Archives par mot-clé : manuscrit

Nicolas Durival et son Journal

La célébration du 250e anniversaire du rattachement de la Lorraine à la France en 2016 est l’occasion pour la Bibliothèque de mettre à l’honneur les collections en rapport avec le roi Stanislas, et singulièrement le Journal de Nicolas Durival (1713-1795), conseiller du roi et lieutenant général de police de Nancy de 1760 à 1769. Ce manuscrit fait l’objet pour les années 1765-1766 d’une édition électronique augmentée d’index, de notes historiques, de cartes et d’images consultable sur www.journaldedurival.fr depuis le 18 juin 2016. Ce premier article revient sur la personne de Nicolas Durival, d’autres seront prochainement consacrés au projet d’édition électronique.

Portrait de Nicolas Durival
Dominique Collin, portrait de Nicolas Durival. © Musée Lorrain, Nancy / Photo M. Bourguet

L’homme

Nicolas Luton Durival est le fils aîné de Jacques Luton, originaire de Normandie, fils d’un ancien valet de la Maison de Louis xiv et lui-même valet de garde-robe du duc Léopold. Avec son épouse Marie Anne Humblot, il a plusieurs enfants dont trois fils ont une carrière dans l’administration lorraine et française : Nicolas, Jean-Baptiste et Claude. Retraité à Saint-Aubin-sur-Aire (Meuse), Jacques Luton en devient le maire en 1729. Toujours en fonction en 1737, il fait partie de ceux qui viennent accueillir le nouveau duc, Stanislas Leszczynski, à son arrivée. En 1760, Jacques Luton est anobli, pour lui et ses descendants, et prend le nom de Durival.

Nicolas naît le 12 novembre 1713 à Commercy. Il apprend le rudiment avec le curé de Saint-Aubin : ses aptitudes l’autorisent à envisager une bonne carrière dans l’administration.

Il ne fonde pas de famille, mais son journal montre une grande proximité avec ses jeunes frères Jean-Baptiste et Claude1. Propriétaire d’une ferme à Heillecourt, où il passe volontiers du temps, c’est là qu’il se retire, sans beaucoup de moyens financiers, à l’issue de sa carrière civile en 1769. Privé de sa pension municipale en 1791 afin qu’il en porte la demande « auprès de la patrie » (soit le département de la Meurthe), il ne recouvre une somme de 3 000 livres, à peine suffisante pour le faire vivre, que peu de temps avant sa mort le 21 décembre 1795. Justin Favier y voit l’œuvre de l’abbé Grégoire, éminent conventionnel de la région2.

Une carrière au ser