Archives par mot-clé : numérisation

Le fonds Nancy sur Gallica : phase de contrôle

Il y a quelques mois, nous déposions sur le site de la BnF de Bussy-Saint-Georges 10 caisses contenant quelque 200 livres  du fonds Nancy.

 

Dans le cadre du programme de dématérialisation des collections des bibliothèques partenaires 2014-2017, ces livres sont aujourd’hui numérisés, et en ligne sur Gallica.
Mais la fin de cette étape amorce pour nous le démarrage de la phase de contrôle.

Pointage et contrôle de l’état des documents

Les documents qui nous reviennent à la fin de cette prestation doivent être consciencieusement déballés et pointés. Des milliers de livres provenant de nombreux établissements se côtoient sur les chaînes de numérisation de la BnF sans jamais se mélanger… du moins en théorie. Il nous appartient donc de vérifier s’ils sont tous revenus. Les livres ont conservé leur emballage de papier bulle afin de ne subir aucune dégradation durant le transport.

Chaque livre contient sa fiche descriptive, qui comporte les indications sur l’état dans lequel le livre à été confié. A-t’il été endommagé lors des manipulations pour les prises de vue ? Si oui, ces dégradations étaient elles inévitables, ou résultent elles d’une mauvaise manipulation du document ? Il nous faut en juger, en gardant à l’esprit que chaque document appelle une analyse spécifique. Par exemple, un livre dont le dos était rigide et durci verra forcément son degré d’ouverture contraint lors de la prise de vue. Les dégâts qui ont pu être occasionnés alors sont inévitables et ne résultent en aucun cas d’une erreur de la part de nos collègues des chaînes de numérisation.

Contrôles croisés

Tandis que nos collègues de la Bnf travaillent à verser quotidiennement les livres numérisés dans Gallica, nous avançons sur plusieurs étapes en même temps.

Sur Gallica

  • vérifier, pour chacun des titres, si le document est bien en
    ligne ;
  • vérifier également les informations bibliographiques : le titre correspond-il ? L’année d’édition ? L’auteur ?
  • dans le cas de recueils, bien que reliés ensemble, et numérisés en un seul tenant, contrôler que chaque titre fait bien l’objet d’un document à part entière ;
  • s’assurer que les liens fonctionnent, que le renvoi vers la notice bibliographique du  catalogue de la BnF correspond au titre numérisé ;
  • vérifier les pages dépliées, qui ont été numérisées ouvertes, cartes et autres gravures qui dénotent du corpus ;
  • tester enfin l’OCR en faisant des requêtes en plein texte pour s’assurer que l’outil a été bien paramétré et fonctionne correctement.
Notice détaillée d'un livre sur Gallica
Notice détaillée d’un livre sur Gallica

La Bnf met à la disposition de ses prestataires un tableau de suivi des anomalies, qui permettra à chaque acteur de signaler tout problème, selon une méthode bien définie. Ce tableau servira de base d’échanges pour renvoyer en numérisation des documents posant problème, ou  permettre au service de catalogage de reprendre certaines notices bibliographiques.

Les livres réintègrent progressivement nos magasins

Après ces quelques mois d’absence, les livres retrouvent peu à peu leur place dans nos magasins. Ils peuvent à nouveau être communiqués. A nous à présent de trouver une façon d’exploiter ces contenus numériques et de les diffuser auprès du public.

Sur notre catalogue

Les livres étant désormais accessibles en ligne, il convient de le signaler aux usagers susceptibles de les demander par l’intermédiaire de notre catalogue. Le lien pérenne du document sur Gallica est donc inséré dans la notice bibliographique de chacun d’entre eux. La plus-value apportée à l’usager est immédiate, et supplée parfois à la demande de communication du document.

Notice d'un ouvrage disponible sur Gallica.
Notice dans notre catalogue d’un ouvrage disponible sur Gallica.

 

Visibilité in-situ

La médiation numérique autour de nos fonds numérisés va pouvoir s’appuyer sur des outils différents.
Nous pouvons accompagner les usagers dans leurs recherches en les guidant sur Gallica. Nous avons également mis à disposition du public une tablette connectée sur l’application Gallica, qui permet une lecture particulièrement confortable. Nous organisons également des ateliers pratiques pour initier nos usagers à la navigation sur Gallica et tout particulièrement à la recherche de nos livres numérisés.

Pour retrouver nos livres sur Gallica : … cliquez ici, ou :

  • rendez vous dans la recherche avancée ;

  • sélectionnez « Bibliothèques de Nancy » dans la liste déroulante des bibliothèques partenaires ;

  • cochez aussi la case « en mode texte » pour cibler les documents qui vous offriront la recherche OCR.

 

Application Gallica sur tablette en accès libre
Application Gallica sur tablette en accès libre

Les Bibliothèques de Nancy se sont portées candidates à la prochaine campagne de numérisation, qui débutera à l’horizon 2017. Nous avons déjà commencé la sélection des documents qui cette fois porteront sur la Meurthe-et-Moselle.

À suivre sur Gallica…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Découvrir le Canada à la bibliothèque de Nancy

Depuis plusieurs années, la bibliothèque accueille des étudiants dans le cadre de leur stage universitaire. Former les générations futures à la conservation et la valorisation du patrimoine est une mission indispensable pour que le patrimoine reste vivant. En 2016, plusieurs étudiants sont venus observer et participer aux missions quotidiennes des agents du patrimoine.

 

Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756
Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756

Lucie Creusat, étudiante en première année du Master patrimoine à l’Université de Lorraine, a choisi de s’intéresser au Canada. Pour son stage, la bibliothèque lui a proposé de traiter des collections en rapport avec son sujet de Master : le Codex Canadensis.

Le Codex Canadensis

Le Codex Canadensis est un manuscrit attribué au père Louis Nicolas (1634-168?), un missionnaire jésuite parti convertir les « sauvages » au Canada en 1664. Riche de près de 180 dessins réalisés entre 1664 et 1675, le manuscrit est actuellement conservé au musée Gilcrease à Tulsa (Oklahoma, États-Unis). Le codex représente la faune et la flore ainsi que les peuples autochtones canadiens. Chaque dessin est accompagné d’une notice descriptive.
À son retour en France, Louis Nicolas entreprend son ouvrage Histoire naturelle des Indes Occidentales, dont le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Nationale de France.  Celui-ci ne sera, malheureusement, jamais publié.

Les collections géographiques de la bibliothèque

Riche de plus de 500 000 documents, la bibliothèque Stanislas possède de nombreux ouvrages relatifs à la représentation du monde, aux grandes découvertes, aux voyages des explorateurs. L’histoire de la découverte du continent Américain est d’ailleurs liée à l’histoire lorraine  au travers notamment des publications réalisées  par le Gymnase Vosgien. Cette école ecclésiastique, fondée en 1490 par le chanoine Vautrin (ou Gauthier) Lud, publie et diffuse de nombreux travaux scientifiques. C’est à Saint-Dié, en 1507, que le Gymnase vosgien fait paraître la Cosmographiae introductio, et c’est dans cet ouvrage que le collectif de savants va nommer pour la première fois le nouveau continent découvert par Americo Vespucci : America.

Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller
Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller

D’autres ouvrages de la bibliothèque viennent compléter ces découvertes ; les nombreux atlas mais aussi les récits d’explorateurs nous replongent dans ces mondes nouveaux que l’on tentait alors d’explorer.

Sélection canadienne

Pour ce stage d’une durée de 21 jours, nous avons sélectionné un ensemble de documents : cartes géologiques, cartes géographiques, cartes ferroviaires et récits d’explorateurs. L’objectif, au terme du stage, était d’avoir mené à bien les missions premières d’un agent du patrimoine : conserver, étudier, diffuser. Lucie a donc dans un premier temps classé, dépoussiéré et conditionné les documents. Puis elle a effectué des recherches pour pouvoir cataloguer des œuvres. Enfin, nous lui avons demandé de nous faire découvrir la « Nouvelle-France », à travers une sélection de quelques œuvres remarquables conservées à la bibliothèque. Voici sa sélection.

Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756
Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756

Cartes géologiques

La bibliothèque Stanislas possède un ensemble de 107 cartes géologiques du Canada conçues par la Geological Survey of Canada au cours du xixe siècle. Cette institution est une organisation scientifique fondée en 1842 dont le but est d’assurer l’essor de l’industrie canadienne des minéraux en établissant les principales bases géologiques du pays.
Chaque carte de cet ensemble est estampillée du cachet de la Société des Sciences de Nancy qui en a fait don à la bibliothèque. Cette société, qui existe depuis 1828 et qui a été renommée Académie Lorraine des Sciences en 2001, a régulièrement versé des documents à la bibliothèque de Nancy.
Ces cartes présentent un grand intérêt pour la connaissance géologique du territoire canadien entre 1959 et 1964.

 

Les cartes géographiques, maritimes et ferroviaires

Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896
Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896

Les cartes concernant le Canada ont été extraites de la collection des cartes géographiques de la bibliothèque afin d’être étudiées. Ce lot comprend des cartes datant du milieu du xviiie siècle jusqu’au xixe. Dix huit sont des cartes ferroviaires et maritimes, en anglais, datant approximativement de 1896. Elles donnent des informations sur les horaires et tarifs pour les transport des personnes.

Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine
Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine. 1755

Douze cartes géographiques présentent le continent américain, en particulier le territoire de la Nouvelle-France jusqu’alors inconnu et en cours d’exploration. Elles s’avèrent utiles aux navigateurs pour identifier les lieux où il est possible d’accoster ou de pêcher. On y voit également l’embouchure du fleuve Saint-Laurent qui est un endroit stratégique pour entrer au Canada par voie fluviale.
La lecture de ces cartes donne aussi des informations sur les limites des territoires étrangers, les forts, les noms des peuples amérindiens et leur localisation, mais aussi les rivières et les fleuves où il est possible de naviguer.

Deux cartes présentent un intérêt particulier :

Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
  • La première est la Carte d’Amérique divisée en ses principaux États avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans le Sud par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques, réalisée par Jean-Baptiste Nolin (1686-1762) et publiée en 1820.
    Elle représente l’ensemble du territoire américain, avec des reliefs et des parties colorées qui délimitent les territoires. Un encart en bas de la carte présente la partie arctique du Nord de l’Amérique.
    Sur la carte générale on observe les différentes voies empruntées par les navigateurs depuis Magellan (1480-1521) jusqu’à James Cook (1728-1779) et Clarke en 1778-1779.
    Le cartographe mentionne des zones qui restent encore inconnues. Les contours apparaissent mais les terres sont inexplorées.
"Carte d'Amérique Dressée pour l'instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l'Académie des Sciences. Nouvellement Revue, Augmentée et Assujetie aux Nles Observations Astronomiques de Mrs. de l’Academie des Sciences."
Carte d’Amérique Dressée pour l’instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l’Académie des Sciences.
Nouvellement Revue, Augmentée et Assujetie aux Nles Observations Astronomiques de Mrs. de l’Academie des Sciences.
  • La deuxième est une carte datant de 1808, intitulée Carte d’Amérique Dressée pour l’instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l’Académie des Sciences, qui représente le continent américain et une partie de l’Europe et de l’Afrique . Comme sur la carte précédente, un encart souligne la description des côtes de l’Alaska par le capitaine Cook.
    Cette carte présente les différents peuples d’Amérique, mais aussi les forts, les lacs, les rivières et les zones de relief.
    L’une de ses particularités est qu’elle présente le « Premier Méridien, fixé à l’Isle de Fer par la Déclaration du roi Louis xiii ». Le roi a rendu obligatoire en 1634 l’utilisation de ce méridien . Depuis le xvie siècle les grandes puissances européennes choisissent leur propre méridien : le Portugal choisit une île des Açores, l’Espagne prend Tolède, etc. Louis xii, conscient du problème que cela pose, décide de réunir les plus grands cartographes et géographes d’Europe pour qu’ils s’accordent sur un premier méridien. Il va alors imposer aux géographes français l’utilisation du méridien de l’île de Fer comme premier méridien et, peu à peu, les géographes européens vont accepter cette décision.
    En 1792, le méridien de l’île de Fer est abandonné au profit du méridien de Paris, qui lui même est supplanté en 1884 par le méridien de Greenwich, adopté au niveau international. Cependant la France va garder, jusqu’en 1911, le méridien de Paris pour ses propres cartes géographiques du territoire.

Récits d’explorateurs

Depuis toujours les hommes ont cherché à découvrir de nouveaux territoires. En Lorraine, on retiendra le nom de Jacques Marquette (1637-1675), prêtre et missionnaire jésuite de Lorraine, qui partira en mission en Amérique. Son nom reste associé à l’exploration de la vallée du Mississippi.

La bibliothèque Stanislas possède un nombre important de récits de voyages d’explorateurs du Nouveau-Monde (mais aussi d’autres terres). Ceux de Samuel de Champlain (vers 1570-1635), Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), Dière de Dièreville (vers 1670-après 1711) et celui de Louis Hennepin (1626-1705) Voyage ou nouvelle découverte d’un très grand pays dans l’Amérique entre le nouveau Mexique et la mer glaciale. Dans son ouvrage, publié en 1704, ce prêtre et missionnaire franciscain décrit les terres intérieures de l’Amérique du Nord et ses conditions de voyages, que ce soit par voies navigables ou à pied, mais aussi les diverses rencontres imprévues ou organisées qui ont lieu avec les «sauvages». Hennepin les décrit souvent comme des personnes accueillantes qui leur donnent beaucoup de nourriture au cours de son exploration avec ses hommes. Mais l’auteur explique aussi que se sont des «barbares» car il assiste à des scènes de mutilation ou de cannibalisme. Si les rencontres semblent parfois prendre une mauvaise tournure, souvent les choses s’arrangent quand il leur présente un calumet qui est le symbole de la paix pour les Amérindiens. L’analyse de cet ouvrage révèle de nombreuses similitudes avec le Codex Canadensis : la description des mœurs, de certaines plantes comme le blé d’Inde (maïs) et d’animaux.

Le travail effectué pendant ce stage a permis de traiter et de valoriser des collections peu exploitées jusqu’alors à la bibliothèque Stanislas. Ainsi, nous redécouvrons aujourd’hui une partie de l’histoire du Canada.

Astrid Mallick et Lucie Creusat.

Découvrez aussi nos cartes sur Flickr.

Nicolas Durival et son Journal

La célébration du 250e anniversaire du rattachement de la Lorraine à la France en 2016 est l’occasion pour la Bibliothèque de mettre à l’honneur les collections en rapport avec le roi Stanislas, et singulièrement le Journal de Nicolas Durival (1713-1795), conseiller du roi et lieutenant général de police de Nancy de 1760 à 1769. Ce manuscrit fait l’objet pour les années 1765-1766 d’une édition électronique augmentée d’index, de notes historiques, de cartes et d’images consultable sur www.journaldedurival.fr depuis le 18 juin 2016. Ce premier article revient sur la personne de Nicolas Durival, d’autres seront prochainement consacrés au projet d’édition électronique.

Portrait de Nicolas Durival
Dominique Collin, portrait de Nicolas Durival. © Musée Lorrain, Nancy / Photo M. Bourguet

L’homme

Nicolas Luton Durival est le fils aîné de Jacques Luton, originaire de Normandie, fils d’un ancien valet de la Maison de Louis xiv et lui-même valet de garde-robe du duc Léopold. Avec son épouse Marie Anne Humblot, il a plusieurs enfants dont trois fils ont une carrière dans l’administration lorraine et française : Nicolas, Jean-Baptiste et Claude. Retraité à Saint-Aubin-sur-Aire (Meuse), Jacques Luton en devient le maire en 1729. Toujours en fonction en 1737, il fait partie de ceux qui viennent accueillir le nouveau duc, Stanislas Leszczynski, à son arrivée. En 1760, Jacques Luton est anobli, pour lui et ses descendants, et prend le nom de Durival.

Nicolas naît le 12 novembre 1713 à Commercy. Il apprend le rudiment avec le curé de Saint-Aubin : ses aptitudes l’autorisent à envisager une bonne carrière dans l’administration.

Il ne fonde pas de famille, mais son journal montre une grande proximité avec ses jeunes frères Jean-Baptiste et Claude1. Propriétaire d’une ferme à Heillecourt, où il passe volontiers du temps, c’est là qu’il se retire, sans beaucoup de moyens financiers, à l’issue de sa carrière civile en 1769. Privé de sa pension municipale en 1791 afin qu’il en porte la demande « auprès de la patrie » (soit le département de la Meurthe), il ne recouvre une somme de 3 000 livres, à peine suffisante pour le faire vivre, que peu de temps avant sa mort le 21 décembre 1795. Justin Favier y voit l’œuvre de l’abbé Grégoire, éminent conventionnel de la région2.

Une carrière au service du roi Stanislas

Nicolas Durival commence sa carrière comme secrétaire au service du chancelier français Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783) dès l’arrivée de celui-ci en Lorraine en 1737. Il reste par la suite proche de la famille du chancelier et de son fils l’intendant de Lorraine, dont il suit avec intérêt les déplacements. En 1751, il devient greffier en chef du Conseil d’État et des Finances du roi de Pologne, ce qui l’introduit dans l’entourage de Stanislas. Il cumule dès lors cette fonction avec d’autres charges : économe séquestre3 des bénéfices de Lorraine et Barrois (1754-1760), subdélégué de l’intendance de Lorraine4.

En 1760, il résigne ces charges au profit de la lieutenance générale de police de la ville de Nancy, cet office lui prenant tout son temps. L’achat en est très coûteux : 12 500 livres de Lorraine, auxquelles s’ajoutent 450 livres, 9 sous et 6 deniers de frais divers. Cette fonction va bien au-delà du maintien de l’ordre. Il intervient tout autant dans l’urbanisme municipal : adduction d’eau, pavage et éclairage des rues, travaux, transfert des cimetières hors de la ville…, que dans les fondations charitables – notamment pour les filles repenties -, dans les approvisionnements, l’ordonnancement des nombreuses processions et cérémonies, et tout ce qui, en règle générale, concourt à la paix civile. À ce titre, il participe tout à fait régulièrement aux réunions du conseil municipal et a de nombreuses relations tant avec la Cour souveraine qu’avec celle, plus mondaine, de Lunéville.
Il tient aussi des statistiques précises des naissances, mariages et décès de la ville.

C’est en 1769 qu’il demande à être relevé de ses fonctions ; il semblerait que l’administration française lui paraisse à ce moment intenable, à moins que l’âge et la fatigue ne commencent à se faire sentir. L’intendance lui octroie alors une pension de 1 000 livres, des « lettres de vétérance » et le titre de lieutenant de police honoraire, de sorte qu’il exerce encore à titre de conseil dans les années suivantes.

Durival historien

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Le Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Selon les historiens, s’appuyant sur les échanges entre Durival et Dom Calmet, Nicolas Durival considère, en bon administrateur de son temps, qu’il est impossible de gouverner sans la statistique, la géographie, et la connaissance de l’histoire de sa province. C’est pourquoi il fait publier à titre anonyme dès 1748 une Table alphabétique des villes, bourgs etc. de la Lorraine et du Barrois (182 p.), qui connaît deux rééditions et enrichissements en 1749 et 1766. Les pages sont divisées en deux colonnes : le toponyme et la juridiction dont la localité relève. Les mises à jour tiennent compte de l’actualisation des limites des bailliages.

Son Mémoire sur la Lorraine et le Barrois, de plus grande ampleur (604 p.), paraît en 1753 chez Henri Thomas à Nancy. Il est aussitôt salué par le Journal de Trévoux, et l’abbé géographe Jean-Joseph Expilly (1719-1793) entame avec Durival des échanges épistolaires visant à mieux intégrer la géographie et l’histoire de la Lorraine à celles de la France. Il se divise en trois parties :

  • une introduction générale sur la géographie, les habitants, les monnaies, les divisions administratives, les rivières et ruisseaux…
  • une étude de chaque ville, quartier et principaux monuments, divisée par bailliage
  • une table alphabétique actualisée comprenant des renseignements historiques et archéologiques
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor

La Description de la Lorraine et du Barrois

Cet ouvrage est publié en 4 volumes chez Leclerc à Nancy entre 1779 et 1783, le quatrième volume composé d’ajouts et d’annexes étant mis gracieusement à disposition des possesseurs des trois premiers chez le libraire Leseure.

Dans l’avertissement, Durival fait remonter la genèse de son projet à 1760 et se place dans la droite ligne des géographes et historiens des siècles précédents, rendant notamment hommage à Thierry Alix et à Mercator.

Le tome I est paru précédemment en 1774 sous une forme abrégée.
Il comprend une histoire des duchés depuis le xe siècle, allant jusqu’à la fin du règne de Stanislas (l’introduction du Mémoire se terminait à la fin du règne de Léopold), une géographie extrêmement complète et une carte dépliante. Durival y mentionne les rivières, lacs et autres eaux courantes et stagnantes, les plantes cultivées, les vignes, des statistiques de température, les ressources naturelles (bois, pêche, fossiles, mines), les habitants et leur notoriété, les revenus, les poids et mesures en vigueur, ainsi que les renseignements administratifs (militaire, postes, juridictions, foires et marchés) attendus de ce type de publication.

Le tome II développe considérablement la description des bailliages. Il consacre ainsi 52 pages à la ville de Nancy, passant en revue les paroisses, les faubourgs, les fontaines comme les hommes illustres et les ressources naturelles.

Le tome III est une table alphabétique des toponymes avec des données administratives, historiques, météorologiques ou archéologiques notables.

L’académicien

Durival est reçu le 15 avril 1760 à l’Académie royale des Sciences, lettres et arts de Nancy sur demande pressante du fondateur de celle-ci, le roi Stanislas. Sur l’insistance du roi, il en devient le sous-directeur deux ans plus tard. Son Journal le montre assidu aux séances ordinaires, soucieux de rendre compte des débats et de l’usage de la bibliothèque associée.

Il ne se jugeait pas digne d’être un académicien, se présentant comme un administrateur autodidacte plutôt qu’un érudit. Cependant, ses échanges avec des personnalités scientifiques de l’époque (Dom Calmet, Expilly) montre qu’il est tenu par eux en haute estime et qu’il a toutes les capacités intellectuelles pour argumenter et apporter avec méthode des réponses à des questions d’histoire, de géographie et d’économie.

Il présente régulièrement devant l’Académie royale des mémoires et rapports témoignant de son activité scientifique :

  • 1763 : un mémoire sur la clôture des héritages (biens immobiliers), le vain pâturage et le parcours (circulation du bétail) en Lorraine
  • 1765 : une bibliographie des ouvrages imprimés et manuscrits sur la province de Lorraine, conduite à la demande de l’intendant pour abonder la Bibliothèque historique de la France du père Lelong
  • 1779 : l’Académie le charge de terminer les travaux du père Leslie sur l’histoire du duché de Lorraine. Il ne semble pas cependant que cette demande ait été suivie d’effet car, les papiers du père Leslie lui étant réclamés quelques années plus tard par Mory d’Elvange, Durival assure qu’il ne les a jamais eus en sa possession.
  • 1790 : Sonnini5 commence à publier, dans le Journal du département de la Meurthe, diverses études d’économie rurale, portant principalement sur la construction et l’entretien des routes lorraines, présentées devant l’Académie. Un deuxième recueil sera publié, toujours par Sonnini, dans la Bibliothèque économique de 1809.
Les 14 volumes du Journal de Durival
Les 14 volumes du Journal de Durival

Le Journal

Tenu de 1737 au 18 décembre 1795, soit 3 jours avant la mort de son rédacteur, le Journal de Nicolas Durival n’est pas tant un écrit intime qu’un outil de suivi des événements urbains et politiques sous le règne de Stanislas, et de préparation des différentes publications projetées par l’auteur.

Il se compose de 14 volumes in-quarto, écrits à la main. Ceux-ci sont truffés parfois de copies de lettres et de billets, voire d’originaux, mais aussi de billets imprimés, de programmes, prospectus, invitations, ou coupures de presse. Il n’a certainement pas été tenu au jour le jour, du moins au début où les notations sont très sommaires. Il est possible par exemple que la relation de l’agonie et de la mort de Stanislas a pu être reconstruite quelque temps (quelques jours ?) après l’événement à partir de notes ou d’un brouillon de journal qui n’a pas été conservé, ou en tous cas reprise par la suite pour y ajouter des mentions d’horaire précis.

Journal de Durival, 1er janvier 1765
Journal de Durival, 1er janvier 1765

Des lacunes existent pour les années 1767-1771, 1781 et 1788-1791, soit que Durival n’ait pas tenu de relation de ces périodes, soit qu’elle ait été perdue. De 1792 à 1795, il se borne à effectuer des notations météorologiques quasi-quotidiennes sans se préoccuper vraiment de noter les événements en cours.

Durival et la bibliothèque de Nancy

De son vivant, et sans doute à cause de ses fonctions à l’Académie royale, Durival avait fait don à la bibliothèque de plusieurs ouvrages dont Justin Favier avait pu retrouver la trace grâce à un ex-libris manuscrit portant « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idio]« , quand un ex-libris gravé sur cuivre par Jean-Charles François (1717-1769) est attesté6. Or, après la mort sans héritier de son frère Jean-Baptiste, la bibliothèque et les papiers de Durival ont été vendus au poids sur la place du Marché à Nancy, de sorte que nombre de ses livres se sont perdus.
C’est peut-être à l’issue de cette vente que le Journal est entré à la bibliothèque de Nancy au xixe siècle, par le biais du célèbre collectionneur lotharingiste Beaupré.

Page d'accueil du Journal de Durival en ligne
Page d’accueil du Journal de Durival en ligne

Lire le Journal (années 1765-1766) dans son intégralité.

Les œuvres de Durival dans les Bibliothèques de Nancy.

  1. Les notices Wikipédia de la famille Durival sont mises à jour dans le cadre du projet. []
  2. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  3. chargé d’administrer les biens ecclésiastiques qui n’ont pas d’attributaire []
  4. substitut de La Galaizière []
  5. Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt (1751-1812), naturaliste lorrain secrétaire de Buffon et explorateur en Guyane. []
  6. Base des ex-libris de l’AFCEL, D1884. []

Numériser la presse : le contrôle

La dernière campagne de numérisation de la presse quotidienne régionale ancienne portait sur l’Est républicain pour la période 1919 à 1945. Retour sur les opérations de contrôle mises en œuvre avant le versement en ligne1.

Continuer la lecture de Numériser la presse : le contrôle

  1. le tout est désormais en ligne sur le Kiosque lorrain []

Numériser la presse : les coulisses

Depuis 2009 la bibliothèque de Nancy réalise une campagne de numérisation par an. En 2013 a commencé le long chantier de numérisation de la presse quotidienne régionale lorraine (PQR), avec dans la foulée la réalisation du Kiosque Lorrain1. La campagne 2014 va bientôt porter à 120 000 le nombre de vues disponibles en ligne. Retour sur ces prestations.

Continuer la lecture de Numériser la presse : les coulisses

  1. Voir à ce sujet ce Billet sur le Kiosque lorrain []

Bibliothèque Nancy Renaissance (2013)

La BmN a participé au grand événement « Renaissance Nancy 2013 » autrement qu’en organisant une  exposition de ses trésors. Un peu déstabilisant au départ, ce parti pris s’est révélé particulièrement fécond car il a obligé les bibliothécaires à imaginer d’autres formes d’étude et de valorisation des collections du xvie siècle.

Les réalisations

Le site internet "Bibliothèque Renaissance à Nancy"
Le site internet « Bibliothèque Renaissance à Nancy »
  1. un site internet, Bibliothèque Nancy Renaissance, rassemblant à la fois des contenus destinés à un large public (une exposition virtuelle, des jeux) et des contenus scientifiques : une base de documents numérisés (1080 items à ce jour, tous sous Licence Ouverte), un inventaire scientifique des estampes lorraines du xvie siècle et une carte des imprimeurs lorrains.
  2. des ressources bibliographiques, sur un compte Zotero, et sous forme de livret pour présenter certains des ouvrages numérisés pour l’occasion.
  3. des contributions importantes aux différentes expositions organisées par les musées de Nancy et de Lorraine : expositions d’histoire au Musée lorrain, scientifiques au Muséum-Aquarium, au Jardin botanique et au Musée de l’Histoire du Fer de Nancy, artistiques aux musées de Toul et de Bar-le-Duc. Au total, près d’une centaine d’œuvres de nos collections ont été montrées au public.
  4. des contributions à la valorisation de l’événement sur internet et les réseaux sociaux : réalisation de reportages pour la page Facebook et le compte Flickr consacrés à l’événement, demande d’archivage du site événementiel auprès du service du Dépôt légal du Web à la BnF, la dissémination sur notre compte Flickr ou Pinterest de quelques pièces remarquables.
  5. un programme culturel varié destiné aux usagers du réseau des bibliothèques : concert, ateliers pour enfants, conférences, rencontres, présentations d’œuvres patrimoniales en quartier…
  6. à l’interne, un travail important sur les collections elles-mêmes : exploration du fonds par des statistiques, catalogage et conditionnement des œuvres (estampes, manuscrits et imprimés) manipulées, numérisées et/ou prêtées, conception et production du site internet, accueil et encadrement de stagiaires.

Le bilan

De nombreux points positifs

"L'annonce faite aux bergers", Livre de prières de la famille Des Fours (vers 1525), BmN ms. 1874. - Licence ouverte
« L’annonce faite aux bergers », Livre de prières de la famille Des Fours (vers 1525), BmN ms. 1874. – Licence ouverte

Cette année consacrée au xvie siècle a permis sur le plan scientifique de renforcer la connaissance du fonds du xvie siècle, au-delà des œuvres emblématiques, notamment dans le fonds iconographique (recherche et inventaire des estampes du xvie siècle dans les recueils factices disséminés dans les collections d’imprimés), ainsi que de nouer des collaborations avec des institutions de la région et des chercheurs locaux.

La gestion du fonds patrimonial s’est également améliorée grâce à cet événement : la quantité de documents numérisés et/ou prêtés en peu de temps a obligé à la mise en place de circuits de traitement (repérage/constat d’état/catalogage/conditionnement/départs/contrôle/retours) beaucoup plus formalisés. Par là même, davantage d’agents du service ont été impliqués, tant pour les tâches bibliothéconomiques que pour les relations avec les emprunteurs, prestataires et différents publics rencontrés.

Quelques regrets

Un certain manque d’anticipation a empêché de traiter l’intégralité de la collection des imprimés du xvie siècle (3 000 ouvrages) et de finaliser le catalogue des manuscrits des xvexvie siècles.

Certains emprunteurs ont semblé ne pas tenir compte l’existence de délais de traitement des œuvres écrites ou graphiques préalablement à un prêt, pourtant comparables à celles d’œuvres muséales, ainsi que du fait qu’elles n’étaient pas seules sur l’événement, et ont tardé à formuler leurs demandes, imposé des changements de dernière minute difficiles à satisfaire compte tenu du nombre d’œuvres traitées simultanément.

Enfin, l’offre culturelle proposée par le réseau des bibliothèques était de grande qualité, mais a dû être concentrée en peu de temps (l’événement Renaissance Nancy 2013 a duré de mai à juillet 2013) et a donc pâti du foisonnement de l’offre locale et régionale sur le même sujet.

Gérer un fonds iconographique en bibliothèque

Dans la plupart des bibliothèques, la gestion des fonds iconographiques pose problème. Comment gérer ces documents particuliers en termes de catalogage, de conservation et de communication ? Sur ces points, toutes les bibliothèques ont des pratiques et des méthodes différentes. Certaines ne font que peu de distinction entre le fonds d’ouvrages et ce fonds particulier, d’autres le considèrent comme un fonds précieux et appliquent les règles en conséquence. La bibliothèque de Nancy s’est penchée sur cette question à partir de septembre 2011 lors de la réorganisation du fonds iconographique.

Le fonds de la bibliothèque Stanislas

En septembre 2011, le nombre de documents iconographiques était estimé à environ 30 000 pièces. Composé de dessins, d’estampes, de photographies, de cartes postales, d’affiches et de cartes géographiques, il était conservé en différents endroits de la bibliothèque, dont une partie principale en magasin, au milieu des rayonnages de livres. Ce fonds a été conservé selon le classement presque originel du xixe siècle, commun à de nombreuses collections d’art graphique, c’est-à-dire selon un classement thématique (portraits, artistes, localités, etc.). Un classement qui offre l’avantage de pouvoir chercher directement dans les collections, par ordre alphabétique, mais qui reste peu pertinent pour la conservation et pour la recherche lorsque l’œuvre d’un artiste se trouve rangée dans un classement iconographique.

Documents non conditionnés
Documents non conditionnés
Ce fonds iconographique avait été coté et répertorié de manière très succincte. Les lecteurs utilisaient de volumineux répertoires issus de fichiers textes pour faire leurs recherches et demander les documents. La communication se faisait en salle de lecture, au milieu d’autres lecteurs, avec un nombre non limité de documents iconographiques consultables à la fois.

Changement de programme

En septembre 2011, la bibliothèque a entrepris de réorganiser ce fonds afin se conformer aux normes de catalogage et de conservation en vigueur. Un état des lieux a été dressé, mettant en évidence les faiblesses de l’actuel classement, et des propositions ont été faites pour améliorer quatre points importants : catalogage, conservation, classement, communication.

Parallèlement, il est apparu que les collections iconographiques n’avaient pas toutes été prises en compte dans les estimations. En effet, de très nombreux recueils factices d’estampes se trouvent catalogués et conservés comme des livres. Ces recueils représentent une part importante de ce fonds en termes de quantité mais aussi de qualité. Un travail de recensement de l’intégralité du fonds a été entrepris.

Les fonds graphiques dans les autres institutions

D’autres institutions culturelles conservent ce type de fonds. Musées et archives ont des pratiques différentes ; les musées adoptent des normes de conservation préventive plus rigoureuses et un catalogage souvent plus poussé, les archives adoptent un traitement de type archivistique. Après avoir étudié ces différentes pratiques, la bibliothèque Stanislas a tenté de trouver un juste milieu qui réponde à ses besoins et ses exigences en termes de conservation, de catalogage et de communication.

La réorganisation du fonds

Le conditionnement était inadapté : des boîtes souvent trop grandes par rapport à la taille des documents qui bougent et s’abîment à l’intérieur, une perte de place évidente dans des locaux déjà restreints en espace, des boîtes à moitié remplies et des documents parfois trop grands ou repliés dans des boîtes trop petites.

Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites)
Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites).

Un reconditionnement en quatre formats a été adopté, dans des boîtes de conservation et meuble à plan. Les documents sont reconditionnés en pochettes de papier permanent ou pochettes polyester qui seront au format de la boîte et non du document. Un dépoussiérage des œuvres, des boîtes et des espaces de stockage est effectué systématiquement.

Gommage d'un document
Gommage d’un document avant sa numérisation et son reconditionnement.

La manipulation et la communication étaient également un gros problème pour la conservation des documents. Le manque d’espace et le manque de sensibilisation du personnel et des lecteurs à la fragilité de ces œuvres engendrait un risque à chaque communication. Des actions d’aménagement et de formation ont été menées : un plan de travail adéquat a été installé (en attendant le déménagement prochain vers la nouvelle réserve) et des formations à la manipulation de ces documents ont été organisées et suivies par tout le personnel. La communication des documents se fait désormais dans une salle réservée à la consultation des fonds patrimoniaux, selon des consignes précises. Les œuvres numérisées ne sont plus communiquées.

Le classement du fonds se fait désormais par format, par fonds et par typologie de document. Les albums d’estampes et recueils factices sont intégrés au fond iconographique. L’ensemble des documents est recoté selon le schéma suivant : lettre du format-intitulé du fonds-typologie d’objet-numéro d’ordre (à 5 chiffres) (ex : P-FG-ES-00001, correspondant à « 1re estampe du fonds général petit format »).

A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner
A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner.

Le catalogage ne se fait plus dans un fichier texte mais dans un tableur. Les champs renseignés sont plus nombreux et plus précis, incluant des données de gestion, administratives et de conservation. Utilisant la norme AFNOR pour le catalogage de l’image fixe mais aussi certains champs renseignés pour l’art graphique par les musées, la bibliothèque s’est créé sa propre charte de catalogage. Celle-ci répond aux différents niveaux de recherche, et permet une meilleure gestion des collections. Une partie de ces données sont extraites et publiées en format Dublin Core pour intégrer nos sites web et à terme la bibliothèque numérique (Bibliothèque Renaissance à Nancy, Prosper Morey, itinéraire d’un architecte, ces deux expositions virtuelles sont néanmoins appuyées sur une base de donnée en dublin core contenant la totalité des fonds numérisés dans ces corpus).
On a brisé le classement thématique au profit d’un classement par format et technique, ce qui a pu apparaître comme une perte de lisibilité pour l’équipe et les usagers habitués, mais au final offre une meilleure lisibilité  pour la conservation. La distinction entre documents précieux et imprimés de reproduction est plus claire. Par un catalogage plus précis, la restitution de la thématique via les champs d’indexation et la construction d’instruments de recherche raisonnés permettent de rassembler intellectuellement des œuvres matériellement dispersées, comme œuvres des Jacques Callot rangées sous la thématique « Localité Nancy » par exemple.

Des collections redécouvertes

Parallèlement à ce travail sur le catalogage et la conservation, depuis septembre 2011, un repérage systématique des collections iconographiques a été entamé. Chaque volume de la bibliothèque a été contrôlé pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’un album ou recueil factice d’œuvres. Ce travail n’est pas encore terminé, mais on dénombre déjà plus de 200 recueils factices ou albums, donc certains contiennent parfois plus de 300 pièces. Les collections iconographiques (hors cartes postales) sont estimées aujourd’hui à plus de 50 000 œuvres et probablement bien plus dans les mois à venir. Parmi ces recueils, la bibliothèque redécouvre de véritables chefs d’œuvres oubliés, voire jamais repérés.

Page d'un recueil factice d'estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle)
Page d’un recueil factice d’estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle).

 

Une collection qui s’enrichit et se partage

Depuis plus de 20 ans, la bibliothèque poursuit une politique d’acquisition active avec des achats et dons d’artistes contemporains. Dernier exemple en date, en 2013, la bibliothèque a reçu le don du fonds d’atelier de Michel Jamar, graveur lorrain du xxe siècle. Composé de matrices, d’estampes et de dessins, il est accompagné de la d’une presse en taille-douce ainsi que des outils du graveur. Représentant l’intégralité de son œuvre graphique, la collection comprend près de 2 000 documents et objets (inventaire en cours).
Depuis 2009, la bibliothèque fait numériser ses collections patrimoniales. Un partie du fonds iconographique est désormais disponible en ligne ou sur les postes informatiques de la bibliothèque. Ce sont surtout les fonds les plus fragiles, les plus communiqués et les grands formats. Ainsi les œuvres concernant Nancy, celles de Prosper Morey, de Grandville et les graveurs lorrains du xvie siècle sont consultables en version numérique.
Le pôle iconographique est aujourd’hui composé de deux personnes à temps plein : un responsable et un magasinier référent. Ce chantier occupera cette équipe encore plusieurs années étant donné l’ampleur de la tâche. Parallèlement, dans le cadre de sa politique de valorisation patrimoniale, la bibliothèque souhaite mettre en avant cette collection et proposer des expositions, articles mais aussi des catalogues raisonnés pour les gravures lorraines. Les échanges avec d’autres institutions possédant des collections iconographiques (au plan local – avec le Musée des Beaux-arts de Nancy ou le Musée Lorrain – comme national) se multiplient afin de mieux appréhender les pratiques de chacun, améliorer la gestion et la valorisation des collections. Amis bibliothécaires, n’hésitez pas à nous contacter pour partager vos expériences !