Nicolas Durival et son Journal

La célébration du 250e anniversaire du rattachement de la Lorraine à la France en 2016 est l’occasion pour la Bibliothèque de mettre à l’honneur les collections en rapport avec le roi Stanislas, et singulièrement le Journal de Nicolas Durival (1713-1795), conseiller du roi et lieutenant général de police de Nancy de 1760 à 1769. Ce manuscrit fait l’objet pour les années 1765-1766 d’une édition électronique augmentée d’index, de notes historiques, de cartes et d’images consultable sur www.journaldedurival.fr depuis le 18 juin 2016. Ce premier article revient sur la personne de Nicolas Durival, d’autres seront prochainement consacrés au projet d’édition électronique.

Portrait de Nicolas Durival
Dominique Collin, portrait de Nicolas Durival. © Musée Lorrain, Nancy / Photo M. Bourguet

L’homme

Nicolas Luton Durival est le fils aîné de Jacques Luton, originaire de Normandie, fils d’un ancien valet de la Maison de Louis xiv et lui-même valet de garde-robe du duc Léopold. Avec son épouse Marie Anne Humblot, il a plusieurs enfants dont trois fils ont une carrière dans l’administration lorraine et française : Nicolas, Jean-Baptiste et Claude. Retraité à Saint-Aubin-sur-Aire (Meuse), Jacques Luton en devient le maire en 1729. Toujours en fonction en 1737, il fait partie de ceux qui viennent accueillir le nouveau duc, Stanislas Leszczynski, à son arrivée. En 1760, Jacques Luton est anobli, pour lui et ses descendants, et prend le nom de Durival.

Nicolas naît le 12 novembre 1713 à Commercy. Il apprend le rudiment avec le curé de Saint-Aubin : ses aptitudes l’autorisent à envisager une bonne carrière dans l’administration.

Il ne fonde pas de famille, mais son journal montre une grande proximité avec ses jeunes frères Jean-Baptiste et Claude1. Propriétaire d’une ferme à Heillecourt, où il passe volontiers du temps, c’est là qu’il se retire, sans beaucoup de moyens financiers, à l’issue de sa carrière civile en 1769. Privé de sa pension municipale en 1791 afin qu’il en porte la demande « auprès de la patrie » (soit le département de la Meurthe), il ne recouvre une somme de 3 000 livres, à peine suffisante pour le faire vivre, que peu de temps avant sa mort le 21 décembre 1795. Justin Favier y voit l’œuvre de l’abbé Grégoire, éminent conventionnel vosgien2.

Une carrière au service du roi Stanislas

Nicolas Durival commence sa carrière comme secrétaire au service du chancelier français Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783) dès l’arrivée de celui-ci en Lorraine en 1737. Il reste par la suite proche de la famille du chancelier et de son fils l’intendant de Lorraine, dont il suit avec intérêt les déplacements. En 1751, il devient greffier en chef du Conseil d’État et des Finances du roi de Pologne, ce qui l’introduit dans l’entourage de Stanislas. Il cumule dès lors cette fonction avec d’autres charges : économe séquestre3 des bénéfices de Lorraine et Barrois (1754-1760), subdélégué de l’intendance de Lorraine4.

En 1760, il résigne ces charges au profit de la lieutenance générale de police de la ville de Nancy, cet office lui prenant tout son temps. L’achat en est très coûteux : 12 500 livres de Lorraine, auxquelles s’ajoutent 450 livres, 9 sous et 6 deniers de frais divers. Cette fonction va bien au-delà du maintien de l’ordre. Il intervient tout autant dans l’urbanisme municipal : adduction d’eau, pavage et éclairage des rues, travaux, transfert des cimetières hors de la ville…, que dans les fondations charitables – notamment pour les filles repenties -, dans les approvisionnements, l’ordonnancement des nombreuses processions et cérémonies, et tout ce qui, en règle générale, concourt à la paix civile. À ce titre, il participe tout à fait régulièrement aux réunions du conseil municipal et a de nombreuses relations tant avec la Cour souveraine qu’avec celle, plus mondaine, de Lunéville.
Il tient aussi des statistiques précises des naissances, mariages et décès de la ville.

C’est en 1769 qu’il demande à être relevé de ses fonctions ; il semblerait que l’administration française lui paraisse à ce moment intenable, à moins que l’âge et la fatigue ne commencent à se faire sentir. L’intendance lui octroie alors une pension de 1 000 livres, des « lettres de vétérance » et le titre de lieutenant de police honoraire, de sorte qu’il exerce encore à titre de conseil dans les années suivantes.

Durival historien

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Le Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Selon les historiens, s’appuyant sur les échanges entre Durival et Dom Calmet, Nicolas Durival considère, en bon administrateur de son temps, qu’il est impossible de gouverner sans la statistique, la géographie, et la connaissance de l’histoire de sa province. C’est pourquoi il fait publier à titre anonyme dès 1748 une Table alphabétique des villes, bourgs etc. de la Lorraine et du Barrois (182 p.), qui connaît deux rééditions et enrichissements en 1749 et 1766. Les pages sont divisées en deux colonnes : le toponyme et la juridiction dont la localité relève. Les mises à jour tiennent compte de l’actualisation des limites des bailliages.

Son Mémoire sur la Lorraine et le Barrois, de plus grande ampleur (604 p.), paraît en 1753 chez Henri Thomas à Nancy. Il est aussitôt salué par le Journal de Trévoux, et l’abbé géographe Jean-Joseph Expilly (1719-1793) entame avec Durival des échanges épistolaires visant à mieux intégrer la géographie et l’histoire de la Lorraine à celles de la France. Il se divise en trois parties :

  • une introduction générale sur la géographie, les habitants, les monnaies, les divisions administratives, les rivières et ruisseaux…
  • une étude de chaque ville, quartier et principaux monuments, divisée par bailliage
  • une table alphabétique actualisée comprenant des renseignements historiques et archéologiques
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor

La Description de la Lorraine et du Barrois

Cet ouvrage est publié en 4 volumes chez Leclerc à Nancy entre 1779 et 1783, le quatrième volume composé d’ajouts et d’annexes étant mis gracieusement à disposition des possesseurs des trois premiers chez le libraire Leseure.

Dans l’avertissement, Durival fait remonter la genèse de son projet à 1760 et se place dans la droite ligne des géographes et historiens des siècles précédents, rendant notamment hommage à Thierry Alix et à Mercator.

Le tome I est paru précédemment en 1774 sous une forme abrégée.
Il comprend une histoire des duchés depuis le xe siècle, allant jusqu’à la fin du règne de Stanislas (l’introduction du Mémoire se terminait à la fin du règne de Léopold), une géographie extrêmement complète et une carte dépliante. Durival y mentionne les rivières, lacs et autres eaux courantes et stagnantes, les plantes cultivées, les vignes, des statistiques de température, les ressources naturelles (bois, pêche, fossiles, mines), les habitants et leur notoriété, les revenus, les poids et mesures en vigueur, ainsi que les renseignements administratifs (militaire, postes, juridictions, foires et marchés) attendus de ce type de publication.

Le tome II développe considérablement la description des bailliages. Il consacre ainsi 52 pages à la ville de Nancy, passant en revue les paroisses, les faubourgs, les fontaines comme les hommes illustres et les ressources naturelles.

Le tome III est une table alphabétique des toponymes avec des données administratives, historiques, météorologiques ou archéologiques notables.

L’académicien

Durival est reçu le 15 avril 1760 à l’Académie royale des Sciences, lettres et arts de Nancy sur demande pressante du fondateur de celle-ci, le roi Stanislas. Sur l’insistance du roi, il en devient le sous-directeur deux ans plus tard. Son Journal le montre assidu aux séances ordinaires, soucieux de rendre compte des débats et de l’usage de la bibliothèque associée.

Il ne se jugeait pas digne d’être un académicien, se présentant comme un administrateur autodidacte plutôt qu’un érudit. Cependant, ses échanges avec des personnalités scientifiques de l’époque (Dom Calmet, Expilly) montre qu’il est tenu par eux en haute estime et qu’il a toutes les capacités intellectuelles pour argumenter et apporter avec méthode des réponses à des questions d’histoire, de géographie et d’économie.

Il présente régulièrement devant l’Académie royale des mémoires et rapports témoignant de son activité scientifique :

  • 1763 : un mémoire sur la clôture des héritages (biens immobiliers), le vain pâturage et le parcours (circulation du bétail) en Lorraine
  • 1765 : une bibliographie des ouvrages imprimés et manuscrits sur la province de Lorraine, conduite à la demande de l’intendant pour abonder la Bibliothèque historique de la France du père Lelong
  • 1779 : l’Académie le charge de terminer les travaux du père Leslie sur l’histoire du duché de Lorraine. Il ne semble pas cependant que cette demande ait été suivie d’effet car, les papiers du père Leslie lui étant réclamés quelques années plus tard par Mory d’Elvange, Durival assure qu’il ne les a jamais eus en sa possession.
  • 1790 : Sonnini5 commence à publier, dans le Journal du département de la Meurthe, diverses études d’économie rurale, portant principalement sur la construction et l’entretien des routes lorraines, présentées devant l’Académie. Un deuxième recueil sera publié, toujours par Sonnini, dans la Bibliothèque économique de 1809.
Les 14 volumes du Journal de Durival
Les 14 volumes du Journal de Durival

Le Journal

Tenu de 1737 au 18 décembre 1795, soit 3 jours avant la mort de son rédacteur, le Journal de Nicolas Durival n’est pas tant un écrit intime qu’un outil de suivi des événements urbains et politiques sous le règne de Stanislas, et de préparation des différentes publications projetées par l’auteur.

Il se compose de 14 volumes in-quarto, écrits à la main. Ceux-ci sont truffés parfois de copies de lettres et de billets, voire d’originaux, mais aussi de billets imprimés, de programmes, prospectus, invitations, ou coupures de presse. Il n’a certainement pas été tenu au jour le jour, du moins au début où les notations sont très sommaires. Il est possible par exemple que la relation de l’agonie et de la mort de Stanislas a pu être reconstruite quelque temps (quelques jours ?) après l’événement à partir de notes ou d’un brouillon de journal qui n’a pas été conservé, ou en tous cas reprise par la suite pour y ajouter des mentions d’horaire précis.

Journal de Durival, 1er janvier 1765
Journal de Durival, 1er janvier 1765

Des lacunes existent pour les années 1767-1771, 1781 et 1788-1791, soit que Durival n’ait pas tenu de relation de ces périodes, soit qu’elle ait été perdue. De 1792 à 1795, il se borne à effectuer des notations météorologiques quasi-quotidiennes sans se préoccuper vraiment de noter les événements en cours.

Durival et la bibliothèque de Nancy

De son vivant, et sans doute à cause de ses fonctions à l’Académie royale, Durival avait fait don à la bibliothèque de plusieurs ouvrages dont Justin Favier avait pu retrouver la trace grâce à un ex-libris manuscrit portant « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idio]« , quand un ex-libris gravé sur cuivre par Jean-Charles François (1717-1769) est attesté6. Or, après la mort sans héritier de son frère Jean-Baptiste, la bibliothèque et les papiers de Durival ont été vendus au poids sur la place du Marché à Nancy, de sorte que nombre de ses livres se sont perdus.
C’est peut-être à l’issue de cette vente que le Journal est entré à la bibliothèque de Nancy au xixe siècle, par le biais du célèbre collectionneur lotharingiste Beaupré.

Page d'accueil du Journal de Durival en ligne
Page d’accueil du Journal de Durival en ligne

Lire le Journal (années 1765-1766) dans son intégralité.

Les œuvres de Durival dans les Bibliothèques de Nancy.

  1. Les notices Wikipédia de la famille Durival sont mises à jour dans le cadre du projet. []
  2. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  3. chargé d’administrer les biens ecclésiastiques qui n’ont pas d’attributaire []
  4. substitut de La Galaizière []
  5. Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt (1751-1812), naturaliste lorrain secrétaire de Buffon et explorateur en Guyane. []
  6. Base des ex-libris de l’AFCEL, D1884. []

La Manufacture des tabacs de Nancy : histoire d’un lieu

 À Nancy, au siècle des Lumières, on fabriquait déjà du tabac issu des plants cultivés en Lorraine.

 

Couverture de l'ouvrage sur les manufactures de tabacs de Nancy
Couverture de l’ouvrage sur la Manufacture Nationale des Tabacs de Nancy

Le fait de fumer ou de priser est un usage qui s’est en effet largement développé tout au long du xviiie siècle.

En toute opportunité, les gouvernements ont rapidement pris conscience de l’intérêt économique de ces pratiques. Tant et si bien que l’exploitation de la plante de tabac devint imposable, que ce soit en France ou dans le duché de Lorraine.

La Manufacture des Tabacs, devenue depuis lors un vaste complexe culturel est érigée le long de la voie ferrée de Nancy pour des raisons pratiques  à partir de 1864.  Mais faisons d’abord un historique de la situation avant l’existence de cette dernière.

Le tabac en Lorraine

C’est à Nancy qu’était traité le tabac cultivé en Lorraine et, dans une moindre mesure, à Neufchâteau. La nature des sols était propice à ce type de culture, ce qui explique l’essor constant des surfaces agricoles de production. À ce titre, au début du xviiie siècle, le tabac rapportait 12 mille livres à la Lorraine, bénéfice qui s’éleva à plus de 286 mille livres dès 1728. Deux types d’usage existaient alors le plus communément : le tabac que l’on  fumait et le tabac que l’on prisait.

Plusieurs manufactures ont existé avant la création de celle qui nous intéresse. Sous le règne du Duc Léopold (1690 – 1729), une manufacture est créée rue de la Hache qui devient rue de la Tabagie. Son développement et son activité prennent de l’envergure au fil des décennies.

Plan d’une partie de la Manufacture, rue de la Hache, 1820

Fin éphémère d’un monopole

À la fin de l’Ancien Régime, le monopole d’État sur le tabac est aboli. La Manufacture située rue de la Hache créée par le Duc Léopold (1690-1729), est donc vendue à l’État comme bien national. Elle fait l’objet d’une réflexion dès1820 et devient en 1857, après plusieurs transformations architecturales, la Maison d’arrêt de Nancy.

La période de liberté liée à la fin du monopole d’État sur le tabac permet en outre l’éclosion de quatorze fabriques jusqu’au rétablissement de ce dernier par Napoléon Bonaparte en 1810. Selon nos sources, il est possible d’affirmer qu’il en existait rue des Quatre-Églises, rue de la Monnaie et rue des Dominicains. La production était exportée jusqu’en Bavière et en Suisse, et ces maisons employaient plus de 3 000 ouvriers (soit 10% de la population).

Etiquette Maison Voirin
Étiquette de la  Maison Voirin

 La concurrence aidant,  la qualité du tabac après traitement a été optimisée.  Ce phénomène a cependant été de courte durée, le rétablissement du monopole occasionnant la fermeture de toutes les maisons familiales et de la manufacture principale située rue de la Hache en 1814.

Le gouvernement de La Restauration (1815 – 1830) ne reconnaît pas l’attachement des nancéiens à cette activité ni l’enjeu économique pour la ville. Dès lors, il faut attendre plus d’un demi-siècle pour qu’une nouvelle manufacture voit le jour.

Vers une nouvelle manufacture

Après le rétablissement de la culture du tabac dans le département, les habitants insistent pour la construction d’une nouvelle usine. Les arguments utilisés sont : l’ancienneté de l’activité, la situation géographique privilégiée de Nancy par rapport aux champs de culture de tabac et l’intérêt économique,  une manufacture étant pourvoyeuse d’emplois. La chambre de Commerce de Nancy a, dès l’origine, apporté son appui pour que la situation évolue favorablement. À noter que pour soutenir cette démarche,  la commune s’ engage à fournir les terrains à bâtir. Ce dernier aspect a occasionné des négociations pendant plusieurs mois car les parcelles dévolues à la future manufacture sont construites ou occupées par des jardins privés, il a donc fallu procéder à des expropriations.

Il faut attendre dix ans après l’avènement de Napoléon III pour que la situation évolue enfin favorablement. Cela mérite d’être souligné car il y a fort à parier que la conjoncture nationale est en grande partie à la base de ce dénouement. En 1862, une nouvelle Constitution est votée. Napoléon III, sentant son pouvoir menacé par la montée en puissance des Républicains au sein du Sénat et du Corps Législatif se tourne à nouveau vers les masses laborieuses dont il avait initialement la confiance. L’on peut donc penser que la construction de la Manufacture des Tabacs de Nancy  s’inscrit dans cette politique de rapprochement, cette dernière ayant  un statut national.

Le début des travaux en 1864

À Nancy, l’Administration Générale des Tabacs décide de la construction d’une manufacture provisoire et d’un magasin de tabac en feuilles, dans le quartier du Faubourg des Trois-Maisons, rue des Glacis. Parallèlement, la ville acquiert des terrains jusqu’en 1864 pour les remettre à l’État, garant de la création de cette nouvelle manufacture nationale.

Les modifications urbaines découlant de l’installation de la manufacture comportent aussi le raccordement de la voie ferrée au complexe, cela permettant l’acheminement de la matière première, mais aussi l’expédition des produits finis. En effet, l’emplacement du nouvel édifice est choisi en raison de la proximité de la voie ferrée, avantage logistique non négligeable.
La construction du Magasin de culture démarre lui aussi en 1864 et s’achève trois ans plus tard.

Une architecture rationnelle d’Eugène Rolland

L’ensemble architectural est conçu d’après les plans d’Eugène Rolland, ingénieur en chef au service du Second Empire. Né à Metz le 9 août 1812 et décédé à Paris le 31 mars 1885, Eugène Rolland est un ingénieur français diplômé de l’École polytechnique en 1832. Il mène la plus grande partie de sa carrière au sein de la Régie des Tabacs, entre 1844 et 1881. Nombre de manufactures sont construites selon ce plan rationnel ayant pour principe de base la répartition des bâtiments autour de cours fermées : telles sont celles de Strasbourg, Metz, Tonneins, Nantes…

Vue aérienne de 1987
Vue aérienne (vers 1980) (C.I.L.)

 Les similitudes des différents édifices sont très perceptibles, au niveau de l’agencement des bâtiments mais aussi dans les détails architecturaux. À Strasbourg, on trouve les premières fenêtres à doubles meneaux, comme plus tard à Nancy. L’on remarque aussi la grande rationalité de cet ensemble, les bâtiments étant tous organisés sur quatre niveaux. Le principe est le suivant : traitement de la matière première dans les grands espaces du rez-de chaussée et finition de ces produits aux étages. Les piliers de soutien du bâtiment sont en fonte, tout comme les structures des sols des trois premiers niveaux.

En 1870, les deux cheminées industrielles sont érigées, la manufacture de la rue Baron Louis est totalement achevée et peut fonctionner à plein régime. Cela ne sera réellement le cas qu’à partir de la fin de l’année 1872, l’arrivée des Prussiens à Nancy en mai 1870 ayant occasionné sa réquisition.

L’organisation du travail à la Manufacture des tabacs

Un album photographique publié en 1908 par la maison Tourte, fournit de précieux renseignements sur la vocation des bâtiments et sur les techniques d’exploitation du tabac1.

Il comporte 45 clichés, tous légendés. En plus des documents déjà conservés dans le Fonds Lorrain de la Bibliothèque Stanislas, des plans provenant des Archives municipales permettent de se représenter en toute exclusivité la vie de la manufacture à la fin du xixe siècle jusqu’à la cessation de son activité en 1968 : l’aménagement des locaux, les étapes de fabrication du tabac, les conditions de vie des ouvriers sont autant d’aspects que nous allons développer ci-après.

Voici le détail de l’organisation des bâtiments, nous reviendrons ensuite sur le vocabulaire spécifique au traitement du tabac, en respectant la logique des différents ateliers :

 

Plan de masse de 1987
Plan de masse : La Manufacture des Tabacs avant réhabilitation (Archives Municipales de Nancy)

La Manufacture est organisée dans un rectangle divisé par trois cours2. Tous les bâtiments sont construits en moellon, à l’exception du bâtiment administratif (A), en pierre de taille. C’est d’ailleurs le  seul à être ouvragé de moulures et décors floraux stylisés aux fenêtres sur la façade donnant sur la rue Baron Louis.

  • Bâtiment A : bureau de la Direction et logements des employés supérieurs ;
  • Bâtiment B, rez-de-chaussée : torréfaction (3 torréfacteurs), ateliers techniques, laminoirs des côtes, machine à vapeur ;
  • Bâtiment B, niveau 1 : hachage ;
  • Bâtiment B, niveaux 2 et 3 : masses pour cigares et sécheurs sur claies ;
  • Bâtiment C : chaufferie ;
  • Bâtiment D, rez-de-chaussée : stockage des caisses et tonneaux et caisserie-tonnellerie ;
  • Bâtiment D, niveau 1 : atelier de fabrication des cigares ;
  • Bâtiment D, niveau 2 : atelier de fabrication des cigarettes ;
  • Bâtiment D, niveau 3 : atelier de fabrication des Ninas ;
  • Bâtiment E, rez-de-chaussée : mouillade, époulardage et écôtage, lavage des feuilles pour cigares (sur 11 travées) ;
  • Bâtiment E, rez-de-chaussée : pompes et accumulateurs de paquetage hydraulique, masses de mouillade et service général de stockage des balles (2e section du bâtiment) ;
  • Bâtiment E, niveau 1 (au dessus de la mouillade) : écotage, triage des feuilles pour cigares et époulardage sur 11 travées ;
  • Bâtiment E, niveau 1 (au dessus de l’écotage) : paquetage hydraulique du scaferlati, puis au même étage, stockage des masses de scaferlati Supérieur et Maryland ;
  • Bâtiment E, niveau 2 (au dessus du service général du stockage des balles) : emballage des scaferlatis ;
  • Bâtiment E, niveau 3 : « zone de cantine » des masses de scaferlati Ordinaire ;
  • Bâtiment I : forge ;
  • Bâtiment M : magasin de balles et fabrication de jus ;
  • Bâtiment N : magasin de balles et boucants ;
  • Bâtiment O : entrepôt de produits fabriqués et coopérative ;
  •  Embranchement ferré : aiguillage depuis le quai Claude Le Lorrain, jusque dans la cour de la Manufacture avec un accès sous une verrière au bout du bâtiment E.

 

Bâtiment B et sa passerelle
Bâtiment B et sa passerelle (Archives Municipales de Nancy)
  • Le plan mentionne aussi des ponts de service permettant le passage entre les bâtiments B D et B E. En l’état actuel, une passerelle en verre a été conçue à l’emplacement de l’ancien passage lors de la réhabilitation de la partie de la manufacture dévolue au Conservatoire Régional de musique.
Service général et locomotive
Service général et locomotive

Éclairage – chauffage :

Les ateliers étaient éclairés au gaz et le chauffage se faisait au moyen de poêles à vapeur. Le bâtiment A fut le premier à être équipé. Dans l’ensemble de la manufacture, le recours à l’éclairage et au chauffage était minimal, par souci d’économie.

Manutentions :

Le transport des matières s’effectuait, entre ateliers de même étage, par des bâches portées, ou par chariots ; et entre ateliers d’étages différents par des appareils appelés « tire-sacs » capables d’enlever des paniers pesant jusqu’à 120 kg. Les tonneaux de scaferlatis étaient quant à eux acheminés au service général par l’intermédiaire d’un treuil.

Que fabriquait-t-on à la Manufacture
des Tabacs ?

Il convient tout d’abord de donner une définition du mot Scaferlatis. L’origine du terme, non définitivement établie,  s’expliquerait par le fait que le tabac est haché ou, littéralement, taillé aux ciseaux. Ce tabac, selon son origine géographique et selon les techniques employées pour le traiter sera de plus ou moins bonne qualité.

Immédiatement avant la Première Guerre-Mondiale, quatre variétés de Scaferlatis (Maryland, Supérieur, Ordinaire et Prix Réduit), trois de cigarettes (Grenade, Élégantes et Favorites)  et six de cigares (Londrecitos, cigares à  5 et 10 centimes de francs, Cigaros, Picaduros, et Ninas)  étaient fabriqués. Les chiffres de production pour l’année 1914, étaient les suivants : 1,4 tonnes de Scaferlatis, presque 526 000 cigarettes, et environ 185 000 cigares.

Le processus de fabrication

Le cycle de fabrication se déroulait de la sorte :  mouillade, époulardage, écôtage, hachage, torréfaction, masses, confection et paquetage, emballage. Voyons à présent ce que recoupe chacun de ces termes.
Les tabacs Maryland, Supérieur et Ordinaire sont soumis à une première mouillade en manoque (ensemble de feuilles de tabac) à l’eau pure, alors que ces dernières sont étendues sur des claies. Cette mouillade, effectuée à la lance, délicatement, pour éviter toute perte de matière, a pour objectif d’humecter les feuilles pour les rendre plus souples. Les feuilles restent ensuite sur les claies pour sécher avant d’être transportées en chariot, à l’époulardage consistant en un triage de ces dernières.
Puis l’on procède à une nouvelle mouillade à l’eau salée (1.8 à 2 kg de sel pour 100 litres d’eau) à l’aide d’un mouilleur mécanique. 48 h après, ce tabac entreposé sous forme de masses de mouillade pesant environ 120 kg peut faire l’objet d’un écôtage. Cette étape du processus de fabrication consiste à enlever les nervures de chaque feuille. Le scaferlati vendu à prix réduit n’était pas écôté, c’était le cas du tabac dit de Troupe, fabriqué en période de guerre.

Écôtage, époulardage, mouillade
Écôtage, époulardage, mouillade

Hachage

La manufacture était dotée de 6 hachoirs avec un rendement journalier de 800 kg pour le tabac dit  Supérieur et de 1800 kg pour le tabac de Troupe .

Hachage
Hachage

La torréfaction

Une fois le tabac haché, il renferme 35% d’eau ; cet excès d’humidité est susceptible de le faire pourrir. Il est donc important pour préserver un arôme de qualité qu’il subisse une maturation en masse (ou fermentation lente). La manufacture était équipée de torréfacteurs dont le modèle  fut conçu par l’ingénieur Eugène Rolland, toujours soucieux de faire évoluer au mieux les techniques de fabrication. On voit apposé sur la partie supérieure de ces torréfacteurs la date de 1870 et la mention « usine de Graffenstaden » (Bas-Rhin).  Le scaferlati ordinaire pour cigarettes y passait deux fois, le tabac autre une seule fois.

C’est à cela que sert la torréfaction, qui s’effectue à  température de 90 à 95 degrés. Le scaferlati est introduit automatiquement dans un cylindre creux, qui tourne lentement dans une enveloppe en tôle, il y est soulevé successivement par griffes de fer adaptées à une hélice. De l’air, chauffé par un double foyer, circule dans l’enveloppe et dans le cylindre, où il traverse le tabac en lui enlevant son humidité. Un ingénieux dispositif règle l’introduction de l’air sous les foyers, de façon à maintenir une température constante. Quand il sort du torréfacteur, le tabac est passé dans les tonneaux à séchage où l’on entretient un courant d’air sec de 16 à 20 degrés. Cela élimine les derniers résidus d’humidité ainsi que la poussière accumulée au cours des précédentes opérations.

Séchage des Scaferlatis
Séchage des Scaferlatis

Maintenant, le tabac nécessite du repos. Il est alors entassé dans une salle spécifique. Après  trois semaines à un mois de séjour en masse de maturation, il est livré pour le paquetage, ou à l’atelier des Ninas, des Londrecitas ou encore  des cigarettes.

Torréfaction
Torréfaction

Le paquetage des scaferlatis et des cigarettes

Les Scaferlatis Maryland et Supérieur étaient acheminés à l’atelier à l’aide de bâches. Pour les autres variétés, le tabac tombait par des trappes ménagées dans le plafond de l’atelier de paquetage. Il y avait 4 types de paquetage : 40, 50, 100 et 500 g. La compression des paquets se faisait par un contrepoids, lui-même levé par pression hydraulique. Le tabac devait être introduit dans ce que l’on appelait l’entonnoir à l’aide de « la main de fer ». La compression du paquet se faisait par un contrepoids. Les ouvrières se plaignaient de l’irrégularité de la compression qui leur faisait faire des paquets de longueur inégale. A la vérification, ces paquets pouvaient être refusés, ce qui avait un impact sur la prime de rendement.

En 1908, l’atelier des machines à cigarettes comportait  15 machines à Élégantes, et 24 pour cigarettes de moindre qualité. Le roulage des cigarettes se faisait en partie à la main et ensuite mécaniquement. Au fil du temps, la manufacture s’est équipée de deux machines à grande production, très rentables en terme de gain de temps de fabrication.

Atelier cigarettes
Ateliers cigarettes
Paquetage des cigares
Paquetage des cigares

Les conditions de travail

Plusieurs documents permettent de mieux cerner le quotidien des ouvriers : les publications nombreuses dans l’Est républicain indiquent les dates des réunions syndicales. Les avis de recrutement montrent quant à eux que la manufacture employait régulièrement du personnel nouveau, tant au niveau des ateliers que pour les services administratifs. Pour cela, des commissions de recrutement étaient organisées et les avis paraissaient également dans le quotidien local.

Du temps de la manufacture provisoire (1862 – 1871), la journée de travail avait une amplitude d’au moins 10 h, mais cela pouvait aller jusqu’à 12h30. La pause déjeuner était systématiquement d’1h30 et les enfants étaient autorisés à prendre 1/4 d’heure pour leur goûter à 16h. Il y avait un jour de repos hebdomadaire, le dimanche.

La vie syndicale

La vie syndicale était en effet importante pour toutes les revendications professionnelles, une grande majorité du personnel étant alors syndiqué. Les plus récurrentes concernaient les salaires et les vêtements de travail. Les questions relatives à la reconnaissance de l’ancienneté et au choix des postes de travail revenaient aussi régulièrement. La notion de syndicat était à cette époque plus large que celle que nous connaissons actuellement. Le bureau avait pour vocation de veiller à la protection des travailleurs mais aussi à leur bien être en organisant différents services.

Bureau du syndicat
Bureau du syndicat

Une grève mémorable a eu lieu en juin 1902, alors que le syndicat de Nancy constitue l’une des 21 fédérations des syndicats des tabacs de France. Une réunion salle Poirel le 6 juin 1902 invite au vote pour grève en raison d’un événement survenu à Paris à la manufacture de Reuilly : une ouvrière de 64 ans s’est vue changée de poste et ne touche plus de ce fait que la moitié de son salaire, après des années de service. Les contestations n’ayant rien donné, les ouvriers syndiqués des 21 fédérations se mobilisent pour dénoncer cette injustice et la fragilité des statuts des ouvriers dans certaines manufactures. À Nancy, le vote de la grève est alors approuvé par 287 des 293 femmes présentes à l’assemblée. La solidarité aidant, la grève dure le temps nécessaire et d’autres droits sont acquis. En 1905 des évolutions importantes marquent la vie des ouvriers, tant sur le plan technique que sur les conditions de travail. Ainsi, les journées sont réduites à 9 heures d’amplitude.

La place des femmes

La manufacture employait en grande majorité des femmes car leur dextérité était appréciée pour différentes étapes de la chaîne de fabrication des cigares et des cigarettes. Dans les premières années, les jeunes filles étaient employées à partir de l’âge de 12 ans. À l’arrivée d’Oscar Wünschendorff à la direction en 1873, la limite d’âge fut repoussée à 16 ans. D’un point de vue national, les manufactures de tabac employaient à l’époque 90 % de femmes.

Les femmes étaient majoritaires dans les ateliers d’écotage et de paquetage et souvent très jeunes. Les hommes travaillaient davantage dans les ateliers nécessitant l’utilisation de machines, et en tant que contrôleurs des travaux effectués par les femmes.

Le paternalisme de Wünschendorff

La vie était très animée malgré les dures conditions de travail. Cependant, une grande solidarité régnait entre les ouvriers et la direction avait organisé plusieurs institutions à caractère social.

Oscar Wünschendorff directeur de la Manufacture des Tabacs de 1873 à 1903 a mené une politique sociale particulièrement active, en fondant, en partie grâce à ses deniers personnels :

  • Une école qui exista jusque 1889, devenant alors école publique dans le cadre de la loi Jules Ferry rendant l’école gratuite, laïque et obligatoire pour tous ;
  • un bureau d’épargne en 1879 pour faciliter les dépôts d’économies et les faire fructifier. En 1888, plus de mille livrets étaient ouverts ;
  • une société de secours mutuels en 1882 dans le but d’inciter le personnel à constituer un fonds de retraite. À partir de 1902, cet organe permet aussi d’apporter une assistance aux travailleurs en cas de maladie. Ce type de caisse était rarement encouragé par le patronat car elle servait en substance à assurer un revenu aux ouvriers faisant grève ;
  • en 1896, la crèche Jeanne Wünschendorffnommée telle en mémoire de  sa fille morte prématurémentrue Baron Louis.

De la fin d’activité et à la réhabilitation

La manufacture des tabacs a fonctionné jusqu’en 1968, date à laquelle son activité est déplacée à Vandœuvre. Restée à l’état de friche industrielle pendant plus de 20 ans, elle fit, à partir de 1984 l’objet d’un vaste programme de réhabilitation.  Entretemps elle accueille le Festival mondial du théâtre universitaire de Nancy. Témoin de ce passé industriel, avec ses emblématiques cheminées toujours en place, les 25 000 m² ont été entièrement repensés pour créer un pôle culturel renfermant : la Médiathèque – ouverte en 1991 – le Centre Dramatique National – Théâtre de la Manufacture (1986), le Conservatoire Régional du Grand Nancy (1987), et le Centre Image Lorraine (1988).

Comme nous l’avons vu, elle a représenté pour Nancy un lieu très important à plusieurs titres : histoire industrielle, économique et sociale . Elle demeure aujourd’hui un complexe architectural imposant et presque intégralement préservé, grâce au savoir-faire des architectes Patricia Henrion et Christian François, chargés de la reconversion du site.

Bibliographie :

Ouvrages :

  •  Règlement de son Altesse Royale, pour la Ferme du Tabac, 1720, (Cote 4356 (36))
  •  Recueil des édits, déclarations arrests et réglemens Concernant la Ferme Générale du Tabac de Lorraine et du Barrois, 1752 (Cote 145)
  • Supplique de François Nicolas, Comte de Bessey, 1787 (Cote ZZ 173.3 6804)
  • Felice, Leçons de droit de la nature et des gens, par M. le Professeur de Felice. Première partie, tome premier. Droit de la nature (Cote 281 221 (1))
  •  Le Noir, Alexandre, Encyclopédie méthodique des arts et métiers mécaniques, Tome huitième de l’encyclopédie, 1782-1791 (Cote 153 278 (8 G))
  •  Encyclopédie méthodique des arts et métiers mécaniques, Planches, 1782-1791 (Cote 153 278 (4 G))
  • Weisbuch, Danièle, Le tabac en Lorraine et les successives Manufactures des Tabacs de Nancy de 1628 à 1872 (Cote 51 218 )
  •  Barbaut, Charles, La Manufacture des Tabacs de Nancy de 1862 à nos jours (Cote 51 219)
  •  Blondel, Spire, Le livre des fumeurs,  gravures de Gustave Fraipont, 1891 (Cote 157 197)
  •  Musée rétrospectif de la classe 91, Manufactures de tabacs et d’allumettes chimiques (matériel, procédés et produits) à l’exposition universelle internationale de 1900, Paris, 1900 (Cote 50 351 (6))
  •  Fête du travail – 7 juillet 1902 – punch offert par le syndicat des tabacs de Nancy à M. Ernest Pantz, industriel maire du xiie arrondissement de Paris, hommage à un homme de bien (Cote 80 290 (1))
  •  Fièvre, Laurent, Les manufactures de tabacs et d’allumettes : Morlaix, Nantes, Le Mans et Trélazé, 2004, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Cote 720 FIE)

Journaux :

  • Nombreuses références dans le Kiosque lorrain
  • L’illustration, juillet 1873 : reportage sur la manufacture des tabacs de Paris avec gravures sur bois (Cote 750 039)
  • Nancy Capitale, n°25, juin 1972 – p.9 (Cote 750 203)
  • Nancy notre ville, 3e trimestre 1987 –  p.19 : Article évoquant le lancement de la démolition des bâtiments de la manufacture côté rue Désilles : coup d’envoi donné par André Rossinot le 13 juin 1987 pour la construction de l’ICN (Cote BM 578)
  • Le Pays lorrain, juin 2011, p. 177 : Article sur Oscar Wünschendorff, Directeur de la Manufacture des tabacs de 1873 à 1903 (Cote 755 762 Bis)

 

Hors collections des Bibliothèques de Nancy :

  • ÉTIENNE (G. ). « La mortalité infantile dans les familles des ouvrières à la manufacture de tabacs de Nancy ». In : Annales d’hygiène publique et de médecine légale, janvier-juin 1897, 3e série, tome 37, p. 526-536.
  • « Connaissez-vous le S.E.I.T.A. ? La manufacture des tabacs de Nancy ». In : Flammes et fumées, printemps 1956, n° 7, p. 13-21.
  • Répertoire des photographes parisiens du xixe siècle, Boisjoly, 2009
  • « Des Usines À Paris : L’industrie À Paris : Une Exposition, Un Colloque, Neuf Conférences et Un Livre’ »<http://lafabriquedeparis.blogspot.com/2013/10/lindustrie-paris-une-exposition-un.html> [accédé le 4 juin 2016]
  • Sur les Scaferlatis, voir l’article Wikipedia
  • Sources et ressources : Archives municipales de Nancy et Centre Image Lorraine

  1. cet album est entré dans nos collections par un don en septembre 2015 []
  2. voir BARBAUT, La Manufacture des Tabacs de Nancy de 1862 à nos jours []

Numériser la presse : le contrôle

La dernière campagne de numérisation de la presse quotidienne régionale ancienne portait sur l’Est républicain pour la période 1919 à 1945. Retour sur les opérations de contrôle mises en œuvre avant le versement en ligne1.

Continuer la lecture de Numériser la presse : le contrôle

  1. le tout est désormais en ligne sur le Kiosque lorrain []

Pendant le chantier, les chantiers continuent

La Bibliothèque Stanislas a connu en 2015 une fermeture de quatre mois pour rénovation partielle et installation de nouveaux services. C’est l’occasion de revenir sur les tâches accomplies par les équipes pendant ce temps.

Continuer la lecture de Pendant le chantier, les chantiers continuent

Les murs ont des oreilles : notes sur Sound of Silence d’Émilie Salquèbre et William Nurdin

Sound of Silence (voici le teaser) est une invitation à déambuler dans les dédales de la Bibliothèque Stanislas, pour y voir et y entendre la bibliothèque autrement : en dehors de ses habitudes, et à l’encontre des associations que suscite traditionnellement le lieu.

Continuer la lecture de Les murs ont des oreilles : notes sur Sound of Silence d’Émilie Salquèbre et William Nurdin

Du maréchal de Boufflers à Jean Ipoustéguy : de nouvelles œuvres lorraines entrent au patrimoine de la Bibliothèque

Achats chez des libraires, en ventes publiques, mais aussi dons de particuliers : le patrimoine écrit et graphique des Bibliothèques s’enrichit chaque année.

Continuer la lecture de Du maréchal de Boufflers à Jean Ipoustéguy : de nouvelles œuvres lorraines entrent au patrimoine de la Bibliothèque

100 romans lorrains : la fiction lorraine ne se porte pas trop mal

Alors que tant de moyens d’information donnent aujourd’hui une autre dimension à la lecture, l’appétit pour le récit romanesque se porte bien ; un succès que l’on doit aux anecdotes relatées dans les textes ayant pour cadre l’histoire  d’une région. Ce sont des promenades accueillantes auxquelles nous convient les auteurs, nous réservant bien des plaisirs : revivre une autre époque, d’autres coutumes, lire d’extraordinaires destins et de belles aventures sous quelques plumes régionales1.

Couverture de Jérôme Thirolle, Les doigts d'or d'Élise
Jérôme Thirolle, Les doigts d’or d’Élise

La fiction lorraine ne se porte pas trop mal

Pas moins de 100 titres de romans ayant pour cadre la Lorraine viennent enrichir le fonds lorrain disponible au prêt à domicile. Ce projet permet de valoriser et de développer une autre forme de lecture pour des usagers désireux de goûter aux aventures lorraines.

Dans leurs sagas rurales ou urbaines, les auteurs nous tissent à travers leurs récits des séquences de vie pour nous faire partager tant les joies et les drames  de leurs personnages.

Qu’ils soient sentimentaux,  historiques ou policiers, que leurs auteurs soient connus ou non, ces textes sont peuplés de héros attachants où l’invitation au voyage est de mise.

Des petits bals aux thrillers

En guise de mise en bouche, il vous est proposé de découvrir ou redécouvrir quelques auteurs bien implantés dans le paysage.

Henriette Bernier nous transporte dans les années 50 dans son roman Bals, petits bals. Après la longue période de rationnement au sortir de la guerre, les héroïnes Juliette et Camille ont envie de rire, chanter et se divertir dans les flonflons et airs d’accordéon des bals populaires.

Couverture de Henriette Bernier, Bals, petits bals
Henriette Bernier, Bals, petits bals

De Michel Caffier, critique littéraire ancien journaliste de l’Est Républicain, on retiendra La Paille et l’osier, où il évoque le destin méconnu des « optants » au lendemain de la guerre de 1870.

Couverture de Michel Caffier, La paille et l'osier
Michel Caffier, La paille et l’osier

Steve Rosa écrit la « chronique d’une mort annoncée » : C’est Bécassine qui assassine entraîne le lecteur dans les rues de Nancy, dans les pas d’une dangereuse psychopathe.

Transportons-nous dans une atmosphère Art Nouveau dans Les amours de Bélisaire de Benoît Gautier qui se fatigue à fixer l’image d’une apparition féminine sous les traits de « Madonna », statue en forme de chauve-souris.

Frédérique Volot nous révèle les secrets de la fabrication du papier mâché dans Pour l’honneur de Blanche. De la manufacture des Frères Adt dit la « Tata » de Pont-à-Mousson à la rencontre avec le Prince Volokhthine, Blanche prend sa revanche sur le destin en retrouvant l’amour et le chemin d’une nouvelle vie.

Couverture de Frédéric Volot, Pour l'honneur de Blanche
Frédéric Volot, Pour l’honneur de Blanche

Ils sont tous là, ou presque

Notre sélection est forcément subjective : nous avons choisi de partager les romans que l’équipe du fonds lorrain a aimés, ou trouvés indispensables pour représenter la Lorraine, son histoire et ses passions.

D’autres auteurs lorrains tout aussi renommés font partie de cette sélection et se trouvent en bonne place sur nos étagères comme le vosgien Gilles Laporte, l’auteur et cinéaste Philippe Claudel, Pierre Pelot, sans oublier Elise Fischer, Nathalie Hug, Paul Couturiau et bien d’autres encore.

Nous faisons le pari que vous allez en découvrir bien d’autres et qu’ils susciteront votre enthousiasme et un engouement : surprises, émotions, frissons et amusements vous attendent.

Mais d’ici là, bonne lecture ….

Couverture de Paul Couturiau, Les silences de Margaret
Paul Couturiau, Les silences de Margaret

M. Moret

 

  1. une sélection de ces romans est à votre disposition en prêt direct en salle Stanislas, armoire G []

La mystérieuse série des Disparates de Francisco Goya

Cachée au milieu des très nombreux trésors de sa collection, la bibliothèque redécouvre aujourd’hui la série des Disparates, connue aussi sous le nom de Los Proverbios, de l’artiste espagnol Fransico de Goya. Cette redécouverte est, en partie,  due au chantier lancé sur les collections d’art graphique de la bibliothèque. Autrefois rangée parmi les ouvrages de la bibliothèque, elle intègre désormais la collection des estampes.

Continuer la lecture de La mystérieuse série des Disparates de Francisco Goya

Madame de Graffigny à la Bibliothèque Stanislas

Du 3 au 5 juillet 2014, au Château de Lunéville, s’est tenu un colloque consacré à Madame de Graffigny1. Ce colloque faisait suite à une importante donation : deux ans auparavant, le bibliophile belge Pierre Mouriau de Meulenacker avait offert au Château la collection personnelle qu’il avait constituée, pas moins de 135 éditions différentes des œuvres de Françoise de Graffigny.

 

Mme de Graffigny, par D'Agoty d'après Garand.
Mme de Graffigny, par D’Agoty d’après Garand. Cote Bmn : FG 3 Graffigny 03

Françoise d’Issembourg d’Happoncourt de Graffigny est née à Nancy, capitale de la Lorraine le 11 février 1695. Elle vécut à Lunéville, proche de la Cour mais, en 1739, partit vivre à Paris. Elle y trouva la mort le 12 décembre 1758.
Habituée du salon de Mademoiselle Quinault où elle rencontre entre-autres Claude Crébillon, Charles Pinot Duclos, Claude Adrien Helvétius et le comte de Caylus elle est aussi amie de Voltaire et de Marivaux. Françoise de Graffigny, est la femme de lettres la plus célèbre du Siècle des Lumières.

C’est avec les Lettres d’une Péruvienne, parues en 1747, qu’elle connaît le succès. Ce roman, très rapidement piraté par ses contemporains, est réédité à de nombreuses reprises jusqu’à aujourd’hui. L’indépendance d’esprit qu’elle prête à son héroïne, Zilia, une jeune péruvienne enlevée par les Espagnols, est une nouveauté audacieuse, inattendue de la part d’une femme en ce milieu du dix-huitième siècle.

Vers 1730, Madame de Graffigny fait la connaissance de François-Antoine Devaux qui fut son ami, confident et correspondant jusqu’à sa mort. Leur correspondance, qui s’étend entre 1738 et 1758, est actuellement en cours de publication par la Voltaire Foundation : le quinzième et dernier volume est en cours de publication.

La Bibliothèque Stanislas, participante au colloque de 2014, a présenté la collection nancéienne des œuvres de Madame de Graffigny : une quinzaine d’éditions anciennes, quelques lettres autographes et une douzaine de portraits gravés, sans compter les éditions contemporaines. La collection nancéienne est abordée sous l’angle des provenances. Cette approche retient aujourd’hui l’attention des historiens, chercheurs et professionnels des bibliothèques et permet souvent d’enrichir nos connaissances quant à la circulation des documents mais aussi quant à la généalogie des collections.

Les œuvres de Madame de Graffigny ont été collectionnées par des bibliophiles en tous genres, vendues par des cabinets de lecture, et acquises très tôt, pour certaines, par les premiers conservateurs de la Bibliothèque royale de Nancy. Les particularités d’exemplaire, reliures et ex-libris, manuscrits ou en vignette, liées aux imprimés, feront l’objet de la première partie. Ainsi irons-nous à la rencontre de sept propriétaires différents ayant laissé leur marque sur les exemplaires nancéiens : la Bibliothèque publique de Nancy, une certaine Mademoiselle Facq, Henri-Georges Boulay de La Meurthe, le Cabinet littéraire de Veret, Jean-Baptiste Thiéry-Solet, Jean de Maupassant, et Henri Carret. Enfin, une note manuscrite de Madame de Graffigny, en forme d’ex-dono, conclura la série. La deuxième partie aura trait à la collection des autographes et des manuscrits et la troisième s’attachera à quelques portraits du fonds iconographique.

Lire en ligne l’article complet.

  1. Les actes du colloque sont à paraître aux éditions Garnier []

Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

Depuis 2011, la bibliothèque Stanislas a entrepris un vaste chantier sur sa collection d’art graphique. Dépoussiérage, conditionnement, reclassement mais aussi repérage des recueils « dits » de gravure qui doivent intégrer la collection. Or ces recueils ne sont pas tous de même nature. Cette typologie d’objet pose problème en bibliothèque. Qu’appelle-t-on exactement « recueil gravé » ? Doit-on considérer le recueil gravé comme un livre ou comme un album d’estampe ? Une question importante car c’est de la réponse à cette question que va dépendre son traitement physique et intellectuel. Il sera difficile d’y apporter une réponse tranchée car « recueil » est l’un de ces mots commodes dont on est incapable de donner une définition exacte mais dont on ne peut se passer1 ».

 

Continuer la lecture de Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

  1. Citations extraite de l’introduction de Maxime Préaud pour l’ouvrage A l’origine du livre d’art, les recueils d’estampes comme entreprise éditoriale en Europe (xviexviiie siècles), Silvana Edidoriale, 2010. []

Numériser la presse : les coulisses

Depuis 2009 la bibliothèque de Nancy réalise une campagne de numérisation par an. En 2013 a commencé le long chantier de numérisation de la presse quotidienne régionale lorraine (PQR), avec dans la foulée la réalisation du Kiosque Lorrain1. La campagne 2014 va bientôt porter à 120 000 le nombre de vues disponibles en ligne. Retour sur ces prestations.

Continuer la lecture de Numériser la presse : les coulisses

  1. Voir à ce sujet ce Billet sur le Kiosque lorrain []

Place des Manuscrits : exposer le manuscrit littéraire

L’édition 2015 du festival littéraire « Le Livre Sur la Place » a été l’occasion pour les bibliothèques de Nancy d’exposer une sélection des manuscrits littéraires lorrains et lettres d’écrivains célèbres conservés dans le fonds des archives et manuscrits. Du 11 au 13 septembre, dans le péristyle du Musée des Beaux-Arts, les visiteurs ont pu voir et lire des textes de Victor Hugo, Edmond de Goncourt, Gyp, mais aussi de Gilles Laporte, Lilyane Beauquel, Jean-Philippe Jaworski, Muriel Carminati et Nicolas Mathieu qui avaient fait l’amitié de prêter un extrait de leur œuvre.

Continuer la lecture de Place des Manuscrits : exposer le manuscrit littéraire

Les archives de l’internet : un patrimoine à préserver

Depuis le 23 janvier 2015, la Bibliothèque Stanislas, pôle associé de la Bibliothèque nationale de France pour le dépôt légal imprimeur, donne accès au patrimoine de l’internet français collecté et conservé par la BnF.

Continuer la lecture de Les archives de l’internet : un patrimoine à préserver

Que fait Stanislas à la Monnaie de Paris ?

La voix libre du citoyen – en polonais Głos wolny wolność ubespieczaiący – est l’une des œuvres politiques et philosophiques de Stanislas 1er conservées à la Bibliothèque-médiathèque de Nancy1. Cet ouvrage, attribué sous réserve au roi Stanislas, aurait été composé en 1738 et imprimé à Nancy en 1749, ou en Pologne, à Torun ou Dantzig2.

Continuer la lecture de Que fait Stanislas à la Monnaie de Paris ?

  1. Cet in-4° porte la cote Rés. 4091 []
  2. Bibliografia Estreichera, T. XXI, p. 218 []

Le Catalogue du Fonds lorrain de Justin Favier : une bible lorraine et sa Concordance

Le patrimoine écrit de la Lorraine possède sa bible, le Catalogue des livres et documents imprimés de la Bibliothèque Municipale de Nancy, dressé et publié sous la direction de Justin Favier, paru en 1898 chez A. Crépin-Leblond à Nancy.

Continuer la lecture de Le Catalogue du Fonds lorrain de Justin Favier : une bible lorraine et sa Concordance

Une enseignante à la Bibliothèque

Durant l’année scolaire 2013-2014, la Bibliothèque a accueilli un professeur des écoles en reconversion professionnelle afin de participer à l’apprentissage de son nouveau métier de bibliothécaire. Elle a été pleinement intégrée à l’organigramme de la bibliothèque au sein de la cellule Action culturelle, avec pour mission la conception et la modélisation des livrets pédagogiques accompagnant les accueils de classes. Cette mission a été dûment remplie, et nous sommes heureux de publier aujourd’hui le bilan de cette « année à la Bibliothèque ».

Continuer la lecture de Une enseignante à la Bibliothèque

Saint-Nicolas s’affiche en Père Noël

Entre la guerre de 1870 et le début de la première Guerre Mondiale, Nancy connaît une période de développement sans égale dans les domaines de l’édition et des arts graphiques. Qu’on songe à la presse quotidienne régionale1, aux cartes postales2, aux revues liées à l’art et à l’industrie3, sans oublier les productions sans nombre de l’éditeur Oscar Berger-Levrault, on reste étonné par la vitalité de la cité durant toute cette période.

Continuer la lecture de Saint-Nicolas s’affiche en Père Noël

  1. « Au début du siècle, on publie à Nancy cinq quotidiens dont l’aire de diffusion dépasse la ville et le département. Le Journal de la Meurthe et des Vosges, monarchiste et conservateur, L’Eclair de l’Est, catholique et libéral, L’Impartial de l’Est surtout lu dans les campagnes, L’Est Républicain, républicain progressiste et L’Etoile de l’Est dont Emile Gallé dessina la manchette, le plus orienté à gauche ». Préface de François Roth pour Nancy 1900 au quotidien : scènes de la vie des Nancéiens. Nancy : Médiathèque de Nancy, 1999. []
  2. Capitale de la France de l’Est, Nancy sera vite baptisée « capitale de la carte postale ». []
  3. Principalement Art et industrie, Nancy artiste suivi de La Lorraine artiste, La Lorraine artiste et littéraire, La Revue Lorraine illustrée, Le Cri de Nancy, Le Pays Lorrain, etc. []

Le fonds patrimonial s’enrichit

La Bibliothèque-médiathèque poursuit depuis de nombreuses années l’enrichissement de son fonds patrimonial selon différentes modalités et a défini pour ce faire une politique d’acquisition du patrimoine écrit et graphique dont voici les grandes thématiques.

Continuer la lecture de Le fonds patrimonial s’enrichit

Une reliure parlante de René Wiener

L’ouvrage du mois

Reliure de René Wiener
Reliure de René Wiener

La reliure ici présentée, qu’on peut dire « au tapis oriental » est une basane claire, à décor géométrique pyrogravé et peint, réalisée par René Wiener (voir d’autres reliures de Wiener).

Continuer la lecture de Une reliure parlante de René Wiener

Revues et albums décoratifs pour les arts industriels : la collection Art nouveau de la bibliothèque.

Si la bibliothèque de Nancy conserve des fonds liés à l’histoire de Nancy et de la Lorraine, elle conserve également l’histoire de ses arts. Sa riche collection d’ouvrages d’art, et en particulier celle se rapportant au mouvement de l’École de Nancy, témoigne d’un passé artistique florissant. Si certaines reliures de la collection sont connues car déjà présentées au public, l’ensemble de la collection Art nouveau de la bibliothèque reste à découvrir. L’occasion de se pencher sur les nombreux albums décoratifs et revues de décoration de cette période.

Retrouvez sur Flickr une sélection de planches des albums cités et de beaucoup d’autres.

Continuer la lecture de Revues et albums décoratifs pour les arts industriels : la collection Art nouveau de la bibliothèque.

Le chantier des collections (2013-2015)

La bibliothèque est un organisme vivant qui doit s’adapter aux changements de son environnement politique et documentaire.

Une étape normale dans la vie d’une bibliothèque historique

La Bibliothèque municipale de Nancy a déjà vécu plusieurs réorganisations profondes de ses collections :

  • entre 1793 et 1803, avec l’arrivée massive des confiscations révolutionnaires : inventaires, signalement, mises à disposition ;
  • dans les années 1890, sous la direction de Justin Favier, qui l’a introduite dans la modernité : rédaction de catalogues, recotation massive, réaménagement ;
  • dans les années 1950, pour se tourner vers la lecture publique : nouvelle recotation des magasins, ouverture des sections de lecture publique

Relativement protégée lors de l’ouverture de la Médiathèque de la Manufacture en 1992, la Bibliothèque Stanislas a vu il y a tout juste un an démarrer un nouveau « chantier des collections », s’inscrivant dans la continuité des précédents. Prévu pour durer au moins 3 ans, il se justifie par l’accumulation des collections et leur dispersion, due aux agrandissements, aménagements et choix successifs de ses directeurs.

Les signets matérialisent les ouvrages du DL éparpillés dans le fonds général
Les signets matérialisent les ouvrages du DL éparpillés dans le fonds général 

3 objectifs

Le premier objectif du chantier ainsi engagé consiste à repérer et rassembler les collections dispersées. Que ce soit par le biais du catalogue (conversion rétrospective, informatisation des collections spécialisées, numérisation des fonds) ou de manière tout à fait matérielle (pose de signets, isolement du dépôt légal), il s’agit d’un travail de fourmi qui requiert l’ensemble des compétences que l’on peut trouver dans une équipe de bibliothécaires, depuis la manutention jusqu’à l’identification d’un ex-libris.

Le deuxième objectif est de traiter les collections selon leur destination : collections patrimoniales ou collections courantes. Le repérage et le tri des collections non patrimoniales (collections courantes du fonds d’étude) permet de dégager des locaux dévolus aux fonds pérennes. Une nouvelle réserve précieuse est en cours d’aménagement pour les manuscrits (5 localisations actuellement) et les estampes (5 localisations également). Il est aussi prévu de rassembler physiquement toutes les collections lorraines dans un magasin et tout le dépôt légal dans un autre.

Enfin, le troisième objectif, à plus long terme, est d’entamer la phase suivante de l’histoire de la bibliothèque : l’étude approfondie de ses collections patrimoniales afin d’en proposer une meilleure valorisation.

Les fiches à trier en vue de la rétroconversion
Les fiches à trier en vue de la rétroconversion, soit plus de 340 tiroirs

5 équipes

Cette grande entreprise de remise en ordre a pu voir le jour grâce à la constitution de 5 équipes, impliquant l’ensemble du personnel de la Bibliothèque Stanislas, qui travaillent simultanément et souterrainement (car rien de tout cela n’est visible du public) à la réalisation des objectifs du chantier des collections :

  • l’équipe « rétroconversion », chargée de préparer et mener à bien l’informatisation de 90 000 notices d’imprimés qu’on ne trouve toujours pas dans le Catalogue collectif de France ;
  • l’équipe « monographies », chargée de chasser dans le fonds postérieur à 1945 tout ce qui ne doit pas s’y trouver, des ouvrages obsolètes aux rara du Fonds lorrain échouées là on ne sait pourquoi ;
  • l’équipe « périodiques », qui dénoue la tapisserie complexe des cotes enchevêtrées entre abonnements vivants, morts, titres du dépôt légal (ou pas, ou plus, ou partiellement) et périodiques régionaux ;
  • l’équipe « fonds lorrain », qui ravaude patiemment sa collection éparpillée au gré du vent, en dépit des quantités de cotes, de travées et de morceaux de magasins déjà identifiés1  ;
  • l’équipe « réserves », qui a pour mission de déployer les imprimés, les manuscrits et le Cabinet des Estampes dans les locaux existants et la meilleure proximité des recommandations concernant la conservation.

Il  s’y ajoute une méta-équipe « rationalisation », composée de l’ensemble des chefs d’équipe ainsi que de quelques collègues qualifiés (responsable du dépôt légal, responsable des collections de lecture publique du réseau) qui planifie, affecte, réaffecte et prévoit sur un plus long terme les déplacements de collections puis les priorités dans la politique documentaire du site et sa politique scientifique.

Les problèmes
Les boites à problèmes

Et dans la réalité…

Le chantier des collections est au quotidien un chantier où l’on fait des trouvailles, où l’on charrie des cartons, où l’on lève les yeux au Ciel, où l’on s’arrache les yeux sur un codage bizarroïde…

Mais on y rit beaucoup et souvent, aussi ; on célèbre les petites étapes franchies ; et bien qu’on soit encore loin d’une parité entre les tonnes de papier déplacées et la quantité de confiseries englouties, on est loin de s’y laisser mourir de faim !

 

 

  1. Le tiers des petits formats n’était pas à l’inventaire : 6000 numéros à ajouter aux registres ; 30% du fonds est passé à travers la campagne de rétroconversion pour des raisons inconnues : un chantier de catalogage de 4000 notices nous attend à partir de 2016. Et tout cela pour un fonds « très bien connu » []

La collection Takashima

Trente cinq livres illustrés comportant près d’une centaine de volumes composent la collection Takashima.

La collection Takashima en quelques mots…

Cette série de livres illustrés avait été léguée au Musée Historique Lorrain par son Conservateur, René Wiener, qui les avait reçus de Takashima à la fin de ses études à l’École Forestière de Nancy. Ce dernier avait résidé à Nancy de 1885 à 1888. Vers 1955, l’abbé Choux transféra cette collection à la Bibliothèque municipale. D’après les notes manuscrites inscrites dans La Grande encyclopédie de Yedo, Michel Huriet, alors en poste à Tokyo à l’Ambassade de France, semble en avoir réalisé l’inventaire. C’est cet inventaire qui a fourni la base d’un catalogage sommaire.

Livres japonais de la collection Takashima
Scènes de la vie à Tokyo. Rés 4823

Les ouvrages, in-octavo et in-quarto, sont aujourd’hui conservés dans la réserve précieuse, sous les cotes Rés. 4823 (1-35). On les retrouve aisément en saisissant le nom « Takashima » dans l’interface de recherche du catalogue Co-libris1. Notons que la mention des formats évoqués est purement indicative, puisqu’à l’évidence, la facture des livres japonais ne répond en rien aux formats européens traditionnellement exprimés en in-8°, in-4° et in-2°.

Dans l’ensemble, la collection offre un bel échantillon du répertoire iconographique traditionnel japonais : scènes de la vie quotidienne, large présence de la nature, faune et flore réunies, et catalogues de motifs décoratifs pour kimonos ou autres supports. Qu’ils soient précieux, c’est le cas de quelques uns, ou relèvent de l’édition populaire, tous reflètent l’intérêt de leur propriétaire pour le dessin. Tous ont été imprimés au Japon entre 1868 et 1888 environ – quelques uns, postérieurs au départ de Takashima de Nancy, ont certainement été acquis par René Wiener et joints à la collection offerte –  et sont donc représentatifs de la production japonaise des débuts de l’ère Meiji (1867) qui voit le pays s’ouvrir à l’Occident.

Le raffinement des images

Les albums xylographiques sont des recueils de gravures, imprimés selon la même technique que les estampes ukiyo-e. Leur histoire est néanmoins plus ancienne que les estampes en feuilles séparées elles-mêmes, puisqu’on en trouve les premiers exemples dès le début du xviie siècle. C’est cependant vers la fin de ce siècle, lors-qu’apparut la gravure à feuille unique, que commencèrent à être publiés des ouvrages xylographiques composés majoritairement d’illustrations, auxquels on donna le nom de ehon ou « livre d’images ».

Livres japonais de la collection Takashima
Album de reproductions. Rés 4823

Ces albums connurent une évolution technique comparable à celle des estampes et furent publiés en grand nombre par les peintres de l’école ukiyo-e. Les amateurs rivalisèrent entre eux pour soutenir, à grand frais, la publication de ce genre de recueils qui avaient parfois un caractère privé. C’est pourquoi on trouve dans ce domaine de nombreux ouvrages d’un grand raffinement technique et d’une haute valeur artistique, qui dépassent souvent la qualité des estampes à feuille unique, produites en grande quantité et à bon marché. Outre le travail de la gravure, de la mise en couleurs, on observera celui du papier. Ces points nous amènent à parler de la composition matérielle des ouvrages et à mettre en évidence les problèmes liés à la prise de vue photographique lorsqu’on veut reproduire les images contenues dans de tels livres.

Composition matérielle et difficultés de lecture

Deux problèmes essentiels se posent.  Le premier est lié aux difficultés de manipulation des livres en raison de la nature des reliures. Le second découle directement de ces difficultés et oblige à se poser la question du respect de l’intégrité artistique des images. Tentons une explication concrète.

Les livres japonais se présentent principalement sous deux formats différents. Le format en accordéon offre l’avantage de présenter chaque image à plat. Que le papier soit très fin ou qu’il soit fort, voire cartonné, le feuilletage est aisé, les images n’ont pas besoin du secours des mains pour se maintenir à plat. Dans le cas présent, la prise de vue photographique peut s’opérer sans difficulté. Voilà de quoi satisfaire l’œil du lecteur et simplifier le travail de l’opérateur. Cependant, la forme de reliure la plus représentée dans la collection Takashima est celle baptisée « reliure à la chinoise » ou « reliure à la japonaise ». Ce type de reliure s’apparente davantage au brochage qu’à la reliure proprement dite. Rapide, facile d’exécution, très peu coûteuse, elle consiste à assembler les feuillets en pratiquant quatre ou six perforations sur le bord gauche des feuillets, puis à passer un fil de couture ou un ruban pour les lier. Le procédé est simple mais il réduit la possibilité d’ouverture du livre. Ce dernier doit être maintenu et ne peut être mis à plat, sauf à vouloir l’écraser ce qui entraîne la rupture des coutures. On voit par là que le travail de reproduction photographique s’en trouve compliqué.

Livres japonais de la collection Takashima
Suite de paysages, Osaka. Rés 4823

Cette difficulté est loin de constituer un détail car, nombre d’illustrations sont composées pour occuper les deux feuillets. Nous n’avons pas affaire à une image pliée en deux puis cousue. Bien souvent, une image est constituée de deux gravures dont la lecture s’opère visuellement par rapprochement du feuillet gauche avec le feuillet droit, après la reliure. Le dessin des deux gravures est donc composé dès l’origine en intégrant la problématique dimensionnelle et matérielle de la reliure. Ayant pris conscience de ces difficultés matérielles, et de la fragilité intrinsèque des livres ainsi conçus, on comprendra pourquoi le photographe est, plus souvent qu’à l’envie, contraint à ne reproduire qu’une partie de l’image, la droite ou la gauche, selon la composition artistique. Aux yeux de l’artiste, c’est une hérésie car on prend le détail pour le tout : la moitié de l’image, ce n’est pas l’image ! Dans les compositions asymétriques, la reproduction privilégiera la partie la plus riche au détriment de la plus sobre, détruisant ainsi l’équilibre subtil et savant de la composition. Ces précisions dites, on trouvera encore un plaisir et un intérêt certains à consulter la galerie d’images sélectionnées dans l’ensemble de la collection Takashima. On vérifiera qu’elles nous parlent bien de la passion du dessin qui animait le personnage.

 Qui était Takashima ?

 Tokouso Takashima2 naquit le 26 Septembre 1850 à Haghi, à l’extrémité sud-Ouest de l’île Niphon (aujourd’hui Honshu), une des principales îles de l’archipel japonais. Issu de la noblesse, fils de médecin, il vit à une époque de profonds bouleversements pour le Japon, époque marquée par l’avènement de l’ère Meiji, du nom de son empereur. L’ère Meiji (1868-1912) est caractérisée par l’ouverture au monde extérieur du Japon, permettant au pays d’entrer dans l’ère industrielle, et de sortir d’un régime essentiellement féodal, le régime de shogounat, qui avait fermé le Japon à toute influence étrangère pendant 250 ans. M. Takashima père appartenait à la classe des samouraïs, le second rang des cinq qui composaient la société japonaise.

Lithographie de Edmond Auguin (25 decembre 1887)
Lithographie de Edmond Auguin (25 decembre 1887)

De ce fait, Tokouso bénéficie d’une éducation traditionnelle extrêmement poussée, où la calligraphie du chinois et du japonais ancien occupe une place importante, à côté de disciplines plus usuelles : histoire, géographie et surtout sciences naturelles. Il fait un cursus classique et termine ses études à 20 ans, à la suite de quoi, après un court passage dans l’armée, il se rend à Tokyo pour s’y perfectionner dans l’étude des sciences et des méthodes européennes. Nous sommes alors en 1870, au commencement de l’ère Meiji. Il entre ensuite dans une école particulière où il approfondit la botanique et la géologie, cependant qu’il s’initie à la connaissance du latin usité pour les classifications en sciences naturelles.
Au bout de trois ans de ces études supplémentaires, il est attaché en 1867 au service du Ministère de l’Agriculture, constitué alors sur le modèle des administrations européennes. Pendant deux ans, dans ses nouvelles fonctions, il poursuit ses études de botanique et commence ses propres travaux. A vingt-sept ans, accompagné d’un peintre dessinateur, il parcourt le Japon pendant sept ans. De ce périple, il tirera la matière d’un Traité descriptif de la flore japonaise et d’une Carte forestière du Japon. Ces travaux attirent l’attention de son gouvernement qui le désigne pour accompagner, à titre de commissaire adjoint, une exposition en Écosse en 1884. Le succès de cette exposition lui vaut  une nouvelle mission de trois ans en Europe, afin d’y étudier le fonctionnement des administrations européennes.

En 1885, il arrive à Nancy où il suit les cours de l’École Forestière. Il y apprend le français et fait don à l’École forestière des planches et cartes de sa main. Il se lie d’amitié avec Émile Gallé, Louis Hestaux, Camille Martin et René Wiener et diffusera largement ses dessins dans les milieux artistiques de Nancy. C’est dans la revue Nancy-Artiste qu’apparait pour la première fois, le 13 décembre 1885, le nom de Takashima. On l’y retrouve chaque année jusqu’à son départ de Nancy.  Il figure au catalogue du Salon de Nancy de 1886, c’est-à-dire à l’exposition organisée par la Société des Amis des Arts, dans une salle de l’actuelle bibliothèque municipale3. En 1888, il rentre au Japon, où il devient Directeur des forêts. A son départ, il laisse quatre-vingt-dix-huit de ses œuvres à quarante-deux amateurs nancéiens, outre les planches données à l’École forestière.
Passé le premier engouement dû davantage à la mode du japonisme, en plein essor à son arrivée en France, et au côté « exotique » de son apparence, les témoignages retrouvés sur l’homme font apparaître un esprit ouvert, chaleureux, à l’humour discret, un peintre au talent plein de finesse et de sensibilité, sachant concilier tradition et nouveauté. « Il n’est pas douteux que Tokouso Takacyma fut un facteur, sinon essentiel, du moins non totalement négligeable, du développement de l’influence japonaise pour les créations et le mouvement artistique alors en gestation dans la ville »4

Livres japonais de la collection Takashima
Album de reproductions. Rés 4823

 

Regards actuels

Les liens de la ville de Nancy avec le Japon sont aujourd’hui très vivants. La ville de Kanasawa est jumelée à la nôtre depuis 1973. Les touristes japonais ne manquent pas de visiter, entre autres lieux ou monuments, le Musée de L’École de Nancy, le Musée des Beaux-Arts de Nancy,  et, plus spécifiquement, chaque année, des universitaires font le voyage pour venir étudier les traces laissées par Takashima à la fin du xixe siècle. L’arrêt « Bibliothèque Stanislas » est incontournable car, si Takashima n’y a pas laissé d’œuvres de sa main, les livres qui composaient sa petite bibliothèque japonaise sont aujourd’hui très recherchés et ne laissent pas de nous étonner. Les collections de livres japonais illustrés sont rares en France. La Bibliothèque Nationale de France peut se targuer d’en conserver, mais il faut ensuite porter son regard vers les institutions plus spécialisées comme le Musée Guimet par exemple.
Par ailleurs, on ne peut ici évoquer les artistes de l’École de Nancy et les liens avec le Japon sans citer René Wiener (1855-1939) et le renouveau qu’il a impulsé dans le domaine de la reliure d’art. On verra dans un prochain carnet d’Épitomé comment le japonisme a marqué son travail avec quelques reliures japonisantes conservées à la Bibliothèque Stanislas.

Galerie d’images

 

Bibliographie

François LE TACON et Pierre VALCK, éd., Emile Gallé : l’amour de la fleur, Nancy : Ed. Place Stanislas, 2008.
Enkunobu YAMANE, « L’influence du japonisme dans l’œuvre d’Émile Gallé », dans Annales de l’Est, 2005, n° spécial.
Cent ans après, le retour d’un japonais à Nancy : Takashima Hokkai, 1850-1931 [expos., Nancy, 1987], « Cahiers du Musée des Beaux-Arts de Nancy », n°2.
Hokkai Takashima [expos., Shimonoseki, 1986], Shimonoseki  City Art Museum, 1986.
Françoise-Thérèse CHARPENTIER, « Un japonais  à Nancy au xixe siècle : Tokuso Takacyma, 1850-1931″ dans Le Pays Lorrain, 1979, n°1, p. 1-12.
Françoise-Thérèse CHARPENTIER, « Quand on naissait japonais à Nancy », dans Le Pays Lorrain, 1962, p. 29-31.

  1. Deux ouvrages japonais, un in-folio coté 690 065, et l’ouvrage cité plus haut, Edo ō setsuyō Kaidai Kura = Grande encyclopédie de Yedo, Tokio : Libr. continentale, 1865-66, coté Rés. 4560, n’ont peut-être pas appartenu à Takashima. Cette dernière a été donnée par la Société de Géographie de L’Est []
  2. On trouvera selon les sources Hokkai ou Tokouso, Takashima ou Takacyma. []
  3. En effet, elle n’avait pas encore subi les grands travaux qui placeront la salle de lecture, avec ses boiseries baroques, à l’étage noble, et elle accueillait nombre de manifestations artistiques ou politiques []
  4. « Un japonais  à Nancy au xixe siècle : Tokuso Takacyma, 1850-1931″ dans Le Pays Lorrain, 1979, n°1, pp. 1-12. []

Lisinka Poirel, la “femme hirondelle”

Au sein de la collection Victor Poirel de la Bibliothèque se trouve un album d’aquarelles remarquables et touchantes constitué par sa femme, Lisinka (1808-1885).1

Les Poirel, voyageurs et collectionneurs d’art

Petite-fille du sculpteur lorrain Barthélémy Guibal, Elisavetsa2, dite « Lisinka », est née à Moscou où sa famille avait émigré à la mort de Stanislas. Très tôt sensibilisée à l’art grâce aux visites des galeries de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, elle a reçu ‘une éducation bien supérieure à celle des jeunes filles lorraines qu’elle côtoie, à compter de 1818, à Pont-à-Mousson et Lunéville, où ses parents sont rentrés en raison de la guerre franco-russe : elle maîtrise l’italien, la musique, le chant, le dessin et la peinture. A 25 ans, elle rencontre Victor Poirel, jeune et brillant  ingénieur des Ponts et Chaussées, alors en poste à Alger. Ils se marient en 1834.

Aussitôt, ils repartent pour l’Algérie où Victor est chargé de divers travaux portuaires à Alger, Bône et Oran. Les rues, les intérieurs et les harems d’Alger deviennent familiers à la jeune femme, qui a appris l’arabe et parvient à être accueillie au sein des familles. Elle excelle dans les portraits de Kabyles, Maures et émaille ses croquis d’annotations. Dans un petit atelier, elle réunit depuis 1837 un  groupe de jeunes peintres et dessinateurs3.

Dessin de Lisinka Poirel
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, 29 mars 1853.

Une brève mission à Caen reconduit le couple en France en 1841. C’est à Ouistreham que Lisinka commence à rassembler ses dessins d’Algérie ; de retour à Alger, elle constitue alors une collection d’objets d’art oriental, dans le but de créer une « chambre mauresque » dans la demeure familiale de Rosières-aux-Salines. A nouveau en France en 1846, elle fait de cette pièce une évocation de la maison de campagne algéroise, qui avait pour nom Aïn Lezerach  “La source Bleue”. Elle inspirera leur ami Charles Cournault4 pour l’aménagement intérieur de sa demeure de Malzéville, La Douëra. En 1847-1748, Lisinka et Victor5 sillonnent la Turquie.

Entre 1852 et 1862, les Poirel vivent entre la France, où Lisinka tient salon à Paris l’hiver, et se repose à Rosières l’été, et l’Italie, où Victor, chargé de l’aménagement du port de Livourne, amasse une magnifique collection de tableaux, principalement de l’École vénitienne, tels Titien, Véronèse, Le Tintoret. Plus d’une centaine de toiles seront installées à Rosières, dans une galerie spécialement aménagée. Quant à Lisinka, jusqu’en 1870, elle fréquente assidûment les galeristes et antiquaires parisiens, auprès desquels elle acquière des estampes rares, comme des gravures de Jacques Callot et des œuvres de Grandville.

Sans enfant, après la mort de Victor en 1881, Lisinka Poirel décide en 1884 de léguer une partie de ses biens à la Ville de Nancy : collection de tableaux, dotation pour la construction d’une salle de spectacles (inaugurée en 1889), collection de livres6, d’estampes et de photographies. Ces œuvres viennent enrichir les collections des musées et la bibliothèque de la ville. En  juillet 1885, s’éteint Lisinska Poirel, artiste voyageuse, femme indépendante et esprit curieux, surnommée par ses amis la « femme-hirondelle ».

Les albums de Lisinka

Dessin de Lisinka Poirel
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, décembre 1848.

 

Aquarelle originale de Lisinka Poirel (Rés.  )
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, 18 décembre 1847.

On trouve à la Bibliothèque nationale de France un album rassemblant les aquarelles de Lisinka, longtemps attribué au peintre orientaliste Théodore Leblanc7, et celles de ses amis peintres. Un autre album d’aquarelles d’Orient, de paysages et personnages de Turquie, d’Afrique et de Normandie est donné à la bibliothèque municipale de Nancy avec le reste de la collection de livres, d’estampes et de photographies des Poirel. Là aussi, les œuvres de Lisinka  sont mêlées à celles de Théodore Leblanc, Dieudonné-Barthélémy Guibal, son père, Louis Roguin, Dévéria, Valentin, Aimé de Lemud.

Ses aquarelles fixent les habitants et les rues d’Alger, et ses portraits sont d’une extraordinaire précision, exprimant en fresques hautes en couleur les premières étapes de la présence française en Algérie. Témoignages de l’engouement de la France pour l’orientalisme et l’exotisme en ce milieu du xixe siècle, elles trouvent un écho dans les toiles d’Eugène Delacroix, Horace Vernet, Eugène Fromentin, les gravures de Raffet, dans les romans et récits de voyage de Théophile Gautier et Gérard de Nerval.

Les aquarelles de Lisinka datent de son installation à Ouistreham. Loin de la vie agitée d’Alger, elle garde présentes à l’esprit les scènes colorées des rues de la cité, qu’elle retranscrit avec soin, d’après les indications portées au dos de ses croquis. Elle suit également les conseils avisés de Delacroix pour restituer la luminosité dans les paysages de cieux. C’est à son retour en France en 1849, après son voyage en Turquie qu’elle présentera à ses amis lorrains les Albums d’Afrique, où elle a rassemblé toutes ses aquarelles.

 

 

Pour en savoir plus sur Victor et Lisinka Poirel :

Marc GENY, Victor Poirel (1804-1881), Nancy, 1970 (2 vol. dactyl.).
Agnès GUIBAL, Album d’une vie : Lisinka Poirel, P.U.F. 1989. (consultable à la bibliothèque Stanislas, cote 8 261)
Laurence VINCENT et Eve SISMONDINI, Lisinka Poirel : la femme hirondelle [expos., Nancy, 2009]
Voir une sélection des dessins des Albums

 

  1. article réalisé à partir du travail de Laurence Vincent et Eve Sismondini []
  2. notice d’autorité BnF : Poirel, Lisinska (1808-1885); forme rejetée : Guibal, Lisinska Elisavetsa []
  3. Louis Roquin, Charles Mayer, François Mourre, Henri Reynaud… autour de Théodore Leblanc []
  4. Charles Cournault (1815-1904), artiste peintre, conservateur du Musée lorrain à Nancy, exécuteur testamentaire d’Eugène Delacroix; il en héritera « tous les objets venant d’Alger, […] » , où lui-même a séjourné. []
  5. Victor Poirel avait été pressenti pour un projet d’aménagement de la rivière Maritza, qui ne parviendra pas à réalisation []
  6. environ 800 ouvrages porteurs d’un ex-libris représentant la signature de Victor Poirel, au timbre humide []
  7. Lisinska Poirel n’a signé ni dessins, ni aquarelles, ce qui peut expliquer cette erreur d’attribution []

Histoire et collections de la Bibliothèque de Nancy