Le fonds lorrain jeunesse de conservation : le rendez-vous du 28 mars 2019

Dans l’idée de rendre dynamique cette nouvelle collection dans le fonds de conservation, les auteurs et illustrateurs de notre sélection ont été invités à la bibliothèque.

Après quelques rendez-vous individuels une démarche plus collective

Les premiers contacts avec les auteurs/illustrateurs se sont faits essentiellement via des courriels.  Le premier courrier envoyé, certains ont très vite fait la démarche de nous contacter.  Pour ceux et celles qui pouvaient se rendre disponibles, des rendez-vous individuels ont été organisés.  Ces moments ont permis de communiquer sur la démarche de constitution de cette collection, et nous ont permis surtout et aussi de faire connaissance.

Ces échanges ont également permis de recueillir des éléments biographiques qui font souvent défaut dans la connaissance que les bibliothécaires peuvent avoir des auteurs contemporains. Ils ont aussi permis de mieux comprendre la complexité du métier d’auteurs ou d’illustrateurs, mais aussi la difficulté que certains d’entre eux rencontrent pour vivre de leur expression littéraire ou artistique.

Le 28 mars 2019, 12 auteurs illustrateurs se sont rendus à notre invitation. Cette rencontre a permis de donner une réalité collective à ce projet et de l’ancrer réellement dans les missions de la bibliothèque patrimoniale.

Séance de dédicaces

Toujours dans la même idée de cultiver nos liens et de « fabriquer du fond local »1 , nous proposons ce jour à nos auteurs une séance de dédicaces. Plusieurs se sont prêtés au jeu d’écriture ou d’illustration. La collection jeunesse se place symboliquement sous le patronage de la Bibliothèque Stanislas.

Dédicace de l’auteur Didier Zanon lors de la rencontre

Présentations d’ouvrages de nos réserves précieuses pour nos invités d’honneur

Pour faire écho à cette collection jeunesse nouvellement constituée, des ouvrages de littérature jeunesse entrés dans les collections dans la première partie du XXe siècle ont été présentés. Il s’agit essentiellement d’ouvrages édités par l’éditeur Berger-Levrault lorsqu’il avait une activité importante sur le territoire de la Lorraine.

Une sélection de livres d’artistes des réserves précieuses a également été présentée.

Livre d’artiste, livre objet présentés lors de la rencontre

Une invitation pour lancer des projets collectifs

Les journées européennes du patrimoine

Karine Maincent sera notre invitée pour cette édition 2019.  L’invitation d’un auteur jeunesse dans les  murs de la Bibliothèque confirme l’intention d’accueillir à Stanislas un public familial.

La réalisation d’un livre de coloriage sur la thématique de Saint-Nicolas 

En demandant la participation à chacun de nos invités pour la création d’une planche, d’un texte… nous nous inscrivons dans la demande portée par la ville pour les festivités de fin d’année. Ce support sera également distribué lors des accueils des publics scolaires organisés sur cette thématique.

Du point de vue des bibliothécaires, ce moment privilégié a été important pour communiquer sur ce projet et l’installer dans la communauté des auteurs et des illustrateurs de notre territoire. Cette rencontre s’est terminée par une visite des coulisses de la bibliothèque.

  1. Anne Meyer, « La fabrique des fonds locaux », dans C. Haquet et B. Huchet (dir.) Repenser le Fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p. 45 []

Jacques Callot : Études de chevaux

Célèbre artiste lorrain, Jacques Callot (1592-1635) a produit un nombre considérable de gravures mais aussi de dessins conservés dans les plus grandes collections et institutions du monde entier. Si les estampes sont bien connues, les dessins restent encore confidentiels pour le grand public. Pourtant, ceux-ci révèlent l’intimité créatrice de l’artiste, allant de la copie jusqu’aux travaux préparatoires aux grandes compositions gravées. La Bibliothèque Stanislas conserve un dessin de Jacques Callot, figurant des études de chevaux, qui témoigne du cheminement graphique de l’artiste.

Callot (Jacques), Études de chevaux et soldats, encre brune sur papier vergé, G-FG-AL-00001-019

L’oeuvre de Jacques Callot à la Bibliothèque Stanislas

La Bibliothèque Stanislas conserve la quasi totalité de l’œuvre gravé de Jacques Callot. Comptant plus de 1400 pièces, en différents états, ce sont au total plus de 3000 estampes de l’artiste qui y sont conservées.

Constituée dès le XVIIIe siècle, cette collection des œuvres de Jacques Callot s’est étoffée au cours des siècles par les achats, les legs et les dons de collectionneurs. Deux ensembles importants sont à signaler : les recueils de l’œuvre de Jacques Callot et la collection Thiéry-Solet.

Recueils de l’œuvre de Jacques Callot, anciennement référencés sous la cote Rés. 20, aujourdhui cotés G-FG-AL-00001 à 00003 pour les 3 volumes.

Les recueils de l’œuvre de Jacques Callot ont été constitués dans la seconde moitié du XIXe siècle à partir des œuvres en feuilles conservées à la bibliothèque. Sorte de recueils factices sur la thématique « Jacques Callot », ils contiennent à la fois les portraits de Jacques Callot, les œuvres originales, les copies, classées selon l’ordre et la numérotation proposée par Edouard Meaume en 18601. Ils forment un ensemble de trois volumes contenant plus de 1 000 œuvres.

La collection Thiéry-Solet est entrée à la Bibliothèque Stanislas en 1921. Composée d’une importante bibliothèque et d’une collection de gravures et de dessins, elle compte plus de 2000 œuvres de Jacques Callot. Jean-Baptiste Thiéry-Solet était un collectionneur éclairé de l’oeuvre de Jacques Callot, il possédait une très grande partie de son oeuvre gravé mais aussi plus de 300 matrices de ses gravures2. Il a d’ailleurs fait des retirages à partir des matrices qu’il possédait. La bibliothèque conserve également ces retirages du XIXe siècle.

Des gravures de Jacques Callot proviennent d’autres de collectionneurs mais la dispersion des feuilles dans différents recueils factices ne permet pas actuellement d’en appréhender la quantité et l’originalité. Le chantier des collections en cours permettra de répertorier en détail l’ensemble de cette collection.

Si la Bibliothèque Nationale de France a déjà numérisé et mis en ligne plus de 900 gravures de l’artiste, les bibliothèques du Sillon Lorrain s’apprêtent également à mettre en ligne l’oeuvre de Jacques Callot sur Limédia galeries, offrant ainsi au public une visibilité complète de son œuvre.

Études de chevaux

Dans le premier volume des recueils de l’œuvre de Jacques Callot se trouve un dessin de l’artiste figurant des études de chevaux, de cavaliers et d’hommes combattant à l’arme à feu. Ce dessin, monté sur un papier vergé épais, entouré de plusieurs liserés d’encadrement brun et beige faits à la main, a appartenu à plusieurs collectionneurs avant d’arriver à la Bibliothèque Stanislas. La première mention figure au bas du montage, au crayon graphite : “Don Hubert Magot”. Les recueils semblent avoir été constitués par la bibliothèque elle-même, durant la seconde moitié du XIXe siècle. Ce dessin serait donc entré par don avant cette date ou à la même date.

Il y a également une autre mention de collectionneur sur ce dessin ; en bas à gauche figure un cachet de collection, estampé à l’encre noire, de forme circulaire, figurant les lettres JG. Grâce à l’aide de Laurence Lhinares, chargée de recherche à la Fondation Custodia et au Département des arts graphiques du Musée du Louvre, ce cachet de collection a pu être identifié et son signalement a permis aux équipes de la fondation Custodia d’enrichir la notice Lugt de ce cachet. Il s’agit de la marque du collectionneur anglais James Gibbs (1804-1891) (L. 1164a). James Gibbs était libraire, relieur, vendeur d’estampes mais c’était, avant tout, un collectionneur compilateur. Plusieurs milliers de feuilles composaient sa collection. Il était également bibliophile.

Callot (Jacques), Études de chevaux et soldats, encre brune sur papier vergé, G-FG-AL-00001-019 : cachet de collection de James Gibbs (Lugt L.1164a)

Ce qui est intéressant dans cette découverte, c’est que, comme d’autres dessins d’études de chevaux répertoriés par Daniel Ternois dans son catalogue des dessins de Jacques Callot3 , ce dessin porte la marque d’un collectionneur anglais. L’œuvre de la bibliothèque n’avait pas été signalée par Daniel Ternois dans son catalogue raisonné, ni dans le supplément qu’il a publié 1998. Ce dessin ne figurait pas non plus à la grande exposition Jacques Callot en 1992 au Musée Lorrain à Nancy.

 

D’après Antonio Tempesta

Les études de chevaux connues de Jacques Callot semblent toutes librement copiées par Callot d’après une suite gravée à l’eau-forte par Antonio Tempesta (1555-1630) à Rome en 1590 : Cavalli di differenti paesi […] ((Bartsch, 1803-1821, XVII, n°941-968)).

Van Panderen (E.), d’après Antonio Tempesta, Hic maculis […], planche n° 9, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, Rés. 4119

Plusieurs de ces études, conservées au British Museum, au musée des Offices à Florence ou à l’Albertina de Vienne montrent effectivement que Jacques Callot s’est exercé à l’étude des différentes postures du cheval à partir de cette fameuses suite gravée de 1590. Cette suite a connu plusieurs éditions et a été largement diffusée. La Bibliothèque Stanislas conserve un exemplaire de cette suite, gravée d’après Tempesta par Egbert van Panderen (1581-1637), datée vers 1630 à priori. Les sujets sont fidèlement copiés en contrepartie, c’est à dire dans le sens inverse de l’original, et reprennent la légende en latin dans la partie basse de chaque planche. Chaque planche est numérotée de 1 à 30, y compris les pages de titre et dédicace. Cette suite gravée est entrée dans les collections de la Bibliothèque Stanislas suite aux saisies révolutionnaires, elle provient du Couvent des Tiercelins de Nancy.

Van Panderen (E.), d’après Antonio Tempesta, Hic maculis […], planche n°9, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, Rés. 4119

 

Le portrait de Louis de Lorraine, Prince de Phalsbourg

Callot (Jacques), Louis de Lorraine, gravure à l’eau-forte rehaussée de burin sur papier vergé, M-TS-ES-00187

De nombreux personnages et postures de chevaux du dessin rappellent les éléments que l’on retrouve dans la gravure de Jacques Callot connue sous le nom « Portrait du Prince de Phalsbourg ». Le cheval cabré de la gravure se retrouve sur le dessin, avec exactement les mêmes caractéristiques de posture.

Callot (Jacques), Études de chevaux et soldats, encre brune sur papier vergé, G-FG-AL-00001-019 (détail)

Les soldats armés, tirant à feu, qui se trouvent sur le dessin, apparaissent également en arrière plan de ce portrait du Prince de Phalsbourg. On retrouve également la zone de fumée, en haut à droite sur le dessin, que l’on aperçoit à plusieurs endroits, dans la scène d’arrière plan, sur la gravure. Des groupes de cavaliers portant des étendards de la partie inférieure droite du dessin font écho aux mêmes groupes qui sont en arrière plan de la patte arrière du cheval.

Callot (Jacques), Études de chevaux et soldats, encre brune sur papier vergé, G-FG-AL-00001-019 (détail)
Callot (Jacques), Louis de Lorraine, gravure à l’eau-forte rehaussée de burin sur papier vergé, M-TS-ES-00187 (détail)
Callot (Jacques), Études de chevaux et soldats, encre brune sur papier vergé, G-FG-AL-00001-019 (détail)

On sait que les nombreux dessins d’études de chevaux et soldats ont été utilisés par Callot, tout au long de sa vie, pour plusieurs de ses gravures. Dans ses croquis, il travaille surtout sur les postures et les allures des chevaux. Il se sera resservi de ses propres modèles de croquis pour les inclure dans ses gravures. Ce dessin serait daté des années 1615-1617, par analogie aux autres études de chevaux dont Daniel Ternois situe la création vers le début de la période florentine (1615-1617).

Bibliographie

Ternois (D.), Jacques Callot : catalogue complet de son oeuvre dessiné, Paris : F. de Nobele, 1962.

Ternois (D.), Jacques Callot : catalogue complet de son oeuvre dessiné, Supplément (1962-1998), Paris : F. de Nobele, 1998.

Ternois (D.) (sous la direction de), Jacques Callot : 1592-1635 : actes du colloque organisé par le Service culturel du Musée du Louvre et la Ville de Nancy, à Paris et à Nancy les 25, 26 et 27 juin 1992, Paris : Klincksieck, 1993.

Choné (P.) (sous la direction de), Jacques Callot : 1592-1635. Musée historique lorrain, Nancy, 13 juin-14 septembre 1992, Paris : Réunion des musées nationaux, 1992.

  1. E. Meaume, Recherches sur la vie et les ouvrages de Jacques Callot, suite au Peintre-graveur français de M. Robert Dumesnil, Paris : Vve J. Renouard, 1860 (Nancy : impr. Raybois). []
  2. Les matrices en cuivre de Jacques Callot, de la collection Thiéry-Solet, sont conservées au Musée Lorrain []
  3. D. Ternois, Jacques Callot : catalogue complet de son oeuvre dessiné, Paris : F. de Nobele, 1962 et Supplément (1962-1998), Paris : F. de Nobele, 1998. []

Petit vade-mecum du mécénat en bibliothèque (épisode 1)

Jusqu’à très récemment mener une opération de mécénat était l’apanage des musées et des grands établissements. Lorsque la Bibliothèque Stanislas a décidé de se lancer son premier crowdfunding, peu d’établissements de taille similaire s’y étaient aventurés. Peu d’exemple, peu de littérature étaient alors disponibles sur le sujet.

 Nous nous proposons de partager notre cheminement et les nombreuses questions que nous nous sommes posées pour mener à bien notre mécénat.

La genèse du projet

Si la première opération de mécénat menée par les Bibliothèques de Nancy a débuté officiellement  le 21 décembre 2017. Elle a pris corps dans nos esprits plus d’une année auparavant.

Astrid Mallick, responsable du cabinet d’art graphique a souhaité lors de la mort du graveur lorrain Claude Weisbuch compléter notre collection de l’artiste. Le galeriste lui a présenté, à cette occasion, une série de 79 estampes de jeunesse de l’artiste dont il ne souhaitait pas se défaire ou uniquement dans sa globalité, l’ensemble formant un tout cohérent expliquant le cheminement de l’artiste jusqu’au style qui a fait sa renommée.

Dépassant le budget consacré annuellement aux acquisitions patrimoniales, cet achat, d’un montant de 49 600 €, nécessitait un montage financier exceptionnel. Une année a été nécessaire pour que nous nous familiarisions avec les rouages du crowdfunding.

 4 questions avant d’agir.

Il est nécessaire de se poser un certain nombre de questions afin de confirmer la pertinence de se lancer dans une telle opération.


Pourquoi le mécénat ?
Par qui ? Qu’est ce que le mécénat exactement ? Comment ?

Nous pouvons apporter une réponse rapide aux deux premières questions.

Pourquoi ?

 Il est nécessaire de s’interroger sur la pertinence de se lancer dans l’aventure du mécénat. Dans notre cas l’achat des 79 œuvres de jeunesse de Claude Weisbuch est-il justifié par rapport à la politique d’acquisitions patrimoniales de la bibliothèque ?

Par qui ?

Porté un projet de mécénat est une tâche lourde, énergivore, mangeuse de temps, nécessitant une grande disponibilité. Aussi, il est nécessaire de prévoir au moins un binôme afin de pouvoir se compléter, se relayer, s’épauler et se motiver mutuellement.

Qu’est-ce que le mécénat[1] ?

« Il n’existe pas de définition précise du mécénat et du parrainage notamment en raison de la diversité des opérations qu’ils peuvent concerner. » selon le site association.gouv.fr

 Cependant, le mécénat est défini par l’arrêté du 6 janvier 1989 comme étant le “soutien matériel apporté,sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général “.

Par ailleurs et conformément à la loi du 1er août 2003, dite loi Aillagon,  relative au mécénat, aux associations et aux fondations, les collectivités territoriales sont éligibles au mécénat ouvrant droit à avantage fiscal. Elles doivent cependant répondre comme pour toutes entités éligibles au mécénat, aux critères de l’intérêt général c’est à dire n epas agir au profit d’un cercle restreint de personnes, avoir une gestion désintéressée et avoir une activité non lucrative. Ces avantages représentent :

  • Pour un particulier : une réduction d’impôt de 66 % du montant de leur don effectué en numéraire ou en nature (le don d’une œuvre à un musée de France, par exemple), et retenu dans la limite de20 % du revenu imposable, avec la possibilité, en cas de dépassement de ce plafond, de reporter l’excédent au titre des cinq exercices suivants.((articles 200 et 200 bis du CGI[2])
  • Pour une entreprise : une réduction d’impôt de 60 % du montant de leur don effectué en numéraire, en compétence ou en nature, et retenu dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires HT, avec la possibilité, en cas de dépassement de ce plafond, de reporter l’excédent au titre des cinq exercices suivants. (article 238 bis – 1 du CGI)

A ces réductions d’impôt peuvent s’ajouter une contrepartie en nature qui doit demeurer dans une disproportion marquée avec le montant du don. Elle ne doit pas dépasser 25% du montant du  don,avec, pour les particuliers, une limitation forfaitaire de 60 €.

Les différents types de mécénat

  • Le mécénat fiduciaire

Il consiste pour un particulier ou une entreprise à faire un d’une somme d’argent.

  • Le mécénat de compétence

Il consiste à mettre, pour une entreprise,  à disposition des collaborateurs sur leur temps de travail pour réaliser des actions d’intérêt général mobilisant ou non leurs compétences.Ces mises à disposition peuvent être évaluées et donner lieu à un avantage fiscal.

  • Le mécénat en nature

Il consiste à donner, pour une entreprise, des biens acquis à titre onéreux par elle ou de biens produits par l’entreprise elle-même et destinés à la vente.

Comment ?

La Ville de Nancy pouvant émettre des reçus fiscaux, nous aurions pu mener notre crowdfunding sans passer par une plateforme participative cependant la visibilité qu’offre les plateformes a emporté notre adhésion. C’est alors présentée une foultitude de nouvelles interrogations :

Choix d’une plateforme

  • Quelle plateforme participative choisir ?
  • Y-a-t’il des plateformes spécialisées pour le domaine culturel ?
  • Quel type de crowdfunding la plateforme propose-t-elle ?
  • Quel secteur la plateforme couvre-t-elle majoritairement ?
  • Nombre de projets proposés en 2016 ? Taux de réussite ?
Présentation du mécénat sur le site de la Fondation du Patrimoine

Mise en ligne

  •  Après validation du projet quels sont les délais de mise en ligne ?
  • Quels sont les outils de promotion, de mise en valeur du projet ?
  • Mise en avant sur la page d’accueil du site ?
  • Mise en avant dans une newsletter ?
  • Mise en avant sur les réseaux sociaux ?
  • Autre …
  • Quelle est la durée de la mise en ligne du projet
  • Durée minimale ?
  • Durée maximale ?
  • La plateforme apporte-t-elle un accompagnement éditorial pour une mise en ligne de qualité ?

Gestion

  • Quel est le montant des frais de gestion ?
  • Que se passe-t-il dans le cas où le montant souhaité n’ait pas été atteint ? Des frais sont-ils applicables ? Dans l’affirmative quel en est le montant ?
  • Que se passe-t-il quand le montant à  atteindre pour la collecte n’est pas atteint ? L’argent récolté est-il quand même acquis au projet ? Dans la négative l’argent est-il redonné aux souscripteurs ? Sous quel délai ?
  • Prise en charge de l’émission de reçus fiscaux
  • Quels moyens de paiement sont proposés aux souscripteurs : carte bancaire, paypal, autre ?
  • Quel est le délai de versement des fonds récoltés ?
  • Un abondement (aide financière complémentaire) peut-il être apporté par la plateforme ?
Plateforme Domaine couvert Durée Frais Émission de reçus fiscaux Objectif de collecte non atteint Contreparties en nature
Ulule Généraliste 90 jours maximum Variable selon les fonds collectés <100 000 € : de 6,67% HT pour les fonds collectés par Cartes Bancaires, et de 4,17% HT pour les fonds collectés par Paypal ou chèques ou virements oui Remboursement des participants possible
Kiss kiss bang bang Généraliste 60 jours maximum 5 % sur les fonds collectés + 3% de frais de transactions bancaires sécurisées non Remboursement des participants possible
Commeon Prédominance culturelle et sociétale ? 8 % HT ou 4% si abonnement mensuel de 330 € HT /mois oui Don irrévocable possible
La fondation du patrimoine Patrimoine (bâti principalement) 5 ans 6 % oui Prolongation de l’opération, possibilité d’un soutien financier de la fondation possible

Les contreparties en nature

La loi permet  d’offrir des contreparties en nature venant compléter  la réduction d’impôt.  Il ne faut pas oublier dans l’organisation du mécénat d’inclure le temps et le coût qu’elles peuvent représenter. La réalisation et l’envoi de goodies peuvent être rapidement onéreux. Il est intéressant de privilégier les contreparties en nature : visite VIP, anciens catalogues édités par la bibliothèque….

Actualité du projet sur le site de la Fondation du Patrimoine

Nous avons choisi de différencier les contreparties pour les particuliers et celles des entreprises.

Contreparties pour le grand public

  • 10 € et plus : une carte double représentant une gravure de Claude Weisbuch
  • 50 € et plus : au choix un exemplaire d’un catalogue d’exposition des Bibliothèques de Nancy (et une carte double représentant une gravure de Claude Weisbuch ou une place de concert le 22 septembre.
  • 120 € et plus : au choix un exemplaire du catalogue d’exposition A livres couverts (150 contreparties) ou Le manuscrit Des Fours (100 contreparties) et une carte double
  •  400 € et plus : 2 places à une présentation privée en très petit comité des œuvres de Claude Weisbuch autour du verre de l’amitié et au choix un exemplaire d’un catalogue d’exposition des Bibliothèques de Nancy et une carte double représentant une gravure de Claude Weisbuch .
  • 1 000 € et plus : une sérigraphie numérotée  « Hommage à  Claude Weisbuch » réalisée par un graveur contemporain remise autour du verre de l’amitié à  la Bibliothèque Stanislas. (48 disponibles)

Contreparties pour les entreprises

  • 500 € et plus : une sérigraphie numérotée « Hommage à  Claude Weisbuch »  réalisée par un graveur contemporain remise autour du verre de l’amitié à  la Bibliothèque Stanislas.  (48 disponibles)
  • 1000 € et plus : deux sérigraphies numérotées « Hommage à  Claude Weisbuch »  réalisées par un graveur contemporain remise autour du verre de l’amitié à  la Bibliothèque Stanislas.  (48 disponibles)
  •  5000 € et plus : 10 invitations à offrir aux collaborateurs, clients à une soirée semi privée (50 personnes)  des œuvres de Claude Weisbuch autour de petits fours et d’un verre de l’amitié. Chaque invité se verra offrir une carte double en souvenir.
  • 10 000 € et plus : découverte de la Bibliothèque Stanislas, de ses trésors  la nuit au cours d’une soirée privée pour 50 personnes autour d’un buffet. Le programme de la soirée sera établi conjointement entre le mécène et les bibliothécaires. Chaque invité se verra offrir une carte double en souvenir de la soirée

 


[1] http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Mecenat/Qu-est-ce-que-le-mecenat

[2] Code général des impôts

Petit vade-mecum du mécénat en bibliothèque (épisode 2)

Nous avons vu dans un premier temps les questionnements qui ont accompagné notre démarche. Revenons ici sur les différentes actions qui ont rythmé notre mécénat.

Bilan de « notre » mécénat

Neuf mois ont été nécessaires pour mener à bien notre entreprise. Une telle opération n’est pas un long fleuve tranquille. Si, dans un premier temps, tout un chacun s’intéresse à vous et à votre projet, il est nécessaire, au fil du temps, de susciter l’intérêt par différentes actions. Chaque action peut être classifiée dans un type de mécénat : de compétence, en nature …

Trois temps forts ont ponctué notre mécénat.
9 mars : création de « la glaneuse», un macaron chocolat par la Fédération des pâtissiers.

6 avril : un dîner d’exception à la Bibliothèque Stanislas.

Vendredi 6 avril 2018 : la salle de lecture transformée en salle de réception.

22 septembre : un concert d’exception par l’Ensemble Stanislas à la Bibliothèque

Le mécénat grand public

120 particuliers ont abondé à la souscription. Ils sont répartis sur l’ensemble du territoire et pour les 3/4 n’ont aucun lien avec les Bibliothèques de Nancy.Les dons des particuliers s’échelonnent entre 10 € et 150 €.
Afin de sensibiliser le grand public, nous avons accueilli plusieurs groupes par exemple. Une grande disponibilité a été nécessaire car ces accueils ont eu lieu, pour la plupart en soirée, en dehors des horaires de travail habituel.

Le mécénat de compétence

  • La création d’un gâteau par la Fédération des pâtissiers de Meurthe-et-Moselle

Créé spécialement en soutien à notre mécénat, La glaneuse, délicieux macaron chocolat au cœur praliné et mousse au chocolat a été mis en vente le 9 mars dans 10 pâtisseries de Meurthe-et-Moselle. Création éphémère, elle n’est plus commercialisée à  la fin du mécénat.

Chaque pâtissier s’est engagé à verser 1 € sur chaque glaneuse vendue avec un minimum 250 €.

La glaneuse : une création des pâtissiers de Meurthe-et-Moselle

La Fédération, elle aussi, abonde au projet en fournissant gracieusement 250 petits carrés de chocolat blanc à l’effigie de la glaneuse à chaque pâtissier participant , en offrant les gâteaux lors de la présentation officielle qui a eu lieu vendredi 9 mars en présence de Laurent Hénart, maire de Nancy, d’André Rossinot , président de la Fondation Lotharingie et de Denis Grandjean, délégué régional adjoint de la Fondation du patrimoine.Elle s’associe au dîner de gala, vendredi 6 avril, en offrant le dessert. Les pâtissiers en assurent le service en tenue et toque blanche.

La glaneuse est offerte en dégustation par les pâtissiers lors de diverses manifestations prévues à Nancy.

Il est à noter que c’est la première fois que la Fédération des pâtissiers participe à  ce genre d’action.

  • Un dîner d’exception samedi 6 avril 2018 

Alain Marcotullio, traiteur et  la Maison Lelièvre, séduits par notre projet ont décidé de nous offrir la totalité de leur prestation –  repas, service et boissons. Ils sont rejoints par la Fédération des pâtissiers qui  offre le dessert. Les places sont proposées au prix de 150 € pour une personne, 275 € pour deux, soit 51€ et 93.50 € après déduction fiscale.

Cuvée spéciale pour un dîner d’exception

Cette soirée a rapporté 50 % de la somme nécessaire pour notre acquisition.

Le mécénat en nature

Pour compléter le dîner, des artistes contemporains, un galeriste et la famille de Claude Weisbuch nous ont offert des œuvres qui ont été vendues aux enchères.

  • 6 œuvres d’artistes contemporains en hommage à Claude Weisbuch

Dans le cadre du projet graveurs lorrains, 6 graveurs contemporains – Jean François Chevalier, Roland Grunberg, Jacques Hallez, Jean Charles Taillandier, Patrice Vermeille et Rarès Victor-  ont proposé 6 œuvres originales, imprimées en 10 exemplaires par l’imprimeur d’art Christin Georgel, installé à Gérardmer et estampillées d’un cachet spécifique à cet événement . Elles sont offertes en contreparties des dons les plus importants.

Œuvres en hommage à Claude Weisbuch
  • Un concert d’exception samedi 22 septembre 2018

Les nombreux musiciens réalisés par Claude Weisbuch témoignent de son intérêt pour la musique. Aussi L‘Ensemble Stanislas répond  immédiatement positivement à notre sollicitation pour l’organisation d’un concert à la bibliothèque, bientôt rejoint par la Brasserie Excelsior qui offre une collation pour agrémenter la soirée.

Samedi 22 septembre 2018 : concert de l’Ensemble Stanislas

Le mécénat fiduciaire

Plusieurs entreprises abondent à la souscription soit par des dons, soit en achetant des places pour notre repas. Par exemple les Vitrines de Nancy et le Centre Saint Sébastien ont acheté respectivement 8 places pour la soirée, places qui ont fait l’objet d’un concours pour être offertes au grand public.

Des dons sans contrepartie

Certaines personnes sont intervenues à nos côtés gracieusement par intérêt pour notre mécénat. Citons Sylvie Teitgen, commissaire priseur et Jérôme Prod’homme, animateur radio, qui ont animé la vente aux enchères et le dîner du 6 avril.

La communication

Sans communication pas de mécénat. En effet c’est grâce à  la presse, les réseaux sociaux, … que l’on peut de façon régulière maintenir l’intérêt du public pour le projet.

Nous avons bénéficié d’une couverture de presse importante, tant de la part de la presse locale que dans la presse professionnelle et des médias radio et TV.  Douze  articles parus dans la presse régionale et professionnelle, un reportage sur France 3, 2 interviews sur les ondes de France bleu, un passage dans la matinale du week-end sur RTL, de nombreux rédactionnels sur le web : Nancybuzz, Connaissance des arts, France 3 … nous ont permis d’être présents tout au long de notre mécénat.  

Conclusion

Notre mécénat a été l’occasion de mettre la Bibliothèque Stanislas sous les feux des projecteurs, de fédérer les mécènes autour du patrimoine lorrain et surtout de nous permettre de belles rencontres.

Des dons complémentaires sont venus enrichir nos collections. Plusieurs œuvres de Claude Weisbuch offertes par la famille de l’artiste  mais aussi le dépôt des archives de Louis Thirion, compositeur lorrain du début du XXe siècle et directeur du conservatoire, rendu possible grâce à notre rencontre avec l’Ensemble Stanislas.

Il nous reste maintenant à maintenir l’intérêt du public qui nous a suivi sur le travail mené par la bibliothèque  et qui sait l’emmener avec nous sur un autre projet de mécénat.

La Bibliothèque publique pendant la Première Guerre mondiale (2)

En dépit des bombardements, des difficultés de chauffage et de l’absence de la moitié de son personnel, la Bibliothèque de Nancy a tenu à garder ses portes ouvertes entre 1914 et 1918. Les acquisitions n’ont pas cessé, alors qu’un souci supplémentaire, celui de préserver les fonds précieux de la destruction, s’est ajouté.

Acquisitions et sauvegarde des collections

Les acquisitions courantes

Le rapport pour l’année 1914 témoigne que la grande opération qui occupe les bibliothécaires est le traitement de la bibliothèque Masson-Cabasse. Qualifiée de « collection particulière de moyenne importance », elle a représenté la moitié des entrées cette année-là avec 2 501 volumes, et semble avoir fait l’objet d’une opération complexe de « fusion d’une petite bibliothèque dans une grande » nécessitant cinq mois de travail. Cette bibliothèque lorraine, donnée par un médecin de Raon-l’Etape1, permet d’enrichir les collections patrimoniales de 413 volumes et brochures nouveaux, et de disposer d’une réserve de 1 118 doubles. Elle comporte en outre 48 manuscrits2, pour les trois-quarts du xixe siècle, et 246 gravures dont 91 de Jacques Callot « dont plusieurs sont rares ».

Au début du conflit, la bibliothèque fait l’acquisition d’un Panorama de la guerre de 19143, et s’abonne au Journal officiel afin de mieux suivre l’actualité. La part des ouvrages ayant trait au conflit, entendu dans un sens large, représente jusqu’à 59 % du total des acquisitions (entrées de janvier 1917). De janvier 1915 à juillet 1919, elle reste au-dessus de 25 %. Les monographies considérées portent directement sur le conflit : récits de batailles, témoignages, romans sur le front (Sous Verdun de Maurice Genevoix4 entre en octobre 1916, Le Feu de Henri Barbusse5 en mai 1917).

On acquiert des ouvrages historiques et géopolitiques, principalement sur l’Alsace-Lorraine et le pangermanisme, mais aussi sur l’ensemble des nations en conflit, y compris le Proche- et le Moyen-Orient, de la stratégie militaire, de la philosophie et des sciences politiques. La bibliothèque publique fait la part des ouvrages pratiques, avec des guides de médecine légale, de droit pratique (pour les veuves de guerre), des manuels d’aviation, et des brochures réglementaires (moratoire sur les loyers). On note aussi l’entrée au catalogue de deux dictionnaires d’allemand en décembre 1916, et de brochures à destination des Américains cantonnés à Nancy : Seeing Nancy : a guide for Americans6 et le Lorraine Sentinel, un organe de presse produit par les étudiants américains 7.

Il semble que les bibliothécaires aient eu à cœur de rassembler, conformément à la circulaire du Ministère de l’Instruction publique du 4 mai 1915, une documentation de première main sur les événements8, tel que l’Album amicorum offert à Clare Jackson, l’infirmière de la Croix-Rouge américaine postée avec les petits Nancéiens à la colonie scolaire de Saint-Lunaire9.


Plusieurs dons émanant de personnalités prestigieuses viennent enrichir les collections de l’immédiat après-guerre : le comte de Mahuet10 donne 260 volumes ; la famille d’Alfred Mézières11, une quarantaine, la famille de Metz-Noblat12, 158, et la famille Edgar Noelinger13, 87. L’édition repart, et le nombre des acquisitions onéreuses augmente. Favier souhaite maintenant acquérir des nouveautés scientifiques et littéraires pour répondre à la frustration éditoriale du temps de guerre.

La protection des documents patrimoniaux

Dès le 8 octobre 1914, le conservateur tient à rassurer les membres du comité d’inspection : le camée de Saint-Nicolas-de-Port a été mis à l’abri, et les ouvrages les plus précieux sont prêts à être mis en caisses et évacués à la moindre alerte. Ces mesures de prudence tendent à paraître légères, vu la régularité et la densité des bombardements à laquelle la ville de Nancy est soumise à cette période14, mais le souci de ne pas paniquer la population par une évacuation massive, voire une fermeture complète de l’établissement, a pu guider cette décision15.

Le Camée dit alors « d’Hadrien » a été mis en sûreté dans un coffre loué par le collectionneur et ami de Favier, René Wiener16, à la Société nancéienne de consignations et de dépôts dès le 3 août 1914. Cette pièce inestimable est en effet propre à susciter la convoitise en cas d’occupation171. Favier, qui été témoin de quelques descentes prussiennes dans la bibliothèque publique en 1870, ne tient certainement pas à donner prise à l’ennemi.

Les « imprimés et manuscrits les plus rares et les plus précieux » ont quant à eux été mis à l’abri des bombardements, principalement des bombes incendiaires, dans les caves voûtées de l’hôtel de la Monnaie, rue Gustave Simon, siège des Archives départementales18. Les sous-sols en paraissaient-ils plus sûrs que ceux, pareillement voûtés, de la bibliothèque ? Fallait-il physiquement évacuer les documents d’un bâtiment qui était plus ou moins sur le trajet des « Taube », bien que les Archives ne fussent qu’à deux rues ?

Voir la carte interactive des bombardements.

Favier n’explique pas les raisons de son choix, sinon par un sentiment d’évidence.

Fin 1917, suite à la visite de M. Vidier, inspecteur général, des mesures sont prises pour envoyer à la Bibliothèque nationale 107 volumes manuscrits, 70 imprimés et 5 albums de dessins de Grandville19 dont la liste est soigneusement établie et pointée à l’aller et au retour.

Le choix de Favier se porte sur des œuvres qui, aujourd’hui encore, comptent parmi les plus précieuses de la bibliothèque : les livres d’heures enluminés, le Journal de Nicolas Durival, le traité de perspective de Viator, le manuscrit des écrits du roi Stanislas, les « Atours » de Metz, la Nancéide, les éditions originales de Grandville, la « Pompe funèbre » de Charles III par La Ruelle, trois traités de mathématiques de Gallimard, mais pas de Dom Calmet (probablement parce que les éditions en sont très répandues et aucune de la bibliothèque n’est particulièrement précieuse). 300 autres ont été emballés dans 17 caisses stockées au rez-de-chaussée. Le capitaine des pompiers est venu se rendre compte de ces préparatifs de sauvetage dans l’hypothèse d’une intervention rapide205.

En 1919, l’équipe est reconstituée, le budget de retour aux niveaux antérieurs, et l’afflux de lecteurs revient avec la rentrée universitaire. Favier fait mettre sous presse le deuxième supplément du catalogue de la bibliothèque municipale de Nancy au Catalogue général des manuscrits, qui contient notamment les manuscrits du Grand séminaire et ceux du fonds Masson-Cabasse donné en 1914 et traité pendant le conflit. La volonté de maintenir coûte que coûte la normalité du service, tant pour les lecteurs que pour le personnel, occupé à des tâches catalographiques, pourrait apparaître comme un signe de mise en retrait des événements, une volonté de s’abstraire du conflit. Cependant, la politique d’acquisitions montre à quel point les bibliothécaires sont soucieux de procurer à leur population des documents d’actualité, guides pratiques, essais politiques et philosophiques, témoignages littéraires, qui ne nient en aucune manière la réalité des faits. Ils constituent une collection qui est encore aujourd’hui à étudier, maintenant que nous connaissons les lectures des soldats au front21.


  1. Paul Cabasse, médecin, bibliophile et historien amateur vosgien. []
  2. Le catalogue en figure au deuxième supplément du Catalogue général des manuscrits, paru en 1924 dans le tome XLVI du CGM, nos 2158 à 2198. []
  3. Le Panorama de la guerre de 1914, Paris, Tallandier, 1914-1919, 8 vol. Cote 150 085 (1-3). []
  4. Maurice Genevoix, Sous Verdun, août-octobre 1914 ; préface d’Ernest Lavisse, Paris, Hachette, 1916, XXI-271 p. (Mémoires et récits de guerre). Cote 250 449 (2). []
  5. Henri Barbusse, Le feu : journal d’une Escouade, Paris, Flammarion, 1917, 376 p. Cote 256 316. []
  6. Seeing Nancy : a Guide for Americans with map, Metz, Société Erckmann-Chatrian, 1918, 48 p. Cote 2861. []
  7. Lorraine Sentinel, Nancy, 18 avril-13 juin 1919 (13 numéros). Cote 99 951 (11). []
  8. cf. Martine Poulain, « Les bibliothèques durant la grande guerre », dans Bulletin des bibliothèques de France, 2014, no 3, p. 114‑131. []
  9. Cote ms. 1775. []
  10. Il s’agit presque à coup sûr d’Antoine, comte de Mahuet (1866-1958), historien et continuateur du Répertoire des ex-libris et fers de reliure des bibliophiles lorrains, Nancy, 1933. []
  11. Alfred Mézières (1826-1915), professeur de littérature étrangère à la Sorbonne et homme politique (député, président du conseil général et sénateur de Meurhe-et-Moselle). Académicien français (1874). []
  12. Famille nancéienne de noblesse ancienne attachée aux ducs de Lorraine. []
  13. Personnalité actuellement non identifiée avec certitude. []
  14. Émile Badel, Les bombardements de Nancy : ville ouverte 1914-1918 : églises & monuments meurtris : les victimes, les dégâts, Nancy, Crépin-Leblond, 1919, 102 p. Cote 4 057. []
  15. Martine Poulain, op. cit., en fait mention dans d’autres villes. []
  16. René Wiener (1855-1939), libraire, éditeur, relieur d’art à Nancy. []
  17. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1915. []
  18. Ibid. []
  19. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1917. Reg. comité, 10.01.1918. []
  20. Ibid. []
  21. Benjamin Gilles, Lectures de poilus 1914-1918 : livres et journaux dans les tranchées, Paris, Autrement, 2013. []

Co-libris, un réseau de lecture publique innovant

Depuis 2013, les habitants du Grand Nancy bénéficient d’un réseau de lecture publique, Co-libris, qui a démultiplié l’offre de collections, d’espaces et de services en ligne. Un portail commun, une carte commune… et pourtant, les bibliothèques du réseau sont restées municipales. Comment Co-libris a-t-il relevé ce défi sans passer par la case « intercommunalité » ?

Le réseau de lecture publique Co-libris est constitué de 5 bibliothèques municipales, pour un total de 9 sites (Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy, Laxou, Saint Max et Maxéville) et de 2 bibliothèques spécialisées (Musée des Beaux-Arts de Nancy et Conservatoire régional du Grand Nancy).
Il propose aux usagers de ces bibliothèques un bouquet de services :
– un portail commun, avec accès au catalogue, à des services en ligne et à des ressources numériques,
– une carte commune permettant d’emprunter en tous points du réseau
Si le Grand-Nancy est partie prenante dans le réseau, comme nous le verrons plus tard, il n’est pas l’échelon de tutelle administrative des bibliothèques, qui restent municipales, et c’est là toute l’originalité de Co-libris.

Page d’accueil du portail Co-libris

Avant Co-libris

Co-libris, réseau innovant dans sa forme administrative, est l’aboutissement de décennies de mutualisation et de travail en commun, initiés en 1989 par l’acquisition partagée du logiciel CLSI pour trois bibliothèques municipales : Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy et Laxou, et l’actuelle Médiathèque de Meurthe-et-Moselle, alors appelée BCP.
En 1996, à l’occasion du renouvellement du système d’information de gestion des bibliothèques, seules les trois communes confirment le choix de partager un catalogue et un système informatique communs. Le SIGB1 GEAC Plus est retenu.
Le système en place est progressivement modernisé, d’abord en 2002, par l’installation de dispositifs multimédia dans les médiathèques, puis en 2004, avec la mise en ligne du catalogue, chaque ville ouvrant ce service depuis son propre site internet.

La société INFOR rachète GEAC France et annonce l’arrêt de la maintenance du logiciel GEAC Plus pour fin 2009. Une nouvelle ré-informatisation s’impose donc au réseau. Le Grand-Nancy ayant entre-temps pris la compétence informatique au bénéfice des communes,  la Direction des systèmes d’information et de la télécommunication communautaire devient l’échelon de référence technique pour le projet.

Par ailleurs, plusieurs villes ou services ayant demandé à être associés à la démarche de mutualisation, cette ré-informatisation est l’occasion d’élargir le périmètre du projet à d’autres communes de l’agglomération, et surtout de bâtir un projet de lecture publique, allant bien au-delà d’un simple partage de logiciel et dépassant la seule logique d’optimisation financière.

Co-libris en projet

 Il apparaît rapidement que ce nouveau projet d’ampleur communautaire nécessite une étude préalable, sous l’angle technique bien sûr, mais également sous l’angle bibliothéconomique, afin de mieux appréhender les services à ouvrir aux usagers, et l’organisation à mettre en place.
La société Tosca Consultants est retenue pour cette étude. Elle doit proposer plusieurs scénarios permettant de répondre à la question « Quelle politique de lecture publique demain dans le Grand-Nancy ? ».
Dans sa note stratégique du 15 juin 2009, Tosca souligne :

« Les représentants des villes s’expriment sur l’intérêt de mettre en commun non seulement un outil informatique mais également un véritable projet de lecture publique avec ouverture de l’accès aux fonds des différentes bibliothèques pour tout lecteur appartenant au réseau, de développer l’accès aux documents électroniques tant sur place que chez les abonnés. En effet, la perte de 30 % de lecteurs en cinq ans montre que les bibliothèques doivent trouver de nouveaux outils afin d’attirer les lecteurs, surtout les plus jeunes. »

Et c’est vrai, la mutualisation minimale en œuvre depuis 1996, pour bénéfique qu’elle ait été en termes financiers et professionnels, a développé un sentiment de frustration chez les usagers, qui ont accès au catalogue d’autres bibliothèques sans pouvoir emprunter dans celles-ci. L’idée d’une carte commune apparaît alors comme l’élément indispensable d’un réseau repensé, mettant (enfin) l’usager au cœur du projet de mutualisation.

L’objectif est donc de mettre en œuvre un projet de lecture publique partagé, susceptible de contribuer à la reconquête des publics, notamment des jeunes générations. Pour cela, il faut :
– ouvrir l’accès aux fonds des bibliothèques pour tout lecteur appartenant au réseau ;
– développer l’accès aux ressources numériques sur place et à distance.

Un objectif soumis à quelques contraintes :
– la solution technique doit s’appuyer sur des logiciels communs ;
– le projet doit viser l’optimisation des subventions (par sa forte dimension de mutualisation, 70% ont été obtenus) ;
– l’accès élargi aux collections des bibliothèques ne doit pas présupposer une mise en cohérence des politiques tarifaires d’inscription ; chaque commune demeurant libre de la définition et de l’évolution de ces politiques.

Les contours du projet de lecture publique se dessinent donc autour de 3 axes :
– un même logiciel, un catalogue collectif et un portail commun ;
– une bibliothèque numérique et le partage d’abonnements ;
– une carte commune.

Courant 2009, sont lancés en parallèle :
– le travail en mode projet des bibliothécaires de Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy et Laxou, pour définir les besoins et fonctionnalités du futur SIGB, sous la houlette du conservateur en charge du numérique des Bibliothèques de Nancy. L’objectif est d’élaborer le cahier des charges de la future consultation en lien avec Tosca, puis de préparer la migration d’un SIGB à l’autre. Une dimension technique du projet que nous ne développerons pas ici, juste pour indiquer que le nouveau SIGB Vsmart, choisi à l’issue de la consultation, a été opérationnel le 24 avril 2012 ;
– et la réflexion sur le périmètre et l’organisation du futur réseau de lecture publique, qu’on n’appelle pas encore Co-libris.

Co-libris en chantier

 Le Grand Nancy consulte les maires de la communauté urbaine sur le projet de mutualisation du SIGB et plus largement du projet de lecture publique. Aux trois villes « historiques » s’ajoutent Maxéville et Saint-Max, qui exprime son intérêt mais indique vouloir intégrer le réseau plus tardivement, dans le cadre du projet de rénovation de sa médiathèque, prévu en 2013. La Ville de Nancy déclare vouloir intégrer le centre de documentation du Musée des Beaux-Arts et le Grand Nancy celui du Conservatoire. Le périmètre est fixé.

Par ailleurs, afin de préparer l’organisation du réseau dans toutes ses dimensions, des groupes de travail, composés de bibliothécaires des différentes villes, sont organisés selon les thématiques suivantes :
– Carte commune ;
– Portail et communication ;
– Ressources numériques.

De ce travail en mode projet découle la création d’une cellule technique, constituée d’un agent coordinateur du réseau (recruté début 2012 par le Grand Nancy, basé à la DSIT, et rémunéré par les Villes) et de référents dans chacune des bibliothèques.
L’ensemble des groupes se retrouvent lors de comités techniques réguliers, pour faire le point sur l’avancement des travaux. Un comité de pilotage réunissant élus et directeurs de bibliothèques des communes concernées, sous l’égide du vice-président du Grand-Nancy en charge des questions numériques, est organisé au moins deux fois par an. Lors de ces réunions, les modes d’organisation et les choix stratégiques sont présentés aux élus pour discussion et validation.

En 2012, la première convention triennale est établie, fixant les règles de fonctionnement, les droits et devoirs de chacune des parties. Elle est signée par tous les maires et par le Président du Grand Nancy.
Le service est lancé le 1er janvier 2013.

Logo Co-libris

 

 

Co-libris en action

 

  •  Une offre considérablement enrichie pour le public

Pour les habitants des communes concernées, le réseau ouvre des perspectives considérables d’accès à des espaces et des collections supplémentaires, ainsi que de nouveaux services en ligne.
Depuis chez soi, il devient par exemple possible de prolonger ses emprunts ou de réserver un document, autant de services qui ont été rapidement plébiscités. La consultation du catalogue est le service le plus utilisé sur le portail. Le service de questions/réponses en ligne BiblioSésame (devenu Eurêkoi en 2015) est proposé dès l’ouverture du site.
Chaque usager s’inscrit dans la bibliothèque de son choix, et bénéficie donc du tarif et des modalités d’emprunt de celle-ci. On lui remet une carte Co-libris, qui va également  lui permettre de se rendre dans chacune des autres bibliothèques du réseau pour y emprunter jusqu’à 4 documents.
La multi-fréquentation est ainsi facilitée et les statistiques le prouvent. En 2017, 17% des usagers sont multi-fréquentants, c’est-à-dire empruntent dans au moins une autre bibliothèque du réseau. En moyenne un multi-fréquentant emprunte 14 documents dans l’année dans un autre point du réseau.
Pour faciliter l’usage, certaines modalités d’emprunt ont été harmonisées : durée d’emprunt et de prolongation (28 jours), procédure de blocage des cartes en cas de retard, nombre de réservations. L’envoi de mails de courtoisie quelques jours avant l’échéance des emprunts et de l’abonnement est très apprécié par le public, et contribue à réduire le nombre de retards.
Environ 250 postes informatiques sont déployés sur l’ensemble du réseau, dont une centaine dédiée au public. Sur ces postes, les usagers s’identifient avec leur carte et peuvent surfer sur Internet, avoir accès à des logiciels de bureautique et imprimer.

  •  Du côté des communes

En tant que service support la DSIT du Grand-Nancy engage les dépenses liées au réseau (matériel, maintenance, acquisitions de ressources numériques, salaire du coordinateur de la cellule technique…) puis les refacture aux Villes, une fois par an, selon une clé de répartition composée, à part égale, du nombre de prêts, du nombre d’exemplaires et du nombre de postes informatiques. Cette mutualisation financière se révèle, en investissement comme en fonctionnement, bénéfique pour les finances des communes. Elles peuvent également se prévaloir d’améliorer le service de lecture publique pour leurs habitants, tout en « gardant la main » sur leur bibliothèque et en restant maîtresse de la politique tarifaire.

  •  Du côté des bibliothécaires

Le travail de coopération fourni a été important pour mettre en place l’ensemble des nouveaux services, tout autant que pour la ré-informatisation en tant que telle. Ainsi les groupes « projet » mis en place dès 2009 se sont-ils transformés en instances de coordination régulières : carte réseau, comité éditorial portail et ressources numériques (acquisitions partagées). En effet, même en rythme de croisière de constants réajustements sont nécessaires : harmonisation des modalités liées à la carte commune à l’épreuve de l’expérience, amélioration graphique du portail et de sa navigation, offre évolutive des ressources numériques.
Des freins sont apparus comme par exemple la réduction à mi-temps du poste de coordinateur de la  cellule technique au bout de 4 ans.

Co-libris réinventé ?

Avec la mise en œuvre du projet de Bibliothèque Numérique de Référence du Sillon Lorrain et des portails Limédia, les ressources numériques sous droits se trouvent transférées du portail Co-libris sur le site Limédia Mosaïque depuis avril 2018, dans une nouvelle échelle territoriale. Les usagers de Co-libris y accèdent en s’identifiant et bénéficient par ce biais d’une offre bien plus large et plus riche.

Page d’accueil de Limédia Mosaïque

Le portail Co-libris est actuellement en refonte, avec l’objectif d’améliorer l’expérience utilisateur et de devenir un vrai site de services en ligne et d’information sur l’actualité du réseau du Grand-Nancy. Cette nouvelle version devrait être proposée au public début 2019. Le site demeure bien sûr accessible dans sa version actuelle, ressources numériques en moins.

L’organisation administrative singulière de Co-libris montre parfois ses limites, lorsque certaines décisions municipales se heurtent au principe d’harmonisation, ou que les politiques tarifaires très différentes d’une ville à l’autre développent, à la marge, des comportements opportunistes chez les usagers. Toutefois cette organisation a permis d’élargir l’offre culturelle tout en maîtrisant les coûts, et elle recueille la satisfaction du public : le bilan est positif, en attendant un éventuel transfert à l’intercommunalité qui ouvrirait d’autres perspectives.

http://www.reseau-colibris.fr

https://mosaique.limedia.fr/

 

  1. Système intégré de gestion de bibliothèque. []

Une collection de bandes dessinées contemporaines dans le fonds lorrain

Fonds de référence de la bibliothèque Stanislas, le fonds lorrain est constitué de plusieurs dizaines de milliers d’ouvrages. Bien qu’historique de par sa constitution remontant au XIXe siècle, il est «vivant », enrichi en permanence au gré des publications paraissant sur la Lorraine.

 

Aperçu de la collection dans les magasins de la bibliothèque.

 

Pourquoi constituer une telle extension ?

Avec un fonds lorrain de référence et un cabinet d’art graphique significatif, il était dommage de ne pas songer à couvrir l’ensemble des domaines de l’édition.  C’est la raison pour laquelle il a été jugé opportun de s’intéresser aux bandes dessinées et aux albums pour la jeunesse du point de vue de l’illustration.

Il paraît pertinent de mettre en place cette démarche avec des artistes vivants, à même de présenter leur travail et d’être acteurs de la mise en place de cette collection.

 

Selon quelle méthode ?

Une telle entreprise ne peut avoir pour objectif la constitution d’un ensemble exhaustif. La production éditoriale est très abondante et les titres ne sont que rarement imprimés de nouveau une fois les stocks épuisés. C’est pourquoi il est apparu nécessaire de partir au contraire d’une liste raisonnée d’artistes et d’entreprendre de faire l’acquisition de leur création de façon rétrospective, autant que faire se peut. Cependant, malgré le fait que les protagonistes sont connus et que les publications remontent à une trentaine d’années pour les plus anciennes, certaines sont déjà épuisées.

Ce travail, commencé en 2017, a nécessité la définition d’un budget spécifique, le repérage des artistes à retenir, une réflexion sur la méthode de catalogage et le rangement physique en magasin. Les albums devaient-ils être intégrés au fonds lorrain selon la numérotation en vigueur au gré de leur arrivée dans les collections ou bien faire l’objet d’une cotation particulière de façon à être distingués en cas de recherche et aussi en termes de rangement ? C’est finalement ce second parti pris qui a été retenu, la collection en tant que telle semblant ainsi plus visible sur le long terme. Le fait de travailler pour la pérennité induit aussi un équipement des albums en conséquence : matériel neutre pour la cote, pas d’estampillage entravant la lecture de l’album, étiquetage adéquat. 

La première campagne d’acquisition a donc concerné dix auteurs pour environ 160 albums, certains existant déjà dans les collections au titre du dépôt légal. Le budget engagé en 2017, uniquement pour cette collection de bande dessinée a été de 2000 €.

Les auteurs sont : Diego Aranega, Baru, Frédéric Boilet, Romain Dutreix, André Faber, Jochen Gerner, Yan Lindingre, Jean-Marc Mathis, Moski, peb et fox, Hector Régis et Lefred Thouron.

Une fois ce choix effectué et les premières acquisitions réalisées, il semblait important de rencontrer ces auteurs illustrateurs. L’idée était de leur présenter notre démarche et de les sensibiliser à nos problématiques : conserver pour une durée indéterminée leur production, les inciter à verser dans nos collections des éléments qui seraient épuisés dans le commerce ou inaccessibles par les circuits commerciaux. La rencontre a aussi permis de les interroger sur leur façon d’écrire et de dessiner.

 

Un atout majeur : le potentiel territorial

A Nancy en premier lieu, et plus largement sur le territoire lorrain, une génération d’auteurs illustrateurs donne raison à la constitution de cette collection. C’est une véritable opportunité que de pouvoir suivre les réalisations de ces professionnels, de les rencontrer et de connaître leurs projets.

La plupart de ces professionnels sont très actifs dans la presse : dessins réguliers dans Le Canard enchaîné (Diego Aranega, Lefred-Thouron, Romain Dutreix,  Jochen Gerner, André Faber, etc.), Télérama, Le Monde, Les Echos, Courrier International, Médiapart,  Fluide Glacial… Se pose alors la question de la conservation d’un florilège représentatif de cette activité graphique non négligeable dans le parcours professionnel de ces dessinateurs lorrains.

Exposition souvenirs de Diego Aranega Galerie Lillebonne juin 2018

Pour cet aspect-là, le parti pris est de collecter une sélection des titres de presse et de constituer des dossiers par dessinateurs. Avec pour objectif conserver un échantillon du travail de chacun une veille régulière est effectuée dans les journaux acquis pour nos usagers et régulièrement désherbés.

Peb et fox pour leur part sont aussi éditeurs, au potager moderne  et mènent régulièrement des actions sur le territoire, auprès du jeune public et des citoyens éloignés de la culture pour faire connaître la bande dessinée et ses processus de création.

Auteurs, dessinateurs et éditeurs : des acteurs à part entière

L’ensemble des auteurs se montre fort intéressé par la démarche et en mesure l’enjeu.
Tous les contacts se sont avérés chaleureux et passionnants du point de vue de la découverte du parcours de chacun. Un intérêt pour la démarche engagée à la bibliothèque a rapidement mobilisé les uns et les autres, et depuis lors, des dons sont régulièrement effectués par ces auteurs avec la plupart du temps des publications ou estampes introuvables dans le commerce, autant dire des pièces d’un grand intérêt du point de vue de notre démarche.

Dons de Jochen Gerner,  juin 2018

Le marché public passé avec la librairie spécialisée en bande dessinée La Parenthèse  permet aussi d’étayer la collection avec perspicacité car son directeur, Stéphane Godefroid, est expert en la matière. Il connaît personnellement l’ensemble des auteurs auxquels nous nous intéressons et édite régulièrement des albums qu’il commande à certains d’entre eux. La collaboration est à a fois riche et instructive, des dons généreux de sa part ont là aussi renforcé le projet.

 
Un an après, où en est-on ?

Cette initiative nécessite aussi d’être connue. A ce titre, plusieurs actions de médiation sont mises en place.
En mars 2018, le musée lorrain a organisé une soirée intitulée Fans de BD dans le cadre de l’exposition lorrains sans frontières. A cette occasion, nous avons présenté le travail de Baru en commentant des planches originales de deux de ses albums présentées dans l’exposition (Les années Spoutnik et L’autoroute du soleil). Cela fut l’occasion de montrer aux visiteurs l’ensemble des bandes dessinées de Baru de notre nouveau fonds ainsi qu’une revue exceptionnelle que nous conservons dont il fut le rédacteur en chef et devenue désormais rarissime, (Le Téméraire). Nicolas Moog était quant à lui invité pour scénariser une séquence de son choix de l’exposition.

Nicolas Moog dessinant au cours de la soirée Fans de BD

A l’occasion des Journées européennes du Patrimoine les 15 et 16 septembre 2018, Romain Dutreix, auteur illustrateur, sera sur le fil :  après avoir observé la vie de la bibliothèque sous toutes ses facettes, il la dessinera à sa façon  et en fera une présentation au public. Une séance de dédicace est également prévue, grâce au concours de la librairie La Parenthèse.

Dessin de Romain Dutreix sur le fil conçu spécialement pour les Journées Européennes du Patrimoine 2018

Nous mettrons également l’intégralité des albums jeunesse et des bandes dessinées à disposition du public et avons conçu autour d’eux plusieurs jeux pour attirer le public familial et faire découvrir notre démarche.

Jeu héros de BD bonne pioche !

 A l’automne, les auteurs sont  invités à une visite particulière de la bibliothèque. L’idée est de leur en montrer le fonctionnement, les endroits non accessibles au public tels que les magasins, mais aussi les archives de presses et une sélection des collections d’art graphique. Le fonds lorrain sera quant à lui présenté à travers son historique, sa diversité de documents et sa richesse. Stéphane Godefroid, co-directeur de La parenthèse sera présent et nous aimerions mettre à profit cette rencontre en faisant dédicacer à l’ensemble de ses auteurs la toute récente bande dessinée collective consacrée à Nancy créée à son initiative, Quartiers libres.
La presse locale s’intéresse à notre travail, ce qui permet aussi de le rendre public et d’avoir des propositions de particuliers souhaitant contribuer à la constitution de la collection.

Les objectifs à venir

Comme tout le fonds lorrain, la collection de bandes dessinées a vocation à s’étoffer au fil des années en fonction des nouvelles parutions et des contributions des auteurs. Cette année, de nouveau noms sont venu compléter l’existant. Des albums de Zoé Thouron, Nicolas Moog, Thierry Martin et Olivier Romac ont été acquis. Cette continuité fait partie des objectifs, ceci afin de compléter progressivement la collection.
Les dons d’estampes contribuent aussi à enrichir la collection et l’acquisition de dessins originaux sur le moyen terme est à l’étude.
Des actions pédagogiques aboutissant à une  publication valorisant les collections patrimoniales de la bibliothèque seront également sans doute développées dans un avenir proche.

Ainsi, la nouvelle collection de bandes dessinées intégrant le fonds lorrain prend tout son sens car la démarche s’ancre dans le territoire avec des auteurs vivant ici et connaissant un rayonnement significatif. Tout le sens de ce projet provient du fait que nous avons la possibilité d’être en lien avec ces artistes et ainsi d’entretenir une belle émulation.

Roméo, Juliette, Gigola et Sommariva

Une exposition consacrée à la naissance du romantisme en Italie, au musée Poldi Pezzoli de Milan (25 octobre 2018-19 mars 2019) est l’occasion d’étudier plus précisément un ouvrage rarissime, la Storia di due nobili amanti, illustré par Giovanni Battista Gigola au début du xix e siècle.

L’une des plus belles histoires d’amour de tous les temps

C’est en 1530 que Luigi da Porto, un écrivain de Vicence, compose l’Historia novellamente ritrovata di due nobili amanti qui décrit l’amour fatal que se portent Juliette Capulet et Roméo Montaigu. Si l’intrigue est ancienne – on peut la faire remonter au mythe de Pyrame et Thisbé –, les motifs principaux sont fixés dans le Décaméron de Boccace (vers 1350) puis dans Mariotto et Ganozza de Massucio Salernitano (1467). Mais c’est da Porto qui baptise définitivement les personnages, développe la rivalité entre les familles véronaises et introduit le sort final des deux amants.

Storia di due nobili amanti, détail : le bal où Roméo et Juliette se rencontrent pour la première fois

Son texte connaît une diffusion internationale : Pierre Boistuau l’adapte en français en 1559 dans les Histoires tragiques, et l’Anglais Arthur Brooke, qui a lu Boistuau, en tire en 1562 The Tragical History of Romeus and Juliet. Ce conte est la source principale de l’œuvre de Shakespeare, publiée pour la première fois en 1597.

A la fin du xviii e et au début du xix e siècle, les romantiques remettent au goût du jour cette histoire médiévale et tragique, propre à enflammer les imaginations1. Il n’est donc pas étonnant que le milieu à la mode dans lequel évolue G. B. Gigola s’y intéresse.

Un joyau de la miniature du xix e siècle

Le texte de Luigi da Porto, publié par Bindoni dans le premier tiers du xvi e siècle, fait l’objet d’une réédition sur les presses de l’imprimerie impériale de Milan en 1819. L’édition comprend 7 exemplaires imprimés sur parchemin et enrichis d’ornements et de miniatures dans le goût “troubadour” destinés à des personnalités et bibliophiles italiens et anglais.

Reliure maroquin rouge avec ornements aux petits fers sur les plats, dentelles et petits filets dorés à l’intérieur, dans un étui en veau brun.

 

L’ouvrage est mince, 38 feuillets, et de petit format (23,5 × 14 cm). L’édition comporte un avis au lecteur, orné dans notre cas. Une dédicace manuscrite rehaussée d’un portrait médaillon du comte Sommariva, le suit.

Storia di due nobili amanti, détail : dédicace

 

Les décors sont rehaussés d’or. Très délicate, l’enluminure témoigne d’un souci archéologique dans la représentation des éléments architecturaux et des costumes, alors que les visages et les expressions corporelles sont tout à fait “modernes”.

Les scènes peintes diffèrent dans chaque exemplaire. Celui de la bibliothèque de Nancy comprend :

  • p. 14 : le bal où Roméo et Juliette se rencontrent pour la première fois ;
  • p. 20 : le franciscain Leonardo marie les deux amants en secret ;
  • p. 22 : duel de Roméo et de Tébaldo ;
  • p. 28 : Capeletto veut forcer Juliette à se marier ;
  • p. 40 : Juliette prétendue morte est portée en cortège au caveau de ses ancêtres ;
  • p. 42 : désespoir de Roméo découvrant le corps de Juliette ;
  •  p. 48 : réveil et désespoir de Juliette découvrant le corps de Roméo ;
  • p. 54 : les deux familles réunies devant les dépouilles des amants.

Storia di due nobili amanti, détail : désespoir de Roméo découvrant Juliette morte

 

L’artiste est Giovanni Battista Gigola (1767-1841). C’est un portraitiste et miniaturiste formé à Milan et à Rome. Favorable aux idées révolutionnaires, il rejoint Paris sous le Consulat ; on le voit exposer aux salons de 1802 et 1804. Il s’agit d’une époque de choix pour la miniature, dont témoigne le très grand succès dont jouit le Lorrain Jean-Baptiste Isabey (1757-1865) avant, pendant et après la Révolution 2. Les spécialistes ne s’accordent pas sur la présence de Gigola dans l’atelier parisien d’Isabey, bien qu’une historiographie ancienne l’ait fait penser3. De retour à Milan, il travaille pour le vice-roi d’Italie Eugène de Beauharnais, beau-fils de Napoléon Ier (1781-1824, vice-roi d’Italie de 1805 à 1814), dont il peint le portrait, conservé au Musée Marmottan Monet à Paris.

Une provenance illustre

A Milan, bien introduit dans le milieu pro-français, Gigola côtoie le comte Giambattista Sommariva (v. 1760-1826).

Cet avocat qui a fait fortune en faisant des affaires avec l’occupant a été le directeur de la république cisalpine (1799), puis est tombé en disgrâce aux yeux de Napoléon et des Milanais. Pour se refaire une réputation, il se consacre alors à réunir une magnifique collection d’œuvres d’art répartie dans ses nombreuses résidences en Italie et en Europe, dont la célèbre « Villa Carlotta » à Tremezzo sur les bords du lac de Côme4. C’est sans doute l’un des plus grands mécènes de son époque, qui commande des œuvres aux plus grands artistes de son temps : Prud’hon, Girodet, David, et surtout Canova.

Storia di due nobili amanti, détail : Juliette prétendue morte est portée en cortège au caveau de ses ancêtres

 

Sommariva a l’idée de réaliser un catalogue de sa collection en forme de miniatures sur émail, travail confié à Gigola. L’artiste réalise également des miniatures à son intention (L’Amour et le Temps et Nymphe piquée d’une flèche selon le catalogue de vente de la collection). Rien d’étonnant alors à ce que le miniaturiste lui fasse don de son propre exemplaire de la Storia di due nobili amanti. Bien que la collection de Sommariva soit vendue aux enchères après sa mort5, le livre demeure la propriété de son fils, Louis Gaétan, puis de la veuve de celui-ci, Catherine Thérèse Emilie Sellière, comtesse Sommariva, qui le lègue avec toute sa bibliothèque à la ville de Nancy après sa mort en 1888.

Storia di due nobili amanti, détail : les deux familles réunies devant les dépouilles des amants

 

Cinq autres exemplaires ont été localisés à ce jour : celui du grand-duc de Toscane à la Bibliothèque nationale de Florence6, celui du marquis de Trivulzio et celui de J. Poldi Pezzoli à la Biblioteca Trivulziana à Milan7, celui du comte Archinto à la Bibliothèque universitaire de Pavie8, et celui du comte de Spencer à la John Rylands Library de l’université de Manchester9. Celui offert à lord Gwydir n’a pas été localisé10.

Si les ouvrages imprimés sur parchemin sont recherchés des collectionneurs11, l’édition créée par Gigola et ses mécènes est d’un intérêt tout à fait majeur, à la fois pour l’étude du goût troubadour et pour les mécaniques de création d’un ouvrage de bibliophilie au début du xixe siècle.

  1. “romantique” vient du terme “roman”, ces textes médiévaux écrits en langue vulgaire (romane) et non en latin. []
  2. Alain Pougetoux, Bernard Chevallier, Blandine Chavanne (éd.), Jean-Baptiste Isabey : 1767-1855 : portraitiste de l’Europe, Paris, Réunion des musées nationaux, 2005, 172 p. []
  3. Nathalie Lemoine-Bouchard, Les peintres en miniature actifs en France : 1650-1850, Paris, Éd. de l’Amateur, 2008, 567 p. []
  4. Francis Haskell, De l’Art et du goût, jadis et naguère, Paris, Gallimard, 1989, 510 p. (« Bibliothèque illustrée des histoires ». []
  5. Catalogue de la galerie du comte de Sommariva, comprenant la collection de tableaux de l’école d’Italie,…, Paris, [s.n.], 1839. []
  6. cote RARI.B.R. 128. []
  7. cotes Triv. G. 20, numéro d’inventaire 4386 et cote Triv. E. 22, numéro d’inventaire 21923. []
  8. cote MISC. 8. – T. 419 n. 22, no inventaire 145 133. []
  9. cote Spencer 18189. []
  10. Un ouvrage de 2002, Chiara Parisio, Giulietta e Romeo nella illustrazione di Giovanni Battista Gigola per Ferdinando III d’Asburgo-Lorena, Grafo edizioni, Brescia, 2002, que nous n’avons pu consulter, indique en connaître quatre seulement. []
  11. Voir notamment les répertoires de Joseph Van Praet immédiatement postérieurs : Joseph Van Praet, Catalogue des Livres imprimés sur vélin de la Bibliothèque du Roi, Paris, De Bure, 1822, et Catalogue de livres imprimés sur vélin: qui se trouvent dans des bibliothèques tant publiques que particulières…, Paris, De Bure frères, 1824. []

Les serres municipales

C’est grâce à elles que nous avons la chance de bénéficier d’une ville fleurie tout au long de l’année et d’un jardin éphémère organisé sur la Place Stanislas tous les automnes. Le 15e, Japonica, se tient en 2018 .

Fonderval, Botanique du territoire de Nancy… 1715

Des serres au jardin botanique

La tradition horticole à Nancy  remonte à la décision du roi  Stanislas, en 1758,  de créer un jardin botanique alors situé au-delà de la porte Sainte Catherine et rattaché au Collège royal de médecine.

Plan du Jardin botanique

C’est Dominique-Alexandre Godron, doyen de la  faculté des sciences, qui réaménage le jardin en créant une grande école de botanique en 1868. Il rédige l’histoire du jardin botanique et évoque l’existence de la première serre en 17811.

Les suivantes, construites en 1822, menacent ruine, c’est pourquoi la municipalité décide de les remplacer . Ces dernières sont construites sur un modèle élaboré par l’architecte de la ville Prosper Morey en 1867 et alors approuvé par le conseil municipal. Dans le jardin botanique nouvellement organisé, les plantes sont classées par famille, dans des plates-bandes bordées de buis. Le jardin dispose alors d’un arboretum, d’une parcelle d’essais et de serres très modernes.

Plan, coupe et élévation d’une serre chaude à construire dans le Jardin botanique de Nancy, 1799

Les serres municipales

Les serres municipales, quant à elles,  sont initialement implantées en deux endroits de la commune.  A partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, dans le Parc de la Pépinière, sur l’emplacement de l’actuelle Roseraie, d’une part, et dans le jardin Sauveget, situé le long du Canal, entre la rue Sébastien Leclerc et la rue César Bagard. Ce terrain a été acheté en 1908 par la ville aux Hospices pour permettre d’étendre le jardin fleuriste, -comme on appelait alors le service municipal des Parcs et Jardins- les serres du parc de la Pépinière et le petit terrain attenant étant devenus insuffisants en surface pour les besoins de fleurissement de la ville. Ce choix s’avère rapidement problématique en raison des crues fréquentes de la Meurthe située à proximité. Les avaries endommagent les semis et mettent en péril les serres construites en 1910, elles-mêmes trop petites. On y entasse palmiers, araucarias, bambous et aralias servant à décorer le salon de l’Hôtel de ville, le Théâtre, ou encore la Salle Poirel pour les grandes occasions.

Les dégradations subies par le jardin Sauveget, la difficulté à en chauffer les serres  ainsi que le piètre état de celles implantées à la Pépinière incitent la municipalité à mener une réflexion sur le devenir du jardin fleuriste2.

Ainsi, au début des années 1920, Paul Thirion, responsable du jardin fleuriste, obtient la possibilité de proposer une nouvelle configuration pour ce dernier. Il est alors envisagé de regrouper l’ensemble des équipements en un seul et même endroit. Un autre élément est déclencheur : les serres de la Pépinière sont de plus  plus critiquées pour leur état avancé de délabrement, il est dit  qu’elles nuisent à l’agrément des promeneurs. En outre, la guerre a achevé de les rendre hors d’usage, ce qui pose un véritable problème pour la conservation des plantes vivaces. Ce sont désormais des bâches qui remplacent les parties en verre pour la plupart détruites.

Dans cette perspective, le jardin Sauveget et sa maison servant d’hébergement pour les chefs jardiniers sont voués à être vendus, et les serres de la Pépinière à être remplacées par une roseraie (créée en 1927). Le Conseil municipal de 1924 décide de la destruction des trois serres de la Pépinière, dont l’orangerie. Elles sont vendues pour leurs matériaux à un négociant, installé rue Charles III, Monsieur Salomon, et rapportent à la commune la somme de 5 350 francs. La cession du jardin Sauveget et de son habitation se fait par adjudication en 1926 et rapporte 460 000 francs.

Bergamotte. Atlas du Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine & les trois Evêchés

Les serres modernes

Un emplacement est disponible au 106 Boulevard Lobau car Achille Olry, amateur éclairé de plantes, a légué  à la ville en 1913 le vaste terrain de sa propriété, à condition qu’il devienne parc public. La guerre interrompt le projet.

Dès 1923, il est décidé qu’une partie de ce terrain représentant 2.5 hectares sera dévolu au jardin fleuriste. Les travaux nécessaires à cet effet sont évalués à 500 000 francs, ce qui doit être en grande partie comblé par la vente de l’ancien terrain accueillant les serres. Le parc ouvre en 1924.

L’installation

C’est à partir de 1923 que s’effectue l’installation des serres sur le terrain. Il est envisagé dans un premier temps un transfert du mobilier existant à Sauveget et à la Pépinière, mais cette idée est en grande partie abandonnée en raison de son mauvais état. Cependant, trois  serres en bois du Jardin Sauveget sont transférées,  la dépense étant dix fois inférieure à la construction des nouveaux équipements.

Les premières nouvelles serres, de taille modeste,  sont construites par la Société Louis Malet, établie 42 rue du Hameau à Paris.

Puis sept serres sont réalisées par les Ateliers de construction Schwartz-Haumont, entreprise également parisienne, spécialisée dans la ferronnerie et la fabrication de châssis et de serres. Une serre centrale domine toutes les autres par ses dimensions.

Un couloir situé à l’extrémité de chacune d’elles permet de les distribuer toutes et régule par la même occasion la température. L’entreprise Schwartz-Haumont équipe également en chauffage cet ensemble avec un appareil de chauffage  longitudinal continu passant dans chacune d’entre elles. Les serres dites chaudes peuvent être chauffées de 20 à 25° lorsque la température descend à moins 5°. Les serres dites froides conservent une température de 10 à 15° dans les mêmes conditions.  Un atelier attenant avec un sous-sol dans lequel on pénètre par un large escalier en pierre abrite les deux chaudières alimentant les serres. Les deux systèmes de chauffage peuvent fonctionner indépendamment l’un de l’autre. L’ensemble de ce dispositif représente une surface totale de  1270 m2. Les travaux de maçonnerie pour les soubassements et d’acheminement en eau  sont commandés à Henri Pouteau établi rue des Tiercelins pour la somme de 25 000 francs.

Le fonctionnement

En 1934, les collections tropicales du jardin botanique sont transférées dans ces serres , le musée de zoologie étant construit sur l’emplacement des serres du jardin Saint-Catherine.

L’inauguration des nouvelles serres a lieu en septembre 1924. Un Article de l’Etoile de l’Est en fait une description assez détaillée, en vantant les prouesses techniques mises en oeuvre dans ce nouvel équipement.

Dans la presse locale, les compétences des jardiniers   sont soulignées à plusieurs reprises pour leur excellence. Ainsi, en 1934, à l’occasion d’un grand gala franco-italien, le Barbier de Séville est donné à l’Opéra. Le journaliste ne tarit par d’éloges sur le fleurissement de la salle de spectacle et évoque le fait que le « l’Opéra [est] illuminé brillamment du plus beau feuillage de nos serres municipales »

Un abri pour les habitants du quartier y est établi à la veille de la Seconde Guerre Mondiale3.

Les serres aujourd’hui

Au fil des années, l’entretien de fond semble poser problème. Deux remises en état sont programmées en 1947 et 1973.

Travailler au jardin fleuriste

A l’origine, on rempote, on effectue la rentrée hivernale des plantes d’orangerie. On conserve les bulbes, rhizomes et oignons constituant les collections florales de la ville, on entrepose les pots et godets. Les serres permettent par leurs températures différentes de cultiver des espèces variées. Elles fournissent l’intégralité des plantes ornant Nancy, ainsi que toutes les compostions des manifestations officielles. C’est aussi au sein de ce service désormais appelé le service des Parcs et Jardins que sont préparés tous les éléments du jardin éphémère. A partir de 1936, les serres municipales sont ouvertes au public tous les jeudis après-midi .

Au total, à l’heure actuelle, ce ne sont pas moins de 500 000 plantes qui sont cultivées en entretenues tout au long de l’année.

Aujourd’hui encore, en se promenant dans les serres historiques de la travée centrale, on peut s’émerveiller de la constance et de la qualité du travail des équipes municipales pour le fleurissement de la ville. Le public y est associé à l’occasion des Mardis aux serres.

Un atelier du rendez vous “Les mardis aux serres

 

  1. Godron, Dominique-Alexandre, Notice historique sur les jardins botaniques de Pont-à-Mousson et de Nancy, p.14 à 16 []
  2. l’Immeuble et la construction dans l’Est, 15 août 1921, p. 3-4 ; procès verbal des conseils municipaux de Nancy, 1920 et 1921. []
  3. délibération du conseil municipal du 23 mai 1939. []

Une acquisition exceptionnelle d’œuvres de Claude Weisbuch

Les Bibliothèques de Nancy souhaitent acquérir un ensemble de gravures de l’artiste lorrain Claude Weisbuch. Un lot de 79 estampes très rares, datant de sa période nancéienne, et avant 1961, année de sa consécration critique. Cette opportunité nécessite le montage d’un projet de financement exceptionnel, car le montant de l’acquisition dépasse les possibilités budgétaires de la bibliothèque. Cette acquisition s’inscrit dans un projet global qui concerne les graveurs lorrains contemporains, mené par les Bibliothèques de Nancy sur les années 2017 à 2019.

 

Le projet « Graveurs lorrains contemporains ».

 

La bibliothèque Stanislas conserve une collection remarquable de livres illustrés et d’œuvres gravées permettant de retracer toute l’histoire de la gravure, en particulier l’histoire de la gravure en Lorraine. Terre de graveurs, la Lorraine a vu naître de grands talents tels Jacques de Bellange, Jacques Callot, Sébastien Leclerc, Victor Prouvé ou encore Etienne Cournault. La bibliothèque Stanislas conserve les chefs d’œuvres de ces maîtres et, a à cœur de valoriser cette collection de gravure. Depuis toujours, la bibliothèque entretient des liens privilégiés avec les artistes lorrains contemporains. D’une part en organisant des expositions mettant en valeur leurs travaux, mais aussi en continuant d’acquérir leurs œuvres. Le projet « graveurs lorrains contemporains », qui se déroule sur plusieurs années, a pour objectif de compléter les collections, documenter et valoriser les œuvres de ces artistes. En 2017-2018 trois graveurs sont à l’honneur : Jacques Hallez, Roland Grunberg et Claude Weisbuch.

Les grandes glaneuses de Sion, lithographie

Pour Jacques Hallez et Roland Grunberg une acquisition de plusieurs œuvres, permettant de compléter les collections déjà présentes dans les institutions lorraines, est en cours. Des séances d’interview filmées et enregistrées ont déjà été réalisées et seront disponibles sur le futur site de la bibliothèque numérique du Sillon Lorrain. Les droits d’utilisation, pour la reproduction et la mise en ligne des œuvres, ont été négociés directement auprès des artistes. Ainsi, la création graphique contemporaine lorraine pourra être accessible au plus grand nombre, faisant ainsi connaître le talent de ces artistes. L’artiste Michel Jamar, dont le fonds d’atelier est entré à la bibliothèque en 2012, fait aussi parti de ce programme, mais pour la partie documentaire, mise en ligne des collections et valorisation. Un travail qui se poursuivra pendant plusieurs années pour cet artiste.

 

Claude Weisbuch

 

Né à Thionville en 1927, Claude Weisbuch a passé son enfance à Nancy. Formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Nancy par Camille Hilaire et André Vahl, il montre rapidement son intérêt et sa maîtrise des techniques de la gravure. Récompensé en 1956 par le Grand Prix National du Dessin et en 1961 par le Prix de la Critique, il s’inscrit rapidement parmi les grands artistes contemporains, exposant ses œuvres dans le monde entier. Si de son œuvre on retient surtout les musiciens ou les acteurs de Kabuki, ses œuvres de jeunesse offrent une vision totalement différente de son travail. Des œuvres réalisées entre 1948 et 1959 qui témoignent des influences artistiques de son temps, de son attachement à sa Lorraine natale et de ses recherches plastiques et techniques.

Femmes de Nomeny, lithographie, 8/15

L’opportunité d’acquérir ce lot d’œuvres rares nécessite le montage d’un projet de financement exceptionnel, car le montant de l’acquisition dépasse l’ordinaire budgétaire de la bibliothèque. Une partie de l’acquisition peut être financée par les aides publiques mais elles ne seront pas suffisantes et les mécènes doivent être sollicités. C’est avec l’aide de la Fondation Lotharingie que la bibliothèque tente d’acquérir les œuvres de Claude Weisbuch. Elle a accepté de soutenir ce projet, de le présenter sur son site, de recueillir les dons et fournir les documents nécessaires pour la déduction fiscale.

La glaneuse, pointe-sèche, 2ème état, 1957

Les particuliers et entreprises peuvent participer à l’enrichissement des collections de la bibliothèque en faisant un don financier pour cette opération. Ce don, déductible des impôts, est récompensé par de nombreuses contreparties. Les artistes lorrains contemporains se sont mobilisés autour de ce projet, ont créé et offert des œuvres pour les contreparties.

Des événements à ne pas manquer

 

Tout au long de l’année, des événements se succèderont pour venir enrichir ce projet. Le 6 avril 2018, un dîner de gala aura lieu à la Bibliothèque Stanislas. Appelé “Dîner des mécènes” il permet à chacun de participer à ce projet tout en se faisant plaisir. Une occasion unique de venir dîner dans la prestigieuse salle de lecture du XVIIIe siècle, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour un don de 150 euros minimum, vous pourrez bénéficier d’un repas pour une personne (coût réel du don après déduction fiscale de 66 % : 51 euros). Seulement 160 places seront disponibles pour ce repas.

Une vente aux enchères d’oeuvres d’art aura lieu à la fin du repas. L’intégralité des sommes perçues pour le repas et le vente des oeuvres ira à l’acquisition des 79 estampes de Claude Weisbuch.

Vous êtes gourmands ? Et bien vous pourrez également nous aider dans notre projet d’acquisition en vous faisant plaisir. Les pâtissiers de Moselle et ceux de Meurthe-et-Moselle ont accepté de réaliser et vendre un gâteau individuel nommé “Les Glaneuses”. Sur le prix de vente, 1 euro est reversé au projet Weisbuch. Une pâtisserie qui sera disponible toute l’année dès le mois de mars.

Pour participer à cette acquisition d’estampes de Claudes Weisbuch, faites un don par Internet sur le site de la Fondation du Patrimoine : https://www.fondation-patrimoine.org/52983 ou par courrier en renvoyant le bulletin de souscription à la Fondation Lotharingie.

Histoire et collections de la Bibliothèque de Nancy