Enrichissement des collections : la Lorraine au prisme d’un voyage impérial pendant les fêtes séculaires de la réunion à la France

L’année 2021 a vu les collections lorraines s’enrichir de très nombreuses pièces acquises en vente aux enchères, en librairie, ou encore par don. Elles feront l’objet d’une présentation individuelle dans une publication séparée. L’une d’entre elles a bénéficié du soutien financier du FRRAB (Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition pour les Bibliothèques). Il s’agit d’un rarissime livret-programme autographié du voyage en Lorraine organisé pour la famille impériale du 14 au 19 juillet 1866.

Tiré à une douzaine d’exemplaires par le Service du Grand Écuyer, il servit de carnet de route aux membres du service d’honneur de Leurs Majestés : 

Voyage de leurs Majestés et de Son Altesse le Prince Impérial en Lorraine. Paris : Imp. Monrocq Maison Longuer Lancre succr., 1866. In-4, entièrement monté sur onglets, percaline verte gaufrée, titre doré au premier plat, dos lisse, tranches dorées.

Le livret fut établi par le général Émile-Félix de Fleury (1815-1884), Grand Écuyer, chef du service d’honneur de la famille impériale, en charge de l’organisation des déplacements pour les voyages et cérémonies officielles. Le général, diplomate bonapartiste de la première heure, décrit l’établissement de ces programmes dans ses Souvenirs :

“Lorsque enfin toutes ces dispositions étaient établies, je faisais établir une douzaine de programmes définitifs, comprenant l’itinéraire, l’emploi des journées et des heures, fixant les séjours et les arrêts dans les stations désignées, donnant la carte partielle des différents départements traversés, des notes historiques sur chaque localité visitée. Ces programmes étaient distribués aux personnes appelées à faire partie du service d’honneur, afin que tout le monde fut bien au courant des obligations du voyage. En dehors de ce livret-programme, je remettais à Leurs Majestés un carnet particulier […]”

La famille impériale visita Épernay, Châlons-sur-Marne, Vitry-le-Français, Bar-le-Duc, Toul, Nancy et Lunéville.

Itinéraire du voyage de la famille impériale du 14 au 19 juillet 1866

Ce voyage fut effectué dans le contexte des fêtes séculaires de la réunion de la Lorraine à la France, célébrée à Nancy du 15 au 17 juillet 1866 par un important programme de manifestations officielles et d’événements à destination du grand public. Il s’agissait également de réaffirmer le pouvoir de l’Empereur dans une région et dans une ville traversée par un fort sentiment régionaliste prônant la décentralisation. C’est l’un des aspects du lotharingisme.

 

Le défilé des populations lorraines. Composition de Meissonnier gravée à l’eau forte par Jacquemart.

Tout au long de l’ouvrage, il est fait mention de Leurs Majestés, incluant Napoléon III. Les tâches réservées à l’Empereur comme la présentation des clés des villes traversées ou la présentation de notables à Épernay sont précisément décrites. Or, Napoléon III annula sa participation au voyage par une dépêche télégraphique du Grand Écuyer envoyée le 12 juillet, soit deux jours avant le départ. L’état de santé de l’Empereur ou la défaite autrichienne de Sadowa furent peut-être à l’origine de cette annulation. L’Impératrice Eugénie et le Prince Impérial assurèrent donc seuls l’incarnation du pouvoir.

Le cortège impérial et la foule des lorrains sur la Place Stanislas. Photographie originale d’époque jointe à l’ouvrage.

Ce livret-programme vient heureusement compléter l‘édition officielle, richement illustrée, qui paraît huit mois plus tard. Trois exemplaires de cette édition figurent dans les collections de la Bibliothèque Stanislas :

Voyage en Lorraine de Sa Majesté l’Impératrice et de S. A. I. le Prince Impérial. précédé du Voyage de S. M. l’Impératrice à Amiens / texte par Félix Ribeyre. – Paris : H. Plon, 1867. – 58 p.-[8] p. de planches ; 33 X 45 cm.

L’ouvrage est enrichi des portraits de S.M. l’Impératrice et de S.A.I. le Prince Impérial, dessinés par H. de Montaut, gravés au burin par A. Nargeot, d’un dessin de Meissonnier, gravé à l’eau forte par Jacquemart et de quarante et un dessins de Philippoteaux, Giacomotti, Compte-Calix, Henry de Montaut, Émile Bayard, Gustave Janet, Hubert Clerget, Férat, Cattenacci, Reiber et Thérond qui ont été gravés par Gauchard, Chapon, Linton, Dumont, L. Sargent, Huyot, Barbant, Verdeil, Dupré, Deschamps, Charlot, Tazzini, Thénard, et Mme O. Brux.

Le cartonnage brun est orné d’un décor doré à l’aigle impérial avec le titre de l’ouvrage et 4 initiales E couronnées pour Eugène de Beauharnais dans les angles.

Bibliographie

Com’finement

Après le moment de sidération engendré par l’annonce du premier confinement le 13 mars 2020, la fermeture des établissements au public, l’instauration du télétravail pour le personnel et l’interruption de toutes les actions programmées, les Bibliothèques de Nancy ont rapidement réagi pour communiquer au mieux. Trois phases de communication ont rythmé cette période si particulière.

Phase 1 : communication de crise

Des trois phases, la première a été la plus brutale. L’annonce de la fermeture des établissements étant de fait actée, il a été nécessaire de prévenir et répondre aux questions pratiques du public.

Annonce de la fermeture des Bibliothèques

Nous nous sommes fixé deux objectifs. Le premier, purement pratico-pratique, avec les annonces de la fermeture, de la prolongation des emprunts (dans les Bibliothèques plus de 50 000 documents étaient empruntés à la date du 13 mars) et de l’annonce de l’annulation de toute la programmation d’action culturelle.

Le second objectif a été mis en place dès la première semaine du confinement : proposer une offre de substitution au public . En effet, dès les premiers jours du confinement, il a été décidé d’offrir 3 mois d’abonnement gratuits à notre bibliothèque numérique Limédia mosaïque en coordination avec les autres bibliothèques du Sillon lorrain((Metz, Communauté de communes d’Épinal et Thionville)). Avec du recul, on ne peut que souligner la diligence avec laquelle la coordination- validation par les villes, création d’un formulaire d’inscription, organisation des équipes pour la saisie des demandes d’inscription, communication.- entre les 4 établissements partenaires a été mise en place.

Phase 2 : assurer un lien avec nos usagers et entre les professionnels des Bibliothèques

Parallèlement à cette offre numérique, notre présence quotidienne sur les réseaux sociaux a été actée. Une grille hebdomadaire de publication sur Facebook a été établie :

Lundi : recommandation jeunesse
Mardi : recommandation d’un site culturel
Mercredi : heure du conte
Jeudi : coup de cœur des bibliothécaires
Vendredi : histoire audio lue par un.e bibliothécaire
Samedi : recommandation d’une ressource en ligne
Dimanche : vidéo d’un.e bibliothécaire

Recommandation pour les enfants et leurs parents publiée le 23 mars 2020.

Sans le concours de tous les professionnels des Bibliothèques de Nancy qui ont assuré une veille et une sélection parmi l’offre pléthorique de ressources apparues en ligne, rédigé des critiques d’ouvrages ou enregistré depuis leur domicile, et avec leur propres moyens, heures du conte, lectures audios, tutoriels variés, cette présence quotidienne n’aurait pas été possible.

Pour agréger toutes ces ressources, des outils collaboratifs en ligne ont été mis en place. Cette organisation a été grandement facilitée par la pratique régulière de ces outils au quotidien dans notre réseau de 4 établissements.

L’ organisation interne

Pendant toute la durée de ce premier confinement, le travail de l’équipe de direction a été rythmé par des réunions quotidiennes en visioconférence permettant la gestion des dossiers. Parallèlement à la communication à destination du public, des messages d’information réguliers ont été postés sur le blog interne des Bibliothèques afin d’informer l’ensemble du personnel et d’organiser le travail à distance.

Entre le 13 et le 16 mars pas moins de 10 messages d’information ont été postés, auxquels il faut adjoindre la création d’un dossier partagé « Les Bibs de Nancy en télétravail » dans lequel on trouvait notamment un tableau avec l’organisation des missions maintenues, poursuivies ou renforcées pour cette période.

La majorité des collègues naturellement connectée n’a eu aucun problème pour être informée. Pour d’autres, la situation s’est révélée plus compliquée. Souvent seul.e, sans connexion internet , le téléphone a été le moyen privilégié pour maintenir un lien professionnel mais aussi social que ce soit par leur responsable hiérarchique ou spontanément par les collègues .

En complément, dès les premiers jours du confinement, des groupes ©Whatsapp propres à chacun des établissements ont été créés spontanément par les bibliothécaires. À ce jour, deux groupes perdurent, même si la nature des échanges a évolué différemment. À Stanislas , la conversation est désormais plus professionnelle, même si régulièrement on y retrouve un coin de verdure par le biais de photos postées. À la Manufacture, la teneur des échanges est toute autre, elle est restée plus ludique et régulièrement des défis sont lancés : une photo avec un élément vestimentaire à carreaux … Tous les deux sont maintenant le trait d’union entre les membres des équipes.

Phase 3 : préparer la réouverture

Bandeau Facebook créé par Fabien Veançon pour la réouverture des Bibliothèques en juin 2020.

Dès l’organisation du maintien des liens avec le public mise en place, s’est posée la question de l’après confinement et des services à y associer. Des groupes de travail ont été organisés à distance et ont formalisé les offres à venir des Bibliothèques : le clic & collect avec Kraftnancy.fr et un service de recherche et renseignements dans les collections patrimoniales avec Saranancy.fr.

Carte mentale pour la gestion des supports de communication pour la réouverture.

En complément du travail d’organisation de ces deux services par les équipes dédiées, l’équipe de Communication a travaillé pour concevoir les supports : identité des services, création de sites, design par nos deux graphistes et gestion des aspects techniques : achat de sacs, d’un barnum pour Kraftnancy.fr…

Outre ces aspects pratiques, se sont ajoutés la création de supports de communication : vitrophanie pour annoncer le service Kraft à la Médiathèque Manufacture, déclinaison du visuel pour le barnum Kraft, de panneaux installés sur les grilles de la Bibliothèque Stanislas et les relations avec la presse…

Page d'accueil du service SARA

Tout le temps, jusqu’en haut du nez ! Graphisme de Fabien Veançon.

Dans un second temps, en prévision du retour du public dans les établissements, nous avons passé commande à Fabien Veançon((https://station-v.com/)), un de nos deux graphistes, d’autocollants rappelant le port du masque obligatoire «  jusqu’en haut du nez » et une signalétique matérialisant les places accessibles.

Enfin , nous avons décliné en interne tous les supports concernant les consignes sanitaires pour l’ensemble de nos établissements.

Pour répondre au mieux à toutes les sollicitations engendrées par cette situation inédite, la petite équipe de communication des Bibliothèques -2 personnes- a mené de front la publication de messages quotidiens via les réseaux sociaux pour le public, la coordination des ressources proposées par les bibliothécaires et la préparation de tous les supports de communication en prévision de la réouverture des établissements. Cette période intense a été ponctuée de moments de doute, de stress mais également de grande satisfaction au vu des résultats.

Les périodiques : un chantier au long cours

Dans le cadre d’un chantier d’ensemble sur les collections de la Bibliothèque Stanislas démarré en 2013, se pose la question de la restructuration des collections de périodiques. L’entreprise est motivée par la nécessité de réorganiser les magasins soumis à la fois à l’accroissement des collections et à des classements et rangements semi-topographiques devenus inopérants et obsolètes. L’équipe réfléchit alors à une rationalisation de la politique documentaire et à la conservation des périodiques sachant que le projet va s’étendre sur plusieurs années car il implique, suivant les cas, une relocalisation, un traitement et une stabilisation des collections.

État des lieux de départ

Le personnel impliqué

Supervisé par Claire Haquet, directrice de la Bibliothèque Stanislas, le projet est mené par l’ensemble de l’équipe responsable du pôle des périodiques, soit trois agents assurant l’identification et le suivi des collections.

En complément, deux magasiniers interviennent pour le dépoussiérage et le reconditionnement des collections, notamment sur les ensembles patrimoniaux que sont les journaux anciens, lorrains et du dépôt légal.

Enfin, lors du désherbage proprement dit, la présence de trois à quatre agents s’avère nécessaire soit pour les gros convoyages en station de recyclage papier, soit pour les déplacements éventuels des collections d’un site à un autre.

L’étendue des titres

L’ensemble des publications à traiter compte environ 7 100 titres – le nombre comprend des collections Bis, voire Ter d’un même titre  -, localisés en divers endroits sur près de 6 400 mètres de rayonnages. Deux kilomètres de rayonnages se situent dans un magasin extérieur au site Stanislas, le reste étant réparti dans cinq espaces différents au sein de la bibliothèque.

Rayonnage d'un magasin avant le chantier des périodiques
Ancien magasin des journaux officiels avant chantier.

Les états de collection

Au démarrage du chantier, ce qui est catalogué, voire bulletiné en ligne, est constitué  essentiellement par les abonnements en cours, les publications – en cours également – reçues au titre du dépôt légal ainsi que des journaux lorrains et anciens titres rétroconvertis en 1994.
Les publications en série n’ont pas été récolées lors de la dernière grande campagne, en 1994, consacrée aux monographies.

La mise en œuvre du chantier

Une réflexion préalable en équipe permet de déterminer les critères d’aide à la décision pour conserver ou éliminer chaque titre. La méthodologie proposée s’inspire de celle utilisée à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris avec l’établissement d’une grille d’identification et d’analyse suivant l’ordre des cotes et comportant les critères suivants :

  • Cote
  • Titre
  • Classement de base propre à la Bibliothèque Stanislas : FG1, FA2, FL3, DLI.4
  • Provenance / Origine : fonds ancien (avant 1830), abonnement, don/leg (donateur privé, institution), dépôt légal imprimeur, dépôt de l’État, dépôt de l’Académie Stanislas.
  • État de collection effectif : titre mort, collection arrêtée, abonnement en cours à titre gratuit ou onéreux.
  • Métrage.
  • Vérification de la présence du titre dans les bases de données nationales SUDOC / CCFR, plus précisément par rapport aux collections des institutions de Meurthe-et-Moselle, puis élargie à celles de la région Grand-Est (principalement les Bibliothèques Universitaires, car leur état de collection est scrupuleusement suivi dans ces catalogues nationaux).
  • Existence d’une numérisation de la publication, avec accès à une consultation libre et gratuite.
  • Vérification de la présence du titre dans le SIGB de l’établissement.
  • Devenir : conservation, désherbage pour don ou pilon.

Blouse et masque pour un suivi chirurgical des critères de sélection !
Blouse et masque pour un suivi chirurgical des critères de sélection !

Le suivi de la démarche et les outils utilisés

Sont conservés :

– titres FA,
– titres DLI, exceptés les exemplaires bulletinés en double, voire en triple (Bis et Ter),
–  titres FL,
– titres imprimés en Lorraine avant l’instauration du DL régional en 1943,
– titres dont le contenu éditorial a trait à une localisation limitrophe à la région Lorraine,
– titres en don, legs d’anciens possesseurs particuliers ou institutionnels,
– titres déposés par l’Académie Stanislas, sauf les revues de sociétés savantes non limitrophes à la Lorraine, ainsi que les revues étrangères,
– titres FG peu ou pas représentés sur le territoire Grand-Est,
–  journaux et revues d’art au regard de leur importance tant qualitative que quantitative dans l’établissement depuis le XIXe siècle. Ces publications font écho aux collections de monographies d’art et d’iconographie qui constituent d’ores et déjà un pôle d’excellence au sein de la bibliothèque. À cette occasion, ces revues relatives aux Beaux-arts sont reconditionnées en boîte de conservation.

Un tableau est élaboré d’après les registres manuscrits pour chaque local où sont conservés les revues et journaux. Chaque tableau reprend les critères définis précédemment et précisant :
– le type de support au moment du récolement (volumes reliés, liasse de fascicules, fascicules rangés en boîte),
– toute information utile : nom et ville des imprimeurs lorrains, titre existant sous différentes cotes, état de collection différent des registres et inventaires manuscrits.

Tableau suivant la méthodologie d'identification.
Tableau suivant la méthodologie d’identification.

Nécessité d’un matériel adapté                                                                                  Ordinateur portable, prise réseau, câble réseau mobile de 15 m minimum connecté dans les magasins sont nécessaires pour la saisie directe des informations de récolement.

Traitement informatique in situ indispensable pour un gain de temps non négligeable.
Traitement informatique in situ indispensable pour un gain de temps non négligeable.

Le récolement effectif a lieu à raison de 3 h à 6 h par semaine avec 2 agents in situ, documents en main : le fonds auquel chaque titre appartient est alors matérialisé par une bande de couleur différente fixée au rayonnage et portant la mention FA, FL, DL, ACA ou FG, à laquelle est ajoutée l’indication « à conserver », « don » ou « pilon ».

Code couleur pour le repérage.
Code couleur pour le repérage des titres et leur destination ultérieure.

Suivi des publications éliminées :

Des prises de contact régulières avec les institutions locales présentes dans le SUDOC permettent de concrétiser les propositions de dons (les bibliothèques de l’Université Lorraine essentiellement, soit Nancy / Metz, et les bibliothèques des écoles d’ingénieurs locales). S’ensuit alors le conditionnement et l’envoi vers l’établissement preneur. Concernant les BU nancéiennes, nous déposons les dons, leur situation géographique étant proche de notre établissement. Dans le cas de dons à la BU de Metz, nous profitons du système de convoyage interne des BU de l’Université de Lorraine, ainsi les BU Nancy effectuent elles-mêmes les envois en Moselle. Les écoles d’ingénieurs se déplacent, en général, pour récupérer les dons acceptés.

Concernant le transfert des titres appartenant à l’Académie Stanislas sortis des collections de la bibliothèque, les documents sont redirigés vers un local dédié. En 2021, le chantier est toujours en cours et on compte environ 600 titres retirés des collections pour une volumétrie et une masse de manutention très importantes (environ 6 tonnes) auxquelles il faut ajouter la procédure d’élimination des titres des divers catalogues.

Le pilon définitif représente également une manutention non négligeable : mise en cartons, déplacements, chargements des camions, et déchargements en station de recyclage papier à Toul située à 15 km de Nancy correspondent à plus de 10 tonnes pour les années 2016-2017.
Depuis, les collections destinées au pilon sont éliminées dans les conteneurs de tri sélectif in situ.

Suivi des catalogues selon la conservation ou l’élimination :

  • catalogue du SIGB
    – suppressions d’exemplaires et de notices bibliographiques,
    – récupération de notices bibliographiques dans BnF lorsque la notice est absente du SIGB et ajout des états de collection,
    – ajout des liens de numérisation pour les périodes non comprises dans les états de collection de l’établissement,
    – ajout des liens de changements de titres si nécessaire,
    – nouvelle cotation pour les titres migrant d’un fonds à un autre.
  • catalogue papier : si celui-ci n’est plus alimenté depuis 2000, son contenu informatif reste toutefois utile pour les titres en attente d’intégration dans la base SIGB.
  • catalogue des périodique lorrains
    accessible en ligne depuis le site Co-libris pour tout changement effectué (cotation, état de collection actualisés).
  • catalogue SUDOC : élimination des publications désherbées et intégration des titres peu représentés sur le territoire national.

Des chantiers dans le chantier

Les périodiques lorrains morts

Les collections conservées ont vocation à être rassemblées selon leur statut, car, sur les rayonnages, les périodiques sont mélangés au gré des abonnements ou des catalogages.

Ceci s’applique particulièrement au cas des périodiques lorrains morts dispersés dans la maison.

Le métrage de cet ensemble trouve concrètement ici son application puisqu’il s’agit alors de le déplacer dans un lieu de conservation plus adéquat, et aussi de le rassembler et de le recoter de façon à constituer une collection cohérente.  Cette opération permet de rendre visible, dans les rayons,  la vie du périodique.

Ceci implique :

– recote, catalogage, exemplarisation de chaque volume,
– dépoussiérage,
– réparations éventuelles pour les titres de presse lorraine dont la numérisation est prévue,
– reconditionnement et étiquetage.

Les réparations sur les journaux et leur reliure sont essentielles lors des campagnes de numérisation de la presse locale. Ces interventions matérielles apportent une plus-value à ce chantier de relocalisation, en plus du traitement informatique.

Avant...
Avant…

... Après
… Après

Les périodiques issus du Dépôt Légal Imprimeur

Ces titres font aussi l’objet d’un traitement particulier : en effet, ils sont repérés dans les différents magasins et sont déplacés dans des compactus installés en magasins distants, dans lesquels ne figure aucune collection Bis. Cela représente actuellement 227, 88 mètres de linéaires.

Le déplacement de ces collections nécessite :

– la vérification et le rassemblement des titres, la vérification de l’état de collection, et la complétude des notices bibliographiques,
– la recote, le catalogage ou la  récupération de notices bibliographiques de la BnF,
– la modification dans les différents catalogues,
– la mise à jour du SUDOC,
– le reconditionnement et l’étiquetage,
– la manutention vers ces magasins distants.

Compactus périodiques du Dépôt Légal imprimeur
Compactus périodiques du Dépôt Légal imprimeur

Conclusion

En 2013, le premier chantier initié visait à transformer un magasin occupé en partie par le Journal Officiel et des annuaires/almanachs lorrains en une nouvelle réserve pour les manuscrits.

De 2014 à 2015, ce sont les publications en série occupant les sous-sols de l’établissement qui ont fait l’objet d’un important travail de tri, de désinfection, dépoussiérage et reconditionnement.

En 2016 et 2017, le travail a été effectué sur les 2 km de rayonnages du magasin extérieur à l’établissement, poursuivi en 2018 par le récolement sur site des titres vivants, reçus par abonnement ou par DL.

Enfin, depuis 2019, le récolement du dernier local situé sous la charpente fait l’objet d’arrêts momentanés, liés à la pandémie en 2020, mais aussi aux aléas climatiques.
Les températures dans cet espace étant excessivement hautes en été et très basses en hiver, cela réduit le temps de travail accordé au traitement des collections, tout en justifiant le déplacement des fonds.

En cette fin 2021, le chantier se poursuit : de 7 100 titres de périodiques au départ, il reste aujourd’hui 4 400 titres.

  1. fonds général []
  2. fonds ancien []
  3. fonds lorrain []
  4. dépôt légal imprimeur []

Vertiges d’écriture en Lorraine, une résidence d’auteure associée à la Bibliothèque Stanislas

Une première expérience réussie de résidence en 2019 nous a ouvert la voie à d’autres projets d’accueil d’auteurs. En 2020, la Bibliothèque Stanislas accueille Sophie Loubière, romancière, journaliste, productrice de radio et nancéienne d’origine.

Le point de départ

La Bibliothèque Stanislas occupe une place particulière en tant qu’établissement historique du réseau des Bibliothèques de Nancy. Elle conserve un fonds patrimonial important, constitué d’ouvrages anciens et précieux et de documents reçus au titre du dépôt légal des imprimeurs. Elle constitue aussi un fonds plus spécifique entièrement tourné vers la Lorraine.

La bibliothèque enrichit ce fonds régulièrement depuis plus de deux siècles, mais ce n’est que depuis quelques années qu’elle a développé une politique d’acquisition et de valorisation volontariste tournée vers la création contemporaine des auteurs lorrains, tous
domaines confondus (littérature, bande-dessinée, littérature jeunesse, gravures).

Sophie Loubière est née en Lorraine. Bien qu’elle vive à Paris depuis 1995, elle a gardé un attachement à sa région d’origine que l’on retrouve au détour de ses romans. La Lorraine est parfois le point de départ du récit. Elle glisse des clins d’œil culinaires ou culturels à sa région d’enfance… C’est  parce qu’elle fait vivre la Lorraine que ses livres sont conservés à la bibliothèque.

Espace dédié à la sélection, à l’accueil de la bibliothèque durant toute la résidence.

En 2019, Sophie sollicite la bibliothèque. Elle souhaite développer un projet d’écriture plus introspectif, autour de sa jeunesse et de ses souvenirs à Nancy et en Lorraine. Elle choisit d’être accompagnée dans son projet par le photographe Yves Quemener. Elle souhaite également approcher des éditeurs lorrains pour la publication de deux ouvrages pour la jeunesse.

Séduits par ce projet qui trouve sa place dans les actions de médiation que nous souhaitons mener pour valoriser notre fonds local, nous décidons  de monter un projet de résidence subventionné par la DRAC et la Région Grand Est.

Six mois de résidence et un programme ambitieux

Le format de la résidence s’est rapidement imposé sur un temps long de 6 mois, temps nécessaire au développement du projet d’écriture, mais aussi à un programme très dense d’actions culturelles. Ce dernier a été pensé en lien étroit avec Sophie Loubière pour correspondre à ses souhaits  de rencontres et de partages avec le public.

Le programme s’est finalement articulé autour de plusieurs types d’action :

  • des rencontres avec le public,

Ces rencontres ont pour objectif de faire connaître le travail de l’auteure et ses sujets de prédilection, et de construire un lien entre la romancière et ses lecteurs. Elles sont organisées au sein de la Bibliothèque Stanislas, mais aussi dans les deux bibliothèques de proximité, Mairie-Médiathèque Saint-Pierre et Médiathèque Haut-du-Lièvre, en direction d’un public varié,  allant du milieu scolaire aux adultes.

  • un atelier d’écriture,

Mené au sein de la bibliothèque à destination des adultes, il a réuni une vingtaine de participants. Huit séances leur permettent de travailler sur deux nouvelles, la première s’inspirant d’un souvenir d’enfance, la seconde partant d’un fait divers, technique narrative fréquemment utilisée par Sophie Loubière.  L’atelier a abouti à l’édition d’un petit recueil.

Atelier d’écriture, première séance en novembre, à la bibliothèque. ©Photo Ville de Nancy droits protégés

  • des invitations d’auteurs et artistes,

L’écrivain Serge Joncour, le compositeur Jérôme Lemonnier, ou le photographie Raymond Depardon ont été envisagés pour des rencontres-interviews avec Sophie afin d’éclairer son parcours et ses influences, mais aussi de mener les publics vers d’autres horizons.

  • un évènement : la Nuit de la Lecture

Le théâtre de la Roële, dont a fait partie Sophie dans sa jeunesse, propose une lecture théâtralisée de ses nouvelles, pendant une soirée.

L’auteure, résidant en région parisienne, ne pouvait être présente 6 mois en continu. Nous avons donc choisi une présence en intermittence, d’au moins une semaine par mois.

Et la crise sanitaire est passée par là…

Participant à l’atelier d’écriture ©Photo Ville de Nancy droits protégés

La crise sanitaire a sérieusement mis à mal le programme de la résidence. La fermeture des lieux culturels, l’impossibilité de réunir du public nous ont contraints à renoncer à plusieurs rencontres, à en déplacer d’autres, ou à modifier la forme de certaines actions.

Table ronde La Nouvelle, un genre à remettre en lumière ! , organisée lors du festival 12 000 signes, réunissait Benoît Fourchard, Sophie Loubière et Nicolas Mathieu.

La vidéo à distance a été, comme pour beaucoup d’institutions culturelles, un moyen de remplacer la rencontre physique sur place. Ainsi les ateliers d’écriture, prévus initialement sur 6 séances, ont été en grande partie menés en visio-conférence, et prolongés par 2 séances supplémentaires. La rencontre autour de la nouvelle, programmée avec le Festival 12 000 signes, a eu lieu en direct sur les réseaux sociaux et a ensuite fait l’objet d’un replay sur notre chaîne Youtube.
La durée de la résidence s’est allongée de 3 mois, pour profiter, entre deux confinements des possibilités d’un certain retour à la normale.

Rencontre Du fait divers à la fiction à la Mairie-Médiathèque Saint-Pierre

La crise a également impacté le projet d’écriture de Sophie Loubière ; il était difficile pour elle de se projeter dans une ville masquée, fermée, sans possibilité de déambulations. Elle a finalement réorienté son projet dans une direction différente.

Mais une crise moteur d’innovation

L’impossibilité à rencontrer notre public sur place nous a obligé à tester de nouveaux supports de médiation comme le format vidéo et le direct sur les réseaux sociaux pour un bilan finalement plutôt positif.

La semaine de sensibilisation autour de la dyslexie est un bon exemple de la résilience due à l’épidémie. En effet, nous avions envisagé, lors de l’établissement du programme, une rencontre en présentiel sur une seule journée constituée de plusieurs ateliers et d’un interview-témoignage de Sophie Loubière. Nous aurions accueilli une quarantaine de participants maximum. Ne pouvant organiser l’évènement sur place, nous nous sommes tournés vers des webinaires que nous avons proposés chaque jour pendant une semaine. Nous avons enregistré plusieurs centaines d’inscriptions, venues de toute la France et même de l’étranger, ce qui aurait été impossible en format traditionnel. Les vidéos sont aujourd’hui encore visibles sur notre page Youtube et continuent à toucher un public.

Webinaire “Dyslexie et bibliothèque, collections et services adaptés”, animé par Stéphanie Renaud et Emilie Brasseur, chargées des publics handicapés à la Médiathèque Manufacture.

Les retours du public, très positifs et nombreux, ont été comme une révélation pour Sophie Loubière qui a témoigné de son histoire de dyslexique. Elle a donc décidé d’écrire un livre de témoignage sur cet aspect de sa vie de romancière.

D’abord conçu comme un outil de communication, le blog Vertiges d’écriture en Lorraine  a fait plus que partager un programme culturel : il a également permis de garder le lien entre les publics et l’auteure, tout au long de la résidence confinée. Sophie Loubière et les bibliothécaires ont ainsi proposé des recommandations, des extraits de textes, des lectures. L’ensemble des nouvelles écrites par les participants à l’atelier d’écriture a été publié sur ce blog.

Le blog Vertiges d’écriture en Lorraine.

Ce blog restera accessible quelques années, pour témoigner de l’histoire de cette résidence.

La situation sanitaire nous a contraint à réviser sans cesse la programmation. Pour autant, les actions que nous avons pu mener ont trouvé leur public. La dynamique territoriale  qui s’est développée autour de l’accueil d’une romancière originaire de Lorraine a été réelle, en témoignent la couverture presse et radio et l’augmentation des prêts de titres de l’auteure à la bibliothèque.

Accueillir des auteurs en résidence dont les écrits sont conservés dans le fonds local donne de la visibilité à nos missions et nous engage à long terme dans une relation de coopération avec eux, ce qui nous permet d’enrichir notre fonds avec les ouvrages qui ne sont plus commercialisés ou même leurs archives.

Le polar lorrain à travers quelques exemples

Au gré des acquisitions effectuées pour le fonds lorrain de la bibliothèque Stanislas, il ressort depuis quelques années, une tendance manifeste : la parution régulière de polars dont l’action se déroule en Lorraine. Intrigués par ce phénomène, et dans l’idée de nourrir notre site Sur les pas des écrivains en Lorraine, nous avons eu envie de connaître cet univers. Notre démarche, présentée ici, aboutit à une rapide typologie de références évocatrices d’une tendance. 

D’un point de vue national, le roman policier recueille la faveur des lecteurs de manière grandissante . Babelio a mené en 2017 une enquête représentative laissant apparaître les tendances suivantes :  93% des personnes interrogées ont affirmé lire des polars. Ils font partie de la catégorie des lecteurs assidus (lisant au moins un livre par mois) et le roman policier représente en moyenne la moitié de ce qu’ils lisent.

Sélection de polars lorrains. Collections Bibliothèque Stanislas

Polar,  ou roman noir ?

Le roman policier est un genre littéraire dont la trame est constituée par l’élucidation d’un crime. Il est en principe composé de six éléments : le crime, l’enquête, le coupable, une ou plusieurs victimes, un mode opératoire, et enfin, un mobile.

Lecture inspirante, glaçante, intrigante ?

Le roman noir lui, peut être construit selon des caractéristiques différentes, mais la nuance entre les deux genres s’avère parfois subtile. Dans ce dernier, l’ambiance est celle du crime organisé, d’un environnement mafieux, et d’un climat violent. La narration est sous-tendue par un regard tragique et pessimiste sur la société. L’histoire est la plupart du temps ancrée dans le contexte social et politique d’une époque et reflète par son évocation subjective les convictions de l’auteur en la matière.

Choix partial de quelques auteurs lorrains

Il n’est nullement dans notre intention de dresser ici une liste exhaustive des auteurs de romans policiers lorrains ou ayant ancré leur intrigue en Lorraine. Notre choix est purement subjectif et permettra d’illustrer notre propos. S’agissant de littérature régionale, les auteurs sont naturellement, dans la majorité des cas, originaires de Lorraine.

Pour les Vosges, nous retenons Nicolas Mathieu avec d’une part son roman noir Aux Animaux la guerre et d’autre part la novella Rose Royale. Originaire d’Épinal et vivant désormais à Nancy, il est devenu écrivain professionnel depuis sa consécration au prix Goncourt en 2018 pour son roman Leurs enfants après eux.  Sous le pseudonyme Éric Todenne, le vosgien Éric Damien et Teresa Todenhoefer,  allemande, ont écrit ” à quatre mains ” Un travail à finir et Terres brûlées. Pierre Pelot est le plus connu des écrivains Vosgiens. Avec environ 200 livres à son actif depuis 50 ans, il a, tout au long de sa carrière, écrit des polars.  Nous choisissons de lui pour notre deux romans noirs,  Braves Gens du purgatoire, et le récent Jardins d’Eden. En Moselle, intéressons-nous à Serge Radochévitch avec Une ville sous influence, Mortels desseins et Coupable. Et dans un tout autre autre genre, celui du roman policier historique avec là encore une auteure mosellane, arrêtons-nous sur Anne Villemin-Sicherman et ses ” Enquêtes d’Augustin Duroch, artiste vétérinaire à Metz au XVIIIe siècle “. Enfin, pour la Meurthe-et -Moselle, voyons Sylvain Sellier pour Faubourg des Trois-Maisons. En outre, Philippe Malaisé dans Entrailles, et André Faber, dans La Quiche était froide, ancrent leurs intrigues dans le Pays Haut.

Auteurs lorrain d’origine et d’inspiration

Pierre Pelot a toujours vécu de sa plume, tout en développant depuis quelques années une activité de peintre. Comme évoqué plus haut, Nicolas Mathieu est devenu écrivain professionnel depuis 2018. Les autres auteurs ont gardé en parallèle une activité professionnelle, ils sont respectivement instituteur, illustrateur de presse et graphiste, médecin, et fonctionnaire.

Le personnage récurrent de l’enquêteur

Nombre d’auteurs de romans policiers créent un personnage d’enquêteur récurrent que le lecteur va pouvoir suivre, voir évoluer d’un roman à l’autre . Par sa personnalité, ses failles ou ses faiblesses et sa manière de démêler les fils d’une intrigue complexe,  un attachement se crée entre le personnage et le lectorat. Ainsi, Simon Bielik, écrivain et journaliste, est le personnage pivot menant l’enquête autour des crimes, et des disparitions mystérieuses des polars de Serge Radochévitch.

Eric Todenne procède de la même manière avec le Lieutenant Andreani, policier attachant victime d’un système pour lequel il n’a pas le parfait profil. Ayant une fâcheuse tendance à outrepasser ses prérogatives, il a été mis au ban par sa hiérarchie.  Il évolue dans un environnement social ancré dans Nancy et  principalement composé de son acolyte, sa fille, une psychologue, et un patron de bistrot.  Les éloges de la presse ont été nombreux à la parution de ce polar. Citons en une : « Un travail à finir est une belle surprise. Mêlant portrait psychologique ciselé, enquête presque classique et personnages atypiques, le polar tient en haleine. » (L’Alsace).

Anne Villemin-Sichermann place au cœur de toutes ses intrigues l’enquêteur vétérinaire Augustin Duroch. Médecin de profession, elle est elle-même issue d’une famille de vétérinaires par delà les générations.

Un langage cru, des univers interlopes, des milieux défavorisés oumafieux, telles sont les autres constantes du roman policier que l’on retrouve chez bien de nos auteurs lorrains. Parmi ceux que nous prenons ici en référence, André Faber, Nicolas Mathieu, Pierre Pelot et Sylvain Sellier sont des modèles du genre. Lorsque le patois local s’en mêle comme chez André Faber ou Pierre Pelot, cela ne fait qu’ajouter à l’atmosphère particulière.

L’ancrage dans le territoire

Outre l’attachement à un personnage récurrent, l’ancrage de l’intrigue dans le territoire joue un rôle important : reconnaître par exemple une ville ou une rue est un autre moyen d’adhérer au roman. Ainsi, André Faber, fils de mineur lorrain, situe l’intrigue de La quiche était froide dans une petite cité minière dans le Pays-Haut. Il narre dans un enchaînement rocambolesque l’enquête menée pour retrouver l’auteur de la mort accidentelle de la petite Jeanne. Le tout dans une cité minière en déclin, avec ” Le Gros “, syndicaliste, et une galerie de personnages qui ressemblent à s’y méprendre à ceux qu’il a réellement connus dans l’environnement social de sa jeunesse. Lieu d’échanges et de convivialité essentiel, le bistrot, où les informations circulent et la solidarité entre tous ressort,  est au cœur de plusieurs moments clé de l’intrigue. Aucun mépris sous sa plume, ses récits sont campés par des personnages spontanés et authentiques dans une région sinistrée aux paysages souvent hostiles. De ce contexte narratif émane le véritable attachement de l’auteur pour un lieu qu’il a vu évoluer depuis son enfance.

Fiction et réalité

De même, Pierre Pelot, originaire de Saint-Maurice-sur-Moselle,  ancre  les romans policiers qui nous intéressent ici dans un territoire vosgien qu’il connaît parfaitement. Les lieux ne sont pas toujours identifiables, mais il les décrit de telle sorte que l’atmosphère est toute trouvée.

Dans le roman noir de Nicolas Mathieu, Aux animaux la guerre, on est frappé par la précision des lieux choisis  et le réalisme teinté de pessimisme avec lequel il décrit le destin sans issue d’adolescents à la dérive. Ce dernier aspect relève certes de sa vision personnelle, et n’est pas sans rappeler un des auteurs de référence de Nicolas Mathieu en la matière : Jean-Patrick Manchette.

Lorsque les lieux sont évocateurs, l’intérêt du lecteur est grandissant. Dans Un travail à finir d’Éric Todenne, le lieutenant Andreani consomme régulièrement un café ou un repas Au Grand Sérieux à Nancy. Le patron du bistrot est tellement original, toujours prompt à déclamer des vers au lieutenant désabusé que l’on réserverait volontiers une table pour le soir tant cela semble plausible !

Pareillement, Éric Sellier, dans l’intrigue délicieusement loufoque du  Faubourg des Trois-Maisons, décrit avec perspicacité et sans ménagement les problèmes de circulation du quartier. Il nous emmène également dans des commerces que l’on peut identifier et dont les personnages existent réellement. Ce quartier de Nancy est resté authentique, et, à travers la fiction, l’auteur en témoigne.

Une mise en avant pour les lecteurs

Les parutions de nouveaux polars lorrains font l’objet, au même titre que les autres romans lorrains, d’une veille documentaire systématique. Cela nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur les nouveautés et d’être, autant que faire se peut, exhaustifs en matière d’acquisitions.

Sélection et valorisation pour les lecteurs

Les lecteurs peuvent les trouver à la Bibliothèque Stanislas, parfois signalés par un autocollant ” Recommandé par les bibliothécaires” et les emprunter !

Enfin, le site Sur les pas des écrivains à Nancy, en perpétuelle évolution, recèle bon nombre d’extraits de romans policiers ou de romans noirs tous géolocalisés.

La bibliothèque de saint Nicolas, un projet de médiation pour le périscolaire

4000 enfants, 300 animateurs, 60 mallettes pédagogiques : l’année 2020 nous a permis de concevoir une nouvelle formule de médiation de notre icône locale, saint Nicolas. Avec les mallettes pédagogiques de la bibliothèque de saint Nicolas, la bibliothèque est active dans la construction du patrimoine de notre territoire.

Notre intention : une mallette pour les enfants

Formule éprouvée mais efficace, la mallette de livres reste un outil dont nous maîtrisons bien la réalisation. La constitution de notre collection d’albums sur la thématique de Saint Nicolas  depuis bientôt 4 ans, nous permet de développer des compétences dans la sélection de documents retenus dans la mallette. Les collègues du service Jeunesse sont également associées dans ce choix, en raison de leur habitude de raconter à haute voix.

Cassant les usages, puisque le public scolaire ne vient encore que trop peu dans notre institution patrimoniale, la mallette doit entrer directement à l’école par le biais des animateurs des activités périscolaires de la ville.

La décision de réaliser des mallettes distinctes pour les classes de maternelles et les classes élémentaires est validée dès le départ de notre réflexion. Et cela est rendu possible par la diversité des titres dont nous disposons.

Mobiliser les énergies et partager l’idée de ce projet avec d’autres services municipaux

La réalisation de ces mallettes a été un moment de mobilisation collective dans notre établissement : compétences transversales dans la sélection des documents, savoir-faire dans la réalisation matérielle  de la mallette.

La ville dispose d’un service dédié aux manifestations populaires comme les fêtes de Saint Nicolas. Les années précédentes ont permis de réaliser différents supports de médiation comme un disque, des vidéos du défilé… autant de typologies de supports qui pourraient trouver place dans la mallette. Une clé USB, des CD exclusifs viennent ainsi compléter la sélection d’albums.

L’idée portée par la bibliothèque s’étoffe des propositions d’autres services et devient donc un projet qui mutualise les compétences et les énergies des acteurs de la ville.

Mallette classe élémentaire
Mallette de saint Nicolas

Auteurs lorrains, illustrateurs lorrains, maison d’édition lorraine : notre sélection reste profondément attachée au territoire

Plusieurs articles ont déjà évoqué la richesse de notre région quant à l’abondance d’auteurs et d’illustrateurs jeunesse. Et nous constatons qu’ils se sont bien appropriés cette thématique : le plasticien Philippe Morlot, l’auteure Christine Naumann-Villemenin, la maison d’édition Feuilles de Menthe. Pour compléter ce premier choix, ce sont les ouvrages à valeur ajoutée soit par l’illustration soit sur les possibilités de médiation qui ont été sélectionnés. Enfin quelques ouvrages de fiction sont riches d’une partie documentaire, les rendant pertinents pour notre choix.

La médiation par le jeu

Depuis que nous proposons des médiations vers un public scolaire, les bibliothécaires ont été force d’imagination pour créer des jeux de société à partir des collections patrimoniales . Lors de la réalisation du livre de coloriage sur la thématique de Saint Nicolas de l’année 2019, les droits cédés sur ces productions nous permettent d’utiliser les visuels pour la création de jeux : puzzles, memory notamment. L’intention reste de montrer que le patrimoine écrit et graphique garde une valeur d’usage pour son époque.

Avant la médiation scolaire, la médiation vers les animateurs de la ville

Nous ne souhaitons pas simplement déposer des mallettes dans les salles de garderie, mais bien donner aux animateurs toutes les clefs pour faire participer les enfants à la Saint Nicolas qui parcourt la ville, grâce à la lecture, à l’oralité et au jeu, et de contribuer à entretenir cet élément identitaire de notre région. Des séances de formation sont organisées pour faciliter une prise en main rapide du contenu de la mallette par le personnel périscolaire (300 agents).

Le support pédagogique accessible en ligne sur le personnage de Saint Nicolas réalisé en 2019 va être la porte d’entrée dans la thématique pour les animateurs. Il va permettre d’appréhender l’histoire de saint Nicolas par des éléments historiques factuels pour comprendre l’installation de la légende  dans l’espace géographique de notre territoire.

Médiation des animateurs du périscolaire de la ville de Nancy
Médiation des animateurs du périscolaire de la ville de Nancy

La présentation des albums en développant les diverses possibilités de médiations que peuvent induire la forme,  le texte, ou l’illustration permet aux animateurs de s’approprier rapidement les ouvrages.

Engagée par la constitution de la collection de livres jeunesses sur la thématique de Saint Nicolas, la mallette nous a semblé être un outil nomade de médiation qui s’inscrit dans notre volonté de créer des contenus patrimoniaux contemporains dans la dynamique de l’histoire de notre territoire. Elle nous permet également d’élargir nos actions de médiations vers le public scolaire éloigné de nos actions patrimoniales. Ce format de médiation autour du livre remplit la fonction ludique de la lecture ainsi que sa fonction documentaire ;  la thématique de cette mallette,  quant à elle, joue sur la notion d’identité de territoire.

Enseigner l’histoire de la gravure en Lorraine

Depuis trois ans maintenant, la Bibliothèque Stanislas accueille les étudiants en master 1 d’histoire de l’art de l’Université de Lorraine dans le cadre de leur formation sur l’histoire de la gravure en Lorraine. Durant plusieurs séances, les étudiants découvrent à travers l’examen des œuvres originales, le talent des maîtres graveurs lorrains Jacques de Bellange (1575?-1616), Jacques Callot (1592-1635) et Sébastien Leclerc (1637-1714).

L’origine du projet

La bibliothèque de Nancy accueille tout au long de l’année les chercheurs et les étudiants pour les aider dans leurs travaux. Depuis une dizaine d’années, la Bibliothèque Stanislas cherche à établir un lien plus fort avec l’Université de Lorraine et plusieurs projets de recherche ont été menés en collaboration avec les professeurs d’histoire et d’histoire de l’art de l’université de Nancy1. Chaque année, au moment de la rentrée, la Bibliothèque Stanislas propose des sujets de recherche et des stages aux étudiants en histoire de l’art afin de faire avancer la recherche sur les collections. Depuis longtemps, l’idée de proposer des cours universitaires in situ a été discutée avec les professeurs mais par manque de temps ou à cause des difficultés d’organisation, le projet n’avait jamais pu aboutir.

Les étudiants assistent au cours en bénéficiant de la projection du diaporama sur écran et de l’examen des œuvres originales conservées à la bibliothèque.

Pierre Wachenheim, maître de conférences en histoire de l’art moderne, sensible à l’art de l’estampe, a souhaité que les étudiants de l’Université de Lorraine connaissent ce médium et qu’ils connaissent le nom de ces artistes lorrains qui ont fait la renommée de la gravure française. Il a donc délocalisé plusieurs de ses séances de cours à la Bibliothèque Stanislas.

Examen d’une gravure de Bellange avec un compte-fil

Des cours à deux voix

Durant les différentes séances la présentation s’est organisée à deux voix. Le cours s’articule autour de la présentation d’estampes, avec des apartés sur la conservation, le papier, la manipulation, les particularités d’exemplaires, etc. La présentation se fait à la fois par la projection d’un diaporama mais aussi par la présentation des gravures originales. Chaque étudiant a la possibilité d’examiner l’œuvre originale, de comparer parfois deux épreuves de la même gravure et d’en mesurer les nuances d’encrages, les différents états ou de se rendre compte de la taille réelle des œuvres (la diffusion sur écran est souvent trompeuse !)

Projection de deux états différents du portrait du graveur lorrain Sébastien Leclerc.

En parallèle, les ouvrages nécessaires à l’étude d’un artiste ou du sujet sont présentés pendant le cours et restent à disposition des étudiants à la Bibliothèque Stanislas pour une lecture plus approfondie.

Des livres utiles à l’étude des graveurs lorrains sont présentés lors de chaque séance. Ici, l’étude de l’œuvre gravé de Jacques Callot peut être abordée grâce aux usuels accessibles en permanence en salle de consultation patrimoniale.

Donner le goût de l’estampe

Les étudiants en histoire de l’art ont souvent préféré l’étude des « arts majeurs » aux « arts mineurs ». La peinture, la sculpture ou l’architecture ont souvent la faveur des jeunes chercheurs et peu d’entre eux se consacrent à l’histoire de la gravure. Est-ce par désintérêt ? Est-ce par méconnaissance ? Il faut dire que l’histoire de l’estampe est peu enseignée aux étudiants et la plupart de ceux reçus lors de ces séances ont totalement découvert cet art. La première séance était donc tout naturellement consacrée aux différentes techniques de l’estampe pour la période moderne. Découverte des outils, des matrices, des papiers, des filigranes, de l’encrage, de l’édition, etc.

Outils de gravure et matrice en bois (fonds Jamar)

 

Un étudiant regarde les détails de la gravure à l’aide d’un compte fil.

Puis les séances suivantes ont permis aux étudiants de découvrir les artistes lorrains les plus célèbres : Pierre Woeiriot de Bouzey (1532-1596?), Gabriel Salmon (14..-15..), Jacques de Bellange, Jacques Callot, Israël Silvestre (1621-1691) et Sébastien Leclerc. Des œuvres majeures ont également été présentées notamment la pompe funèbre de Charles III, série de gravures illustrant les cérémonies des obsèques du duc de lorraine Charles III en 1608, gravées par Mathieu Merian (1593-1650) et Friedrich Brentel (1580?-1651).

Recueil des œuvres de Sébastien Leclerc.

Cette médiation sur l’estampe porte ses fruits puisque dès la première année, plusieurs étudiants ont manifesté leur intérêt pour ce médium. Certains ont orienté leur sujet de master sur des graveurs ou des ensembles gravés conservés dans les institutions lorraines.

  1. Par exemple, plusieurs étudiants de licence d’histoire ont participé à l’identification des personnes citées sur le site « Le Journal de Durival  » []

Bibliothécaire et détective : les manuscrits non classés

Les fonds d’archives et manuscrits « vaguement ou non identifiés » constituent la partie la plus  difficile à appréhender dans une
collection patrimoniale. Beaucoup de bibliothécaires et d’archivistes aiment à se
raconter des histoires à faire frémir sur des tas au milieu desquels dorment des incunables photographiques ou des originaux de traités
ignorés depuis des siècles. À la bibliothèque Stanislas, on avait déjà retrouvé un portefeuille de lecteur dans une armoire du secrétariat, mais les archives et manuscrits avaient l’air un peu mieux connus.

L’impensé de la bibliothèque

À côté du fonds des manuscrits, des pièces cotées et décrites dans des catalogues rédigés selon des normes — sinon dépassées, du moins existantes — il existe des centaines de liasses non cotées pour
lesquelles l’instrument de recherche, quand toutefois il y en a un, se
borne à une liste sommaire du contenu. Faute de compétence
archivistique, personne dans les décennies passées ne s’était vraiment colleté à celles-ci, sinon pour en améliorer un peu le
conditionnement, et ce faisant, établir les listes sommaires.
Certaines boîtes sont numérotées (sous une double numérotation),
d’autres portent un nom de fonds, d’autres encore sont repérées comme appartenant au même ensemble par des étiquettes colorées.
Quelques-unes sont les antiques “custodes” de la bibliothèque, boîtes recouvertes de papier vert utilisées depuis le xixe siècle.
En rassemblant le savoir cumulé des bibliothécaires, des notices
succinctes avaient été rédigées en 2009-2010 pour certains fonds,
donnant un petit aperçu de l’effort à mettre en œuvre pour éclaircir
la situation.

Boîtes du fonds Herpin
Un échantillon d’un fonds connu au niveau 2.

La consultation de ces fonds est évidemment
quasi-inexistante, puisqu’elle ne repose que sur l’échange direct
entre un-e bibliothécaire connaissant leur existence et ayant une vague idée de leur contenu, avec un chercheur, dans la salle patrimoniale, menant au jaillissement d’une proposition de consultation quasi à l’aveugle.

Lorsqu’a été formulée la demande du Ministère de la Culture d’achever le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques, il n’était plus possible de différer, et bien que l’équipe de la bibliothèque se soit en premier lieu consacrée à avancer sur les
ensembles de manuscrits les plus « simples » (comparativement), la nécessité d’aller plonger dans les boîtes non classées s’est faite pressante. Sans doute aurions-nous pu nous contenter de mettre en forme et publier les listes sommaires dont nous disposions, et peut-être nous y serions-nous résolues si une formation d’abord, la présence d’une catalogueuse spécialisée salariée de l’agence Interbibly ensuite, n’avaient libéré de l’esprit et du temps pour envisager un travail dans les règles de l’art1.

Le tamis

La première étape a été de constituer un tableau de bord des fonds en fonction de l’état d’avancement de leur classement, afin d’évaluer la situation et de programmer le travail de la catalogueuse. Il est
apparu en son sein un ensemble de liasses qui ont pu être rassemblées sous une numérotation quasi-continue de 1 à 1512 + 6 boîtes non numérotées, et concordant avec la liste sommaire principale. Le tableau d’assemblage entre les mentions portées sur les boîtes et les intitulés de la liste a permis de construire un deuxième tableau de bord par liasses. En l’absence d’espace suffisant pour étaler durablement et en toute sécurité les 151 liasses, il a fallu procéder ensuite par petits morceaux.
Tout d’abord, nous avons isolé les liasses consécutives qui avaient
manifestement un rapport entre elles, en vérifiant que les liasses
précédentes et suivantes n’en avaient pas, en se fondant sur le style
des conditionnements et la graphie. Ces liasses ont été identifiées
assez facilement, quoique qu’il y fallait une bonne connaissance de
l’histoire de la bibliothèque, notamment une fréquentation de ses
archives que peu de bibliothécaires dans l’équipe possèdent
suffisamment, et de l’érudition locale depuis le début du xixe siècle.

Deux « découvertes » motivantes

Nous avons réussi à isoler le « fonds Piroux »3, dont les plans sont anciennement connus et décrits au fonds iconographique et dont la numérisation était en cours en 2018-2019. Il apparaît que ces centaines de plans sont extraits de dossiers, le tout formant sans aucune hésitation possible le fonds de l’agence d’architecture d’Augustin Piroux (1749-1805), accompagné des archives de sa lieutenance de police à Lunéville. Parvenir à identifier clairement ce fonds, dont nous connaissions l’existence sans pouvoir l’appréhender vraiment, et d’une importance extraordinaire pour l’architecture et le génie civil en Lorraine au xviiie siècle, a été la source d’une grande motivation, en plus de retirer du vrac à traiter une dizaine de boîtes d’un coup. Un projet Piroux est ainsi programmé avec description à la pièce et numérisation
de ce fonds.

Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.
Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.

L’histoire de l’identification du fonds des Tiercelins repose sur la
relecture fréquente de la liste de départ, pour essayer d’en extraire de nouveaux ensembles de liasses, et l’échange avec un chercheur. Avions-nous d’autres manuscrits à propos du duc Charles IV (1604-1675) que ceux mentionnés au catalogue ? Oui, justement, nos yeux voient passer cet intitulé : « matériaux pour l’histoire du duc Charles IV » sans description malheureusement. Le chercheur, qui n’a à perdre que 20 minutes, accepte de regarder cette boîte-mystère. Il revient en s’excusant presque : « ce n’est pas ce que je cherchais mais ça ressemble beaucoup aux travaux du père Donat »4. Nous courons de concert à nos meilleurs outils bibliographiques (Gallica, archive.org, l’Histoire de Nancy de Christian Pfister…). Victoire : dans un article aguicheur sur les maîtresses du duc Charles IV, Justin Favier lui-même passe une page à décrire les douze cartons du fonds dit « des Tiercelins », fonds qu’il a consulté pour son article mais qu’il n’a manifestement jamais pris la peine de classer, sauf peut-être la correspondance du père Donat, convenablement cotée dans le fonds des manuscrits depuis la fin du xixe siècle. Travail à moitié, donc, et l’autre moitié pas du tout identifiée comme lui étant reliée. Et surtout, fonds considéré comme réglé depuis lors. Les matériaux inédits rassemblés dans le « fonds des Tiercelins », contenant à la fois les archives du couvent et les papiers de l’historien, n’attendent désormais que leur chercheur.

Enfin, citons aussi l’exhumation des papiers Save et des papiers
Courbe, tous deux érudits de la fin du xixe siècle, l’un pour
Saint-Dié-des-Vosges, l’autre pour Nancy, et dont les archives
réputées « à la bibliothèque » prennent désormais consistance.

La pelote de laine

Tous ces fonds identifiés, et quelques autres, ne sont pas encore
classés ni leurs inventaires publiés, mais néanmoins ils ont permis de
restreindre d’un tiers le nombre de liasses à identifier. Les deux
derniers tiers ne sont pas les plus simples. Nous comptons sur la
patiente imprégnation des descriptions sommaires et le rapprochement des conditionnements, ainsi qu’une plongée plus fine encore dans le monde de l’érudition lorraine grâce au projet ERUDHILOR5 pour éliminer progressivement les zones d’ombre et rendre justice aux érudits du passé en leur attribuant correctement les archives dont ils ont bien voulu faire don à la bibliothèque depuis un siècle et demi en espérant être utiles au plus grand nombre.

  1. Le service remercie ici le conseil et les actions conjointes d’Émilie Chevalme, Estelle Schneider, Ariane Lepilliet et Manon Hue dans la réalisation de ce projet. []
  2. Double numérotation, abandonnée, 175 à 234. []
  3. La description actuelle ne prend en compte qu’une partie du fonds. []
  4. frère mineur, historiographe du duc, mort vers 1700. []
  5. Projet porté par Isabelle Guyot-Bachy et Jean-Christophe Blanchard, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire, Université de Lorraine, dont les Bibliothèques de Nancy sont partenaires. []

Raconter la guerre de 1870-1871 au jour le jour depuis Nancy : le projet Louis Lacroix

Le projet Louis Lacroix constitue la contribution des Bibliothèques de Nancy aux commémorations liées à la guerre franco-allemande de 1870-1871, qui a vu pour la France le changement définitif de régime politique (passage de la monarchie à la république) et l’annexion de trois départements, la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, jusqu’en 1918, par l’Allemagne.

Nancy pendant la guerre de 1870-1871 et après

Nancy, qui ne se trouve alors pas dans une région frontalière, a vu l’arrivée des troupes françaises rejoignant le front, puis leur retour piteux. Elle s’est rendue aux Prussiens sans combat et relativement rapidement, ce qui lui a été beaucoup reproché quand Toul, Metz et les Vosges ont résisté plus longtemps. L’occupation a été immédiate et totale, substituant aux institutions françaises un régime militaire puis administratif allemand. Mais la Meurthe n’a finalement pas fait partie des territoires annexés alors que la crainte en était vive et durable parmi la population et les élites. Devenue la « capitale de l’Est de la France », le terme « Lorraine » ayant été privilégié pour la Moselle perdue, Nancy voit à partir de 1872 arriver un flot important d’optants, ces Alsaciens-Mosellans qui ont souhaité garder la nationalité française avec pour conséquence de devoir quitter leurs terres natales. C’est le démarrage d’une exceptionnelle embellie économique, industrielle, commerciale, intellectuelle (avec le transfert de l’Université de Strasbourg) et artistique pour cette ancienne capitale d’un duché souverain un peu endormie par la Restauration, d’où naîtra notamment l’Alliance provinciale des industries d’art, c’est-à-dire le mouvement de l’Ecole de Nancy. Ainsi, les Nancéiens ont préféré tirer des conséquences positives de la défaite française, tout en hébergeant jusqu’en 1914 de forts contingents militaires et entretenant l’idée de revanche.

Page de couverture du journal imprimé
Journal d’un habitant de Nancy pendant l’invasion de 1870-1871, par Louis Lacroix. Nancy : Vagner, 1873.

Les témoignages documentaires précisément sur la période 1870-1871 n’abondent pas, et la concentration intellectuelle est mise sur l’après-guerre, la reconstruction, l’Art nouveau et le développement d’idées patriotiques de la fin du siècle. Pas d’histoire bilingue comme à Metz, pas d’imagerie populaire exaltant l’armée ou fixant par l’image des combats survenus à quelques dizaines de kilomètres, car ils appartiennent à la mémoire des territoires annexés.

L’ouvrage publié en 1873 par le professeur d’histoire Louis Lacroix (1817-1881) chez Vagner à Nancy réunissait toutes les qualités du témoignage : un intellectuel décidant consciemment de tenir son journal de guerre, puis s’efforçant d’en faire publier une version allégée mais suffisamment copieuse pour, très peu de temps après les événements, servir de source et d’élément de débat dans la recherche de responsabilités qui s’en est ensuivie. Le livre imprimé a été numérisé et mis en ligne sur Limédia galeries.

Le journal de guerre d’un intellectuel en rétro-live Twitter

Capture du profil Twitter de Louis Lacroix, professeur d'université à Nancy en 1870
Profil fictif de Louis Lacroix sur le réseau Twitter (@Louis_Lacroix_)

Cependant, la mise en ligne d’un témoignage, aussi intéressant soit-il, n’est pas suffisante pour rencontrer le public, les populations vivant sur les territoires concernés, à propos d’un événement que l’historiographie française ne met guère à l’honneur, lui préférant les débuts de la IIIe République et la Commune de Paris. Les Bibliothèques de Nancy ont pris l’habitude d’accompagner leurs campagnes de numérisations patrimoniales par des dispositifs éditoriaux qui apportent des éléments de médiation, de contextualisation et de facilitation pour l’appropriation du passé par le « grand public ». C’est en cela que le travail des bibliothécaires rejoint les problématiques de l’histoire publique : faire de l’histoire, sourcée, sérieuse, accessible à un large public qui ne dispose pas de compétences préalables en méthode critique, en proposant sous une enveloppe attrayante et proche des contenus fiables, et en contribuant à lutter contre les rumeurs et les idées reçues…

Lorsqu’il s’est agi de réfléchir à la manière dont le témoignage de Louis Lacroix pouvait être porté publiquement, le « rétro-live » Twitter est apparu comme la voie la plus pertinente eu égard à la source et à l’événement : une parole individuelle et personnelle, quasi-quotidienne, pendant un temps long (9 mois, de juillet 1870 à mars 1871). Les exemples de rétro-live existent déjà abondamment, @RealTimeWWII et @digitalpast en étant les exemples les plus connus. L’équipe s’était déjà entraînée à l’exercice en 2016, rappelant heure par heure l’agonie de Stanislas Leszczynski, roi de Pologne déchu et duc de Lorraine, en 1766, également relayé sur Twitter.

« Rétro-tweeter » le journal de Louis Lacroix implique un effort concentré dans le temps. A l’été 2020, lire les 550 pages, repérer les citations « twittables », synthétiser la prose abondante du professeur d’université en réflexions inférieures à 280 signes. A mesure, programmer les tweets, pour autant que les outils utilisés (interface Twitter et Hootsuite) y autorisent. Enfin, de l’été 2020 au printemps 2021, activer les réseaux grâce au compte principal, @bmnpatrimoine, et aux retweets, réagir aux interactions et promouvoir ce projet.

Louis Lacroix, un intellectuel catholique engagé

Louis Lacroix, qui vit à Nancy depuis une vingtaine d’années avec sa mère, dans le faubourg Saint-Georges au nord de la ville, est l’un des premiers à voir arriver l’armée d’occupation. Sa position universitaire et sa sociabilité lui donnent un accès relativement aisé au pouvoir municipal, à la magistrature et aux services préfectoraux. Il consigne avec minutie les échanges de nouvelles, la vie sous l’occupation prussienne, les difficultés à se procurer nourriture et nouvelles fiables, les réquisitions qui laissent les campagnes exsangues, les grandes bravoures et petites lâchetés qu’il observe. Lacroix n’est pas un progressiste : dès la chute de l’Empire, il se déclare entièrement pour la restauration d’une monarchie bourbonnienne, appelant de ses vœux la réconciliation entre comte de Chambord et comte de Paris. Fervent catholique, il dénonce une défaite avant tout morale et une forme de punition divine, prêche la résignation digne plutôt que la résistance désordonnée.

Ces positions politiques sont aussi très intéressantes à faire apparaître, car tout Twittos est personne de son temps et fait part de ses réflexions, parfois à l’emporte-pièce.

Enfin, comme professeur d’histoire et proche ami de nombreux patrons de journaux à Nancy comme Vagner, rédacteur en chef du quotidien catholique L’Espérance et son futur éditeur, Lacroix est très sensible aux fausses nouvelles, qu’il relate et décortique avec soin. En des temps où l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est enseignée à l’école, un exemple venu du passé est toujours bon à prendre.

Une commémoration franco-allemande

Lancé le 15 juillet 2020, sans avis préalable, le compte @Louis_Lacroix_ compte à ce jour une centaine d’abonnés.  Il a d’ailleurs suscité immédiatement l’intérêt des spécialistes français et allemands de la guerre franco-prussienne, réunis à l’instigation du l’Institut historique allemand sur le carnet Guerre franco-allemande / Deutsch-französischer Krieg 1870-1871, où cet article a été publié pour la première fois.

A propos du « Plan général des deux villes de Nancy » par Belprey

Parmi les nombreux plans de Nancy qui furent réalisés au xviiie siècle, celui de Belprey est probablement le plus célèbre. D’une taille impressionnante, il représente la ville en perspective et, est accompagné de douze vignettes illustrant les commandes ducales. Levé et gravé par un certain « Belprey » l’un des brigadiers des gardes du Roi Stanislas en 1754, il est attribué soit à Nicolas soit à Thomas.

Le plan général des deux villes de Nancy

Levé et gravé par Belprey en 1754, le plan mesure 86 cm de hauteur sur 124 cm de largeur. Gravé à l’eau-forte sur quatre matrices en cuivre, il se présente à l’origine sous la forme de quatre feuilles à assembler pour constituer le plan complet. Les feuilles sont alors découpées puis assemblées soigneusement pour que le motif soit parfaitement continu.

Belprey (Nicolas), Plan général des deux villes de Nancy et des nouveaux édifices que sa majesté le Roy de Pologne Duc de Lorraine et de Bar y a fait construire, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, H-FG-ES-00040

Le plan est représenté en perspective et accompagné de douze vignettes illustrant les commandes ducales : hôpital Saint-Julien, portail de la primatiale, nouvelle intendance, Maison de la Mission Royale, portail de l’église de Notre-Dame de Bonsecours, ancien hôtel de l’intendance,  Bourse, un des quatre pavillons de la place Royale, façades opposées à l’Hôtel de ville, façade de l’Hôtel de ville, statue de Louis XV et Arc de triomphe ou porte Royale.

Certaines vignettes sont erronées car elles présentent des détails plus proches des vignettes gravées par Jean-Charles François (1717-1769) pour le Recueil de Héré, que de la réalité. Par exemple, on aperçoit deux travées de trop sur le bâtiment de l’ancienne intendance.

Publiées avant l’achèvement des travaux, elles peuvent montrer un projet non retenu (fronton à l’intendance, absence des allégories de la statue royale).

Nicolas ou Thomas Belprey ?

Dans le titre gravé il est fait mention de l’auteur de ce plan : « levé par Belprey, l’un des brigadiers de ses gardes en 1754 ». Cette phrase avait permis à Albert Jacquot dans son Essai de répertoire des artistes lorrains1d’attribuer ce plan à Thomas, s’appuyant pour cela sur les archives de Nancy publiées par Henri Lepage en 18652.

Sa première source figure dans le tome II p. 381, il est fait mention d’une somme payée pour l’année 1753-1754 « au sieur Belprey, brigadier des gardes-du-corps du roi de Pologne, pour dix exemplaires des plans des villes de Nancy ».

Sa seconde source se trouve dans le tome III p. 348 où il est fait mention, pour les baptêmes de la paroisse Notre-Dame de « 1701. 14 juillet. Louis, fils de Thomas Belprey, garde de S.A.R., et de Catherine Lafrené ».

Sa troisième source se trouve dans le tome IV appelé aussi « Documents inédits » mais elle ne fait que citer une épreuve du plan de Belprey tirée sur satin.

Il n’y a donc comme source qu’une seule mention d’un prénom attaché au nom de Belprey, mais la réalisation du plan de Nancy n’y est pas associée. D’autre part, si l’on considère l’âge de Thomas Belprey d’après les sources, âgé probablement entre 15 et 20 ans au minimum au moment de la naissance de son enfant, il aurait alors plus de 74 ans au moment de la gravure du plan. L’hypothèse de Thomas Belprey comme auteur du plan semble donc plutôt fragile.

Dans l’acte de baptême de 1701 de Louis Belprey, fils de Thomas Belprey, il est précisé que Thomas occupe la fonction de « garde de S.A.R ». Il s’agit donc de la fonction de garde au service du duc de Lorraine Léopold. Il ne peut pas, là encore, être rattaché à la fonction de « brigadier des gardes du corps du roi de Pologne ».

Nicolas Belprey

Sans lien de parenté apparent avec Thomas, Nicolas Belprey est né à Toul le 26 octobre 17133. Il est le fils de Laurent Belprey, marchand orfèvre à Toul et de Marie Guignot. Nicolas Belprey est un descendant d’une dynastie d’orfèvres,  enracinée à Toul, où quatre générations portant le nom de Belprey sont identifiées pour le XVIIe siècle.

Extrait de l’acte de naissance de Nicolas Belprey

Il est probable que le jeune Nicolas ait reçu une formation d’orfèvre dans l’atelier familial mais il a également fréquenté l’atelier du peintre Jean Girardet (1709-1778).

Dans son étude sur le peintre, Gérard Voreaux signalait que « Nicolas Belprey (1713-1786) a étudié dans l’atelier de Girardet »4. Les cours de peinture étaient dispensés au château de Lunéville à partir de 1752 puis dans l’atelier et la maison du peintre. À la mort de Girardet, Nicolas Belprey prononça sur la tombe du maître un émouvant hommage5.

Plusieurs anecdotes concernant la carrière artistique de Nicolas Belprey ont été rapportées au xixe siècle. Il semblerait qu’il ait été peintre — mais on ne connaît de lui aucun tableau —,  dessinateur et graveur.

En 1734, Nicolas Belprey et Françoise Ginet ont un enfant prénommé Nicolas qui naît à Ligny-en-Barrois. Nicolas et Françoise se marient en 1735 et donnent naissance à trois autres enfants tous nés à Lunéville en 1740, 1741 et 1742. Sur les registres des actes de baptêmes, il est précisé pour chacun des enfants le prénom et la fonction de leur père : « Nicolas Belprey, garde du corps de sa Majesté ».

Acte de décès de Nicolas Belprey

Nicolas Belprey décède à Lunéville le 8 avril 1786 à l’âge de 73 ans6. Il est inhumé au cimetière de la ville.

Les gravures de Nicolas Belprey

Il existe, à notre connaissance, deux autres gravures pouvant être attribuées à Nicolas Belprey. Il s’agit de deux vues du château du Prince Charles à Lunéville : Vue du château de monseigneur le duc Charles de Lorraine du côté des bosquets de Lunéville présenté à son altesse royale (M-PI-AL-00001-078) et Vue du même château du coté des jardins (M-PI-AL-00001-077).

Belprey (Nicolas), Vue du château de monseigneur le duc Charles de Lorraine du côté des bosquets de Lunéville présenté à son altesse royale, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, M-PI-AL-00001-078
Belprey (Nicolas), Vue du même château du coté des jardins, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, M-PI-AL-00001-077

Seule la première est signée dans l’estampe « par son très humble et très obéissant serviteur Belprey »  mais les deux gravures forment un ensemble numéroté. Le château du Prince Charles fut construit à la demande du duc Léopold pour son fils Charles-Alexandre (1712-1780) et les travaux furent terminés vers 1734. Ces deux gravures datent donc entre 1734 et 1786.

En 1882, la Société d’Archéologie lorraine et du Comité du Musée Lorrain rapporte une anecdote rappelant la carrière artistique de Nicolas Belprey. Il s’agit d’une lettre de M. Charles-François Guibal, descendant du sculpteur Barthélémy Guibal, qui raconte comment il a récupéré le portrait de son aïeul peint par Girardet et qui se trouvait dans les salles des séances de l’Académie de Stanislas, au moment des actes de vandalisme de 1792. Il précise alors que le portrait de Belprey figurait dans la galerie des portraits des membres de l’Académie de Stanislas et qu’il a pu être sauvé par son fils Nicolas au même moment que lui7

La mention de ce portrait figurant dans la galerie des portraits des membres de l’Académie de Stanislas prouve bien la reconnaissance du talent et de la notoriété de Nicolas Belprey. Malheureusement aucun tableau ou dessin de Nicolas Belprey n’est aujourd’hui connu.

Bibliographie :

Arbois de Jubainville (Paul d’), Dictionnaire biographique lorrain, Metz : Éditions Serpenoise, 2003, p. 45.

Gady (Alexandre) et Pérouse de Monclos (Jean-Marie), De l’Esprit des villes, Nancy et l’Europe urbaine au siècle des Lumières 1720-1770, Versailles : Éditions Artlys, 2005, p. 322, n° 52.

Jacquot (Albert), Essai de répertoire des artistes lorrains : les graveurs, Paris : librairie Plon, 1909, p. 8.

Voreaux (Gérard), Girardet : un peintre lorrain à la Cour du roi Stanislas, Nancy : Place Stanislas Editions, 2008, p.61 et 63.

Warin (Annie), « Nicolas Belprey, un artiste toulois au service de Stanislas », dans Études touloises, 2020, n°172, p. 23-30.

  1. Albert Jacquot, Essai de répertoire des artistes lorrains : les graveurs, Paris : librairie Plon, 1909. []
  2. Henri Lepage, Les Archives de Nancy ou documents inédits relatifs à l’histoire de cette ville, Nancy : Lucien Wiener, 1865. []
  3. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, registre de la paroisse Saint-Jean du Cloître de Toul, BMS, 5Mi 2E 527/R 37 p. 85 []
  4. Gérard Voreaux, Girardet, un peintre lorrain à la Cour du roi Stanislas, Nancy : Place Stanislas Editions, 2008, p. 61. []
  5. G. Voreaux (G.), id., p. 63. []
  6. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Registre de la paroisse Saint-Jacques de Lunéville, 1776-1786, 5Mi 328/R24, p. 391. []
  7. voir les extraits publiés dans l’article d’Annie Warin, « Nicolas Belprey, un artiste toulois au service de Stanislas », dans Études touloises, 2020, n°172, p. 23-30. []

Histoire et collections de la Bibliothèque de Nancy

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search