Premier registre du dépôt légal

Le fonds du Dépôt Légal dans les fonds de la Bibliothèque : d’un agrégat complexe vers un nouveau parti pris.

Au début du chantier des collections, il nous a paru évident que nous ne ferions pas l’économie d’analyser l’existant pour dessiner les contours de l’organisation de nos collections. Cette réalité organisationnelle mise à plat, des paradoxes sont identifiés, des questions sont soulevées qui nous ont conduits vers un nouveau parti pris.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Organisation des fonds contemporains de la Bibliothèque Stanislas jusqu’en 2015

La cartographie des monographies après 1945 en début de chantier : état des lieux

À la Bibliothèque Stanislas, nous distinguons trois grandes entités :

  • le fonds d’étude ;
  • le fonds des beaux-arts ;
  • le fonds local.

Chacun de ces fonds disposait de tranches de cotes en fonction du format (petit/moyen/grand).

Le fonds d’étude

Autrement dénommé fonds général, il comprend les ouvrages de 1945 à aujourd’hui dont le sujet n’entre ni dans le fonds des beaux-arts ni dans le fonds local lorrain. Il est empruntable à domicile ; il se veut dynamique et son accroissement doit être maîtrisé. Il n’a pas vocation à être conservé : les documents peuvent être désherbés ou requalifiés si besoin. Il dispose de cotes dédiées et d’un espace en magasin.

Le fonds des beaux-arts

Des tranches de cotes spécifiques lui confèrent un statut particulier qui le distingue du fonds général. En considérant son antériorité, sa volumétrie et sa spécificité, il est considéré comme un fonds de qualité reconnu sur le territoire lorrain. Cependant, sa logique de gestion est celle d’un fonds courant, empruntable à domicile, qui n’a pas vocation à être conservé.

Le fonds local

Ce fonds local contemporain enrichit un fonds lorrain ancien, riche, relatif au territoire de la Lorraine. Celui-ci est patrimonialisé de fait : les documents ont vocation à être conservés et l’exhaustivité est recherchée. Il dispose de tranches de cotes et d’espaces de rangement dédiés.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Le traitement des monographies du  fonds du dépôt légal en début de chantier

Dans cette cartographie des ouvrages après 1945, quelle place pour les monographies reçues au titre du dépôt légal ? Comment ce fonds patrimonial s’agrège-t-il dans l’ensemble des fonds de la Bibliothèque ?

L’ensemble des documents reçus au titre du dépôt légal constitue un fonds caractérisé par sa provenance : on parlera du fonds du dépôt légal.

Lorsque nous entamons cette cartographie en 2013, l’usage en cours à la Bibliothèque Stanislas ne tient pas compte du fonds du dépôt légal en tant qu’entité patrimoniale spécifique. Au contraire, celui-ci est éclaté dans les fonds courants de la bibliothèque en fonction d’un intérêt supposé du public pour son contenu intellectuel.

Quatre cas de figures différents se dégagent

Cas de figure 1 et 2

Après son enregistrement dans le registre du dépôt légal, si le document est un livre beaux-arts, il rejoint le fonds des beaux-arts. Si le document apporte une plus-value au fonds d’étude, il rejoindra cet ensemble. L’environnement pour ces deux ouvrages est celui d’un fonds courant,  susceptible donc d’être désherbé. Le statut patrimonial des documents du dépôt légal qui se trouvent donc dans ces deux fonds ne les isole pas physiquement en tant que documents patrimoniaux. Comment dans ces conditions garantir leur inaliénabilité, comment garantir les conditions de conservation qu’exige tout document patrimonial ?

Cas de figure 3

Le sujet de la monographie réceptionnée au titre du dépôt légal entre dans la problématique du fonds lorrain : le document ira rejoindre le fonds local lorrain. Il participe pleinement à l’enrichissement de cet ensemble. Cet environnement patrimonialisé le préserve totalement : documents conservésconditions de préservation garanties.

Cas de figure 4

Le document n’entre dans aucun des 3 cas de figure précédents, il est relégué dans des magasins distants dont une partie est destinée à recevoir uniquement les ouvrages du dépôt légal. Il est catalogué mais c’est le numéro d’enregistrement du dépôt légal qui sert de cote de rangement.

Questions et paradoxes soulevés par cette cartographie.

En même temps que cette analyse, le chantier de désherbage des collections se mettait en mouvement. Seuls les monographies du fonds d’étude après 1945 étaient concernées par ce chantier. La problématique  des ouvrages du dépôt légal dans ce fonds courant a très vite été mise en évidence : quelle logique de gestion pouvons-nous mettre en place alors que des documents patrimoniaux cohabitent avec des documents non patrimoniaux ? Comment les préserver d’un désherbage trop précipité ? Comment garantir leur valeur patrimoniale : la gestion d’un fonds courant ne peut distinguer donc protéger les documents patrimoniaux ? Toutes ces questions nous ont amenés à la décision  de distinguer et de traiter les documents en fonction de leur destination patrimoniale ou non.

Le parti pris aujourd’hui pour les monographies du dépôt légal

Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.
Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont rejoint le fonds local de la Bibliothèque.

Le fonds local de la Bibliothèque constitue comme nous l’avons vu un fonds d’excellence, patrimonial. Aucun retrait de monographies ne s’opère dans cet espace. Les documents patrimoniaux du dépôt légal qui s’y trouvent sont donc totalement préservés. Les conditions de conservation sont garanties. Ce fonds est également celui qui est le plus consulté de la Bibliothèque.

Tous ces éléments posés, il nous parait pertinent de maintenir ce choix puisque cet environnement répond à toutes les  conditions d’un fonds patrimonial. De plus, sa localisation dans le bâtiment principal permet d’accéder rapidement à une demande de consultation formulée par un usager ce qui est un élément positif pour notre mission de service public.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont été intégrées soit au fonds des beaux-arts soit au fonds général.

Que des documents patrimoniaux comme les monographies du dépôt légal cohabitent avec des documents non patrimoniaux, sans exigence de conservation, nous a paru être une attitude  qui ne garantit pas notre mission patrimoniale envers ce fonds.

La question particulière du fonds des beaux-arts dans notre bibliothèque nous a interrogé un certain temps mais ne nous a pas fait modifier notre décision. Ce fonds de qualité reconnue, n’est pas pour le moment un fonds patrimonial.

Ces constats faits, une possibilité organisationnelle s’offre à nous. En effet nous disposons dans des magasins distants d’un espace de compactus de 2 km linéaires de rayonnage offrant toutes les garanties de conservation.

Il est décidé de retirer des rayons des deux fonds (fonds général et beaux-arts) les documents issus du dépôt légal dont nous ne pouvions garantir les conditions de conservation et de consultation. Ce nouveau parti pris nous permet également d’en mesurer l’accroissement ce qui ne pouvait être fait auparavant. Il nous permet enfin de mieux l’appréhender pour mieux l’étudier.

Les compactus : magasin dédié au dépôt légal
Les compactus : magasin dédié au dépôt légal

Le chantier des collections : un travail toujours en cours

Ce travail de relocalisation et les premiers déménagements nous ont confortés dans notre décision : quatre fonds bien distincts (fonds général, fonds des beaux-arts, fonds local, fonds du dépôt légal), rassemblés dans des espaces dédiés et qui garantissent un environnement selon leur destination patrimoniale ou courante.

250 mètres linéaires de monographies de moins de 25 cm ont déjà été retirés du fonds d’étude et relocalisés dans les magasins distants dédiés au dépôt légal. Ce travail se poursuit avec les documents de plus grand format et s’achèvera avec les documents du dépôt légal des beaux-arts.

Le chantier des collections a permis de progresser dans l’appréhension du fonds du dépôt légal des imprimeurs lorrains. Une démarche identique a été mise en place pour les périodiques du dépôt légal : les périodiques lorrains restent dans les magasins du fonds local, les autres périodiques  rejoignent les magasins distants.

De l’agrégat confus du début nous avons construit un projet qui nous semble plus pertinent, plus simple et bien plus justifié compte tenu de la destinée patrimoniale des ouvrages issus du dépôt légal.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *