Des Andes au jardin potager : petite histoire de la pomme de terre

Le Musée de l’Image à Epinal a ouvert le 19 mai dernier une exposition consacrée à l’histoire du jardin potager. Pour cette occasion, la Bibliothèque Stanislas a prêté le célèbre ouvrage de Jean-Baptiste de la Quintinie, Instructions sur les jardins fruitiers publié en 1697.

 

Le Solanum tuberosum dans l'ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)
Le Solanum tuberosum dans l’ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)

De très nombreux autres ouvrages conservés à la bibliothèque permettent de retracer l’histoire de notre pratique potagère et fruitière. L’occasion de revenir sur l’histoire de ces légumes incontournables au jardin potager, à commencer par la pomme de terre.

Pomme de terre, qui es tu ?

Premier légume consommé en France et en Europe, la pomme de terre est une des bases de l’alimentation des habitants d’un grand nombre de pays tempérés. Pourtant, il y a 400 ans, elle était inconnue en Europe et en Asie.

Elle a été définitivement nommée par Linné en 1753 comme Solanum tuberosum. Elle appartient à la grande famille botanique des solanacées, qui comprend des espèces aussi variées que le tabac, le piment, la tomate, l’aubergine, le poivron, le pétunia, la mandragore, la morelle ou le physalis.

On connaît environ 200 espèces de solanacées tubéreuses. Toutes originaires d’Amérique du Sud, on trouve les variétés originelles dans les Andes (Pérou, Bolivie) où plus de 100 espèces sauvages on été recensées et où l’on connaît plus de 400 cultivars de pommes de terre indigènes.

C’est une plante vivace par ses tubercules, mais nous la cultivons surtout comme annuelle.

Histoire de la domestication de la pomme de terre.

On pense que la pomme de terre, comme d’autres plantes à tubercules, a été domestiquée au cours d’une période avoisinant 8 000 ans av. J-C. Il s’agissait d’abord d’espèces sauvages. Ces espèces sauvages ont souvent un goût amer et contiennent plus où moins de substance toxiques. Les amérindiens, par la cueillette, la sélection de tubercules moins amers, moins toxiques, ont commencé la domestication. Ce sont ces tubercules là que les Européens découvrent lors de la conquête de l’Amérique du Sud.

On retrouve les traces de la consommation de la pomme de terre en Amérique du Sud dans les fouilles archéologiques précolombiennes : des vases représentant la pomme de terre dans des tombes par exemple. Il y a aussi, dans le culte des civilisations précolombiennes, la déesse Axomama, mère de la pomme de terre (comme il y avait la mère du maïs ou du quinoa).

La découverte par les espagnols.

Les Espagnols après la découverte du nouveau monde, s’établirent dans les Caraïbes et en Amérique Centrale. Les premières pommes de terre ont probablement été découvertes autour de 1530-1540, mais c’est en 1553 qu’un conquistador va en faire pour la première fois la description. C’est Pèdro Cieza de Leon, qui, dans sa longue marche à travers les Andes, écrira dans sa Cronica del Peru publiée en 1553 : « Dans les lieux voisins de Quito les habitants ont, avec le maïs, deux autres plantes qui leur servent en grande partie à soutenir leur existence, savoir : les papas, à racines presque semblables à des truffes, dépourvues de toute enveloppe plus ou moins dure ; lorsqu’elles sont cuites, elles ont la pulpe presque aussi tendre que la purée de châtaignes ; séchées au soleil on les appelle Chuno et on les conserve pour l’usage… ».

Son introduction en Europe.

Il n’y a pas de date précise concernant l’arrivée de la pomme de terre en Europe. Par contre on pense que les tubercules sont arrivés par deux portes d’entrée : l’Espagne (à partir des îles Canaries, première mention de transport de pomme de terre vers Anvers en 1567) et les îles britanniques, car les britanniques avaient fondé à la fin du 16e une colonie en Virginie (introduction en Angleterre vers 1590).

La pomme de terre, dans l'ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)
La pomme de terre, dans l’ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)

Le personnage clé dans la diffusion de cette plante à travers les jardins européens fut incontestablement le botaniste français Charles de l’Ecluse. En 1588, il reçoit deux tubercules et un fruit de pomme de terre. Puis l’année suivante il reçoit une aquarelle représentant un pied de pomme de terre. Il correspondait avec de nombreux autres botanistes dont le suisse Caspar Bauhin qui en fit la première description en 1598 et John Gerarde qui en imprima les premières illustrations (1596) et lui donna le nom de Solanum tuberosum. La mise en culture de cette plante date d’au moins vingt ans avant ces premières descriptions. 

Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)
Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)

Les premières mentions de la culture en Irlande datent de 1606 et ne cessent de se développer tout au long du 17e siècle. En 1780, on signalait une consommation moyenne de 3,5 kg par personne.

Comme souvent c’est pendant les guerres et les conquêtes que les soldats et fantassins amènent de nouvelles plantes. Avec la guerre de Trente ans commencée en 1617, la pomme de terre se diffuse en Allemagne et en Prusse. Toutes les descriptions à cette époque parlent de truffe de terre.

La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)
La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)

Introduction en France.

C’est dans l’est de la France que l’on signale les premières cultures de pomme de terre. Probablement arrivées par la Suisse, on signale dès le début du 16e siècle des cultures en Bourgogne et en Ardèche. Puis à la fin du 16e siècle, dans les Vosges lorraines, venant probablement d’Alsace. Au 18e siècle de nombreux textes apparaissent et enseignent la culture de la pomme de terre, notamment Le bon jardinier, édition de 1785. La production commence à se développer dans certaines régions. A Saint-Dié des Vosges, en 1758, on atteint une production d’environ 2000 tonnes de pommes de terre. A cette époque, on considérait la production de pommes de terre comme destinée aux pauvres.

Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)
Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)

Les disettes et famines étaient encore fréquentes à l’époque, liées aux mauvaises récoltes céréalières. Au 18e siècle, avec l’engouement de l’élite pour l’agriculture, les scientifiques et agronomes cherchaient un moyen d’éliminer les disettes. En 1769 et 1770, une terrible famine toucha la France. L’Académie de Besançon proposa un concours scientifique : « Indiquez les végétaux qui pourraient suppléer en cas de disette à ceux que l’on emploie communément à la nourriture des hommes et quelle en devrait être la préparation ».  Parmentier obtient le premier prix en proposant la pomme de terre. Pour convaincre le roi, il offre à Louis XVI un panier de tubercules qui sera préparé à la table du roi. Pour convaincre les savants il offre un dîner où sont proposés plus de 20 plats à base de pomme de terre. Pour convaincre les citadins, il fait garder de jour, mais pas de nuit, un grand champ de culture de pommes de terre. Pensant cette plante précieuse, les citadins volent des tubercules la nuit. De cette manière, Parmentier réussit à convaincre l’ensemble de la population de la qualité alimentaire et culinaire de cette plante.

Recherche sur les végétaux nourrissans..., Parmentier, 1781 (303 209)
Recherche sur les végétaux nourrissans…, Parmentier, 1781 (303 209)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)

La création variétale.

Au cours du siècle suivant, les scientifiques vont travailler progressivement à l’adaptation des variétés aux conditions de culture européennes et au goût des européens. Au XIX e siècle on assiste à une véritable explosion variétale. En 1777, on décrivait plus de 40 variétés, en 1810 110 variétés, en 1846 la catalogue Vilmorin en rassemble 177, celui de 1880 en propose 630. En 1920 on dépasse 2000 variétés. Avec l’industrialisation d’après-guerre, beaucoup ont disparu mais des spécimens sont conservés pour la création de nouvelles variétés.

Aujourd’hui on tend à retrouver ces variétés anciennes qui offrent une grande diversité de goûts, de couleurs, de formes ainsi que des résistances à des maladies ou des ravageurs.

Bibliographie :

Pitrat (Michel) et Foury (Claude), Histoires de légumes : des origines à l’orée du XXIe siècle, INRA, 2003. (cote DLI-467 067)

Peltre (Jean-Marie), Ces plantes que l’on mange, Chêne, 2009

Bloch-Dano (Evelyne), La fabuleuse histoire des fruits et légumes, Grasset, 2011

 

Nabécor

Une des bibliothèques de proximité du réseau des Bibliothèques de Nancy est implantée depuis peu rue de Nabécor. L’occasion de faire un rapide historique de ce quartier et de ce nom aux consonances étranges !

Nabécor, une origine énigmatique

Longue d’environ 600 mètres, la rue de Nabécor est située dans un des anciens Faubourgs de Nancy. Elle permet de relier l’avenue de Strasbourg à la rue du maréchal Oudinot. La partie qui nous intéresse se trouve dans le Faubourg Saint-Pierre. Dans l’organisation de la ville à la fin du xixe siècle, on compte huit faubourgs.

Eglise Saint-Pierre, Nancy monumental et pittoresque (70 038)
Eglise Saint-Pierre, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

Ce faubourg, situé aux limites de la ville, fonctionnait alors comme un village indépendant. Au xiiie siècle, il était majoritairement habité par les vignerons et les jardiniers de Nancy. Les Carmes et les prêtres de la Communauté de Saint-Sébastien y étaient propriétaires d’une partie des maisons d’habitation et des terrains . À l’époque moderne, ils furent rejoints par les jésuites et les prêtres de la mission. L’existence d’un ruisseau permettant de s’approvisionner en eau et d’irriguer les cultures explique sans doute l’installation de ces communautés.

L’origine de l’appellation « Nabécor» est matière à controverse. Selon Christian Pfister1, il s’agissait peut être d’une personne, Albert et d’un lieu planté de noisetiers, « corl » trouvant son étymologie dans le mot latin corylus : « le champ de noisetiers appartenant à Albert ».

Nabécor peut aussi s’expliquer par  l’emplacement géographique du lieu : Ambescote, « en bas de la côte », relativement à la position de quartier en contrebas du domaine de Saurupt situé sur une colline2.

D’autres historiens pensent que la rue tient son nom du ruisseau évoqué ci-dessus prenant sa source sur les hauteurs de Vandoeuvre, vers Rémicourt, contigu au château du Charmois.  Ce cours d’eau forme le long de la rue du Maréchal Oudinot l’extrême limite du territoire de Nancy3. Cette version semble la plus pertinente.

Le développement urbain

Dans la seconde moitié du xixe siècle, le faubourg s’étend à la faveur de deux infrastructures propices à son développement : le passage de la voie ferrée à proximité (quai de la Bataille et quai René ii), et la construction du Canal de la Marne au Rhin. L’annexion de l’Alsace-Moselle en 1871 favorise l’installation d’industriels dans ce secteur de la ville. Les maisons d’habitation voient alors le jour de part et d’autre de l’axe principal constitué par l’avenue de Strasbourg, rebaptisée par la suite dans sa seconde partie en avenue du maréchal de Lattre de Tassigny.

De nos jours, le quartier Saint-Pierre abrite plusieurs lieux ou édifices remarquables.

Les lieux remarquables du quartier

Un beau jardin public de deux hectares est accessible depuis l’avenue de Strasbourg, le Parc Olry. Il est situé sur une ancienne léproserie et appartient à Achille Olry (1821-1903), avocat de profession et amateur éclairé de botanique. En 1913, ce bien est légué à la ville, à condition que l’espace soit ouvert au public. Dans les années 20, Nancy fait l’acquisition de deux terrains contigus permettant d’étendre la surface du futur jardin public et d’implanter les serres municipales. Ouvert en 1924, son entrée monumentale  est constituée d’un imposant portail du  XVIIIe siècle provenant de l’Hôtel de Mahuet (rue Saint-Dizier).

 

Nancy, Eglise de Bonsecours (P-FG-CP-01079)
Nancy, église de Bonsecours (P-FG-CP-01079)

L’édifice emblématique du quartier est l’église Notre-Dame de Bonsecours. Elle a été érigée en lieu et place d’une chapelle datant de 1477, construite en mémoire des nombreux soldats ayant péri au cours de la bataille opposant René ii et ses troupes à l’armée bourguignonne de Charles Le Téméraire. L’actuelle église baroque de Bonsecours  est l’œuvre d’Emmanuel Héré, architecte de Stanislas. Ce dernier voulait faire de cet édifice religieux, dont il posa symboliquement la première pierre en 1738, la nécropole de sa famille. On y trouve en effet les sépultures de Stanislas  de son épouse Catherine Opalinska, et le cœur de leur fille, Marie Leszczynska.

Emmanuel Héré est également chargé par Stanislas de la conception d’un hôtel de la Mission Royale  connu également sous le nom  d’ ancien grand séminaire, situé face à l’église Saint-Pierre.

Grand séminaire de Nancy - cour d'honneur, Nancy monumental et
Grand séminaire de Nancy – cour d’honneur, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

L’église Saint-Pierre, de style néogothique date de la fin du xixe siècle. Pour des raisons financières, le deuxième clocher n’a jamais été achevé. La pureté de ses lignes contraste fortement avec le milieu urbain.

De part et d’autre de l’avenue de Strasbourg, l’ancien faubourg Saint-Pierre est doté de plusieurs établissements hospitaliers.

Hôpital civil, Nancy monumental et pittoresque (70 038)
Hôpital civil, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

L’Hôpital central, érigé en 1879 sur les plans de l’architecte Prosper Morey, a connu une importante extension en 1998. Initialement nommé Hôpital Civil, il change de désignation en 1931. Le projet d’origine vise à la fois la rationalisation de l’espace avec l’organisation de soins par secteurs et le respect des règles hygiénistes  prônées à cette époque. Il s’agit de faire la part belle à la luminosité en prévoyant de grandes ouvertures.

Nouvel hôpital de Nancy : plan du rez-de-chaussé. collection Archives municipales de Nancy

Quant à la maternité régionale qui ouvre en 1929, elle tient son nom de l’obstétricien renommé Adolphe Pinard (1844-1934).

 

 

  1. Histoire de Nancy, T.1, 1902, p. 25 . []
  2. Abbé Marchal, Origine probable du nom de Nabécor donné à un canton du Faubourg Saint-Pierre de Nancy, 1869. []
  3. Charles Courbe, Promenades historiques à travers les rues de Nancy au xviie siècle, à l’époque révolutionnaire et de nos jours : recherches sur les hommes et les choses de ces temps, Nancy, 1883 ; Émile Badel, Dictionnaire historique des rues de Nancy, 1904. []

Le fonds Nancy sur Gallica : phase de contrôle

Il y a quelques mois, nous déposions sur le site de la BnF de Bussy-Saint-Georges 10 caisses contenant quelque 200 livres  du fonds Nancy.

 

Dans le cadre du programme de dématérialisation des collections des bibliothèques partenaires 2014-2017, ces livres sont aujourd’hui numérisés, et en ligne sur Gallica.
Mais la fin de cette étape amorce pour nous le démarrage de la phase de contrôle.

Pointage et contrôle de l’état des documents

Les documents qui nous reviennent à la fin de cette prestation doivent être consciencieusement déballés et pointés. Des milliers de livres provenant de nombreux établissements se côtoient sur les chaînes de numérisation de la BnF sans jamais se mélanger… du moins en théorie. Il nous appartient donc de vérifier s’ils sont tous revenus. Les livres ont conservé leur emballage de papier bulle afin de ne subir aucune dégradation durant le transport.

Chaque livre contient sa fiche descriptive, qui comporte les indications sur l’état dans lequel le livre à été confié. A-t’il été endommagé lors des manipulations pour les prises de vue ? Si oui, ces dégradations étaient elles inévitables, ou résultent elles d’une mauvaise manipulation du document ? Il nous faut en juger, en gardant à l’esprit que chaque document appelle une analyse spécifique. Par exemple, un livre dont le dos était rigide et durci verra forcément son degré d’ouverture contraint lors de la prise de vue. Les dégâts qui ont pu être occasionnés alors sont inévitables et ne résultent en aucun cas d’une erreur de la part de nos collègues des chaînes de numérisation.

Contrôles croisés

Tandis que nos collègues de la Bnf travaillent à verser quotidiennement les livres numérisés dans Gallica, nous avançons sur plusieurs étapes en même temps.

Sur Gallica

  • vérifier, pour chacun des titres, si le document est bien en
    ligne ;
  • vérifier également les informations bibliographiques : le titre correspond-il ? L’année d’édition ? L’auteur ?
  • dans le cas de recueils, bien que reliés ensemble, et numérisés en un seul tenant, contrôler que chaque titre fait bien l’objet d’un document à part entière ;
  • s’assurer que les liens fonctionnent, que le renvoi vers la notice bibliographique du  catalogue de la BnF correspond au titre numérisé ;
  • vérifier les pages dépliées, qui ont été numérisées ouvertes, cartes et autres gravures qui dénotent du corpus ;
  • tester enfin l’OCR en faisant des requêtes en plein texte pour s’assurer que l’outil a été bien paramétré et fonctionne correctement.
Notice détaillée d'un livre sur Gallica
Notice détaillée d’un livre sur Gallica

La Bnf met à la disposition de ses prestataires un tableau de suivi des anomalies, qui permettra à chaque acteur de signaler tout problème, selon une méthode bien définie. Ce tableau servira de base d’échanges pour renvoyer en numérisation des documents posant problème, ou  permettre au service de catalogage de reprendre certaines notices bibliographiques.

Les livres réintègrent progressivement nos magasins

Après ces quelques mois d’absence, les livres retrouvent peu à peu leur place dans nos magasins. Ils peuvent à nouveau être communiqués. A nous à présent de trouver une façon d’exploiter ces contenus numériques et de les diffuser auprès du public.

Sur notre catalogue

Les livres étant désormais accessibles en ligne, il convient de le signaler aux usagers susceptibles de les demander par l’intermédiaire de notre catalogue. Le lien pérenne du document sur Gallica est donc inséré dans la notice bibliographique de chacun d’entre eux. La plus-value apportée à l’usager est immédiate, et supplée parfois à la demande de communication du document.

Notice d'un ouvrage disponible sur Gallica.
Notice dans notre catalogue d’un ouvrage disponible sur Gallica.

 

Visibilité in-situ

La médiation numérique autour de nos fonds numérisés va pouvoir s’appuyer sur des outils différents.
Nous pouvons accompagner les usagers dans leurs recherches en les guidant sur Gallica. Nous avons également mis à disposition du public une tablette connectée sur l’application Gallica, qui permet une lecture particulièrement confortable. Nous organisons également des ateliers pratiques pour initier nos usagers à la navigation sur Gallica et tout particulièrement à la recherche de nos livres numérisés.

Pour retrouver nos livres sur Gallica : … cliquez ici, ou :

  • rendez vous dans la recherche avancée ;

  • sélectionnez « Bibliothèques de Nancy » dans la liste déroulante des bibliothèques partenaires ;

  • cochez aussi la case « en mode texte » pour cibler les documents qui vous offriront la recherche OCR.

 

Application Gallica sur tablette en accès libre
Application Gallica sur tablette en accès libre

Les Bibliothèques de Nancy se sont portées candidates à la prochaine campagne de numérisation, qui débutera à l’horizon 2017. Nous avons déjà commencé la sélection des documents qui cette fois porteront sur la Meurthe-et-Moselle.

À suivre sur Gallica…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Découvrir le Canada à la bibliothèque de Nancy

Depuis plusieurs années, la bibliothèque accueille des étudiants dans le cadre de leur stage universitaire. Former les générations futures à la conservation et la valorisation du patrimoine est une mission indispensable pour que le patrimoine reste vivant. En 2016, plusieurs étudiants sont venus observer et participer aux missions quotidiennes des agents du patrimoine.

 

Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756
Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756

Lucie Creusat, étudiante en première année du Master patrimoine à l’Université de Lorraine, a choisi de s’intéresser au Canada. Pour son stage, la bibliothèque lui a proposé de traiter des collections en rapport avec son sujet de Master : le Codex Canadensis.

Le Codex Canadensis

Le Codex Canadensis est un manuscrit attribué au père Louis Nicolas (1634-168?), un missionnaire jésuite parti convertir les « sauvages » au Canada en 1664. Riche de près de 180 dessins réalisés entre 1664 et 1675, le manuscrit est actuellement conservé au musée Gilcrease à Tulsa (Oklahoma, États-Unis). Le codex représente la faune et la flore ainsi que les peuples autochtones canadiens. Chaque dessin est accompagné d’une notice descriptive.
À son retour en France, Louis Nicolas entreprend son ouvrage Histoire naturelle des Indes Occidentales, dont le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Nationale de France.  Celui-ci ne sera, malheureusement, jamais publié.

Les collections géographiques de la bibliothèque

Riche de plus de 500 000 documents, la bibliothèque Stanislas possède de nombreux ouvrages relatifs à la représentation du monde, aux grandes découvertes, aux voyages des explorateurs. L’histoire de la découverte du continent Américain est d’ailleurs liée à l’histoire lorraine  au travers notamment des publications réalisées  par le Gymnase Vosgien. Cette école ecclésiastique, fondée en 1490 par le chanoine Vautrin (ou Gauthier) Lud, publie et diffuse de nombreux travaux scientifiques. C’est à Saint-Dié, en 1507, que le Gymnase vosgien fait paraître la Cosmographiae introductio, et c’est dans cet ouvrage que le collectif de savants va nommer pour la première fois le nouveau continent découvert par Americo Vespucci : America.

Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller
Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller

D’autres ouvrages de la bibliothèque viennent compléter ces découvertes ; les nombreux atlas mais aussi les récits d’explorateurs nous replongent dans ces mondes nouveaux que l’on tentait alors d’explorer.

Sélection canadienne

Pour ce stage d’une durée de 21 jours, nous avons sélectionné un ensemble de documents : cartes géologiques, cartes géographiques, cartes ferroviaires et récits d’explorateurs. L’objectif, au terme du stage, était d’avoir mené à bien les missions premières d’un agent du patrimoine : conserver, étudier, diffuser. Lucie a donc dans un premier temps classé, dépoussiéré et conditionné les documents. Puis elle a effectué des recherches pour pouvoir cataloguer des œuvres. Enfin, nous lui avons demandé de nous faire découvrir la « Nouvelle-France », à travers une sélection de quelques œuvres remarquables conservées à la bibliothèque. Voici sa sélection.

Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756
Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756

Cartes géologiques

La bibliothèque Stanislas possède un ensemble de 107 cartes géologiques du Canada conçues par la Geological Survey of Canada au cours du xixe siècle. Cette institution est une organisation scientifique fondée en 1842 dont le but est d’assurer l’essor de l’industrie canadienne des minéraux en établissant les principales bases géologiques du pays.
Chaque carte de cet ensemble est estampillée du cachet de la Société des Sciences de Nancy qui en a fait don à la bibliothèque. Cette société, qui existe depuis 1828 et qui a été renommée Académie Lorraine des Sciences en 2001, a régulièrement versé des documents à la bibliothèque de Nancy.
Ces cartes présentent un grand intérêt pour la connaissance géologique du territoire canadien entre 1959 et 1964.

 

Les cartes géographiques, maritimes et ferroviaires

Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896
Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896

Les cartes concernant le Canada ont été extraites de la collection des cartes géographiques de la bibliothèque afin d’être étudiées. Ce lot comprend des cartes datant du milieu du xviiie siècle jusqu’au xixe. Dix huit sont des cartes ferroviaires et maritimes, en anglais, datant approximativement de 1896. Elles donnent des informations sur les horaires et tarifs pour les transport des personnes.

Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine
Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine. 1755

Douze cartes géographiques présentent le continent américain, en particulier le territoire de la Nouvelle-France jusqu’alors inconnu et en cours d’exploration. Elles s’avèrent utiles aux navigateurs pour identifier les lieux où il est possible d’accoster ou de pêcher. On y voit également l’embouchure du fleuve Saint-Laurent qui est un endroit stratégique pour entrer au Canada par voie fluviale.
La lecture de ces cartes donne aussi des informations sur les limites des territoires étrangers, les forts, les noms des peuples amérindiens et leur localisation, mais aussi les rivières et les fleuves où il est possible de naviguer.

Deux cartes présentent un intérêt particulier :

Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
  • La première est la Carte d’Amérique divisée en ses principaux États avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans le Sud par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques, réalisée par Jean-Baptiste Nolin (1686-1762) et publiée en 1820.
    Elle représente l’ensemble du territoire américain, avec des reliefs et des parties colorées qui délimitent les territoires. Un encart en bas de la carte présente la partie arctique du Nord de l’Amérique.
    Sur la carte générale on observe les différentes voies empruntées par les navigateurs depuis Magellan (1480-1521) jusqu’à James Cook (1728-1779) et Clarke en 1778-1779.
    Le cartographe mentionne des zones qui restent encore inconnues. Les contours apparaissent mais les terres sont inexplorées.
"Carte d'Amérique Dressée pour l'instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l'Académie des Sciences. Nouvellement Revue, Augmentée et Assujetie aux Nles Observations Astronomiques de Mrs. de l’Academie des Sciences."
Carte d’Amérique Dressée pour l’instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l’Académie des Sciences.
Nouvellement Revue, Augmentée et Assujetie aux Nles Observations Astronomiques de Mrs. de l’Academie des Sciences.
  • La deuxième est une carte datant de 1808, intitulée Carte d’Amérique Dressée pour l’instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l’Académie des Sciences, qui représente le continent américain et une partie de l’Europe et de l’Afrique . Comme sur la carte précédente, un encart souligne la description des côtes de l’Alaska par le capitaine Cook.
    Cette carte présente les différents peuples d’Amérique, mais aussi les forts, les lacs, les rivières et les zones de relief.
    L’une de ses particularités est qu’elle présente le « Premier Méridien, fixé à l’Isle de Fer par la Déclaration du roi Louis xiii ». Le roi a rendu obligatoire en 1634 l’utilisation de ce méridien . Depuis le xvie siècle les grandes puissances européennes choisissent leur propre méridien : le Portugal choisit une île des Açores, l’Espagne prend Tolède, etc. Louis xii, conscient du problème que cela pose, décide de réunir les plus grands cartographes et géographes d’Europe pour qu’ils s’accordent sur un premier méridien. Il va alors imposer aux géographes français l’utilisation du méridien de l’île de Fer comme premier méridien et, peu à peu, les géographes européens vont accepter cette décision.
    En 1792, le méridien de l’île de Fer est abandonné au profit du méridien de Paris, qui lui même est supplanté en 1884 par le méridien de Greenwich, adopté au niveau international. Cependant la France va garder, jusqu’en 1911, le méridien de Paris pour ses propres cartes géographiques du territoire.

Récits d’explorateurs

Depuis toujours les hommes ont cherché à découvrir de nouveaux territoires. En Lorraine, on retiendra le nom de Jacques Marquette (1637-1675), prêtre et missionnaire jésuite de Lorraine, qui partira en mission en Amérique. Son nom reste associé à l’exploration de la vallée du Mississippi.

La bibliothèque Stanislas possède un nombre important de récits de voyages d’explorateurs du Nouveau-Monde (mais aussi d’autres terres). Ceux de Samuel de Champlain (vers 1570-1635), Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), Dière de Dièreville (vers 1670-après 1711) et celui de Louis Hennepin (1626-1705) Voyage ou nouvelle découverte d’un très grand pays dans l’Amérique entre le nouveau Mexique et la mer glaciale. Dans son ouvrage, publié en 1704, ce prêtre et missionnaire franciscain décrit les terres intérieures de l’Amérique du Nord et ses conditions de voyages, que ce soit par voies navigables ou à pied, mais aussi les diverses rencontres imprévues ou organisées qui ont lieu avec les «sauvages». Hennepin les décrit souvent comme des personnes accueillantes qui leur donnent beaucoup de nourriture au cours de son exploration avec ses hommes. Mais l’auteur explique aussi que se sont des «barbares» car il assiste à des scènes de mutilation ou de cannibalisme. Si les rencontres semblent parfois prendre une mauvaise tournure, souvent les choses s’arrangent quand il leur présente un calumet qui est le symbole de la paix pour les Amérindiens. L’analyse de cet ouvrage révèle de nombreuses similitudes avec le Codex Canadensis : la description des mœurs, de certaines plantes comme le blé d’Inde (maïs) et d’animaux.

Le travail effectué pendant ce stage a permis de traiter et de valoriser des collections peu exploitées jusqu’alors à la bibliothèque Stanislas. Ainsi, nous redécouvrons aujourd’hui une partie de l’histoire du Canada.

Astrid Mallick et Lucie Creusat.

Découvrez aussi nos cartes sur Flickr.

Nicolas Durival et son Journal

La célébration du 250e anniversaire du rattachement de la Lorraine à la France en 2016 est l’occasion pour la Bibliothèque de mettre à l’honneur les collections en rapport avec le roi Stanislas, et singulièrement le Journal de Nicolas Durival (1713-1795), conseiller du roi et lieutenant général de police de Nancy de 1760 à 1769. Ce manuscrit fait l’objet pour les années 1765-1766 d’une édition électronique augmentée d’index, de notes historiques, de cartes et d’images consultable sur www.journaldedurival.fr depuis le 18 juin 2016. Ce premier article revient sur la personne de Nicolas Durival, d’autres seront prochainement consacrés au projet d’édition électronique.

Portrait de Nicolas Durival
Dominique Collin, portrait de Nicolas Durival. © Musée Lorrain, Nancy / Photo M. Bourguet

L’homme

Nicolas Luton Durival est le fils aîné de Jacques Luton, originaire de Normandie, fils d’un ancien valet de la Maison de Louis xiv et lui-même valet de garde-robe du duc Léopold. Avec son épouse Marie Anne Humblot, il a plusieurs enfants dont trois fils ont une carrière dans l’administration lorraine et française : Nicolas, Jean-Baptiste et Claude. Retraité à Saint-Aubin-sur-Aire (Meuse), Jacques Luton en devient le maire en 1729. Toujours en fonction en 1737, il fait partie de ceux qui viennent accueillir le nouveau duc, Stanislas Leszczynski, à son arrivée. En 1760, Jacques Luton est anobli, pour lui et ses descendants, et prend le nom de Durival.

Nicolas naît le 12 novembre 1713 à Commercy. Il apprend le rudiment avec le curé de Saint-Aubin : ses aptitudes l’autorisent à envisager une bonne carrière dans l’administration.

Il ne fonde pas de famille, mais son journal montre une grande proximité avec ses jeunes frères Jean-Baptiste et Claude1. Propriétaire d’une ferme à Heillecourt, où il passe volontiers du temps, c’est là qu’il se retire, sans beaucoup de moyens financiers, à l’issue de sa carrière civile en 1769. Privé de sa pension municipale en 1791 afin qu’il en porte la demande « auprès de la patrie » (soit le département de la Meurthe), il ne recouvre une somme de 3 000 livres, à peine suffisante pour le faire vivre, que peu de temps avant sa mort le 21 décembre 1795. Justin Favier y voit l’œuvre de l’abbé Grégoire, éminent conventionnel de la région2.

Une carrière au service du roi Stanislas

Nicolas Durival commence sa carrière comme secrétaire au service du chancelier français Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783) dès l’arrivée de celui-ci en Lorraine en 1737. Il reste par la suite proche de la famille du chancelier et de son fils l’intendant de Lorraine, dont il suit avec intérêt les déplacements. En 1751, il devient greffier en chef du Conseil d’État et des Finances du roi de Pologne, ce qui l’introduit dans l’entourage de Stanislas. Il cumule dès lors cette fonction avec d’autres charges : économe séquestre3 des bénéfices de Lorraine et Barrois (1754-1760), subdélégué de l’intendance de Lorraine4.

En 1760, il résigne ces charges au profit de la lieutenance générale de police de la ville de Nancy, cet office lui prenant tout son temps. L’achat en est très coûteux : 12 500 livres de Lorraine, auxquelles s’ajoutent 450 livres, 9 sous et 6 deniers de frais divers. Cette fonction va bien au-delà du maintien de l’ordre. Il intervient tout autant dans l’urbanisme municipal : adduction d’eau, pavage et éclairage des rues, travaux, transfert des cimetières hors de la ville…, que dans les fondations charitables – notamment pour les filles repenties -, dans les approvisionnements, l’ordonnancement des nombreuses processions et cérémonies, et tout ce qui, en règle générale, concourt à la paix civile. À ce titre, il participe tout à fait régulièrement aux réunions du conseil municipal et a de nombreuses relations tant avec la Cour souveraine qu’avec celle, plus mondaine, de Lunéville.
Il tient aussi des statistiques précises des naissances, mariages et décès de la ville.

C’est en 1769 qu’il demande à être relevé de ses fonctions ; il semblerait que l’administration française lui paraisse à ce moment intenable, à moins que l’âge et la fatigue ne commencent à se faire sentir. L’intendance lui octroie alors une pension de 1 000 livres, des « lettres de vétérance » et le titre de lieutenant de police honoraire, de sorte qu’il exerce encore à titre de conseil dans les années suivantes.

Durival historien

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Le Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Selon les historiens, s’appuyant sur les échanges entre Durival et Dom Calmet, Nicolas Durival considère, en bon administrateur de son temps, qu’il est impossible de gouverner sans la statistique, la géographie, et la connaissance de l’histoire de sa province. C’est pourquoi il fait publier à titre anonyme dès 1748 une Table alphabétique des villes, bourgs etc. de la Lorraine et du Barrois (182 p.), qui connaît deux rééditions et enrichissements en 1749 et 1766. Les pages sont divisées en deux colonnes : le toponyme et la juridiction dont la localité relève. Les mises à jour tiennent compte de l’actualisation des limites des bailliages.

Son Mémoire sur la Lorraine et le Barrois, de plus grande ampleur (604 p.), paraît en 1753 chez Henri Thomas à Nancy. Il est aussitôt salué par le Journal de Trévoux, et l’abbé géographe Jean-Joseph Expilly (1719-1793) entame avec Durival des échanges épistolaires visant à mieux intégrer la géographie et l’histoire de la Lorraine à celles de la France. Il se divise en trois parties :

  • une introduction générale sur la géographie, les habitants, les monnaies, les divisions administratives, les rivières et ruisseaux…
  • une étude de chaque ville, quartier et principaux monuments, divisée par bailliage
  • une table alphabétique actualisée comprenant des renseignements historiques et archéologiques
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor

La Description de la Lorraine et du Barrois

Cet ouvrage est publié en 4 volumes chez Leclerc à Nancy entre 1779 et 1783, le quatrième volume composé d’ajouts et d’annexes étant mis gracieusement à disposition des possesseurs des trois premiers chez le libraire Leseure.

Dans l’avertissement, Durival fait remonter la genèse de son projet à 1760 et se place dans la droite ligne des géographes et historiens des siècles précédents, rendant notamment hommage à Thierry Alix et à Mercator.

Le tome I est paru précédemment en 1774 sous une forme abrégée.
Il comprend une histoire des duchés depuis le xe siècle, allant jusqu’à la fin du règne de Stanislas (l’introduction du Mémoire se terminait à la fin du règne de Léopold), une géographie extrêmement complète et une carte dépliante. Durival y mentionne les rivières, lacs et autres eaux courantes et stagnantes, les plantes cultivées, les vignes, des statistiques de température, les ressources naturelles (bois, pêche, fossiles, mines), les habitants et leur notoriété, les revenus, les poids et mesures en vigueur, ainsi que les renseignements administratifs (militaire, postes, juridictions, foires et marchés) attendus de ce type de publication.

Le tome II développe considérablement la description des bailliages. Il consacre ainsi 52 pages à la ville de Nancy, passant en revue les paroisses, les faubourgs, les fontaines comme les hommes illustres et les ressources naturelles.

Le tome III est une table alphabétique des toponymes avec des données administratives, historiques, météorologiques ou archéologiques notables.

L’académicien

Durival est reçu le 15 avril 1760 à l’Académie royale des Sciences, lettres et arts de Nancy sur demande pressante du fondateur de celle-ci, le roi Stanislas. Sur l’insistance du roi, il en devient le sous-directeur deux ans plus tard. Son Journal le montre assidu aux séances ordinaires, soucieux de rendre compte des débats et de l’usage de la bibliothèque associée.

Il ne se jugeait pas digne d’être un académicien, se présentant comme un administrateur autodidacte plutôt qu’un érudit. Cependant, ses échanges avec des personnalités scientifiques de l’époque (Dom Calmet, Expilly) montre qu’il est tenu par eux en haute estime et qu’il a toutes les capacités intellectuelles pour argumenter et apporter avec méthode des réponses à des questions d’histoire, de géographie et d’économie.

Il présente régulièrement devant l’Académie royale des mémoires et rapports témoignant de son activité scientifique :

  • 1763 : un mémoire sur la clôture des héritages (biens immobiliers), le vain pâturage et le parcours (circulation du bétail) en Lorraine
  • 1765 : une bibliographie des ouvrages imprimés et manuscrits sur la province de Lorraine, conduite à la demande de l’intendant pour abonder la Bibliothèque historique de la France du père Lelong
  • 1779 : l’Académie le charge de terminer les travaux du père Leslie sur l’histoire du duché de Lorraine. Il ne semble pas cependant que cette demande ait été suivie d’effet car, les papiers du père Leslie lui étant réclamés quelques années plus tard par Mory d’Elvange, Durival assure qu’il ne les a jamais eus en sa possession.
  • 1790 : Sonnini5 commence à publier, dans le Journal du département de la Meurthe, diverses études d’économie rurale, portant principalement sur la construction et l’entretien des routes lorraines, présentées devant l’Académie. Un deuxième recueil sera publié, toujours par Sonnini, dans la Bibliothèque économique de 1809.
Les 14 volumes du Journal de Durival
Les 14 volumes du Journal de Durival

Le Journal

Tenu de 1737 au 18 décembre 1795, soit 3 jours avant la mort de son rédacteur, le Journal de Nicolas Durival n’est pas tant un écrit intime qu’un outil de suivi des événements urbains et politiques sous le règne de Stanislas, et de préparation des différentes publications projetées par l’auteur.

Il se compose de 14 volumes in-quarto, écrits à la main. Ceux-ci sont truffés parfois de copies de lettres et de billets, voire d’originaux, mais aussi de billets imprimés, de programmes, prospectus, invitations, ou coupures de presse. Il n’a certainement pas été tenu au jour le jour, du moins au début où les notations sont très sommaires. Il est possible par exemple que la relation de l’agonie et de la mort de Stanislas a pu être reconstruite quelque temps (quelques jours ?) après l’événement à partir de notes ou d’un brouillon de journal qui n’a pas été conservé, ou en tous cas reprise par la suite pour y ajouter des mentions d’horaire précis.

Journal de Durival, 1er janvier 1765
Journal de Durival, 1er janvier 1765

Des lacunes existent pour les années 1767-1771, 1781 et 1788-1791, soit que Durival n’ait pas tenu de relation de ces périodes, soit qu’elle ait été perdue. De 1792 à 1795, il se borne à effectuer des notations météorologiques quasi-quotidiennes sans se préoccuper vraiment de noter les événements en cours.

Durival et la bibliothèque de Nancy

De son vivant, et sans doute à cause de ses fonctions à l’Académie royale, Durival avait fait don à la bibliothèque de plusieurs ouvrages dont Justin Favier avait pu retrouver la trace grâce à un ex-libris manuscrit portant « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idio]« , quand un ex-libris gravé sur cuivre par Jean-Charles François (1717-1769) est attesté6. Or, après la mort sans héritier de son frère Jean-Baptiste, la bibliothèque et les papiers de Durival ont été vendus au poids sur la place du Marché à Nancy, de sorte que nombre de ses livres se sont perdus.
C’est peut-être à l’issue de cette vente que le Journal est entré à la bibliothèque de Nancy au xixe siècle, par le biais du célèbre collectionneur lotharingiste Beaupré.

Page d'accueil du Journal de Durival en ligne
Page d’accueil du Journal de Durival en ligne

Lire le Journal (années 1765-1766) dans son intégralité.

Les œuvres de Durival dans les Bibliothèques de Nancy.

  1. Les notices Wikipédia de la famille Durival sont mises à jour dans le cadre du projet. []
  2. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  3. chargé d’administrer les biens ecclésiastiques qui n’ont pas d’attributaire []
  4. substitut de La Galaizière []
  5. Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt (1751-1812), naturaliste lorrain secrétaire de Buffon et explorateur en Guyane. []
  6. Base des ex-libris de l’AFCEL, D1884. []

La Manufacture des tabacs de Nancy : histoire d’un lieu

 À Nancy, au siècle des Lumières, on fabriquait déjà du tabac issu des plants cultivés en Lorraine.

 

Couverture de l'ouvrage sur les manufactures de tabacs de Nancy
Couverture de l’ouvrage sur la Manufacture Nationale des Tabacs de Nancy

Le fait de fumer ou de priser est un usage qui s’est en effet largement développé tout au long du xviiie siècle.

En toute opportunité, les gouvernements ont rapidement pris conscience de l’intérêt économique de ces pratiques. Tant et si bien que l’exploitation de la plante de tabac devint imposable, que ce soit en France ou dans le duché de Lorraine.

La Manufacture des Tabacs, devenue depuis lors un vaste complexe culturel est érigée le long de la voie ferrée de Nancy pour des raisons pratiques  à partir de 1864.  Mais faisons d’abord un historique de la situation avant l’existence de cette dernière.

Le tabac en Lorraine

C’est à Nancy qu’était traité le tabac cultivé en Lorraine et, dans une moindre mesure, à Neufchâteau. La nature des sols était propice à ce type de culture, ce qui explique l’essor constant des surfaces agricoles de production. À ce titre, au début du xviiie siècle, le tabac rapportait 12 mille livres à la Lorraine, bénéfice qui s’éleva à plus de 286 mille livres dès 1728. Deux types d’usage existaient alors le plus communément : le tabac que l’on  fumait et le tabac que l’on prisait.

Plusieurs manufactures ont existé avant la création de celle qui nous intéresse. Sous le règne du Duc Léopold (1690 – 1729), une manufacture est créée rue de la Hache qui devient rue de la Tabagie. Son développement et son activité prennent de l’envergure au fil des décennies.

Plan d’une partie de la Manufacture, rue de la Hache, 1820

Fin éphémère d’un monopole

À la fin de l’Ancien Régime, le monopole d’État sur le tabac est aboli. La Manufacture située rue de la Hache créée par le Duc Léopold (1690-1729), est donc vendue à l’État comme bien national. Elle fait l’objet d’une réflexion dès1820 et devient en 1857, après plusieurs transformations architecturales, la Maison d’arrêt de Nancy.

La période de liberté liée à la fin du monopole d’État sur le tabac permet en outre l’éclosion de quatorze fabriques jusqu’au rétablissement de ce dernier par Napoléon Bonaparte en 1810. Selon nos sources, il est possible d’affirmer qu’il en existait rue des Quatre-Églises, rue de la Monnaie et rue des Dominicains. La production était exportée jusqu’en Bavière et en Suisse, et ces maisons employaient plus de 3 000 ouvriers (soit 10% de la population).

Etiquette Maison Voirin
Étiquette de la  Maison Voirin

 La concurrence aidant,  la qualité du tabac après traitement a été optimisée.  Ce phénomène a cependant été de courte durée, le rétablissement du monopole occasionnant la fermeture de toutes les maisons familiales et de la manufacture principale située rue de la Hache en 1814.

Le gouvernement de La Restauration (1815 – 1830) ne reconnaît pas l’attachement des nancéiens à cette activité ni l’enjeu économique pour la ville. Dès lors, il faut attendre plus d’un demi-siècle pour qu’une nouvelle manufacture voit le jour.

Vers une nouvelle manufacture

Après le rétablissement de la culture du tabac dans le département, les habitants insistent pour la construction d’une nouvelle usine. Les arguments utilisés sont : l’ancienneté de l’activité, la situation géographique privilégiée de Nancy par rapport aux champs de culture de tabac et l’intérêt économique,  une manufacture étant pourvoyeuse d’emplois. La chambre de Commerce de Nancy a, dès l’origine, apporté son appui pour que la situation évolue favorablement. À noter que pour soutenir cette démarche,  la commune s’ engage à fournir les terrains à bâtir. Ce dernier aspect a occasionné des négociations pendant plusieurs mois car les parcelles dévolues à la future manufacture sont construites ou occupées par des jardins privés, il a donc fallu procéder à des expropriations.

Il faut attendre dix ans après l’avènement de Napoléon III pour que la situation évolue enfin favorablement. Cela mérite d’être souligné car il y a fort à parier que la conjoncture nationale est en grande partie à la base de ce dénouement. En 1862, une nouvelle Constitution est votée. Napoléon III, sentant son pouvoir menacé par la montée en puissance des Républicains au sein du Sénat et du Corps Législatif se tourne à nouveau vers les masses laborieuses dont il avait initialement la confiance. L’on peut donc penser que la construction de la Manufacture des Tabacs de Nancy  s’inscrit dans cette politique de rapprochement, cette dernière ayant  un statut national.

Le début des travaux en 1864

À Nancy, l’Administration Générale des Tabacs décide de la construction d’une manufacture provisoire et d’un magasin de tabac en feuilles, dans le quartier du Faubourg des Trois-Maisons, rue des Glacis. Parallèlement, la ville acquiert des terrains jusqu’en 1864 pour les remettre à l’État, garant de la création de cette nouvelle manufacture nationale.

Les modifications urbaines découlant de l’installation de la manufacture comportent aussi le raccordement de la voie ferrée au complexe, cela permettant l’acheminement de la matière première, mais aussi l’expédition des produits finis. En effet, l’emplacement du nouvel édifice est choisi en raison de la proximité de la voie ferrée, avantage logistique non négligeable.
La construction du Magasin de culture démarre lui aussi en 1864 et s’achève trois ans plus tard.

Une architecture rationnelle d’Eugène Rolland

L’ensemble architectural est conçu d’après les plans d’Eugène Rolland, ingénieur en chef au service du Second Empire. Né à Metz le 9 août 1812 et décédé à Paris le 31 mars 1885, Eugène Rolland est un ingénieur français diplômé de l’École polytechnique en 1832. Il mène la plus grande partie de sa carrière au sein de la Régie des Tabacs, entre 1844 et 1881. Nombre de manufactures sont construites selon ce plan rationnel ayant pour principe de base la répartition des bâtiments autour de cours fermées : telles sont celles de Strasbourg, Metz, Tonneins, Nantes…

Vue aérienne de 1987
Vue aérienne (vers 1980) (C.I.L.)

 Les similitudes des différents édifices sont très perceptibles, au niveau de l’agencement des bâtiments mais aussi dans les détails architecturaux. À Strasbourg, on trouve les premières fenêtres à doubles meneaux, comme plus tard à Nancy. L’on remarque aussi la grande rationalité de cet ensemble, les bâtiments étant tous organisés sur quatre niveaux. Le principe est le suivant : traitement de la matière première dans les grands espaces du rez-de chaussée et finition de ces produits aux étages. Les piliers de soutien du bâtiment sont en fonte, tout comme les structures des sols des trois premiers niveaux.

En 1870, les deux cheminées industrielles sont érigées, la manufacture de la rue Baron Louis est totalement achevée et peut fonctionner à plein régime. Cela ne sera réellement le cas qu’à partir de la fin de l’année 1872, l’arrivée des Prussiens à Nancy en mai 1870 ayant occasionné sa réquisition.

L’organisation du travail à la Manufacture des tabacs

Un album photographique publié en 1908 par la maison Tourte, fournit de précieux renseignements sur la vocation des bâtiments et sur les techniques d’exploitation du tabac1.

Il comporte 45 clichés, tous légendés. En plus des documents déjà conservés dans le Fonds Lorrain de la Bibliothèque Stanislas, des plans provenant des Archives municipales permettent de se représenter en toute exclusivité la vie de la manufacture à la fin du xixe siècle jusqu’à la cessation de son activité en 1968 : l’aménagement des locaux, les étapes de fabrication du tabac, les conditions de vie des ouvriers sont autant d’aspects que nous allons développer ci-après.

Voici le détail de l’organisation des bâtiments, nous reviendrons ensuite sur le vocabulaire spécifique au traitement du tabac, en respectant la logique des différents ateliers :

 

Plan de masse de 1987
Plan de masse : La Manufacture des Tabacs avant réhabilitation (Archives Municipales de Nancy)

La Manufacture est organisée dans un rectangle divisé par trois cours2. Tous les bâtiments sont construits en moellon, à l’exception du bâtiment administratif (A), en pierre de taille. C’est d’ailleurs le  seul à être ouvragé de moulures et décors floraux stylisés aux fenêtres sur la façade donnant sur la rue Baron Louis.

  • Bâtiment A : bureau de la Direction et logements des employés supérieurs ;
  • Bâtiment B, rez-de-chaussée : torréfaction (3 torréfacteurs), ateliers techniques, laminoirs des côtes, machine à vapeur ;
  • Bâtiment B, niveau 1 : hachage ;
  • Bâtiment B, niveaux 2 et 3 : masses pour cigares et sécheurs sur claies ;
  • Bâtiment C : chaufferie ;
  • Bâtiment D, rez-de-chaussée : stockage des caisses et tonneaux et caisserie-tonnellerie ;
  • Bâtiment D, niveau 1 : atelier de fabrication des cigares ;
  • Bâtiment D, niveau 2 : atelier de fabrication des cigarettes ;
  • Bâtiment D, niveau 3 : atelier de fabrication des Ninas ;
  • Bâtiment E, rez-de-chaussée : mouillade, époulardage et écôtage, lavage des feuilles pour cigares (sur 11 travées) ;
  • Bâtiment E, rez-de-chaussée : pompes et accumulateurs de paquetage hydraulique, masses de mouillade et service général de stockage des balles (2e section du bâtiment) ;
  • Bâtiment E, niveau 1 (au dessus de la mouillade) : écotage, triage des feuilles pour cigares et époulardage sur 11 travées ;
  • Bâtiment E, niveau 1 (au dessus de l’écotage) : paquetage hydraulique du scaferlati, puis au même étage, stockage des masses de scaferlati Supérieur et Maryland ;
  • Bâtiment E, niveau 2 (au dessus du service général du stockage des balles) : emballage des scaferlatis ;
  • Bâtiment E, niveau 3 : « zone de cantine » des masses de scaferlati Ordinaire ;
  • Bâtiment I : forge ;
  • Bâtiment M : magasin de balles et fabrication de jus ;
  • Bâtiment N : magasin de balles et boucants ;
  • Bâtiment O : entrepôt de produits fabriqués et coopérative ;
  •  Embranchement ferré : aiguillage depuis le quai Claude Le Lorrain, jusque dans la cour de la Manufacture avec un accès sous une verrière au bout du bâtiment E.

 

Bâtiment B et sa passerelle
Bâtiment B et sa passerelle (Archives Municipales de Nancy)
  • Le plan mentionne aussi des ponts de service permettant le passage entre les bâtiments B D et B E. En l’état actuel, une passerelle en verre a été conçue à l’emplacement de l’ancien passage lors de la réhabilitation de la partie de la manufacture dévolue au Conservatoire Régional de musique.
Service général et locomotive
Service général et locomotive

Éclairage – chauffage :

Les ateliers étaient éclairés au gaz et le chauffage se faisait au moyen de poêles à vapeur. Le bâtiment A fut le premier à être équipé. Dans l’ensemble de la manufacture, le recours à l’éclairage et au chauffage était minimal, par souci d’économie.

Manutentions :

Le transport des matières s’effectuait, entre ateliers de même étage, par des bâches portées, ou par chariots ; et entre ateliers d’étages différents par des appareils appelés « tire-sacs » capables d’enlever des paniers pesant jusqu’à 120 kg. Les tonneaux de scaferlatis étaient quant à eux acheminés au service général par l’intermédiaire d’un treuil.

Que fabriquait-t-on à la Manufacture
des Tabacs ?

Il convient tout d’abord de donner une définition du mot Scaferlatis. L’origine du terme, non définitivement établie,  s’expliquerait par le fait que le tabac est haché ou, littéralement, taillé aux ciseaux. Ce tabac, selon son origine géographique et selon les techniques employées pour le traiter sera de plus ou moins bonne qualité.

Immédiatement avant la Première Guerre-Mondiale, quatre variétés de Scaferlatis (Maryland, Supérieur, Ordinaire et Prix Réduit), trois de cigarettes (Grenade, Élégantes et Favorites)  et six de cigares (Londrecitos, cigares à  5 et 10 centimes de francs, Cigaros, Picaduros, et Ninas)  étaient fabriqués. Les chiffres de production pour l’année 1914, étaient les suivants : 1,4 tonnes de Scaferlatis, presque 526 000 cigarettes, et environ 185 000 cigares.

Le processus de fabrication

Le cycle de fabrication se déroulait de la sorte :  mouillade, époulardage, écôtage, hachage, torréfaction, masses, confection et paquetage, emballage. Voyons à présent ce que recoupe chacun de ces termes.
Les tabacs Maryland, Supérieur et Ordinaire sont soumis à une première mouillade en manoque (ensemble de feuilles de tabac) à l’eau pure, alors que ces dernières sont étendues sur des claies. Cette mouillade, effectuée à la lance, délicatement, pour éviter toute perte de matière, a pour objectif d’humecter les feuilles pour les rendre plus souples. Les feuilles restent ensuite sur les claies pour sécher avant d’être transportées en chariot, à l’époulardage consistant en un triage de ces dernières.
Puis l’on procède à une nouvelle mouillade à l’eau salée (1.8 à 2 kg de sel pour 100 litres d’eau) à l’aide d’un mouilleur mécanique. 48 h après, ce tabac entreposé sous forme de masses de mouillade pesant environ 120 kg peut faire l’objet d’un écôtage. Cette étape du processus de fabrication consiste à enlever les nervures de chaque feuille. Le scaferlati vendu à prix réduit n’était pas écôté, c’était le cas du tabac dit de Troupe, fabriqué en période de guerre.

Écôtage, époulardage, mouillade
Écôtage, époulardage, mouillade

Hachage

La manufacture était dotée de 6 hachoirs avec un rendement journalier de 800 kg pour le tabac dit  Supérieur et de 1800 kg pour le tabac de Troupe .

Hachage
Hachage

La torréfaction

Une fois le tabac haché, il renferme 35% d’eau ; cet excès d’humidité est susceptible de le faire pourrir. Il est donc important pour préserver un arôme de qualité qu’il subisse une maturation en masse (ou fermentation lente). La manufacture était équipée de torréfacteurs dont le modèle  fut conçu par l’ingénieur Eugène Rolland, toujours soucieux de faire évoluer au mieux les techniques de fabrication. On voit apposé sur la partie supérieure de ces torréfacteurs la date de 1870 et la mention « usine de Graffenstaden » (Bas-Rhin).  Le scaferlati ordinaire pour cigarettes y passait deux fois, le tabac autre une seule fois.

C’est à cela que sert la torréfaction, qui s’effectue à  température de 90 à 95 degrés. Le scaferlati est introduit automatiquement dans un cylindre creux, qui tourne lentement dans une enveloppe en tôle, il y est soulevé successivement par griffes de fer adaptées à une hélice. De l’air, chauffé par un double foyer, circule dans l’enveloppe et dans le cylindre, où il traverse le tabac en lui enlevant son humidité. Un ingénieux dispositif règle l’introduction de l’air sous les foyers, de façon à maintenir une température constante. Quand il sort du torréfacteur, le tabac est passé dans les tonneaux à séchage où l’on entretient un courant d’air sec de 16 à 20 degrés. Cela élimine les derniers résidus d’humidité ainsi que la poussière accumulée au cours des précédentes opérations.

Séchage des Scaferlatis
Séchage des Scaferlatis

Maintenant, le tabac nécessite du repos. Il est alors entassé dans une salle spécifique. Après  trois semaines à un mois de séjour en masse de maturation, il est livré pour le paquetage, ou à l’atelier des Ninas, des Londrecitas ou encore  des cigarettes.

Torréfaction
Torréfaction

Le paquetage des scaferlatis et des cigarettes

Les Scaferlatis Maryland et Supérieur étaient acheminés à l’atelier à l’aide de bâches. Pour les autres variétés, le tabac tombait par des trappes ménagées dans le plafond de l’atelier de paquetage. Il y avait 4 types de paquetage : 40, 50, 100 et 500 g. La compression des paquets se faisait par un contrepoids, lui-même levé par pression hydraulique. Le tabac devait être introduit dans ce que l’on appelait l’entonnoir à l’aide de « la main de fer ». La compression du paquet se faisait par un contrepoids. Les ouvrières se plaignaient de l’irrégularité de la compression qui leur faisait faire des paquets de longueur inégale. A la vérification, ces paquets pouvaient être refusés, ce qui avait un impact sur la prime de rendement.

En 1908, l’atelier des machines à cigarettes comportait  15 machines à Élégantes, et 24 pour cigarettes de moindre qualité. Le roulage des cigarettes se faisait en partie à la main et ensuite mécaniquement. Au fil du temps, la manufacture s’est équipée de deux machines à grande production, très rentables en terme de gain de temps de fabrication.

Atelier cigarettes
Ateliers cigarettes
Paquetage des cigares
Paquetage des cigares

Les conditions de travail

Plusieurs documents permettent de mieux cerner le quotidien des ouvriers : les publications nombreuses dans l’Est républicain indiquent les dates des réunions syndicales. Les avis de recrutement montrent quant à eux que la manufacture employait régulièrement du personnel nouveau, tant au niveau des ateliers que pour les services administratifs. Pour cela, des commissions de recrutement étaient organisées et les avis paraissaient également dans le quotidien local.

Du temps de la manufacture provisoire (1862 – 1871), la journée de travail avait une amplitude d’au moins 10 h, mais cela pouvait aller jusqu’à 12h30. La pause déjeuner était systématiquement d’1h30 et les enfants étaient autorisés à prendre 1/4 d’heure pour leur goûter à 16h. Il y avait un jour de repos hebdomadaire, le dimanche.

La vie syndicale

La vie syndicale était en effet importante pour toutes les revendications professionnelles, une grande majorité du personnel étant alors syndiqué. Les plus récurrentes concernaient les salaires et les vêtements de travail. Les questions relatives à la reconnaissance de l’ancienneté et au choix des postes de travail revenaient aussi régulièrement. La notion de syndicat était à cette époque plus large que celle que nous connaissons actuellement. Le bureau avait pour vocation de veiller à la protection des travailleurs mais aussi à leur bien être en organisant différents services.

Bureau du syndicat
Bureau du syndicat

Une grève mémorable a eu lieu en juin 1902, alors que le syndicat de Nancy constitue l’une des 21 fédérations des syndicats des tabacs de France. Une réunion salle Poirel le 6 juin 1902 invite au vote pour grève en raison d’un événement survenu à Paris à la manufacture de Reuilly : une ouvrière de 64 ans s’est vue changée de poste et ne touche plus de ce fait que la moitié de son salaire, après des années de service. Les contestations n’ayant rien donné, les ouvriers syndiqués des 21 fédérations se mobilisent pour dénoncer cette injustice et la fragilité des statuts des ouvriers dans certaines manufactures. À Nancy, le vote de la grève est alors approuvé par 287 des 293 femmes présentes à l’assemblée. La solidarité aidant, la grève dure le temps nécessaire et d’autres droits sont acquis. En 1905 des évolutions importantes marquent la vie des ouvriers, tant sur le plan technique que sur les conditions de travail. Ainsi, les journées sont réduites à 9 heures d’amplitude.

La place des femmes

La manufacture employait en grande majorité des femmes car leur dextérité était appréciée pour différentes étapes de la chaîne de fabrication des cigares et des cigarettes. Dans les premières années, les jeunes filles étaient employées à partir de l’âge de 12 ans. À l’arrivée d’Oscar Wünschendorff à la direction en 1873, la limite d’âge fut repoussée à 16 ans. D’un point de vue national, les manufactures de tabac employaient à l’époque 90 % de femmes.

Les femmes étaient majoritaires dans les ateliers d’écotage et de paquetage et souvent très jeunes. Les hommes travaillaient davantage dans les ateliers nécessitant l’utilisation de machines, et en tant que contrôleurs des travaux effectués par les femmes.

Le paternalisme de Wünschendorff

La vie était très animée malgré les dures conditions de travail. Cependant, une grande solidarité régnait entre les ouvriers et la direction avait organisé plusieurs institutions à caractère social.

Oscar Wünschendorff directeur de la Manufacture des Tabacs de 1873 à 1903 a mené une politique sociale particulièrement active, en fondant, en partie grâce à ses deniers personnels :

  • Une école qui exista jusque 1889, devenant alors école publique dans le cadre de la loi Jules Ferry rendant l’école gratuite, laïque et obligatoire pour tous ;
  • un bureau d’épargne en 1879 pour faciliter les dépôts d’économies et les faire fructifier. En 1888, plus de mille livrets étaient ouverts ;
  • une société de secours mutuels en 1882 dans le but d’inciter le personnel à constituer un fonds de retraite. À partir de 1902, cet organe permet aussi d’apporter une assistance aux travailleurs en cas de maladie. Ce type de caisse était rarement encouragé par le patronat car elle servait en substance à assurer un revenu aux ouvriers faisant grève ;
  • en 1896, la crèche Jeanne Wünschendorffnommée telle en mémoire de  sa fille morte prématurémentrue Baron Louis.

De la fin d’activité et à la réhabilitation

La manufacture des tabacs a fonctionné jusqu’en 1968, date à laquelle son activité est déplacée à Vandœuvre. Restée à l’état de friche industrielle pendant plus de 20 ans, elle fit, à partir de 1984 l’objet d’un vaste programme de réhabilitation.  Entretemps elle accueille le Festival mondial du théâtre universitaire de Nancy. Témoin de ce passé industriel, avec ses emblématiques cheminées toujours en place, les 25 000 m² ont été entièrement repensés pour créer un pôle culturel renfermant : la Médiathèque – ouverte en 1991 – le Centre Dramatique National – Théâtre de la Manufacture (1986), le Conservatoire Régional du Grand Nancy (1987), et le Centre Image Lorraine (1988).

Comme nous l’avons vu, elle a représenté pour Nancy un lieu très important à plusieurs titres : histoire industrielle, économique et sociale . Elle demeure aujourd’hui un complexe architectural imposant et presque intégralement préservé, grâce au savoir-faire des architectes Patricia Henrion et Christian François, chargés de la reconversion du site.

Bibliographie :

Ouvrages :

  •  Règlement de son Altesse Royale, pour la Ferme du Tabac, 1720, (Cote 4356 (36))
  •  Recueil des édits, déclarations arrests et réglemens Concernant la Ferme Générale du Tabac de Lorraine et du Barrois, 1752 (Cote 145)
  • Supplique de François Nicolas, Comte de Bessey, 1787 (Cote ZZ 173.3 6804)
  • Felice, Leçons de droit de la nature et des gens, par M. le Professeur de Felice. Première partie, tome premier. Droit de la nature (Cote 281 221 (1))
  •  Le Noir, Alexandre, Encyclopédie méthodique des arts et métiers mécaniques, Tome huitième de l’encyclopédie, 1782-1791 (Cote 153 278 (8 G))
  •  Encyclopédie méthodique des arts et métiers mécaniques, Planches, 1782-1791 (Cote 153 278 (4 G))
  • Weisbuch, Danièle, Le tabac en Lorraine et les successives Manufactures des Tabacs de Nancy de 1628 à 1872 (Cote 51 218 )
  •  Barbaut, Charles, La Manufacture des Tabacs de Nancy de 1862 à nos jours (Cote 51 219)
  •  Blondel, Spire, Le livre des fumeurs,  gravures de Gustave Fraipont, 1891 (Cote 157 197)
  •  Musée rétrospectif de la classe 91, Manufactures de tabacs et d’allumettes chimiques (matériel, procédés et produits) à l’exposition universelle internationale de 1900, Paris, 1900 (Cote 50 351 (6))
  •  Fête du travail – 7 juillet 1902 – punch offert par le syndicat des tabacs de Nancy à M. Ernest Pantz, industriel maire du xiie arrondissement de Paris, hommage à un homme de bien (Cote 80 290 (1))
  •  Fièvre, Laurent, Les manufactures de tabacs et d’allumettes : Morlaix, Nantes, Le Mans et Trélazé, 2004, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Cote 720 FIE)

Journaux :

  • Nombreuses références dans le Kiosque lorrain
  • L’illustration, juillet 1873 : reportage sur la manufacture des tabacs de Paris avec gravures sur bois (Cote 750 039)
  • Nancy Capitale, n°25, juin 1972 – p.9 (Cote 750 203)
  • Nancy notre ville, 3e trimestre 1987 –  p.19 : Article évoquant le lancement de la démolition des bâtiments de la manufacture côté rue Désilles : coup d’envoi donné par André Rossinot le 13 juin 1987 pour la construction de l’ICN (Cote BM 578)
  • Le Pays lorrain, juin 2011, p. 177 : Article sur Oscar Wünschendorff, Directeur de la Manufacture des tabacs de 1873 à 1903 (Cote 755 762 Bis)

 

Hors collections des Bibliothèques de Nancy :

  • ÉTIENNE (G. ). « La mortalité infantile dans les familles des ouvrières à la manufacture de tabacs de Nancy ». In : Annales d’hygiène publique et de médecine légale, janvier-juin 1897, 3e série, tome 37, p. 526-536.
  • « Connaissez-vous le S.E.I.T.A. ? La manufacture des tabacs de Nancy ». In : Flammes et fumées, printemps 1956, n° 7, p. 13-21.
  • Répertoire des photographes parisiens du xixe siècle, Boisjoly, 2009
  • « Des Usines À Paris : L’industrie À Paris : Une Exposition, Un Colloque, Neuf Conférences et Un Livre »  voir en ligne [accédé le 4 juin 2016]
  • Sur les Scaferlatis, voir l’article Wikipedia
  • Sources et ressources : Archives municipales de Nancy et Centre Image Lorraine

  1. cet album est entré dans nos collections par un don de Monsieur Patrick Gardet en septembre 2015 []
  2. voir BARBAUT, La Manufacture des Tabacs de Nancy de 1862 à nos jours []

Numériser la presse : le contrôle

La dernière campagne de numérisation de la presse quotidienne régionale ancienne portait sur l’Est républicain pour la période 1919 à 1945. Retour sur les opérations de contrôle mises en œuvre avant le versement en ligne1.

Continuer la lecture de Numériser la presse : le contrôle

  1. le tout est désormais en ligne sur le Kiosque lorrain []

Les murs ont des oreilles : notes sur Sound of Silence d’Émilie Salquèbre et William Nurdin

Sound of Silence (voici le teaser) est une invitation à déambuler dans les dédales de la Bibliothèque Stanislas, pour y voir et y entendre la bibliothèque autrement : en dehors de ses habitudes, et à l’encontre des associations que suscite traditionnellement le lieu.

Continuer la lecture de Les murs ont des oreilles : notes sur Sound of Silence d’Émilie Salquèbre et William Nurdin

Du maréchal de Boufflers à Jean Ipoustéguy : de nouvelles œuvres lorraines entrent au patrimoine de la Bibliothèque

Achats chez des libraires, en ventes publiques, mais aussi dons de particuliers : le patrimoine écrit et graphique des Bibliothèques s’enrichit chaque année.

Continuer la lecture de Du maréchal de Boufflers à Jean Ipoustéguy : de nouvelles œuvres lorraines entrent au patrimoine de la Bibliothèque

Histoire et collections de la Bibliothèque de Nancy