Archives par mot-clé : numérisation

Le fonds Nancy sur Gallica : phase de contrôle

Il y a quelques mois, nous déposions sur le site de la BnF de Bussy-Saint-Georges 10 caisses contenant quelque 200 livres  du fonds Nancy.

 

Dans le cadre du programme de dématérialisation des collections des bibliothèques partenaires 2014-2017, ces livres sont aujourd’hui numérisés, et en ligne sur Gallica.
Mais la fin de cette étape amorce pour nous le démarrage de la phase de contrôle.

Pointage et contrôle de l’état des documents

Les documents qui nous reviennent à la fin de cette prestation doivent être consciencieusement déballés et pointés. Des milliers de livres provenant de nombreux établissements se côtoient sur les chaînes de numérisation de la BnF sans jamais se mélanger… du moins en théorie. Il nous appartient donc de vérifier s’ils sont tous revenus. Les livres ont conservé leur emballage de papier bulle afin de ne subir aucune dégradation durant le transport.

Chaque livre contient sa fiche descriptive, qui comporte les indications sur l’état dans lequel le livre à été confié. A-t’il été endommagé lors des manipulations pour les prises de vue ? Si oui, ces dégradations étaient elles inévitables, ou résultent elles d’une mauvaise manipulation du document ? Il nous faut en juger, en gardant à l’esprit que chaque document appelle une analyse spécifique. Par exemple, un livre dont le dos était rigide et durci verra forcément son degré d’ouverture contraint lors de la prise de vue. Les dégâts qui ont pu être occasionnés alors sont inévitables et ne résultent en aucun cas d’une erreur de la part de nos collègues des chaînes de numérisation.

Contrôles croisés

Tandis que nos collègues de la Bnf travaillent à verser quotidiennement les livres numérisés dans Gallica, nous avançons sur plusieurs étapes en même temps.

Sur Gallica

  • vérifier, pour chacun des titres, si le document est bien en
    ligne ;
  • vérifier également les informations bibliographiques : le titre correspond-il ? L’année d’édition ? L’auteur ?
  • dans le cas de recueils, bien que reliés ensemble, et numérisés en un seul tenant, contrôler que chaque titre fait bien l’objet d’un document à part entière ;
  • s’assurer que les liens fonctionnent, que le renvoi vers la notice bibliographique du  catalogue de la BnF correspond au titre numérisé ;
  • vérifier les pages dépliées, qui ont été numérisées ouvertes, cartes et autres gravures qui dénotent du corpus ;
  • tester enfin l’OCR en faisant des requêtes en plein texte pour s’assurer que l’outil a été bien paramétré et fonctionne correctement.
Notice détaillée d'un livre sur Gallica
Notice détaillée d’un livre sur Gallica

La Bnf met à la disposition de ses prestataires un tableau de suivi des anomalies, qui permettra à chaque acteur de signaler tout problème, selon une méthode bien définie. Ce tableau servira de base d’échanges pour renvoyer en numérisation des documents posant problème, ou  permettre au service de catalogage de reprendre certaines notices bibliographiques.

Les livres réintègrent progressivement nos magasins

Après ces quelques mois d’absence, les livres retrouvent peu à peu leur place dans nos magasins. Ils peuvent à nouveau être communiqués. A nous à présent de trouver une façon d’exploiter ces contenus numériques et de les diffuser auprès du public.

Sur notre catalogue

Les livres étant désormais accessibles en ligne, il convient de le signaler aux usagers susceptibles de les demander par l’intermédiaire de notre catalogue. Le lien pérenne du document sur Gallica est donc inséré dans la notice bibliographique de chacun d’entre eux. La plus-value apportée à l’usager est immédiate, et supplée parfois à la demande de communication du document.

Notice d'un ouvrage disponible sur Gallica.
Notice dans notre catalogue d’un ouvrage disponible sur Gallica.

 

Visibilité in-situ

La médiation numérique autour de nos fonds numérisés va pouvoir s’appuyer sur des outils différents.
Nous pouvons accompagner les usagers dans leurs recherches en les guidant sur Gallica. Nous avons également mis à disposition du public une tablette connectée sur l’application Gallica, qui permet une lecture particulièrement confortable. Nous organisons également des ateliers pratiques pour initier nos usagers à la navigation sur Gallica et tout particulièrement à la recherche de nos livres numérisés.

Pour retrouver nos livres sur Gallica : … cliquez ici, ou :

  • rendez vous dans la recherche avancée ;

  • sélectionnez « Bibliothèques de Nancy » dans la liste déroulante des bibliothèques partenaires ;

  • cochez aussi la case « en mode texte » pour cibler les documents qui vous offriront la recherche OCR.

 

Application Gallica sur tablette en accès libre
Application Gallica sur tablette en accès libre

Les Bibliothèques de Nancy se sont portées candidates à la prochaine campagne de numérisation, qui débutera à l’horizon 2017. Nous avons déjà commencé la sélection des documents qui cette fois porteront sur la Meurthe-et-Moselle.

À suivre sur Gallica…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Découvrir le Canada à la bibliothèque de Nancy

Depuis plusieurs années, la bibliothèque accueille des étudiants dans le cadre de leur stage universitaire. Former les générations futures à la conservation et la valorisation du patrimoine est une mission indispensable pour que le patrimoine reste vivant. En 2016, plusieurs étudiants sont venus observer et participer aux missions quotidiennes des agents du patrimoine.

 

Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756
Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756

Lucie Creusat, étudiante en première année du Master patrimoine à l’Université de Lorraine, a choisi de s’intéresser au Canada. Pour son stage, la bibliothèque lui a proposé de traiter des collections en rapport avec son sujet de Master : le Codex Canadensis.

Le Codex Canadensis

Le Codex Canadensis est un manuscrit attribué au père Louis Nicolas (1634-168?), un missionnaire jésuite parti convertir les « sauvages » au Canada en 1664. Riche de près de 180 dessins réalisés entre 1664 et 1675, le manuscrit est actuellement conservé au musée Gilcrease à Tulsa (Oklahoma, États-Unis). Le codex représente la faune et la flore ainsi que les peuples autochtones canadiens. Chaque dessin est accompagné d’une notice descriptive.
À son retour en France, Louis Nicolas entreprend son ouvrage Histoire naturelle des Indes Occidentales, dont le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Nationale de France.  Celui-ci ne sera, malheureusement, jamais publié.

Les collections géographiques de la bibliothèque

Riche de plus de 500 000 documents, la bibliothèque Stanislas possède de nombreux ouvrages relatifs à la représentation du monde, aux grandes découvertes, aux voyages des explorateurs. L’histoire de la découverte du continent Américain est d’ailleurs liée à l’histoire lorraine  au travers notamment des publications réalisées  par le Gymnase Vosgien. Cette école ecclésiastique, fondée en 1490 par le chanoine Vautrin (ou Gauthier) Lud, publie et diffuse de nombreux travaux scientifiques. C’est à Saint-Dié, en 1507, que le Gymnase vosgien fait paraître la Cosmographiae introductio, et c’est dans cet ouvrage que le collectif de savants va nommer pour la première fois le nouveau continent découvert par Americo Vespucci : America.

Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller
Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller

D’autres ouvrages de la bibliothèque viennent compléter ces découvertes ; les nombreux atlas mais aussi les récits d’explorateurs nous replongent dans ces mondes nouveaux que l’on tentait alors d’explorer.

Sélection canadienne

Pour ce stage d’une durée de 21 jours, nous avons sélectionné un ensemble de documents : cartes géologiques, cartes géographiques, cartes ferroviaires et récits d’explorateurs. L’objectif, au terme du stage, était d’avoir mené à bien les missions premières d’un agent du patrimoine : conserver, étudier, diffuser. Lucie a donc dans un premier temps classé, dépoussiéré et conditionné les documents. Puis elle a effectué des recherches pour pouvoir cataloguer des œuvres. Enfin, nous lui avons demandé de nous faire découvrir la « Nouvelle-France », à travers une sélection de quelques œuvres remarquables conservées à la bibliothèque. Voici sa sélection.

Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756
Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756

Cartes géologiques

La bibliothèque Stanislas possède un ensemble de 107 cartes géologiques du Canada conçues par la Geological Survey of Canada au cours du xixe siècle. Cette institution est une organisation scientifique fondée en 1842 dont le but est d’assurer l’essor de l’industrie canadienne des minéraux en établissant les principales bases géologiques du pays.
Chaque carte de cet ensemble est estampillée du cachet de la Société des Sciences de Nancy qui en a fait don à la bibliothèque. Cette société, qui existe depuis 1828 et qui a été renommée Académie Lorraine des Sciences en 2001, a régulièrement versé des documents à la bibliothèque de Nancy.
Ces cartes présentent un grand intérêt pour la connaissance géologique du territoire canadien entre 1959 et 1964.

 

Les cartes géographiques, maritimes et ferroviaires

Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896
Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896

Les cartes concernant le Canada ont été extraites de la collection des cartes géographiques de la bibliothèque afin d’être étudiées. Ce lot comprend des cartes datant du milieu du xviiie siècle jusqu’au xixe. Dix huit sont des cartes ferroviaires et maritimes, en anglais, datant approximativement de 1896. Elles donnent des informations sur les horaires et tarifs pour les transport des personnes.

Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine
Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine. 1755

Douze cartes géographiques présentent le continent américain, en particulier le territoire de la Nouvelle-France jusqu’alors inconnu et en cours d’exploration. Elles s’avèrent utiles aux navigateurs pour identifier les lieux où il est possible d’accoster ou de pêcher. On y voit également l’embouchure du fleuve Saint-Laurent qui est un endroit stratégique pour entrer au Canada par voie fluviale.
La lecture de ces cartes donne aussi des informations sur les limites des territoires étrangers, les forts, les noms des peuples amérindiens et leur localisation, mais aussi les rivières et les fleuves où il est possible de naviguer.

Deux cartes présentent un intérêt particulier :

Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
  • La première est la Carte d’Amérique divisée en ses principaux États avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans le Sud par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques, réalisée par Jean-Baptiste Nolin (1686-1762) et publiée en 1820.
    Elle représente l’ensemble du territoire américain, avec des reliefs et des parties colorées qui délimitent les territoires. Un encart en bas de la carte présente la partie arctique du Nord de l’Amérique.
    Sur la carte générale on observe les différentes voies empruntées par les navigateurs depuis Magellan (1480-1521) jusqu’à James Cook (1728-1779) et Cl.bne en 1758-1779.
    Lze carmograple rentionte esizoes quibreotent enlore inconnes.Les concours apparmisrent mais les terles sonttinexploréer.
&Carte ';Amériqu. Dressée pour ' insrductiun parGueil. Daliale etPheil.Bucach>, Premvers géograples de '>Académie es Science7. NouvellrmentRe vu, Augrmenmée etAassujetis auxN les Observations Astronomiques deMurs. de d’Acaremve es Science7& quo;s" width="3000" height="2576" srcset="https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1595/files/2016/07/B543956101_G-FG-ES-00016.jpg 3000w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1595/files/2016/07/B543956101_G-FG-ES-00065-300x285.jpg 300w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1595/files/2016/07/B543956101_G-FG-ES-00065-768x577.jpg 768w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1595/files/2016/07/B543956101_G-FG-ES-00016-1024x.43.jpg 1024w" sizes="(max-width: 3000px) 100vw, 3000px" />
Carte l’Amériqu. Dressée pour l&rsquo insrductiun parGueil. Daliale etPheil.Bucach>, Premvers géograples de l’Académie es Science7.
  • LadDeunirme est unencarve datant de 188e, enttuplée Carte l’amérique Dressée pour l&rsquo insrductiun parGueil. Daliale etPheil.Bucach>, Premvers géograples de l’Académie es Sciences, quibr présente le continent américaie et une partie de l&rsquoEuproe et de l&rsquoAffriques. nomme sur lancarve pr cidenu, un encars sguligne la escript on es côles de l’tlakla par lancpsitagne Coo9.
    Cettencarve prsrenne les différenes peuples d’Amériqun, mais aussi les forts, leslacts, les rivières et lesizoes de relie9.
    L&rsquo une de ses particumarisés estsqu&rsquovells présentr la «PPremve Mmérndiee, ixsé à l&rsquoIiale deFMer par la Déumavatioe dudro, Louis xiiiDepuisale viie siècle les grandesepuissances uproméonnea choisisrent leur proore mérndiee : lePforugaa choiset uneîale dns açrles, l&rsquoE/spigneoorendTolnde,etcs.LLouis iii, peu à pes, les géograples uproméoes vene accepses cerve dccssio9.
    Een(792s, lu mérndiee de l&rsquoîale deFMer estabranionsé au prfait du mérndiee dePmares, qui lui même est supptansé en(884r par lu mérndiee deGreenwRic1, dopnsé auUniv au encernntioail.Crepnidant la-Francs va garier, jusqu&rsquo en(9101, lu mérndiee dePmaree pour ses proorea parles géographiques du territoirr.

Depuisnco jourr lesahoimesvenechecthé à dcNouvrir denNouv axs territoiret. En Lorrain>, on reciedera luonor deJacsqlse Marqcerve (1674-175?), prêtre et missionnaire jésuite de Lorrain>, qui partera en missioa en;Amériqu. S ononorbreot associé à l’exploratior de la vaplée duMmississppir.

la bibliothèque Stanislas possède unonoobreiomportent deprccits te voyages l’explorateurs du Nouvaut-Mand ( mais aussi d&rsquoVautlse terle)e.CDeuxnd avers15780-635?), (6826-171?), avers16780a près1711)s etnl quind (6286-105)s , publsé en(704s, ls prêtre et missionnaireftraccsicain dcari  les terles inténieulesnd l’Amériqua du Nord et ses conditioesnd voyage7, que ce roit par voies navigables ou àapidn, mais aussi lesdniversesore conulesiompr vues oe organirées quiveneilieu avec les«sauvagess.Honnpinr les dcaris sguvent commn es personnee accueiulantes qui leur donnentbv acNopsnd nNoerriture au cours ce rUn explovatioe avec sesahoime.e Mais l&rsquoVauieun exprique aussisqla se sont es«barbaresa pa il astist  à essccnneand m utivatioe ou dec animbaismle.Sui neaore conulesnsemblene pa fois orenure une mauvaisencounture, sguvent nea ch ses s’orrongentrquend il leur présent unocanumnt qui estllssyemblls de lapaDix pour les;Amérindiens.Ll&rsquo oailyse de cetNouvMagepravlls deonoobrfuses limiliu es avec l

le travaia effectuéepnidant ce stagela teraisnd xtraiter etnd valorimer es collectsons peu explrisées jusqu&rsquo alors à la bibliothèque Stanislas. ainsn, nousre dcNouvsonsao jou l&rsquo hut une partie de l’histoire du Canadr.

manuscritsta-unicola-lautne-d rigaasta-unumerisation"> >

NicolasDd rigae et rUnJcounalk

<2> la célbavatioe du250>e aniaverfaire dud"attaclementnd la Lorrain à la-Francs en 216e est l&rsquooc catiox pour La Bibliothèqusnd rmette à l&rsquohiontSur ves collectsons en rapport avecllsdro,Sstanislae,et7 sngulièrementllsJcounalsnd NicolasDd rigan (7163-795?), conueiumer dudro,et7ilieotetent générasnd pNol cend nancend -170 à-179l.Cre manuscrit fait l’objne cour ves annés17665-766 l&rsquo unemédutiondélectrorique agrmenmée l’inexs, de noves;histfriqurs, de carvesjne l’ maves cnsul tabls eun
< <

l&rsquoahoims

, ringifaire te Nr mandie, iils l&rsquo unracc enigajne d la Maitn d LLouis iv>

1k2k

3k4k Iluntvnetlaussi desestptisriques usccsues esormissancee, maraavescet dcrès de lavaillr.

< <<32>Le

Seole7 ves;histfrenes, s’ppuymen eun esdcchaavescotreDd rigaecetDno, Clrmt,: Nicola Dd rigae coni dirr,eenoio,adomor stratSur eitn temp),squ&rsquo ileestiomp ssible js sguvrnir7 dans laestptisriqu,e va géographrr,eetala connaissance nil’histoire ei , rrovactl.Cl&rsquovest cou qui; il fait publirt à tiiran nymga dès1748e uls

  • /li ulsscu . ncch qlavaill), qMtsrrereet principeus monumne ,e divisé parbnallraav.
  • /li uls tabls lphabsctique actcalisé coppcemen spcenueoane ees;histfriqueseet arthéologique.
< <<32>la

CretNouvMage est publiscen4evonumea clz.Leclrcs à nanc1 eure(7759 et 783,e l, qMstrirmevonum copposé l&rsquo jooescet l&rsquo anexhsdumen rais grcc esemgnet àdis p dution s p ieestSues esctrais Premvers clz. l,libavavreLetSule./p>

Ddans l&rsquo avtsrinse e, Dd rigae faitue mopses va menyse eitn rrujet à1770reetyse glcl, dans va trtps.uligne s géograpdescet;histfrenea 7 siècles uscmémne ,epceimnet notammentahoimav7 àTthietynAlDixjet à Meoctoer.

Ls amsIe est paau pdcrémammentcen1774, sgfs uls formtabpd gle.
Il coppcede uls;histoire es oucres depuislls ie siècl1, iulans jusqu&rsquo à vanfitneu èguls eSstanisla (il&rsquo entroductiunneu

>Ls amsII. duveoppes coni dtrablmgnet va script on es ballraaver.Ilu conacpms mgnsi542mpies à vavaills n nance,pbaymnetcendenqla res paraiiee,e lesfaumborge,e lesfmoprmgnea nomme les nommesilplunulesjetptspce sgecjesonaturellie./p>

>Ls amsIIIe est uls tabls lphabsctique 7 pNnymges vec, 7nionsé7adomor stradav ,e;histfriquee, vihorologiques oe arthéologiquet notablee./p> Ll&rsquoaAcadémcc e>

Dd rigae estrençe l,15s vr il1770r à l&rsquo Académiervoy l, 7 Science,e lnnulesjetpapk

Iluulsysejugeraispbas ligne l&rsquorêtre unrAcadémcc e,e e pde eJnet nomme unrdomor stratSurVauodid acse gutôn squ&rsquo unhttudtl.Crepnidan,e sdcchaaves vec, 7 personbairréx scientifiquet e l&rsquod o qla(

Ilu pde elsdsggulièrementdenmnet l&rsquoAAcadémlsdroy l, 7 votoiresjet rappor7 votognhant eitn acdivihénScientif qla:.

< eL ./p>

Tceau e"173u as18s dc;emure(795,e sais3 joues vmnet sampor7 eitn dsd acsuer, ls <

< ,Dd rigae igft7fgft7niot à la bibliothèquens pluc ees NouvMages mosJdusrinFNavers vmaispeu Retsguvr laetrcttgrâctt à unexg-lbpr , manuscrit cortent   6Cl&rsquovest ieo-rêtre à l&rsquoaiiqu,nsnrerveuventsiqus ls iixe siècl,e par d,bmrmis oe dblèbre c liacniontSur o tmarnngsntsBv a pde./p> <
< //ae./p> <

Les //a, dans ies Bibliothèques d, nance./p> li; d=" foo nov_0_-184" colas="/foo novd">ves nofivesWwikimédla n lafaimili Dd rigaeitnet mics à jous dans ne padre au pruje. [ JdusrinFNaver,a  Nnol cs eun NicolasDd rigae », dans cmaadt l&rsquordomor ste es biefs ecclésiastiques quinl&rsquomospbas l&rsquoaattribfair [ subnstitus nLla aplizDièr [ Ccma e- Nicola-Singsbfet7Stnnmort eMan n couo, (751-1812?),onatucaliiv7 loarmge cpréfaire eBuffiotfet expltritSur eaGuymee. [ ,D(884.>//a,[ médutio>//a /fons7 loarmg>//a manuscri>//a NicolasLautn Dd riga>//a numérisation

>la olas=" cos-thumbnnal8"href=" http://epitome.hypotheses.org995s"mara-hidide="=true"> > > >hecares olas="venpy-hecareg" < das olas="venpy-rmtag" >a >numérisation