Les innovations de Louis Benoît (1867-1873)

Un inventaire manuscrit du mobilier de la bibliothèque, conservé dans les archives administratives et remontant à 1867, offre grâce à une série de croquis la reconstruction du plan d’occupation de l’établissement à cette date charnière de son histoire.

Le 18 janvier 1867, Hubert-Félix Soyer-Willemet meurt en fonctions1. Parmi les trois candidats qui se présentent à sa succession, c’est finalement l’historien Louis Benoît (1826-1874) qui emporte la décision du comité de surveillance le 22 août suivant, l’intérim semblant avoir été assuré par le premier sous-bibliothécaire M. Mehl2.

La disparition de celui qui était surnommé le « catalogue vivant » de la bibliothèque publique semble avoir excité les souhaits de modernisation d’un certain nombre de notables. Prosper Guerrier de Dumast livre au printemps un opuscule intitulé Sur les réorganisations projetées de la bibliothèque de Nancy, adressé au conseil municipal, et dans lequel il énonce de manière assez péremptoire un programme en 18 points dont l’objectif est de transformer Nancy en rien moins que l’« Athènes du Nord-Est », et sa bibliothèque publique en instrument au service de l’enseignement supérieur (Guerrier étant l’artisan de la re-création de l’université de Nancy à partir de 1850). Le comité de surveillance estime que l’organisation interne de la bibliothèque n’est pas de son ressort et ne statue donc pas sur les propositions de Guerrier.

Portrait du Baron Prosper Guerrier de Dumas, (Bibliothèque Stanislas, FG 3)

Le début de la direction de Louis Benoît voit une intense activité de réaménagement et de travaux : salle de stockage des périodiques, réalisation des albums Callot selon le classement d’Édouard Meaume (1812-1886), classement des médailles. Les perspectives d’amélioration sont importantes : aménagement de l’aile droite (sur la place Dombasle), promesse de mise à disposition prochaine du rez-de-chaussée grâce à la création prévue d’une salle de concerts et de spectacles3.

Portait de Louis Benoit (source Gallica)

Le document

C’est dans ce contexte que se place la réalisation d’un inventaire mobilier, manuscrit, daté de novembre 1867. On ne trouve pas trace de cette entreprise dans le registre de délibérations. Il se présente sous la forme d’un cahier de papier de petit format comportant des plans tracés à la plume pour chaque pièce de la bibliothèque. Les légendes sont assez développées. Une brève description textuelle accompagne le plan, puis débute l’inventaire proprement dit. Sur la dernière page du document se trouve une liste récapitulative par type d’objet (des deux poêles en faïence aux cordons à sonnette en passant par les chaises « vieilles » distinguées des chaises « anciennes »).

Page concernant le cabinet de Lorraine issue de l’inventaire mobilier, daté de novembre 1867

Ce document est une source exceptionnelle pour la connaissance de la bibliothèque, de son organisation physique et matérielle et de l’ampleur des collections à la fin de la vie de Soyer-Willemet. La longévité du botaniste à la tête de l’établissement, et sa quasi-identification à celui-ci, autorise l’hypothèse que cet inventaire propose le portrait d’une bibliothèque modelée à son image, avant les grands bouleversements de la fin du xixe siècle puis ceux de 1932.

La bibliothèque publique en 1867

La salle de lecture

La distinction majeure à nos yeux contemporains est celle qui est faite entre la bibliothèque proprement dite, soit le premier étage du corps de bâtiment de l’ancienne université, et la salle de lecture, aménagée ailleurs. En décrivant le palier, le rédacteur prend soin d’indiquer qu’y « règne la porte d’entrée, seule et unique porte de la bibliothèque ». La porte de la salle de lecture se situait alors à droite sur ce même palier. Il s’agit de la première pièce décrite, avec ses luminaires à bec de gaz, la toile attribuée à Girardet montrant Stanislas présentant le règlement de la bibliothèque4, les différentes tables, chaises et pupitres de lecture à destination des lecteurs et les tables de travail des sous-bibliothécaires. La salle renfermait également 4 globes, deux terrestres et deux célestes.

Cette salle comporte trois annexes : d’une part, le cabinet du bibliothécaire, d’autre part les cabinets de droit et de médecine dont on semble comprendre à la lecture des archives qu’ils sont en libre accès pour les usagers. L’ensemble occupe donc le premier étage de l’aile Visitation, côté rue Stanislas.

Stanislas remettant au Chancelier de La Galaizière l’édit de fondation de la bibliothèque royale et publique, daté de 1750.

Le corps de la bibliothèque

La bibliothèque commence dans l’aile Visitation côté rue de la Poissonnerie, aujourd’hui rue Gambetta, avec la « première salle »5. Les collections qu’elle contient incluent deux sphères terrestres sur 4 pieds. Cette salle donne sur le cabinet de Lorraine, dont on suppose qu’il renferme des collections d’intérêt régional.

La description de la grande salle comprend la galerie qui la surmonte. À cette époque, on trouve au centre de la salle des boiseries « un double corps de bibliothèque s’élevant à la hauteur de la galerie » dont les armoires sont repérées par des triples lettres. Le rédacteur de l’inventaire est marqué par « [son] aspect grandiose » dû à l’élévation sur deux niveaux. La salle s’étend jusqu’à la place Dombasle6.

Le propos n’est pas alors de décrire l’implantation des collections : on ignore complètement quels documents sont classés sur les rayonnages de la grande salle et de la première salle. Il s’agit probablement, d’une part des confiscations révolutionnaires, arrivées entre 1791 et 17957, et d’autre part des acquisitions postérieures et des abonnements de périodiques, car en 1868 le comité de surveillance se plaint du déplacement d’un certain nombre de ces séries à l’étage supérieur.

La localisation de la collection des manuscrits et de celle des autographes n’est pas connue, pas plus que celle des albums d’estampes qui sont pourtant rassemblés à la même époque. En revanche, un cabinet des médailles fait partie intégrante de la bibliothèque publique.

Le cabinet des médailles

Ce cabinet, aujourd’hui disparu8 se situait au-dessus de la « première salle » de la bibliothèque et en avait, selon l’inventaire « les mêmes dimensions et les mêmes dispositions ». Il renfermait des armoires et tables vitrées mais aussi des instruments de chimie et un portrait du roi Stanislas. Dans une annexe se trouvaient des bustes, des vases, des toiles peintes : elle servait sûrement de débarras.

Quelques locaux à la destination encore indéfinie

Près du cabinet des médailles, au deuxième étage de l’aile Visitation, sont mentionnés le « cabinet de M. le bibliothécaire », où l’on imagine que se trouvait le bureau de Soyer-Willemet, et un cabinet sur la rue Stanislas, lui faisant suite. Il est précisé que ces locaux sont vides. Cependant, peu de temps après, une réclamation de la société d’agriculture de Nancy témoigne de la présence de collections de cette association, mêlée au fonds de l’Académie de Stanislas, dans ces parages. Soyer-Willemet, sociétaire de l’une et de l’autre, pouvait tout à fait avoir réuni des publications qui lui étaient particulièrement utiles ou chères. C’est dans le deuxième cabinet qu’est créée en 1868 une salle des périodiques.

L’aile d’en face n’est à cette époque pas encore aménagée, à l’exception de la bibliothèque Boulay de la Meurthe. Là encore, nous sommes confrontés à des locaux dont la destination est floue, « cabinets » et « salle de dépôt », à la fois lieux de travail et de stockage temporaires.

Le croquis pour cette aile montre une succession de petites salles et une cage d’escalier qui mène au rez-de-chaussée qui n’était pas encore affecté à la bibliothèque. Cette organisation est répétée au niveau de ce qui est de nos jours la galerie de la salle Stanislas.

La bibliothèque Boulay

Assez étonnamment, le bout de l’aile Dombasle semble avoir fait l’objet de soins plus nombreux puisque le legs de Henri-Georges Boulay de la Meurthe (1797-1858) y a été déposé en 1862. Comme la grande salle de la bibliothèque, elle est installée sur deux niveaux incluant une galerie et un petit escalier qui y mène. On y trouve un bureau avec un fauteuil, le buste et un portrait de Boulay. La collection du vice-président de la IIe République s’y déploie.

La salle qui a recueilli le leg de Henri-Georges Boulay de la Meurthe a depuis été transformée en atelier de médiation numérique.

La création de la salle Stanislas

L’aménagement de l’aile Dombasle commence en 1869 sous la direction de Louis Benoît. Son ambition est de créer une « deuxième salle » de bibliothèque afin de décharger la salle des boiseries dont les témoignages trahissent des entassements de livres et de papiers au pied des armoires. Malmené par des désaccords internes au comité de surveillance de la bibliothèque, puis par le conflit franco-prussien de 1870-1871, ce projet est terminé seulement en 1872.

La salle Stanislas accueille les boiseries du couvent de la Visitation, et des armoires ouvertes des deux côtés.

La définition du projet donnée en janvier 1869 est la suivante9 :

« salle unique ayant la même hauteur que la grande salle de la Bibliothèque et occupant tout l’espace compris entre celle-ci et la Bibliothèque Boulay, du sud au nord, et entre les murs de face, de l’est à l’ouest. Le deuxième étage et la partie de l’escalier qui y conduit du premier seraient ainsi supprimés. Quant au reste de l’escalier, il serait conservé et recouvert par le parquet de la nouvelle salle, lequel serait disposé en forme de trappe en cet endroit, pour qu’au besoin cet escalier puisse offrir un dégagement. Les trumeaux de cette aile de l’édifice n’ayant qu’une largeur d’un mètre environ ne pourraient évidemment recevoir que des armoires très étroites offrant trop peu de ressources pour atteindre le but qu’on se propose. C’est pour obvier à ce grave inconvénient que des sept fenêtres existant de chaque côté du premier étage, le projet ne conserve que celle du milieu et ferme complètement les autres. La salle serait donc éclairée par les deux fenêtres du milieu et par les quatorze fenêtres actuelles du 2e étage qui sont conservées.

Les armoires ou îlots existant au milieu de la grande salle actuelle seraient enlevés et remplacés par des meubles ayant de chaque côté deux rayons pour les livres et au-dessus des vitrines pour les médailles. Cette combinaison permettrait de placer tous les livres existant aujourd’hui dans la Bibliothèque et ceux qui y entreront à l’avenir. »

Autre vue de la salle Stanislas, sans les armoires centrales. On peut supposer que les armoires ont été ajoutées par la suite plutôt que retirées, pour faire face à l’afflux de collections, et qu’il s’agit ici d’un premier état de la nouvelle salle de lecture.

Selon Christian Pfister, les pièces existant préalablement formaient l’appartement du recteur10.

À l’identique de la grande salle, on réutilise des boiseries, celles du couvent de la Visitation qui se trouve de l’autre côté de la rue de la Poissonnerie11, et on aménage de toutes pièces une galerie aux balustrades de fer forgé. Le buste en plâtre de Stanislas au nez cassé et recollé y est certainement installé à cette occasion, et l’accès à la bibliothèque Boulay préservé, bien que l’unité du local soit coupée : il faudra désormais emprunter une porte de la salle Stanislas pour accéder aux niveaux supérieurs de cette petite bibliothèque.

Les travaux sont terminés en 1872. La « nouvelle salle » mesure 18, 87 m de long sur 8,95 m de large et 7, 65 m de haut. On y range 13 000 vol. selon la classification de Brunet : théologie, philosophie, sciences physiques et chimiques, sciences naturelles, mathématiques, beaux-arts. Il s’agit probablement des acquisitions les plus récentes12.

La salle Stanislas est aujourd’hui réservée à la consultation des documents issus des collections patrimoniales de la bibliothèque.

Benoît, un modernisateur

Ce projet suscite notamment la colère du collectionneur Beaupré (1795-1869), grand donateur à la bibliothèque, contre des « changements à la veille de s’exécuter dans les salles de la bibliothèque et qui, si j’en crois mon souvenir, doivent être le prélude d’autres innovations non moins fâcheuses à mon avis »13. On croit comprendre que le bibliothécaire nouvellement nommé, Louis Benoît, a des idées bien arrêtées sur des modernisations nécessaires et que, peut-être, l’aréopage constitué autour de la figure de Soyer-Willemet a du mal à prendre le tournant souhaité.

En effet, Benoît n’est pas en reste : en mai 1869 il présente au comité une boîte-catalogue « se prêtant avec une merveilleuse facilité à d’incessantes intercalations, grâce à des cartes percées vers le bas par un trou circulaire et maintenues par une tringle. »

Le fichier contenant le catalogue de la bibliothèque a été aujourd’hui entièrement rétroconverti. Il en reste cependant un à l’accueil, visible par les visiteurs, comme témoin des usages d’autrefois.

Quelques semaines plus tard, il fait déplacer des ensembles d’ouvrages de la salle des boiseries à la salle Boulay, ce qui, selon le comité, les rend « inaccessibles au public ». On ignore de quelles collections il s’agit, et surtout le public n’est pas censé accéder lui-même aux locaux de stockage. Il forme également un plan de réaménagement des médailliers. Tous ces projets sont arrêtés net par l’invasion prussienne et la fermeture administrative de la bibliothèque, le 31 août 1870. Louis Benoît a le temps de voir l’ouverture de sa nouvelle salle, mais il décède le 4 décembre 1874 à l’âge de 48 ans. Le Progrès de l’Est lui rend un bel hommage : « il aimait assez les livres pour trouver le bonheur en vivant au milieu d’eux », que Henri Lepage prolonge dans son éloge funèbre publié peu après dans les Mémoires de l’Académie de Stanislas14. Le Vosgien Arthur Ballon lui succède, mais déjà dans les effectifs figure un certain Justin Favier

  1. Sarah Cabadet, « Hubert-Félix Soyer-Willemet, le « catalogue vivant » de la Bibliothèque de Nancy », Épitomé, 2019. https://epitome.hypotheses.org/4140. []
  2. À ne pas confondre avec l’érudit alsacien Charles Mehl, qui lègue à la bibliothèque de Nancy sa collection alsatique en 1898. []
  3. Il faudra cependant attendre pour cela l’ouverture en 1889 de la salle Poirel, en face de la gare, grâce au legs de Victor et Lisinka Poirel. []
  4. Aujourd’hui dans la salle de l’Académie au rez-de-chaussée. []
  5. Aujourd’hui l’accueil. []
  6. L’estrade actuelle est un ajout de 1932. []
  7. Justin Favier, « Coup-d’œil sur les bibliothèques des couvents du district de Nancy pendant la Révolution : ce qu’elles étaient, ce qu’elles sont devenues », Mémoires de La Société d´Archéologie Lorraine, 1883, 60 p. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k337038/f150.image. []
  8. Les collections en ont été transférées au Musée lorrain. []
  9. Registres de délibérations du comité de surveillance…, 1865-1875, p. 141-142. []
  10. Christian Pfister, Histoire de Nancy t. III, Paris, 1908, p. 762. []
  11. En 1870 comme maintenant, le lycée. Pfister les attribue aux minimes. []
  12. Registre des délibérations du comité de surveillance… ,1865-1875, p. 247. []
  13. Registre…, op. cit. []
  14. Henri Lepage, Louis Benoît, Bibliothécaire En Chef de La Ville de Nancy (1826-1874) https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64715872/. []

Accueillir les archives d’un écrivain (très) vivant : Pierre Pelot  

Pierre Pelot, écrivain vosgien fortement attaché à son village natal, Saint-Maurice-sur-Moselle, né en 1945, a à son actif presque 200 publications : romans de genre varié, pièces de théâtre et nouvelles. À cela s’ajoutent des nouvelles radiophoniques, des scénarios de films, ou encore des nouvelles pour la presse. L’homme ne s’arrête jamais, et ce depuis ses 18 ans.

Non contents d’avoir acquis les archives et le tapuscrit de son œuvre  majeure, C’est ainsi que les hommes vivent (1re édition chez Denoël, en 2003), nous avons eu l’honneur de gagner la confiance de M. Grosdemange, dit Pelot. L’écrivain à l’œuvre phénoménale a en effet fait don en 2022 de l’intégralité de ses archives.

Une œuvre gigantesque

Sur la piste du Dakota est le premier livre édité de Pierre Pelot, en 1966. Cette année-là, il en publie neuf.  Le tout dernier, en août 2023 est un recueil de nouvelles : Madame Grise s’est levée au milieu de la nuit. En considérant tous les genres, c’est un parcours sans équivalent que celui de cet écrivain prolixe, puisque son œuvre représente plus de deux cents publications. 

Conscientes qu’une carrière ne suffirait pas à découvrir, lire et comprendre les processus d’écriture de cet écrivain touche à tout aux multiples talents, nous avons eu le plaisir de le rencontrer et d’échanger avec lui à plusieurs reprises.

La première rencontre a lieu durant le Livre sur la Place, en septembre 2021, alors que Pierre Pelot dédicace son dernier roman Les Jardins d’Eden, un roman noir, glacial et sombre, se déroulant dans les Vosges. 

Quelques semaines plus tard, nous sommes chaleureusement accueillies chez lui, à Saint-Maurice-sur-Moselle, dans une maison unique, dans les bois, un cadre authentique pour un récit de vie passionnant. Pierre Pelot se montre favorable à notre proposition : céder à titre onéreux l’ensemble des épreuves et documents préparatoires à son roman majeur, C’est ainsi que les hommes vivent.

S’ensuivent plusieurs semaines de démarches administratives pour concrétiser ce projet, et, en particulier, acquérir, l’adhésion du FRRAB1 afin d’obtenir son soutien financier.

Portrait de l’écrivain Pierre Pelot dans le jardin de sa propriété à Saint Maurice Sur Moselle dans le département des Vosges. 9 décembre 2013 ( crédits photo Mathieu Cugnot )

L’acquisition d’un roman majeur

Aboutissement de dix années de recherches, ce roman colossal est celui auquel Pierre Pelot tient le plus. Il est donc apparu fondamental d’effectuer l’acquisition des notes, plans, fiches des personnages et de ses épreuves d’éditeur, soit 42 dossiers au total. Il s’agit d’une fresque historique monumentale sur deux époques, au cœur des Vosges, le chef-d’œuvre de Pierre Pelot. Il a été dit que ce roman constituait « un des très grands textes français parus depuis la guerre »2.

Jean-Christophe Rufin, membre de l’Académie française, écrit dans la préface de cette 3e édition :

« son livre est une manière de faire éclater dans le présent la force tirée de l’Histoire ».

Pierre Pelot a reçu en 2003 pour ce roman le Prix de la Feuille d’Or de la Ville de Nancy et de France Bleu Sud Lorraine, ainsi que le Prix Erckmann-Chatrian.

Cet opus raconte le destin d’un enfant né d’une sorcière en 1599. Quatre siècles plus tard, Lazare Grosdemange — au patronyme évocateur —, journaliste, décide de retourner sur les traces de sa famille. Ce sont donc deux histoires parallèles, dans une vallée des Vosges. Une vallée qui a vu pendant la Guerre de Trente Ans de terribles massacres, mais aussi des êtres engagés pour protéger leurs prochains. Pierre Pelot déclare en 2023 être toujours attaché aux trois principaux protagonistes, Apolline, Dolat et Lazare. Dans l’ensemble de son parcours, son rapport aux personnages issus de son imagination est très fort, et touchant.

Pierre Pelot et ses manuscrits,  été 2022
Le retrait de l’acquisition a lieu chez Pierre Pelot, nouvelle occasion de passer un moment convivial, au cours duquel l’écrivain annonce son intention de verser l’intégralité de ses archives à la bibliothèque !
 
Suite à cela, une première étape de valorisation du fonds Pelot se produit à l’occasion de la 44e édition du Livre sur la Place en septembre 2022 : l’auteur vient parler de son dernier roman, Se souvenir encore des orages, dans les murs de la Bibliothèque, devant un public nombreux attentif. L’interview, à la fois dense et drôle, est menée par la regrettée Élise Fischer.

Une quantité considérable pour un don généreux

Enfin, le retrait de l’ensemble de ses archives chez lui, à Saint-Maurice-sur-Moselle a lieu en octobre 2022.

Les dossiers préparés par Pierre Pelot

Des liasses d’archives pour le futur Fonds Pierre Pelot

Pierre Pelot a consacré deux semaines complètes à regrouper et préparer tout ce qu’il destinait au don. Le jour J, deux membres de l’équipe se sont rendus dans la vallée de Saint-Maurice pour conditionner en boîtes ce qui avait été scrupuleusement préparé en dossier ou sous enveloppe. Le titre de chaque liasse est en premier lieu reporté sur un formulaire. Une attestation de prise en charge de documents en dépôt provisoire est laissée au donateur à notre départ, avant la signature de la convention de don par le maire de Nancy d’une part, et le donateur d’autre part, qui intervient au bout de quelques mois d’inventaire et de parcours administratif.

Pierre Pelot le jour du déménagement de ses archives

Les boîtes sont peu à peu chargées dans l’utilitaire de service qui rejoint la bibliothèque Stanislas de Nancy en fin de journée. Pierre ne cache pas son émotion au moment de notre départ. Il avoue ressentir un grand vide, être à la fois content de cette décision mais aussi ému et un peu inquiet.

Le transfert des archives 

Les archives entreposées temporairement à la bibliothèque Stanislas
Les archives entreposées le soir-même dans les magasins de la bibliothèque Stanislas

Dès l’arrivée à Nancy, l’ensemble est transféré pour être transposé en sécurité avant l’étape de la vérification , du décompte du nombre de dossiers, et de l’inventaire qui aboutira à la rédaction de la fameuse convention de don. 

Un premier inventaire sommaire

Cette opération est de nouveau menée  en binôme pour faciliter les manipulations et éviter les erreurs. Deux ensembles sont constitués :

  • 204 chemises ou liasses comportant les types de documents suivants :
    • manuscrits et tapuscrits de romans, nouvelles, adaptations théâtrales, souvent annotés
    • épreuves d’éditeur et épreuves corrigées
    • scénarios de films
    • notes et documents préparatoires à des émissions de radio
    • documentation ayant servi à l’écriture des publications
    • les fascicules de l’Humanité dans lesquels est parue une nouvelle de Pelot sous forme de feuilleton en 2000
    • des notes diverses difficiles à rattacher une œuvre en particulier
  • 60 ouvrages imprimés venant compléter les acquisitions de romans de Pelot faites par la bibliothèque
Roman adapté pour un projet de scénario de  film

Et après ?

En septembre 2023, et durant 6 semaines, nous avons coorganisé une exposition de peintures et de dessins de Pierre Pelot, mettant en regard quelques manuscrits (en fac-similé), à la Galerie Z,  de la MJC Bazin3 de Nancy. Les arts graphiques constituent la seconde passion de notre donateur et une exposition à Nancy semblait logique.

Exposition Pierre Pelot, PEINDRE

À la toute fin de l’année 2023,  Baru, auteur de bandes dessinées,  a fait don à la bibliothèque Stanislas de l’intégralité des crayonnés qu’il a réalisés pour l’adaptation du roman de Pierre Pelot Pauvres Zhéros, ainsi que de l’adaptation du scénario4. Grâce au geste généreux de cette autre personnalité exceptionnelle, nous avons là un prolongement très cohérent pour l’enrichissement de nos collections.

Matériel de travail exceptionnel pour de futurs chercheurs, le fonds Pierre Pelot va faire l’objet de propositions de recherches aux universitaires dans les mois à venir. Au préalable, il convient d’en établir le plan de classement, en fonction de la chronologie de l’œuvre de Pierre Pelot et des nombreux genres abordés.

  1. Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition pour les Bibliothèques []
  2. Selon François Angelier, dans la chronique Les Émois de France culture, le 03 janvier 2017, à l’occasion de la 3e édition du roman, aux éditions des Presses de la cité []
  3. Dylan Pelot y fut professeur de monstres []
  4. Voir l’article Une collection de bandes dessinées contemporaines dans le fonds lorrain []

La place de la conservation dans le processus de numérisation

La numérisation s’est considérablement développée avec les avancées technologiques. C’est aujourd’hui un véritable enjeu pour le patrimoine. Les deux objectifs principaux de la numérisation sont d’une part la préservation des documents originaux : celui-ci étant reproduit, il n’est plus proposé au public en consultation sauf sur demande exceptionnelle ; et d’autre part la diffusion de ces reproductions permettant la multiplicité d’accès à ces documents originaux.

Les avancées technologiques apportent leur lot de défis et demandent aux professionnels du patrimoine une constante mise à jour de leurs compétences et de leurs connaissances. L’étape de la numérisation entraîne une manipulation extrême des documents à un moment précis de leur existence qui ne sera « normalement » plus effectuée par la suite. Mais qu’en est-il de ses conséquences sur l’œuvre originale ? Car aujourd’hui, la numérisation est devenue la réponse par excellence quant à la conservation des documents : il est désormais aisé de consulter des documents que l’on juge « hors d’usage », car une fois numérisés, ils redeviennent accessibles au grand public.
En mettant en place les marchés publics de numérisation à la Bibliothèque Stanislas, afin d’enrichir nos différentes bibliothèques numérique, Limédia galeries et Limédia kiosque, nous avons fait face à la difficulté de combiner conservation matérielle, processus de numérisation et envoi massif d’une partie de nos collections chez le prestataire. C’est pourquoi nous avons créé un process nous permettant d’organiser le travail des agents chargés du récolement en vue de la numérisation et des agents de conservation préventive lors de la réalisation des constats d’états préalables. 

La numérisation : entre conservation et manipulation excessive

Dans le cahier des clauses techniques particulières (CCTP), la conservation matérielle des documents occupe deux places : l’état de conservation originel des documents et l’état de conservation à leur retour après numérisation.
Les collections peuvent présenter des particularités qui requièrent aussi une véritable adaptation des prises de vue à l’objet photographié. Chaque vue peut demander un changement technique ce qui augmentera considérablement le temps de traitement1. Ce temps et cette adaptation sont essentiels et nécessaires afin d’obtenir des images de qualité mais surtout de préserver les documents lors de la manipulation.

Bien souvent les documents sont préparés avant numérisation, ce qui inclut des opérations de restauration, des consolidations, du dépoussiérage afin de rendre le document lisible et manipulable. Parfois de telles mesures ne peuvent pas être mises en place, par manque de temps ou de moyens financiers et les interventions avant numérisation sont minimes. Il est alors essentiel de constater l’état des documents avant leur départ chez le prestataire, que les opérateurs de numérisation soient formés à la manipulation des ouvrages et qu’ils adaptent le matériel de prise de vue aux difficultés identifiées.
Malgré toutes ces précautions, nous savons que la numérisation peut entraîner une dégradation des documents du fait d’une manipulation importante. Cependant, les altérations engendrées doivent rester de l’ordre du tolérable et de l’acceptable. C’est lors de numérisation de masse, lorsque le processus se « mécanise » et devient quasiment un travail à la chaîne où le rendement est maître mot, que les dégâts sont bien souvent constatés2 D’autant plus que certains des ouvrages traités n’ont pas du tout été consultés pendant des années et se retrouvent littéralement épluchés du début à la fin.  Ainsi on peut se demander dans quelle mesure la numérisation devient une mesure de conservation si elle entraîne bien plus de dégâts qu’une simple consultation par un lecteur ?
Les spécialistes de conservation sont conscients de l’impact de la numérisation sur les documents mais ils acceptent un seuil de tolérance lors de la manipulation des ouvrages. De plus, les dégâts doivent être flagrants, et bien au-delà du seuil de tolérance afin de prouver qu’ils ont été causés lors du processus de numérisation. Les problèmes rencontrés avec les prestataires de numérisation sont rarement exposés car la numérisation répond à une véritable problématique d’exploitation des collections et de diffusion du patrimoine d’une telle envergure qu’on juge le plus souvent que « le jeu en vaut la chandelle ».

La préparation des documents : données de numérisation et constat d’état

Le lot qui doit être numérisé en 2023 est un ensemble de monographies et de brochures concernant la Lorraine. Elles sont de formats et de constitutions multiples : de la brochure agrafée à la reliure en plein parchemin, la diversité de ce fonds à numériser est une première difficulté aussi bien pour le bibliothécaire que pour l’entreprise de numérisation.
Pour avoir un meilleur contrôle sur l’état de nos documents avant qu’ils ne partent chez le prestataire, nous avons décidé de mettre en place un process couplant le travail de récolement des métadonnées de numérisation avec les constats d’état pour chacun des documents.
Chaque document est tout d’abord récolé dans un tableur, donnant toutes les informations nécessaires à la numérisation : dimensions de l’ouvrage, titre, métadonnées, le degré d’ouverture optimal pour une prise de vue optimale, le nommage de chacune des vues… L’agent chargé du récolement peut également faire des observations sur l’état du document afin d’attirer l’attention de l’agent chargé des constats d’états.

Tableur de récolement des documents

Vient ensuite le constat d’état qui est associé à ce premier tableur. Il se divise en deux parties : la première concernant les données d’identification (format, cote, date de réalisation du constat d’état…) et la seconde étant l’analyse de l’état de conservation du document et des différentes altérations observées.
En raison de la diversité des ouvrages envoyés, tant dans leur constitution que dans leur état de conservation, nous avons décidé de les trier selon plusieurs critères.

Selon leur état de conservation, ils seront placés dans deux lots différents. Le lot 1 étant celui rassemblant les documents les plus « faciles » à numériser, dans un état de conservation allant de correct à très bon. Tous les documents fragiles ou demandant des manipulations supplémentaires ont directement été placés dans le lot 2, comme tous les ouvrages possédant des feuillets dépliants.

Le deuxième critère est le format des documents. Nous avons donc les documents de format « A4 », soit 21 cm de largeur sur 29,7 cm de hauteur, ou de mesures inférieures. Si le document est plus grand, il sera directement classé en format dit « A3 ».

Enfin le dernier critère de classement est le degré d’ouverture des ouvrages. Nous avons deux degrés d’ouverture possible : 120 ou 180 degrés. L’agent chargé de rassembler les métadonnées émet un premier avis concernant le degré d’ouverture nécessaire afin d’obtenir la meilleure image, la meilleure prise de vue pour l’exploitation numérique des prises de vue.

Il est dès lors nécessaire de trouver un compromis entre la qualité de la numérisation et le degré d’ouverture de l’ouvrage qui risque de l’endommager. C’est pourquoi nous avons acté le compromis suivant :
• si lors du récolement une ouverture à 120 degrés est souhaitée pour des raisons concernant les qualités des prises de vues, la conservation appuierait la demande lors du constat d’état et se plierait au souhait de l’équipe de numérisation, même si le document pourrait supporter une ouverture plus grande.
• si lors du récolement, l’ouverture à 180 degrés est souhaitée mais que le document, pour des raisons de conservation, ne supporterait pas une telle ouverture, c’est la décision des agents de conservation qui primera sur la demande de l’équipe de numérisation.

CRITÈRE 1

ÉTAT DE CONSERVATION

LOT 1

LOT 2

Correct à très bon : manipulation aisée et qui ne détériorerait pas trop le document

Documents fragiles ou altérés : manipulation compliquée et délicate

CRITÈRE 2

FORMATS

A 4

A 3

≤ 21 x 29,7 cm

> 21 x 29,7 cm

CRITÈRE 3

DEGRÉS D’OUVERTURE

120 °C

180 °C

Tableau 1 : Récapitulatif des critères de création des différents lots pour la numérisation

Ces trois critères avec chacun deux options créent ainsi 8 lots différents :

  • Lot 1
    • A4 : 180
    • A4 : 120
    • A3 : 180
    • A3 : 120
  • Lot 2
    • A4 : 180
    • A4 : 120
    • A3 : 180
    • A3 : 120

Tableur des constats d’état.

Tout l’intérêt de la collaboration entre les équipes de numérisation et de conservation de la bibliothèque se trouve dans la création de ce document qui a facilité le travail et la coordination des deux équipes.

Chaque document est d’abord traité par l’équipe de numérisation puis transmis à l’équipe de conservation via une zone tampon dans le magasin de conservation. Les agents de conservation se chargent ensuite de remplir le constat d’état qui génère automatiquement le nom du lot dans lequel le document devra se trouver. L’utilisation de macros Excel qui génèrent l’attribution du lot quasiment automatiquent a considérablement facilité le travail en nous permettant de nous focaliser seulement sur la réalisation du constat d’état et non sur l’attribution des lots.
Nous avons pris le parti de protéger chacun des livres en réalisant des jaquettes de protection en papier permanent et de (re)conditionner toutes les brochures ou autres documents demandant une attention particulière. Les agrafes ont été retirées afin de faciliter la numérisation mais aussi la conservation sur le long terme des documents. Ce sont les responsables de la conservation qui ont emballé tous les documents et préparé le départ des ouvrages chez le prestataire.
Une fois les tableurs dûment remplis et les opérations de conservation préventive effectuées, le document est rangé dans une deuxième zone tampon divisée selon nos huit lots créés, ce qui représentait environ 750 documents.

Le retour de numérisation : contrôle et bilan

Le premier lot composé de 380 documents a été envoyé chez le prestataire de numérisation et est revenu environ six mois après. Le travail de l’équipe de conservation a donc été de réceptionner ce lot et de contrôler l’état des documents à leur retour.

Le but n’étant pas de notifier toutes les altérations aggravées par la numérisation, comme un mors déjà fragile qui revient un peu fendu, mais bien d’identifier de nouvelles altérations. Nous avons donc procédé à une première observation globale des ouvrages et nous la comparons au constat d’état de départ lorsque c’est nécessaire. Le mot « numérisé » est ensuite tamponné sur la jaquette de protection de chaque document et nous procédons en même temps au contrôle de la liste de retour.

Sur ce premier lot nous avons remarqué qu’un grand soin avait été apporté aux reliures les plus fragiles, de type liens en parchemin torsadés, couvrure avec un cuir un peu abrasé et que les documents étaient revenus dans un état de conservation très correct voire identique à celui de départ.

Cependant certains ouvrages sont revenus avec un plat supérieur détaché, ce qui est symptomatique d’une ouverture trop violente et/ou répétitive.  Il s’avère que les documents en question ne possédaient pas de reliures précieuses ou fragiles, mais des reliures demi-toile en très bon état de conservation. Le contraste entre l’état de conservation au départ et au retour desdits documents est bien trop important et au-delà du seuil de tolérance acceptable. Le prestataire ne nous avait d’ailleurs nullement notifié de tels accidents  au cours du processus de numérisation, ni même au moment du retour des documents.

Sur ce premier lot, cela représente environ 2 % des documents envoyés, soit 7 documents sur 380. Ce chiffre peut paraître dérisoire, et nous pourrions objecter que seulement des reliures de peu d’importance ont été endommagées mais, quoi qu’il en soit, le seuil de l’acceptable a été franchi face à un prestataire qui ne nous a pas faire part de ces problèmes et qui ne souhaite pas en prendre la responsabilité.

Quelle solution concrète s’offre alors aux bibliothécaires ? Faudrait-il mesurer et photographier chaque altération avant envoi en numérisation ? Ce serait une mesure extrêmement chronophage pour l’envoi de tels volumes.  Devrions-nous privilégier la numérisation en interne plutôt que l’envoi de masse chez un prestataire externe ?  C’est également une mesure envisageable mais qui ne répond pas aux mêmes problématiques de numérisation de masse des collections.

Conclusion

Les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui lors de la numérisation des documents sont très difficilement contrôlables par nos services et nous font remettre en doute l’envoi de documents beaucoup plus fragiles et nécessitant une attention plus soutenue dans leur manipulation. Le process mis en place entre les deux équipes au sein de la bibliothèque a fait ses preuves car il nous a permis d’effectuer un travail sur une grande masse documentaire tout en portant une attention particulière à chacun des ouvrages traités. Malgré nos précautions permettant un bon contrôle de l’état de nos collections au départ et à l’arrivée ainsi qu’une préparation des métadonnées afin d’optimiser le travail lors du versement des images, nous n’avons ensuite que peu d’influence sur les problèmes que nous rencontrons avec les prestataires de numérisation.

  1. Bibliothèques et documents numériques, Concepts, composantes, techniques et enjeux, Alain Jacquesson – Alexis Rivier , éditions du cercle de la librairie , 2005, Paris, p.421. []
  2. Cf. les problèmes rencontrés avec leur prestataire en 2011 par la BnF lors d’une campagne de numérisation de masse : https://actualitte.com/article/40218/reportages/numerisation-a-la-bnf-degradations-retards-et-scandales. []

Les estampes animalières de Michel Jamar

Depuis 2013, la Bibliothèque Stanislas conserve dans ses murs une grande partie de l’œuvre de Michel Jamar (1911-1997). Artiste aux multiples facettes – tout à la fois graveur, peintre, dessinateur – c’est dans l’art de la gravure qu’il s’est particulièrement illustré. Son œuvre gravé est traversé par différents genres et thèmes : portraits, paysages, nus féminins ou animaux, qui est le sujet qui nous intéresse ici. Chats, chiens, oiseaux ou rhinocéros, domestiques ou sauvages, sont mis en scène dans des décors qui leur sont familiers, dans le style expressif propre à Michel Jamar.

Le corpus d’estampes animalières  

Composé de 37 estampes pour 96 épreuves, ce corpus est unifié par son thème bien entendu, mais également par la technique employée.

Des gravures sur bois

Toutes les estampes animalières du fonds Jamar sont en effet des xylogravures, autrement dit des gravures sur bois, avec impression sur papier. De grand format, elles ont été réalisées selon la technique de la gravure sur bois de fil, qui permet de travailler des plaques de large surface car coupées dans le sens de la fibre du bois. Le bois est un matériau très utilisé en gravure, notamment pour l’expressivité donné au trait : le support, dur, est difficile à travailler et nécessite donc « une lutte sans merci contre la matière de base1  » de la part du graveur. Lignes vives, angles marqués : la xylogravure donne lieu à des formes relativement simples et directes, porteuses d’expressivité formelle. C’est le cas des estampes animalières de Michel Jamar, bien que plusieurs d’entre elles montrent aussi un grand niveau de détail et de minutie.
Il faut également noter que les matrices sont pour certaines intégrées au fonds Jamar : en ce qui concerne les estampes animalières, vingt-sept matrices en bois font partie du fonds, vingt-trois d’entre elles  ont servi à imprimer des estampes conservées dans cette collection. Ainsi, environ les deux tiers des estampes animalières conservées à la Bibliothèque Stanislas peuvent être étudiées en regard de leur matrice.

Outils de gravure de Michel Jamar et matrice de bois

Des estampes en noir et blanc mais aussi en couleur

La plupart des estampes animalières de Michel Jamar ont été réalisées à l’encre noire, mais certaines sont également colorées. Les estampes en noir et blanc sont les plus nombreuses, et les estampes en couleur sont pour certaines épreuves aussi présentes en noir et blanc. La couleur peut être présente dès l’impression de l’épreuve, comme c’est le cas pour le Taureau et le Rhinocéros qui donnent à voir un fond coloré sur certaines, ou bien par ajout a posteriori. Lorsque la couleur est ajoutée à la main, il peut s’agir de crayon ou encore de pastel sec. La manipulation de ces estampes doit alors se faire de manière précautionneuse, afin d’éviter d’altérer la colorisation du fait de la volubilité des pigments, qui sont souvent pulvérulents. Cette altération  est par exemple visible sur Coq et lézard, où des traces de pigments colorés se sont déposées dans les marges blanches, dépassant le cadre de l’image.

Coq et Lézard (M-JA-ES-00086 ) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 322 x 498 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

De la difficulté de dater les œuvres

Les œuvres sont non-datées pour la quasi-totalité d’entre elles, l’artiste n’ayant que rarement indiqué leur date de création. Il semblerait qu’elles aient été réalisées sur une même période qui s’étend, selon son fils Xavier Jamar, des années 1970 jusqu’au début des années 1990. C’est sans doute l’une des raisons pour laquelle ces estampes présentent des similitudes, que ce soit au niveau du style ou de la composition. L’ordre chronologique de leur réalisation ne peut ainsi qu’être hypothétique ; toutefois, on peut supposer cet ordre à partir du style graphique des œuvres, qui présente certaines évolutions et variations.

Ainsi, ce qui seraient les premières estampes – Félin (La Civette)Antilope et Panthère à la Lanterne – laissent visibles les nervures du bois de la matrice, qui ne sont plus aussi apparentes sur les suivantes.

Félin (La Civette) (M-JA-ES-00044, 00045, 00046, 00047) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 495 x 650 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Ces marques ont peut-être été laissées à dessein par l’artiste, que ce soit pour rappeler la technique employée ou pour servir l’image elle-même. En effet, le mouvement des lignes du veinage du bois s’insère bien dans le pelage des animaux, ce qui donne une impression de mouvement dans leur fourrure, et va même jusqu’à y créer des motifs. Dans le même temps, elles annoncent les principales caractéristiques de la grande majorité des estampes animalières de Michel Jamar, notamment au niveau de la composition de l’image.

Antilope (M-JA-ES-00032, 00033, 00081) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 490 x 640 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Panthère à la lanterne (M-JA-ES-00075, 00074-R) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 499 x 648 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

La composition des estampes animalières 

Au centre, seul, dans une pose souvent statique et hiératique, avec un regard parfois fixé sur le spectateur : l’animal n’a pas une place décorative ou secondaire mais s’impose bien comme le sujet principal de ces estampes. L’individualisation de la figure et sa mise en valeur en font ce qu’on pourrait qualifier de véritables portraits animaliers.

Entre naturalisme…

Michel Jamar représente l’animal de manière assez réaliste, dans le sens où il est figuré dans son environnement naturel, sans anthropomorphisation, et qu’il a des attitudes propres à une bête. Le sens de l’observation aiguë de l’artiste et ses croquis réalisés sur le vif lors de visites au zoo ne sont sans doute pas étrangers à cet aspect naturaliste.
Cependant, si l’animal ne présente aucun trait ou caractère anthropomorphique, il n’en est pas pour autant dépourvu d’une certaine sensibilité, voire dans certains cas d’une « humanité ». Cela est visible dans l’expression, les attitudes qui sont données à certains animaux, tout particulièrement les animaux domestiques, représentés dans le corpus d’œuvres par les chiens et les chats. Par exemple, le Chien regardant une lanterne a quelque chose de touchant, la lueur de son regard répondant à celle de la flamme de la lanterne alors qu’il observe un papillon de nuit ; ou encore le Chien aux pots de fleurs, le regard ouvert fixé sur le spectateur, qui semble esquisser un sourire.

Chien regardant une lanterne (M-JA-ES-00039-R, 00040) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 323 x 500 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Petit chien aux pots de fleurs (M-JA-ES-00034) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 504 x 640 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

… et expressivité formelle

Cet aspect naturaliste cohabite dans le même temps avec une recherche d’expressivité formelle. Les estampes animalières de Michel Jamar font en effet état d’une stylisation voire d’une géométrisation des formes. Cela est particulièrement manifeste sur les œuvres Rhinocéros et Taureau, qui datent vraisemblablement de la même période étant données leurs similitudes. Sur ces deux estampes, les lignes de construction du corps des animaux sont laissées visibles, ce qui leur donne cet aspect géométrisé. Mais là encore, le souci d’un certain réalisme est malgré tout présent : les proportions anatomiques sont respectées, et un certain nombre
de détails sont visibles, comme les plis de la peau du taureau.

Taureau (M-JA-ES-00001, 00002, 00003, 00004, 00005)- Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 452 x 643 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Rhinocéros (M-JA-ES-00006, 00007, 00008, 00009, 00010, 00011, 00012, 00061) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 450x 640 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Si cet aspect géométrique est particulièrement visible sur ces deux estampes, il est également présent dans toutes les estampes animalières de Michel Jamar : par exemple, les pierres au premier plan de La Civette sont de simples rectangles laissés blancs. L’artiste évolue ainsi sans cesse entre stylisation et naturalisme des formes.

De la discrétion au foisonnement : la place du décor

Si certaines estampes, telles que Taureau ou Rhinocéros, présentent un décor réduit à une simple ligne d’horizon, ce dernier est souvent développé de manière importante voire foisonnante. L’animal est en général inscrit dans son environnement naturel : nature et végétation lorsqu’il s’agit d’un animal sauvage (AntilopeFélin à longs poils attrapant un oiseau), intérieurs ou figuration d’habitations dans le paysage lorsqu’il s’agit d’un animal domestique (Chat à la Lanterne et aux GravuresLe Grand Chien). En ce qui concerne le décor végétal et naturel, on peut remarquer que Michel Jamar représente souvent les mêmes espèces de plantes, quels que soient les animaux représentés. Or, ceux-ci vivent dans des zones géographiques qui peuvent être très différentes, laissant penser que la représentation de la végétation a un rôle plus ornemental que documentaire.

Félin à longs poils attrapant un oiseau (M-JA-ES-00064, 00065, 00066) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 332 x 500 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Chat à la lanterne et aux gravures (M-JA-ES-00021, 00022) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 500 x 655 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Détail, Le Grand Chien (M-JA-ES-00062, 00063) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 328 x 502 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Le décor occupe un rôle important dans ce corpus d’estampes : sur certaines d’entre elles (Le Tamanoir, Félin et fleurs, L’ours, Oryctérope), qui paraissent toutes dater de la même époque, l’animal semble se fondre dans le décor composé d’une végétation fournie et très détaillée, figurée au premier comme au second plan de l’image. Le motif végétal, et plus particulièrement ici floral, est mis en valeur par son omniprésence, à tel point que l’on peut dire qu’il s’agit du deuxième sujet principal des œuvres.

Le Tamanoir (M-JA-ES-00031, 00077) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 500 x 661 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Félin et Fleurs (M-JA-ES-00023, 00024, 00076) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 540 x 660 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

L’ours (M-JA-ES-00028, 00029, 00030, 00049, 00079) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 502 x 656 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Oryctérope (M-JA-ES-00041-R, 00042, 00043) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 450 x 557 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Conclusion 

Les gravures animalières sont parmi celles qui ont été cataloguées assez tôt après les donations successives de son œuvre à la Bibliothèque Stanislas. Bien que ce thème iconographique ne soit pas prédominant au sein de l’ensemble de l’œuvre gravé de Michel Jamar en comparaison avec d’autres – notamment les paysages et les ex-libris, très nombreux –  il en constitue tout de même une part représentative, permettant de se familiariser avec l’art de ce graveur. Le travail sur cette collection se poursuit encore actuellement, avec notamment le catalogage et l’estampillage des milliers d’estampes, matrices, dessins, peintures et documentation qui constituent aujourd’hui le fonds Jamar.

  1. Per Amann, Le Bois Gravé, Berghaus International., Allemagne, 1986, p. 107. []

L’Opéra sur le Plateau ou comment Fortunio a inspiré Le fou d’amour

Avec le soutien de la DRAC dans le cadre d’un Contrat Territoire Lecture, la Médiathèque Haut-du-Lièvre associée à l’Opéra national de Lorraine a mis en place un projet culturel et citoyen ambitieux afin de permettre aux habitants de ce quartier de tout âge et de toutes conditions, de se rassembler, de découvrir leurs potentiels, de développer des liens forts et de construire un vécu commun.

Retour sur un projet à l’échelle d’un territoire en pleine mutation : le Plateau de Haye.

Le Plateau de Haye, Quartier Prioritaire de la Ville situé sur les hauteurs des communes de Nancy, Laxou et Maxéville, est entré dans sa deuxième phase de rénovation urbaine avec la destruction d’une partie du bâtiment du Cèdre bleu qui impacte de plein fouet la médiathèque située à l’entrée 17. En mars 2022, il faut déménager dans l’ancienne halte garderie, aux Tamaris.

L’amour toujours l’amour

Tout comme le projet “Vu d’en haut” en 2018, l’ambition est de travailler à l’échelle du Plateau de Haye en touchant au plus près l’ensemble de ses habitants. Prenant comme point de départ Fortunio1, une comédie lyrique en 4 actes jouée à l’Opéra national de Lorraine entre le 24 et le 30 avril 2022, l’objectif est de créer et de jouer sur la scène de l’Opéra un spectacle dans les décors de Fortunio.


Le livret écrit par Alfred de Musset  évoque la pudeur des sentiments et les forces de l’Amour.  C’est à partir de ce postulat que le projet est orchestré, entrecroisant ateliers d’écriture, de musique, d’expression, de danse pour un public adulte et une classe de CM2 auxquels viennent s’ajouter des ateliers d’expression et de vidéo pour des personnes détenues. Pour piloter un projet de cette envergure, nous décidons de nous entourer d’une équipe artistique solide menée par la compagnie La Torpille, dirigée par Marielle Durupt, à laquelle viennent s’associer des artistes aux compétences diverses : Nicolas Arnoult pour la direction musicale, Laurent Diwo pour les chorégraphies, Fred Tiburce, Géraldine Milanese, Lobo El & Cotchei pour les ateliers d’écriture et Julie Deutsch pour la vidéo.

De son côté, l’Opéra met à notre disposition sa technicité et une partie de ses artistes : Tamara Bounazou, soprano, ainsi que 10 musiciens de l’orchestre national de Lorraine.

Affiche réalisée par Fabien Veançon pour le spectacle ” Le fou d’amour”.

Un projet en 6 actes

Acte 1 : écrire, libérer la parole, imaginer le spectacle

45 ateliers – 15 par type de public : adultes, enfants et personnes détenues ont permis de valoriser les capacités créatrices de chacun, de mobiliser les différents modes d’expression, écrite, orale (éloquence), corporelle et musicale avec pour objectif la découverte de Fortunio, l’expression des sentiments, leur mise en mouvement, en musique ou en vidéo.

“ Par amour j’ai pris des bus, des trains, des taxis

Par amour je me suis rasé la tête

Par amour j’ai dépensé toute ma paye dans une nuit d’hôtel

Par amour j’ai pris soin de lui jour et nuit

Par amour j’ai fait un enfant

Par amour je l’ai écouté plus que moi-même

Par amour je me suis oubliée

Par amour je lui ai offert mon cœur comme un bouquet de fleurs

Et je me suis enfuie de mon pays avec l’amour de ma vie”

Texte collectif des habitants du Plateau de Haye

La classe orchestre (cuivres) de CM2 de l’école élémentaire La Fontaine.
Photo Amandine Turri Hoeken

Acte 2 : comprendre et s’approprier le lieu

Les différentes études sur les pratiques culturelles des nancéiens montrent que les habitants du Plateau de Haye fréquentent très peu les salles de spectacle. Aussi, un des objectifs du projet est la démocratisation de l’accès à une culture dite élitiste pour tout un quartier défavorisé : visiter l’opéra, comprendre son fonctionnement, rencontrer des artistes lyriques et des musiciens, assister à des concerts.

Visite de l’opéra.
Photo Amandine De Cosas

Acte 3 : s’entraîner à la scène

Les Nuits de la lecture en  janvier 2022 s’imposent comme premier temps fort de l‘Opéra sur le Plateau. Elles se déclinent en 2 temps
– Le 21 janvier 2022, à la maison d’arrêt de Nancy-Maxéville : causerie autour de Fortunio et restitution des ateliers d’écriture, expression et vidéo,

– Le 22 janvier 2022, sur le Plateau : causeries autour de Fortunio organisées dans les médiathèques de Champ-le-Boeuf et Haut-du-Lièvre suivies d’une soirée spectacle de mi-parcours et des concerts à la MJC Haut-du-Lièvre.
Cette soirée sert de première expérience scénique pour le groupe d’adultes et pour la classe de CM2. Elle permet la cohésion du groupe. Les spectateurs ont apprécié tout le travail accompli à l’école et par le groupe d’adultes.

Répétition générale sur la scène de l’opéra.
Photo Adeline Schumacker – Ville de Nancy

Acte 4 : un long travail mêlant professionnels et amateurs

De nombreuses répétitions permettent aux 2 groupes (élèves et adultes) de travailler ensemble et de préparer le spectacle final intitulé Le Fou d’amour.

Avant de se produire à leur tour dans les décors de Fortunio nos artistes assistent à la générale de l’opéra.
Photo Jean-Louis Fernandez

Les vacances de printemps ont été écourtées pour répéter encore, assister à la générale de Fortunio, et enfin passer une journée sur la scène de l’opéra pour les derniers ajustements du spectacle.

Se produire sur la scène de l’opéra : une aventure extraordinaire.
Photo Frédéric Marvaux – Ville de Nancy

Acte 5 : le grand soir, représentation du Fou d’amour sur la scène de l’Opéra

Après 7 mois d’ateliers, de répétition, de stress, vendredi 29 avril 2022 à 18h30 est donnée une représentation unique du Fou d’Amour. 800 spectateurs de tous horizons sont présents : des bus ont été affrétés pour acheminer des habitants du Plateau jusqu’à la Place Stanislas.

Vendredi 29 avril 2022, représentation unique du Fou d’amour sur la scène de l’Opéra.
Photo Frédéric Marvaux – Ville de Nancy

Acte 6 : le livre souvenir

Une telle aventure méritait bien un ouvrage ! Un recueil des textes et des photos de l’aventure a été tiré à 200 exemplaires et distribué à tous les participants et  aux nombreux partenaires lors de la reprise exceptionnelle du spectacle devant 300 personnes dans une salle de Champ-le-Boeuf à  Laxou.

L’Opéra sur le Plateau en chiffres

Pour mener à bien ce projet 45 ateliers de création de textes, de danse, d’expression ont été menés auprès des différents publics (enfants, adultes, personnes détenues).

Répétition du groupe d’ adultes.
Photo Amandine Turri Hoeken

Au final, ce projet a touché près de 2 000 personnes, dont 250 lors d’actions d’accompagnement : un concert pédagogique à la MJC, une rencontre avec un chanteur lyrique au Centre Intercommunal de Champ-le-Boeuf et plusieurs visites guidées de l’opéra et de ses coulisses.

La presse s’est fait l’écho à plusieurs reprises2 de cette aventure originale.3

Samedi 22 janvier 2022 : Nuit de la lecture
Photo Amandine Turri Hoeken

On dit que l’opéra est un art total où musique, chant, théâtre, arts plastiques et danse sont réunis pour la réalisation d’un chef-d’œuvre.
Le Fou d’amour, un chef-d’œuvre ? Oui sans conteste le chef-d’œuvre d’une troupe improbable qui a su associer des professionnels et des amateurs, des enfants et des adultes, pour aboutir à un spectacle qui marque la mémoire de tout un quartier et de toutes celles et ceux qui étaient à l’opéra lors de la folle soirée du 29 avril 2022.

Voir et revoir cette aventure

Vidéo réalisée par Idontprod

 

  1. sous la direction musicale de Marta Gardolinska et mise en scène par Denis Podalydès dans un décor d’Eric Ruf. []
  2. ” Projet d’opéra sur le plateau : lancement réussi, Est républicain, 21 novembre 2021. (https://c.estrepublicain.fr/culture-loisirs/2021/11/12/projet-l-opera-sur-le-plateau-lancement-reussi []
  3. Lysiane Ganousse, ” Opéra sur un plateau : un fou épris d’une cantatrice, Est républicain, 22 mars 2022, https://c.estrepublicain.fr/culture-loisirs/2022/03/16/opera-sur-un-plateau-un-fou-epris-d-une-cantatrice []

Nouvelles acquisitions patrimoniales entrées dans les collections en 2022.

Entre estampes et plans, dessins de caricature, poésie, théâtre, roman, histoire de l’édition et acte nobiliaire, Nancy se trouve au cœur de presque toutes les acquisitions patrimoniales de cette année 2022 ! Petit panorama des nouvelles acquisitions en huit points où des documents de natures fort différentes, produits entre le milieu du xvie siècle et aujourd’hui, viennent s’inscrire dans le patrimoine local, la chronologie seule dictant l’ordre des notices.

Étonnant titre de noblesse donné par Nicolas de Lorraine pour un valet de chambre (ms. 1954)

Ces lettres d’anoblissement1 accordées à Michel Barbereau par Nicolas de Lorraine (1524-1577), sont données à Nancy, le 7 février 1553. L’acte est écrit en français avec une écriture en italique. Il débute par une grande initiale armoriée enluminée aux armes dudit Nicolas. Au delà de la joliesse du décor ce qui a de quoi nous étonner réside précisément dans la signature. Précisons : Nicolas est le fils d’Antoine le Bon, duc de Lorraine et de Bar, et de Renée de Bourbon-Montpensier, d’abord évêque de Metz de 1543 à 1548 et de Verdun de 1544 à 1547, puis comte de Vaudémont de 1548 à 1577, seigneur de Mercœur de 1563 à 1569, puis duc de Mercœur de 1569 à 1577. Au moment où il donne ces lettres d’anoblissement, il est régent des duchés de Lorraine et de Bar pendant la minorité de son neveu Charles, le futur duc Charles III (1543-1608). Il sera régent de 1552 à 1559. Au revers de l’acte, figure la mention «Par Monseigneur le conte de Vaudemont en l’absence de Madame la duchesse douairiere…», c’est-à-dire Chrétienne de Danemark (duchesse de Lorraine, 1521-1590). Les deux noms « Charles » et « Chrestienne » apparaissent dans l’acte rehaussés en lettres d’or sur fond bleu. Ajoutons, pour l’histoire, que nous sommes en février, dans peu de temps, au mois d’avril 1553, Nicolas deviendra le père de Louise de Lorraine-Vaudémont (1553-1601), future épouse du roi de France Henri III.

Évoquons le nouvel anobli. Qui est-il ? Pour une raison inconnue, le nom «Barbereau» a été systématiquement caviardé et effacé au moyen de trous pratiqués dans le parchemin. Néanmoins les armoiries attestent de l’identité de Michel Barbereau, dit Augueville. Ce dernier fut chantre en la chapelle et valet en la chambre des ducs Antoine et François. D’après Dom Pelletier2, il fut anobli le 7 février 1555. Le présent acte permet d’antidater cet anoblissement de deux années ! Pour les férus d’héraldique, les armoiries de Michel Barbereau se blasonnent ainsi :

« D’or, a troys lyons armez et lampassez de sable, au chef d’azur, orné de troys roses d’or, Timbre d’un lyon naissant , armé & lampassé de sable, couronné d’un chappeau de roses d’or, tenant en ses pattes un bouquet de roses de mesme, yssant d’un tortis d’or, d’azur, & de sable, le tout porté d’un armet mort d’argent, couvert d’un lambrequin aux metail & couleurs de l’escu ».

Lettres d’anoblissement données à Michel Barbereau par Nicolas de Lorraine. Nancy, 7 février 1553. Parchemin enluminé (746 x 580 mm)

 

La première édition complète de Zadig : Nancy au secours de Voltaire (Rés. 11 912)

VOLTAIRE (1694-1778). Zadig ou la destinée. Histoire Orientale. Paris, Laurent-François I Prault ; Nancy, Antoine Leseure, 1748. Petit in-12, 195 pp. L’ouvrage est couvert d’une reliure signée CANAPE, parfaitement établie, maroquin rouge, dos à nerfs, double filet doré sur les coupes, large roulette intérieure en «dent de rat» et fleurettes dorées, tranches dorées.

L’année 1748 peut être regardée comme celle de l’édition originale du Zadig de Voltaire. Si la fameuse satire avait paru un an plus tôt sous le titre Memnon. Histoire orientale elle présentait de notables différences. Par exemple, trois chapitres sont venus s’ajouter à la nouvelle édition : Le Souper, Le Rendez-vous et Le Pêcheur.

Mais pourquoi cette édition, qui n’est pas vraiment collaborative mais plutôt bicéphale, à la fois parisienne et nancéienne ? C’est pour éviter toute spoliation et contrefaçon que Voltaire a procédé de la sorte. En effet, alors qu’il est installé à Lunéville, il a déjà fait imprimer les 12 premiers cahiers chez l’imprimeur Prault à Paris (avril 1748). Il décide alors de confier la suite de l’impression à un imprimeur nancéien, Leseure. Ce second volet de l’impression utilise le même papier et les mêmes caractères typographiques que la 5e édition du Panégyrique de Louis XV, dont Nicolas Durival (1713-1795) attribue également l’impression à Leseure de Nancy. À son retour à Paris (fin août 1748), Voltaire fait réunir l’ensemble des cahiers qui, une fois brochés, seront distribués dans la capitale (10 septembre 1748), à la veille d’un nouveau séjour en Lorraine.

Zadig / Voltaire. Page de titre de l’édition Paris : Prault ; Nancy : Leseure, 1748. (in-12)

La Deuxième République à Nancy au prisme d’un humour scatologique

Édouard MENNESSIER (1811-1888). Suite de l’histoire de la vie cachée, puante, militaire, administrative, comique du docteur Boc, vidangeur de 1e classe, 1er zozo du theatre de Nanci, surnumeraire en retraite, fanatique garde national. 79 dessins au crayon légendés, sur papier, probablement réalisés à Nancy, en 1848.

Édouard Mennessier était le beau-frère de Marie Mennessier-Nodier (1811-1893), fille de Charles Nodier. Ce rapprochement n’est pas innocent : nous savons par ailleurs que cette dernière avait collaboré en 1842 à la publication de la Vie privée et publique des animaux illustrée par Grandville, le caricaturiste nancéien. Les talents et les productions sont sans rapport, mais la veine satirique anime nos deux artistes. Il faut rappeler qu’en 1848, les journées de février ont donné naissance à la Deuxième République. Dès le 2 mars, Nancy proclame la République et édite une médaille pour l’occasion. Au mois de juin, des insurrections ouvrières voient le jour et sont sévèrement réprimées par les gardes nationaux, à Paris comme en province. Notre « fanatique garde national » s’est donné pour tache de purger nombre de ses concitoyens et pourvoie à la vidange des lieux d’aisance.

Caricaturiste actif à Metz et Nancy, Édouard Mennessier livre ici sa série la plus scatologique avec le personnage de Monsieur Hoc, quelquefois accompagné de Madame Hoc. (« Hoc » ou « Boc », le nom varie dans la suite).

Édouard Mennessier. Monsieur Boc en homme de vidange s’en va faire ses provisions de comestibles nécessaires à sa subsistance et à celle de sa famille. Dessin, mine de plomb, daté 25 7bre 1848. (205 x 185 mm)

Dans la veine caricaturale, joint à l’ensemble ci-dessus, un collage du dessinateur GAVARNI (1804-1866) réalisé à partir d’une lithographie rehaussée en couleurs. Intitulé Charles Lallemend. Dit Boctes et par abréviation Boc, le dessin a été gravé par Adrien LAVIEILLE (1818-1862). Gavarni, caricaturiste actif à Paris a donné cette gravure pour illustrer la célèbre publication collective, avec Balzac en tête, Les Français peints par eux-mêmes qui paraît en 1853. Sur un mode mi-comique mi scientifique, elle se base sur la présentation de types sociaux représentatifs et inaugure le genre de la « littérature panoramique », en parallèle des physiologies.

Charles Lallemend. Dit Boctes et par abréviation Boc. Lithographie et collage signé Gavarni, datée 12 aout 1839. (210 x 272 mm)

Ensemble de six dessins représentant l’Université de Nancy (M-FG-DE-00230 à 235)

Ces six dessins faisaient partie d’un lot comprenant des estampes diverses et des cartes géographiques. Ces dessins représentent le bâtiment de la bibliothèque Stanislas au moment où elle a accueilli l’Université de Nancy donc entre 1855 et 1862. On retrouve les plans des différents étages du bâtiment mais aussi une coupe et la présentation de la façade, côté de la rue Stanislas.

Université de Nancy. Elevation sur la rue Stanislas. Dessin, encre et lavis d’encre, entre 1855 et 1862

Les consolations du poète (ms. 1955)

Hippolyte FARCY. Souvenir de mon meilleur ami. Nancy, vers 1872. Album de poèmes, illustré de 35 dessins, dont 22 exécutés à l’encre noire, 7 à l’aquarelle, 7 au lavis ou à la mine de plomb et 1 à la sanguine. In-4 oblong, 67 ff. Reliure demi-chagrin rouge, dos à nerfs orné de fleurons dorés.

Les poèmes, empreints d’une grande désolation, sont dans le genre moral et traitent des grands sentiments, amour, amitié, douleur, honneur, génie… Seul l’amour de Dieu semble soutenir le poète torturé et le raccrocher à la vie. Cependant, l’amour des femmes – d’une femme ?- celui des arts, ainsi qu’un fort sentiment patriotique l’animent et le consolent. Qui est le « meilleur ami » du titre ? On ne sait.

Une pièce est dédiée « A Sa Majesté l’Impératrice Eugénie à son passage à Nancy [en] 1866 », l’autre « A M. le baron Guerrier de Dumast qui m’avait envoyé son ouvrage Les Fleurs de l’Inde », une autre incite au soulèvement des Lorrains après la guerre de 1870, une douzaine de pièces sont liées au titre « Mendelsson à Nilda », poème onirique empreint de désespoir.

Les poèmes sont entrecoupés de courts textes anecdotiques ou drôlatiques. Étrangement, les dessins sont sans rapport avec les textes et figurent des portraits d’hommes, de femmes en costumes traditionnels, des paysages, des animaux, des académies.

De l’auteur, Hippolyte Farcy nous ne savons que peu de choses. Il est cité pour les souscriptions à un franc recueillies au Lycée impérial de Nancy à l’occasion de la restauration de la Galerie des Cerfs du Musée lorrain3. Il devait être alors y être élève ; Plus tard, à l’occasion de son admission à la Société d’archéologie et du Comité du musée lorrain, en qualité de membre titulaire, le 10 mai 1872, où il fut présenté par « MM. de Dumast, Henri Lepage et Laprevote »4.

Hippolyte Farcy. Profil féminin, dessin académique à l’encre avec insectes naturalistes à l’aquarelle en marge. (345 x 250 mm)

Un vaudeville tout à la gloire de Nancy (ms. 1956 T. 1-2)

Émile ROUSSEL (texte) ; Georges GUGENHEIM (texte et gestion des annonces) ; Paul Thomas (musique)  Nancy ! Tout le monde descend ! 1880

Deux volumes in-4. Le premier renferme le texte imprimé de la revue, 26 pp., avec une version autographiée fort différente de l’imprimé, 148 pp. ; Le tout est accompagné d’une documentation très complète comporant partitions, tract publicitaire et spécimen illustré de Nancy-Théâtre ainsi que 26 coupures de presse permettant d’apprécier la réception sans oublier le procès qui s’engagea entre Gugenheim, Thomas et Gravière le directeur du théâtre ; 14 lettres manuscrites signées adressées à Émile Roussel relatives aux costumes, aux décors, à la musique, aux acteurs…

Le second volume renferme principalement 11 photographies des comédiens en costume par Joseph Aloise Ferdinand Barcó (1848-1915), Nancy et une grande affiche originale (1150 x 800 mm).

L’acteur Sylvani en costume de Neptune. Photographie J. Barco, Nancy, 1880. (112 x 170 mm)

 

L’institution de l’Office du tourisme n’a pas encore vu le jour en 1880, ni à Nancy ni ailleurs, mais ce vaudeville imaginé par Émile Roussel et Georges Gugenheim semble tout droit sorti d’une association des commerçants et des édiles nancéiens pour la promotion de la cité. On ne s’en étonnera pas dans le contexte de l’après-guerre de 1870 où l’image d’une ville frontière comme Nancy est à réinventer. Il faut réaffirmer la force et l’attractivité de la ville.

Les qualités littéraires de la pièce ne sont pas à souligner, les enjeux sont ailleurs, mêlant politique, intérêt commercial et touristique dans un esprit ludique qui ne s’embarrasse pas de subtilité. La pièce en cinq actes et sept tableaux est un « vaudeville-revue » ainsi que les journaux de l’époque la désignent. Hommes illustres, rues, industries, commerces et faits divers de Nancy y sont abondamment cités et loués avec emphase ! « On dirait le Bottin mis en musique »5. Presque tous les artistes de la troupe d’opérette et de comédie jouent dans la revue. Elle sera donnée pour la première fois le 14 février 1880 et reprise plusieurs fois par le Casino, un café-concert qui innove avec ce type de spectacle. La partition compte près de quarante airs avec un chœur de femmes et et un autre de trente à quarante enfants ! D’après la presse locale bien représentée dans les 26 coupures conservées, la réception semble mitigée : quand elle n’est pas laudative, elle émet surtout des réserves sur les longueurs. À propos de presse, signalons en particulier les Couplets des Journaux pour lesquels « Les auteurs ont eu une inspiration heureuse et appréciée en caractérisant avec un tact parfait chacun des organes de presse locale »6.

“Nancy tout le monde descend ! est la première revue vraiment locale qui se jouera sur le théâtre de notre ville ; c’est une tentative de décentralisation des plus méritoires qui est d’un bon augure pour l’avenir de nos jeunes écrivains et compositeurs nancéiens et qui, à ce point de vue, mérite la sympathie et l’encouragement de tous ceux qui ont quelque souci de la réputation de notre vieille Lorraine.”7

Si l’arrivée des eaux de la Moselle et les fêtes d’août sont les évènements de l’année 1880, on n’oubliera pas de tirer la leçon de la fête patriotique de 1879, année qui vit s’ériger la statue d’Adolphe Thiers sur la place désormais éponyme8. Sept tableaux évoquent la ville : la gare avec « L’arrivée du train » ; un intérieur bourgeois « Chez Rigolin » ; « La fontaine de Neptune » heureusement incarnée par le comédien Sylvani, très apprécié ; « A travers la ville » présente la rue Saint-Dizier avec le marché, le Point Central et la criée ; « La Foire de Mai – Les eaux de la Moselle » ; « Le Dîner chez Baudot » ; Enfin, le clou du spectacle, à propos duquel la presse locale est très divisée, célèbre Adolphe Thiers « Le libérateur du territoire ».

L’actrice Melle Saint Laurent en allégorie de la Pépinière avec un kiosque sur la tête. Photographie J. Barco, Nancy, 1880

L’œil humaniste du graveur Paul-Émile Colin sur le chef d’œuvre réaliste de Zola, Germinal (Rés. 4874 T. 1-2)

Quand ce n’est pas précisément notre bonne ville, c’est notre région, la Lorraine, qui s’illustre à travers l’un de ses artistes, Paul-Émile Colin, toujours très suivi par notre veille, aussi bien pour ses gravures que pour ses cuirs incisés dans le domaine de la reliure.

Émile ZOLA (1840-1902) ; Paul-Émile COLIN (1867-1949) illustrateur. Germinal. Paris : Pour les cent bibliophiles,1912. Première édition illustrée par Paul-Émile Colin. Tirage limité à 120 ex. sur papier filigrané, celui-ci n°102 imprimé pour Henri Vever.

On trouvera le détail précis de cette édition en exemplaire très enrichi dans notre catalogue en ligne.

Paul-Émile Colin est un artiste lorrain qui a illustré de nombreux ouvrages par ses gravures sur bois. Particulièrement actif dans le monde de la bibliophilie, il a réalisé des ouvrages ornés de cuirs incisés et complétés par des dessins préparatoires et des suites de gravures. La bibliothèque Stanislas conserve déjà nombre de ses œuvres dont un recueil contenant 96 dessins originaux pour le Germinal de Zola (Ms. 1866)

Le tome I est truffé d’une peinture originale, le tome II de deux dessins préparatoires à des illustrations non retenues, de l’invitation et du menu pour l’Assemblée générale annuelle de l’association des cent bibliophiles. Une suite complète tirée à part est reliée après le texte.

Paul-Émile Colin. [Mineurs dans une galerie]. Peinture originale en noir avec rehauts blancs sur papier brun pour le T. I de Germinal. (113 x 80 mm)
Les reliures plein maroquin brun sont signées Canape : elles intègrent des cuirs incisés, peints et dorés et des matrices en bois incrustées dans les plats inférieurs. Elles s’ouvrent sur des gardes peintes, d’inspiration symboliste.

  • Tome 1 : plat supérieur au cuir incisé incrusté représentant un couple se soutenant dans les grandes plaines du Nord ; Plat inférieur avec le bois original « Le déjeuner des Maheu » qui illustre la p.19.
  • Tome 2 : plat supérieur au cuir incisé incrusté figurant un mineur portant le corps inerte d’un de ses jeunes compagnons dans la mine ; plat inférieur avec le bois original « Le baiser de la Mouquette » qui illustre la p. 315 du premier tome

Hommage à Jacques Callot, tout en élégance ! (P-FG-ES-07346)

Nathalie GRALL. Callographie, gravure au burin sur papier.

Dans cette gravure tirée à 30 exemplaires seulement, l’artiste Nathalie Grall (née en 1961) rend hommage au célèbre graveur lorrain Jacques Callot (1592-1635). Elle reprend la composition et les personnages de la gravure intitulée « Les deux pantalons » datée de 1616-1617, dans la version où les deux coquins se tournent le dos, tout en s’affranchissant du geste obscène esquissé par l’un d’eux.

  1. Cité par Jacquot, Albert dans « Anoblissement d’artistes lorrains », Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des Départements 9 (1885), pp. 119-120 et dans Jacquot, Albert La Musique en Lorraine : étude rétrospective d’après les archives locales. Troisième édition. Paris, 1886, p. 45. []
  2. Nobiliaire ou Armorial général de la Lorraine et du Barrois, Nancy, 1758, tome I, p. 28. []
  3. Journal de la Société d’archéologie et du Comité du musée lorrain, 8e année, 3e numéro, mars 1859, p. 73. []
  4. Journal de la Société d’archéologie et du Comité du musée lorrain, 21e année, 6e numéro, Nancy, juin 1872, p. 114. []
  5. Le Progrès de l’Est, mardi 17 février 1880. []
  6. Le Courrier, mardi 17 février 1880. []
  7. Le Courrier, samedi 14 février 1880. []
  8. Place Simone-Veil depuis juillet 2018. []

Dans la bibliothèque du couvent des Cordeliers

Un chantier de recherche de provenances entamé à la Bibliothèque, un ouvrage historique conçu par nos collègues de Nancy Musées et la Société d’histoire de la Lorraine, deux raisons d’étudier la bibliothèque du couvent des Cordeliers, intimement liée à la Maison de Lorraine1.

Brève histoire de la bibliothèque du couvent des Cordeliers

Le nécrologe des cordeliers rend précisément hommage au fondateur du couvent, le duc René II, pour la dotation d’un certain nombre d’ouvrages, notamment les magnifiques livres de choeur2.  Au xviie siècle, la bibliothèque est déjà notable, comme le montre le guide touristique et historique du père Jacob : « Dans le convent des Religieux de l’Observance de S. François de Nancy est conservée la très splendide bibliothèque des Ducs de Lorraine, depuis un long temps : la quelle est abundante en bons et rares livres, qui y ont esté mis avec de grands soins. On y void aussi quelques manuscrits »3. On sait qu’en 1611, maître Pierre Lancelot, maçon en la Ville-Neuve, reçut 154 fr. pour la confection de vingt-huit fenêtres.4.

Une salle d'archives, à gauche des fenêtres en berceau, à droite un chartrier, au milieu une table de travail et un siège
Le chartrier idéal du frère Vuillemin ? (ms. 380 fol. 72).

Dans un manuscrit du père Vuillemin à la fin du xviiie siècle, nous avons une petite représentation d’un local d’archives, dans lequel on aimerait bien voir l’illustration des locaux de conservation des cordeliers. En termes de mobilier, on sait aussi que la bibliothèque comportait, outre des armoires, un bureau, des échelles et un globe terrestre « de Jansen », dans lequel on ne manquera pas de reconnaître un globe de Blaeu. Ces informations nous sont données par les inventaires révolutionnaires, le premier réalisé par Willemet, Crampel et Lejeune le 5 février 1790 :

« Le vaisseau de la bibliothèque des pères Cordeliers est fort beau, bien éclairé, bien boisé, parqueté et plafonné. Ses livres, enfermés dans seize armoires closes par des châssis de fil de fer et par des serrures sont bien entretenus et bien soignés. Cette bibliothèque renferme plusieurs ouvrages de chaque classe ou faculté bibliographique, beaucoup dans la classe de Théologie, moins en proportion dans les autres classes savoir Jurisprudence, Belles-lettres, Sciences et Arts et Histoire. Plusieurs ouvrages sont incomplets, plusieurs réputés bouquins, il n’y aucun manuscrit rare et de prix. (…) Total des volumes de tous les formats : 4500. »((Arch. dép. de la Meurthe-et-Moselle 1 Q157/Cordeliers/ p. 6.)).

Le second, réalisé en 1793, est un inventaire détaillé de la bibliothèque, avec la liste des 3658 volumes alors subsistant. La bibliothèque reste en place au couvent jusqu’à fin 1793, date à laquelle elle est transférée au dépôt littéraire à l’université. Aucun manuscrit n’y est mentionné. Justin Favier dans son article de synthèse sur les saisies révolutionnaires dans les couvents de Nancy, rappelant ces événements, précise que peu d’exemplaires des cordeliers ont été conservés, car ils ont été déménagés tardivement. S’ils faisaient doublon avec des ouvrages déjà entrés dans les collections, ils étaient éliminés5. En effet, un seul ex-libris des cordeliers a été trouvé parmi les 150 premiers titres de l’inventaire testés au catalogue de la bibliothèque de Nancy dernièrement.

Le contenu de la bibliothèque

Les franciscains entretiennent un rapport ambigu au savoir6. Au cours de l’époque moderne s’opère chez les cordeliers un renversement dans la valeur des études livresques et de l’importance de la lecture. La figure de saint Bonaventure, premier franciscain docteur en théologie, est ainsi portée au pinacle, au détriment même de la pauvreté prêchée par François d’Assise. Nancy, couvent d’étude en philosophie et théologie, détient une bibliothèque pour l’apprentissage de la prédication. La formation y dure entre 2 et 5 ans selon le cursus poursuivi par les meilleurs étudiants franciscains.

A ce titre, la théologie se taille évidemment la part belle dans le contenu des collections (54 %). Selon André de l’Auge, dans La Sainte Apocatastase (Paris, Fouet, 1623),

« Le couvent de Nancy est l’un des séminaires de ceste Province, où pour les aumonsnes journalières [du duc], [Son Altesse] entretient grand nombre de religieux pour estre instruicts ès sciences saintes et divines, afin de tirez des flancs de ceste Académie comme d’un Cheval troyen, ils se répandent en divers lieux, places et provinces, pour par leurs escripts et prédications combattre généreusement le vice et l’hérésie. »

On y trouve des ouvrages de controverse, ainsi des œuvres de Jean Calvin. La bibliothèque des cordeliers est une bibliothèque de travail, les pères doivent y trouver de quoi nourrir leur prédication. La connaissance de l’ennemi, soit le protestantisme sur la dorsale catholique, est indispensable.

Page de titre des Sermons de Jean Calvin sur Job
Sermons de M. Jean Calvin sur le livre de Job, A Genèvre, Jean de Laon pour Antoine Vincent, 1563 (cote 155 499).

Il est intéressant de constater que les cordeliers détenaient également des ouvrages profanes, scientifiques, artistiques, philosophiques, juridiques mais aussi qu’ils lisaient Martial et Flavius Josèphe.

Les modalités de prêt des ouvrages sont décrites : il faut l’autorisation du supérieur, faire une demande expresse au bibliothécaire, et s’inscrire sur un registre. Au xviiie siècle se développe la pratique des ouvrages ad usum, qui sont appropriés individuellement par des frères. Ce sont des supérieurs, des membres de l’encadrement du couvent, qui disposent de ce privilège. Ainsi frère Alexandre Collin qui privatise une histoire de l’Ancien testament en 1763, « cum licentia superiorum ». Ne serait-ce point également parce qu’elle est signée de Robert Arnauld ?

Page de titre de l'Histoire de l'Ancien testament par Arnauld
Robert Arnauld d’Andilly, Histoire de l’Ancient testament tirée de l’Ecriture sainte, Paris, P. Le Petit, 1675 (cote 101 524).

Les livres de choeur des cordeliers7

Les volumes sont reliés sur ais de bois, couverts de veau estampé à froid, et rehaussés de fermoirs en fer, de clous, et de bandes de laiton pour en assurer la solidité. Ils pèsent entre 13 et 15 kg chacun.

Le graduel, manuscrit musical utilisé pendant la messe, présente une année lissée qui commence au 1er dimanche de l’Avent, Pâques est fixé au 3 avril, et se termine à la saint André. Il comporte différents décors : lettres bicolores dues au rubricateur, lettres gothiques à la plume, dues au copiste et 6 lettres peintes : roi David, Adoration des bergers, Adoration des mages, Résurrection, Ascension, Pentecôte. Il est enrichi de directives écrites en plus petits caractères pour certaines fêtes : procession des Rameaux, les offices de la Semaine sainte, ici l’office de la croix le vendredi saint.

Dragon en forme d'initiale S sur fond rouge
Initiale S en forme de dragon, ms. 437 (4) p. 24.

L’antiphonaire, qui regroupe les incipits de chants des offices (des heures) est en 3 volumes. Son commanditaire est facilement identifiable : il s’agit de René ii. Cependant, les circonstances de la commande, de la rédaction et de la livraison, ainsi que les noms des copistes et décorateurs ne sont pas connus. On remarque une très grande variété dans les types de décor des lettrines : gothiques en grisaille ou camaieus, et encore des lettres peintes pour les grandes fêtes : Annonciation, Visitation, Nativité, Présentation etc.

Les épisodes importants de la théologie franciscaine sont évoqués par des lettres historiées comme ce Jésus enseignant qu’on peut rapprocher de l’image de Bonaventure. Evidemment une place d’honneur est réservée aux saintes et saints franciscains. Sainte Claire d’Assise, et les mémoires qui lui sont liées, occupe une place toute particulière dans l’antiphonaire franciscain. Et, à tout seigneur tout honneur, saint François d’Assise lui-même est fêté et représenté avec très grand soin, et l’évolution de la liturgie est patente à son propos.

sainte Claire d'Assise dans une initiale P
Lettrine P avec une sainte Claire en grisaille, ms. 437 (3) p. 278

Les décors de l’antiphonaire sont inépuisables dans le bestiaire et la botanique, et le mieux est de les découvrir par soi-même sur Limédia Galeries. On peut cependant attirer l’attention de notre lectorat sur de petits aperçus de la vie des frères au couvent. Outre des petits frères cachés  ça et là dans les lettrines ou les fleurs, on voit pour la fête du saint Sacrement une assemblée franciscaine autour d’un autel dans lequel Simone Collin suggérait de voir une représentation de l’autel des cordeliers au temps de René ii.

Des frères cordeliers autour d'un autel
Fête du Saint Sacrement, ms. 437 (3) p. 103.

Une rupture stylistique importante est constatée dans le 3e volume. Simone Collin émet l’hypothèse que les volumes ont été remplacés, à une époque indéterminée, par des antiphonaires imprimés, mais qu’on les a réutilisés au xviiie siècle. À ce moment, en raison de modifications qui avaient eu lieu dans la liturgie franciscaine, les pages ont été grattées et lavées pour être actualisées sans avoir à se lancer dans la confection d’un nouvel antiphonaire.

La provenance Cordeliers de Nancy dans les collections patrimoniales

Plusieurs manuscrits de nos collections ont un auteur cordelier. Il s’agit essentiellement de manuscrits historiographiques signés de grands franciscains lorrains, et qui ont entretenu des liens étroits avec la famille ducale. Au premier rang de ceux-ci figure Jean d’Aucy, dont l’Épitomé offert à Charles iii donne son nom à notre carnet de recherches. Son successeur au xviie siècle, y compris dans les égarements historiques, est Jacques Saleur, l’auteur de La Clef ducalle…

Aubert Roland, au xviiie siècle, revient précisément sur la figure fondatrice du duc René et celle de sa femme, Philippe de Gueldres avec des méthodes beaucoup plus critiques. Claude-Robert Husson, définiteur général de l’ordre franciscain, s’illustre autant dans la dévotion que dans l’histoire avec son fameux éloge historique de Jacques Callot. Enfin le père Vuillemin, bibliothécaire et polygraphe, s’intéresse à la science et à l’histoire du couvent.

Cependant ces oeuvres manuscrites ne font pas partie des saisies révolutionnaires. Propriété privée de leur auteur, ou déjà données avant la Révolution, elles sont entrées dans les collections municipales bien postérieurement, par dons  ou par achats. À l’heure actuelle, seulement 7 ouvrages figurant à l’inventaire de la bibliothèque des Cordeliers de 1793 ont été indubitablement identifiés dans les collections patrimoniales.

Le chantier d’identification des saisies révolutionnaires a été ouvert en 2022 grâce au stage de Manon Rabillard, élève de deuxième année à l’École nationale des Chartes. Cinq communautés religieuses de Nancy ont été entièrement traitées (Chapitre primatial, Dominicains, Augustins, Visitation et Refuge), établissant l’identification formelle de 208 titres sur un ensemble de près de 4000 figurant dans les inventaires, soit un taux de conservation de 5,2 % pour ces communautés. Pour les Cordeliers, comme le soulignait Justin Favier, les premiers tests sont bien en-deçà de ce taux (1 pour 150). L’enquête est donc à poursuivre.

  1. Cet article est la retranscription de la conférence donnée à la Bibliothèque Stanislas le 11 octobre 2022 []
  2. « librariamque omnium facultatum voluminibus mandans ornari » Pierre-Étienne Guillaume, Cordeliers et chapelle ducale de Nancy, Nancy, France : chez Peiffer, 1851, 279+lxiv. Lire en ligne. []
  3. L. JACOB, Traicté sur les plus belles bibliothèques..., t. II, p. 436. []
  4. P.-E. Guillaume, Cordeliers et chapelle…, p. 15. []
  5. Justin Favier, « Coup-d’oeil sur les bibliothèques des couvents du district de Nancy pendant la Révolution : ce qu´elles étaient, ce qu´elles sont devenues », Mémoires de la Société d´Archéologie lorraine, 1883, p. 60. []
  6. Je m’appuie ici sur le travail de Fabienne Henryot, Livres et lecteurs dans les couvents mendiants: Lorraine, xviexviiie siècles, Genève : Librairie Droz, 2013, 562 p. Sur le rapport des cordeliers aux manuscrits, Fabienne Henryot, « Le livre en héritage : les religieux mendiants face aux manuscrits médiévaux au xviie siècle », Lire en ligne []
  7. L’article de référence sur ces livres reste Simone Collin-Roset, « L’antiphonaire des Cordeliers de Nancy (Nancy, Bibliothèque municipale, manuscrits 22, 23, 24, 25 anc. 437). Etude codicologique et iconographique », Lotharingia, X, 2010, p. 49‑80. Attention, le titre de l’article comporte une erreur de cotation : les 4 livres de choeur sont bien regroupés sous la cote ms. 437 (1-4), (1) correspondant au graduel et (2-4) à l’antiphonaire. []

Les dessinateurs de presse et de bande dessinée contemporains (2/3) : Frédéric Boilet, “36 15 Alexia”

Depuis 2017, nous constituons progressivement  à  la bibliothèque Stanislas, au sein du fonds lorrain, une nouvelle collection. Celle-ci est  composée d’albums de bandes dessinées, de planches originales et de dessins originaux d’auteurs lorrains contemporains.

Cet ensemble cohérent est enrichi par diverses pièces versées par les artistes : ouvrages épuisés, estampes, documentation éditoriale à l’occasion de la parution d’un nouvel album. Ainsi, la collection s’étoffe  peu à peu avec des pièces originales acquises auprès d’eux ou versées de leur plein gré. Nous réalisons en outre un travail de veille documentaire permettant d’abonder des boîtes d’archives sur chacun des artistes de cette collection.

Après la commande effectuée auprès de Romain Dutreix en 2018 dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, notre choix s’est porté sur un artiste au parcours singulier : Frédéric Boilet.

Frédéric Boilet, auteur

Né en 1960 à Épinal, Frédéric Boilet est auteur de bande dessinée, essayiste, traducteur et photographe. Il fait ses études à l’École supérieure des Beaux-Arts de Nancy, y rencontre nombre d’artistes, devenus célèbres, dont par exemple Lefred Thouron. Les deux amis ont pour point commun de quitter délibérément l’école avant le passage du diplôme de fin d’études. Ils mènent plusieurs projets ensemble, à commencer par leur implication systématique dans la rédaction du fanzine local, Le Lorgnon.

Frédéric Boilet, photographie Laia Canada, 2012

Frédéric Boilet publie son premier album à l’âge de 23 ans, La nuit des Archées (dessins et couleurs, scénario de Guy Deffeyes). Quatre ans plus tard, le Rayon vert (1987) apparaît comme un album sans précédent. Il y expérimente une méthode de travail qui perdurera tout au long de sa carrière : le recours quasi exclusif à la photo et la vidéo. 36 15 Alexia applique cette méthode à un récit d’inspiration autobiographique. Le parcours de Frédéric Boilet continue au Japon pendant 18 ans. Il publie plusieurs ouvrages ; collabore avec Benoit Peeters, Jirô Taniguchi, adapte nombre de bandes dessinées japonaises pour les éditions Casterman en tant que directeur de collection. Sa dernière publication, un récit photographique (autobiographique) intitulé 286 jours, paraît en 2014. Une biographie plus détaillée ainsi que des dessins originaux sont à voir sur son propre site.

Le choix de l’œuvre : pourquoi  36 15 Alexia?

Dans le cadre de l’enrichissement du fonds lorrain de dessinateurs de presse et de bande dessinée, notre choix s’est porté sur un album bien précis de Frédéric Boilet. En effet, 36 15 Alexia prend place dans le décor urbain de Nancy à la fin des années 1980, alors même que l’artiste, originaire d’Épinal et ayant quitté depuis peu l’École des Beaux-arts de Nancy, habite avenue du Général Leclerc. L’artiste s’inspire en grande partie de son quotidien, l’utilisant comme source de documentation : l’évocation de son quartier est partie intégrante de sa  narration. L’album en lui-même est paru en édition originale aux Humanoïdes associés en 1990, puis une nouvelle édition paraît chez Ego comme X en 2004.

Au-delà de l’album, nous avons souhaité acquérir une sélection de planches originales de 36 15 Alexia.

Une rencontre humaine et un choix ciblé

La première étape a consisté à prendre contact avec Frédéric Boilet. Une première rencontre chez lui a été l’occasion de parler de l’ensemble de son œuvre, de son édifiant parcours, de voir bon nombre de ses planches et dessins originaux méticuleusement classés. Puis nous avons ensemble examiné l’intégralité des planches originales de l’album 36 15 Alexia.

3615 Alexia, Planche originale n°40, encre de chine, typex blanc, 41×54.

Des prises de vue à la publication de l’album

Les planches

Au sein d’une intrigue à la fois très précise du point de vue des lieux, avec deux personnages principaux (dont un alter ego de l’auteur), et un minitel, les planches que nous avons choisies représentent avec un réalisme et une grande minutie dans le trait divers quartiers de Nancy. La première (qui est la deuxième de l’album) donne à voir la gare et la voie ferrée vues du ciel, ainsi que les quais. Les deux protagonistes du récit sont de suite introduits, dans une scène statique : ils attendent le train .

36 15 Alexia comporte une histoire dans l’histoire, et nous emmène de Nancy à Lyon en passant par Paris. Le minitel, cet objet alors perçu comme un outil de communication sans précédent y tient une place centrale. Les quatre autres planches montrent le quartier de l’avenue du Général Leclerc à la limite de Vandoeuvre-lès-Nancy, puis, de nouveau la gare, avec d’autres points de vue.

Le matériel d’accompagnement

La photographie étant partie intégrante de l’élaboration de l’album, Frédéric Boilet a tenu à nous faire don de l’ensemble des clichés ayant servi. Les planches reprennent au détail près l’intégralité des éléments architecturaux avec une maîtrise de la perspective, de la plongée et de la contre-plongée selon les angles de prise de vue.

Photographies pour la planche n°1, case 1: la gare de Nancy prise depuis le toit de la Tour Thiers, 1988.
Après les photographies, le travail s’effectue sur calque. Nous détenons aussi ces esquisses au crayon, certaines comportent des morceaux disjoints, des essais, et des repentirs. Il est très intéressant de les comparer au rendu définitif. La planche est dessinée à l’encre de chine, elle comporte des ajouts collés et des modifications en différents endroits. Cette approche permet un réalisme confondant dans les effets de perspective, avec des premiers plan n’empêchant pas de distinguer les détails des édifices.
Esquisse au crayon sur papier calque pour la planche n°37, 42×55 cm.
Planche originale n°1, encre de chine, typex blanc, 41×54.

Enfin, autre élément précieux, le don comporte les bleus de coloriage. Il s’agit de tirages avant impression définitive de l’album, sur lesquels ne figurent que les couleurs principales à l’acrylique, vierges de tout trait. Cette étape permet à l’imprimeur de travailler en trichromie et en noir.

Bleu de coloriage pour la planche n°36, acrylique, 19×25 cm, 1989.

L’arrivée dans les collections

Le financement de l’acquisition

Les planches ont été acquises avec le soutien du Fonds régional de restauration et d’acquisition des bibliothèques, structure co-financée par la Région Grand-Est et la Direction régionale des affaires culturelles.

Réception de l’ensemble de l’acquisition en présence de l’artiste, janvier 2020.
La réception de l’ensemble de l’acquisition

En janvier 2020, Frédéric Boilet est venu à la bibliothèque Stanislas déposer les planches et le matériel d’accompagnement faisant l’objet de l’acquisition.

Nous avons profité de l’occasion pour recueillir une dernière fois des éléments d’information sur sa méthode de travail. Ainsi, nous avons eu confirmation que l’auteur a donné à ses personnages les traits de ses amis ; force est de constater que leur représentation est d’un grand réalisme.

La valorisation auprès du public

Présentation des planches et des documents de travail. Journées Européennes du Patrimoine, septembre 2021.
Ces acquisitions ont été montrées lors des journées du patrimoine 2021, accompagnées d’une médiation orale qui revenait sur le processus de création.

Sur son site internet, Frédéric Boilet fait également mention de l’acquisition des Bibliothèques de Nancy.

Estampes anciennes : florilège

À l’occasion de la fête de l’estampe qui sera célébrée partout en France le 26 mai, la Bibliothèque Stanislas offre à découvrir ses collections d’estampes. Si les œuvres contemporaines ont souvent été mises en avant, les gravures anciennes ne sont pas moins présentes dans les collections : écoles française, italienne, allemande, gravures sur métal ou sur bois. Voici une sélection de quelques œuvres.

Schongauer, Martin (vers1445/1450-1491)

“La sépulture” ou “La mise au tombeau”, gravure au burin sur papier vergé, 167 x 116 mm, Mehl-2-157.

L’art de la gravure sur cuivre est né vers 1430 dans le sud de l’Allemagne. Martin Schongauer est un peintre et graveur allemand considéré comme un des premiers maîtres de la gravure allemande. Très admiré par Albrecht Dürer (1471-1528), son œuvre compte une centaine de gravures. Parmi elles, la série consacrée à la passion du Christ, composée de douze scènes allant de l’agonie au jardin des oliviers jusqu’à la résurrection. Cette scène, intitulée La sépulture ou La mise au tombeau, présente le corps du Christ mis au tombeau. Autour du tombeau, la Vierge, saint Jean et trois saintes femmes dont Marie-Madeleine qui embrasse la main du Christ. On aperçoit en arrière-plan la croix et  son échelle sur la colline.

Lucas de Leyde (1494?-1533)

“Jésus Christ portant sa croix”, gravure au burin sur papier vergé, 1515, 79 x 104 mm, inv. 690 559 folio 49bis.

Lucas de Leyde est un peintre et graveur hollandais incontournable de la première moitié du XVIe siècle. Son œuvre compte un peu plus de 170 gravures. Cette estampe illustre la passion du Christ. Il est représenté à genoux, succombant sous le fardeau de la croix et tournant la tête vers une femme qui lui présente un suaire. La date de 1515 apparaît en haut à droite au dessus de la femme.

Caraglio, Gian Giacomo (1505?-1565)

“Saturne dévorant son enfant”, gravure au burin sur papier vergé, 1526, 218 x 113 mm, inv. 690 559 folio 92. Éditée par Antonio Salamanca (1478-1562).

Gian Giacomo Caraglio est un graveur italien élève de Marcantonio Raimondi (1480?-1534?). Il a également été graveur de médailles et de gemmes. Cette gravure fait partie d’une suite de vingt estampes représentant des divinités de la mythologie, debout dans des niches avec les attributs qui les caractérisent. Ici, on retrouve Saturne dévorant l’un de ses enfants. Selon la tradition, calquée sur le mythe grec de Cronos, pour éviter que ne s’accomplisse la prédiction selon laquelle il serait détrôné par l’un de ses enfants, Saturne dévora chacun d’eux à leur naissance.

Maître IB (école allemande, début du XVIe siècle)

“Emblèmes avec espoir, tribulation, envie et tolérance”, gravure au burin sur papier vergé, 1529, 145 x 84 mm, inv. 690 559 folio 114.

Cette gravure a été réalisée par un artiste allemand du début du XVIe siècle qui n’a pas encore été identifié. Son monogramme reste utilisé pour mentionner son nom. L’espérance debout entre la vie et la tribulation. Celle-là, à droite, bat avec un marteau triplé le cœur d’un homme vertueux que l’envie tient sur une enclume posée sur la tolérance qui est couchée à terre. Ces quatre passions sont exprimées par des figures de femmes, dans une forme de médaillon ménagé dans une table qui est suspendue à une colonne, au pied de laquelle sont assis deux génies. La beauté de cette gravure réside dans l’utilisation d’un fond entièrement gravé, hachuré, donnant un rendu totalement noir. Ainsi, le motif apparaît très en volume, comme un élément sculpté, un bas-relief.

Pomedelli, Giovanni Maria (1478?-1537?)

[Animaux de basse-cour], gravure au burin sur papier vergé, 1534, 143 x 144 mm, inv. 690 559 folio 20.
Giovanni Maria Pomedelli est un orfèvre, peintre, graveur et médailleur italien qui a travaillé dans la région de Vérone. Seules six gravures sont connues de cet artiste. Trois sont signalées au British Museum, une au cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France. Cette gravure représente de nombreuses volailles, canards, coqs, poules, probablement dans une basse-cour. Le monogramme de l’artiste figure en bas au centre : une poire traversée par un paraphe (sorte de Z par dessus le fruit).

Pencz, Georg (1500?-1550)

“Joseph vendu à des marchands Ismaëlites”, gravure au burin sur papier vergé, 1546, 124 x 86 mm, inv. 690 559 folio 116.

George Pencz est un peintre et graveur allemand de style maniériste. Formé à l’atelier d’Albrecht Dürer, il voyage en Italie où il est profondément marqué par l’art de Marcantonio Raimondi. Cette gravure fait partie d’une suite de quatre estampes illustrant l’histoire de Joseph dans l’Ancien Testament. Joseph, debout à gauche, est vendu par ses frères à des marchands Ismaëlites.

Delaune, Étienne (1518?-1583)

“Mêlée de guerriers nus”, gravure au burin sur papier vergé, 70 x 223 mm, Rés. 4176 folio 1.

Étienne Delaune est un orfèvre et graveur français de la Renaissance. Son œuvre gravé est important. Cette estampe fait partie d’une suite de douze gravures en forme de frise sur fonds noir. Celle-ci présente des guerriers nus armés de massues et d’arcs qui se précipitent les uns contre les autres. Certains d’entre eux portent des panaches de plumes sur la tête et à la ceinture. On remarque  en bas à gauche la signature du graveur dont la première lettre est gravée à l’envers “Stephanus Fecit”.

Leu, Thomas de (1555?-1612?) d’après Antoine Caron (1521-1599)

“Ajax Locrien”, gravure au burin sur papier vergé, 239 x 192 mm, Rés. 4154 folio 45.

Thomas de Leu est un graveur et éditeur d’estampes d’origine néerlandaise. Il est un des grands représentants de la gravure française du XVIe siècle. Son œuvre est volumineux notamment les portraits. Ici, c’est un thème  de la mythologie grecque qui est illustré, un épisode de la guerre de Troie : Ajax, fils du roi de Locride, qui a éveillé la colère des dieux, est représenté écrasé sous le rocher sur lequel il s’était réfugié, fendu d’un coup de trident par le dieu Apollon. La composition a été gravée par Thomas de Leu d’après une œuvre d’Antoine Caron, peintre français de la Renaissance.

Joannes Wierix (1549?-16..) d’après Albrecht Dürer (1471-1528)

“Melencolia I” gravure au burin sur papier vergé, 1602, 243 x 193 mm, 690 559 folio 44.

Joannes Wierix est un illustre graveur flamand issu d’une grande dynastie de graveurs. Les Wierix ont beaucoup gravé d’après Dürer. Joannes reprend ici une œuvre très célèbre créée par Albrecht Dürer en 1514, Melencolia I. Cette œuvre est composée de multiples objets et éléments symboliques : un livre, un compas, une bourse, des clés, un sablier, une cloche, un cadran solaire, un carré magique, un polyèdre, etc. À droite de la composition, l’ange, par sa posture et l’expression de son regard, exprime avec force le tempérament de la mélancolie. Cette œuvre a été très étudiée par les historiens de l’art et sa complexité laisse, aujourd’hui encore, de nombreuses hypothèses différentes quant à sa signification.

Saenredam, Jan Pietersz (1565?-1607)  d’après Goltzius, Hendrick (1558-1617)

“Les trois sortes de mariage (n°1 et n°2)”, gravure au burin sur papier vergé, 235 x 164 et 236 x 164 mm, inv. 699 033.

Jean Saenredam est un peintre, dessinateur et graveur maniériste hollandais. Il a été formé dans l’atelier d’Hendrick Goltzius, un autre peintre et graveur néerlandais célèbre. Il a beaucoup gravé d’après Goltzius et son œuvre compte un peu plus d’une centaine d’estampes. Les deux gravures présentées ici font partie d’une suite de trois estampes illustrant trois sortes de mariage : à gauche, le mariage qui se fait dans la seule vue du plaisir, et auquel préside l’Amour. À droite, le mariage dont le principal motif est les richesses, et qui est l’ouvrage du démon. Le traitement des drapés, des figures et des corps illustre parfaitement le courant maniériste.

Reni, Guido (1575-1642) d’après Parmigianino (1503-1540)

“La fille portant le coussin”, eau-forte sur papier vergé (1590-1642), 168 x 83 mm, inv. 690 558 folio 134.

Guido Reni est un peintre et graveur italien, figure dominante de l’École de Bologne. Son œuvre gravé compte une soixantaine d’estampes. Il grave d’après ses propres dessins mais aussi ceux d’autres maîtres de son temps. Ainsi, il réalise ici la gravure d’une jeune femme regardant un coussin qu’elle tient dans ses bras d’après le dessin de Parmigianino conservé aujourd’hui à la Galerie Nationale de Parme (Inv. n°510/25).

Une classe en résidence à la bibliothèque

En janvier 2022, la Bibliothèque a accueilli une classe de CM2 en résidence. L’occasion pour une vingtaine d’élèves d’investir le bâtiment et de découvrir le patrimoine écrit tout en travaillant sur une thématique riche et transversale : le voyage.

Contexte

La Bibliothèque Stanislas accueille en moyenne une quinzaine de classes par an, de l’école primaire au lycée, lors de parcours d’1h30 maximum. L’objectif de ces accueils est de donner aux élèves un accès au patrimoine écrit, à l’histoire du livre mais aussi à l’histoire de leur ville et de leur région.

En septembre 2021, le rectorat et la Délégation Académique à l’Action Culturelle nous soufflent l’idée d’accueillir une classe d’école primaire en résidence sur une période plus longue, comme le font déjà d’autres structures culturelles.

Défi relevé, nous proposons à une classe de CM2 du quartier de Beauregard à Nancy, quartier prioritaire éloigné de la bibliothèque, de venir passer une semaine complète dans nos murs.

Déroulement

La classe est installée dans la salle de consultation patrimoniale.

Le programme de la semaine est conçu en étroite collaboration avec l’enseignante, Mme Delphine Muller-Derhé, plusieurs semaines en amont de la résidence. Nous choisissons de placer cet accueil sous la thématique du voyage. Ce thème, exploité par les élèves dans le cadre d’un projet plus large, permet de montrer des documents patrimoniaux variés et représentatifs de nos collections. Il s’agit également d’un thème suffisamment transversal pour construire des ponts entre différentes disciplines.

Il est convenu dès la préparation du projet qu’il s’articulerait en trois temps : la classe aura des temps d’enseignement « classiques », des moments d’accueil consacrés à la découverte de la bibliothèque et de ses collections, ainsi que des ateliers avec des intervenants extérieurs.

Nous faisons donc appel à deux intervenants pendant la semaine pour enrichir le propos :

  • Katia Mourer, artiste plasticienne, propose de travailler avec les élèves à la réalisation d’une carte imaginaire,
  • Bruno Ricci, comédien, donne aux élèves l’opportunité d’apprendre à oraliser un texte.

Concernant la découverte du patrimoine écrit, la thématique du voyage est abordée à travers 3 aspects : l’histoire de la cartographie, le récit de voyage et les livres d’artiste.

La carte imaginaire réalisée par tous les élèves et Katia Mourer pendant la semaine, représente un lieu imaginaire qu’ils ont nommé “l’Archipel de Beauregard”.

La première journée est dédiée à la découverte du lieu. La semaine commençant un lundi, jour de fermeture de la bibliothèque, l’accueil se fait de manière ludique et relativement libre : une visite par petits groupes, une présentation de plusieurs documents représentatifs de nos collections pour finir par un mini jeu de piste dans les différents espaces du bâtiment du XVIIIe siècle. L’objectif est de permettre aux élèves de découvrir et comprendre les lieux dans lesquels ils vont passer une semaine, de se repérer dans les espaces et d’en prendre possession. Pari réussi, les élèves ont très vite été à l’aise pour circuler et se repérer dans ce grand bâtiment ancien.

Les trois autres jours de la semaine sont partagés entre ateliers d’expression artistique, enseignements traditionnels et découverte des collections de la bibliothèque. Cela permet de travailler en groupes de 5 à 10 élèves maximum, favorisant les échanges et la participation de tous.

Les différents ateliers se répondent souvent : les enseignements fondamentaux sont préparés en lien avec la thématique du voyage, les découvertes de livres anciens viennent enrichir le vocabulaire plastique proposé par l’artiste pour la création de la carte.

Atelier d’arts plastiques

Un espace dédié en salle patrimoniale

Une classe en résidence, une semaine complète, est un accueil qui peut s’avérer lourd à prendre en charge. Si nos espaces de travail sont conçus pour des publics étudiants, lycéens ou enseignants, ils le sont moins pour des classes de primaire. Il faut donc s’adapter et anticiper les aspects logistiques : transports quotidiens, cantine, récréations.

 

Pour l’occasion, nous réservons la salle patrimoniale aux élèves afin qu’ils puissent s’y installer comme s’il s’agissait de leur propre salle de classe : les écoliers y laissent chaque soir une partie de leurs affaires, des paper-boards pallient l’absence de tableau blanc. Les collègues de la section jeunesse de la médiathèque ont préparé une sélection d’ouvrages, albums, documentaires et bandes dessinées, sur la thématique du voyage ; sélection installée dans un coin de la salle à la manière des BCD de classe. La ludothèque est également partie prenante, en sélectionnant plusieurs jeux sur la thématique. La salle patrimoniale est donc divisée en plusieurs petits espaces : espace de travail, espace de jeux et de détente, espace d’arts plastiques.

La salle de l’Académie, aimablement prêtée par l’Académie de Stanislas, permet d’ajouter un espace supplémentaire d’activités précieux pour travailler en petits groupes. Du fait de son acoustique, eIle sert particulièrement à l’atelier d’oralisation mené par Bruno Ricci.

Atelier d’oralisation dans la salle de l’Académie de Stanislas

Les récréations ont lieu dans la cour de la bibliothèque ; les élèves mangent chaque midi au restaurant universitaire situé à quelques centaines de mètres.

Un film témoignage

Afin de garder une trace pour les élèves mais aussi pour l’institution, nous capturons sons et images des ateliers à différents moments de la semaine. Le dernier jour, nous prenons le temps d’une restitution de l’atelier d’oralisation. Ce moment privilégié rend compte aux élèves du chemin parcouru durant toute la semaine.

Captation vidéo de la résidence

Conclusion

Les premiers retours des élèves et de l’enseignante ont été très positifs. Ils ont tout particulièrement apprécié l’immersion d’une semaine dans un lieu très différent de la classe. Les élèves ont globalement bien participé et sont apparus très rapidement à l’aise à la bibliothèque.

Les différents temps pédagogiques (découverte du patrimoine, ateliers et enseignements classiques) étaient bien articulés. Les contenus se répondaient bien, et avaient une bonne cohérence sur la semaine.

En accueillant une classe sur un temps long, nos pratiques internes ont été questionnées. Le bâtiment s’est prêté à un accueil de cette envergure. Les publics ont cohabité sans se gêner vraiment. Si le temps de préparation et d’investissement a été conséquent pour nous, celui-ci pourra être réinvesti dans une déclinaison de la résidence en parcours inscrit dans la programmation scolaire.

Le bilan réalisé avec les élèves, en présence du maire de Nancy et du recteur d’académie, a montré que cette expérience s’était révélée à la fois enrichissante et marquante dans leur cursus scolaire, en entremêlant la vie de la classe et celle de l’institution culturelle.

La classe quittant la salle de lecture.

Histoire et collections de la Bibliothèque de Nancy

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search