Un cadavre dans les rayonnages

Ou comment un cadavre a fait son entrée dans les collections de la Bibliothèque Stanislas.

 

Paulette Choné. Le cadavre exquis
Paulette Choné. Le cadavre exquis.

Les Bibliothèques de Nancy sont présentes depuis de nombreuses années sous le chapiteau du Livre sur la Place.

A l’occasion de la 37e édition, outre leur traditionnelle « bibliothèque sur la place » où le public peut faire une pause en découvrant les ouvrages des auteurs présents, les Bibliothèques de Nancy ont convié les auteurs présents à participer à la création d’un exemplaire-manuscrit unique, selon le principe du cadavre exquis cher aux surréalistes.

Daniel Picouly, président du Salon, a accepté d’en écrire la première phrase à l’occasion de la promenade inaugurale.

Sylvain Treperman. Le cadavre exquis
Sylvain Treperman. Le cadavre exquis.

Forts d’un volumen de 75 centimètres de large sur 10 mètres de long, nous avons tout d’abord accueilli les auteurs sur le stand. Force fut de constater que certains auteurs très sollicités n’avaient pas le temps de se déplacer pour enrichir de leur plume notre cadavre. Qu’à cela ne tienne, prenant le cadavre à pleines mains nous sommes partis à l’assaut du chapiteau, affrontant la foule, à la rencontre des auteurs.

Matthias Enard. Le cadavre exquis
Matthias Enard. Le cadavre exquis.

Trouvant notre démarche originale, 63 écrivains nous ont accueilli chaleureusement et se sont volontiers prêtés au jeu. Citons par exemple Matthias Énard, Delphine de Vigan, Jean Teulé, Vladimir Fedorovski, Janine Boissard, Jean Paul Didierlaurent, Rachid Arhab ou bien encore Élise Fischer. Que tous en soit encore remerciés.

Voici donc comment la Bibliothèque Stanislas peut désormais s’enorgueillir de la présence d’un cadavre dans ses collections !

Le dimanche en fin de journée, place Stanislas, le comédien Bruno Ricci a lu ce texte original que vous pouvez découvrir ci après ou écouter ici ou sur le facebook des Bibliothèques de Nancy.

Scardanelli et Miguel Bonnefoy. Le cadavre exquis
Scardanelli et Miguel Bonnefoy. Le cadavre exquis.

CADAVRE EXQUIS

[Daniel Picouly] La marquise n’aurait pas dû sortir à quinze heures… [Olivier Desnoyers]  Mapilou la petite souris des dents profita de son absence pour glisser sa pièce en or …  [Pierre Rosniansky] Or, à ce moment même il lui sembla entendre un bruit, plutôt une mélodie – elle venait de la cime d’un arbre où se tenait … un écureuil

[Gilbert Vautrin] Parce qu’on écrit toujours avec rien
Avec les bêtes
Près des bêtes
On écrit que pour les bêtes
[Mikhaïl Komaroff] Mais n’est pas bête qui veut !…
[Anne Laurent] Heureusement que les voyages forment la jeunesse [François Dominique] Tout un royaume pour un rire d’enfant
[Janine Olmi] Un enfant qui meurt sur nos plages c’est le monde qu’on assassine [Isabelle Flaten] ou encore, plus sûrement, c’est ce monde assassin et moribond qui tue nos enfants sur nos plages alors qu’il y a si peu…
[SFSX le SPHYNX-Gregory Baumann] La mer de nos glaires s’abat sur nos molaires annonçant un calvaire risquant de construire un sanctuaire… Sans qu’on ne puisse rien y faire… [Babette de Rozières] C’est celui qui tient la poêle qui connaît la chaleur du feu.
[Jean-François Kieffer] Du feu, du feu, qu’elle a dit …
Il faut que je continue avec ça … Avec du feu ! Comme disait mon oncle alsacien : « du feux ou du feux pas ? Si du feux, c’est pien, si du feux pas … »
Mais si, moi je veux bien ! Alors à toi le suivant, je demande : »as-tu du feu ? [Étienne Martin] Du feu ? Pourquoi faire ? Pour enflammer le château de Lunéville, pardi ! Comme ça, on a un monument neuf tous les 50 ans. C’est du ravalement de façade organisé. C’est comme pour les Hommes, sauf qu’il n’y a pas besoin d’y mettre le feu pour que le ravalement se fasse.
[Philippe Delestre] Puisqu’on parle du feu… « Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle  » autant dire un cadavre rôti… Voire exquis. [Catherine Créhange] Ou alors une tarte à la crème, un menu du jour et, pourquoi pas, une poularde de Bresse. [Julia Billet] À moins que vous ayez quelques roses des vents ou encore un nuage de lait. [Philippe Mitre] Le silence marche sur la tête, paroles et mots sont en fête. [Martial Debriffe] Une fête qui dépend des hommes, de leur passion pour la littérature et des autres. Le livre n’est-il pas un partage ? [Gérard Bestard] Lire, c est devenir
pas lire-pâlir
Ne fuyez pas les mots
Ils pourraient se croire des maux [Philippe Tylgot] Des mots, métro, dodo [Marie Dominique Peters-Poncin] Zut, et puis la pluie …
Elle perdit sa pantoufle de vair [Vladimir Fedorovski] Et puis la neige arrive et tout passe mais la foire des livres est éternelle sur place à Nancy. [Jimmy Sabater] Pendant que certains promenaient leurs cadavres, la pluie s’abattait sur la ville, l’emprisonnant dans une moiteur qui me donnait une folle envie d’écrire [Sylvain Treperman] Je suis venue sur la place Stanislas, teindre de mon bleu ces lettres polonaises, ce ciel de Nancy. Ce bleu désir. [Brigitte Kernel] Le bleu désir n’aurait jamais eu cette intensité sans le ciel orageux ce soir.
[Janine Boissard] mais sans désir, et surtout sans utopie, le monde resterait immobile. [Thomas B. Reverdy] Et cependant c’est un fait, il faudra bien qu’il arrive, cet avenir. [Paulette Choné] En juillet 2017 à Nancy, évidemment. [Pierre Rich] Le monde aura changé, les anges auront déposé leurs armes. [Frédérique Rich] Les lances au sol, os blanchis, levez-vous, passez la charrue, la terre renouvelée s’abreuve. [Jean-Pierre Coffe] Arrêtes de me lire ce texte, chéri, viens te coucher ! [Jean-Paul Didierlaurent] Il ne voulait pas se coucher. Encore moins dormir. Juste rester là, assis sur cette banquette, le regard perdu dans l’écran neigeux. [Yasmina Khadra] Quelque chose dans son regard trahissait un immense malaise. [Paola Pigani] Cela pouvait venir du ciel comme du creux dans son ventre. [Nathalie Azoulai] Ou de l’endroit doux et duveteux de sa nuque. [Jean Teulé] En tout cas ce qu’elle aimait surtout en lui c’était ses (couilles). [Franck Thilliez] D’un autre côté, il était décédé depuis neuf mois, ce qui posait un léger problème… [Elise Tielrooy]  Il lui fallut donc se résoudre, pauvre femme… [Alexandra de Broca] Habituée à survivre, la femme est un vaillant petit soldat. [Eric-Emmanuel Schmitt] Mais alors, qui devient le repos du soldat ?
[Elise Fischer] Des extra-terrestres l’auraient-ils enlevé ? Ou…Jim le Terrible l’aurait-il découpé en morceaux pour en faire un ragoût ? [Sandra Poirot-Chérif] À moins qu’il ne se soit tout simplement égaré entre deux songes. [Laurence Gillot] Parce que dans la vie, tout, mais vraiment tout peut arriver. [Chistine Naumann-Villemin] Les yétis tombent amoureux. [Monique Archen] …et descendent de la montagne. .. [Jennifer Holparan] …dans une vallée ensoleillée où poussent d’étranges plantes… [Thomas Snegaroff] …seuls les enfants paraissent pourtant émerveillés… [Philippe Charlier] Avant de sombrer dans un sommeil de mort. Mais alors,… [Catherine Velle] Mais alors… mais alors ….les termites ont pris le pouvoir ? [Antonin Malroux] Silence ! Ici on lit ! [Delphine de Vigan] Et ils étaient nombreux, malgré la pluie. [Matthias Enard] Leurs cimeterres brandis, comme enflammés par le soleil couchant, les chevaux renâclant dans leur harnais garnis de bronze. [Amélie Bourbon Parme] L’horizon se dégageait et les voiles de lumière surgissaient entre les lignes des montagnes : « Faites place ! » criait l’empereur. [Bruno Mabille] En certains endroits comme ici où pour aller plus avant il faut s’encorder, escalader … [Jean-Michel Ribes] Les montagnes de dés et puis parcourir des vallées de larmes et nager dans des rivières de nougat et enfin s’envoler assis sur des chaussures à réaction. [Eve de Castro] Pour continuer à rêver, continuer à écrire, partir au voyage au long cours, prendre par la main qui l’on aime, qui l’on ne connait pas encore, que l’on connaitra demain, au fil du temps, des pages, des rêves… [Jeanne Benameur] Et aller sans rien se demander.  [Clara Arnaud] Le long d’une corniche, vue plongeante, marcher, un peu plus vite, un peu plus près du vide, alors que tombe la nuit. [Angélique Barberat] La nuit s’étire avec les nuages et le clair de lune. Je marche le nez au ciel et je t’attends. [Rachid Arhab] Marcher sur la ligne de crête éclaircie par la lune. Marcher sans tomber dans le ravin et regarder au loin.  [Jérémy Fel] Vers l’océan où nage peut-être la femelle du requin, sous le regard perçant de Malobror … [Miguel Bonnefoy] D’abord, pour la tristesse, un verre d’huile de foie, tout sentait le poivre de Malabar. [Scardanelli] « Si tu ne peux retenir le jour présent tu peux éviter de le perdre » Horace.

FIN

 

 

 

 


Une réflexion au sujet de « Un cadavre dans les rayonnages »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *