Les papiers dominotés dans les collections nancéiennes

Les ouvrages dont on parlera ici arborent, le plus souvent, de modestes atours : de fragiles couvrures en papier décoré. Plus que de livres, c’est de couvertures dont il sera question.

 

L’origine et la nature des papiers dominotés méritent d’être rappelées. Si leur étude a donné lieu à peu de publications, les rares ouvrages qui leur sont consacrés1, récents pour l’essentiel, sont de qualité et s’imposent comme ouvrages de référence, pour l’historien comme pour le bibliophile. Pour les étudier, le corpus disponible est bien faible. Cette rareté, intimement liée à la nature des papiers, s’explique aisément, on le verra. Le bibliothécaire attentif à cet aspect pourra se questionner sur le sort réservé à ces collections. Cependant, en dépit de cette rareté, les exemples présentés ici, tirés des collections de la Bibliothèque Stanislas, offrent un échantillon représentatif des principaux types de papiers dominotés : ils s’offrent au regard sous les aspects les plus variés, allant de simples décors géométriques à de riches compositions bigarrées.

Origine et nature des papiers dominotés

Le terme domino, d’origine italienne, signifie « capuchon, masque, enveloppe ». On songe aussi à Dominus (Seigneur), figure souvent gravée sur les images des dominotiers. Dans Le Thresor de la langue francoyse, édition parisienne de 1606, Jean Nicot nous livre sa définition. A l’entrée Dominotier, nous lisons :

« Est celuy qui fait & qui vend des dominos, c’est à dire des images & œuvres de pourtraictures peintes & imprimées en papier, & gravées en bois ou cuivre, voyez Imager. »

L’un des premiers à évoquer le métier de dominotier et sa corporation est Étienne Boileau, le prévôt des marchands qui, dans son fameux Livre des métiers évoque « dominotiers, enlumineurs, sculpteurs et tailleurs en cruchefils ». Dès 1260 il leur octroie un blason. Nous avons donc des images et des fabricants d’images : c’est un métier. Dans le contexte de l’Ancien Régime, le métier a très vite été encadré. Les dominotiers opèrent dans un registre mineur, celui  des lettrines, bandeaux et culs-de-lampe pour l’illustration de livres, gravures et images populaires, qu’elles soient profanes ou religieuses. Une ordonnance donnée à Rouen en 1540 fixe les statuts du métier. Les imagiers appartiennent à la corporation des cartiers et, en tant que tels, ils ont le droit de fabriquer images en tous genres, papiers peints, papiers de fantaisie, comme les papiers marbrés, cartes à jouer et jeux de société. Cette réglementation a aussi pour but de protéger les imprimeurs-libraires. En effet, les dominotiers ont très tôt ajouté des parties légendées aux images : on parlait de « tailleurs d’histoires ». Dès lors, les imprimeurs craignent pour leurs privilèges et cherchent à contenir le domaine d’intervention des fabricants d’images en leur interdisant de posséder des caractères d’imprimerie. Les dominotiers obtiendront tout de même un privilège pour imprimer de très courts textes en lien avec les images. Tout au long du xviie siècle, des statuts revisités leur rappelleront le cadre strict d’exercice de ce type d’impression et les officiers royaux se chargeront de la police au sein des différentes communautés.

Les techniques de fabrication ont bien sûr évolué dans le temps, avec celles de la gravure en général, mais, quel usage faisait-on de ces images ? Ces productions, modestes à l’origine, sont souvent le seul ornement d’un habitat pauvre. Suspendue dans une pièce, sur une porte ou une cheminée, collée dans le fond décoré d’un coffre de voyage ou assemblée à d’autres pour former la tapisserie d’un cagibi, ou d’une petite pièce, les dominos ont suivi les modes dans le domaine décoratif. Nous avons peu de chance de trouver trace de ces papiers. Cependant, l’usage particulier qui en a été fait dans les officines des libraires-imprimeurs nous offre aujourd’hui encore l’occasion de voir ces productions. En effet, ces papiers dominotés ont très tôt été utilisés pour couvrir les livres en attente d’une reliure plus sophistiquée ou plus personnalisée, au goût de l’acheteur. Rappelons que, jusqu’au début du xixe siècle, la plupart des livres se trouvent brochés sur les étals des imprimeurs-libraires, c’est-à-dire sans reliure, « quasi nus », ou, dans le meilleur des cas, avec une reliure d’attente, un cartonnage  simple qui protège l’ouvrage en attendant une véritable reliure.
C’est ce qui explique qu’on trouve sur quelques exemples de couvertures en papier dominoté, des maculatures d’imprimerie.

Papier dominoté avec maculatures d’imprimerie. XVIIIe s.
Papier dominoté avec maculatures d’imprimerie. XVIIIe s.

 

Certains exemplaires ont conservés une étiquette imprimée par le libraire faisant office de pièce de titre.

Pièce de titre imprimée à Bruyère par la Veuve Vivot, 1782
Pièce de titre imprimée à Bruyère par la Veuve Vivot, 1782

 

Compte tenu de la nature de ces couvrures, éphémères par vocation, le libraire ne prend pas toujours grand soin du choix du papier : il utilise ce dont il dispose, un décor imprimé de guingois fera bien l’affaire.

Doré gaufré imprimé en négatif sur papier bleu, imprimé de guingois. XVIIIe s.
Doré gaufré imprimé en négatif sur papier bleu, imprimé de guingois. XVIIIe s.

 

Au hasard des papiers conservés et des modes d’utilisation par les libraires, on en apprendra un peu plus sur l’origine des fabricants s’il se trouve que le nom, imprimé au bas de la feuille, est resté visible. Quelques exemples nous livrent le nom et quelquefois l’adresse du fabricant.

[A LUXEMBOURG] [C]HEE. A. G. KAEMPFF. XVIIIe s.
[A LUXEMBOURG] [C]HEE. A. G. KAEMPFF. XVIIIe s.

Où l’on réalise que certains fabricants référencent leurs décors et les numérotent, ce qui donne une idée de la richesse de leur offre et permet aussi, par comparaison, d’en identifier certains.

 

[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s.
[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s.
Papier dominoté
[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s. p. de garde
 

A ORLEANS CHEZ [LETOURMI]. Impression en noir, rouge jaune et bleu au patron. XVIIIe s.
A ORLEANS CHEZ [LETOURMI]. Impression en noir, rouge jaune et bleu au patron. XVIIIe s.
[A CHARTRES] GARNIER. ALLABRE. N° 11. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
[A CHARTRES] GARNIER. ALLABRE. N° 11. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
 

Rareté et fragilité des supports

Nous avons évoqué les livres imprimés comme documents ayant conservé leur couvrure en papier dominoté. Cette dernière n’a pas vocation exclusive à recouvrir les imprimés : on trouvera maints exemples de papiers protégeant des manuscrits, des cahiers d’écolier assez souvent, des thèses, mais bien d’autres types de documents.

Impression en noir, bleu au patron. XVIIIe s.
Impression en noir, bleu au patron. XVIIIe s.
Impression en noir. Jaune, rose, rouge et orange au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Jaune, rose, rouge et orange au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Rouge, bleu, vert et jaune au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Rouge, bleu, vert et jaune au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.

 

Les papiers décorés en question pouvaient s’acheter chez les marchands, stationnés ou ambulants. Les ateliers de reliure des maisons religieuses pouvaient s’y fournir. Par exemple, les capucins de Nancy ont utilisé un papier dominoté à motif de feuilles de lierre stylisées sur un manuscrit scientifique du xviie s. (Analème et profil de la sphère par F. Jacques, ms. 310) ; on trouvera le même papier décoré sur une encyclopédie du xvie s. avec la même provenance. Les exemples ne sont pas abondants ; cette rareté même peut constituer un indice pour mieux cerner une provenance.

Décor à feuilles de lierre utilisé par les Capucins de Nancy. Variante des planches de Benoist Huquier à Orléans. XVIIIe s.
Décor à feuilles de lierre utilisé par les Capucins de Nancy. Variante des planches de Benoist Huquier à Orléans. XVIIIe s.

 

Certaines images sont parlantes : il faut bien l’avouer, ces couvrures en papier ont souvent été négligées, leur état est quelquefois attristant. Par essence fragiles et éphémères –celles qui subsistent sont celles qui n’ont pas été remplacées et qui ont survécu jusqu’à nous- elles ont rarement intéressé l’historien ou le bibliophile plus enclins à signaler les beaux maroquins reliés aux armes ou les décors artisanaux ou artistiques. Du côté des bibliothécaires, force est de constater que l’intérêt pour ces papiers décorés est venu tardivement : nous sommes pourtant bien placés pour repérer et décrire ces couvrures, faire des rapprochements à travers les collections. Il en va ainsi, les modes changent et font se déplacer les centres d’intérêt.

Les arts décoratifs suscitent aujourd’hui l’enthousiasme et nous réalisons tout le parti qu’on peut tirer de ces papiers décorés. L’exposition « Faire le mur » du Musée des Arts décoratifs de Paris,  consacrée à l’art du papier peint2 en montrait quelques exemples en guise de préambule historique.  les bibliothèques d’Epinal, de Toulouse et de Grenoble s’y intéressent tout autant.

La conservation des papiers dominotés

La question est de savoir si ces documents doivent ou non être placés en réserve précieuse. Méritent-ils ce traitement de faveur ? Il n’y a évidemment pas de réponse unique. Si le caractère esthétique n’a jusqu’ici pas été évoqué, et il n’entre pas pour rien dans la décision finale, rareté et fragilité à elles seules suffisent pour justifier de recoter un document et le placer en réserve précieuse. Cependant, si les magasins qui les conservent répondent aux normes élémentaires de conservation et, si les conditions de communication sont suffisamment exigeantes en terme de surveillance et de manipulation, il n’est peut être pas nécessaire de déplacer, recoter et placer en réserve les documents en question. D’autant que l’opération suppose souvent une intervention matérielle sur les documents : décoller une étiquette de cote sur les couvrures en papier peut être inopportun. A l’instar des timbres humides mal placés ou trop nombreux, les étiquettes de cote sont parfois malvenues. Profitons-en pour suggérer aux responsables des opérations de rondage en bibliothèque, que, dans la mesure du possible, on évitera de les coller directement sur l’ouvrage : une jaquette en papier de conservation fera très bien l’affaire pour cet usage. Si « le mal est déjà fait », inutile de rafraîchir l’étiquette, comme il a été fait sur ce beau papier du xviie siècle figurant une allégorie de fleuve et des cornes d’abondance. L’ancienne cote était certainement « passée » comme on dit, mais la nouvelle est par trop voyante.

Fragment de papier peint. Cornes d’abondance et allégorie de fleuve. XVIIe ou début XVIIIe s.
Fragment de papier peint. Cornes d’abondance et allégorie de fleuve. XVIIe ou début XVIIIe s.

Des papiers dominotés en gardes de reliure

Il est un endroit plus discret où les papiers dominotés ont trouvé un emploi légèrement différent mais toujours lié à la couvrure : il s’agit des gardes de reliure. Nous quittons le domaine des livres brochés, mais ne nous éloignons que peu. Par définition, les papiers de garde ont moins souffert des frottements mécaniques, de la poussière et des manipulations. Ils se présentent donc en meilleur état.

Impression en bleu sur papier blanc. Premières années du XIXe s.
Impression en bleu sur papier blanc. Premières années du XIXe s.
Impression en rouge, puis en vert. Premières années du XIXe s.
Impression en rouge, puis en vert. Premières années du XIXe s.

 

En ouvrant les livres, nous accédons aussi à d’autres types de papiers décorés, plus riches, plus flatteurs.

Variété des décors

On a vu que les fabricants de papiers dominotés pouvaient aussi fabriquer des papiers marbrés et d’autres types de papiers décorés. Aujourd’hui, l’appellation « dominotés » ne fait plus référence à ces types de papiers, ni aux papiers avec décors dits  « à la colle ».

Papier tiré, décor à la colle de style nuée. XVIIIe s.
Papier tiré, décor à la colle de style nuée. XVIIIe s.
Décor à la colle avec pigments noirs, dessiné au peigne, effet plume, réalisé par René Wiener après 1895.
Décor à la colle avec pigments noirs, dessiné au peigne, effet plume, réalisé par René Wiener après 1895.

 

Une typologie complète ne peut trouver place ici. Cependant, rappelons qu’à l’origine, les papiers dominotés sont fabriqués avec des bois gravés, utilisent des motifs simples et jouent de la répétition. Les impressions sont souvent faites en noir ou en une couleur unique, les couleurs supplémentaires ajoutées au patron.

Impression en noir, jaune et vert au patron. XVIIIe s.
Impression en noir, jaune et vert au patron. XVIIIe s.
[A Orléans chez Letourmi], XVIIIe s. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
[A Orléans chez Letourmi], XVIIIe s. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.

Des techniques de gravure différentes voient le jour au dix-septième siècle et seront utilisées au siècle suivant pour des papiers d’un genre nouveau : les papiers gaufrés dorés. Ils viennent d’Allemagne pour la plupart, Augsbourg étant le centre de production le plus connu. Une plaque de cuivre incisée très profondément permet de créer des motifs nouveaux, plus fins, plus sophistiqués, suivant l’engouement de la mode des indiennes. Une feuille métallique, dorée ou argentée est placée entre la plaque d’impression et le papier pour donner un effet sans comparaison avec la couleur.

Papier doré gaufré, impression en négatif sur papier blanc et feuille orange intercallé. XVIIIe s
Papier doré gaufré, impression en négatif sur papier blanc et feuille orange intercallé. XVIIIe s

 

Cependant, rien n’interdit de mixer les techniques, et, au gaufrage doré, se mêlent couleurs posées au pochoir, comme on le faisait sur les motifs imprimés en noir à partir de planches de bois.

Doré gaufré, impression en négatif, orange, vert, rose et jaune à la poupée. XVIIIe s.
Doré gaufré, impression en négatif, orange, vert, rose et jaune à la poupée. XVIIIe s.

 

On le voit, le champ des possibles est très riche. Bien d’autres techniques pourraient être évoquées, comme celle des bronzefirnis (papiers dorés vernis) par exemple. Gageons que la mise en ligne de galeries d’images fera naître un intérêt grandissant pour ces papiers encore souvent ignorés.

 

 

 

  1. Jammes (André), Papiers dominotés : trait d’union entre l’imagerie populaire et les papiers peints (France / 1750-1820), Paris : Éd. des cendres, 2010 ; Kopylov (Marc), Papiers dominotés français ou L’art de revêtir d’éphémères couvertures colorées livres & brochures entre 1750 et 1820, Paris : Éd. des Cendres, 2012 ; Kopylov (Marc), Papiers dominotés italiens : un univers de couleurs, de fantaisie et d’invention : 1750-1850, Paris : Éd. des cendres, 2012 ; Doisy (Marie-Ange), De la dominoterie à la marbrure : histoire des techniques traditionnelles de la décoration du papier, Paris : Art et métiers du livre éd., 1996 ; Miura (Einen), L’art du papier marbré, Paris : A. Colin, 1991. []
  2. La Hougue (Véronique de, dir.), Faire le mur : 4 siècles de papiers peints, [exposition, Paris, 2016], Paris, les Arts décoratifs, 2016. []

Les Livres de Nicolas Durival

Bien que son Journal n’en fasse guère mention, Nicolas Durival est un grand lecteur et probablement un collectionneur de livres. Le Catalogue de la Bibliothèque royale imprimé en 1766 mentionne une douzaine d’ouvrages ex dono Dni Durival…. Son œuvre quant à elle est émaillée de références à des ouvrages d’histoire contemporains de la rédaction.

Super-libris de Nicolas Durival

Super-libris de Nicolas Durival sur Algèbre, effections géométriques… par François Viète, trad. par N. Duret… — Paris : Vve Moreau, 1644. Cote 273 511.

Une bibliothèque éclectique

C’est Justin Favier1 qui repère le premier dans le Catalogue de la Bibliothèque dressé par Solignac en 1766 et complété ensuite, la mention « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idii] »2. Onze ouvrages sont ainsi qualifiés : un du xvie siècle, six du xviie siècle et quatre du xviiie — dont deux postérieurs à 1766.

Aux deux extrémités de la chronologie, nous trouvons des ouvrages emblématiques. Nicolas Durival enrichit la bibliothèque d’une Nancéide, l’ouvrage de Pierre de Blarru imprimé en 1518 à Saint-Nicolas-de-Port par Pierre Jacobi, fondateur de l’historiographie ducale. Il fait également don d’un exemplaire de sa Description de la Lorraine et du Barrois, parue en 1778 après plus de vingt ans de recherches.

La Nanceide de Pierre de Blaru
Page de titre de La Nanceide de Pierre de Blarru imprimée à Saint-Nicolas-de-Port en 1518. Cote Rés. 4353.

Les autres ouvrages appartiennent à la littérature de dévotion (un traité de Claude Joly, l’Explication des maximes des saints de Fénelon), à la poliorcétique (une Nouvelle Manière de fortifier datée de 1666 et non identifiée pour l’instant) ou à la politique. On y voit un traité de démonomanie (Lettres de Mr de St André médecin ordinaire du roi au sujet de la magie, des maléfices et des sorciers, Paris, R.-M. Despilly, 1725), une algèbre de poche (François Viète, L’algèbre ou affections géometriques…, Paris, veuve Moreau, 1644) aussi bien qu’un ouvrage paru « sous le manteau », Les Moines empruntez de Pierre Joseph (1698).

Deux autres pièces actuellement conservées à la Bibliothèque portent la marque de leur ancien possesseur. Un exemplaire de l’éloge de Maupertuis prononcé par le comte de Tressan devant l’Académie royale des sciences, arts et belles lettres de Nancy en 1760 et publié par Leseure, porte sur la première garde volante la mention manuscrite « Mr. Durival » (cote 702 023 (6)). Il peut s’agir d’un ex dono de Tressan à Durival, ou simplement, puisque ces livrets étaient imprimés avec l’autorisation de l’Académie, de l’exemplaire destiné à l’un de ses membres. Un livre d’histoire, les Mémoires de Claude de Montrésor (Leyde, J. Sambix, 1667), est clairement marqué au plat supérieur d’un « DURIVAL. » aux petits fers à chaud.

Ce super libris se retrouve sur le Viète ci-dessus cité, à défaut des autres volumes mentionnés au catalogue. Nous pouvons cependant faire l’hypothèse que parmi ceux-ci, ceux qui correspondent à un volume actuellement présent à la Bibliothèque et dont la cote signale un ouvrage xviie-xviiie siècles sont bien les exemplaires donnés par le lieutenant général de police (le Joly, le Fénelon, le traité sur la magie…). Pour d’autres, l’identification n’est pas aisée, ou bien ils sont franchement manquants (un Claudien). L’application d’une marque d’appartenance n’était peut-être pas une préoccupation première de Durival, ou cette pratique a pris place à une époque particulière de sa vie, ou encore correspond-elle plutôt à des ouvrages qui lui ont été donnés, plutôt que d’ouvrages qu’il aurait acheté lui-même — ou le contraire, d’ailleurs (absence de marquage sur des ouvrages donnés et dont il n’avait pas l’usage, déposés à la Bibliothèque royale). L’examen des reliures ne nous apprend rien de probant.

Le fait est qu’aucun des livres donnés à la Bibliothèque ni portant la marque de Durival n’a de rapport proche ou lointain avec son œuvre d’historien, ce qui ne laisse pas d’étonner, car l’examen des sources utilisées dans la Description de la Lorraine montre un auteur très soucieux de la diversité et de la complétude de ses sources.

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre du Mémoire sur la Lorraine et le Barrois. Suivi de la Table topographique des lieux. Par D[urival]. — A Nancy, chez Henry Thomas, imprimeur-libraire, à la Bible d’Or, [1753]. Cote 50 035.

Des sources contemporaines choisies

L’écriture de la Description de la Lorraine et du Barrois est l’œuvre de toute une vie. Alors qu’il fait paraître sans nom d’auteur son Mémoire en 1752, Durival travaille déjà à une géographie et une histoire des duchés qui inclue le règne de Stanislas. Conscient des besoins de la période contemporaine, il accumule dans son Journal manuscrit les faits marquants et les statistiques caractéristiques de son temps afin de les restituer par la suite. L’examen de ses ouvrages montre aussi qu’il a un accès aisé aux ouvrages d’histoire les plus récents, qu’il les a lus et sait les critiquer.

Dans le tome II de la Description (Nancy, veuve Leclerc, 1779), se trouvent les 50 pages de développement consacrées à la capitale des duchés. Il y renvoie à de nombreuses reprises le lecteur au premier tome de l’ouvrage afin d’éviter des répétitions dans son raisonnement ou pour trouver les preuves de ses assertions.

Classiquement, il utilise à de nombreuses reprises le Grand Dictionnaire historique de Moréri, les ouvrages de Dom Calmet3, avec lequel il a été en relations épistolaires, et de Dom Pelletier4, et les deux ouvrages de prestige de son règne, le « Recueil Héré »5 et les « Fondations du roi »6. Il se montre critique sa lecture des historiens qui l’ont précédé, comme François-Antoine Chevrier (1721-1762) « qu’il faut lire avec précaution », ou Charles Léopold Andreu de Bilistein, un ingénieur des Pays-Bas auteur d’un projet de canal entre Jarville et la ville vieille, et dont les considérations sont suivies par un arrêt royal de 1778, seize ans après leur publication. L’examen de ses références montre qu’il a accès à une bibliothèque récente et fournie en de nombreux domaines comme l’histoire de Nancy (Histoire de la congrégation du Refuge, publiée en 1716) ou les voyages — le Voyage en Italie de Jérôme de La Lande (1769) est cité comme source sur le peintre Le Lorrain. Où et comment consultait-il ses ouvrages ? À la bibliothèque publique fondée sous tutelle de l’Académie ? Auprès de ses amis ? Un prochain article montrera quelle importance pouvait avoir sa position de lieutenant général de police de Nancy dans le commerce du livre dans le duché et à Paris.

  1. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  2. Cette résolution nous paraît préférable à la plus classique aedil[is] praes[tantis] car plus conforme à la position de Durival. []
  3. Augustin Calmet, Bibliothèque lorraine ou Histoire des hommes illustres qui ont fleuri en Lorraine, Nancy, 1751. []
  4. Dom Ambroise Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, en forme de dictionnaire…, Nancy, Thomas, 1758). Ses propos trouvent fréquemment leur fondement dans les recueils des actes de Stanislas ((Recueil des ordonnances et réglemens de Lorraine…, Nancy, JB Cusson et al., 1759-1769. []
  5. Emmanuel Héré, Recueil des plans, elevations et coupes…, Paris, François, 172-1753. []
  6. Nicolas Michel, Recueil des fondations et établissemens faits par le Roi de Pologne..., Lunéville, CF Messuy, 1761-1762. []

Découvrir le Canada à la bibliothèque de Nancy

Depuis plusieurs années, la bibliothèque accueille des étudiants dans le cadre de leur stage universitaire. Former les générations futures à la conservation et la valorisation du patrimoine est une mission indispensable pour que le patrimoine reste vivant. En 2016, plusieurs étudiants sont venus observer et participer aux missions quotidiennes des agents du patrimoine.

 

Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756
Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756

Lucie Creusat, étudiante en première année du Master patrimoine à l’Université de Lorraine, a choisi de s’intéresser au Canada. Pour son stage, la bibliothèque lui a proposé de traiter des collections en rapport avec son sujet de Master : le Codex Canadensis.

Le Codex Canadensis

Le Codex Canadensis est un manuscrit attribué au père Louis Nicolas (1634-168?), un missionnaire jésuite parti convertir les « sauvages » au Canada en 1664. Riche de près de 180 dessins réalisés entre 1664 et 1675, le manuscrit est actuellement conservé au musée Gilcrease à Tulsa (Oklahoma, États-Unis). Le codex représente la faune et la flore ainsi que les peuples autochtones canadiens. Chaque dessin est accompagné d’une notice descriptive.
À son retour en France, Louis Nicolas entreprend son ouvrage Histoire naturelle des Indes Occidentales, dont le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Nationale de France.  Celui-ci ne sera, malheureusement, jamais publié.

Les collections géographiques de la bibliothèque

Riche de plus de 500 000 documents, la bibliothèque Stanislas possède de nombreux ouvrages relatifs à la représentation du monde, aux grandes découvertes, aux voyages des explorateurs. L’histoire de la découverte du continent Américain est d’ailleurs liée à l’histoire lorraine  au travers notamment des publications réalisées  par le Gymnase Vosgien. Cette école ecclésiastique, fondée en 1490 par le chanoine Vautrin (ou Gauthier) Lud, publie et diffuse de nombreux travaux scientifiques. C’est à Saint-Dié, en 1507, que le Gymnase vosgien fait paraître la Cosmographiae introductio, et c’est dans cet ouvrage que le collectif de savants va nommer pour la première fois le nouveau continent découvert par Americo Vespucci : America.

Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller
Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller

D’autres ouvrages de la bibliothèque viennent compléter ces découvertes ; les nombreux atlas mais aussi les récits d’explorateurs nous replongent dans ces mondes nouveaux que l’on tentait alors d’explorer.

Sélection canadienne

Pour ce stage d’une durée de 21 jours, nous avons sélectionné un ensemble de documents : cartes géologiques, cartes géographiques, cartes ferroviaires et récits d’explorateurs. L’objectif, au terme du stage, était d’avoir mené à bien les missions premières d’un agent du patrimoine : conserver, étudier, diffuser. Lucie a donc dans un premier temps classé, dépoussiéré et conditionné les documents. Puis elle a effectué des recherches pour pouvoir cataloguer des œuvres. Enfin, nous lui avons demandé de nous faire découvrir la « Nouvelle-France », à travers une sélection de quelques œuvres remarquables conservées à la bibliothèque. Voici sa sélection.

Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756
Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756

Cartes géologiques

La bibliothèque Stanislas possède un ensemble de 107 cartes géologiques du Canada conçues par la Geological Survey of Canada au cours du xixe siècle. Cette institution est une organisation scientifique fondée en 1842 dont le but est d’assurer l’essor de l’industrie canadienne des minéraux en établissant les principales bases géologiques du pays.
Chaque carte de cet ensemble est estampillée du cachet de la Société des Sciences de Nancy qui en a fait don à la bibliothèque. Cette société, qui existe depuis 1828 et qui a été renommée Académie Lorraine des Sciences en 2001, a régulièrement versé des documents à la bibliothèque de Nancy.
Ces cartes présentent un grand intérêt pour la connaissance géologique du territoire canadien entre 1959 et 1964.

 

Les cartes géographiques, maritimes et ferroviaires

Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896
Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896

Les cartes concernant le Canada ont été extraites de la collection des cartes géographiques de la bibliothèque afin d’être étudiées. Ce lot comprend des cartes datant du milieu du xviiie siècle jusqu’au xixe. Dix huit sont des cartes ferroviaires et maritimes, en anglais, datant approximativement de 1896. Elles donnent des informations sur les horaires et tarifs pour les transport des personnes.

Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine
Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine. 1755

Douze cartes géographiques présentent le continent américain, en particulier le territoire de la Nouvelle-France jusqu’alors inconnu et en cours d’exploration. Elles s’avèrent utiles aux navigateurs pour identifier les lieux où il est possible d’accoster ou de pêcher. On y voit également l’embouchure du fleuve Saint-Laurent qui est un endroit stratégique pour entrer au Canada par voie fluviale.
La lecture de ces cartes donne aussi des informations sur les limites des territoires étrangers, les forts, les noms des peuples amérindiens et leur localisation, mais aussi les rivières et les fleuves où il est possible de naviguer.

Deux cartes présentent un intérêt particulier :

Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
  • La première est la Carte d’Amérique divisée en ses principaux États avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans le Sud par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques, réalisée par Jean-Baptiste Nolin (1686-1762) et publiée en 1820.
    Elle représente l’ensemble du territoire américain, avec des reliefs et des parties colorées qui délimitent les territoires. Un encart en bas de la carte présente la partie arctique du Nord de l’Amérique.
    Sur la carte générale on observe les différentes voies empruntées par les navigateurs depuis Magellan (1480-1521) jusqu’à James Cook (1728-1779) et Clarke en 1778-1779.
    Le cartographe mentionne des zones qui restent encore inconnues. Les contours apparaissent mais les terres sont inexplorées.
"Carte d'Amérique Dressée pour l'instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l'Académie des Sciences. Nouvellement Revue, Augmentée et Assujetie aux Nles Observations Astronomiques de Mrs. de l’Academie des Sciences."
Carte d’Amérique Dressée pour l’instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l’Académie des Sciences.
Nouvellement Revue, Augmentée et Assujetie aux Nles Observations Astronomiques de Mrs. de l’Academie des Sciences.
  • La deuxième est une carte datant de 1808, intitulée Carte d’Amérique Dressée pour l’instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l’Académie des Sciences, qui représente le continent américain et une partie de l’Europe et de l’Afrique . Comme sur la carte précédente, un encart souligne la description des côtes de l’Alaska par le capitaine Cook.
    Cette carte présente les différents peuples d’Amérique, mais aussi les forts, les lacs, les rivières et les zones de relief.
    L’une de ses particularités est qu’elle présente le « Premier Méridien, fixé à l’Isle de Fer par la Déclaration du roi Louis xiii ». Le roi a rendu obligatoire en 1634 l’utilisation de ce méridien . Depuis le xvie siècle les grandes puissances européennes choisissent leur propre méridien : le Portugal choisit une île des Açores, l’Espagne prend Tolède, etc. Louis xii, conscient du problème que cela pose, décide de réunir les plus grands cartographes et géographes d’Europe pour qu’ils s’accordent sur un premier méridien. Il va alors imposer aux géographes français l’utilisation du méridien de l’île de Fer comme premier méridien et, peu à peu, les géographes européens vont accepter cette décision.
    En 1792, le méridien de l’île de Fer est abandonné au profit du méridien de Paris, qui lui même est supplanté en 1884 par le méridien de Greenwich, adopté au niveau international. Cependant la France va garder, jusqu’en 1911, le méridien de Paris pour ses propres cartes géographiques du territoire.

Récits d’explorateurs

Depuis toujours les hommes ont cherché à découvrir de nouveaux territoires. En Lorraine, on retiendra le nom de Jacques Marquette (1637-1675), prêtre et missionnaire jésuite de Lorraine, qui partira en mission en Amérique. Son nom reste associé à l’exploration de la vallée du Mississippi.

La bibliothèque Stanislas possède un nombre important de récits de voyages d’explorateurs du Nouveau-Monde (mais aussi d’autres terres). Ceux de Samuel de Champlain (vers 1570-1635), Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), Dière de Dièreville (vers 1670-après 1711) et celui de Louis Hennepin (1626-1705) Voyage ou nouvelle découverte d’un très grand pays dans l’Amérique entre le nouveau Mexique et la mer glaciale. Dans son ouvrage, publié en 1704, ce prêtre et missionnaire franciscain décrit les terres intérieures de l’Amérique du Nord et ses conditions de voyages, que ce soit par voies navigables ou à pied, mais aussi les diverses rencontres imprévues ou organisées qui ont lieu avec les «sauvages». Hennepin les décrit souvent comme des personnes accueillantes qui leur donnent beaucoup de nourriture au cours de son exploration avec ses hommes. Mais l’auteur explique aussi que se sont des «barbares» car il assiste à des scènes de mutilation ou de cannibalisme. Si les rencontres semblent parfois prendre une mauvaise tournure, souvent les choses s’arrangent quand il leur présente un calumet qui est le symbole de la paix pour les Amérindiens. L’analyse de cet ouvrage révèle de nombreuses similitudes avec le Codex Canadensis : la description des mœurs, de certaines plantes comme le blé d’Inde (maïs) et d’animaux.

Le travail effectué pendant ce stage a permis de traiter et de valoriser des collections peu exploitées jusqu’alors à la bibliothèque Stanislas. Ainsi, nous redécouvrons aujourd’hui une partie de l’histoire du Canada.

Astrid Mallick et Lucie Creusat.

Du reconditionnement des œuvres à l’étude scientifique : l’exemple de la collection Piroux

En 2016, la bibliothèque a décidé de faire numériser l’une de ses collections les plus connues, celle d’Augustin-Charles Piroux (1749-1805), architecte et avocat à la fin du 18e siècle. Dans cette collection sont conservés de très nombreux dessins d’architecture du 18e siècle, représentant les plus célèbres bâtiments de Lorraine. Du dépoussiérage à leur conditionnement, de la restauration au catalogage scientifique, zoom sur le traitement intégral d’une collection.

 

I. Cabinet de S A R coté de la cheminée [Projet de décor pour le cabinet de Léopold], Germain Boffrand
I. Cabinet de S A R coté de la cheminée [Projet de décor pour le cabinet de Léopold], Germain Boffrand

Augustin-Charles Piroux,  un architecte collectionneur et bibliophile

Augustin-Charles Piroux est né à Lunéville en 1749. Orphelin à l’âge de six ans, il grandit dans la famille de son oncle Joseph George. Une enfance plutôt malheureuse car il est rejeté et raillé par les membres de cette famille adoptive. Curieux de sciences et de lectures, il est pris comme commis d’architecte vers l’âge 18 ans, chez un certain Joly à Lunéville puis est reçu par le corps des architectes de Nancy en 1776 à l’âge de 27 ans. Il suit également des cours de droit à Nancy et devient avocat en 1778.

Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.
Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Augustin-Charles Piroux.

Dès son jeune âge, Augustin Piroux achète régulièrement des livres de sciences, de géométrie et d’architecture. Sa passion pour les livres l’amène à constituer une bibliothèque importante constituée de plus de 2 000 volumes. Ses livres de comptes montrent que les achats de livres tiennent la première place dans ses dépenses et cela pendant plus de vingts ans. Il ira même jusqu’à s’endetter auprès de son libraire pour en acquérir. On trouve également de très nombreux livres de droit en particulier concernant la Lorraine.

Mais loin de s’en tenir à la constitution d’une bibliothèque admirable, il amasse également un très grand nombre de documents, de dessins et d’estampes. Il constitue ainsi une masse de dossiers documentaires sur l’agriculture, la culture des pommes de terre et des choux, sur le tabac, le chauffage, les chiens errants, les lois domaniales, les spectacles, etc… mais aussi sur les bâtiments lorrains.

De sa carrière d’architecte nous retenons la construction des synagogues de Lunéville et de Nancy.

Il décède en 1805 à l’âge de 55 ans, peu après son installation à Épinal.

Le « fonds Piroux »

L’ensemble des documents, dessins et estampes collectés par Piroux est aujourd’hui connu sous le nom de « fonds Piroux ». Cette collection est conservée principalement à la bibliothèque Stanislas et à la médiathèque de Lunéville. C’est probablement en 1884,  à la mort de son fils Joseph, que le fonds Piroux a été versé à la bibliothèque. Les deux sites conservent à la fois des documents manuscrits, des dessins et des estampes.

Façade du coté du jardin [Projet de reconstruction du château de Lunéville, dessin pour la façade du corps de logis du coté du jardin], Germain Boffrand
Façade du coté du jardin [Projet de reconstruction du château de Lunéville, dessin pour la façade du corps de logis du coté du jardin], Germain Boffrand
L’intérêt premier de cette collection est qu’elle contient des documents originaux traitant de la Lorraine, datant du 18e siècle, voire parfois du 17e siècle. Des documents relatifs à la justice, aux coutumes, aux métiers et corporations, à l’agriculture, bref à la vie quotidienne en Lorraine à son époque. Ils n’ont jamais été véritablement étudiés. La collection de dessins, en revanche, a fait l’objet de beaucoup plus d’attention. Elle contient les plans et élévations de très nombreux bâtiments lorrains dont le château de Lunéville ou le palais ducal de Nancy. Les dessins contenus dans cette collection ne sont pas tous de Piroux. On y retrouve les projets des architectes Germain Boffrand ou Émmanuel Héré pour les grands monuments de Lorraine. Certains d’entre eux ont déjà été publiés dans des articles ou des monographies.

Mieux conserver la collection

La numérisation d’une collection est toujours un bon prétexte pour la reconsidérer dans son ensemble. Les arts graphiques de la bibliothèque ayant fait l’objet d’un nouveau protocole de traitement, l’ensemble de la collection Piroux doit passer par les différentes phases de dépoussiérage, conditionnement, recotation et description scientifique.

Elévation de l'aile des offices de la Malgrange [Projet pour l'élévation du château de la Malgrange] , Germain Boffrand
Exemple de dessin qui nécessite une remise à plat. Elévation de l’aile des offices de la Malgrange [Projet pour l’élévation du château de la Malgrange], Germain Boffrand
Le conditionnement actuel n’est pas satisfaisant. L’ensemble des dessins est classé par localité et réuni en liasse dans des pochettes de papier permanent. Très souvent, les dessins sont pliés car leur format est important.

L’objectif, qui est le même que pour l’ensemble des arts graphiques, est de reprendre le classement en séparant d’abord les dessins des estampes, puis de classer les œuvres selon leur format, afin de mettre à plat la quasi totalité de la collection.

Chaque œuvre est ensuite dépoussiérée puis mise en pochette de papier de conservation. Les dessins sont conditionnés individuellement, les estampes par lots.

Mieux étudier la collection

S’agissant ici d’une collection importante qui contient des documents originaux sur la Lorraine, il paraissait judicieux de reconsidérer également les informations scientifiques propres à chaque œuvre. Si certains dessins ont été souvent publiés et étudiés, d’autres sont restés totalement oubliés. Or, l’ensemble constitué par Piroux a une cohérence. Plusieurs pochettes contiennent des ensembles thématiques comme « Portes », « Ornements » alors qu’il y a également des pochettes pour des localités comme Lunéville ou Nancy. L’étude scientifique de la collection, nous a permis de réattribuer plusieurs dessins à des lieux ou des artistes. Nous avons également constaté que certains dessins ont été mélangés et ne se trouvent plus dans le classement originel.

[Motif d'ornement : modèle de rosace tournante à feuille d'acanthe et feuille d'eau], anonyme
[Motif d’ornement : modèle de rosace tournante à feuille d’acanthe et feuille d’eau], anonyme
Pour l’examen des œuvres, nous avons demandé la collaboration scientifique de M. Thierry Franz chargé de la documentation des collection au château de Lunéville. Véritable expert pour l’architecture au 18e siècle en Lorraine, il a pu dater avec précision de très nombreux dessins mais également attribuer plusieurs d’entre eux à des architectes lorrains ou identifier les bâtiments représentés.

Un dessin de Jean Lamour ?

Parmi les jolies découvertes se trouve un dessin qui pourrait être attribué au serrurier lorrain Jean Lamour ou à son atelier, bien qu’il soit classé dans la pochette « Dessins pour la serrurerie par Piroux ». Il y a également de nombreux autres dessins dans cette pochette qui ne sont pas de la main Piroux, comme d’ailleurs dans le reste de la collection.

Feuille d'acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour
Feuille d’acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour

Ce dessin à l’encre métallo-gallique est d’une grande qualité. Le trait est sûr et précis tout en conservant une grande souplesse dans sa réalisation. Les détails sont d’une grande finesse et les zones d’ombrages donnent du volume à la pièce de ferronnerie. Il représente un modèle de feuille d’acanthe, probablement un modèle pour de la serrurerie. Stylistiquement, cette feuille d’acanthe se rapproche étrangement de celle qui figure sur les grilles de la place Stanislas de Nancy. On y retrouve cette petite courbe qui surmonte l’acanthe et qui est une caractéristique du serrurier nancéien. Le format du dessin laisse supposer qu’il a pu servir à la réalisation d’un modèle à taille réelle.

Feuille d'acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour, détail du verso
Feuille d’acanthe, modèle pour ferronnerie, attribué à Jean Lamour, détail du verso

Autre détail intéressant, au verso se trouve l’inscription « Lamour » qui pourrait valoir signature1. Nous avons comparé cette inscription avec les signatures de Jean Lamour conservées sur les actes officiels aux archives municipales et départementales. Plusieurs de ces signatures montrent des similitudes. Un autre nom, que nous n’avons pas pu déchiffrer figure également au verso. Un commanditaire ? Un collaborateur de Jean Lamour ? Le mystère reste entier.

Sur le recto on trouve également une note manuscrite « pour vous » suivie d’une addition de chiffres, qui pourrait correspondre à une comptabilité.

Bien que dans toute attribution il faut rester très prudent, l’ensemble de ces détails laisse supposer que ce dessin pourrait être de la main de Jean Lamour ou issu de son atelier. Il s’agirait alors de l’un des très rares dessins de l’artiste ou de son atelier conservés à ce jour.

Motif d'ornement : feuille d'acanthe, anonyme
Motif d’ornement : feuille d’acanthe, anonyme

Valoriser la collection

D’autres dessins de cette collection ont pu être identifiés. Ils sont même déjà mis en valeur dans des expositions ou des ouvrages scientifiques. Avec la mise en ligne prochaine des collections lorraines dans le cadre du projet BNR2, le « fonds Piroux » sera visible et accessible à tous. Les chercheurs auront donc un accès facilité aux collections et pourront documenter leurs travaux grâce aux images et informations scientifiques mises en ligne.

 

 

 

 

  1. Voir la remarque de T. Franz dans le catalogue de l’exposition Stanislas Leszczynski, de l’homme à lalégende, publié en 2016, page 71, cat. 62. []
  2. La Bibliothèque Numérique de Référence du Sillon Lorrain (Épinal, Metz, Nancy et Thionville) doit ouvrir à partir du premier semestre 2017,  un des trois sites la composant sera dédié au patrimoine lorrain []

Les murs ont des oreilles : notes sur Sound of Silence d’Émilie Salquèbre et William Nurdin

Sound of Silence (voici le teaser) est une invitation à déambuler dans les dédales de la Bibliothèque Stanislas, pour y voir et y entendre la bibliothèque autrement : en dehors de ses habitudes, et à l’encontre des associations que suscite traditionnellement le lieu.

Continuer la lecture de Les murs ont des oreilles : notes sur Sound of Silence d’Émilie Salquèbre et William Nurdin

Du maréchal de Boufflers à Jean Ipoustéguy : de nouvelles œuvres lorraines entrent au patrimoine de la Bibliothèque

Achats chez des libraires, en ventes publiques, mais aussi dons de particuliers : le patrimoine écrit et graphique des Bibliothèques s’enrichit chaque année.

Continuer la lecture de Du maréchal de Boufflers à Jean Ipoustéguy : de nouvelles œuvres lorraines entrent au patrimoine de la Bibliothèque

100 romans lorrains : la fiction lorraine ne se porte pas trop mal

Alors que tant de moyens d’information donnent aujourd’hui une autre dimension à la lecture, l’appétit pour le récit romanesque se porte bien ; un succès que l’on doit aux anecdotes relatées dans les textes ayant pour cadre l’histoire  d’une région. Ce sont des promenades accueillantes auxquelles nous convient les auteurs, nous réservant bien des plaisirs : revivre une autre époque, d’autres coutumes, lire d’extraordinaires destins et de belles aventures sous quelques plumes régionales1.

Couverture de Jérôme Thirolle, Les doigts d'or d'Élise
Jérôme Thirolle, Les doigts d’or d’Élise

La fiction lorraine ne se porte pas trop mal

Pas moins de 100 titres de romans ayant pour cadre la Lorraine viennent enrichir le fonds lorrain disponible au prêt à domicile. Ce projet permet de valoriser et de développer une autre forme de lecture pour des usagers désireux de goûter aux aventures lorraines.

Dans leurs sagas rurales ou urbaines, les auteurs nous tissent à travers leurs récits des séquences de vie pour nous faire partager tant les joies et les drames  de leurs personnages.

Qu’ils soient sentimentaux,  historiques ou policiers, que leurs auteurs soient connus ou non, ces textes sont peuplés de héros attachants où l’invitation au voyage est de mise.

Des petits bals aux thrillers

En guise de mise en bouche, il vous est proposé de découvrir ou redécouvrir quelques auteurs bien implantés dans le paysage.

Henriette Bernier nous transporte dans les années 50 dans son roman Bals, petits bals. Après la longue période de rationnement au sortir de la guerre, les héroïnes Juliette et Camille ont envie de rire, chanter et se divertir dans les flonflons et airs d’accordéon des bals populaires.

Couverture de Henriette Bernier, Bals, petits bals
Henriette Bernier, Bals, petits bals

De Michel Caffier, critique littéraire ancien journaliste de l’Est Républicain, on retiendra La Paille et l’osier, où il évoque le destin méconnu des « optants » au lendemain de la guerre de 1870.

Couverture de Michel Caffier, La paille et l'osier
Michel Caffier, La paille et l’osier

Steve Rosa écrit la « chronique d’une mort annoncée » : C’est Bécassine qui assassine entraîne le lecteur dans les rues de Nancy, dans les pas d’une dangereuse psychopathe.

Transportons-nous dans une atmosphère Art Nouveau dans Les amours de Bélisaire de Benoît Gautier qui se fatigue à fixer l’image d’une apparition féminine sous les traits de « Madonna », statue en forme de chauve-souris.

Frédérique Volot nous révèle les secrets de la fabrication du papier mâché dans Pour l’honneur de Blanche. De la manufacture des Frères Adt dit la « Tata » de Pont-à-Mousson à la rencontre avec le Prince Volokhthine, Blanche prend sa revanche sur le destin en retrouvant l’amour et le chemin d’une nouvelle vie.

Couverture de Frédéric Volot, Pour l'honneur de Blanche
Frédéric Volot, Pour l’honneur de Blanche

Ils sont tous là, ou presque

Notre sélection est forcément subjective : nous avons choisi de partager les romans que l’équipe du fonds lorrain a aimés, ou trouvés indispensables pour représenter la Lorraine, son histoire et ses passions.

D’autres auteurs lorrains tout aussi renommés font partie de cette sélection et se trouvent en bonne place sur nos étagères comme le vosgien Gilles Laporte, l’auteur et cinéaste Philippe Claudel, Pierre Pelot, sans oublier Elise Fischer, Nathalie Hug, Paul Couturiau et bien d’autres encore.

Nous faisons le pari que vous allez en découvrir bien d’autres et qu’ils susciteront votre enthousiasme et un engouement : surprises, émotions, frissons et amusements vous attendent.

Mais d’ici là, bonne lecture ….

Couverture de Paul Couturiau, Les silences de Margaret
Paul Couturiau, Les silences de Margaret

M. Moret

 

  1. une sélection de ces romans est à votre disposition en prêt direct en salle Stanislas, armoire G []

Madame de Graffigny à la Bibliothèque Stanislas

Du 3 au 5 juillet 2014, au Château de Lunéville, s’est tenu un colloque consacré à Madame de Graffigny1. Ce colloque faisait suite à une importante donation : deux ans auparavant, le bibliophile belge Pierre Mouriau de Meulenacker avait offert au Château la collection personnelle qu’il avait constituée, pas moins de 135 éditions différentes des œuvres de Françoise de Graffigny.

 

Mme de Graffigny, par D'Agoty d'après Garand.
Mme de Graffigny, par D’Agoty d’après Garand. Cote Bmn : FG 3 Graffigny 03

Françoise d’Issembourg d’Happoncourt de Graffigny est née à Nancy, capitale de la Lorraine le 11 février 1695. Elle vécut à Lunéville, proche de la Cour mais, en 1739, partit vivre à Paris. Elle y trouva la mort le 12 décembre 1758.
Habituée du salon de Mademoiselle Quinault où elle rencontre entre-autres Claude Crébillon, Charles Pinot Duclos, Claude Adrien Helvétius et le comte de Caylus elle est aussi amie de Voltaire et de Marivaux. Françoise de Graffigny, est la femme de lettres la plus célèbre du Siècle des Lumières.

C’est avec les Lettres d’une Péruvienne, parues en 1747, qu’elle connaît le succès. Ce roman, très rapidement piraté par ses contemporains, est réédité à de nombreuses reprises jusqu’à aujourd’hui. L’indépendance d’esprit qu’elle prête à son héroïne, Zilia, une jeune péruvienne enlevée par les Espagnols, est une nouveauté audacieuse, inattendue de la part d’une femme en ce milieu du dix-huitième siècle.

Vers 1730, Madame de Graffigny fait la connaissance de François-Antoine Devaux qui fut son ami, confident et correspondant jusqu’à sa mort. Leur correspondance, qui s’étend entre 1738 et 1758, est actuellement en cours de publication par la Voltaire Foundation : le quinzième et dernier volume est en cours de publication.

La Bibliothèque Stanislas, participante au colloque de 2014, a présenté la collection nancéienne des œuvres de Madame de Graffigny : une quinzaine d’éditions anciennes, quelques lettres autographes et une douzaine de portraits gravés, sans compter les éditions contemporaines. La collection nancéienne est abordée sous l’angle des provenances. Cette approche retient aujourd’hui l’attention des historiens, chercheurs et professionnels des bibliothèques et permet souvent d’enrichir nos connaissances quant à la circulation des documents mais aussi quant à la généalogie des collections.

Les œuvres de Madame de Graffigny ont été collectionnées par des bibliophiles en tous genres, vendues par des cabinets de lecture, et acquises très tôt, pour certaines, par les premiers conservateurs de la Bibliothèque royale de Nancy. Les particularités d’exemplaire, reliures et ex-libris, manuscrits ou en vignette, liées aux imprimés, feront l’objet de la première partie. Ainsi irons-nous à la rencontre de sept propriétaires différents ayant laissé leur marque sur les exemplaires nancéiens : la Bibliothèque publique de Nancy, une certaine Mademoiselle Facq, Henri-Georges Boulay de La Meurthe, le Cabinet littéraire de Veret, Jean-Baptiste Thiéry-Solet, Jean de Maupassant, et Henri Carret. Enfin, une note manuscrite de Madame de Graffigny, en forme d’ex-dono, conclura la série. La deuxième partie aura trait à la collection des autographes et des manuscrits et la troisième s’attachera à quelques portraits du fonds iconographique.

Lire en ligne l’article complet.

  1. Les actes du colloque sont à paraître aux éditions Garnier []

Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

Depuis 2011, la bibliothèque Stanislas a entrepris un vaste chantier sur sa collection d’art graphique. Dépoussiérage, conditionnement, reclassement mais aussi repérage des recueils « dits » de gravure qui doivent intégrer la collection. Or ces recueils ne sont pas tous de même nature. Cette typologie d’objet pose problème en bibliothèque. Qu’appelle-t-on exactement « recueil gravé » ? Doit-on considérer le recueil gravé comme un livre ou comme un album d’estampe ? Une question importante car c’est de la réponse à cette question que va dépendre son traitement physique et intellectuel. Il sera difficile d’y apporter une réponse tranchée car « recueil » est l’un de ces mots commodes dont on est incapable de donner une définition exacte mais dont on ne peut se passer1 ».

 

Continuer la lecture de Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

  1. Citations extraite de l’introduction de Maxime Préaud pour l’ouvrage A l’origine du livre d’art, les recueils d’estampes comme entreprise éditoriale en Europe (xviexviiie siècles), Silvana Edidoriale, 2010. []

Histoire et collections de la Bibliothèque de Nancy