Frédéric Boilet : 3615 Alexia

Depuis 2017, nous constituons progressivement  à  la bibliothèque Stanislas, au sein du fonds lorrain, une nouvelle collection. Celle-ci est  composée d’albums de bandes dessinées, de planches originales et de dessins originaux d’auteurs lorrains contemporains.

Cet ensemble cohérent est enrichi par diverses pièces versées par les artistes : ouvrages épuisés, estampes, documentation éditoriale à l’occasion de la parution d’un nouvel album. Ainsi, la collection s’étoffe  peu à peu avec des pièces originales acquises auprès d’eux ou versées de leur plein gré. Nous réalisons en outre un travail de veille documentaire permettant d’abonder des boîtes d’archives sur chacun des artistes de cette collection.

Après la commande effectuée auprès de Romain Dutreix en 2018 dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, notre choix s’est porté sur un artiste au parcours singulier : Frédéric Boilet.

Frédéric Boilet, auteur

Né en 1960 à Épinal, Frédéric Boilet est auteur de bande dessinée, essayiste, traducteur et photographe. Il fait ses études à l’École supérieure des Beaux-Arts de Nancy, y rencontre nombre d’artistes, devenus célèbres, dont par exemple Lefred Thouron. Les deux amis ont pour point commun de quitter délibérément l’école avant le passage du diplôme de fin d’études. Ils mènent plusieurs projets ensemble, à commencer par leur implication systématique dans la rédaction du fanzine local, Le Lorgnon.

Frédéric Boilet, photographie Laïa Canada, 2012

Frédéric Boilet publie son premier album à l’âge de 23 ans, La nuit des Archées (dessins et couleurs, scénario de Guy Deffeyes). Trois ans plus tard, le Rayon vert (1986) apparaît comme un album sans précédent. Il y expérimente une méthode de travail qui perdurera tout au long de sa carrière : le recours quasi exclusif à la photo et la vidéo. 3615 Alexia applique cette méthode à un récit d’inspiration autobiographique. Le parcours de Frédéric Boilet continue au Japon pendant 15 ans. Il publie plusieurs ouvrages ; collabore avec Benoit Peeters, Jirô Taniguchi, adapte nombre de bandes dessinées japonaises pour les éditions Casterman en tant qu’adaptateur et traducteur. Sa dernière publication, un récit photographique (autobiographique) intitulé 286 jours, paraît en 2004. Une biographie plus détaillée ainsi que des dessins originaux sont à voir sur son propre site.

Le choix de l’œuvre : pourquoi  3615 Alexia?

Dans le cadre de l’enrichissement du fonds lorrain de dessinateurs de presse et de bande dessinée, notre choix s’est porté sur un album bien précis de Frédéric Boilet. En effet, 3615 Alexia prend place dans le décor urbain de Nancy à la fin des années 1980, alors même que l’artiste, originaire d’Épinal et ayant quitté depuis peu l’École des Beaux-arts de Nancy, habite avenue du Général Leclerc. L’artiste s’inspire en grande partie de son quotidien, l’utilisant comme source de documentation : l’évocation de son quartier est partie intégrante de sa  narration. L’album en lui-même est paru en édition originale aux Humanoïdes associés en 1989, puis une nouvelle édition paraît chez Ego comme X en 2004.

Au-delà de l’album, nous avons souhaité acquérir une sélection de planches originales de 3615 Alexia.

Une rencontre humaine et un choix ciblé

La première étape a consisté à prendre contact avec Frédéric Boilet. Une première rencontre chez lui a été l’occasion de parler de l’ensemble de son œuvre, de son édifiant parcours, de voir bon nombre de ses planches et dessins originaux méticuleusement classés. Puis nous avons ensemble examiné l’intégralité des planches originales de l’album 3615 Alexia.

Planche originale n°40, encre de chine, typex blanc, 41×54

Des prises de vue à la publication de l’album

Les planches

Au sein d’une intrigue à la fois très précise du point de vue des lieux, avec deux personnages principaux (dont un alter ego de l’auteur), et un minitel, les planches que nous avons choisies représentent avec un réalisme et une grande minutie dans le trait divers quartiers de Nancy. La première (qui est la deuxième de l’album) donne à voir la gare et la voie ferrée vues du ciel, ainsi que les quais. Les deux protagonistes du récit sont de suite introduits, dans une scène statique : ils attendent le train .

3615 Alexia comporte une histoire dans l’histoire, et nous emmène de Nancy à Lyon en passant par Paris. Le minitel, cet objet alors perçu comme un outil de communication sans précédent y tient une place centrale. Les quatre autres planches montrent le quartier de l’avenue du Général Leclerc à la limite de Vandoeuvre-lès-Nancy, puis, de nouveau la gare, avec d’autres points de vue.

Le matériel d’accompagnement

La photographie étant partie intégrante de l’élaboration de l’album, Frédéric Boilet a tenu à nous faire don de l’ensemble des clichés ayant servi. Les planches reprennent au détail près l’intégralité des éléments architecturaux avec une maîtrise de la perspective, de la plongée et de la contre-plongée selon les angles de prise de vue.

Gare de Nancy, 1988. Photographies pour la planche n°1, case 1, prise depuis le toit de la Tour Thiers

Après les photographies, le travail s’effectue sur calque. Nous détenons aussi ces esquisses au crayon, certaines comportent des morceaux disjoints, des essais, et des repentirs. Il est très intéressant de les comparer au rendu définitif. La planche est dessinée à l’encre de chine, elle comporte des ajouts collés et des modifications en différents endroits. Cette approche permet un réalisme confondant dans les effets de perspective, avec des premiers plan n’empêchant pas de distinguer les détails des édifices.

Esquisse au crayon sur papier calque. Planche 37, 42×55
Planche originale n°1, encre de chine, typex blanc, 41×54

Enfin, autre élément précieux, le don comporte les bleus de coloriage. Il s’agit de tirages avant impression définitive de l’album, sur lesquels ne figurent que les couleurs principales à l’acrylique, vierges de tout trait. Cette étape permet à l’imprimeur de travailler en trichromie et en noir.

Bleu de coloriage, 1989, acrylique, 19×25

L’arrivée dans les collections

Le financement de l’acquisition

Les planches ont été acquises avec le soutien du Fonds régional de restauration et d’acquisition des bibliothèques, structure co-financée par la Région Grand-Est et la Direction régionale des affaires culturelles.

Réception de l’ensemble de l’acquisition en présence de l’artiste, janvier 2020

La réception de l’ensemble de l’acquisition

En janvier 2020, Frédéric Boilet est venu à la bibliothèque Stanislas déposer les planches et le matériel d’accompagnement faisant l’objet de l’acquisition.

Nous avons profité de l’occasion pour recueillir une dernière fois des éléments d’information sur sa méthode de travail. Ainsi, nous avons eu confirmation que l’auteur a donné à ses personnages les traits de ses amis ; force est de constater que leur représentation est d’un grand réalisme.

La valorisation auprès du public

Présentation des planches et des documents de travail. JEP 2021

Ces acquisitions ont été montrées lors des journées du patrimoine 2021, accompagnées d’une médiation orale qui revenait sur le processus de création.

Sur son site internet, Frédéric Boilet fait également mention de l’acquisition des Bibliothèques de Nancy.

 

Dans la bibliothèque du couvent des Cordeliers

Un chantier de recherche de provenances entamé à la Bibliothèque, un ouvrage historique conçu par nos collègues de Nancy Musées et la Société d’histoire de la Lorraine, deux raisons d’étudier la bibliothèque du couvent des Cordeliers, intimement liée à la Maison de Lorraine1.

Brève histoire de la bibliothèque du couvent des Cordeliers

Le nécrologe des cordeliers rend précisément hommage au fondateur du couvent, le duc René II, pour la dotation d’un certain nombre d’ouvrages, notamment les magnifiques livres de choeur2.  Au xviie siècle, la bibliothèque est déjà notable, comme le montre le guide touristique et historique du père Jacob : « Dans le convent des Religieux de l’Observance de S. François de Nancy est conservée la très splendide bibliothèque des Ducs de Lorraine, depuis un long temps : la quelle est abundante en bons et rares livres, qui y ont esté mis avec de grands soins. On y void aussi quelques manuscrits »3. On sait qu’en 1611, maître Pierre Lancelot, maçon en la Ville-Neuve, reçut 154 fr. pour la confection de vingt-huit fenêtres.4.

Une salle d'archives, à gauche des fenêtres en berceau, à droite un chartrier, au milieu une table de travail et un siège
Le chartrier idéal du frère Vuillemin ? (ms. 380 fol. 72).

Dans un manuscrit du père Vuillemin à la fin du xviiie siècle, nous avons une petite représentation d’un local d’archives, dans lequel on aimerait bien voir l’illustration des locaux de conservation des cordeliers. En termes de mobilier, on sait aussi que la bibliothèque comportait, outre des armoires, un bureau, des échelles et un globe terrestre « de Jansen », dans lequel on ne manquera pas de reconnaître un globe de Blaeu. Ces informations nous sont données par les inventaires révolutionnaires, le premier réalisé par Willemet, Crampel et Lejeune le 5 février 1790 :

« Le vaisseau de la bibliothèque des pères Cordeliers est fort beau, bien éclairé, bien boisé, parqueté et plafonné. Ses livres, enfermés dans seize armoires closes par des châssis de fil de fer et par des serrures sont bien entretenus et bien soignés. Cette bibliothèque renferme plusieurs ouvrages de chaque classe ou faculté bibliographique, beaucoup dans la classe de Théologie, moins en proportion dans les autres classes savoir Jurisprudence, Belles-lettres, Sciences et Arts et Histoire. Plusieurs ouvrages sont incomplets, plusieurs réputés bouquins, il n’y aucun manuscrit rare et de prix. (…) Total des volumes de tous les formats : 4500. »((Arch. dép. de la Meurthe-et-Moselle 1 Q157/Cordeliers/ p. 6.)).

Le second, réalisé en 1793, est un inventaire détaillé de la bibliothèque, avec la liste des 3658 volumes alors subsistant. La bibliothèque reste en place au couvent jusqu’à fin 1793, date à laquelle elle est transférée au dépôt littéraire à l’université. Aucun manuscrit n’y est mentionné. Justin Favier dans son article de synthèse sur les saisies révolutionnaires dans les couvents de Nancy, rappelant ces événements, précise que peu d’exemplaires des cordeliers ont été conservés, car ils ont été déménagés tardivement. S’ils faisaient doublon avec des ouvrages déjà entrés dans les collections, ils étaient éliminés5. En effet, un seul ex-libris des cordeliers a été trouvé parmi les 150 premiers titres de l’inventaire testés au catalogue de la bibliothèque de Nancy dernièrement.

Le contenu de la bibliothèque

Les franciscains entretiennent un rapport ambigu au savoir6. Au cours de l’époque moderne s’opère chez les cordeliers un renversement dans la valeur des études livresques et de l’importance de la lecture. La figure de saint Bonaventure, premier franciscain docteur en théologie, est ainsi portée au pinacle, au détriment même de la pauvreté prêchée par François d’Assise. Nancy, couvent d’étude en philosophie et théologie, détient une bibliothèque pour l’apprentissage de la prédication. La formation y dure entre 2 et 5 ans selon le cursus poursuivi par les meilleurs étudiants franciscains.

A ce titre, la théologie se taille évidemment la part belle dans le contenu des collections (54 %). Selon André de l’Auge, dans La Sainte Apocatastase (Paris, Fouet, 1623),

« Le couvent de Nancy est l’un des séminaires de ceste Province, où pour les aumonsnes journalières [du duc], [Son Altesse] entretient grand nombre de religieux pour estre instruicts ès sciences saintes et divines, afin de tirez des flancs de ceste Académie comme d’un Cheval troyen, ils se répandent en divers lieux, places et provinces, pour par leurs escripts et prédications combattre généreusement le vice et l’hérésie. »

On y trouve des ouvrages de controverse, ainsi des œuvres de Jean Calvin. La bibliothèque des cordeliers est une bibliothèque de travail, les pères doivent y trouver de quoi nourrir leur prédication. La connaissance de l’ennemi, soit le protestantisme sur la dorsale catholique, est indispensable.

Page de titre des Sermons de Jean Calvin sur Job
Sermons de M. Jean Calvin sur le livre de Job, A Genèvre, Jean de Laon pour Antoine Vincent, 1563 (cote 155 499).

Il est intéressant de constataient que les cordeliers détenaient également des ouvrages profanes, scientifiques, artistiques, philosophiques, juridiques mais aussi qu’ils lisaient Martial et Flavius Josèphe.

Les modalités de prêt des ouvrages sont décrites : il faut l’autorisation du supérieur, faire une demande expresse au bibliothécaire, et s’inscrire sur un registre. Au xviiie siècle se développe la pratique des ouvrages ad usum, qui sont appropriés individuellement par des frères. Ce sont des supérieurs, des membres de l’encadrement du couvent, qui disposent de ce privilège. Ainsi frère Alexandre Collin qui privatise une histoire de l’Ancien testament en 1763, « cum licentia superiorum ». Ne serait-ce point également parce qu’elle est signée de Robert Arnauld ?

Page de titre de l'Histoire de l'Ancien testament par Arnauld
Robert Arnauld d’Andilly, Histoire de l’Ancient testament tirée de l’Ecriture sainte, Paris, P. Le Petit, 1675 (cote 101 524).

Les livres de choeur des cordeliers7

Les volumes sont reliés sur ais de bois, couverts de veau estampé à froid, et rehaussés de fermoirs en fer, de clous, et de bandes de laiton pour en assurer la solidité. Ils pèsent entre 13 et 15 kg chacun.

Le graduel, manuscrit musical utilisé pendant la messe, présente une année lissée qui commence au 1er dimanche de l’Avent, Pâques est fixé au 3 avril, et se termine à la saint André. Il comporte différents décors : lettres bicolores dues au rubricateur, lettres gothiques à la plume, dues au copiste et 6 lettres peintes : roi David, Adoration des bergers, Adoration des mages, Résurrection, Ascension, Pentecôte. Il est enrichi de directives écrites en plus petits caractères pour certaines fêtes : procession des Rameaux, les offices de la Semaine sainte, ici l’office de la croix le vendredi saint.

Dragon en forme d'initiale S sur fond rouge
Initiale S en forme de dragon, ms. 437 (4) p. 24.

L’antiphonaire, qui regroupe les incipits de chants des offices (des heures) est en 3 volumes. Son commanditaire est facilement identifiable : il s’agit de René ii. Cependant, les circonstances de la commande, de la rédaction et de la livraison, ainsi que les noms des copistes et décorateurs ne sont pas connus. On remarque une très grande variété dans les types de décor des lettrines : gothiques en grisaille ou camaieus, et encore des lettres peintes pour les grandes fêtes : Annonciation, Visitation, Nativité, Présentation etc.

Les épisodes importants de la théologie franciscaine sont évoqués par des lettres historiées comme ce Jésus enseignant qu’on peut rapprocher de l’image de Bonaventure. Evidemment une place d’honneur est réservée aux saintes et saints franciscains. Sainte Claire d’Assise, et les mémoires qui lui sont liées, occupe une place toute particulière dans l’antiphonaire franciscain. Et, à tout seigneur tout honneur, saint François d’Assise lui-même est fêté et représenté avec très grand soin, et l’évolution de la liturgie est patente à son propos.

sainte Claire d'Assise dans une initiale P
Lettrine P avec une sainte Claire en grisaille, ms. 437 (3) p. 278

Les décors de l’antiphonaire sont inépuisables dans le bestiaire et la botanique, et le mieux est de les découvrir par soi-même sur Limédia Galeries. On peut cependant attirer l’attention de notre lectorat sur de petits aperçus de la vie des frères au couvent. Outre des petits frères cachés  ça et là dans les lettrines ou les fleurs, on voit pour la fête du saint Sacrement une assemblée franciscaine autour d’un autel dans lequel Simone Collin suggérait de voir une représentation de l’autel des cordeliers au temps de René ii.

Des frères cordeliers autour d'un autel
Fête du Saint Sacrement, ms. 437 (3) p. 103.

Une rupture stylistique importante est constatée dans le 3e volume. Simone Collin émet l’hypothèse que les volumes ont été remplacés, à une époque indéterminée, par des antiphonaires imprimés, mais qu’on les a réutilisés au xviiie siècle. À ce moment, en raison de modifications qui avaient eu lieu dans la liturgie franciscaine, les pages ont été grattées et lavées pour être actualisées sans avoir à se lancer dans la confection d’un nouvel antiphonaire.

La provenance Cordeliers de Nancy dans les collections patrimoniales

Plusieurs manuscrits de nos collections ont un auteur cordelier. Il s’agit essentiellement de manuscrits historiographiques signés de grands franciscains lorrains, et qui ont entretenus des liens étroits avec la famille ducale. Au premier rang de ceux-ci figure Jean d’Aucy, dont l’Epitomé offert à Charles iii donne son nom à notre carnet de recherches. Son successeur au xviie siècle, y compris dans les égarements historiques, est Jacques Saleur, l’auteur de La Clef ducalle…

Aubert Roland, au xviiie siècle, revient précisément sur la figure fondatrice du duc René et celle de sa femme, Philippe de Gueldres avec des méthodes beaucoup plus critiques. Claude-Robert Husson, définiteur général de l’ordre franciscain, s’illustre autant dans la dévotion que dans l’histoire avec son fameux éloge historique de Jacques Callot. Enfin le père Vuillemin, bibliothécaire et polygraphe, s’intéresse à la science et à l’histoire du couvent.

Cependant ces oeuvres manuscrites ne font pas partie des saisies révolutionnaires. Propriété privée de leur auteur, ou déjà données avant la Révolution, elles sont entrées dans les collections municipales bien postérieurement, par dons  ou par achats. À l’heure actuelle, seulement 7 ouvrages figurant à l’inventaire de la bibliothèque des Cordeliers de 1793 ont été indubitablement identifiés dans les collections patrimoniales.

Le chantier d’identification des saisies révolutionnaires a été ouvert en 2022 grâce au stage de Manon Rabillard, élève de deuxième année à l’École nationale des Chartes. Cinq communautés religieuses de Nancy ont été entièrement traitées (Chapitre primatial, Dominicains, Augustins, Visitation et Refuge), établissant l’identification formelle de 208 titres sur un ensemble de près de 4000 figurant dans les inventaires, soit un taux de conservation de 5,2 % pour ces communautés. Pour les Cordeliers, comme le soulignait Justin Favier, les premiers tests sont bien en-deçà de ce taux (1 pour 150). L’enquête est donc à poursuivre.

  1. Cet article est la retranscription de la conférence donnée à la Bibliothèque Stanislas le 11 octobre 2022 []
  2. « librariamque omnium facultatum voluminibus mandans ornari » Pierre-Étienne Guillaume, Cordeliers et chapelle ducale de Nancy, Nancy, France : chez Peiffer, 1851, 279+lxiv. Lire en ligne. []
  3. L. JACOB, Traicté sur les plus belles bibliothèques..., t. II, p. 436. []
  4. P.-E. Guillaume, Cordeliers et chapelle…, p. 15. []
  5. Justin Favier, « Coup-d’oeil sur les bibliothèques des couvents du district de Nancy pendant la Révolution : ce qu´elles étaient, ce qu´elles sont devenues », Mémoires de la Société d´Archéologie lorraine, 1883, p. 60. []
  6. Je m’appuie ici sur le travail de Fabienne Henryot, Livres et lecteurs dans les couvents mendiants: Lorraine, xviexviiie siècles, Genève : Librairie Droz, 2013, 562 p. Sur le rapport des cordeliers aux manuscrits, Fabienne Henryot, « Le livre en héritage : les religieux mendiants face aux manuscrits médiévaux au xviie siècle », Lire en ligne []
  7. L’article de référence sur ces livres reste Simone Collin-Roset, « L’antiphonaire des Cordeliers de Nancy (Nancy, Bibliothèque municipale, manuscrits 22, 23, 24, 25 anc. 437). Etude codicologique et iconographique », Lotharingia, X, 2010, p. 49‑80. Attention, le titre de l’article comporte une erreur de cotation : les 4 livres de choeur sont bien regroupés sous la cote ms. 437 (1-4), (1) correspondant au graduel et (2-4) à l’antiphonaire. []

Estampes anciennes : florilège

À l’occasion de la fête de l’estampe qui sera célébrée partout en France le 26 mai, la Bibliothèque Stanislas offre à découvrir ses collections d’estampes. Si les œuvres contemporaines ont souvent été mises en avant, les gravures anciennes ne sont pas moins présentes dans les collections : écoles française, italienne, allemande, gravures sur métal ou sur bois. Voici une sélection de quelques œuvres.

Schongauer, Martin (vers1445/1450-1491)

“La sépulture” ou “La mise au tombeau”, gravure au burin sur papier vergé, 167 x 116 mm, Mehl-2-157.

L’art de la gravure sur cuivre est né vers 1430 dans le sud de l’Allemagne. Martin Schongauer est un peintre et graveur allemand considéré comme un des premiers maîtres de la gravure allemande. Très admiré par Albrecht Dürer (1471-1528), son œuvre compte une centaine de gravures. Parmi elles, la série consacrée à la passion du Christ, composée de douze scènes allant de l’agonie au jardin des oliviers jusqu’à la résurrection. Cette scène, intitulée La sépulture ou La mise au tombeau, présente le corps du Christ mis au tombeau. Autour du tombeau, la Vierge, saint Jean et trois saintes femmes dont Marie-Madeleine qui embrasse la main du Christ. On aperçoit en arrière-plan la croix et  son échelle sur la colline.

Lucas de Leyde (1494?-1533)

“Jésus Christ portant sa croix”, gravure au burin sur papier vergé, 1515, 79 x 104 mm, inv. 690 559 folio 49bis.

Lucas de Leyde est un peintre et graveur hollandais incontournable de la première moitié du XVIe siècle. Son œuvre compte un peu plus de 170 gravures. Cette estampe illustre la passion du Christ. Il est représenté à genoux, succombant sous le fardeau de la croix et tournant la tête vers une femme qui lui présente un suaire. La date de 1515 apparaît en haut à droite au dessus de la femme.

Caraglio, Gian Giacomo (1505?-1565)

“Saturne dévorant son enfant”, gravure au burin sur papier vergé, 1526, 218 x 113 mm, inv. 690 559 folio 92. Éditée par Antonio Salamanca (1478-1562).

Gian Giacomo Caraglio est un graveur italien élève de Marcantonio Raimondi (1480?-1534?). Il a également été graveur de médailles et de gemmes. Cette gravure fait partie d’une suite de vingt estampes représentant des divinités de la mythologie, debout dans des niches avec les attributs qui les caractérisent. Ici, on retrouve Saturne dévorant l’un de ses enfants. Selon la tradition, calquée sur le mythe grec de Cronos, pour éviter que ne s’accomplisse la prédiction selon laquelle il serait détrôné par l’un de ses enfants, Saturne dévora chacun d’eux à leur naissance.

Maître IB (école allemande, début du XVIe siècle)

“Emblèmes avec espoir, tribulation, envie et tolérance”, gravure au burin sur papier vergé, 1529, 145 x 84 mm, inv. 690 559 folio 114.

Cette gravure a été réalisée par un artiste allemand du début du XVIe siècle qui n’a pas encore été identifié. Son monogramme reste utilisé pour mentionner son nom. L’espérance debout entre la vie et la tribulation. Celle-là, à droite, bat avec un marteau triplé le cœur d’un homme vertueux que l’envie tient sur une enclume posée sur la tolérance qui est couchée à terre. Ces quatre passions sont exprimées par des figures de femmes, dans une forme de médaillon ménagé dans une table qui est suspendue à une colonne, au pied de laquelle sont assis deux génies. La beauté de cette gravure réside dans l’utilisation d’un fond entièrement gravé, hachuré, donnant un rendu totalement noir. Ainsi, le motif apparaît très en volume, comme un élément sculpté, un bas-relief.

Pomedelli, Giovanni Maria (1478?-1537?)

[Animaux de basse-cour], gravure au burin sur papier vergé, 1534, 143 x 144 mm, inv. 690 559 folio 20.
Giovanni Maria Pomedelli est un orfèvre, peintre, graveur et médailleur italien qui a travaillé dans la région de Vérone. Seules six gravures sont connues de cet artiste. Trois sont signalées au British Museum, une au cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France. Cette gravure représente de nombreuses volailles, canards, coqs, poules, probablement dans une basse-cour. Le monogramme de l’artiste figure en bas au centre : une poire traversée par un paraphe (sorte de Z par dessus le fruit).

Pencz, Georg (1500?-1550)

“Joseph vendu à des marchands Ismaëlites”, gravure au burin sur papier vergé, 1546, 124 x 86 mm, inv. 690 559 folio 116.

George Pencz est un peintre et graveur allemand de style maniériste. Formé à l’atelier d’Albrecht Dürer, il voyage en Italie où il est profondément marqué par l’art de Marcantonio Raimondi. Cette gravure fait partie d’une suite de quatre estampes illustrant l’histoire de Joseph dans l’Ancien Testament. Joseph, debout à gauche, est vendu par ses frères à des marchands Ismaëlites.

Delaune, Étienne (1518?-1583)

“Mêlée de guerriers nus”, gravure au burin sur papier vergé, 70 x 223 mm, Rés. 4176 folio 1.

Étienne Delaune est un orfèvre et graveur français de la Renaissance. Son œuvre gravé est important. Cette estampe fait partie d’une suite de douze gravures en forme de frise sur fonds noir. Celle-ci présente des guerriers nus armés de massues et d’arcs qui se précipitent les uns contre les autres. Certains d’entre eux portent des panaches de plumes sur la tête et à la ceinture. On remarque  en bas à gauche la signature du graveur dont la première lettre est gravée à l’envers “Stephanus Fecit”.

Leu, Thomas de (1555?-1612?) d’après Antoine Caron (1521-1599)

“Ajax Locrien”, gravure au burin sur papier vergé, 239 x 192 mm, Rés. 4154 folio 45.

Thomas de Leu est un graveur et éditeur d’estampes d’origine néerlandaise. Il est un des grands représentants de la gravure française du XVIe siècle. Son œuvre est volumineux notamment les portraits. Ici, c’est un thème  de la mythologie grecque qui est illustré, un épisode de la guerre de Troie : Ajax, fils du roi de Locride, qui a éveillé la colère des dieux, est représenté écrasé sous le rocher sur lequel il s’était réfugié, fendu d’un coup de trident par le dieu Apollon. La composition a été gravée par Thomas de Leu d’après une œuvre d’Antoine Caron, peintre français de la Renaissance.

Joannes Wierix (1549?-16..) d’après Albrecht Dürer (1471-1528)

“Melencolia I” gravure au burin sur papier vergé, 1602, 243 x 193 mm, 690 559 folio 44.

Joannes Wierix est un illustre graveur flamand issu d’une grande dynastie de graveurs. Les Wierix ont beaucoup gravé d’après Dürer. Joannes reprend ici une œuvre très célèbre créée par Albrecht Dürer en 1514, Melencolia I. Cette œuvre est composée de multiples objets et éléments symboliques : un livre, un compas, une bourse, des clés, un sablier, une cloche, un cadran solaire, un carré magique, un polyèdre, etc. À droite de la composition, l’ange, par sa posture et l’expression de son regard, exprime avec force le tempérament de la mélancolie. Cette œuvre a été très étudiée par les historiens de l’art et sa complexité laisse, aujourd’hui encore, de nombreuses hypothèses différentes quant à sa signification.

Saenredam, Jan Pietersz (1565?-1607)  d’après Goltzius, Hendrick (1558-1617)

“Les trois sortes de mariage (n°1 et n°2)”, gravure au burin sur papier vergé, 235 x 164 et 236 x 164 mm, inv. 699 033.

Jean Saenredam est un peintre, dessinateur et graveur maniériste hollandais. Il a été formé dans l’atelier d’Hendrick Goltzius, un autre peintre et graveur néerlandais célèbre. Il a beaucoup gravé d’après Goltzius et son œuvre compte un peu plus d’une centaine d’estampes. Les deux gravures présentées ici font partie d’une suite de trois estampes illustrant trois sortes de mariage : à gauche, le mariage qui se fait dans la seule vue du plaisir, et auquel préside l’Amour. À droite, le mariage dont le principal motif est les richesses, et qui est l’ouvrage du démon. Le traitement des drapés, des figures et des corps illustre parfaitement le courant maniériste.

Reni, Guido (1575-1642) d’après Parmigianino (1503-1540)

“La fille portant le coussin”, eau-forte sur papier vergé (1590-1642), 168 x 83 mm, inv. 690 558 folio 134.

Guido Reni est un peintre et graveur italien, figure dominante de l’École de Bologne. Son œuvre gravé compte une soixantaine d’estampes. Il grave d’après ses propres dessins mais aussi ceux d’autres maîtres de son temps. Ainsi, il réalise ici la gravure d’une jeune femme regardant un coussin qu’elle tient dans ses bras d’après le dessin de Parmigianino conservé aujourd’hui à la Galerie Nationale de Parme (Inv. n°510/25).

Romain Dutreix reporter à la bibliothèque

Depuis 2017, nous constituons progressivement  à  Bibliothèque Stanislas, au sein du fonds lorrain, une nouvelle collection. Celle-ci est  composée d’albums de bandes dessinées, de planches originales et de dessins de presse d’auteurs lorrains. Cette collection s’étoffe  peu à peu avec des pièces originales acquises auprès d’artistes de notre territoire.

Nous verrons en trois temps comment cet enrichissement a été effectué auprès de Romain Dutreix (2018), Frédéric Boilet (2019), puis Lefred Thouron (2021).

En premier lieu en effet, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2018 (JEP), nous avons effectué une commande à l’auteur dessinateur de bandes dessinées et dessinateur de presse Romain Dutreix. Après avoir imaginé ce que nous souhaitions lui demander, nous avons donné un intitulé à cette intervention artistique : Romain Dutreix sur le fil. Son premier travail a alors consisté à concevoir un dessin en couleurs pour notre campagne de communication mettant en avant l’opération.

Romain Dutreix, Sur le fil,  dessin conçu pour la communication de l’opération

 

Qui est Romain Dutreix ?

Né en 1976, Romain Dutreix grandit en région parisienne. En 2010, il décide de quitter Paris pour Nancy où il s’installe avec sa famille. Présent dans la sélection officielle du festival d’Angoulême cette même année avec l’album Allegretto deprimoso (Fluide Glacial), il développe un style rigoureux et tranchant. Dans Impostures (2 volumes parus chez Fluide Glacial en 2013 et 2015), il tourne en dérision et dessine à sa manière les personnages les plus connus de la bande dessinée franco-belge : Spirou, Titeuf, Astérix, Gaston, ou encore Tintin pour ne citer qu’eux. La parodie des personnages créés par ses confrères dessinateurs devient la marque de fabrique de ce dessinateur à l’imagination débordante pour mettre en image les situations les plus improbables. Dans cette lignée, il est régulièrement édité par la librairie nancéienne La Parenthèse. Une collection de bandes dessinées en noir et blanc de petit format tirées à 500 exemplaires, justifiées et signées par l’auteur existe désormais : Niourk, les origines (2015), Groupies. Y en aura pour tout le monde (2016), Paul a un empêchement (2016), le Relou des mers (2017), et Traquemarge (2018). Ainsi, Traquemarge fait référence à Traquemage de Wilfrid Lupano et Relom. Le Relou des mers est, dès le titre le plagiat explicite d’une bande dessinée de Riff Reb’s, Le loup des mers. Romain Dutreix est aussi un des contributeurs de Quartiers libres, chroniques nancéiennes (2018), commandé par “La Parenthèse” à six auteurs dessinateurs nancéiens1.

En 2016, c’est Revue de presse : petite histoire des journaux satiriques et non-conformistes. Cet album regroupe l’intégralité des strips réalisés par Romain Dutreix et Toma Bletner autour de ce sujet. Leur parution a d’abord lieu dans le quotidien Libération en 2015, puis dans le mensuel satirique Fluide Glacial. Il s’agit là d’un travail documentaire dense et édifiant sur une caractéristique de la presse française : la satire journalistique. En 2018, Romain Dutreix nous surprend de nouveau en illustrant en couleurs Le Libéralisme, enquête sur une galaxie floue, dont les textes sont signés Pierre Zaoui, aux éditions Le Lombard.

Le dessin de presse représente une partie importante de l’activité de Romain Dutreix. Il fait partie de l’équipe du Canard enchaîné depuis février 2018, sur une suggestion de Lefred Thouron, dessinateur de presse renommé nancéien également, y collaborant depuis plus de 30 ans. A cela s’ajoute sa contribution régulière au mensuel Fluide Glacial, “magazine de bande dessinée à l’humour décomplexé”. Dans Spirou, Romain Dutreix signe la rubrique “La Leçon de BD”. Son dernier album , Madeleine, est à paraître au cours du premier semestre 2022 chez Fluide Glacial.

Un important travail d’observation

La  thématique nationale des JEP étant en 2018, l’Art du partage, nous avons proposé à Romain Dutreix de croquer le personnel de la Bibliothèque Stanislas à l’oeuvre dans ses missions quotidiennes. Plusieurs visites des différents espaces – bureaux, magasins, atelier, réserves et autres parties réservées au personnel – lui ont permis d’observer et de capter les particularités des lieux et de nos pratiques professionnelles .

Romain Dutreix, La Coursive

 

Une mise en oeuvre très rapide

C’est de retour chez lui, entre  le samedi soir et le dimanche midi qu’il a concocté une histoire en quarante planches constituées d’une vignette chacune,  intitulée Une journée à la Bibliothèque Stanislas. La journée s’articule de L’Ouverture au Départ, en passant par le Catalogage, La Coursive, Le Conditionnement, La Presse, etc. Autant d’aspects qui ont marqué l’artiste au gré de ses observations. Il s’ingénue alors, selon son habitude, à transformer la réalité. Cela aboutit à  sa propre vision pleine d’humour de la vie et des moeurs à la Bibliothèque Stanislas. Comme dans beaucoup de ses bandes dessinées, il est l’acteur central de l’histoire qu’il imagine. Il y tient le rôle d’un reporter venant découvrir la bibliothèque en y rencontrant différents membres de l’équipe.

Romain Dutreix, L’ouverture

Quelle plus-value pour notre public et nos collections ?

Un accrochage des dessins sur un fil a été privilégié pour une présentation au public : véritable fil rouge de la vie à la bibliothèque, il mettait en valeur ces strips de façon originale.

Romain Dutreix accrochant ses dessins à la bibliothèque (cliché D. Comte)

L’ensemble des JEP était articulé autour des albums de bande dessinée et de jeunesse du fonds lorrain. En plus de la présence de l’artiste et de cette performance inédite, nous avions imaginé des jeux pour mettre en valeur ces collections. Le public s’est amusé de cette parodie et de la manière originale dont elle a été présentée. Le dimanche après-midi, nous avons connu une fréquentation sans précédent pour les Journées Européennes du Patrimoine. Les planches réalisées Romain Dutreix ont de ce fait profité au plus grand nombre.

En outre, cette création originale fait désormais partie des collections de la Bibliothèque Stanislas avec une cession intégrale des droits d’auteur à l’institution. Les 40 dessins peuvent dès lors être diffusés par nos soins sans restriction. Ils sont d’ores et déjà versés sur Limédia Galeries.

Le public découvrant les dessins (cliché D. Comte)

Cliquer ici pour voir le reportage photographique et vidéo de ces journées.

  1. Baru, Sylvie Bessard, Romain Dutreix, Thierry Martin, Olivier Romac, Zoé Thouron []

Enrichissement des collections : la Lorraine au prisme d’un voyage impérial pendant les fêtes séculaires de la réunion à la France

L’année 2021 a vu les collections lorraines s’enrichir de très nombreuses pièces acquises en vente aux enchères, en librairie, ou encore par don. Elles feront l’objet d’une présentation individuelle dans une publication séparée. L’une d’entre elles a bénéficié du soutien financier du FRRAB (Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition pour les Bibliothèques). Il s’agit d’un rarissime livret-programme autographié du voyage en Lorraine organisé pour la famille impériale du 14 au 19 juillet 1866.

Tiré à une douzaine d’exemplaires par le Service du Grand Écuyer, il servit de carnet de route aux membres du service d’honneur de Leurs Majestés : 

Voyage de leurs Majestés et de Son Altesse le Prince Impérial en Lorraine. Paris : Imp. Monrocq Maison Longuer Lancre succr., 1866. In-4, entièrement monté sur onglets, percaline verte gaufrée, titre doré au premier plat, dos lisse, tranches dorées.

Le livret fut établi par le général Émile-Félix de Fleury (1815-1884), Grand Écuyer, chef du service d’honneur de la famille impériale, en charge de l’organisation des déplacements pour les voyages et cérémonies officielles. Le général, diplomate bonapartiste de la première heure, décrit l’établissement de ces programmes dans ses Souvenirs :

“Lorsque enfin toutes ces dispositions étaient établies, je faisais établir une douzaine de programmes définitifs, comprenant l’itinéraire, l’emploi des journées et des heures, fixant les séjours et les arrêts dans les stations désignées, donnant la carte partielle des différents départements traversés, des notes historiques sur chaque localité visitée. Ces programmes étaient distribués aux personnes appelées à faire partie du service d’honneur, afin que tout le monde fut bien au courant des obligations du voyage. En dehors de ce livret-programme, je remettais à Leurs Majestés un carnet particulier […]”

La famille impériale visita Épernay, Châlons-sur-Marne, Vitry-le-Français, Bar-le-Duc, Toul, Nancy et Lunéville.

Itinéraire du voyage de la famille impériale du 14 au 19 juillet 1866

Ce voyage fut effectué dans le contexte des fêtes séculaires de la réunion de la Lorraine à la France, célébrée à Nancy du 15 au 17 juillet 1866 par un important programme de manifestations officielles et d’événements à destination du grand public. Il s’agissait également de réaffirmer le pouvoir de l’Empereur dans une région et dans une ville traversée par un fort sentiment régionaliste prônant la décentralisation. C’est l’un des aspects du lotharingisme.

 

Le défilé des populations lorraines. Composition de Meissonnier gravée à l’eau forte par Jacquemart.

Tout au long de l’ouvrage, il est fait mention de Leurs Majestés, incluant Napoléon III. Les tâches réservées à l’Empereur comme la présentation des clés des villes traversées ou la présentation de notables à Épernay sont précisément décrites. Or, Napoléon III annula sa participation au voyage par une dépêche télégraphique du Grand Écuyer envoyée le 12 juillet, soit deux jours avant le départ. L’état de santé de l’Empereur ou la défaite autrichienne de Sadowa furent peut-être à l’origine de cette annulation. L’Impératrice Eugénie et le Prince Impérial assurèrent donc seuls l’incarnation du pouvoir.

Le cortège impérial et la foule des lorrains sur la Place Stanislas. Photographie originale d’époque jointe à l’ouvrage.

Ce livret-programme vient heureusement compléter l‘édition officielle, richement illustrée, qui paraît huit mois plus tard. Trois exemplaires de cette édition figurent dans les collections de la Bibliothèque Stanislas :

Voyage en Lorraine de Sa Majesté l’Impératrice et de S. A. I. le Prince Impérial. précédé du Voyage de S. M. l’Impératrice à Amiens / texte par Félix Ribeyre. – Paris : H. Plon, 1867. – 58 p.-[8] p. de planches ; 33 X 45 cm.

L’ouvrage est enrichi des portraits de S.M. l’Impératrice et de S.A.I. le Prince Impérial, dessinés par H. de Montaut, gravés au burin par A. Nargeot, d’un dessin de Meissonnier, gravé à l’eau forte par Jacquemart et de quarante et un dessins de Philippoteaux, Giacomotti, Compte-Calix, Henry de Montaut, Émile Bayard, Gustave Janet, Hubert Clerget, Férat, Cattenacci, Reiber et Thérond qui ont été gravés par Gauchard, Chapon, Linton, Dumont, L. Sargent, Huyot, Barbant, Verdeil, Dupré, Deschamps, Charlot, Tazzini, Thénard, et Mme O. Brux.

Le cartonnage brun est orné d’un décor doré à l’aigle impérial avec le titre de l’ouvrage et 4 fers couronnés au chiffre E, initiale de l’impératrice Eugénie, dans les angles.

Bibliographie

Com’finement

Après le moment de sidération engendré par l’annonce du premier confinement le 13 mars 2020, la fermeture des établissements au public, l’instauration du télétravail pour le personnel et l’interruption de toutes les actions programmées, les Bibliothèques de Nancy ont rapidement réagi pour communiquer au mieux. Trois phases de communication ont rythmé cette période si particulière.

Phase 1 : communication de crise

Des trois phases, la première a été la plus brutale. L’annonce de la fermeture des établissements étant de fait actée, il a été nécessaire de prévenir et répondre aux questions pratiques du public.

Annonce de la fermeture des Bibliothèques

Nous nous sommes fixé deux objectifs. Le premier, purement pratico-pratique, avec les annonces de la fermeture, de la prolongation des emprunts (dans les Bibliothèques plus de 50 000 documents étaient empruntés à la date du 13 mars) et de l’annonce de l’annulation de toute la programmation d’action culturelle.

Le second objectif a été mis en place dès la première semaine du confinement : proposer une offre de substitution au public . En effet, dès les premiers jours du confinement, il a été décidé d’offrir 3 mois d’abonnement gratuits à notre bibliothèque numérique Limédia mosaïque en coordination avec les autres bibliothèques du Sillon lorrain((Metz, Communauté de communes d’Épinal et Thionville)). Avec du recul, on ne peut que souligner la diligence avec laquelle la coordination- validation par les villes, création d’un formulaire d’inscription, organisation des équipes pour la saisie des demandes d’inscription, communication.- entre les 4 établissements partenaires a été mise en place.

Phase 2 : assurer un lien avec nos usagers et entre les professionnels des Bibliothèques

Parallèlement à cette offre numérique, notre présence quotidienne sur les réseaux sociaux a été actée. Une grille hebdomadaire de publication sur Facebook a été établie :

Lundi : recommandation jeunesse
Mardi : recommandation d’un site culturel
Mercredi : heure du conte
Jeudi : coup de cœur des bibliothécaires
Vendredi : histoire audio lue par un.e bibliothécaire
Samedi : recommandation d’une ressource en ligne
Dimanche : vidéo d’un.e bibliothécaire

Recommandation pour les enfants et leurs parents publiée le 23 mars 2020.

Sans le concours de tous les professionnels des Bibliothèques de Nancy qui ont assuré une veille et une sélection parmi l’offre pléthorique de ressources apparues en ligne, rédigé des critiques d’ouvrages ou enregistré depuis leur domicile, et avec leur propres moyens, heures du conte, lectures audios, tutoriels variés, cette présence quotidienne n’aurait pas été possible.

Pour agréger toutes ces ressources, des outils collaboratifs en ligne ont été mis en place. Cette organisation a été grandement facilitée par la pratique régulière de ces outils au quotidien dans notre réseau de 4 établissements.

L’ organisation interne

Pendant toute la durée de ce premier confinement, le travail de l’équipe de direction a été rythmé par des réunions quotidiennes en visioconférence permettant la gestion des dossiers. Parallèlement à la communication à destination du public, des messages d’information réguliers ont été postés sur le blog interne des Bibliothèques afin d’informer l’ensemble du personnel et d’organiser le travail à distance.

Entre le 13 et le 16 mars pas moins de 10 messages d’information ont été postés, auxquels il faut adjoindre la création d’un dossier partagé « Les Bibs de Nancy en télétravail » dans lequel on trouvait notamment un tableau avec l’organisation des missions maintenues, poursuivies ou renforcées pour cette période.

La majorité des collègues naturellement connectée n’a eu aucun problème pour être informée. Pour d’autres, la situation s’est révélée plus compliquée. Souvent seul.e, sans connexion internet , le téléphone a été le moyen privilégié pour maintenir un lien professionnel mais aussi social que ce soit par leur responsable hiérarchique ou spontanément par les collègues .

En complément, dès les premiers jours du confinement, des groupes ©Whatsapp propres à chacun des établissements ont été créés spontanément par les bibliothécaires. À ce jour, deux groupes perdurent, même si la nature des échanges a évolué différemment. À Stanislas , la conversation est désormais plus professionnelle, même si régulièrement on y retrouve un coin de verdure par le biais de photos postées. À la Manufacture, la teneur des échanges est toute autre, elle est restée plus ludique et régulièrement des défis sont lancés : une photo avec un élément vestimentaire à carreaux … Tous les deux sont maintenant le trait d’union entre les membres des équipes.

Phase 3 : préparer la réouverture

Bandeau Facebook créé par Fabien Veançon pour la réouverture des Bibliothèques en juin 2020.

Dès l’organisation du maintien des liens avec le public mise en place, s’est posée la question de l’après confinement et des services à y associer. Des groupes de travail ont été organisés à distance et ont formalisé les offres à venir des Bibliothèques : le clic & collect avec Kraftnancy.fr et un service de recherche et renseignements dans les collections patrimoniales avec Saranancy.fr.

Carte mentale pour la gestion des supports de communication pour la réouverture.

En complément du travail d’organisation de ces deux services par les équipes dédiées, l’équipe de Communication a travaillé pour concevoir les supports : identité des services, création de sites, design par nos deux graphistes et gestion des aspects techniques : achat de sacs, d’un barnum pour Kraftnancy.fr…

Outre ces aspects pratiques, se sont ajoutés la création de supports de communication : vitrophanie pour annoncer le service Kraft à la Médiathèque Manufacture, déclinaison du visuel pour le barnum Kraft, de panneaux installés sur les grilles de la Bibliothèque Stanislas et les relations avec la presse…

Page d'accueil du service SARA

Tout le temps, jusqu’en haut du nez ! Graphisme de Fabien Veançon.

Dans un second temps, en prévision du retour du public dans les établissements, nous avons passé commande à Fabien Veançon((https://station-v.com/)), un de nos deux graphistes, d’autocollants rappelant le port du masque obligatoire «  jusqu’en haut du nez » et une signalétique matérialisant les places accessibles.

Enfin , nous avons décliné en interne tous les supports concernant les consignes sanitaires pour l’ensemble de nos établissements.

Pour répondre au mieux à toutes les sollicitations engendrées par cette situation inédite, la petite équipe de communication des Bibliothèques -2 personnes- a mené de front la publication de messages quotidiens via les réseaux sociaux pour le public, la coordination des ressources proposées par les bibliothécaires et la préparation de tous les supports de communication en prévision de la réouverture des établissements. Cette période intense a été ponctuée de moments de doute, de stress mais également de grande satisfaction au vu des résultats.

Les périodiques : un chantier au long cours

Dans le cadre d’un chantier d’ensemble sur les collections de la Bibliothèque Stanislas démarré en 2013, se pose la question de la restructuration des collections de périodiques. L’entreprise est motivée par la nécessité de réorganiser les magasins soumis à la fois à l’accroissement des collections et à des classements et rangements semi-topographiques devenus inopérants et obsolètes. L’équipe réfléchit alors à une rationalisation de la politique documentaire et à la conservation des périodiques sachant que le projet va s’étendre sur plusieurs années car il implique, suivant les cas, une relocalisation, un traitement et une stabilisation des collections.

État des lieux de départ

Le personnel impliqué

Supervisé par Claire Haquet, directrice de la Bibliothèque Stanislas, le projet est mené par l’ensemble de l’équipe responsable du pôle des périodiques, soit trois agents assurant l’identification et le suivi des collections.

En complément, deux magasiniers interviennent pour le dépoussiérage et le reconditionnement des collections, notamment sur les ensembles patrimoniaux que sont les journaux anciens, lorrains et du dépôt légal.

Enfin, lors du désherbage proprement dit, la présence de trois à quatre agents s’avère nécessaire soit pour les gros convoyages en station de recyclage papier, soit pour les déplacements éventuels des collections d’un site à un autre.

L’étendue des titres

L’ensemble des publications à traiter compte environ 7 100 titres – le nombre comprend des collections Bis, voire Ter d’un même titre  -, localisés en divers endroits sur près de 6 400 mètres de rayonnages. Deux kilomètres de rayonnages se situent dans un magasin extérieur au site Stanislas, le reste étant réparti dans cinq espaces différents au sein de la bibliothèque.

Rayonnage d'un magasin avant le chantier des périodiques
Ancien magasin des journaux officiels avant chantier.

Les états de collection

Au démarrage du chantier, ce qui est catalogué, voire bulletiné en ligne, est constitué  essentiellement par les abonnements en cours, les publications – en cours également – reçues au titre du dépôt légal ainsi que des journaux lorrains et anciens titres rétroconvertis en 1994.
Les publications en série n’ont pas été récolées lors de la dernière grande campagne, en 1994, consacrée aux monographies.

La mise en œuvre du chantier

Une réflexion préalable en équipe permet de déterminer les critères d’aide à la décision pour conserver ou éliminer chaque titre. La méthodologie proposée s’inspire de celle utilisée à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris avec l’établissement d’une grille d’identification et d’analyse suivant l’ordre des cotes et comportant les critères suivants :

  • Cote
  • Titre
  • Classement de base propre à la Bibliothèque Stanislas : FG1, FA2, FL3, DLI.4
  • Provenance / Origine : fonds ancien (avant 1830), abonnement, don/leg (donateur privé, institution), dépôt légal imprimeur, dépôt de l’État, dépôt de l’Académie Stanislas.
  • État de collection effectif : titre mort, collection arrêtée, abonnement en cours à titre gratuit ou onéreux.
  • Métrage.
  • Vérification de la présence du titre dans les bases de données nationales SUDOC / CCFR, plus précisément par rapport aux collections des institutions de Meurthe-et-Moselle, puis élargie à celles de la région Grand-Est (principalement les Bibliothèques Universitaires, car leur état de collection est scrupuleusement suivi dans ces catalogues nationaux).
  • Existence d’une numérisation de la publication, avec accès à une consultation libre et gratuite.
  • Vérification de la présence du titre dans le SIGB de l’établissement.
  • Devenir : conservation, désherbage pour don ou pilon.

Blouse et masque pour un suivi chirurgical des critères de sélection !
Blouse et masque pour un suivi chirurgical des critères de sélection !

Le suivi de la démarche et les outils utilisés

Sont conservés :

– titres FA,
– titres DLI, exceptés les exemplaires bulletinés en double, voire en triple (Bis et Ter),
–  titres FL,
– titres imprimés en Lorraine avant l’instauration du DL régional en 1943,
– titres dont le contenu éditorial a trait à une localisation limitrophe à la région Lorraine,
– titres en don, legs d’anciens possesseurs particuliers ou institutionnels,
– titres déposés par l’Académie Stanislas, sauf les revues de sociétés savantes non limitrophes à la Lorraine, ainsi que les revues étrangères,
– titres FG peu ou pas représentés sur le territoire Grand-Est,
–  journaux et revues d’art au regard de leur importance tant qualitative que quantitative dans l’établissement depuis le XIXe siècle. Ces publications font écho aux collections de monographies d’art et d’iconographie qui constituent d’ores et déjà un pôle d’excellence au sein de la bibliothèque. À cette occasion, ces revues relatives aux Beaux-arts sont reconditionnées en boîte de conservation.

Un tableau est élaboré d’après les registres manuscrits pour chaque local où sont conservés les revues et journaux. Chaque tableau reprend les critères définis précédemment et précisant :
– le type de support au moment du récolement (volumes reliés, liasse de fascicules, fascicules rangés en boîte),
– toute information utile : nom et ville des imprimeurs lorrains, titre existant sous différentes cotes, état de collection différent des registres et inventaires manuscrits.

Tableau suivant la méthodologie d'identification.
Tableau suivant la méthodologie d’identification.

Nécessité d’un matériel adapté                                                                                  Ordinateur portable, prise réseau, câble réseau mobile de 15 m minimum connecté dans les magasins sont nécessaires pour la saisie directe des informations de récolement.

Traitement informatique in situ indispensable pour un gain de temps non négligeable.
Traitement informatique in situ indispensable pour un gain de temps non négligeable.

Le récolement effectif a lieu à raison de 3 h à 6 h par semaine avec 2 agents in situ, documents en main : le fonds auquel chaque titre appartient est alors matérialisé par une bande de couleur différente fixée au rayonnage et portant la mention FA, FL, DL, ACA ou FG, à laquelle est ajoutée l’indication « à conserver », « don » ou « pilon ».

Code couleur pour le repérage.
Code couleur pour le repérage des titres et leur destination ultérieure.

Suivi des publications éliminées :

Des prises de contact régulières avec les institutions locales présentes dans le SUDOC permettent de concrétiser les propositions de dons (les bibliothèques de l’Université Lorraine essentiellement, soit Nancy / Metz, et les bibliothèques des écoles d’ingénieurs locales). S’ensuit alors le conditionnement et l’envoi vers l’établissement preneur. Concernant les BU nancéiennes, nous déposons les dons, leur situation géographique étant proche de notre établissement. Dans le cas de dons à la BU de Metz, nous profitons du système de convoyage interne des BU de l’Université de Lorraine, ainsi les BU Nancy effectuent elles-mêmes les envois en Moselle. Les écoles d’ingénieurs se déplacent, en général, pour récupérer les dons acceptés.

Concernant le transfert des titres appartenant à l’Académie Stanislas sortis des collections de la bibliothèque, les documents sont redirigés vers un local dédié. En 2021, le chantier est toujours en cours et on compte environ 600 titres retirés des collections pour une volumétrie et une masse de manutention très importantes (environ 6 tonnes) auxquelles il faut ajouter la procédure d’élimination des titres des divers catalogues.

Le pilon définitif représente également une manutention non négligeable : mise en cartons, déplacements, chargements des camions, et déchargements en station de recyclage papier à Toul située à 15 km de Nancy correspondent à plus de 10 tonnes pour les années 2016-2017.
Depuis, les collections destinées au pilon sont éliminées dans les conteneurs de tri sélectif in situ.

Suivi des catalogues selon la conservation ou l’élimination :

  • catalogue du SIGB
    – suppressions d’exemplaires et de notices bibliographiques,
    – récupération de notices bibliographiques dans BnF lorsque la notice est absente du SIGB et ajout des états de collection,
    – ajout des liens de numérisation pour les périodes non comprises dans les états de collection de l’établissement,
    – ajout des liens de changements de titres si nécessaire,
    – nouvelle cotation pour les titres migrant d’un fonds à un autre.
  • catalogue papier : si celui-ci n’est plus alimenté depuis 2000, son contenu informatif reste toutefois utile pour les titres en attente d’intégration dans la base SIGB.
  • catalogue des périodique lorrains
    accessible en ligne depuis le site Co-libris pour tout changement effectué (cotation, état de collection actualisés).
  • catalogue SUDOC : élimination des publications désherbées et intégration des titres peu représentés sur le territoire national.

Des chantiers dans le chantier

Les périodiques lorrains morts

Les collections conservées ont vocation à être rassemblées selon leur statut, car, sur les rayonnages, les périodiques sont mélangés au gré des abonnements ou des catalogages.

Ceci s’applique particulièrement au cas des périodiques lorrains morts dispersés dans la maison.

Le métrage de cet ensemble trouve concrètement ici son application puisqu’il s’agit alors de le déplacer dans un lieu de conservation plus adéquat, et aussi de le rassembler et de le recoter de façon à constituer une collection cohérente.  Cette opération permet de rendre visible, dans les rayons,  la vie du périodique.

Ceci implique :

– recote, catalogage, exemplarisation de chaque volume,
– dépoussiérage,
– réparations éventuelles pour les titres de presse lorraine dont la numérisation est prévue,
– reconditionnement et étiquetage.

Les réparations sur les journaux et leur reliure sont essentielles lors des campagnes de numérisation de la presse locale. Ces interventions matérielles apportent une plus-value à ce chantier de relocalisation, en plus du traitement informatique.

Avant...
Avant…

... Après
… Après

Les périodiques issus du Dépôt Légal Imprimeur

Ces titres font aussi l’objet d’un traitement particulier : en effet, ils sont repérés dans les différents magasins et sont déplacés dans des compactus installés en magasins distants, dans lesquels ne figure aucune collection Bis. Cela représente actuellement 227, 88 mètres de linéaires.

Le déplacement de ces collections nécessite :

– la vérification et le rassemblement des titres, la vérification de l’état de collection, et la complétude des notices bibliographiques,
– la recote, le catalogage ou la  récupération de notices bibliographiques de la BnF,
– la modification dans les différents catalogues,
– la mise à jour du SUDOC,
– le reconditionnement et l’étiquetage,
– la manutention vers ces magasins distants.

Compactus périodiques du Dépôt Légal imprimeur
Compactus périodiques du Dépôt Légal imprimeur

Conclusion

En 2013, le premier chantier initié visait à transformer un magasin occupé en partie par le Journal Officiel et des annuaires/almanachs lorrains en une nouvelle réserve pour les manuscrits.

De 2014 à 2015, ce sont les publications en série occupant les sous-sols de l’établissement qui ont fait l’objet d’un important travail de tri, de désinfection, dépoussiérage et reconditionnement.

En 2016 et 2017, le travail a été effectué sur les 2 km de rayonnages du magasin extérieur à l’établissement, poursuivi en 2018 par le récolement sur site des titres vivants, reçus par abonnement ou par DL.

Enfin, depuis 2019, le récolement du dernier local situé sous la charpente fait l’objet d’arrêts momentanés, liés à la pandémie en 2020, mais aussi aux aléas climatiques.
Les températures dans cet espace étant excessivement hautes en été et très basses en hiver, cela réduit le temps de travail accordé au traitement des collections, tout en justifiant le déplacement des fonds.

En cette fin 2021, le chantier se poursuit : de 7 100 titres de périodiques au départ, il reste aujourd’hui 4 400 titres.

  1. fonds général []
  2. fonds ancien []
  3. fonds lorrain []
  4. dépôt légal imprimeur []

Vertiges d’écriture en Lorraine, une résidence d’auteure associée à la Bibliothèque Stanislas

Une première expérience réussie de résidence en 2019 nous a ouvert la voie à d’autres projets d’accueil d’auteurs. En 2020, la Bibliothèque Stanislas accueille Sophie Loubière, romancière, journaliste, productrice de radio et nancéienne d’origine.

Le point de départ

La Bibliothèque Stanislas occupe une place particulière en tant qu’établissement historique du réseau des Bibliothèques de Nancy. Elle conserve un fonds patrimonial important, constitué d’ouvrages anciens et précieux et de documents reçus au titre du dépôt légal des imprimeurs. Elle constitue aussi un fonds plus spécifique entièrement tourné vers la Lorraine.

La bibliothèque enrichit ce fonds régulièrement depuis plus de deux siècles, mais ce n’est que depuis quelques années qu’elle a développé une politique d’acquisition et de valorisation volontariste tournée vers la création contemporaine des auteurs lorrains, tous
domaines confondus (littérature, bande-dessinée, littérature jeunesse, gravures).

Sophie Loubière est née en Lorraine. Bien qu’elle vive à Paris depuis 1995, elle a gardé un attachement à sa région d’origine que l’on retrouve au détour de ses romans. La Lorraine est parfois le point de départ du récit. Elle glisse des clins d’œil culinaires ou culturels à sa région d’enfance… C’est  parce qu’elle fait vivre la Lorraine que ses livres sont conservés à la bibliothèque.

Espace dédié à la sélection, à l’accueil de la bibliothèque durant toute la résidence.

En 2019, Sophie sollicite la bibliothèque. Elle souhaite développer un projet d’écriture plus introspectif, autour de sa jeunesse et de ses souvenirs à Nancy et en Lorraine. Elle choisit d’être accompagnée dans son projet par le photographe Yves Quemener. Elle souhaite également approcher des éditeurs lorrains pour la publication de deux ouvrages pour la jeunesse.

Séduits par ce projet qui trouve sa place dans les actions de médiation que nous souhaitons mener pour valoriser notre fonds local, nous décidons  de monter un projet de résidence subventionné par la DRAC et la Région Grand Est.

Six mois de résidence et un programme ambitieux

Le format de la résidence s’est rapidement imposé sur un temps long de 6 mois, temps nécessaire au développement du projet d’écriture, mais aussi à un programme très dense d’actions culturelles. Ce dernier a été pensé en lien étroit avec Sophie Loubière pour correspondre à ses souhaits  de rencontres et de partages avec le public.

Le programme s’est finalement articulé autour de plusieurs types d’action :

  • des rencontres avec le public,

Ces rencontres ont pour objectif de faire connaître le travail de l’auteure et ses sujets de prédilection, et de construire un lien entre la romancière et ses lecteurs. Elles sont organisées au sein de la Bibliothèque Stanislas, mais aussi dans les deux bibliothèques de proximité, Mairie-Médiathèque Saint-Pierre et Médiathèque Haut-du-Lièvre, en direction d’un public varié,  allant du milieu scolaire aux adultes.

  • un atelier d’écriture,

Mené au sein de la bibliothèque à destination des adultes, il a réuni une vingtaine de participants. Huit séances leur permettent de travailler sur deux nouvelles, la première s’inspirant d’un souvenir d’enfance, la seconde partant d’un fait divers, technique narrative fréquemment utilisée par Sophie Loubière.  L’atelier a abouti à l’édition d’un petit recueil.

Atelier d’écriture, première séance en novembre, à la bibliothèque. ©Photo Ville de Nancy droits protégés

  • des invitations d’auteurs et artistes,

L’écrivain Serge Joncour, le compositeur Jérôme Lemonnier, ou le photographie Raymond Depardon ont été envisagés pour des rencontres-interviews avec Sophie afin d’éclairer son parcours et ses influences, mais aussi de mener les publics vers d’autres horizons.

  • un évènement : la Nuit de la Lecture

Le théâtre de la Roële, dont a fait partie Sophie dans sa jeunesse, propose une lecture théâtralisée de ses nouvelles, pendant une soirée.

L’auteure, résidant en région parisienne, ne pouvait être présente 6 mois en continu. Nous avons donc choisi une présence en intermittence, d’au moins une semaine par mois.

Et la crise sanitaire est passée par là…

Participant à l’atelier d’écriture ©Photo Ville de Nancy droits protégés

La crise sanitaire a sérieusement mis à mal le programme de la résidence. La fermeture des lieux culturels, l’impossibilité de réunir du public nous ont contraints à renoncer à plusieurs rencontres, à en déplacer d’autres, ou à modifier la forme de certaines actions.

Table ronde La Nouvelle, un genre à remettre en lumière ! , organisée lors du festival 12 000 signes, réunissait Benoît Fourchard, Sophie Loubière et Nicolas Mathieu.

La vidéo à distance a été, comme pour beaucoup d’institutions culturelles, un moyen de remplacer la rencontre physique sur place. Ainsi les ateliers d’écriture, prévus initialement sur 6 séances, ont été en grande partie menés en visio-conférence, et prolongés par 2 séances supplémentaires. La rencontre autour de la nouvelle, programmée avec le Festival 12 000 signes, a eu lieu en direct sur les réseaux sociaux et a ensuite fait l’objet d’un replay sur notre chaîne Youtube.
La durée de la résidence s’est allongée de 3 mois, pour profiter, entre deux confinements des possibilités d’un certain retour à la normale.

Rencontre Du fait divers à la fiction à la Mairie-Médiathèque Saint-Pierre

La crise a également impacté le projet d’écriture de Sophie Loubière ; il était difficile pour elle de se projeter dans une ville masquée, fermée, sans possibilité de déambulations. Elle a finalement réorienté son projet dans une direction différente.

Mais une crise moteur d’innovation

L’impossibilité à rencontrer notre public sur place nous a obligé à tester de nouveaux supports de médiation comme le format vidéo et le direct sur les réseaux sociaux pour un bilan finalement plutôt positif.

La semaine de sensibilisation autour de la dyslexie est un bon exemple de la résilience due à l’épidémie. En effet, nous avions envisagé, lors de l’établissement du programme, une rencontre en présentiel sur une seule journée constituée de plusieurs ateliers et d’un interview-témoignage de Sophie Loubière. Nous aurions accueilli une quarantaine de participants maximum. Ne pouvant organiser l’évènement sur place, nous nous sommes tournés vers des webinaires que nous avons proposés chaque jour pendant une semaine. Nous avons enregistré plusieurs centaines d’inscriptions, venues de toute la France et même de l’étranger, ce qui aurait été impossible en format traditionnel. Les vidéos sont aujourd’hui encore visibles sur notre page Youtube et continuent à toucher un public.

Webinaire “Dyslexie et bibliothèque, collections et services adaptés”, animé par Stéphanie Renaud et Emilie Brasseur, chargées des publics handicapés à la Médiathèque Manufacture.

Les retours du public, très positifs et nombreux, ont été comme une révélation pour Sophie Loubière qui a témoigné de son histoire de dyslexique. Elle a donc décidé d’écrire un livre de témoignage sur cet aspect de sa vie de romancière.

D’abord conçu comme un outil de communication, le blog Vertiges d’écriture en Lorraine  a fait plus que partager un programme culturel : il a également permis de garder le lien entre les publics et l’auteure, tout au long de la résidence confinée. Sophie Loubière et les bibliothécaires ont ainsi proposé des recommandations, des extraits de textes, des lectures. L’ensemble des nouvelles écrites par les participants à l’atelier d’écriture a été publié sur ce blog.

Le blog Vertiges d’écriture en Lorraine.

Ce blog restera accessible quelques années, pour témoigner de l’histoire de cette résidence.

La situation sanitaire nous a contraint à réviser sans cesse la programmation. Pour autant, les actions que nous avons pu mener ont trouvé leur public. La dynamique territoriale  qui s’est développée autour de l’accueil d’une romancière originaire de Lorraine a été réelle, en témoignent la couverture presse et radio et l’augmentation des prêts de titres de l’auteure à la bibliothèque.

Accueillir des auteurs en résidence dont les écrits sont conservés dans le fonds local donne de la visibilité à nos missions et nous engage à long terme dans une relation de coopération avec eux, ce qui nous permet d’enrichir notre fonds avec les ouvrages qui ne sont plus commercialisés ou même leurs archives.

Le polar lorrain à travers quelques exemples

Au gré des acquisitions effectuées pour le fonds lorrain de la bibliothèque Stanislas, il ressort depuis quelques années, une tendance manifeste : la parution régulière de polars dont l’action se déroule en Lorraine. Intrigués par ce phénomène, et dans l’idée de nourrir notre site Sur les pas des écrivains en Lorraine, nous avons eu envie de connaître cet univers. Notre démarche, présentée ici, aboutit à une rapide typologie de références évocatrices d’une tendance. 

D’un point de vue national, le roman policier recueille la faveur des lecteurs de manière grandissante . Babelio a mené en 2017 une enquête représentative laissant apparaître les tendances suivantes :  93% des personnes interrogées ont affirmé lire des polars. Ils font partie de la catégorie des lecteurs assidus (lisant au moins un livre par mois) et le roman policier représente en moyenne la moitié de ce qu’ils lisent.

Sélection de polars lorrains. Collections Bibliothèque Stanislas

Polar,  ou roman noir ?

Le roman policier est un genre littéraire dont la trame est constituée par l’élucidation d’un crime. Il est en principe composé de six éléments : le crime, l’enquête, le coupable, une ou plusieurs victimes, un mode opératoire, et enfin, un mobile.

Lecture inspirante, glaçante, intrigante ?

Le roman noir lui, peut être construit selon des caractéristiques différentes, mais la nuance entre les deux genres s’avère parfois subtile. Dans ce dernier, l’ambiance est celle du crime organisé, d’un environnement mafieux, et d’un climat violent. La narration est sous-tendue par un regard tragique et pessimiste sur la société. L’histoire est la plupart du temps ancrée dans le contexte social et politique d’une époque et reflète par son évocation subjective les convictions de l’auteur en la matière.

Choix partial de quelques auteurs lorrains

Il n’est nullement dans notre intention de dresser ici une liste exhaustive des auteurs de romans policiers lorrains ou ayant ancré leur intrigue en Lorraine. Notre choix est purement subjectif et permettra d’illustrer notre propos. S’agissant de littérature régionale, les auteurs sont naturellement, dans la majorité des cas, originaires de Lorraine.

Pour les Vosges, nous retenons Nicolas Mathieu avec d’une part son roman noir Aux Animaux la guerre et d’autre part la novella Rose Royale. Originaire d’Épinal et vivant désormais à Nancy, il est devenu écrivain professionnel depuis sa consécration au prix Goncourt en 2018 pour son roman Leurs enfants après eux.  Sous le pseudonyme Éric Todenne, le vosgien Éric Damien et Teresa Todenhoefer,  allemande, ont écrit ” à quatre mains ” Un travail à finir et Terres brûlées. Pierre Pelot est le plus connu des écrivains Vosgiens. Avec environ 200 livres à son actif depuis 50 ans, il a, tout au long de sa carrière, écrit des polars.  Nous choisissons de lui pour notre deux romans noirs,  Braves Gens du purgatoire, et le récent Jardins d’Eden. En Moselle, intéressons-nous à Serge Radochévitch avec Une ville sous influence, Mortels desseins et Coupable. Et dans un tout autre autre genre, celui du roman policier historique avec là encore une auteure mosellane, arrêtons-nous sur Anne Villemin-Sicherman et ses ” Enquêtes d’Augustin Duroch, artiste vétérinaire à Metz au XVIIIe siècle “. Enfin, pour la Meurthe-et -Moselle, voyons Sylvain Sellier pour Faubourg des Trois-Maisons. En outre, Philippe Malaisé dans Entrailles, et André Faber, dans La Quiche était froide, ancrent leurs intrigues dans le Pays Haut.

Auteurs lorrain d’origine et d’inspiration

Pierre Pelot a toujours vécu de sa plume, tout en développant depuis quelques années une activité de peintre. Comme évoqué plus haut, Nicolas Mathieu est devenu écrivain professionnel depuis 2018. Les autres auteurs ont gardé en parallèle une activité professionnelle, ils sont respectivement instituteur, illustrateur de presse et graphiste, médecin, et fonctionnaire.

Le personnage récurrent de l’enquêteur

Nombre d’auteurs de romans policiers créent un personnage d’enquêteur récurrent que le lecteur va pouvoir suivre, voir évoluer d’un roman à l’autre . Par sa personnalité, ses failles ou ses faiblesses et sa manière de démêler les fils d’une intrigue complexe,  un attachement se crée entre le personnage et le lectorat. Ainsi, Simon Bielik, écrivain et journaliste, est le personnage pivot menant l’enquête autour des crimes, et des disparitions mystérieuses des polars de Serge Radochévitch.

Eric Todenne procède de la même manière avec le Lieutenant Andreani, policier attachant victime d’un système pour lequel il n’a pas le parfait profil. Ayant une fâcheuse tendance à outrepasser ses prérogatives, il a été mis au ban par sa hiérarchie.  Il évolue dans un environnement social ancré dans Nancy et  principalement composé de son acolyte, sa fille, une psychologue, et un patron de bistrot.  Les éloges de la presse ont été nombreux à la parution de ce polar. Citons en une : « Un travail à finir est une belle surprise. Mêlant portrait psychologique ciselé, enquête presque classique et personnages atypiques, le polar tient en haleine. » (L’Alsace).

Anne Villemin-Sichermann place au cœur de toutes ses intrigues l’enquêteur vétérinaire Augustin Duroch. Médecin de profession, elle est elle-même issue d’une famille de vétérinaires par delà les générations.

Un langage cru, des univers interlopes, des milieux défavorisés oumafieux, telles sont les autres constantes du roman policier que l’on retrouve chez bien de nos auteurs lorrains. Parmi ceux que nous prenons ici en référence, André Faber, Nicolas Mathieu, Pierre Pelot et Sylvain Sellier sont des modèles du genre. Lorsque le patois local s’en mêle comme chez André Faber ou Pierre Pelot, cela ne fait qu’ajouter à l’atmosphère particulière.

L’ancrage dans le territoire

Outre l’attachement à un personnage récurrent, l’ancrage de l’intrigue dans le territoire joue un rôle important : reconnaître par exemple une ville ou une rue est un autre moyen d’adhérer au roman. Ainsi, André Faber, fils de mineur lorrain, situe l’intrigue de La quiche était froide dans une petite cité minière dans le Pays-Haut. Il narre dans un enchaînement rocambolesque l’enquête menée pour retrouver l’auteur de la mort accidentelle de la petite Jeanne. Le tout dans une cité minière en déclin, avec ” Le Gros “, syndicaliste, et une galerie de personnages qui ressemblent à s’y méprendre à ceux qu’il a réellement connus dans l’environnement social de sa jeunesse. Lieu d’échanges et de convivialité essentiel, le bistrot, où les informations circulent et la solidarité entre tous ressort,  est au cœur de plusieurs moments clé de l’intrigue. Aucun mépris sous sa plume, ses récits sont campés par des personnages spontanés et authentiques dans une région sinistrée aux paysages souvent hostiles. De ce contexte narratif émane le véritable attachement de l’auteur pour un lieu qu’il a vu évoluer depuis son enfance.

Fiction et réalité

De même, Pierre Pelot, originaire de Saint-Maurice-sur-Moselle,  ancre  les romans policiers qui nous intéressent ici dans un territoire vosgien qu’il connaît parfaitement. Les lieux ne sont pas toujours identifiables, mais il les décrit de telle sorte que l’atmosphère est toute trouvée.

Dans le roman noir de Nicolas Mathieu, Aux animaux la guerre, on est frappé par la précision des lieux choisis  et le réalisme teinté de pessimisme avec lequel il décrit le destin sans issue d’adolescents à la dérive. Ce dernier aspect relève certes de sa vision personnelle, et n’est pas sans rappeler un des auteurs de référence de Nicolas Mathieu en la matière : Jean-Patrick Manchette.

Lorsque les lieux sont évocateurs, l’intérêt du lecteur est grandissant. Dans Un travail à finir d’Éric Todenne, le lieutenant Andreani consomme régulièrement un café ou un repas Au Grand Sérieux à Nancy. Le patron du bistrot est tellement original, toujours prompt à déclamer des vers au lieutenant désabusé que l’on réserverait volontiers une table pour le soir tant cela semble plausible !

Pareillement, Éric Sellier, dans l’intrigue délicieusement loufoque du  Faubourg des Trois-Maisons, décrit avec perspicacité et sans ménagement les problèmes de circulation du quartier. Il nous emmène également dans des commerces que l’on peut identifier et dont les personnages existent réellement. Ce quartier de Nancy est resté authentique, et, à travers la fiction, l’auteur en témoigne.

Une mise en avant pour les lecteurs

Les parutions de nouveaux polars lorrains font l’objet, au même titre que les autres romans lorrains, d’une veille documentaire systématique. Cela nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur les nouveautés et d’être, autant que faire se peut, exhaustifs en matière d’acquisitions.

Sélection et valorisation pour les lecteurs

Les lecteurs peuvent les trouver à la Bibliothèque Stanislas, parfois signalés par un autocollant ” Recommandé par les bibliothécaires” et les emprunter !

Enfin, le site Sur les pas des écrivains à Nancy, en perpétuelle évolution, recèle bon nombre d’extraits de romans policiers ou de romans noirs tous géolocalisés.

SARA, formaliser le service à distance aux usagers dans une bibliothèque patrimoniale

Service d’Aide à la Recherche et de Reproduction A la demande, SARA est né(e) fin mai 2020 pour pallier sur le plan patrimonial la fermeture des services culturels. Le dispositif s’est imposé depuis comme une solution enviable pour traiter les courriers scientifiques, la prise de rendez-vous et la gestion des demandes de reproduction.

Un service de substitution

Le service a été lancé fin mai 2020 au moment où le personnel de la bibliothèque a eu l’autorisation de retourner travailler pour partie dans les locaux, mais où l’établissement était encore fermé au public. Il avait alors pour objectif de pallier directement l’impossibilité des usagers des services patrimoniaux de se rendre à la bibliothèque pour effectuer des vérifications bibliographiques, rechercher des renseignements factuels ou procéder à des reproductions – qui en temps normal sont autorisées avec matériel personnel ou scanner en libre-accès de la salle de consultation patrimoniale.

Le personnel de la bibliothèque se relayait donc chaque jour pour réaliser ces opérations à la place des usagers. Ceux-ci n’étaient pas forcément des usagers ordinaires des services, mais aussi des chercheurs et étudiants démunis par la fermeture de tous les services patrimoniaux et des bibliothèques universitaires et la difficulté d’y mettre en place ce genre de service d’urgence1.

Reproduction pour une demande Sara
Reproduction sur le scanner de la salle patrimoniale pour une demande d’un usager via Sara

Conçu dans l’urgence et l’indisponibilité du service municipal de développement informatique, requis sur des missions plus urgentes comme l’organisation de la distribution des masques à la population, le dispositif reposait à l’origine sur 4 formulaires Framaforms (service de Framasoft) imbriqués dans un site internet saranancy.fr (propulsé par Wix). Ces formulaires, réalisés avec le conseil d’une chercheuse experte dans les services offerts par les établissements patrimoniaux, permettaient de catégoriser rapidement le type de demande et donc le traitement qui serait appliqué. Ainsi, pour une demande de vérification, ou une question factuelle, une simple réponse textuelle, voire une photo réalisée au smartphone de la page concernée suffisait. Au contraire, pour une demande de reproduction d’ouvrage délicat ou à des fins d’édition, l’entrée dans le circuit interne de numérisation était nécessaire. « Posez une question » permettait de recueillir toutes les demandes disparates ainsi que celles des usagers réfractaires à l’usage des autres formulaires, avec un temps de traitement légèrement allongé puisque l’absence de critères sur ce formulaire (une simple boîte de dialogue) oblige à une lecture attentive de la demande avant de la catégoriser puis de la mettre dans le bon circuit de traitement.

Le lancement du service, simultané à l’ouverture du service Kraft d’emprunt à emporter pour la lecture publique, a bénéficié de la communication sur la réouverture des services des bibliothèques municipales : panneau sur les grilles de la bibliothèque, articles dans la presse locale, vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

En juin, 40 demandes ont été reçues et traitées. La réouverture proprement dite de l’établissement et de la salle patrimoniale, fin juin 2020, a fait diminuer ce nombre alors que le nombre de rendez-vous s’envolait en flèche malgré la jauge réduite et les mois d’été. Dès qu’ils ont pu se déplacer, les chercheuses et chercheurs ont préféré fréquenter la salle avec assiduité et solliciter de très nombreuses communications « de rattrapage ». Plus de 400 rendez-vous ont ainsi été comptabilisés entre septembre, date de l’adjonction d’un formulaire idoine au site Sara, et décembre 2020 (fermeture complète au mois de novembre).

Un service qui s’impose

Les avantages de SARA sont rapidement apparus pour résoudre, de manière sans doute définitive, la défaillance du service dans le traçage du courrier scientifique, connue de tous et pointée également par l’audit Marianne. 2020 devait d’ailleurs être consacrée à la mise au point d’une procédure permettant de rassembler, tracer et comptabiliser les différentes sollicitations qui parviennent par différents canaux : courriels adressés à l’adresse générique de la bibliothèque, interpellations ou commandes en salle, occasionnellement du courrier papier, mais surtout des demandes directement formulées auprès d’une dizaine de membres de l’équipe, sur leur adresse professionnelle, créant la situation ambiguë de se sentir tenu-e à répondre personnellement à une sollicitation perçue à la fois comme valorisante (reconnaissance de l’expertise d’un agent) et chronophage (sentiment d’être au service quasi-exclusif de quelques-uns).

Ainsi, dès juillet, nous avons pris la décision d’habituer les usagers en introduisant leurs demandes directes dans SARA en les informant de son existence, et en  leur recommandant fortement de passer désormais par ce service pour un traitement rapide et garanti de leur demande2. La crise sanitaire a donc accéléré la réflexion et permis de trouver, sous la pression des événements, une solution simple et pérennisable.

C’est pourquoi, à l’automne 2020, la nécessité de continuer, quelle que soit la situation, à utiliser et faire utiliser SARA s’est imposée à l’équipe. La solution pérenne consistait à rejoindre le bouquet des démarches municipales dématérialisées, fondée sur le logiciel libre Publik. Avec l’aide du service qualité de la Ville de Nancy, nous avons travaillé à répercuter les formulaires Framaforms dans ce logiciel, en créant un processus de traitement applicable à la fois aux commandes de numérisation, aux questions et à la prise de rendez-vous. La transition s’est effectuée début janvier 2021, transparente pour les usagers (pas de changement d’URL) mais de très loin plus facile à utiliser pour les professionnels. Dans Publik, chaque agent dispose d’un compte personnel qui lui permet d’attribuer (ou de s’attribuer) une demande, de voir à tout moment où en est le traitement de l’ensemble des demandes, de dialoguer avec l’usager et aussi en interne, et enfin de clôturer proprement un dossier. Le logiciel permet aussi la tenue automatique de statistiques.
Le seul reproche que nous lui faisons, c’est que, conçu pour traiter en masse des demandes très basiques d’acte d’état civil ou de réservation de gymnase, il nous prive désormais des petits messages de remerciement des usagers qui sont si valorisants.

Accès à Sara Nancy par le catalogue Co libris
Le service Sara est accessible depuis le site de Nancy mais aussi depuis le catalogue Co libris

Fonctionnement

Le fonctionnement, testé avec les Framaforms, a été répliqué avec succès dans Publik, ce qui a conforté le choix de notre procédure.
SARA est relevé au minimum deux fois par jour ouvré, en début de matinée et en début d’après-midi, par l’agent de permanence en salle patrimoniale. Cet agent traite tout ce qu’il peut pendant sa permanence, en acceptant, rejetant ou déléguant les demandes. S’il manque de temps, il informe son successeur qu’il reste des dossiers à traiter.
SARA compte trois circuits :

  1. le circuit « rendez-vous », composé de 6 places patrimoine + 2 places INA en temps normal, reposant sur une simple demande / acceptation. La salle patrimoniale peut accueillir plus d’usagers, ce qui nous permet d’accueillir également au débotté de nouveaux venus non informés des conditions d’accès, ou des habitués qui n’ont pas encore pris l’habitude de prendre rendez-vous. Le rendez-vous peut être pris également en salle d’une fois sur l’autre par exemple. Il se fait à la demi-journée.
  2. le circuit « vérification / question », qui regroupe à la fois des demandes très factuelles et faciles de chercheurs privés de déplacement à la recherche d’une référence, d’une mention, résolues par une vérification effectuée par le bibliothécaire à leur place ou une photo au smartphone, mais aussi les questions plus complexes qui peuvent être déléguées à nos spécialistes de collections. L’agent de permanence estime donc sa capacité à répondre dans un temps raisonnable à la demande, et se l’attribue, ou la transmet au collègue qui lui paraît le plus à même de la traiter dans ce même temps raisonnable.
  3. le circuit « numérisation / reproduction », qui n’est pas traité par la permanence en salle mais aboutit directement à la cellule numérisation. Elle instruit les demandes de son côté, et répond par le moyen approprié : l’envoi d’une image existante, une photo smartphone, un scan réalisé sur le matériel de la salle patrimoniale, des prises de vues au dos numérique… avec donc un temps de traitement différencié. La cellule numérisation est aussi particulièrement attentive à rappeler, dans les réponses, les conditions d’utilisation des reproductions : elles sont gratuites, éditées sous Licence Ouverte / Open Licence pour les documents du domaine public, limitées pour les documents sous droits d’auteur, et dans le cas d’une commande pour édition, soumises à la remise d’un ou deux exemplaires justificatifs pour enrichir les collections de la bibliothèque.

Les usagers reçoivent notification de la prise en compte de leur demande, puis, sous sept jours, la réponse est apportée, ou, si la question est complexe, au moins de premières pistes ou une estimation du délai de traitement pour les numérisations. Ce fonctionnement nous oblige aussi à nous astreindre à rédiger des réponses « suffisantes », c’est-à-dire pas forcément exhaustives ni enrichies. Le logiciel utilisé permet aussi, avant d’apporter la réponse définitive, de nouer un dialogue avec l’usager, pour lui demander des précisions, afin d’apporter la réponse la plus adaptée. Une question un peu sèche (« Bonjour, qu’avez-vous comme documentation sur la place Stanislas ? ») doit en effet recevoir une réponse différente selon qu’elle émane de touristes, d’élèves de CE2, d’historiens de l’architecture classique, d’architectes du patrimoine ou de photographes.

Dans le cas de SARA, l’urgence a été bonne conseillère et a accéléré la réflexion entamée sur le courrier scientifique et la piètre tenue de nos statistiques hors « séances de travail en salle patrimoniale » et « prises de vues réalisées ». La procédure a été gardée aussi simple que possible, tant pour l’usager (qui dépose une demande via un formulaire) que pour l’agent (qui ouvre désormais une simple interface de traitement de dossier). Le soutien du service Qualité de la Ville, en mode projet pendant quelques semaines pour la pérennisation du service, nous a aussi permis d’en débusquer les écueils, et de mesurer le potentiel de complexification du service que nous aurions pu mettre en œuvre et dont nous souhaitons nous garder le plus possible. Pour les habitués qui passaient par courriel, la transition vers le formulaire est acceptable. Ceux qui procèdent par interpellation en salle apprécient, notamment pour les commandes d’images, le suivi assuré (nous effectuons la saisie SARA devant eux si besoin). Il y a moins de risque d’oubli d’un courriel / d’une demande orale lorsque la sollicitation figure dans SARA. L’équipe apprécie également d’avoir à la fois vue sur toutes les demandes en cours, pour faciliter le renseignement intermédiaire au demandeur, et la relative universalisation de l’échange : celles qui avaient trop de demandes, parfois très anodines en plus, en traitent moins, et ceux qui en avaient rarement aiment y répondre dans le cadre leur permanence (Car en tout bibliothécaire se cache un détective).

  1. Dès le 11 mai 2020, les recommandations pour le déconfinement publiées par les associations professionnelles de bibliothécaires en coordination avec le Ministère de la Culture conseillaient le recours à la fourniture de document à distance en temps de fermeture des salles patrimoniales. []
  2. C’est-à-dire non soumis aux aléas de l’absence soudaine de leur correspondante habituelle, par exemple. []

Histoire et collections de la Bibliothèque de Nancy

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search