Archives par mot-clé : Nicolas Luton Durival

Les Livres de Nicolas Durival

Bien que son Journal n’en fasse guère mention, Nicolas Durival est un grand lecteur et probablement un collectionneur de livres. Le Catalogue de la Bibliothèque royale imprimé en 1766 mentionne une douzaine d’ouvrages ex dono Dni Durival…. Son œuvre quant à elle est émaillée de références à des ouvrages d’histoire contemporains de la rédaction.

Super-libris de Nicolas Durival

Super-libris de Nicolas Durival sur Algèbre, effections géométriques… par François Viète, trad. par N. Duret… — Paris : Vve Moreau, 1644. Cote 273 511.

Une bibliothèque éclectique

C’est Justin Favier1 qui repère le premier dans le Catalogue de la Bibliothèque dressé par Solignac en 1766 et complété ensuite, la mention « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idii] »2. Onze ouvrages sont ainsi qualifiés : un du xvie siècle, six du xviie siècle et quatre du xviiie — dont deux postérieurs à 1766.

Aux deux extrémités de la chronologie, nous trouvons des ouvrages emblématiques. Nicolas Durival enrichit la bibliothèque d’une Nancéide, l’ouvrage de Pierre de Blarru imprimé en 1518 à Saint-Nicolas-de-Port par Pierre Jacobi, fondateur de l’historiographie ducale. Il fait également don d’un exemplaire de sa Description de la Lorraine et du Barrois, parue en 1778 après plus de vingt ans de recherches.

La Nanceide de Pierre de Blaru
Page de titre de La Nanceide de Pierre de Blarru imprimée à Saint-Nicolas-de-Port en 1518. Cote Rés. 4353.

Les autres ouvrages appartiennent à la littérature de dévotion (un traité de Claude Joly, l’Explication des maximes des saints de Fénelon), à la poliorcétique (une Nouvelle Manière de fortifier datée de 1666 et non identifiée pour l’instant) ou à la politique. On y voit un traité de démonomanie (Lettres de Mr de St André médecin ordinaire du roi au sujet de la magie, des maléfices et des sorciers, Paris, R.-M. Despilly, 1725), une algèbre de poche (François Viète, L’algèbre ou affections géometriques…, Paris, veuve Moreau, 1644) aussi bien qu’un ouvrage paru « sous le manteau », Les Moines empruntez de Pierre Joseph (1698).

Deux autres pièces actuellement conservées à la Bibliothèque portent la marque de leur ancien possesseur. Un exemplaire de l’éloge de Maupertuis prononcé par le comte de Tressan devant l’Académie royale des sciences, arts et belles lettres de Nancy en 1760 et publié par Leseure, porte sur la première garde volante la mention manuscrite « Mr. Durival » (cote 702 023 (6)). Il peut s’agir d’un ex dono de Tressan à Durival, ou simplement, puisque ces livrets étaient imprimés avec l’autorisation de l’Académie, de l’exemplaire destiné à l’un de ses membres. Un livre d’histoire, les Mémoires de Claude de Montrésor (Leyde, J. Sambix, 1667), est clairement marqué au plat supérieur d’un « DURIVAL. » aux petits fers à chaud.

Ce super libris se retrouve sur le Viète ci-dessus cité, à défaut des autres volumes mentionnés au catalogue. Nous pouvons cependant faire l’hypothèse que parmi ceux-ci, ceux qui correspondent à un volume actuellement présent à la Bibliothèque et dont la cote signale un ouvrage xviie-xviiie siècles sont bien les exemplaires donnés par le lieutenant général de police (le Joly, le Fénelon, le traité sur la magie…). Pour d’autres, l’identification n’est pas aisée, ou bien ils sont franchement manquants (un Claudien). L’application d’une marque d’appartenance n’était peut-être pas une préoccupation première de Durival, ou cette pratique a pris place à une époque particulière de sa vie, ou encore correspond-elle plutôt à des ouvrages qui lui ont été donnés, plutôt que d’ouvrages qu’il aurait acheté lui-même — ou le contraire, d’ailleurs (absence de marquage sur des ouvrages donnés et dont il n’avait pas l’usage, déposés à la Bibliothèque royale). L’examen des reliures ne nous apprend rien de probant.

Le fait est qu’aucun des livres donnés à la Bibliothèque ni portant la marque de Durival n’a de rapport proche ou lointain avec son œuvre d’historien, ce qui ne laisse pas d’étonner, car l’examen des sources utilisées dans la Description de la Lorraine montre un auteur très soucieux de la diversité et de la complétude de ses sources.

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre du Mémoire sur la Lorraine et le Barrois. Suivi de la Table topographique des lieux. Par D[urival]. — A Nancy, chez Henry Thomas, imprimeur-libraire, à la Bible d’Or, [1753]. Cote 50 035.

Des sources contemporaines choisies

L’écriture de la Description de la Lorraine et du Barrois est l’œuvre de toute une vie. Alors qu’il fait paraître sans nom d’auteur son Mémoire en 1752, Durival travaille déjà à une géographie et une histoire des duchés qui inclue le règne de Stanislas. Conscient des besoins de la période contemporaine, il accumule dans son Journal manuscrit les faits marquants et les statistiques caractéristiques de son temps afin de les restituer par la suite. L’examen de ses ouvrages montre aussi qu’il a un accès aisé aux ouvrages d’histoire les plus récents, qu’il les a lus et sait les critiquer.

Dans le tome II de la Description (Nancy, veuve Leclerc, 1779), se trouvent les 50 pages de développement consacrées à la capitale des duchés. Il y renvoie à de nombreuses reprises le lecteur au premier tome de l’ouvrage afin d’éviter des répétitions dans son raisonnement ou pour trouver les preuves de ses assertions.

Classiquement, il utilise à de nombreuses reprises le Grand Dictionnaire historique de Moréri, les ouvrages de Dom Calmet3, avec lequel il a été en relations épistolaires, et de Dom Pelletier4, et les deux ouvrages de prestige de son règne, le « Recueil Héré »5 et les « Fondations du roi »6. Il se montre critique sa lecture des historiens qui l’ont précédé, comme François-Antoine Chevrier (1721-1762) « qu’il faut lire avec précaution », ou Charles Léopold Andreu de Bilistein, un ingénieur des Pays-Bas auteur d’un projet de canal entre Jarville et la ville vieille, et dont les considérations sont suivies par un arrêt royal de 1778, seize ans après leur publication. L’examen de ses références montre qu’il a accès à une bibliothèque récente et fournie en de nombreux domaines comme l’histoire de Nancy (Histoire de la congrégation du Refuge, publiée en 1716) ou les voyages — le Voyage en Italie de Jérôme de La Lande (1769) est cité comme source sur le peintre Le Lorrain. Où et comment consultait-il ses ouvrages ? À la bibliothèque publique fondée sous tutelle de l’Académie ? Auprès de ses amis ? Un prochain article montrera quelle importance pouvait avoir sa position de lieutenant général de police de Nancy dans le commerce du livre dans le duché et à Paris.

  1. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  2. Cette résolution nous paraît préférable à la plus classique aedil[is] praes[tantis] car plus conforme à la position de Durival. []
  3. Augustin Calmet, Bibliothèque lorraine ou Histoire des hommes illustres qui ont fleuri en Lorraine, Nancy, 1751. []
  4. Dom Ambroise Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, en forme de dictionnaire…, Nancy, Thomas, 1758). Ses propos trouvent fréquemment leur fondement dans les recueils des actes de Stanislas ((Recueil des ordonnances et réglemens de Lorraine…, Nancy, JB Cusson et al., 1759-1769. []
  5. Emmanuel Héré, Recueil des plans, elevations et coupes…, Paris, François, 172-1753. []
  6. Nicolas Michel, Recueil des fondations et établissemens faits par le Roi de Pologne..., Lunéville, CF Messuy, 1761-1762. []

Nicolas Durival et son Journal

La célébration du 250e anniversaire du rattachement de la Lorraine à la France en 2016 est l’occasion pour la Bibliothèque de mettre à l’honneur les collections en rapport avec le roi Stanislas, et singulièrement le Journal de Nicolas Durival (1713-1795), conseiller du roi et lieutenant général de police de Nancy de 1760 à 1769. Ce manuscrit fait l’objet pour les années 1765-1766 d’une édition électronique augmentée d’index, de notes historiques, de cartes et d’images consultable sur www.journaldedurival.fr depuis le 18 juin 2016. Ce premier article revient sur la personne de Nicolas Durival, d’autres seront prochainement consacrés au projet d’édition électronique.

Portrait de Nicolas Durival
Dominique Collin, portrait de Nicolas Durival. © Musée Lorrain, Nancy / Photo M. Bourguet

L’homme

Nicolas Luton Durival est le fils aîné de Jacques Luton, originaire de Normandie, fils d’un ancien valet de la Maison de Louis xiv et lui-même valet de garde-robe du duc Léopold. Avec son épouse Marie Anne Humblot, il a plusieurs enfants dont trois fils ont une carrière dans l’administration lorraine et française : Nicolas, Jean-Baptiste et Claude. Retraité à Saint-Aubin-sur-Aire (Meuse), Jacques Luton en devient le maire en 1729. Toujours en fonction en 1737, il fait partie de ceux qui viennent accueillir le nouveau duc, Stanislas Leszczynski, à son arrivée. En 1760, Jacques Luton est anobli, pour lui et ses descendants, et prend le nom de Durival.

Nicolas naît le 12 novembre 1713 à Commercy. Il apprend le rudiment avec le curé de Saint-Aubin : ses aptitudes l’autorisent à envisager une bonne carrière dans l’administration.

Il ne fonde pas de famille, mais son journal montre une grande proximité avec ses jeunes frères Jean-Baptiste et Claude1. Propriétaire d’une ferme à Heillecourt, où il passe volontiers du temps, c’est là qu’il se retire, sans beaucoup de moyens financiers, à l’issue de sa carrière civile en 1769. Privé de sa pension municipale en 1791 afin qu’il en porte la demande « auprès de la patrie » (soit le département de la Meurthe), il ne recouvre une somme de 3 000 livres, à peine suffisante pour le faire vivre, que peu de temps avant sa mort le 21 décembre 1795. Justin Favier y voit l’œuvre de l’abbé Grégoire, éminent conventionnel de la région2.

Une carrière au service du roi Stanislas

Nicolas Durival commence sa carrière comme secrétaire au service du chancelier français Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783) dès l’arrivée de celui-ci en Lorraine en 1737. Il reste par la suite proche de la famille du chancelier et de son fils l’intendant de Lorraine, dont il suit avec intérêt les déplacements. En 1751, il devient greffier en chef du Conseil d’État et des Finances du roi de Pologne, ce qui l’introduit dans l’entourage de Stanislas. Il cumule dès lors cette fonction avec d’autres charges : économe séquestre3 des bénéfices de Lorraine et Barrois (1754-1760), subdélégué de l’intendance de Lorraine4.

En 1760, il résigne ces charges au profit de la lieutenance générale de police de la ville de Nancy, cet office lui prenant tout son temps. L’achat en est très coûteux : 12 500 livres de Lorraine, auxquelles s’ajoutent 450 livres, 9 sous et 6 deniers de frais divers. Cette fonction va bien au-delà du maintien de l’ordre. Il intervient tout autant dans l’urbanisme municipal : adduction d’eau, pavage et éclairage des rues, travaux, transfert des cimetières hors de la ville…, que dans les fondations charitables – notamment pour les filles repenties -, dans les approvisionnements, l’ordonnancement des nombreuses processions et cérémonies, et tout ce qui, en règle générale, concourt à la paix civile. À ce titre, il participe tout à fait régulièrement aux réunions du conseil municipal et a de nombreuses relations tant avec la Cour souveraine qu’avec celle, plus mondaine, de Lunéville.
Il tient aussi des statistiques précises des naissances, mariages et décès de la ville.

C’est en 1769 qu’il demande à être relevé de ses fonctions ; il semblerait que l’administration française lui paraisse à ce moment intenable, à moins que l’âge et la fatigue ne commencent à se faire sentir. L’intendance lui octroie alors une pension de 1 000 livres, des « lettres de vétérance » et le titre de lieutenant de police honoraire, de sorte qu’il exerce encore à titre de conseil dans les années suivantes.

Durival historien

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Le Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Selon les historiens, s’appuyant sur les échanges entre Durival et Dom Calmet, Nicolas Durival considère, en bon administrateur de son temps, qu’il est impossible de gouverner sans la statistique, la géographie, et la connaissance de l’histoire de sa province. C’est pourquoi il fait publier à titre anonyme dès 1748 une Table alphabétique des villes, bourgs etc. de la Lorraine et du Barrois (182 p.), qui connaît deux rééditions et enrichissements en 1749 et 1766. Les pages sont divisées en deux colonnes : le toponyme et la juridiction dont la localité relève. Les mises à jour tiennent compte de l’actualisation des limites des bailliages.

Son Mémoire sur la Lorraine et le Barrois, de plus grande ampleur (604 p.), paraît en 1753 chez Henri Thomas à Nancy. Il est aussitôt salué par le Journal de Trévoux, et l’abbé géographe Jean-Joseph Expilly (1719-1793) entame avec Durival des échanges épistolaires visant à mieux intégrer la géographie et l’histoire de la Lorraine à celles de la France. Il se divise en trois parties :

  • une introduction générale sur la géographie, les habitants, les monnaies, les divisions administratives, les rivières et ruisseaux…
  • une étude de chaque ville, quartier et principaux monuments, divisée par bailliage
  • une table alphabétique actualisée comprenant des renseignements historiques et archéologiques
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor

La Description de la Lorraine et du Barrois

Cet ouvrage est publié en 4 volumes chez Leclerc à Nancy entre 1779 et 1783, le quatrième volume composé d’ajouts et d’annexes étant mis gracieusement à disposition des possesseurs des trois premiers chez le libraire Leseure.

Dans l’avertissement, Durival fait remonter la genèse de son projet à 1760 et se place dans la droite ligne des géographes et historiens des siècles précédents, rendant notamment hommage à Thierry Alix et à Mercator.

Le tome I est paru précédemment en 1774 sous une forme abrégée.
Il comprend une histoire des duchés depuis le xe siècle, allant jusqu’à la fin du règne de Stanislas (l’introduction du Mémoire se terminait à la fin du règne de Léopold), une géographie extrêmement complète et une carte dépliante. Durival y mentionne les rivières, lacs et autres eaux courantes et stagnantes, les plantes cultivées, les vignes, des statistiques de température, les ressources naturelles (bois, pêche, fossiles, mines), les habitants et leur notoriété, les revenus, les poids et mesures en vigueur, ainsi que les renseignements administratifs (militaire, postes, juridictions, foires et marchés) attendus de ce type de publication.

Le tome II développe considérablement la description des bailliages. Il consacre ainsi 52 pages à la ville de Nancy, passant en revue les paroisses, les faubourgs, les fontaines comme les hommes illustres et les ressources naturelles.

Le tome III est une table alphabétique des toponymes avec des données administratives, historiques, météorologiques ou archéologiques notables.

L’académicien

Durival est reçu le 15 avril 1760 à l’Académie royale des Sciences, lettres et arts de Nancy sur demande pressante du fondateur de celle-ci, le roi Stanislas. Sur l’insistance du roi, il en devient le sous-directeur deux ans plus tard. Son Journal le montre assidu aux séances ordinaires, soucieux de rendre compte des débats et de l’usage de la bibliothèque associée.

Il ne se jugeait pas digne d’être un académicien, se présentant comme un administrateur autodidacte plutôt qu’un érudit. Cependant, ses échanges avec des personnalités scientifiques de l’époque (Dom Calmet, Expilly) montre qu’il est tenu par eux en haute estime et qu’il a toutes les capacités intellectuelles pour argumenter et apporter avec méthode des réponses à des questions d’histoire, de géographie et d’économie.

Il présente régulièrement devant l’Académie royale des mémoires et rapports témoignant de son activité scientifique :

  • 1763 : un mémoire sur la clôture des héritages (biens immobiliers), le vain pâturage et le parcours (circulation du bétail) en Lorraine
  • 1765 : une bibliographie des ouvrages imprimés et manuscrits sur la province de Lorraine, conduite à la demande de l’intendant pour abonder la Bibliothèque historique de la France du père Lelong
  • 1779 : l’Académie le charge de terminer les travaux du père Leslie sur l’histoire du duché de Lorraine. Il ne semble pas cependant que cette demande ait été suivie d’effet car, les papiers du père Leslie lui étant réclamés quelques années plus tard par Mory d’Elvange, Durival assure qu’il ne les a jamais eus en sa possession.
  • 1790 : Sonnini5 commence à publier, dans le Journal du département de la Meurthe, diverses études d’économie rurale, portant principalement sur la construction et l’entretien des routes lorraines, présentées devant l’Académie. Un deuxième recueil sera publié, toujours par Sonnini, dans la Bibliothèque économique de 1809.
Les 14 volumes du Journal de Durival
Les 14 volumes du Journal de Durival

Le Journal

Tenu de 1737 au 18 décembre 1795, soit 3 jours avant la mort de son rédacteur, le Journal de Nicolas Durival n’est pas tant un écrit intime qu’un outil de suivi des événements urbains et politiques sous le règne de Stanislas, et de préparation des différentes publications projetées par l’auteur.

Il se compose de 14 volumes in-quarto, écrits à la main. Ceux-ci sont truffés parfois de copies de lettres et de billets, voire d’originaux, mais aussi de billets imprimés, de programmes, prospectus, invitations, ou coupures de presse. Il n’a certainement pas été tenu au jour le jour, du moins au début où les notations sont très sommaires. Il est possible par exemple que la relation de l’agonie et de la mort de Stanislas a pu être reconstruite quelque temps (quelques jours ?) après l’événement à partir de notes ou d’un brouillon de journal qui n’a pas été conservé, ou en tous cas reprise par la suite pour y ajouter des mentions d’horaire précis.

Journal de Durival, 1er janvier 1765
Journal de Durival, 1er janvier 1765

Des lacunes existent pour les années 1767-1771, 1781 et 1788-1791, soit que Durival n’ait pas tenu de relation de ces périodes, soit qu’elle ait été perdue. De 1792 à 1795, il se borne à effectuer des notations météorologiques quasi-quotidiennes sans se préoccuper vraiment de noter les événements en cours.

Durival et la bibliothèque de Nancy

De son vivant, et sans doute à cause de ses fonctions à l’Académie royale, Durival avait fait don à la bibliothèque de plusieurs ouvrages dont Justin Favier avait pu retrouver la trace grâce à un ex-libris manuscrit portant « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idio]« , quand un ex-libris gravé sur cuivre par Jean-Charles François (1717-1769) est attesté6. Or, après la mort sans héritier de son frère Jean-Baptiste, la bibliothèque et les papiers de Durival ont été vendus au poids sur la place du Marché à Nancy, de sorte que nombre de ses livres se sont perdus.
C’est peut-être à l’issue de cette vente que le Journal est entré à la bibliothèque de Nancy au xixe siècle, par le biais du célèbre collectionneur lotharingiste Beaupré.

Page d'accueil du Journal de Durival en ligne
Page d’accueil du Journal de Durival en ligne

Lire le Journal (années 1765-1766) dans son intégralité.

Les œuvres de Durival dans les Bibliothèques de Nancy.

  1. Les notices Wikipédia de la famille Durival sont mises à jour dans le cadre du projet. []
  2. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  3. chargé d’administrer les biens ecclésiastiques qui n’ont pas d’attributaire []
  4. substitut de La Galaizière []
  5. Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt (1751-1812), naturaliste lorrain secrétaire de Buffon et explorateur en Guyane. []
  6. Base des ex-libris de l’AFCEL, D1884. []

Que fait Stanislas à la Monnaie de Paris ?

La voix libre du citoyen – en polonais Głos wolny wolność ubespieczaiący – est l’une des œuvres politiques et philosophiques de Stanislas 1er conservées à la Bibliothèque-médiathèque de Nancy1. Cet ouvrage, attribué sous réserve au roi Stanislas, aurait été composé en 1738 et imprimé à Nancy en 1749, ou en Pologne, à Torun ou Dantzig2.

Continuer la lecture de Que fait Stanislas à la Monnaie de Paris ?

  1. Cet in-4° porte la cote Rés. 4091 []
  2. Bibliografia Estreichera, T. XXI, p. 218 []