Archives par mot-clé : Lisinka Poirel

Lisinka Poirel, la “femme hirondelle”

Au sein de la collection Victor Poirel de la Bibliothèque se trouve un album d’aquarelles remarquables et touchantes constitué par sa femme, Lisinka (1808-1885).1

Les Poirel, voyageurs et collectionneurs d’art

Petite-fille du sculpteur lorrain Barthélémy Guibal, Elisavetsa2, dite « Lisinka », est née à Moscou où sa famille avait émigré à la mort de Stanislas. Très tôt sensibilisée à l’art grâce aux visites des galeries de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, elle a reçu ‘une éducation bien supérieure à celle des jeunes filles lorraines qu’elle côtoie, à compter de 1818, à Pont-à-Mousson et Lunéville, où ses parents sont rentrés en raison de la guerre franco-russe : elle maîtrise l’italien, la musique, le chant, le dessin et la peinture. A 25 ans, elle rencontre Victor Poirel, jeune et brillant  ingénieur des Ponts et Chaussées, alors en poste à Alger. Ils se marient en 1834.

Aussitôt, ils repartent pour l’Algérie où Victor est chargé de divers travaux portuaires à Alger, Bône et Oran. Les rues, les intérieurs et les harems d’Alger deviennent familiers à la jeune femme, qui a appris l’arabe et parvient à être accueillie au sein des familles. Elle excelle dans les portraits de Kabyles, Maures et émaille ses croquis d’annotations. Dans un petit atelier, elle réunit depuis 1837 un  groupe de jeunes peintres et dessinateurs3.

Dessin de Lisinka Poirel
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, 29 mars 1853.

Une brève mission à Caen reconduit le couple en France en 1841. C’est à Ouistreham que Lisinka commence à rassembler ses dessins d’Algérie ; de retour à Alger, elle constitue alors une collection d’objets d’art oriental, dans le but de créer une « chambre mauresque » dans la demeure familiale de Rosières-aux-Salines. A nouveau en France en 1846, elle fait de cette pièce une évocation de la maison de campagne algéroise, qui avait pour nom Aïn Lezerach  “La source Bleue”. Elle inspirera leur ami Charles Cournault4 pour l’aménagement intérieur de sa demeure de Malzéville, La Douëra. En 1847-1748, Lisinka et Victor5 sillonnent la Turquie.

Entre 1852 et 1862, les Poirel vivent entre la France, où Lisinka tient salon à Paris l’hiver, et se repose à Rosières l’été, et l’Italie, où Victor, chargé de l’aménagement du port de Livourne, amasse une magnifique collection de tableaux, principalement de l’École vénitienne, tels Titien, Véronèse, Le Tintoret. Plus d’une centaine de toiles seront installées à Rosières, dans une galerie spécialement aménagée. Quant à Lisinka, jusqu’en 1870, elle fréquente assidûment les galeristes et antiquaires parisiens, auprès desquels elle acquière des estampes rares, comme des gravures de Jacques Callot et des œuvres de Grandville.

Sans enfant, après la mort de Victor en 1881, Lisinka Poirel décide en 1884 de léguer une partie de ses biens à la Ville de Nancy : collection de tableaux, dotation pour la construction d’une salle de spectacles (inaugurée en 1889), collection de livres6, d’estampes et de photographies. Ces œuvres viennent enrichir les collections des musées et la bibliothèque de la ville. En  juillet 1885, s’éteint Lisinska Poirel, artiste voyageuse, femme indépendante et esprit curieux, surnommée par ses amis la « femme-hirondelle ».

Les albums de Lisinka

Dessin de Lisinka Poirel
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, décembre 1848.

 

Aquarelle originale de Lisinka Poirel (Rés.  )
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, 18 décembre 1847.

On trouve à la Bibliothèque nationale de France un album rassemblant les aquarelles de Lisinka, longtemps attribué au peintre orientaliste Théodore Leblanc7, et celles de ses amis peintres. Un autre album d’aquarelles d’Orient, de paysages et personnages de Turquie, d’Afrique et de Normandie est donné à la bibliothèque municipale de Nancy avec le reste de la collection de livres, d’estampes et de photographies des Poirel. Là aussi, les œuvres de Lisinka  sont mêlées à celles de Théodore Leblanc, Dieudonné-Barthélémy Guibal, son père, Louis Roguin, Dévéria, Valentin, Aimé de Lemud.

Ses aquarelles fixent les habitants et les rues d’Alger, et ses portraits sont d’une extraordinaire précision, exprimant en fresques hautes en couleur les premières étapes de la présence française en Algérie. Témoignages de l’engouement de la France pour l’orientalisme et l’exotisme en ce milieu du xixe siècle, elles trouvent un écho dans les toiles d’Eugène Delacroix, Horace Vernet, Eugène Fromentin, les gravures de Raffet, dans les romans et récits de voyage de Théophile Gautier et Gérard de Nerval.

Les aquarelles de Lisinka datent de son installation à Ouistreham. Loin de la vie agitée d’Alger, elle garde présentes à l’esprit les scènes colorées des rues de la cité, qu’elle retranscrit avec soin, d’après les indications portées au dos de ses croquis. Elle suit également les conseils avisés de Delacroix pour restituer la luminosité dans les paysages de cieux. C’est à son retour en France en 1849, après son voyage en Turquie qu’elle présentera à ses amis lorrains les Albums d’Afrique, où elle a rassemblé toutes ses aquarelles.

 

 

Pour en savoir plus sur Victor et Lisinka Poirel :

Marc GENY, Victor Poirel (1804-1881), Nancy, 1970 (2 vol. dactyl.).
Agnès GUIBAL, Album d’une vie : Lisinka Poirel, P.U.F. 1989. (consultable à la bibliothèque Stanislas, cote 8 261)
Laurence VINCENT et Eve SISMONDINI, Lisinka Poirel : la femme hirondelle [expos., Nancy, 2009]
Voir une sélection des dessins des Albums

 

  1. article réalisé à partir du travail de Laurence Vincent et Eve Sismondini []
  2. notice d’autorité BnF : Poirel, Lisinska (1808-1885); forme rejetée : Guibal, Lisinska Elisavetsa []
  3. Louis Roquin, Charles Mayer, François Mourre, Henri Reynaud… autour de Théodore Leblanc []
  4. Charles Cournault (1815-1904), artiste peintre, conservateur du Musée lorrain à Nancy, exécuteur testamentaire d’Eugène Delacroix; il en héritera « tous les objets venant d’Alger, […] » , où lui-même a séjourné. []
  5. Victor Poirel avait été pressenti pour un projet d’aménagement de la rivière Maritza, qui ne parviendra pas à réalisation []
  6. environ 800 ouvrages porteurs d’un ex-libris représentant la signature de Victor Poirel, au timbre humide []
  7. Lisinska Poirel n’a signé ni dessins, ni aquarelles, ce qui peut expliquer cette erreur d’attribution []