Super-libris de Nicolas Durival

Les Livres de Nicolas Durival

Bien que son Journal n’en fasse guère mention, Nicolas Durival est un grand lecteur et probablement un collectionneur de livres. Le Catalogue de la Bibliothèque royale imprimé en 1766 mentionne une douzaine d’ouvrages ex dono Dni Durival…. Son œuvre quant à elle est émaillée de références à des ouvrages d’histoire contemporains de la rédaction.

Super-libris de Nicolas Durival

Super-libris de Nicolas Durival sur Algèbre, effections géométriques… par François Viète, trad. par N. Duret… — Paris : Vve Moreau, 1644. Cote 273 511.

Une bibliothèque éclectique

C’est Justin Favier1 qui repère le premier dans le Catalogue de la Bibliothèque dressé par Solignac en 1766 et complété ensuite, la mention « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idii] »2. Onze ouvrages sont ainsi qualifiés : un du xvie siècle, six du xviie siècle et quatre du xviiie — dont deux postérieurs à 1766.

Aux deux extrémités de la chronologie, nous trouvons des ouvrages emblématiques. Nicolas Durival enrichit la bibliothèque d’une Nancéide, l’ouvrage de Pierre de Blarru imprimé en 1518 à Saint-Nicolas-de-Port par Pierre Jacobi, fondateur de l’historiographie ducale. Il fait également don d’un exemplaire de sa Description de la Lorraine et du Barrois, parue en 1778 après plus de vingt ans de recherches.

La Nanceide de Pierre de Blaru
Page de titre de La Nanceide de Pierre de Blarru imprimée à Saint-Nicolas-de-Port en 1518. Cote Rés. 4353.

Les autres ouvrages appartiennent à la littérature de dévotion (un traité de Claude Joly, l’Explication des maximes des saints de Fénelon), à la poliorcétique (une Nouvelle Manière de fortifier datée de 1666 et non identifiée pour l’instant) ou à la politique. On y voit un traité de démonomanie (Lettres de Mr de St André médecin ordinaire du roi au sujet de la magie, des maléfices et des sorciers, Paris, R.-M. Despilly, 1725), une algèbre de poche (François Viète, L’algèbre ou affections géometriques…, Paris, veuve Moreau, 1644) aussi bien qu’un ouvrage paru « sous le manteau », Les Moines empruntez de Pierre Joseph (1698).

Deux autres pièces actuellement conservées à la Bibliothèque portent la marque de leur ancien possesseur. Un exemplaire de l’éloge de Maupertuis prononcé par le comte de Tressan devant l’Académie royale des sciences, arts et belles lettres de Nancy en 1760 et publié par Leseure, porte sur la première garde volante la mention manuscrite « Mr. Durival » (cote 702 023 (6)). Il peut s’agir d’un ex dono de Tressan à Durival, ou simplement, puisque ces livrets étaient imprimés avec l’autorisation de l’Académie, de l’exemplaire destiné à l’un de ses membres. Un livre d’histoire, les Mémoires de Claude de Montrésor (Leyde, J. Sambix, 1667), est clairement marqué au plat supérieur d’un « DURIVAL. » aux petits fers à chaud.

Ce super libris se retrouve sur le Viète ci-dessus cité, à défaut des autres volumes mentionnés au catalogue. Nous pouvons cependant faire l’hypothèse que parmi ceux-ci, ceux qui correspondent à un volume actuellement présent à la Bibliothèque et dont la cote signale un ouvrage xviie-xviiie siècles sont bien les exemplaires donnés par le lieutenant général de police (le Joly, le Fénelon, le traité sur la magie…). Pour d’autres, l’identification n’est pas aisée, ou bien ils sont franchement manquants (un Claudien). L’application d’une marque d’appartenance n’était peut-être pas une préoccupation première de Durival, ou cette pratique a pris place à une époque particulière de sa vie, ou encore correspond-elle plutôt à des ouvrages qui lui ont été donnés, plutôt que d’ouvrages qu’il aurait acheté lui-même — ou le contraire, d’ailleurs (absence de marquage sur des ouvrages donnés et dont il n’avait pas l’usage, déposés à la Bibliothèque royale). L’examen des reliures ne nous apprend rien de probant.

Le fait est qu’aucun des livres donnés à la Bibliothèque ni portant la marque de Durival n’a de rapport proche ou lointain avec son œuvre d’historien, ce qui ne laisse pas d’étonner, car l’examen des sources utilisées dans la Description de la Lorraine montre un auteur très soucieux de la diversité et de la complétude de ses sources.

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre du Mémoire sur la Lorraine et le Barrois. Suivi de la Table topographique des lieux. Par D[urival]. — A Nancy, chez Henry Thomas, imprimeur-libraire, à la Bible d’Or, [1753]. Cote 50 035.

Des sources contemporaines choisies

L’écriture de la Description de la Lorraine et du Barrois est l’œuvre de toute une vie. Alors qu’il fait paraître sans nom d’auteur son Mémoire en 1752, Durival travaille déjà à une géographie et une histoire des duchés qui inclue le règne de Stanislas. Conscient des besoins de la période contemporaine, il accumule dans son Journal manuscrit les faits marquants et les statistiques caractéristiques de son temps afin de les restituer par la suite. L’examen de ses ouvrages montre aussi qu’il a un accès aisé aux ouvrages d’histoire les plus récents, qu’il les a lus et sait les critiquer.

Dans le tome II de la Description (Nancy, veuve Leclerc, 1779), se trouvent les 50 pages de développement consacrées à la capitale des duchés. Il y renvoie à de nombreuses reprises le lecteur au premier tome de l’ouvrage afin d’éviter des répétitions dans son raisonnement ou pour trouver les preuves de ses assertions.

Classiquement, il utilise à de nombreuses reprises le Grand Dictionnaire historique de Moréri, les ouvrages de Dom Calmet3, avec lequel il a été en relations épistolaires, et de Dom Pelletier4, et les deux ouvrages de prestige de son règne, le « Recueil Héré »5 et les « Fondations du roi »6. Il se montre critique sa lecture des historiens qui l’ont précédé, comme François-Antoine Chevrier (1721-1762) « qu’il faut lire avec précaution », ou Charles Léopold Andreu de Bilistein, un ingénieur des Pays-Bas auteur d’un projet de canal entre Jarville et la ville vieille, et dont les considérations sont suivies par un arrêt royal de 1778, seize ans après leur publication. L’examen de ses références montre qu’il a accès à une bibliothèque récente et fournie en de nombreux domaines comme l’histoire de Nancy (Histoire de la congrégation du Refuge, publiée en 1716) ou les voyages — le Voyage en Italie de Jérôme de La Lande (1769) est cité comme source sur le peintre Le Lorrain. Où et comment consultait-il ses ouvrages ? À la bibliothèque publique fondée sous tutelle de l’Académie ? Auprès de ses amis ? Un prochain article montrera quelle importance pouvait avoir sa position de lieutenant général de police de Nancy dans le commerce du livre dans le duché et à Paris.

  1. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  2. Cette résolution nous paraît préférable à la plus classique aedil[is] praes[tantis] car plus conforme à la position de Durival. []
  3. Augustin Calmet, Bibliothèque lorraine ou Histoire des hommes illustres qui ont fleuri en Lorraine, Nancy, 1751. []
  4. Dom Ambroise Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, en forme de dictionnaire…, Nancy, Thomas, 1758). Ses propos trouvent fréquemment leur fondement dans les recueils des actes de Stanislas ((Recueil des ordonnances et réglemens de Lorraine…, Nancy, JB Cusson et al., 1759-1769. []
  5. Emmanuel Héré, Recueil des plans, elevations et coupes…, Paris, François, 172-1753. []
  6. Nicolas Michel, Recueil des fondations et établissemens faits par le Roi de Pologne..., Lunéville, CF Messuy, 1761-1762. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *