze et il est reparti à côté de Brive-la-Gaillarde. Heureusement j’ai ma petite fille qui n’habite pas très loin en Corrèze et qui m’a rapporté des papiers de là-bas. J’ai fait quelques tirages sur du Japon mais c’est difficile à travailler.

Au niveau des tirages, vous faites souvent des petits tirages je crois ?

Oui, et encore ! Ceux annoncés ne sont pas complets. La plupart ne sont pas tirés complètement.

Vous avez fait de la gravure en couleur ?

J’ai surtout gravé en noir et blanc. J’ai fait quelques gravures en couleur mais comme je peins, ça ne me plait pas plus que ça. Ça m’intéresse techniquement, je peux l’enseigner, mais j’aime surtout la gravure en noir.

Vous savez combien d’œuvres vous avez gravées durant toute votre carrière ?

Je pense aux environs de 800, tout compris. Les bois, les cuivres, les lithographies mais les lithographies c’est assez insignifiant comme nombre.

Jacques Hallez, avec la paume de sa main, caresse la plaque pour retirer l’encre sur la plaque, sans retirer l’encre dans les tailles

Vous avez été professeur à l’École des Beaux-arts de Marseille. Vous êtes resté combien de temps ?

De décembre 1951 à mai 1973. C’est André Vahl qui m’avait informé de l’ouverture d’un concours pour un poste de gravure à l’École des Beaux-Arts de Marseille et j’ai pu l’obtenir. J’ai amélioré l’atelier qui existait déjà en permettant aux élèves de pouvoir imprimer sur place. Le professeur d’avant prenait les plaques des élèves et les tirait chez lui. Je préférais que les élèves tirent les plaques devant moi et leur montrer comment on faisait.

Durant votre carrière vous avez également beaucoup peint et dessiné, comment travaillez-vous vos compositions ?

Pour la peinture comme pour la gravure, je réalise beaucoup de dessins préparatoires avant. Des quantités. Je n’attaque que quand je suis à peu près sûr de ce que je veux faire. Je conserve certains dessins préparatoires. Je travaille uniquement à l’huile et à l’aquarelle. Pour l’huile je travaille au couteau et au pinceau.

En 1962, Denis Rouart avait parlé de votre travail de graveur à propos du livre que vous avez illustré l’âme et la danse de Paul Valéry. Il avait dit que vous étiez plus imaginatif et poétique en gravure plutôt qu’en peinture. C’est juste ?

Oui je suis assez d’accord avec ce qu’il dit. Je me laisse plus aller dans ce domaine qui m’est plus secret. La gravure c’est mon intimité. Je suis beaucoup plus libre et plus secret. Vous savez la gravure c’est très proche de l’écriture. C’est comme un carnet où j’écris des choses.

La forêt glacée, aquatinte, épreuve d’artiste

Vos carnets à dessins vous y revenez souvent ?

Oui tout le temps. Surtout que maintenant je ne peux plus sortir vraiment. C’est ma source d’inspiration. Ils contiennent tous mes motifs tous mes voyages. Je continue aujourd’hui encore à dessiner. Mais ma réserve d’images, elle est dans ces carnets.

Vous savez combien de toiles vous avez peintes ?

Je crois aux environs de 600. Il y en a environ 200 qui ont été vendues. A des particuliers mais aussi des institutions, dans la région mais pas que. La ville de Paris m’en a acheté par exemple, mais aussi le Victoria and Albert Museum de Londres ou à Los Angeles aussi. J’en ai un peu en Amérique. Des institutions ou des universités. J’ai exposé à l’étranger et aux États-Unis. J’ai aussi vendu pas mal de gravures en Amérique, notamment dans la région de Boston puis en Californie. J’ai fait deux séjours assez longs en Amérique.

Vous avez également réalisé des mosaïques, des vitraux et des tapisseries ?

Oui. Ça a commencé en 1950-1951 lorsque Robert Parisot m’a commandé des vitraux pour la basilique de Saint-Nicolas-de-Port. Ils ont été réalisés au printemps 1951. A l’exception de la découpe, du montage et de la pose j’ai fait tout le reste : les cartons, la coloration, la pose de la grisaille. J’ai également fait les vitraux pour le chœur de l’église de Charmes, trois grandes verrières de 11 mètres de haut. Le plus grand vitrail je l’ai fait à Marseille, il fait 56 m². Mais il a été fait avec des dalles de verre et du ciment.

C’est un médium que vous aimez le vitrail ?

Oui et la mosaïque aussi. J’en ai d’ailleurs réalisé plusieurs en Lorraine dont trois à Baccarat. Il y en a une à la caserne des gardes mobiles à Baccarat, elle fait 15 m² et représente toutes les représentations possibles du soleil dans toutes les civilisations. C’était une commande qui m’a été faite lors de la reconstruction de la caserne, ça fait partie du 1 %, mais le sujet m’est propre, il n’y avait pas de thématique imposée. J’avais également eu une commande de mosaïque pour le collège de Baccarat qui doit faire 30 m² et pour une petite école mais comme il n’y avait pas beaucoup d’argent j’ai fait ça avec les pierres de la région.

Et la tapisserie, je crois que vous avez eu un prix pour une tapisserie ?

Oui j’ai pu avoir une commande de tapisserie. Elle a été réalisée, tissée à Aubusson en 1952. J’ai eu la chance de l’entrevoir mais je ne l’ai plus revue depuis, je ne sais même pas où elle est.

M. Hallez, parlons un peu de peinture et de vos inspirations en peinture. Vous aimez quel type de peinture ?

Je suis fidèlement resté figuratif. J’aime tellement les choses que je ne vois pas la nécessité de les transformer.

Il y a des peintres que vous appréciez plus que d’autres ?

Oui les nabis, Bonnard, Gauguin, Cézanne, et beaucoup d’autres. Des plus contemporains aussi, Braque, mais surtout les œuvres de la fin de sa vie. J’ai suivi beaucoup ses expositions à Paris.

Vous avez été voir beaucoup d’expositions à Paris ?

Oui j’ai travaillé un moment dans l’atelier d’André Lhote, entre 1948 et 1951. Avec ma femme on faisait un séjour d’au moins un mois à Paris, c’était l’occasion d’apprendre et de se ressourcer.

Et André Lhote, c’est un artiste que vous admiriez ?

Oui il enseignait avec une grande intelligence. Il m’a appris beaucoup de choses.

Et dans la peinture plus ancienne, il y a des choses que vous aimez ?

Oui, Delacroix j’aime beaucoup. Il y en a beaucoup que j’aime. Je n’aime pas trop les peintres académiques. J’aime les artistes qui mettent de la vie dans leur peinture, mais de la vie poétique. C’est ce que j’ai essayé de trouver et de faire dans ma peinture. Transposer les objets et choses quotidiennes et leur donner un sens poétique. Tous les sujets sont bons et deviennent un prétexte à une œuvre poétique.

Mère et enfant, eau-forte et aquatinte, 15/20

Vous avez fait plutôt des scènes de genre, des portraits, des paysages ?

J’ai fait autant de scènes de genres que de paysages. En revanche, je n’ai pas fait beaucoup de portraits. J’aime bien les portraits mais je ne sais pas trop bien les faire. Je ne suis pas très doué pour ça. J’ai fait un autoportrait gravé il y a quelques années, j’ai quelques portraits de ma femme, de mon fils et de mes petits-enfants. Dans les maternités par exemple, il y a ma belle-fille avec mon petit-fils c’est le même sujet que lorsque j’avais fait ma femme et mon fils.

Merci M. Hallez pour cet entretien.

 

 

Gérer un fonds iconographique en bibliothèque

Dans la plupart des bibliothèques, la gestion des fonds iconographiques pose problème. Comment gérer ces documents particuliers en termes de catalogage, de conservation et de communication ? Sur ces points, toutes les bibliothèques ont des pratiques et des méthodes différentes. Certaines ne font que peu de distinction entre le fonds d’ouvrages et ce fonds particulier, d’autres le considèrent comme un fonds précieux et appliquent les règles en conséquence. La bibliothèque de Nancy s’est penchée sur cette question à partir de septembre 2011 lors de la réorganisation du fonds iconographique.

Le fonds de la bibliothèque Stanislas

En septembre 2011, le nombre de documents iconographiques était estimé à environ 30 000 pièces. Composé de dessins, d’estampes, de photographies, de cartes postales, d’affiches et de cartes géographiques, il était conservé en différents endroits de la bibliothèque, dont une partie principale en magasin, au milieu des rayonnages de livres. Ce fonds a été conservé selon le classement presque originel du xixe siècle, commun à de nombreuses collections d’art graphique, c’est-à-dire selon un classement thématique (portraits, artistes, localités, etc.). Un classement qui offre l’avantage de pouvoir chercher directement dans les collections, par ordre alphabétique, mais qui reste peu pertinent pour la conservation et pour la recherche lorsque l’œuvre d’un artiste se trouve rangée dans un classement iconographique.

Documents non conditionnés
Documents non conditionnés
Ce fonds iconographique avait été coté et répertorié de manière très succincte. Les lecteurs utilisaient de volumineux répertoires issus de fichiers textes pour faire leurs recherches et demander les documents. La communication se faisait en salle de lecture, au milieu d’autres lecteurs, avec un nombre non limité de documents iconographiques consultables à la fois.

Changement de programme

En septembre 2011, la bibliothèque a entrepris de réorganiser ce fonds afin se conformer aux normes de catalogage et de conservation en vigueur. Un état des lieux a été dressé, mettant en évidence les faiblesses de l’actuel classement, et des propositions ont été faites pour améliorer quatre points importants : catalogage, conservation, classement, communication.

Parallèlement, il est apparu que les collections iconographiques n’avaient pas toutes été prises en compte dans les estimations. En effet, de très nombreux recueils factices d’estampes se trouvent catalogués et conservés comme des livres. Ces recueils représentent une part importante de ce fonds en termes de quantité mais aussi de qualité. Un travail de recensement de l’intégralité du fonds a été entrepris.

Les fonds graphiques dans les autres institutions

D’autres institutions culturelles conservent ce type de fonds. Musées et archives ont des pratiques différentes ; les musées adoptent des normes de conservation préventive plus rigoureuses et un catalogage souvent plus poussé, les archives adoptent un traitement de type archivistique. Après avoir étudié ces différentes pratiques, la bibliothèque Stanislas a tenté de trouver un juste milieu qui réponde à ses besoins et ses exigences en termes de conservation, de catalogage et de communication.

La réorganisation du fonds

Le conditionnement était inadapté : des boîtes souvent trop grandes par rapport à la taille des documents qui bougent et s’abîment à l’intérieur, une perte de place évidente dans des locaux déjà restreints en espace, des boîtes à moitié remplies et des documents parfois trop grands ou repliés dans des boîtes trop petites.

Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites)
Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites).

Un reconditionnement en quatre formats a été adopté, dans des boîtes de conservation et meuble à plan. Les documents sont reconditionnés en pochettes de papier permanent ou pochettes polyester qui seront au format de la boîte et non du document. Un dépoussiérage des œuvres, des boîtes et des espaces de stockage est effectué systématiquement.

Gommage d'un document
Gommage d’un document avant sa numérisation et son reconditionnement.

La manipulation et la communication étaient également un gros problème pour la conservation des documents. Le manque d’espace et le manque de sensibilisation du personnel et des lecteurs à la fragilité de ces œuvres engendrait un risque à chaque communication. Des actions d’aménagement et de formation ont été menées : un plan de travail adéquat a été installé (en attendant le déménagement prochain vers la nouvelle réserve) et des formations à la manipulation de ces documents ont été organisées et suivies par tout le personnel. La communication des documents se fait désormais dans une salle réservée à la consultation des fonds patrimoniaux, selon des consignes précises. Les œuvres numérisées ne sont plus communiquées.

Le classement du fonds se fait désormais par format, par fonds et par typologie de document. Les albums d’estampes et recueils factices sont intégrés au fond iconographique. L’ensemble des documents est recoté selon le schéma suivant : lettre du format-intitulé du fonds-typologie d’objet-numéro d’ordre (à 5 chiffres) (ex : P-FG-ES-00001, correspondant à « 1re estampe du fonds général petit format »).

A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner
A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner.

Le catalogage ne se fait plus dans un fichier texte mais dans un tableur. Les champs renseignés sont plus nombreux et plus précis, incluant des données de gestion, administratives et de conservation. Utilisant la norme AFNOR pour le catalogage de l’image fixe mais aussi certains champs renseignés pour l’art graphique par les musées, la bibliothèque s’est créé sa propre charte de catalogage. Celle-ci répond aux différents niveaux de recherche, et permet une meilleure gestion des collections. Une partie de ces données sont extraites et publiées en format Dublin Core pour intégrer nos sites web et à terme la bibliothèque numérique (Bibliothèque Renaissance à Nancy, Prosper Morey, itinéraire d’un architecte, ces deux expositions virtuelles sont néanmoins appuyées sur une base de donnée en dublin core contenant la totalité des fonds numérisés dans ces corpus).
On a brisé le classement thématique au profit d’un classement par format et technique, ce qui a pu apparaître comme une perte de lisibilité pour l’équipe et les usagers habitués, mais au final offre une meilleure lisibilité  pour la conservation. La distinction entre documents précieux et imprimés de reproduction est plus claire. Par un catalogage plus précis, la restitution de la thématique via les champs d’indexation et la construction d’instruments de recherche raisonnés permettent de rassembler intellectuellement des œuvres matériellement dispersées, comme œuvres des Jacques Callot rangées sous la thématique « Localité Nancy » par exemple.

Des collections redécouvertes

Parallèlement à ce travail sur le catalogage et la conservation, depuis septembre 2011, un repérage systématique des collections iconographiques a été entamé. Chaque volume de la bibliothèque a été contrôlé pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’un album ou recueil factice d’œuvres. Ce travail n’est pas encore terminé, mais on dénombre déjà plus de 200 recueils factices ou albums, donc certains contiennent parfois plus de 300 pièces. Les collections iconographiques (hors cartes postales) sont estimées aujourd’hui à plus de 50 000 œuvres et probablement bien plus dans les mois à venir. Parmi ces recueils, la bibliothèque redécouvre de véritables chefs d’œuvres oubliés, voire jamais repérés.

Page d'un recueil factice d'estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle)
Page d’un recueil factice d’estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle).

 

Une collection qui s’enrichit et se partage

Depuis plus de 20 ans, la bibliothèque poursuit une politique d’acquisition active avec des achats et dons d’artistes contemporains. Dernier exemple en date, en 2013, la bibliothèque a reçu le don du fonds d’atelier de Michel Jamar, graveur lorrain du xxe siècle. Composé de matrices, d’estampes et de dessins, il est accompagné de la d’une presse en taille-douce ainsi que des outils du graveur. Représentant l’intégralité de son œuvre graphique, la collection comprend près de 2 000 documents et objets (inventaire en cours).
Depuis 2009, la bibliothèque fait numériser ses collections patrimoniales. Un partie du fonds iconographique est désormais disponible en ligne ou sur les postes informatiques de la bibliothèque. Ce sont surtout les fonds les plus fragiles, les plus communiqués et les grands formats. Ainsi les œuvres concernant Nancy, celles de Prosper Morey, de Grandville et les graveurs lorrains du xvie siècle sont consultables en version numérique.
Le pôle iconographique est aujourd’hui composé de deux personnes à temps plein : un responsable et un magasinier référent. Ce chantier occupera cette équipe encore plusieurs années étant donné l’ampleur de la tâche. Parallèlement, dans le cadre de sa politique de valorisation patrimoniale, la bibliothèque souhaite mettre en avant cette collection et proposer des expositions, articles mais aussi des catalogues raisonnés pour les gravures lorraines. Les échanges avec d’autres institutions possédant des collections iconographiques (au plan local – avec le Musée des Beaux-arts de Nancy ou le Musée Lorrain – comme national) se multiplient afin de mieux appréhender les pratiques de chacun, améliorer la gestion et la valorisation des collections. Amis bibliothécaires, n’hésitez pas à nous contacter pour partager vos expériences !