Co-libris, un réseau de lecture publique innovant

Depuis 2013, les habitants du Grand Nancy bénéficient d’un réseau de lecture publique, Co-libris, qui a démultiplié l’offre de collections, d’espaces et de services en ligne. Un portail commun, une carte commune… et pourtant, les bibliothèques du réseau sont restées municipales. Comment Co-libris a-t-il relevé ce défi sans passer par la case « intercommunalité » ?

Le réseau de lecture publique Co-libris est constitué de 5 bibliothèques municipales, pour un total de 9 sites (Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy, Laxou, Saint Max et Maxéville) et de 2 bibliothèques spécialisées (Musée des Beaux-Arts de Nancy et Conservatoire régional du Grand Nancy).
Il propose aux usagers de ces bibliothèques un bouquet de services :
– un portail commun, avec accès au catalogue, à des services en ligne et à des ressources numériques,
– une carte commune permettant d’emprunter en tous points du réseau
Si le Grand-Nancy est partie prenante dans le réseau, comme nous le verrons plus tard, il n’est pas l’échelon de tutelle administrative des bibliothèques, qui restent municipales, et c’est là toute l’originalité de Co-libris.

Page d’accueil du portail Co-libris

Avant Co-libris

Co-libris, réseau innovant dans sa forme administrative, est l’aboutissement de décennies de mutualisation et de travail en commun, initiés en 1989 par l’acquisition partagée du logiciel CLSI pour trois bibliothèques municipales : Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy et Laxou, et l’actuelle Médiathèque de Meurthe-et-Moselle, alors appelée BCP.
En 1996, à l’occasion du renouvellement du système d’information de gestion des bibliothèques, seules les trois communes confirment le choix de partager un catalogue et un système informatique communs. Le SIGB1 GEAC Plus est retenu.
Le système en place est progressivement modernisé, d’abord en 2002, par l’installation de dispositifs multimédia dans les médiathèques, puis en 2004, avec la mise en ligne du catalogue, chaque ville ouvrant ce service depuis son propre site internet.

La société INFOR rachète GEAC France et annonce l’arrêt de la maintenance du logiciel GEAC Plus pour fin 2009. Une nouvelle ré-informatisation s’impose donc au réseau. Le Grand-Nancy ayant entre-temps pris la compétence informatique au bénéfice des communes,  la Direction des systèmes d’information et de la télécommunication communautaire devient l’échelon de référence technique pour le projet.

Par ailleurs, plusieurs villes ou services ayant demandé à être associés à la démarche de mutualisation, cette ré-informatisation est l’occasion d’élargir le périmètre du projet à d’autres communes de l’agglomération, et surtout de bâtir un projet de lecture publique, allant bien au-delà d’un simple partage de logiciel et dépassant la seule logique d’optimisation financière.

Co-libris en projet

 Il apparaît rapidement que ce nouveau projet d’ampleur communautaire nécessite une étude préalable, sous l’angle technique bien sûr, mais également sous l’angle bibliothéconomique, afin de mieux appréhender les services à ouvrir aux usagers, et l’organisation à mettre en place.
La société Tosca Consultants est retenue pour cette étude. Elle doit proposer plusieurs scénarios permettant de répondre à la question « Quelle politique de lecture publique demain dans le Grand-Nancy ? ».
Dans sa note stratégique du 15 juin 2009, Tosca souligne :

« Les représentants des villes s’expriment sur l’intérêt de mettre en commun non seulement un outil informatique mais également un véritable projet de lecture publique avec ouverture de l’accès aux fonds des différentes bibliothèques pour tout lecteur appartenant au réseau, de développer l’accès aux documents électroniques tant sur place que chez les abonnés. En effet, la perte de 30 % de lecteurs en cinq ans montre que les bibliothèques doivent trouver de nouveaux outils afin d’attirer les lecteurs, surtout les plus jeunes. »

Et c’est vrai, la mutualisation minimale en œuvre depuis 1996, pour bénéfique qu’elle ait été en termes financiers et professionnels, a développé un sentiment de frustration chez les usagers, qui ont accès au catalogue d’autres bibliothèques sans pouvoir emprunter dans celles-ci. L’idée d’une carte commune apparaît alors comme l’élément indispensable d’un réseau repensé, mettant (enfin) l’usager au cœur du projet de mutualisation.

L’objectif est donc de mettre en œuvre un projet de lecture publique partagé, susceptible de contribuer à la reconquête des publics, notamment des jeunes générations. Pour cela, il faut :
– ouvrir l’accès aux fonds des bibliothèques pour tout lecteur appartenant au réseau ;
– développer l’accès aux ressources numériques sur place et à distance.

Un objectif soumis à quelques contraintes :
– la solution technique doit s’appuyer sur des logiciels communs ;
– le projet doit viser l’optimisation des subventions (par sa forte dimension de mutualisation, 70% ont été obtenus) ;
– l’accès élargi aux collections des bibliothèques ne doit pas présupposer une mise en cohérence des politiques tarifaires d’inscription ; chaque commune demeurant libre de la définition et de l’évolution de ces politiques.

Les contours du projet de lecture publique se dessinent donc autour de 3 axes :
– un même logiciel, un catalogue collectif et un portail commun ;
– une bibliothèque numérique et le partage d’abonnements ;
– une carte commune.

Courant 2009, sont lancés en parallèle :
– le travail en mode projet des bibliothécaires de Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy et Laxou, pour définir les besoins et fonctionnalités du futur SIGB, sous la houlette du conservateur en charge du numérique des Bibliothèques de Nancy. L’objectif est d’élaborer le cahier des charges de la future consultation en lien avec Tosca, puis de préparer la migration d’un SIGB à l’autre. Une dimension technique du projet que nous ne développerons pas ici, juste pour indiquer que le nouveau SIGB Vsmart, choisi à l’issue de la consultation, a été opérationnel le 24 avril 2012 ;
– et la réflexion sur le périmètre et l’organisation du futur réseau de lecture publique, qu’on n’appelle pas encore Co-libris.

Co-libris en chantier

 Le Grand Nancy consulte les maires de la communauté urbaine sur le projet de mutualisation du SIGB et plus largement du projet de lecture publique. Aux trois villes « historiques » s’ajoutent Maxéville et Saint-Max, qui exprime son intérêt mais indique vouloir intégrer le réseau plus tardivement, dans le cadre du projet de rénovation de sa médiathèque, prévu en 2013. La Ville de Nancy déclare vouloir intégrer le centre de documentation du Musée des Beaux-Arts et le Grand Nancy celui du Conservatoire. Le périmètre est fixé.

Par ailleurs, afin de préparer l’organisation du réseau dans toutes ses dimensions, des groupes de travail, composés de bibliothécaires des différentes villes, sont organisés selon les thématiques suivantes :
– Carte commune ;
– Portail et communication ;
– Ressources numériques.

De ce travail en mode projet découle la création d’une cellule technique, constituée d’un agent coordinateur du réseau (recruté début 2012 par le Grand Nancy, basé à la DSIT, et rémunéré par les Villes) et de référents dans chacune des bibliothèques.
L’ensemble des groupes se retrouvent lors de comités techniques réguliers, pour faire le point sur l’avancement des travaux. Un comité de pilotage réunissant élus et directeurs de bibliothèques des communes concernées, sous l’égide du vice-président du Grand-Nancy en charge des questions numériques, est organisé au moins deux fois par an. Lors de ces réunions, les modes d’organisation et les choix stratégiques sont présentés aux élus pour discussion et validation.

En 2012, la première convention triennale est établie, fixant les règles de fonctionnement, les droits et devoirs de chacune des parties. Elle est signée par tous les maires et par le Président du Grand Nancy.
Le service est lancé le 1er janvier 2013.

Logo Co-libris

 

 

Co-libris en action

 

  •  Une offre considérablement enrichie pour le public

Pour les habitants des communes concernées, le réseau ouvre des perspectives considérables d’accès à des espaces et des collections supplémentaires, ainsi que de nouveaux services en ligne.
Depuis chez soi, il devient par exemple possible de prolonger ses emprunts ou de réserver un document, autant de services qui ont été rapidement plébiscités. La consultation du catalogue est le service le plus utilisé sur le portail. Le service de questions/réponses en ligne BiblioSésame (devenu Eurêkoi en 2015) est proposé dès l’ouverture du site.
Chaque usager s’inscrit dans la bibliothèque de son choix, et bénéficie donc du tarif et des modalités d’emprunt de celle-ci. On lui remet une carte Co-libris, qui va également  lui permettre de se rendre dans chacune des autres bibliothèques du réseau pour y emprunter jusqu’à 4 documents.
La multi-fréquentation est ainsi facilitée et les statistiques le prouvent. En 2017, 17% des usagers sont multi-fréquentants, c’est-à-dire empruntent dans au moins une autre bibliothèque du réseau. En moyenne un multi-fréquentant emprunte 14 documents dans l’année dans un autre point du réseau.
Pour faciliter l’usage, certaines modalités d’emprunt ont été harmonisées : durée d’emprunt et de prolongation (28 jours), procédure de blocage des cartes en cas de retard, nombre de réservations. L’envoi de mails de courtoisie quelques jours avant l’échéance des emprunts et de l’abonnement est très apprécié par le public, et contribue à réduire le nombre de retards.
Environ 250 postes informatiques sont déployés sur l’ensemble du réseau, dont une centaine dédiée au public. Sur ces postes, les usagers s’identifient avec leur carte et peuvent surfer sur Internet, avoir accès à des logiciels de bureautique et imprimer.

  •  Du côté des communes

En tant que service support la DSIT du Grand-Nancy engage les dépenses liées au réseau (matériel, maintenance, acquisitions de ressources numériques, salaire du coordinateur de la cellule technique…) puis les refacture aux Villes, une fois par an, selon une clé de répartition composée, à part égale, du nombre de prêts, du nombre d’exemplaires et du nombre de postes informatiques. Cette mutualisation financière se révèle, en investissement comme en fonctionnement, bénéfique pour les finances des communes. Elles peuvent également se prévaloir d’améliorer le service de lecture publique pour leurs habitants, tout en « gardant la main » sur leur bibliothèque et en restant maîtresse de la politique tarifaire.

  •  Du côté des bibliothécaires

Le travail de coopération fourni a été important pour mettre en place l’ensemble des nouveaux services, tout autant que pour la ré-informatisation en tant que telle. Ainsi les groupes « projet » mis en place dès 2009 se sont-ils transformés en instances de coordination régulières : carte réseau, comité éditorial portail et ressources numériques (acquisitions partagées). En effet, même en rythme de croisière de constants réajustements sont nécessaires : harmonisation des modalités liées à la carte commune à l’épreuve de l’expérience, amélioration graphique du portail et de sa navigation, offre évolutive des ressources numériques.
Des freins sont apparus comme par exemple la réduction à mi-temps du poste de coordinateur de la  cellule technique au bout de 4 ans.

Co-libris réinventé ?

Avec la mise en œuvre du projet de Bibliothèque Numérique de Référence du Sillon Lorrain et des portails Limédia, les ressources numériques sous droits se trouvent transférées du portail Co-libris sur le site Limédia Mosaïque depuis avril 2018, dans une nouvelle échelle territoriale. Les usagers de Co-libris y accèdent en s’identifiant et bénéficient par ce biais d’une offre bien plus large et plus riche.

Page d’accueil de Limédia Mosaïque

Le portail Co-libris est actuellement en refonte, avec l’objectif d’améliorer l’expérience utilisateur et de devenir un vrai site de services en ligne et d’information sur l’actualité du réseau du Grand-Nancy. Cette nouvelle version devrait être proposée au public début 2019. Le site demeure bien sûr accessible dans sa version actuelle, ressources numériques en moins.

L’organisation administrative singulière de Co-libris montre parfois ses limites, lorsque certaines décisions municipales se heurtent au principe d’harmonisation, ou que les politiques tarifaires très différentes d’une ville à l’autre développent, à la marge, des comportements opportunistes chez les usagers. Toutefois cette organisation a permis d’élargir l’offre culturelle tout en maîtrisant les coûts, et elle recueille la satisfaction du public : le bilan est positif, en attendant un éventuel transfert à l’intercommunalité qui ouvrirait d’autres perspectives.

http://www.reseau-colibris.fr

https://mosaique.limedia.fr/

 

  1. Système intégré de gestion de bibliothèque. []

Roméo, Juliette, Gigola et Sommariva

Une exposition consacrée à la naissance du romantisme en Italie, au musée Poldi Pezzoli de Milan (25 octobre 2018-19 mars 2019) est l’occasion d’étudier plus précisément un ouvrage rarissime, la Storia di due nobili amanti, illustré par Giovanni Battista Gigola au début du xix e siècle.

L’une des plus belles histoires d’amour de tous les temps

C’est en 1530 que Luigi da Porto, un écrivain de Vicence, compose l’Historia novellamente ritrovata di due nobili amanti qui décrit l’amour fatal que se portent Juliette Capulet et Roméo Montaigu. Si l’intrigue est ancienne – on peut la faire remonter au mythe de Pyrame et Thisbé –, les motifs principaux sont fixés dans le Décaméron de Boccace (vers 1350) puis dans Mariotto et Ganozza de Massucio Salernitano (1467). Mais c’est da Porto qui baptise définitivement les personnages, développe la rivalité entre les familles véronaises et introduit le sort final des deux amants.

Storia di due nobili amanti, détail : le bal où Roméo et Juliette se rencontrent pour la première fois

Son texte connaît une diffusion internationale : Pierre Boistuau l’adapte en français en 1559 dans les Histoires tragiques, et l’Anglais Arthur Brooke, qui a lu Boistuau, en tire en 1562 The Tragical History of Romeus and Juliet. Ce conte est la source principale de l’œuvre de Shakespeare, publiée pour la première fois en 1597.

A la fin du xviii e et au début du xix e siècle, les romantiques remettent au goût du jour cette histoire médiévale et tragique, propre à enflammer les imaginations1. Il n’est donc pas étonnant que le milieu à la mode dans lequel évolue G. B. Gigola s’y intéresse.

Un joyau de la miniature du xix e siècle

Le texte de Luigi da Porto, publié par Bindoni dans le premier tiers du xvi e siècle, fait l’objet d’une réédition sur les presses de l’imprimerie impériale de Milan en 1819. L’édition comprend 7 exemplaires imprimés sur parchemin et enrichis d’ornements et de miniatures dans le goût « troubadour » destinés à des personnalités et bibliophiles italiens et anglais.

[ill. de l’objet : Reliure maroquin rouge avec ornements aux petits fers sur les plats, dentelles et petits filets dorés à l’intérieur, dans un étui en veau brun.]

L’ouvrage est mince, 38 feuillets, et de petit format (23,5 × 14 cm). L’édition comporte un avis au lecteur, orné dans notre cas. Une dédicace manuscrite rehaussée d’un portrait médaillon du comte Sommariva, le suit.

Storia di due nobili amanti, détail : dédicace

 

Les décors sont rehaussés d’or. Très délicate, l’enluminure témoigne d’un souci archéologique dans la représentation des éléments architecturaux et des costumes, alors que les visages et les expressions corporelles sont tout à fait « modernes ».

Les scènes peintes diffèrent dans chaque exemplaire. Celui de la bibliothèque de Nancy comprend :

  • p. 14 : le bal où Roméo et Juliette se rencontrent pour la première fois ;
  • p. 20 : le franciscain Leonardo marie les deux amants en secret ;
  • p. 22 : duel de Roméo et de Tébaldo ;
  • p. 28 : Capeletto veut forcer Juliette à se marier ;
  • p. 40 : Juliette prétendue morte est portée en cortège au caveau de ses ancêtres ;
  • p. 42 : désespoir de Roméo découvrant le corps de Juliette ;
  •  p. 48 : réveil et désespoir de Juliette découvrant le corps de Roméo ;
  • p. 54 : les deux familles réunies devant les dépouilles des amants.
Storia di due nobili amanti, détail : désespoir de Roméo découvrant Juliette morte

 

L’artiste est Giovanni Battista Gigola (1767-1841). C’est un portraitiste et miniaturiste formé à Milan et à Rome. Favorable aux idées révolutionnaires, il rejoint Paris sous le Consulat ; on le voit exposer aux salons de 1802 et 1804. Il s’agit d’une époque de choix pour la miniature, dont témoigne le très grand succès dont jouit le Lorrain Jean-Baptiste Isabey (1757-1865) avant, pendant et après la Révolution 2. Les spécialistes ne s’accordent pas sur la présence de Gigola dans l’atelier parisien d’Isabey, bien qu’une historiographie ancienne l’ait fait penser3. De retour à Milan, il travaille pour le vice-roi d’Italie Eugène de Beauharnais, beau-fils de Napoléon Ier (1781-1824, vice-roi d’Italie de 1805 à 1814), dont il peint le portrait, conservé au Musée Marmottan Monet à Paris.

Une provenance illustre

A Milan, bien introduit dans le milieu pro-français, Gigola côtoie le comte Giambattista Sommariva (v. 1760-1826).

Cet avocat qui a fait fortune en faisant des affaires avec l’occupant a été le directeur de la république cisalpine (1799), puis est tombé en disgrâce aux yeux de Napoléon et des Milanais. Pour se refaire une réputation, il se consacre alors à réunir une magnifique collection d’œuvres d’art répartie dans ses nombreuses résidences en Italie et en Europe, dont la célèbre « Villa Carlotta » à Tremezzo sur les bords du lac de Côme4. C’est sans doute l’un des plus grands mécènes de son époque, qui commande des œuvres aux plus grands artistes de son temps : Prud’hon, Girodet, David, et surtout Canova.

Storia di due nobili amanti, détail : Juliette prétendue morte est portée en cortège au caveau de ses ancêtres

 

Sommariva a l’idée de réaliser un catalogue de sa collection en forme de miniatures sur émail, travail confié à Gigola. L’artiste réalise également des miniatures à son intention (L’Amour et le Temps et Nymphe piquée d’une flèche selon le catalogue de vente de la collection). Rien d’étonnant alors à ce que le miniaturiste lui fasse don de son propre exemplaire de la Storia di due nobili amanti. Bien que la collection de Sommariva soit vendue aux enchères après sa mort5, le livre demeure la propriété de son fils, Louis Gaétan, puis de la veuve de celui-ci, Catherine Thérèse Emilie Sellière, comtesse Sommariva, qui le lègue avec toute sa bibliothèque à la ville de Nancy après sa mort en 1888.

Storia di due nobili amanti, détail : les deux familles réunies devant les dépouilles des amants

 

Cinq autres exemplaires ont été localisés à ce jour : celui du grand-duc de Toscane à la Bibliothèque nationale de Florence6, celui du marquis de Trivulzio et celui de J. Poldi Pezzoli à la Biblioteca Trivulziana à Milan7, celui du comte Archinto à la Bibliothèque universitaire de Pavie8, et celui du comte de Spencer à la John Rylands Library de l’université de Manchester9. Celui offert à lord Gwydir n’a pas été localisé10.

Si les ouvrages imprimés sur parchemin sont recherchés des collectionneurs11, l’édition créée par Gigola et ses mécènes est d’un intérêt tout à fait majeur, à la fois pour l’étude du goût troubadour et pour les mécaniques de création d’un ouvrage de bibliophilie au début du xixe siècle.

  1. « romantique » vient du terme « roman », ces textes médiévaux écrits en langue vulgaire (romane) et non en latin. []
  2. Alain Pougetoux, Bernard Chevallier, Blandine Chavanne (éd.), Jean-Baptiste Isabey : 1767-1855 : portraitiste de l’Europe, Paris, Réunion des musées nationaux, 2005, 172 p. []
  3. Nathalie Lemoine-Bouchard, Les peintres en miniature actifs en France : 1650-1850, Paris, Éd. de l’Amateur, 2008, 567 p. []
  4. Francis Haskell, De l’Art et du goût, jadis et naguère, Paris, Gallimard, 1989, 510 p. (« Bibliothèque illustrée des histoires ». []
  5. Catalogue de la galerie du comte de Sommariva, comprenant la collection de tableaux de l’école d’Italie,…, Paris, [s.n.], 1839. []
  6. cote RARI.B.R. 128. []
  7. cotes Triv. G. 20, numéro d’inventaire 4386 et cote Triv. E. 22, numéro d’inventaire 21923. []
  8. cote MISC. 8. – T. 419 n. 22, no inventaire 145 133. []
  9. cote Spencer 18189. []
  10. Un ouvrage de 2002, Chiara Parisio, Giulietta e Romeo nella illustrazione di Giovanni Battista Gigola per Ferdinando III d’Asburgo-Lorena, Grafo edizioni, Brescia, 2002, que nous n’avons pu consulter, indique en connaître quatre seulement. []
  11. Voir notamment les répertoires de Joseph Van Praet immédiatement postérieurs : Joseph Van Praet, Catalogue des Livres imprimés sur vélin de la Bibliothèque du Roi, Paris, De Bure, 1822, et Catalogue de livres imprimés sur vélin: qui se trouvent dans des bibliothèques tant publiques que particulières…, Paris, De Bure frères, 1824. []

Comédien, bibliothécaire, professeur, écrivain : Joseph Uriot (1713-1788), un Lorrain au service de Charles Eugène de Wurtemberg

Mariette CUENIN-LIEBER, docteur ès lettres, signe cet article.

Arrivé à Stuttgart comme comédien en 1759, Uriot devint bibliothécaire personnel et lecteur du duc, puis responsable de la bibliothèque publique fondée en 1765 et enfin professeur de langue et littérature françaises à l’Académie Caroline. Il contribua aussi à la vie festive et intellectuelle de la cour par ses écrits, qui furent publiés. De la plupart d’entre eux, la Bibliothèque Stanislas conserve des exemplaires, dont certains, envoyés à Nancy par Uriot lui-même, portent des mentions écrites de sa main. Et dans le fonds patrimonial nancéien figurent aussi deux œuvres qu’il composa avant son entrée au service du duc et même une trace de sa scolarité.

 

 23 février 1729 : le jeune Uriot acteur

Les parents de Joseph – son père était garde du corps du duc Léopold – nourrissaient sans doute des ambitions pour leur fils : c’est au collège des Jésuites de Nancy qu’il fit ses études. Les Pères accordaient une grande importance au théâtre dans la formation de leurs élèves, qui se produisaient en public. Le 23 février 1729 eut ainsi lieu la représentation d’une tragédie, Thémistocle, et d’une comédie, Le Duelliste, sur la scène de l’Opéra, avec l’autorisation du duc Léopold, qui avait fait construire cette salle par un grand architecte italien, Francesco Galli. Uriot, qui allait avoir seize ans – il était né à Nancy le 17 mars 1713 –, interpréta un rôle dans la tragédie et participa comme danseur aux intermèdes. On le sait grâce au programme imprimé qui fut remis aux spectateurs et dont la Bibliothèque Stanislas conserve deux exemplaires.

Uriot dans la distribution de Thémistocle, tragédie, Le duelliste, comédie… représentées sur le Theatre de l’Opera de Nancy, Par les Humanistes du Collège de la Compagnie de Jesus… 702 034 (9) p. 3

1742 : Lettre d’un franc-maçon à Mr De Vaux

Elle parut à Francfort, où Uriot venait d’être reçu Maître dans la Loge de l’Union. Il était alors acteur. Ayant achevé ses études à l’Université de Pont-à-Mousson, il avait été nommé professeur d’histoire et bibliothécaire à l’Académie fondée par le duc Léopold à Lunéville. Mais cédant à l’attrait du théâtre, il avait quitté la Lorraine en 1741  à la recherche d’engagements. Il restait cependant attaché à ses amis lorrains, dont Mme de Graffigny et Devaux, auquel la Lettre est dédiée. Elle connut un grand succès et fut maintes fois rééditée dans sa version originale et sa traduction en allemand. La Bibliothèque Stanislas conserve un exemplaire de l’édition princeps.

Joseph Uriot. Lettre d’un franc-maçon à Mr. De Vaux… Francfort-sur-le-Main, 1742. 702 230 (30)

1752 : « L’Education. Ode »

En 1744, Uriot entra comme comédien au service du margrave de Bayreuth et de son épouse Wilhelmine, une sœur de Frédéric II de Prusse ; ils lui confièrent aussi l’instruction de leur fille unique Frédérique, alors fiancée à Charles Eugène de Wurtemberg. Gardant des liens avec la Lorraine, où il revenait de temps en temps, il savait ce qui s’y passait. Il eut ainsi connaissance de l’établissement par Stanislas d’une bibliothèque publique et de la fondation de deux prix, l’un pour récompenser un ouvrage scientifique, l’autre une œuvre littéraire. En 1752, il concourut avec l’ode « L’Education » pour le prix de littérature. Les meilleures strophes parurent dans les Mémoires de la Société Royale des Sciences et Belles Lettres de Nancy. Elles n’y sont pas signées, mais le poème est mentionné parmi les œuvres d’Uriot dans la Description de l’Académie-Caroline de Stouttgard, histoire de cette institution publiée en 1784.

L’Education. Ode qui a concouru pour le prix de Littérature l’an 1752.  In Mémoires de la Société Royale des Sciences, et Belles-Lettres de Nancy,   t. II 1755. 769 006,  p. 254

1763 et 1764 : Description des fêtes données […] à l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc régnant de Wurtemberg

Uriot connaissait Charles Eugène pour l’avoir rencontré en 1748 à Bayreuth, où fut célébré son mariage avec Frédérique. Au début de l’année 1759, il quitta le service du margrave et se rendit à Stuttgart. Le duc donnait chaque année en février, dans ses châteaux de Stuttgart et Ludwigsburg, des fêtes somptueuses pour son anniversaire. Renommées bien au-delà des frontières du Wurtemberg, elles attiraient de nombreux visiteurs. Uriot publia un bref récit de celles de 1762 que suivirent les relations beaucoup plus amples des réjouissances de 1763 et 1764. Il envoya un exemplaire du volume de 1763 à Voltaire, qu’il avait rencontré au cours de ses voyages, et publia dans celui de 1764 la réponse qu’il en avait reçue. La Bibliothèque Stanislas conserve dans un même recueil les récits de 1763 et 1764.

Joseph Uriot. Description des fetes donnees pendant quatorze jours a l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck…   Stuttgart, 1763. 258 571 (a)
Lettre de Mr. de Voltaire, 1763 parue dans Description des fetes donnees  a l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck… Stuttgart, 1764. 258 571 (b) p. VII

1765 : Discours prononcé à l’ouverture d’une bibliothèque publique

Une lettre autographe d’Uriot  conservée à la BnF l’atteste : c’est à son instigation que Charles Eugène fonda une bibliothèque publique à Ludwigsburg, sans doute sur le modèle de celle de Nancy. Il chargea Uriot de la former et le nomma bibliothécaire. Fondé officiellement le 11 février 1765 – jour de l’anniversaire du duc – l’établissement fut inauguré le 13, en présence de la cour et d’invités de marque. Uriot prononça un discours sur l’utilité des bibliothèques. Ce discours fut publié dans un recueil qui contenait aussi les autres textes relatifs à la fondation. Aspirant à devenir membre correspondant de la Société Royale de Nancy, le nouveau bibliothécaire envoya un exemplaire du volume avec sa lettre de candidature. Le texte du discours suscita l’admiration, mais son auteur ne fut pas admis, « parce qu’il avoit été comédien », note Durival dans son Journal à la date du 2 mai 1765. En 1776, Charles Eugène transféra la bibliothèque à Stuttgart. C’est aujourd’hui la Württembergische Landesbibliothek (WLB), où le souvenir d’Uriot reste vivant : un article, « Rarität und Ästhetik. Die Sammlung Uriot », lui a été consacré dans Carl Eugens Erbe. 250 Jahre Württembergische Landesbibliothek, ouvrage publié en 2015. Son auteur, Christian Herrmann, conservateur à la WLB, y présente la riche bibliothèque personnelle d’Uriot, dont le catalogue, commencé à Lunéville, est conservé à Stuttgart, ainsi que des livres lui ayant appartenu.

Joseph Uriot. Discours prononcé a l’ouverture de la bibliotheque publique fondée par Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck… Stuttgard, 1765. 258 721

1770 : Discours sur la richesse et les avantages du duché de Würtemberg

Tous les ans, le 11 février, avait lieu à la bibliothèque, en présence de Charles Eugène, une assemblée solennelle, au cours de laquelle Uriot prononçait un discours. Celui de 1770 traita des richesses naturelles du duché et de l’œuvre bénéfique des ducs. Il fut publié avec d’abondantes notes explicatives. Uriot envoya un exemplaire relié aux armes des Wurtemberg et dédicacé aux membres de la Société Royale de Nancy, peut-être pour prouver qu’il n’aurait pas été indigne d’être des leurs.

Reliure aux armes des Wurtemberg sur  Discours sur la richesse et les avantages du duché de Würtemberg…  par Joseph Uriot.  Stuttgard, 1770. Rés. 10 270

 

Joseph Uriot. Dédicace autographe aux membres de la Société Royale des Sciences et Belles-Lettres de Nancy. Rés. 10 270

1782 : La Naissance de Félicité et Les Fêtes thessaliennes

Quand la bibliothèque publique fut transférée à Stuttgart, Uriot en quitta la direction pour se consacrer entièrement à sa charge de professeur à l’Académie Caroline, établissement fondé par le duc en 1770. Dans son enseignement, qui rappelait en cela celui qu’il avait reçu à Nancy, le théâtre jouait un rôle important. Uriot préparait avec les élèves auxquels il enseignait la littérature française les représentations théâtrales qui étaient données chaque année en décembre pour fêter l’anniversaire de la création de l’école. Mais il enseignait aussi l’art dramatique aux jeunes gens qui, dans une section spécialisée de l’établissement, se préparaient à une carrière d’acteurs et participaient aux fêtes ducales. Pour ces fêtes, il écrivit plusieurs livrets de spectacles musicaux. Il envoya à Nancy des exemplaires de deux d’entre eux – La Naissance de Félicité et Les Fêtes thessaliennes – qui comportent des ajouts de sa main. La Naissance de Félicité fut donnée en janvier 1782, pour l’anniversaire de la comtesse de Hohenheim, compagne de Charles Eugène, qui deviendrait son épouse en 1785. Le livret avait été publié sans nom d’auteur. Uriot écrivit pour Nancy son nom sur la page de titre, indication précieuse qui permet de lui attribuer le texte. Par Les Fêtes thessaliennes, il contribua aux grandes fêtes de septembre 1782, que le duc organisa en l’honneur de sa nièce Sophie Dorothée de Wurtemberg-Montbéliard et de son époux, le grand-duc Paul de Russie. Dans le volume nancéien, Uriot a apporté des corrections, ajoutant même une indication scénique sans doute omise lors de l’impression.

Joseph Uriot. La Naissance de Félicité. Stuttgard, 1782. Ajout autographe « Par Mr Uriot*, professeur de littérature française à l’Université caroline. * Né à Nancy ». 80 287 (35)
Joseph Uriot. Les Fêtes thessaliennes. Ajout de la main d’Uriot « Des Génies descendent entre les colonnes… ». 977  p. 127

Uriot fut actif jusqu’à ses derniers jours. Le 16 mars 1963, le quotidien Stuttgarter Zeitung lui consacra un article pour rappeler sa naissance à Nancy deux cent cinquante ans plus tôt et sa carrière de comédien, de bibliothécaire et de professeur.

________________________________________________

Indication bibliographique :

Correspondance de Madame de Graffigny, Oxford, Voltaire Foundation, 1985-2016 (Bibliothèque Stanislas, 7991). Dans les lettres qu’échangèrent Mme de Graffigny et Devaux, il est souvent question d’Uriot, l’ami commun.

 

Marguerite Delorme (1876-1946), l’orientaliste lorraine.

L’Orient a toujours fasciné les artistes. Au 19e et au 20e siècle, les artistes lorrains n’échappent pas à cette envie du voyage qui va leur faire découvrir d’autres paysages et d’autres civilisations. Certains d’entre eux iront même jusqu’à s’installer dans ces pays « exotiques », conquis par la couleur et le charme de l’Orient. L’exposition qui se tient actuellement au Musée des Beaux-Arts de Nancy, « Lorrains sans frontières. Les couleurs de l’Orient », revient sur ces artistes qui se sont laissés séduire par l’orientalisme. Grâce à une acquisition récente d’œuvres, les Bibliothèques de Nancy peuvent s’associer à cette exposition en revenant sur une artiste orientaliste lorraine encore trop méconnue : Marguerite Delorme.

 

L’oasis, gravure en couleur

 

Formation, prix et voyages.

Marguerite Anna Rose Delorme est née le 10 septembre 1876 à Lunéville. Formée à l’Académie Vitti à Paris vers 1890-1895, Marguerite Delorme suit les cours de dessin et de peinture dispensés dans les ateliers féminins mais aussi ceux des peintres Luc-Olivier Merson (1846-1920), Raphaël Collin (1850-1916) et Paul Leroy (1860-1942)[1].

Elle envoie ses premières œuvres au salon de la Société des Artistes Français dès 1895 et sera régulièrement présente dans les salons officiels jusqu’à la fin de sa carrière. Sa présence en Lorraine, au Salon de la Société Lorraine des amis des arts sera, elle aussi, constante de 1896 jusqu’en 1946.

Aux salons, elle remporte de nombreux prix et distinction dont une bourse de voyage en 1905 qui lui permettra de partir en Italie pendant plusieurs mois.

Dès ses débuts, elle accorde une importance particulière à la gravure et au dessin qu’elle pratique régulièrement. Elle peint et dessine des sujets de genre, des paysages et, à partir de 1902, la thématique bretonne va fortement marquer son œuvre, jusqu’en 1912-1913. A partir de 1912, l’orientalisme entre dans ses compositions avec L’oiseau bleu qu’elle expose à Paris et à Nancy.

Pendant la première guerre mondiale, Marguerite Delorme se trouve dans le sud de la France. Durant cette période elle réalise de nombreux paysages méditerranéens mais aussi des portraits de militaires, de soldats étrangers et des tirailleurs sénégalais qui se trouvaient dans les camps d’hivernage du sud de la France.

En 1921, elle remporte le prix de la Compagnie Générale Transatlantique au salon de la Société Coloniale des Artistes Français, qui va lui permettre de partir au Maroc. Ce voyage va être déterminant dans son parcours.

Fontaine de Fès, gravure en couleur

 

A la découverte du Maroc.

Marguerite embarque le 4 septembre 1921, à Bordeaux, sur le bateau le Volubilis de la Compagnie Générale Transatlantique qui doit l’emmener au Maroc. Elle passe ses premières années à Fès et s’attache à représenter les populations et coutumes marocaines. Dans ses lettres, elle raconte qu’elle fait poser « sa petite fatma » et participe aux fêtes locales comme celle du mouton où elle raconte avoir mangé dans la famille de Si Slaoui, son peintre de cadres : « nous avons selon « la Caïda » dégusté les trois tasses de thé rituelles. Et après attaqué les quatre plats différemment préparés du mouton. Et couscous au poulet. Et café. C’était un parent âgé de Si Slaoui qui faisait les honneurs et me découvrait les bons morceaux de « dsaja »[2] ».

Elle voyage beaucoup, grâce à ses connaissances, et visite les villes de Marrakech, Casablanca, Meknes, Rabat, Serfou, Moulay Idriss ou Saffi. Elle dessine des paysages, des vues de ville, des architectures, mais ce sont surtout les femmes marocaines qui retiennent son attention.

Enfant au bouquet de fleurs, gravure coloriée

 

Elle dessine et semble fascinée par ces femmes qui se montrent très peu. Certaines acceptent toutefois de poser pour elle, mais elle travaille aussi à partir de ses croquis, de cartes postales, de photographies ou de mémoire. Elle dessine et peint leurs tenues, leurs visages, leurs activités quotidiennes, leurs bijoux. Sa touche est libre et colorée. Elle utilise souvent le pastel qui lui permet d’allier dessin et couleur. Sa palette est lumineuse et sa touche picturale vigoureuse.

Elle saisit également les activités artisanales et marchandes de Fès à travers des vues du souk du Talâa.

Les coutumes et les traditions locales n’échappent pas à l’artiste qui tient à saisir tout le « pittoresque » de ce pays. Ainsi, les musiciens, les danseuses, les scènes de fêtes et les fantasias complètent son œuvre peinte.

Vue d’une mosquée, gravure à l’eau-forte et aquatinte tirée en en sépia

 

Marguerite Delorme réalise de nombreux croquis et dessins de ce qu’elle observe. Elle utilise cette « documentation », comme elle la nomme elle-même, pendant son séjour en France. Sa famille possédant un appartement à Paris, elle revient régulièrement chaque été. Elle exécute alors des compositions à partir des dessins et photographies faits au Maroc.

Elle fait réaliser par un artisan de magnifiques cadres ornés de motifs marocains colorés.

Expositions et succès.

En 1922, elle participe à l’Exposition Coloniale de Marseille puis en 1924 à celle de Strasbourg où elle est classée hors concours.

En 1924, elle expose à la galerie Devambez une soixantaine d’œuvres illustrant son voyage au Maroc. Dans le catalogue, le critique d’art Arsène Alexandre (1859-1937)[3] parle du travail de Marguerite avec beaucoup d’éloges : « Déjà très connue et très appréciée pour ses fins portraits parisiens, pour ses dessins pleins de légèreté et d’esprit d’après les ouvrières de nos ateliers, pour la grâce avec laquelle cette élève de Luc-Olivier Merson interprétait la jeune fille moderne, elle a tout d’abord été attirée vers le soleil et la couleur qui pouvaient enrichir sa palette, puis elle s’est laissée heureusement surprendre par une trouvaille à la fois moins préméditée et plus conforme à sa nature. Elle a obtenu, et nous offre, ce à quoi aucun des plus remarquables artistes qui étaient allés au Maroc ne pouvait prétendre, l’étude et la pénétration de la femme, si jalousement et si religieusement cachée là-bas. Elle a pu entrer peu à peu dans ces demeures raffinées, et gagner assez les bonnes grâces de ses charmantes soeurs mahométanes, cette chrétienne. Elle a noté leurs attitudes, où se reflète leur jolie âme nonchalante et grave ; elle s’est rappelée l’accord entre leurs clairs intérieurs, leurs souples mouvements et leurs visages aux si grands yeux veloutés. Je dis : se rappeler. Ne croyez pas en effet qu’elle ait trouvé des modèles si dociles et assez audacieux pour enfreindre la loi et le Prophète. Il lui a fallu de beaux et patients exercices de mémoire, et ainsi a-t-elle donné en même temps qu’une moisson de tout point réussie, un exemple excellent de méthode dont plus d’un artiste du sexe” fort” pourrait faire son profit. Mais ce qui nous occupe aujourd’hui et nous plaît, c’est la moisson elle-même. Il est inutile de vous vanter, puisque dès l’abord vous en serez séduits, l’esprit du dessin, la clarté des harmonies, la vie même, vraie encore plus que réelle, de ces intimités, de ces frais décors, de ces existences actuelles et séculaires, actuelles parce qu’elles respirent, séculaires parce qu’elles sont indemnes de ce qui, parfois, nous rend laids.[4] »

Homme avec un chameau, gravure tirée en sépia

 

C’est également en 1924 qu’elle organise sa première exposition marocaine, « Deux ans au Maroc », à la Mamounia, hôtel prestigieux de Marrakech.

En 1925, elle remporte la médaille d’or à l’exposition de peinture de la Foire de Marrakech.

Vivant la majeure partie de l’année au Maroc, à Fez, Casablanca, Rabat ou Marrakech, elle continue toutefois à exposer en France, notamment aux salons de la Société des Artistes Français, de la Société coloniale des artistes français, de la Société des peintres orientalistes français et de la Société lorraine des amis des arts. Elle prend également part aux expositions coloniales, notamment celle de Paris-Vincennes en 1931.

Gravures orientalistes.

Marguerite Delorme a réalisé de nombreuses gravures durant toute sa carrière. Gravure à l’eau-forte, au verni mou, en noir, en sépia ou en couleurs. Elle a une excellente connaissance des techniques de la gravure. Elle reprend dans ses gravures les vues et scènes qu’elle dessine au quotidien. Ces œuvres sont tirées en général à quelques centaines d’exemplaires et proposées à la vente aux touristes qu’elle rencontre sur le bateau, qui en achètent en guise de souvenir de voyage. Elle les présente également aux expositions qu’elle réalise au Maroc mais aussi en France. Elle arrive à vendre facilement ses œuvres gravées car le prix de vente est peu élevé et l’engouement pour l’orientalisme au début du 20e siècle favorise les ventes.

Une porte à Fès, gravure à l’eau-forte aquarellée

 

Les sujets sont, comme pour ses dessins et œuvres peintes, tirées de photographies ou cartes postales. Ainsi, le marchand de vélos reprend la même composition et le même cadrage qu’une carte postale existante.

Le marchand de vélos, gravure à l’eau-forte tirée en sépia

 

Marguerite a appris l’arabe et signe certaines de ses gravures en arabe dans la matrice même. Pour d’autres, elle se prête au jeu de la calligraphie en réalisant des titres dorés et calligraphiés, sur des gravures en couleurs. Ses gravures étant principalement destinées à des acheteurs français, elle titre, signe et justifie en français dans la marge inférieure, au crayon graphite.

Le bonheur soit avec vous, gravure tirée en doré, faisant office de titre pour une série de quatre vues Fès

Son succès au Maroc.

En 1935 elle participe au premier salon de la France d’Outre-Mer au Grand Palais à Paris,  mais aussi au salon des peintres de l’Afrique du Nord organisé à Casablanca.

Elle expose très souvent dans les grandes villes marocaines, Marrakech, Fez, Rabat et Casablanca, dans les galeries parisiennes et vend régulièrement ses tableaux. Dans une note qu’elle écrit à propos des femmes peintres au Maroc, Marguerite Delorme explique que nombre de ses œuvres sont conservées dans les collections de particuliers du monde entier : « Maints de mes tableaux sont dans les collections particulières à Paris, à New-York (Vanamaker), Rome, Londres. La ville de Paris possède aussi, ainsi que l’Etat, plusieurs de mes œuvres et, ne voulant pas nommer mes amateurs […] je vous dirais seulement que beaucoup de mes tableaux ornent les murs de certains collectionneurs à Casa, Rabat, Marrakech, Settat, Fez et Mogador[5] ».

Marguerite Delorme à son exposition à la Galerie Derche en 1937

Avec le Lorrain Jacques Majorelle, entre autre, elle fait partie de la Société des peintres et sculpteurs français professionnels du Maroc. Cette société organise dans les grandes villes du pays des expositions d’artistes français vivant et travaillant sur place. En 1941, elle compte 22 membres ; Marguerite Delorme est la seule femme, mais elle est rejointe par d’autres, élues la même année.

Marguerite Delorme rentre en France en juillet 1946. Son état de santé est alors inquiétant, d’après les écrits de sa sœur Marcelle qui l’accueille chez elle à Lille[6]. C’est là qu’elle décède quelques jours plus tard le 26 juillet 1946. Son corps sera rapatrié en Lorraine et inhumé dans le caveau familial au cimetière de Lunéville.

[1] Luc Olivier Merson et Louis Joseph Raphaël Collin sont considérés comme des peintres académiques. Paul Leroy est classé aujourd’hui parmi les peintres orientalistes.

[2] Lettre conservée dans le fonds familial.

[3] Arsène Alexandre est un célèbre critique d’art français qui a écrit sur de nombreux peintres contemporains comme Rodin, Daumier, Raffaëlli, Gauguin, mais aussi sur des pièces de théâtre.

[4] Catalogue d’exposition conservé à la bibliothèque centrale du Louvre côte 8P°1924-24.

[5] Note conservée dans le fonds familial.

[6] Lettre conservée en collection particulière.

Rencontre avec l’artiste Jacques Hallez

Dans le cadre du projet « Graveurs Lorrains contemporains » nous avons rencontré l’artiste Jacques Hallez dans son atelier de Deneuvre près de Baccarat. Figure incontournable parmi les artistes lorrains contemporains, il nous a accueilli afin d’évoquer ensemble sa riche carrière de peintre, dessinateur et graveur.

 

Le projet « Graveurs lorrains contemporains »

Les bibliothèques de Nancy ont toujours eu des liens très proches avec les artistes lorrains contemporains. Encourageant la création par des acquisitions régulières mais aussi en organisant des expositions dans le hall de la Médiathèque Manufacture, la bibliothèque a toujours soutenu la création lorraine contemporaine. En 2017, l’institution va plus loin avec un projet intitulé « Graveurs lorrains contemporains ». L’objectif de ce projet est d’assurer la conservation, la documentation et la valorisation des œuvres de nos artistes. Un travail de longue haleine qui demande en amont des recherches et un travail collaboratif avec les autres institutions culturelles de Lorraine. Recenser les œuvres conservées en collection publique et compléter les collections par des acquisitions ciblées, documenter la vie et l’œuvre de l’artiste, réaliser des entretiens avec lui, afin qu’il témoigne lui-même de sa carrière ou de certaines de ses œuvres. Enfin, obtenir de l’artiste l’autorisation de valoriser son travail à travers la bibliothèque numérique ou nos produits éditoriaux.

En toute intimité

 

Dans son atelier de Deneuvre près de Baccarat, Jacques Hallez continue de dessiner et de peindre. Du haut de ses 94 ans, l’artiste nous reçoit chaleureusement, autour d’une délicieuse tarte dont lui seul a le secret. Fin pâtissier mais surtout artiste de talent, il nous fait remonter le temps pour revenir sur l’ensemble de sa carrière et de son œuvre. De Baccarat à Nancy, puis de Nancy à Marseille et enfin de Marseille à Baccarat, retour sur un parcours riche de rencontres et de voyages.

Bonjour M. Hallez, dans le cadre du projet des graveurs lorrains, la bibliothèque a souhaité avoir un entretien avec vous pour évoquer votre carrière et vos œuvres.

Volontiers.

Vous êtes né à Baccarat le 2 avril 1923, vous avez fait vos études primaires à Baccarat puis secondaires au collège de Saint-Dié. Comment avez-vous découvert la gravure quand vous étiez jeune ?

Oh, ça remonte très loin, quand j’avais 9 ans. L’hiver 1932, j’étais assez souffrant, une crise de rhumatisme articulaire et j’étais alité pendant près d’un mois. Donc j’ai lu, il y avait des tas de documents dans l’atelier de mon grand père, dont une vie de Jacques Callot, qui m’a subjuguée, et ça m’a donné envie de faire de la gravure, sans savoir vraiment ce que c’était.

Vous en avez vu par la suite, quand vous étiez jeune, des gravures de Jacques Callot ?

Oui oui, ça m’a intéressé tout de suite et je me suis cultivé avec une certaine curiosité pour la gravure.

Jacques Hallez venant de faire un tirage d’une de ses gravures : Les Vigilantes

Vous avez vu les œuvres de quels artistes ?

Dürer, Rembrandt, Goya, etc.

Vous pouviez les voir où ces œuvres ?

C’est surtout dans les livres, mais à l’époque il n’y avait pas d’aussi bonnes reproductions que maintenant.

Et vous avez pu voir des épreuves originales quand vous étiez jeune ?

Assez peu, c’était rare. Je restais beaucoup dans le coin et il y avait assez peu d’occasion de fréquenter des gravures.

A quel moment avez vous choisi de devenir artiste ?

J’avais 14 ans, c’était après un séjour en Bretagne. C’est là que j’ai décidé d’être peintre. Mais peintre et graveur car pour moi c’était la même chose.

Et du coup vous êtes entré à l’École des Beaux-arts de Nancy ?

Oui en 1939, au moment de la guerre. Ça vivotait à ce moment-là, parce que tout était perturbé.

Vous avez travaillé sous la direction d’André Vahl ?

Pas tout de suite, car il était mobilisé. Il n’a repris les cours qu’en 1942. Mais j’ai été tout de suite lié à René-Antoine Giguet, que vous connaissez certainement, et qui a été vraiment mon très grand camarade à l’Ecole des Beaux-arts de Nancy.

Vous avez gardé des liens longtemps avec lui ?

Jusqu’à sa mort. La dernière fois que je suis allé à Paris, je suis allé le voir. Nous avons été amis jusqu’à son décès.

En 1942, vous avez commencé à travailler avec André Vahl aux Beaux-Arts ?

Oui mais j’avais commencé la peinture avant,  avec Henri Marchal, qui était le directeur des Beaux-Arts de l’époque, il avait succédé à Victor Prouvé, et il s’occupait de la peinture. J’ai commencé par la peinture.

La peinture c’est un médium qui vous plaisait ?

Oh oui. Il se trouve que mon grand-père maternel était peintre, Emile Gridel, et il avait une certaine notoriété, au moins dans la région. Je vivais dans la maison qui avait été construite pour lui, il y avait son atelier dans la maison et évidemment ça m’a façonné si vous voulez.

Vous avez rêvé devant les œuvres de votre grand-père ?

Oui ! La maison était remplie de tableaux et de ses trophées de chasse, puisqu’il était grand chasseur.

A l’Ecole des Beaux-arts, qu’avez vous appris avec André Vahl ?

Toutes les techniques de la gravure. On a commencé par la lithographie parce que pendant la guerre c’était ce qu’il y avait de plus simple à faire, ça n’usait pas beaucoup de matériaux rares. Le métal était devenu très rare, le bois était encore facile à trouver mais le zinc ou le cuivre c’était assez difficile. J’avais facilement des chutes de cuivres parce que mon père s’occupait d’une usine d’appareils de chauffage. Il y avait souvent des chutes de cuivre que je pouvais utiliser. Mes premières eaux-fortes datent donc de 1942, sur cuivre.

Vous avez aimé cette période à l’École des Beaux-arts ?

Oui beaucoup. Mais les élèves de la première génération je les ai un peu perdus de vue sauf Giguet. On est resté ensemble très longtemps. Le jour où je suis entré à l’École était entrée en même temps que moi Simone Guillaume, qui est devenue par la suite conservateur du Musée des Beaux-arts. Elle faisait de la peinture à l’époque. J’ai rencontré Étienne Cournault, par l’intermédiaire de Giguet. Étienne Cournault faisait beaucoup de gravures mais il n’imprimait pas. Il venait de temps en temps à l’École des Beaux-arts à l’atelier de gravure pour imprimer. C’était Giguet à l’époque qui lui imprimait ses gravures. Quand André Vahl est revenu de la zone libre, il venait à peu près tous les samedis, avec les planches en cours et il tirait des tirages d’état et des épreuves d’essai.

Et du coup vous alliez le voir travailler ?

Oui, comme j’étais « bien vu », j’avais la chance de pouvoir voir Cournault travailler et ça m’a appris beaucoup de choses, en plus de l’enseignement de Vahl qui était déjà très bon.

Ce sont des personnalités qui vous ont marqué Vahl, Cournault ?

Oui beaucoup et je côtoyais Jean Prouvé et Ventrillon aussi. Toutes les semaines il y avait une réunion chez Jean Prouvé avec des soirées tout à fait intéressantes sur le plan culturel. Il y avait Robert Parisot, l’architecte des monuments historiques qui est devenu préfet des Vosges à la Libération, alors que Jean Prouvé est devenu maire de Nancy. Entre autres, il y avait beaucoup de personnalités intéressantes. J’y étais convié de temps en temps mais comme il y avait le couvre feu, j’allais dormir chez Cournault. On rentrait ensemble avant la fin du couvre feu à la Douera.

Il y aussi un artiste que je n’ai pas connu mais qui a eu une influence énorme sur moi c’est Victor Guillaume. Je ne l’ai vu qu’une fois vivant, c’était à l’automne 1941, au vernissage d’un salon des amis des arts ou des artistes lorrains, je ne sais plus. Et il est mort quelques mois après. Mais avec Giguet on fréquentait beaucoup Vaudémont et on s’occupait de madame Guillaume. Donc j’étais assez proche et je connais bien la maison de Victor Guillaume, en tout cas ce qu’elle était à l’époque. Il y avait encore l’atelier. J’ai beaucoup admiré son travail. C’est certainement lui qui m’a le plus influencé du point de vue peinture. Sa manière de construire, de composer. Sa modernité. Malheureusement on n’en voit pas beaucoup de ses œuvres. Il a fait de très belles gravures aussi.

Vous avez récupéré sa presse de gravure je crois ?

Oui, à sa mort l’atelier a été dispersé et c’est un marchand de meuble de Vézelise qui avait récupéré sa presse en taille douce. Il ne savait pas quoi en faire et il me l’a revendue. C’est comme ça que je suis devenu propriétaire de la presse de Guillaume, qui m’a servi pendant des années, jusqu’en 1948-49. Et je l’ai eu jusque dans les années 1960. J’ai fait beaucoup de tirages sur cette presse.

Vous m’aviez également raconté une anecdote avec l’artiste Claude Weisbuch, pouvez-vous la partager ?

Il était en zone libre pendant la guerre, il a eu beaucoup d’aventures de résistance et il n’est entré à l’École des Beaux-arts qu’après la guerre. Et quand M. Mattona est devenu directeur, il était un des meilleurs élèves à l’École à l’époque. Comme je n’avais pas de presse à ce moment-là et que j’étais en bon terme avec André Vahl, je pouvais aller imprimer mes gravures à l’École, c’est comme ça que j’ai bien connu Weisbuch. Sa famille vendait des produits pour les horlogers, et il utilisait comme pointe sèche des axes de réveil qui sont en acier très dur. Il m’en a procuré pas mal, je dois en avoir encore dans mes tiroirs. C’est un acier tellement dur, on peut à peine l’affuter.

Mésange et tournesol, eau-forte et aquatinte, 9/30

Parlons un peu de vos expositions. Quelle était votre première exposition ?

C’était une peinture au salon des artistes lorrains de 1941. C’était un paysage. Une vue de Gélacourt, un village près de Baccarat.

Et votre première exposition personnelle ?

C’était une exposition de graveurs, il y avait le couple Vahl, avec Suzanne Hottier-Vahl qui était une excellente buriniste, Cournault et d’autres encore. On était un petit groupe et on a fait des petites expositions dans Nancy. C’était une exposition que de gravures. A cette époque on exposait surtout aux différents salons de la Société Lorraine des Amis des Arts et des Artistes Lorrains, ainsi que dans les petites galeries de Nancy.

Vous vendiez déjà des œuvres à cette époque là ?

Oui je vendais déjà un peu à ce moment là, je commençais à en vendre. J’ai commencé à avoir des acheteurs réguliers.

Parlons un peu de technique de gravure. Vous avez travaillé le métal mais aussi le bois, qu’est-ce qui vous plaît dans la gravure ?

C’est d’attaquer un matériau. Il y a un côté plus physique, je dirais presque athlétique, par rapport au fait de peindre ou dessiner. Il y a le plaisir de se confronter au matériau, c’est pour ça que je n’aime pas beaucoup la lithographie. Pour la lithographie on ne fait que dessiner à l’encre grasse ou au crayon lithographique, et la seule préparation est celle de la pierre que l’on doit grainer. C’est plus du dessin que de la gravure.

Il y a des techniques en gravure que vous préférez ?

Oui l’eau-forte et l’aquatinte. Il y a la gravure de graveur qui est purement graphique et linéaire, mais moi comme je suis aussi peintre, j’aime bien travailler par taches. Donc l’aquatinte me convient bien. Et ça permet de mélanger les techniques, eau-forte, aquatinte et pointe sèche, plus des grattages, des ponçages, toutes les approches possibles.

Les outils et produits que vous utilisez, vous les avez achetés ? Vous les fabriquez ?

Il y en a que j’achète et puis il y en a certains qu’on m’a donnés. Pour l’encre, c’est la maison Charbonnel qui me fournit et qui fournit d’ailleurs quasiment tous les graveurs de France et de Navarre. Pour le mordant en revanche, c’est à partir de l’acide nitrique, qu’on dose et qu’on dilue en fonction du métal. Pour le zinc par exemple c’est un acide très dilué, pour le cuivre on le gradue suivant ce qu’on veut faire. Moi j’aime beaucoup utiliser l’acide pur. Ça permet de faire des touches de lavis ou de l’utiliser en projection. C’est facile de le voir sur les épreuves. Je travaille le mordant comme je travaillerais un lavis.

Vol de courlis, eau-forte et aquatinte, 16/30

Et les papiers sur lesquels vous imprimez, vous avez des exigences ?

J’utilise surtout l’Arches, le vélin d’Arches. Au village de Fontenoy, village du livre, il y avait un papetier qui faisait de merveilleux papiers à la main. J’ai utilisé depuis ces papiers qui me donnent des résultats extraordinaires. Malheureusement il est parti. Il avait appris le métier dans une papeterie artisanale de Corrèze et il est reparti à côté de Brive-la-Gaillarde. Heureusement j’ai ma petite fille qui n’habite pas très loin en Corrèze et qui m’a rapporté des papiers de là-bas. J’ai fait quelques tirages sur du Japon mais c’est difficile à travailler.

Au niveau des tirages, vous faites souvent des petits tirages je crois ?

Oui, et encore ! Ceux annoncés ne sont pas complets. La plupart ne sont pas tirés complètement.

Vous avez fait de la gravure en couleur ?

J’ai surtout gravé en noir et blanc. J’ai fait quelques gravures en couleur mais comme je peins, ça ne me plait pas plus que ça. Ça m’intéresse techniquement, je peux l’enseigner, mais j’aime surtout la gravure en noir.

Vous savez combien d’œuvres vous avez gravées durant toute votre carrière ?

Je pense aux environs de 800, tout compris. Les bois, les cuivres, les lithographies mais les lithographies c’est assez insignifiant comme nombre.

Jacques Hallez, avec la paume de sa main, caresse la plaque pour retirer l’encre sur la plaque, sans retirer l’encre dans les tailles

Vous avez été professeur à l’École des Beaux-arts de Marseille. Vous êtes resté combien de temps ?

De décembre 1951 à mai 1973. C’est André Vahl qui m’avait informé de l’ouverture d’un concours pour un poste de gravure à l’École des Beaux-Arts de Marseille et j’ai pu l’obtenir. J’ai amélioré l’atelier qui existait déjà en permettant aux élèves de pouvoir imprimer sur place. Le professeur d’avant prenait les plaques des élèves et les tirait chez lui. Je préférais que les élèves tirent les plaques devant moi et leur montrer comment on faisait.

Durant votre carrière vous avez également beaucoup peint et dessiné, comment travaillez-vous vos compositions ?

Pour la peinture comme pour la gravure, je réalise beaucoup de dessins préparatoires avant. Des quantités. Je n’attaque que quand je suis à peu près sûr de ce que je veux faire. Je conserve certains dessins préparatoires. Je travaille uniquement à l’huile et à l’aquarelle. Pour l’huile je travaille au couteau et au pinceau.

En 1962, Denis Rouart avait parlé de votre travail de graveur à propos du livre que vous avez illustré l’âme et la danse de Paul Valéry. Il avait dit que vous étiez plus imaginatif et poétique en gravure plutôt qu’en peinture. C’est juste ?

Oui je suis assez d’accord avec ce qu’il dit. Je me laisse plus aller dans ce domaine qui m’est plus secret. La gravure c’est mon intimité. Je suis beaucoup plus libre et plus secret. Vous savez la gravure c’est très proche de l’écriture. C’est comme un carnet où j’écris des choses.

La forêt glacée, aquatinte, épreuve d’artiste

Vos carnets à dessins vous y revenez souvent ?

Oui tout le temps. Surtout que maintenant je ne peux plus sortir vraiment. C’est ma source d’inspiration. Ils contiennent tous mes motifs tous mes voyages. Je continue aujourd’hui encore à dessiner. Mais ma réserve d’images, elle est dans ces carnets.

Vous savez combien de toiles vous avez peintes ?

Je crois aux environs de 600. Il y en a environ 200 qui ont été vendues. A des particuliers mais aussi des institutions, dans la région mais pas que. La ville de Paris m’en a acheté par exemple, mais aussi le Victoria and Albert Museum de Londres ou à Los Angeles aussi. J’en ai un peu en Amérique. Des institutions ou des universités. J’ai exposé à l’étranger et aux États-Unis. J’ai aussi vendu pas mal de gravures en Amérique, notamment dans la région de Boston puis en Californie. J’ai fait deux séjours assez longs en Amérique.

Vous avez également réalisé des mosaïques, des vitraux et des tapisseries ?

Oui. Ça a commencé en 1950-1951 lorsque Robert Parisot m’a commandé des vitraux pour la basilique de Saint-Nicolas-de-Port. Ils ont été réalisés au printemps 1951. A l’exception de la découpe, du montage et de la pose j’ai fait tout le reste : les cartons, la coloration, la pose de la grisaille. J’ai également fait les vitraux pour le chœur de l’église de Charmes, trois grandes verrières de 11 mètres de haut. Le plus grand vitrail je l’ai fait à Marseille, il fait 56 m². Mais il a été fait avec des dalles de verre et du ciment.

C’est un médium que vous aimez le vitrail ?

Oui et la mosaïque aussi. J’en ai d’ailleurs réalisé plusieurs en Lorraine dont trois à Baccarat. Il y en a une à la caserne des gardes mobiles à Baccarat, elle fait 15 m² et représente toutes les représentations possibles du soleil dans toutes les civilisations. C’était une commande qui m’a été faite lors de la reconstruction de la caserne, ça fait partie du 1 %, mais le sujet m’est propre, il n’y avait pas de thématique imposée. J’avais également eu une commande de mosaïque pour le collège de Baccarat qui doit faire 30 m² et pour une petite école mais comme il n’y avait pas beaucoup d’argent j’ai fait ça avec les pierres de la région.

Et la tapisserie, je crois que vous avez eu un prix pour une tapisserie ?

Oui j’ai pu avoir une commande de tapisserie. Elle a été réalisée, tissée à Aubusson en 1952. J’ai eu la chance de l’entrevoir mais je ne l’ai plus revue depuis, je ne sais même pas où elle est.

M. Hallez, parlons un peu de peinture et de vos inspirations en peinture. Vous aimez quel type de peinture ?

Je suis fidèlement resté figuratif. J’aime tellement les choses que je ne vois pas la nécessité de les transformer.

Il y a des peintres que vous appréciez plus que d’autres ?

Oui les nabis, Bonnard, Gauguin, Cézanne, et beaucoup d’autres. Des plus contemporains aussi, Braque, mais surtout les œuvres de la fin de sa vie. J’ai suivi beaucoup ses expositions à Paris.

Vous avez été voir beaucoup d’expositions à Paris ?

Oui j’ai travaillé un moment dans l’atelier d’André Lhote, entre 1948 et 1951. Avec ma femme on faisait un séjour d’au moins un mois à Paris, c’était l’occasion d’apprendre et de se ressourcer.

Et André Lhote, c’est un artiste que vous admiriez ?

Oui il enseignait avec une grande intelligence. Il m’a appris beaucoup de choses.

Et dans la peinture plus ancienne, il y a des choses que vous aimez ?

Oui, Delacroix j’aime beaucoup. Il y en a beaucoup que j’aime. Je n’aime pas trop les peintres académiques. J’aime les artistes qui mettent de la vie dans leur peinture, mais de la vie poétique. C’est ce que j’ai essayé de trouver et de faire dans ma peinture. Transposer les objets et choses quotidiennes et leur donner un sens poétique. Tous les sujets sont bons et deviennent un prétexte à une œuvre poétique.

Mère et enfant, eau-forte et aquatinte, 15/20

Vous avez fait plutôt des scènes de genre, des portraits, des paysages ?

J’ai fait autant de scènes de genres que de paysages. En revanche, je n’ai pas fait beaucoup de portraits. J’aime bien les portraits mais je ne sais pas trop bien les faire. Je ne suis pas très doué pour ça. J’ai fait un autoportrait gravé il y a quelques années, j’ai quelques portraits de ma femme, de mon fils et de mes petits-enfants. Dans les maternités par exemple, il y a ma belle-fille avec mon petit-fils c’est le même sujet que lorsque j’avais fait ma femme et mon fils.

Merci M. Hallez pour cet entretien.

 

 

La constitution d’un fonds local numérique

Dans le cadre de son partenariat avec la BNF, la Bibliothèque Stanislas a travaillé à la constitution d’un corpus de sites internet lorrains. Cette collecte à vocation régionale vient enrichir l’immense réservoir documentaire que constitue le Dépôt Légal du Web. Si le caractère automatisé de la collecte nationale est évidente, à l’échelon régional la collecte se veut ciblée et s’inscrit dans un cadre documentaire où le bibliothécaire est force de proposition. La sélection de ces sites web contribue à l’enrichissement documentaire du DL du web et fait mémoire pour notre territoire.

Vignettes de mise en valeur de sites sur la page d'accueil
Mise en valeur de sites sur la page d’accueil des postes Dépôt légal du Web de la Bibliothèque Stanislas

Le cadre général

La force des textes qui régissent le dépôt légal instauré par François ier au xvie siècle est, certainement, d’avoir sans cesse su intégrer les nouveaux supports de diffusion, d’abord imprimés : livres, gravures, partitions puis tour à tour affiches, photographies, films, radio, télévision… toutes  formes de médias qui  vont constituer un ensemble qui se veut exhaustif de la production éditoriale française,  et depuis 2006 les objets numériques.

 Quand les éditeurs et imprimeurs remplissent leur obligation de dépôt légal, ils participent à la constitution d’une gigantesque bibliothèque dont la visée patrimoniale est indiscutable. Tout autant que la chose imprimée, les films et les programmes diffusés à la télévision  collectés par l’INA dans le cadre du dépôt légal,  sont des supports historiques1.

Ecran d'accueil du site du DL du web
Ecran d’accueil de l’accès distant au DL du web

Le dépôt légal du web ou dépôt légal de l’internet validé dans le Code du Patrimoine en 2006 s’inscrit dans cette démarche de mémoire. Si le dépôt légal des imprimés et des médias audiovisuels se veut exhaustif, celui de l‘internet cherche à conserver un échantillonnage représentatif de l’internet français. La collecte à lieu via un robot de façon automatisée et aléatoire2. Les autres formes de dépôt légal s’opèrent par action directe des éditeurs, des imprimeurs et autres producteurs, mais la collecte des sites de l’internet se fait sans action volontaire des propriétaires des sites.

Une politique documentaire pour les sites web lorrains

 

Ecran interface professionnelle BC web

Pour enrichir la capture aléatoire du robot moissonneur, la BNF sollicite la coopération des bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI). C’est dans ce cadre que s’inscrit la participation de la  Bibliothèque Stanislas à la collecte ciblée « Lorraine », qui vise à constituer un corpus de sites représentatifs du territoire lorrain.

La sélection de ces sites est effectuée en fonction d’un plan  de classement dont l’objectif est de répertorier de façon représentative les sites administratifs, culturels, économiques… du territoire. Ces sites (environ 150) sont archivés en collectes ciblées régionales ; leur capture par le robot moissonneur se fait une à deux fois par an. Ce travail collaboratif  avec les services de la BNF permet de contribuer à une meilleure pertinence documentaire régionale et de participer pleinement aux missions du dépôt légal en région. La constitution de ce corpus nous engage chaque année à compléter et à vérifier la validité des adresses URL des sites sélectionnés.

Critères de sélection

Interface de répertoire des sites sur le laboratoire nucléaire de Bure

Notre démarche de sélection s’inspire de la première collecte inaugurée par la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg. Les questions  soulevées rejoignent les problématiques de la constitution d’un fonds local classique mais avec la particularité d’un fonds dématérialisé.

Des interrogations ont jalonné notre travail de sélection. Les éléments suivants en sont une synthèse  :

  • Déterminer le territoire d’investigation 3

Le choix est fait de travailler par cercles concentriques autour du point central qu’est la ville de Nancy.  Ainsi, aucun site des villes composant la métropole du Grand-Nancy n’étant capturé de façon systématique par le robot,  ils ont été proposés à la sélection dans la rubrique « Administration ». La Meurthe-et-Moselle a été couverte. Dans les 3 autres départements lorrains, l’échantillon porte sur les villes de préfecture et de sous-préfecture. 

  • Prendre en compte le patrimoine existant 4

La collecte ciblée va s’attacher à constituer un fonds local nativement numérique en sélectionnant les sites dont le contenu  documente ce qui  fait patrimoine sur le territoire et ce qui fait sa singularité  :

  • le verre
  • le bois
  • les musées
  • la culture populaire, les fêtes de Saint Nicolas
  • les dialectes lorrains
  • Valoriser des initiatives  qui participent au fait local 
Site internet sur l’histoire de la Faculté de médecine à Nancy

Le site « Médecine à Nancy depuis 1872 » en est un exemple parlant : il apporte une réelle valeur ajoutée au savoir local concernant l’histoire de la médecine à Nancy.  Sa sélection dans la collecte ciblée garantit la pérennité des informations qui ne se trouvent nulle part ailleurs.

  • Rendre compte des débats sur le territoire comme fait de société local 

Lors de la recherche documentaire de sites web, nous nous sommes rendu compte de la multitude de sites très actifs sur la problématique du nucléaire concernant l’enfouissement des déchets sur le site de Bure en Meuse.  Ce vif débat sur internet nous a semblé être emblématique des controverses qui traversent notre territoire.

Une sélection toujours ouverte

La liste comporte à ce jour 152 sites. Forcément incomplète, forcément sélective, elle est amenée à s’enrichir. Cependant, il s’avère nécessaire de mesurer la quantité de travail engendrée chaque année pour la vérification des adresses web avant d’accroître le nombre de sites sélectionnés.

Ce travail coopératif effectué, il nous semble important d’imaginer maintenant une médiation de son contenu vers nos publics.  Pour le moment, cette collecte ciblée lorraine reste noyée dans l’agrégat collectif du DL du Web. L’interface ne permet pas encore un « parcours lorrain » qui faciliterait l’accès aux sites lorrains sélectionnés de manière balisée. Le dépôt légal du Web reste un laboratoire de recherche en constante évolution. Nul doute qu’une solution sera trouvée afin  d’offrir d’emblée cette sélection aux utilisateurs des postes dédiés à la consultation du dépôt légal du Web dans la salle patrimoniale de la Bibliothèque.

 

  1. Frédéric Saby, « Approche historique du dépôt légal », dans Société & représentations, no 35, 2013, p. 15-26 [en ligne consulté le 15/11/2017]. []
  2. Gildas Illien, « Le Dépôt légal de l’internet en pratique », dans Bulletin des bibliothèques de France, 2008, no 6 [en ligne consulté le 15/11/2017]. []
  3. Sarah Toulouse, « Eléments structurants d’un fonds local au xxie siècle » dans C. Haquet et B. Huchet (dir.), Repenser le fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p.19. []
  4. Clément Oury, « Les fonds locaux nés numériques » dans C. Haquet et B. Huchet (dir.), Repenser le fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p.112. []

Michel Jamar ….. 20 ans déjà !

Il y a tout juste 20 ans, Michel Jamar (1911-1997) nous quittait. Artiste lorrain de talent, il n’a cessé tout au long de sa vie de dessiner, graver et peindre. Grâce aux dons généreux et successifs de Michel Jamar en 1995, et de son fils Xavier en 2012, la bibliothèque Stanislas conserve aujourd’hui la mémoire de son œuvre.  Une collection d’œuvres qu’il faut faire vivre et mettre à disposition du public progressivement. C’est ce qui sera fait durant les prochaines années grâce à la Bibliothèque Numérique du Sillon Lorrain et du projet « Graveurs lorrains contemporains ».

En attendant, cet anniversaire est aussi l’occasion de dévoiler une des nombreuses œuvres de Michel Jamar conservées à la bibliothèque Stanislas.

 

Le Diable amoureux de Jacques Cazotte

 

 

Page de titre « Le diable amoureux », Fonds Jamar

Le Diable Amoureux est un roman de Jacques Cazotte publié en 1772. Le texte est considéré comme précurseur du récit fantastique. Un jeune homme, Alvare, décide de convoquer le diable en compagnie de deux amis. Le diable lui apparaît d’abord sous les traits d’un chameau, puis d’un épagneul et enfin sous les traits gracieux de Biondetta, dont il accepte les services. Alvare s’efforce de résister aux séductions et aux agaceries de Biondetta. Il décide enfin de présenter Biondetta à sa mère pour pouvoir l’épouser. En chemin, ils s’arrêtent pour participer à une noce et comme on les prend pour mari et femme, ils se retrouvent dans la même chambre. Au moment ultime, Biondetta jette le masque pour rappeler qu’elle est Belzébuth.

Cette œuvre littéraire a inspiré de très nombreux artistes au xixe et xxe siècle, que ce soit pour l’illustration des textes mais aussi dans son adaptation en pièce de théâtre, ballet ou opéra.

 

La version illustrée de Michel Jamar

 

Frontispice – Fonds Jamar

 

Michel Jamar se confronte ici à ce grand texte littéraire et propose une version illustrée éditée par  Le Cercle Grolier en 1968. Il réalise pour cette œuvre 16 burins originaux, dont un en frontispice, un dans le texte, 13 en pleine page hors-texte et un sur double page hors-texte. Dans le texte, 17 bois gravés par Gilbert Poilliot d’après des dessins de Michel Jamar viennent marquer les bandeaux et culs-de-lampe. Une suite de 32 dessins préparatoires reproduits selon des procédés photomécaniques vient compléter cette édition de bibliophilie.

L’ensemble est complété par une reliure exécutée par Engel à Malakoff et décorée d’un bronze de Michel Jamar, frappé par la Monnaie.

 

Une science qui enseigne à transformer les métaux et à réduire les esprits sous notre obéissance, gravure au burin – Fonds Jamar

 

La bibliothèque Stanislas conserve les dessins préparatoires pour l’ensemble des illustrations mais aussi des épreuves d’état et des épreuves non retenues pour ce projet. Des épreuves intéressantes qui permettent de comparer les différentes propositions et voir l’évolution du travail de l’artiste dans ce projet.

Les ruines de Portici, gravure au burin – Fonds Jamar

 

Les compositions de Michel Jamar peuvent également être comparées à celles de la première édition de cet ouvrage, conservée à la bibliothèque Stanislas (Rés. 10 412).

 

Alvare je suis le Diable… Gravure au burin, épreuve d’état complétée au crayon graphite sur le tirage et complétée de notes de Michel Jamar – Fonds Jamar

 

 

Alvare je suis le Diable… Gravure au burin, épreuve définitive qui se trouve dans l’édition illustrée – Fonds Jamar

Les dessins et gravures qu’il réalise sont fidèles à son univers où se mêlent sensualité, ésotérisme, symbolique et on y retrouve aussi son goût pour la construction architecturée et le paysage.

Michel Jamar offre ici une interprétation puissante de cette oeuvre « diabolique »…

Exposer une nouvelle acquisition : le recueil de poésies galantes du Comte de Tressan

En 2016, les Bibliothèques de Nancy ont fait une acquisition remarquable : un manuscrit inédit du Comte de Tressan. Le favori du roi Stanislas a donc fait son entrée dans la bibliothèque, celle-là même qu’il a vu naître, en même temps que l’Académie, alors Société Royale des Sciences et Belles-Lettres de Nancy pour laquelle il a beaucoup œuvré. Chaque année « Le Livre sur La Place » donne le la de la rentrée littéraire à Nancy : en septembre 2017, le manuscrit y a été révélé au grand public dans l’exposition « Place galante ».

 

 Au nombre des questions préalables : comment exposer un texte « galant » ? – question de fond – et comment présenter un recueil manuscrit à l’écriture si fine qu’elle dissuade la lecture ? – question de forme. En termes d’exposition, ces questions sont récurrentes. Les réponses apportées sont traditionnelles mais non exemptes de réflexion.

Contextualisation et médiation permettent de mettre en valeur des documents dont la monstration est parfois encore regardée comme délicate au regard du sujet. Ne fait-on pas l’apologie de la pédophilie en présentant tel passage ? Cette gravure d’après Louis Binet figure une scène sadique : choisira-t-on une scène plus légère, moins explicite ? Sera-t-on taxé d’obscénité en montrant cette scène lascive, une plaque de cuivre originale de Louis-André Berthommé-Saint-André (1905-1977) pour les Bijoux indiscrets de Diderot ?1

Le cadre de l’exposition est celui d’une manifestation de courte durée –trois jours- mais de grande ampleur, visant le très grand public. Une sélection s’impose donc. De censure point, mais un choix conscient où, sans donner dans le genre curiosa, les gravures « découvertes » auront pour rôle de polariser l’attention, permettant de rappeler que le dix-huitième est bien le siècle du libertinage, et, dans le domaine qui nous intéresse, celui du livre à vignettes.

Place Galante, Livre sur la Place, sept. 2017

Le médiateur aura soin de rappeler les grands auteurs du temps (Crébillon fils, Denis Diderot, Sade, Choderlos de Laclos, Restif de la Bretonne, Nerciat) ou quelques titres phares comme l’Histoire de Dom Bougre, portier des Chartreux de Gervaise de Latouche, ou Thérèse philosophe de Boyer d’Argens.

Côté installation, des vitrines tapissées de satin rouge et, pour signaler le passage sans trop filtrer les entrées, quelques tentures, rouges elles aussi, invitent à pénétrer dans les lieux, en l’occurrence, le Bureau du général dans le Palais du gouvernement, Place de la Carrière. Ajoutons un kakémono illustré, suggestif mais visible par tous et le dispositif est en place. Pour les plus curieux, une tablette avec une galerie d’images numériques sélectionnées dans les documents montrés permet d’aller un peu plus loin.

Place Galante, Livre sur la Place, sept. 2017

 

Qu’en est-il de notre manuscrit à l’écriture fine ? Dans une vitrine, tout document est réduit à l’état d’objet. Là encore, le rôle de la médiation est capital pour aller au-delà de ce constat. Commenter l’intérêt et les usages possibles de ce nouveau document patrimonial, désormais accessible en collection publique va de soi ; évoquer la transcription permet de développer les questions liées aux avantages de la numérisation (accessibilité à tous et facilitation de lecture pour le chercheur grâce au grossissement, au contraste accentuable etc.). Nous voilà parés pour présenter notre auteur, son recueil de poésies et le contexte dans lequel il a vu le jour, en France et plus particulièrement à la cour de Lorraine.

Le comte de Tressan dans les collections de la Bibliothèque Stanislas

 

Outre les livres imprimés, près d’une vingtaine, la bibliothèque Stanislas conservait déjà un beau manuscrit maçonnique du xviiiesiècle ayant appartenu à Tressan2 et 48 lettres autographes3 adressées à de nombreuses personnalités, notamment le poète François-Antoine Devaux, dit « Panpan », mais aussi Marc-Pierre d’Argenson, le Président de Sivry (Secrétaire perpétuel de la Société royale de Nancy), Buffon, Voltaire et bien d’autres.

Ex-libris du comte de Tressan (Ms 1647)

 

Ex-libris du comte de Tressan (Ms 1647)

 

La devise Labore et honore (Travail et Honneur) domine une composition très classique mêlant attributs militaires (épée et décorations) artistiques (la lyre pour la poésie, la palette pour la peinture) et scientifiques (figures géométriques et compas).

Le blason de la famille de La Vergne de Tressan (d’argent au chef de gueules, chargé de trois coquilles d’argent ombrées de sable) est mis en évidence au premier plan.

Quant aux deux oiseaux qui les jouxtent, bec à bec, on peut y voir une allusion à la symbolique courtoise de la noblesse à laquelle Tressan fait encore appel dans les traductions de romans médiévaux qu’il affectionne. Ils sont aussi, bien entendu, une allusion emblématique à la réunion attendue des amants.

Portrait de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan Gravé par N. De Launay d'après un dessin de A. BorelPortrait de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan Gravé par N. De Launay d’après un dessin de A. Borel

L’auteur : Louis-Elisabeth de la Vergne de Tressan (Le Mans 1705- Paris 1783)

 

Lieutenant-général dans l’armée, Tressan fut attaché à la cour du roi Stanislas comme grand maréchal. Le manuscrit maçonnique évoqué plus haut montre que Stanislas, dès son arrivée en Lorraine en 1737, appartenait à la loge de la Candeur à l’Orient de Strasbourg : il en va de même pour Tressan. Il avait été compagnon de jeux et d’études de Louis XV. En 1725, il accompagne le duc d’Orléans, envoyé pour épouser, par procuration, Marie Leszczynska, la fille de Stanislas. Pour les Bibliothèques de Nancy, il s’agit quasiment d’un fondateur, puisqu’il est à l’origine de l’académie – aujourd’hui Académie de Stanislas – qui vit le jour en même temps que la bibliothèque publique, en 1750, selon les vœux du roi Stanislas en personne. Il fit également partie de l’Académie des Sciences de Paris, de Londres, de Berlin, d’Édimbourg, et des sociétés royales et littéraires de Montpellier, de Caen et de Rouen et de plusieurs académies étrangères.

Philosophe libéral, il fut l’un des premiers restaurateurs de la littérature romane, traduisit Roland furieux et des romans de chevalerie. Les talents de Tressan étaient multiples : on le sait physicien aussi, mais c’est à l’homme de lettres, celui qui fréquentait le salon parisien de Madame de Tencin, que nous nous attachons ici, et plus particulièrement, au poète. En effet, le manuscrit acquis est un recueil de poésie, plus précisément de poésie galante. A la tête de son recueil, Tressan averti le lecteur :

« Tous les differents petits morceaux de poësie […] ne sont pas de nature a pouvoir jamais etre donnez au public… […]

Je n’ai jamais eu pour maistre que l’amour et l’amitié.

Ce n’est pas cependant que lespece de vers que l’on peut caracteriser par le nom de vers de societe,  n’eussent un veritable merite qui leur est propre ; ceux que jecris fort au dessous de la pefection necessaire, n’en seroient jamais une preuve ; mais ceux de Sarasin, Chapelle, La Fare et Chaulieu auront toujours des droits assurés de plaire a la bonne compagnie ; C’est dans ces poësies aimables que l’on trouve a chaque page, la liberté d’esprit, la finesse de la pensée, la naiveté et lagrement de lexpression et surtout cette volupté douce et vivante egalement eloignée d’une licence grossiere et d’une raison trop farouche et trop methodique.»

Cachet de cire rouge aux armes de Tressan sur lettre autographe au Président de Sivry, 6 juillet 1783.  (Ms. 1711 (b)) 
Cachet de cire rouge aux armes de Tressan sur lettre autographe au Président de Sivry, 6 juillet 1783.  (Ms. 1711 (b))

La fille du comte de Tressan consigne les poèmes galants de son père

 

Selon une note manuscrite apposée au titre, ce recueil a été réuni par la deuxième fille du comte, Marie-Stanislas de La Vergne de Tressan. Née du second mariage de ce dernier, elle épousa en 1773 René-Théophile de Maupeou (1730-1792), capitaine au régiment de Dauphin cavalerie, puis colonel à celui de Bigorre infanterie, et elle mourut en 1825.

Entre poésies amoureuses et chansons légères, Marie-Stanislas – « Michou » pour son père et « Mariztchou » comme filleule de la reine Marie Leszczynska – rapporte également les vers échangés avec lui, une forme de « correspondance familiale » mêlée de tendresse et d’inquiétude paternelles, à l’instar de ces épigrammes :

« Vers pour Moi a Mon mariage »

« Mon cœur ababtu de douleur
fremit de notre destinéé
tu n’es plus pour moi qu’une fleur
qui de sa tige est separéé. »

« Vers Mis au bas d’un petit trophée fait pour lui
il avoit placé Mon portrait au dessus. »

« au dieu dont j’ai suivi la loi
je rapporte ces vains hommages
et je place au dessus de moi
le plus charmant de mes ouvrages »

Un recueil manuscrit non destiné à la publication

 

Manuscrit de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan
Manuscrit de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan. Recueil des vers de mon père
Sans lieu, vers 1785.
Petit in-quarto de 305 pages couvertes d’une écriture fine et lisible (environ 30 lignes par page), [98] ff. vierges, [6] ff. de table des pièces. Le texte est contenu dans un cadre au tracé discret (lavis d’encre) ( Ms. 1941 )
L’ensemble des pièces, a priori inédites, est précédé d’un bref Discours sur la poésie (pp.1-6) ; A peine quelques vers du recueil sont-ils cités4 par le Marquis de Tressan, son arrière petit neveu, ce dernier précisant que « toute sa vie, le comte de Tressan aima les vers, il en fit de très bonne heure ; parvenu à la vieillesse, il recueilli en un volume les poésies éparses qui avaient fait l’amusement de sa jeunesse, ainsi qu’il l’écrivait en tête du recueil :

Petits vers qui dans ma jeunesse
Me fûtent dictés par l’amour,
Je vous écris pour estre un jour
Lamusement de ma vieillesse ».

En effet, il s’agit essentiellement de poésies amoureuses dans le genre de la fin du xviiie siècle. On notera le nombre élevé de poésies dédiées à la marquise de Genlis (1746-1830), qui, de fait, inspira pas mal de vieux beaux. D’autres égéries apparaissent comme La Pompadour, de duchesse de Villars, la marquise de Boufflers, la duchesse de Brancas.

Ce qui n’appartient pas à ce registre relève des lettres ou épîtres en vers (adressées à Voltaire, Moncrif, Caylus), des traductions libres (d’Horace par exemple, voire du Psaume Super flumina Babylonis) ou des inspirations de l’Antiquité (sur Sappho). Mais l’ensemble est globalement dédié à l’amour. On comprendra le genre badin de l’ensemble en lisant le début d’un morceau qui aurait été inspiré par Mademoiselle de Boisgelin :

« La mesme, ayant quatre ans,
lui permit de baiser son cul
à condition qu’il ferait des vers dessus »

Et plus loin :

« Je l’ai baisé ce joli cul ;
J’espère le baiser encore.
Ah qu’il lui sied bien d’estre nud,
Et quoiqu’il ne soit que l’aurore
Des attraits qui sont tout près d’éclore,
Qu’il mérite bien d’estre vû. »

Ou encore cet aveu si libertin qui le suit :

« Peut-être ai-je aimé ta grand-mère
à dix-huit ans.
Peut-être ai-je baisé ta mère
à quarante ans.
Eh cependant déjà je grille
et je prétends
à baiser leur petite-fille à soixante ans. »

 

 Portrait de Madame de Genlis. Lithographie par Melle Coignet d'après un dessin de Devéria. (FG3 Genlis)
Portrait de Madame de Genlis. Lithographie par Melle Coignet d’après un dessin de Devéria. (FG3 Genlis)

 

Une reliure portefeuille en maroquin vieux rouge

Le manuscrit, en excellente condition, a conservé sa reliure d’époque : c’est un modèle portefeuille en maroquin vieux rouge à rabat et fermoir métallique, dos lisse cloisonné et fleuronné, encadrement de triple filet doré sur les plats et sur le rabat, double filet doré sur les coupes, tranches dorées, gardes à soufflets doublées de tabis azur.

Manuscrit de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan  ( Ms. 1941 )
Manuscrit de Louis Elisabeth de La Vergne comte de Tressan  ( Ms. 1941 )

 

 

  1. Denis Diderot. Les bijoux indiscrets illustrés d’eaux-fortes originales par Berthommé Saint-André. Paris : La Tradition, 1936. 2 vol. Cote Rés. 11 611 (1-2). Exemplaire enrichi d’une suite gravée de 32 planches avec des remarques de l’artiste, 2 dessins originaux, 2 aquarelles originales et 2 plaques de cuivre gravées. []
  2. Maître, le Devoir du fendeur, le Maître parfait et les Elus Adoptés de la loge de Strasbourg. xviiie s. Papier. 1 vol. in-4°. 145 p. Ce beau manuscrit portant sur des grades peu communs est relié en maroquin rouge aux armes de Stanislas Ier. Le manuscrit est devenu ensuite la propriété du marquis de Tressan, grand Maréchal des logis, puis du Comte de Tressan qui a collé son ex-libris héraldique gravé sur la garde, ainsi qu’une vignette à devise. Cote ms. 1647 []
  3. Cote ms. 1711  (a-b) []
  4. Henri-Antoine-Gérard de Lavergne Tressan. Souvenirs du Comte de Tressan Louis-Élisabeth de La Vergne Membre de l’Académie française d’après des documents inédits réunis par son arrière-petit-neveu le Marquis de Tressan. Versailles : Henry Lebon, 1897.  pp. 201-202 []

Françoise de Graffigny et Nicolas Durival

Lors de la poursuite de notre enquête sur les lectures de Nicolas Durival est apparue de manière inattendue la figure littéraire  de Françoise de Graffigny. Par l’intermédiaire de François-Antoine, dit Panpan, Devaux, elle rencontre Durival à l’époque de son secrétariat auprès du chancelier de Lorraine. Pétri d’admiration pour son talent, Nicolas Durival en fait sa principale pourvoyeuse de livres et de nouvelles politiques. Une trop grande disparité sociale et intellectuelle empêche cependant une véritable relation d’amitié de se nouer.

Contrairement à ce que l’on pouvait penser de prime abord, les notations du Journal relatives à l’achat et à la lecture de livres par Nicolas Durival sont absentes. S’il se montre particulièrement précis sur les pièces de théâtre qu’il voit à la Comédie de Nancy et sur les dissertations lues ou écoutées en séance de l’Académie royale, il ne dit pas un mot de ses découvertes et de ses goûts littéraires. Il fallait donc porter le regard ailleurs : soit dans son œuvre (l’article précédent en montrant des aperçus), soit en exploitant la bibliographie rassemblée sur le personnage.

Comme souvent, c’est une citation qui nous met sur la piste prometteuse de Mme de Graffigny1 :

Tu es admirable avec tes commissions pour Durival. Tu crois donc que je puis avancer deux louis au moins par semaine ? J’ai bien de la peine à être exacte sur les nouveautés que je t’envoie parce qu’il faut les payer comptant, qu’elles sont hors de prix, et voilà encore pour Durival que tu me demandes pour plus de deux louis. Sais-tu bien que les Malheurs de l’amour coûtent six francs ? […] Tout est hors de prix. Ces misérables Chars que j’envoyais hier coûtent quarante sols. Tu seras surpris de tes mémoires, je t’en réponds. Insinue doucement à ton Durival d’écrire à Verdun. Il me donnera de l’argent qu’il lui rendra en Lorraine, et les commissions ne me tourmenteront pas et seront bientôt faites.

Françoise de Graffigny s’y adresse à son âme sœur et confident de toute une vie François (dit Panpan) Devaux. On y lit qu’elle sert manifestement de courtier en libraire pour Nicolas Durival. Quelles sont les relations entre ces trois personnages ? Le dépouillement systématique de l’abondante correspondance échangée entre Mme de Graffigny et Devaux nous en apprendrait-il davantage sur les livres acquis et lus par Nicolas Durival ?

Mme de Graffigny, Devaux et Durival

Françoise de Graffigny (1695-1758) est une femme de lettres d’origine lorraine dont la carrière se déroule dans les salons parisiens après le départ de la cour de François III. À Devaux, resté en Lorraine, elle raconte dans une correspondance quasi-quotidienne ses relations dans le monde littéraire et ses vicissitudes d’écrivain. Assidue au salon de Mme Quinault, elle y rencontre quantité de beaux esprits du temps : Buffon, Réaumur, Piron, Montcrif ou encore Marivaux et l’abbé Prévost pour les plus célèbres. Familière de l’écriture épistolaire et de la poésie de salon, elle écrit des romans et pièces de théâtre dont les Lettres d’une Péruvienne (1747), qui lui apportent la gloire, et Cénie (1750).

Portrait de Mme de Graffigny; Par D'Agoty d'après Garand.
Portrait de Mme de Graffigny; Par D’Agoty d’après Garand.

François-Antoine Devaux (1712-1796), d’origine plus modeste, conjugue un certain talent de poète et littérateur de salon à la nécessité d’exercer un office pour vivre — à l’époque, receveur des finances à Lunéville. À coté de la gazette littéraire et curiale, sa correspondance avec « Abelle » est d’ailleurs parsemée de questions et conseils des deux côtés pour gagner sa vie et investir au mieux. Panpan Devaux est légataire universel des papiers de sa grande amie. A sa mort, il les transmet à Louise-Elisabeth Dufresne, qui n’est autre que la belle-soeur de Nicolas Durival, épouse de son frère Jean-Baptiste2, signe d’une proximité avec les Durival.

C’est le 11 novembre 1743 que Devaux mentionne pour la première fois à Mme de Graffigny l’existence de Nicolas Durival : elle peut utiliser le truchement de celui qui est alors l’un des deux secrétaires du chancelier de Lorraine Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783) pour faire parvenir à son ami des fils d’argent qu’il souhaite offrir en cadeau3. Ce rôle de facteur d’ouvrages et menus objets entre Devaux et Mme de Graffigny est rempli par Durival tout au long de leurs relations, jusqu’au départ de ce dernierl pour l’office de greffier en chef du conseil d’État et secrétaire du conseil royal des finances4.

En décembre de la même année, Devaux informe Mme de Graffigny que Durival accompagne le chancelier à Paris et lui recommande de l’accueillir à dîner. Cette première visite laisse manifestement au Lorrain une forte impression5. Son admiration pour l’écrivaine ne se dément plus, et un profond respect imprègne toutes les commissions qu’il donne par la suite à Devaux pour elle.

Dès lors s’installe une relation à trois où Durival joue les intermédiaires pratiques en raison de sa position auprès du chancelier. Nicolas Durival a des rapports d’ordre amical avec Devaux  : ils dînent ensemble assez familièrement6, vont pique-niquer7, semblent s’entretenir très souvent de politique et de littérature, et surtout s’échangent des livres. Mme de Graffigny conseille aussi à son ami de recourir aux services de Durival pour obtenir des renseignements favorables sur sa carrière8. Une sincère affection semble les lier : Devaux s’inquiète d’une maladie grave de Durival en 17479, et Durival fait tuer un chien qui a mordu Devaux10.

Portrait de Devaux
Portrait de Devaux

L’écrivaine parisienne de son côté se résout à en passer par le secrétaire pour faire acheminer lettres et colis à Devaux à moindre coût, mais la construction de sa relation avec Durival est particulièrement lente et semble uniquement liée au fait que cela fait plaisir à Devaux. Elle le reçoit à dîner à chacun de ses voyages à Paris, essentiellement pour lui confier de nouveaux colis. Elle l’utilise comme agent de renseignement à propos de ses biens lorrains11. Après être passé par Devaux avec bienséance, Durival s’enhardit à lui écrire directement, ce qui paraît l’indisposer12. Il lui demande des livres, toujours des livres, et lui envoie en échange des confitures de Bar, dont Mme de Graffigny est friande, très onéreuses et introuvables à Paris, tant pour elle que pour offrir en cadeau. S’ensuit une comptabilité minutieuse où le montant des ouvrages le dispute au nombre de pots de confiture jusqu’à ce que, excédée par ces calculs, l’auteur des Lettres péruviennes lâche13 :

« tout ce que j’ai envoié de livre à Durival, je lui en fais don. Il ne me doit que les feuilles et ce qui a passé par tes mains. »

Consciente de la dépendance dans laquelle Devaux et Durival sont des nouvelles et des ouvrages qu’elle leur fait parvenir, et probablement de la vague jalousie ressentie par Durival devant la complicité qu’elle entretient avec « son Panpichon », Françoise de Graffigny en joue parfois, faisant remarquer à Devaux que le secrétaire est le seul à lui avoir fait « un petit compliment » de sa nouvelle Azerolle14, ou déroutant exceptionnellement un envoi du Journal de Trévoux par l’abbé de Solignac15 pour ne pas que Durival le lise avant Devaux16. Elle va même au-delà à propos d’Azerolle, en menaçant Devaux de l’obliger à donner à son ami nancéien l’exemplaire qu’elle a fait relier de maroquin jaune à son intention pour peine de l’avoir montré à Durival qui a réclamé un exemplaire identique depuis17.

Au gré des lettres passent des quantités impressionnantes de livres demandés, reçus, égarés, retrouvés. Quelles sont les demandes de Nicolas Durival ?

Un lecteur avide de nouveautés

Parmi tous les titres évoqués dans la correspondance entre 1744 et 1755, une cinquantaine d’œuvres ont à coup sûr été fournies à Durival par Mme de Graffigny, et quelques-unes ont transité du secrétaire à l’écrivaine18. Plus de la moitié d’entre elles ont été demandées en 1746-1747.

Durival est friand de « nouveautés », tant en littérature qu’en histoire et philosophie, dont il a connaissance soit par la conversation (avec Devaux, la cour, les informations transmises par Mme de Graffigny elle-même), soit par les journaux, que la comtesse essaie de faire parvenir à ses amis lorrains avec régularité (Le Mercure françois, le Journal de Trévoux). Cependant, il lui arrive de réclamer des ouvrages plus anciens que Mme de Graffigny peine à se procurer19.

Les ouvrages sont de genre varié :

  • 15 pièces de théâtre, recueils ou feuilles périodiques (Almanach des théâtres), principalement de Destouches et de Boissy ;
  • 9 romans
  • 6 ouvrages historiques
  • 6 ouvrages de philosophie
  • 4 recueils de poésie
  • 1 ouvrage de politique
  • 1 ouvrage scientifique

Il est intéressant de noter que les manuscrits circulent facilement en cette période. Durival est chargé de corriger les oeuvres du roi Stanislas Le Combat de la volonté et de la raison et Le Philosophe chrestien20, mais il a aussi accès au manuscrit de Phaza, que Mme de Graffigny fait tenir à Devaux21, à celui de Semiramis de Voltaire22, par l’intermédiaire de la marquise de Boufflers, et on lui a promis aussi celui d’Arsace et Isménie de Montesquieu23.

Deux tiers des ouvrages font l’objet d’une demande explicite de la part de Durival à Mme de Graffigny, soit directement par courrier, soit auprès de Devaux. Plusieurs sont demandés ou envoyés d’autorité en deux ou plus d’exemplaires, dont l’un est réservé à Durival. Cela peut expliquer en partie pourquoi Mme de Graffigny est souvent indécise dans ses comptes : tel ouvrage destiné à Devaux a atterri entre les mains du chancelier, Durival lui en demande un exemplaire pour lui-même, Devaux cherche le sien… L’échange de livres est fluide entre Devaux et Durival, ils se font profiter l’un l’autre de leurs trouvailles et discutent entre eux des mérites des œuvres.

Toujours à la recherche des livres de Nicolas Durival, nous avons compté que six titres parmi ceux demandés à Mme de Graffigny figurent au catalogue de la Bibliothèque publique fondée par le roi de Pologne en 1766 : Le Spectateur ou le Socrate moderne, feuille périodique, Le Contrôlleur du Parnasse de Destrées,  Jugemens sur quelques ouvrages nouveaux… de l’abbé Desfontaines, Nouvel abrégé chronologique de l’histoire de France du président Hénault revu par Prault, Histoire du Stadhouderat de l’abbé Raynal. Ces ouvrages couvrent deux thématiques dont on sait qu’elles suscitent l’intérêt de Durival : le théâtre et l’histoire.

Dix de plus figurent aujourd’hui dans les collections, dans une édition plausiblement identique à celle probablement reçue par le secrétaire du chancelier via l’écrivaine parisienne. Malheureusement, ils ne portent pas de marque de provenance, et sont dépourvus au catalogue de la mention latine « ex dono domini Durival… » repérée sur d’autres références.

Il faudrait poursuivre l’enquête dans la bibliothèque de Panpan Devaux, puisque l’un des ouvrages mentionné dans sa correspondance avec Mme de Graffigny, figurant également dans les collections de la bibliothèque, porte effectivement l’ex-libris du poète de cour24.

Mention manuscrite de Devaux "Panpan"
Mention manuscrite de Devaux « Panpan »

Portrait de Durival par deux « personnes d’esprit »

Les lettres échangées par Mme de Graffigny et Devaux dressent un portrait de Durival où se mêlent l’affection et la raillerie. Il se dessine ainsi une personnalité d’intellectuel provincial au maintien incertain, à l’éducation indéniable mais non policée, aussi gauche physiquement que dans les relations courtoises de salon. Mme de Graffigny est la plus incisive, sans doute aussi parce que son caractère s’emporte facilement, comme le montrent ses lettres pleines d’excès en tous genres. Devaux la prévient avant sa première rencontre avec Durival25 :

« [Durival] meurt d’envie de vous voir. Je vous prie de le recevoir agréablement pour l’amour de moy. C’est une grande fluste assez maussade qui parle barisien comme un ange, qui a peu de monde et un ris assez niais, mais qui a beaucoup d’esprit, meme de bon et de celuy que vous aimés. C’est une machine a raisonnement. Philosophés un peu ensemble : vous en serez contente. »

Le personnage est campé, et l’opinion de Mme de Graffigny ne dérogera pas de ce portrait qu’elle confirme dans une lettre suivante26 :

« Ton grand flandrin vint. Je le reçu comme un député de mon Panpichon. Dieu sait la belle mine que je lui fis. Il ne resta guère et je ne le verai plus. Il me paroit avoir effectivement de l’esprit, mais dans l’emvelope lorraine. »

Elle est prompte à se plaindre de « négligence »27 dès que courrier et colis sont en retard, trouve le secrétaire rêveur28, mais surtout, elle ne lui passe rien : dès qu’il parle, il est « disserteur intolérable »29, et l’ennuie30 dès qu’il lui demande quelque chose, il la « tourmente »31. C’est un pauvre diable32, une bête qui se prend pour un homme de goût33, et qu’elle cherche parfois à éviter34.

Cependant elle lui fait globalement confiance comme intermédiaire : « du tems de Durival cela n’arrivoit pas. » fait-elle remarquer à Devaux en 175135 alors que le secrétaire est devenu greffier en chef et ne peut plus superviser les échanges. Maintes fois elle lui fait par l’entremise de Devaux des protestations d’amitié, surtout quand elle a besoin de lui36. Les jeunes frères de Nicolas Durival, Jean-Baptiste et Claude, lui sont adressés et elle a le goût de les trouver agréables « mais pas autant que [leur] frère »37.

Ce que Mme de Graffigny reproche avant tout à Nicolas, c’est sa pédanterie, confirmée par plusieurs témoignages directs et indirects. « Ah, que son goût pour les livres le sert mal ! » remarque-t-elle judicieusement assez tôt dans leur relation38. Les exemples abondent dans la correspondance : il prend « des fautes d’impression évidentes pour des fautes de l’auteur »39, il se permet de critiquer la dramaturgie de Voltaire dans La Mort de César40, il fait des contresens sur un « ton de connoisseur »41.

Surtout, début 1750, il fait une bourde énorme et devient la risée de la cour de Lunéville, et, par ricochet, de Mme de Graffigny et des gens du monde dont elle est entourée. L’arrivée du comte de Tressan dans l’entourage de Stanislas s’est accompagnée d’un assaut poétique, littéraire et savant qui fait les délices des courtisans. Devaux, qui a sa petite réputation, se voit gratifié par Tressan d’une épître, à laquelle il imagine de répondre avant même de l’avoir lue. Il rédige donc, et lit devant Durival et d’autres, une épître « à Tressanius ». Nicolas Durival, paraît-il, demande alors innocemment de quel savant étranger on parle…42

Ainsi est dressé le portrait d’un homme avide de connaissance mais maladroit dans ses relations avec un milieu auquel il rêve manifestement d’appartenir. Durival a trouvé en Mme de Graffigny l’un des courtiers qui peut lui procurer les ouvrages de Paris qu’il attend, et qu’il est heureux d’obliger. On le voit dans la proximité de Devaux avoir accès aux ouvrages en préparation de Voltaire et Montesquieu, qui sont des personnages considérables même en dehors de la cour de Lunéville. Enfin, son goût pour le théâtre et l’histoire, apparent dans son Journal et dans son œuvre historique, se trouve confirmé par le type de livres recherchés.

  1. Correspondance de Mme de Graffigny, E. Showalter (éd.), Oxford, The Voltaire Foundation, Taylor institution, 1985, t. VIII, lettre 1125, 6 mars 1747, p. 275 (désormais « CG » ; cité par F. Bessire, « Françoise de Graffigny », Revue de la BNF, n° 39, 2012, p. 28-37. []
  2. Victor Jacques, « Cérutti et le salon de la duchesse de Brancas à Fléville (1778-1784) », Annales de l’Est, 1888, p. 324-374. []
  3. CG, t. III, no 615 n 33. — Les notes de l’édition de la correspondance comprennent souvent des extraits de lettres de Devaux qui trouvent ainsi un début d’édition. []
  4. CG, t. XII, no 1733, 13 juillet 1751. []
  5. CG, t. IV, no 632, 24 décembre 1742. []
  6. CG, t. V, no 640, 10 janvier 1744. []
  7. CG t. IX, no 1364, 22 février 1749. []
  8. CG, t. VIII, no 1209, 24 septembre 1747 ; t. X, no 1392, 30 avril 1749, répété par la lettre no 1442, 23 août 1749 []
  9. CG t. VIII, no 1111, 3 février 1747. []
  10. CG t. XIII, no 1916, 7 septembre 1752. []
  11. CG t. XII, no 1849, 5 avril 1752. []
  12. au moins en 1745 CG t. VI no 853, 2 juin ; trois lettres en 1746, CG, t. VIII, no 1038, 17 août : « Mais pourquoi m’écrit-il tant ? ». []
  13. CG t. VII, nos 969, 970, 972, 973, 8 au 18 mars 1746. []
  14. CG t. VII, no 937, 26 décembre 1745. []
  15. Pierre-Joseph de La Pimpie, chevalier de Solignac (1687-1773), secrétaire personnel du roi Stanislas et premier secrétaire général de l’Académie royale. []
  16. CG t. IX, no 1266, 5 juillet 1746. []
  17. CG. t. VII, no 947, 16 janvier 1746. Quelques semaines plus tard, le 4 février, elle rassure Devaux sur sa préférence : « Il a eu beau m’envoier des confitures, il n’aura pas un pareil livre que le tien. (…) Il me semble que je t’aurois fait une infidélité si j’avois consenti à sa prière. ». []
  18. Des Recherches historiques. CG, t. X , no 1553, 27 mai 1750 ; Voltaire, Annales de l’Empire, Bâle [Colmar : Schöpflin], 1753. CG t. XIV no 2112, 20 mai 1754. []
  19. Louis Fuzelier, Momus fabuliste ou Les Noces de Vulcain, Paris : Veuve Ribou, 1720. CG, t. VIII, no 1129, 22 mars 1747. []
  20. CG, t. IX, no 1374, 19 mars 1749. []
  21. CG, t. IX, no 1376, 22 mars 1749 « s’il veut se taire ». []
  22. CG, t. IX, no 1481, 2 décembre 1749. []
  23. CG, t. VIII, no 1171, 28 juin 1747. []
  24. P.-F.G. Desfontaines, Histoire des révolutions de Pologne depuis le commencement de cette monarchie jusqu’à la mort d’Auguste II. Par l’Abbé Desfontaines, s.l.n.d., cote 300 860 (1-3). []
  25. CG, t. IV, no 629 n 22. []
  26. CG t. IV, no 632, 24 décembre 1743. []
  27. CG t. X, no 1502, 25 janvier 1750. []
  28. CG t. XI, no 1630, 19 novembre 1750. []
  29. CG t. VI, no 787, 25 décembre 1744. []
  30. CG t. VI, no 821, 15 mars 1745. []
  31. CG t. VI, no 846, 14 mai 1745. []
  32. CG t. VII, no 953, 30 janvier 1746. []
  33. CG t. VII, no 1025, 17 juillet 1746. []
  34. CG t. IX, no 1299, 22 septembre 1748 : « ne dis point à Durival que je suis à Paris. » []
  35. CG t. XII, no 1769, 5 octobre 1751. []
  36. CG t. VII, no 1008, 6 juin 1746. []
  37. CG t. X, no 1511, 15 février 1750. []
  38. CG t. VI, no 853, 30 mai 1745. []
  39. Ibid. []
  40. CG t. VII, no 1025, 17 juillet 1746. []
  41. CG t. XI, no 1623, 3 novembre 1750. []
  42. CG t. X, nos 1513, 1516, 1520, 15 février-8 mars 1750. []

Philippe Claudel polyglotte

A l’occasion de la 38e édition du Livre sur la Place dont il était le président, Philippe Claudel a fait don d’un ensemble de 150 de ses ouvrages à la Bibliothèque Stanislas. Ce serait une erreur que de penser que l’un des auteurs les plus emblématiques de Lorraine n’était pas présent dans les collections de la bibliothèque !

Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition tchèque
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition tchèque

« Il est émouvant de voir les livres voyager dans des directions qu’on ne soupçonnerait pas ».

Le catalogue de la bibliothèque compte 52 références où le nom de Philippe Claudel apparaît soit en qualité d’auteur, soit de préfacier. Cependant aucun des ouvrages offerts n’était présent. En effet ces 150 ouvrages nous offrent un vaste tour du monde littéraire :  du Japon à l’Islande en passant par l’Irak  et le Portugal, près de 30 pays sont représentés.

Viennent en tête du nombre de traduction,  Le rapport de Brodeck, Les âmes grises et La petite fille de monsieur Linh avec respectivement 29, 27 et 22 éditions.

Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition chinois
Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition chinois

La jaquette : reflet de la sensibilité d’un pays

Nous avons tous en mémoire les couvertures sobres du Rapport de Brodeck  ou des Âmes grises parues chez Stock.  Nous sommes parfois surpris de découvrir le parti pris des éditeurs étrangers  pour le visuel de leurs jaquettes. En Chine, une femme nue sortant d’un champ de blé illustre Les âmes grises, un herbier celle du Rapport de Brodeck  pour l’édition tchèque. L’éditeur russe, quant à lui a choisi des tableaux impressionnistes pour les illustrer.

Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition russe
Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition russe

Pour l’édition française de Parfums, Stock a fait le choix d’une jaquette illustrée d’un détail des « 3 âges de la femme »  de Gustav Klimt évoquant l’amour maternel. L’édition catalane, elle, mêle un timbre poste évoquant la Place Stanislas, un portrait d’un jeune adolescent une horloge à remonter le temps et naturellement une madeleine de Proust. Avec la jaquette coréenne nous voilà transportés dans une scène de rue que l’on pourrait situer dans une petite ville de Lorraine  si ce ne sont les panneaux indicateurs St John Gate, Farringdon …

Couverture des Parfums de Philippe Claudel
Couverture des Parfums de Philippe Claudel

Lors de la rencontre à l’Opéra avec Françoise Rossinot, l’écrivain expliquait qu’il fait confiance à l’éditeur pour la couverture car il connait son public. De même qu’il y a un lien, « une fatalité positive »  entre le traducteur et l’écrivain. Certains traducteurs entrent en contact avec lui, allant jusqu’à  se déplacer à  Dombasle. Parfois, d’autres traductions réservent de mauvaises surprises comme la première traduction des Âmes grises pour laquelle l’éditeur américain s’était arrangé avec le texte, coupant certains passages et allant même jusqu’à changer la fin.

Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition coréenne
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition coréenne
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition catalane
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition catalane

Histoire et collections de la Bibliothèque de Nancy