Portrait de Mme de Graffigny; Par D'Agoty d'après Garand.

Françoise de Graffigny et Nicolas Durival

Lors de la poursuite de notre enquête sur les lectures de Nicolas Durival est apparue de manière inattendue la figure littéraire  de Françoise de Graffigny. Par l’intermédiaire de François-Antoine, dit Panpan, Devaux, elle rencontre Durival à l’époque de son secrétariat auprès du chancelier de Lorraine. Pétri d’admiration pour son talent, Nicolas Durival en fait sa principale pourvoyeuse de livres et de nouvelles politiques. Une trop grande disparité sociale et intellectuelle empêche cependant une véritable relation d’amitié de se nouer.

Contrairement à ce que l’on pouvait penser de prime abord, les notations du Journal relatives à l’achat et à la lecture de livres par Nicolas Durival sont absentes. S’il se montre particulièrement précis sur les pièces de théâtre qu’il voit à la Comédie de Nancy et sur les dissertations lues ou écoutées en séance de l’Académie royale, il ne dit pas un mot de ses découvertes et de ses goûts littéraires. Il fallait donc porter le regard ailleurs : soit dans son œuvre (l’article précédent en montrant des aperçus), soit en exploitant la bibliographie rassemblée sur le personnage.

Comme souvent, c’est une citation qui nous met sur la piste prometteuse de Mme de Graffigny1 :

Tu es admirable avec tes commissions pour Durival. Tu crois donc que je puis avancer deux louis au moins par semaine ? J’ai bien de la peine à être exacte sur les nouveautés que je t’envoie parce qu’il faut les payer comptant, qu’elles sont hors de prix, et voilà encore pour Durival que tu me demandes pour plus de deux louis. Sais-tu bien que les Malheurs de l’amour coûtent six francs ? […] Tout est hors de prix. Ces misérables Chars que j’envoyais hier coûtent quarante sols. Tu seras surpris de tes mémoires, je t’en réponds. Insinue doucement à ton Durival d’écrire à Verdun. Il me donnera de l’argent qu’il lui rendra en Lorraine, et les commissions ne me tourmenteront pas et seront bientôt faites.

Françoise de Graffigny s’y adresse à son âme sœur et confident de toute une vie François (dit Panpan) Devaux. On y lit qu’elle sert manifestement de courtier en libraire pour Nicolas Durival. Quelles sont les relations entre ces trois personnages ? Le dépouillement systématique de l’abondante correspondance échangée entre Mme de Graffigny et Devaux nous en apprendrait-il davantage sur les livres acquis et lus par Nicolas Durival ?

Mme de Graffigny, Devaux et Durival

Françoise de Graffigny (1695-1758) est une femme de lettres d’origine lorraine dont la carrière se déroule dans les salons parisiens après le départ de la cour de François III. À Devaux, resté en Lorraine, elle raconte dans une correspondance quasi-quotidienne ses relations dans le monde littéraire et ses vicissitudes d’écrivain. Assidue au salon de Mme Quinault, elle y rencontre quantité de beaux esprits du temps : Buffon, Réaumur, Piron, Montcrif ou encore Marivaux et l’abbé Prévost pour les plus célèbres. Familière de l’écriture épistolaire et de la poésie de salon, elle écrit des romans et pièces de théâtre dont les Lettres d’une Péruvienne (1747), qui lui apportent la gloire, et Cénie (1750).

Portrait de Mme de Graffigny; Par D'Agoty d'après Garand.
Portrait de Mme de Graffigny; Par D’Agoty d’après Garand.

François-Antoine Devaux (1712-1796), d’origine plus modeste, conjugue un certain talent de poète et littérateur de salon à la nécessité d’exercer un office pour vivre — à l’époque, receveur des finances à Lunéville. À coté de la gazette littéraire et curiale, sa correspondance avec « Abelle » est d’ailleurs parsemée de questions et conseils des deux côtés pour gagner sa vie et investir au mieux. Panpan Devaux est légataire universel des papiers de sa grande amie. A sa mort, il les transmet à Louise-Elisabeth Dufresne, qui n’est autre que la belle-soeur de Nicolas Durival, épouse de son frère Jean-Baptiste2, signe d’une proximité avec les Durival.

C’est le 11 novembre 1743 que Devaux mentionne pour la première fois à Mme de Graffigny l’existence de Nicolas Durival : elle peut utiliser le truchement de celui qui est alors l’un des deux secrétaires du chancelier de Lorraine Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783) pour faire parvenir à son ami des fils d’argent qu’il souhaite offrir en cadeau3. Ce rôle de facteur d’ouvrages et menus objets entre Devaux et Mme de Graffigny est rempli par Durival tout au long de leurs relations, jusqu’au départ de ce dernierl pour l’office de greffier en chef du conseil d’État et secrétaire du conseil royal des finances4.

En décembre de la même année, Devaux informe Mme de Graffigny que Durival accompagne le chancelier à Paris et lui recommande de l’accueillir à dîner. Cette première visite laisse manifestement au Lorrain une forte impression5. Son admiration pour l’écrivaine ne se dément plus, et un profond respect imprègne toutes les commissions qu’il donne par la suite à Devaux pour elle.

Dès lors s’installe une relation à trois où Durival joue les intermédiaires pratiques en raison de sa position auprès du chancelier. Nicolas Durival a des rapports d’ordre amical avec Devaux  : ils dînent ensemble assez familièrement6, vont pique-niquer7, semblent s’entretenir très souvent de politique et de littérature, et surtout s’échangent des livres. Mme de Graffigny conseille aussi à son ami de recourir aux services de Durival pour obtenir des renseignements favorables sur sa carrière8. Une sincère affection semble les lier : Devaux s’inquiète d’une maladie grave de Durival en 17479, et Durival fait tuer un chien qui a mordu Devaux10.

Portrait de Devaux
Portrait de Devaux

L’écrivaine parisienne de son côté se résout à en passer par le secrétaire pour faire acheminer lettres et colis à Devaux à moindre coût, mais la construction de sa relation avec Durival est particulièrement lente et semble uniquement liée au fait que cela fait plaisir à Devaux. Elle le reçoit à dîner à chacun de ses voyages à Paris, essentiellement pour lui confier de nouveaux colis. Elle l’utilise comme agent de renseignement à propos de ses biens lorrains11. Après être passé par Devaux avec bienséance, Durival s’enhardit à lui écrire directement, ce qui paraît l’indisposer12. Il lui demande des livres, toujours des livres, et lui envoie en échange des confitures de Bar, dont Mme de Graffigny est friande, très onéreuses et introuvables à Paris, tant pour elle que pour offrir en cadeau. S’ensuit une comptabilité minutieuse où le montant des ouvrages le dispute au nombre de pots de confiture jusqu’à ce que, excédée par ces calculs, l’auteur des Lettres péruviennes lâche13 :

« tout ce que j’ai envoié de livre à Durival, je lui en fais don. Il ne me doit que les feuilles et ce qui a passé par tes mains. »

Consciente de la dépendance dans laquelle Devaux et Durival sont des nouvelles et des ouvrages qu’elle leur fait parvenir, et probablement de la vague jalousie ressentie par Durival devant la complicité qu’elle entretient avec « son Panpichon », Françoise de Graffigny en joue parfois, faisant remarquer à Devaux que le secrétaire est le seul à lui avoir fait « un petit compliment » de sa nouvelle Azerolle14, ou déroutant exceptionnellement un envoi du Journal de Trévoux par l’abbé de Solignac15 pour ne pas que Durival le lise avant Devaux16. Elle va même au-delà à propos d’Azerolle, en menaçant Devaux de l’obliger à donner à son ami nancéien l’exemplaire qu’elle a fait relier de maroquin jaune à son intention pour peine de l’avoir montré à Durival qui a réclamé un exemplaire identique depuis17.

Au gré des lettres passent des quantités impressionnantes de livres demandés, reçus, égarés, retrouvés. Quelles sont les demandes de Nicolas Durival ?

Un lecteur avide de nouveautés

Parmi tous les titres évoqués dans la correspondance entre 1744 et 1755, une cinquantaine d’œuvres ont à coup sûr été fournies à Durival par Mme de Graffigny, et quelques-unes ont transité du secrétaire à l’écrivaine18. Plus de la moitié d’entre elles ont été demandées en 1746-1747.

Durival est friand de « nouveautés », tant en littérature qu’en histoire et philosophie, dont il a connaissance soit par la conversation (avec Devaux, la cour, les informations transmises par Mme de Graffigny elle-même), soit par les journaux, que la comtesse essaie de faire parvenir à ses amis lorrains avec régularité (Le Mercure françois, le Journal de Trévoux). Cependant, il lui arrive de réclamer des ouvrages plus anciens que Mme de Graffigny peine à se procurer19.

Les ouvrages sont de genre varié :

  • 15 pièces de théâtre, recueils ou feuilles périodiques (Almanach des théâtres), principalement de Destouches et de Boissy ;
  • 9 romans
  • 6 ouvrages historiques
  • 6 ouvrages de philosophie
  • 4 recueils de poésie
  • 1 ouvrage de politique
  • 1 ouvrage scientifique

Il est intéressant de noter que les manuscrits circulent facilement en cette période. Durival est chargé de corriger les oeuvres du roi Stanislas Le Combat de la volonté et de la raison et Le Philosophe chrestien20, mais il a aussi accès au manuscrit de Phaza, que Mme de Graffigny fait tenir à Devaux21, à celui de Semiramis de Voltaire22, par l’intermédiaire de la marquise de Boufflers, et on lui a promis aussi celui d’Arsace et Isménie de Montesquieu23.

Deux tiers des ouvrages font l’objet d’une demande explicite de la part de Durival à Mme de Graffigny, soit directement par courrier, soit auprès de Devaux. Plusieurs sont demandés ou envoyés d’autorité en deux ou plus d’exemplaires, dont l’un est réservé à Durival. Cela peut expliquer en partie pourquoi Mme de Graffigny est souvent indécise dans ses comptes : tel ouvrage destiné à Devaux a atterri entre les mains du chancelier, Durival lui en demande un exemplaire pour lui-même, Devaux cherche le sien… L’échange de livres est fluide entre Devaux et Durival, ils se font profiter l’un l’autre de leurs trouvailles et discutent entre eux des mérites des œuvres.

Toujours à la recherche des livres de Nicolas Durival, nous avons compté que six titres parmi ceux demandés à Mme de Graffigny figurent au catalogue de la Bibliothèque publique fondée par le roi de Pologne en 1766 : Le Spectateur ou le Socrate moderne, feuille périodique, Le Contrôlleur du Parnasse de Destrées,  Jugemens sur quelques ouvrages nouveaux… de l’abbé Desfontaines, Nouvel abrégé chronologique de l’histoire de France du président Hénault revu par Prault, Histoire du Stadhouderat de l’abbé Raynal. Ces ouvrages couvrent deux thématiques dont on sait qu’elles suscitent l’intérêt de Durival : le théâtre et l’histoire.

Dix de plus figurent aujourd’hui dans les collections, dans une édition plausiblement identique à celle probablement reçue par le secrétaire du chancelier via l’écrivaine parisienne. Malheureusement, ils ne portent pas de marque de provenance, et sont dépourvus au catalogue de la mention latine « ex dono domini Durival… » repérée sur d’autres références.

Il faudrait poursuivre l’enquête dans la bibliothèque de Panpan Devaux, puisque l’un des ouvrages mentionné dans sa correspondance avec Mme de Graffigny, figurant également dans les collections de la bibliothèque, porte effectivement l’ex-libris du poète de cour24.

Mention manuscrite de Devaux "Panpan"
Mention manuscrite de Devaux « Panpan »

Portrait de Durival par deux « personnes d’esprit »

Les lettres échangées par Mme de Graffigny et Devaux dressent un portrait de Durival où se mêlent l’affection et la raillerie. Il se dessine ainsi une personnalité d’intellectuel provincial au maintien incertain, à l’éducation indéniable mais non policée, aussi gauche physiquement que dans les relations courtoises de salon. Mme de Graffigny est la plus incisive, sans doute aussi parce que son caractère s’emporte facilement, comme le montrent ses lettres pleines d’excès en tous genres. Devaux la prévient avant sa première rencontre avec Durival25 :

« [Durival] meurt d’envie de vous voir. Je vous prie de le recevoir agréablement pour l’amour de moy. C’est une grande fluste assez maussade qui parle barisien comme un ange, qui a peu de monde et un ris assez niais, mais qui a beaucoup d’esprit, meme de bon et de celuy que vous aimés. C’est une machine a raisonnement. Philosophés un peu ensemble : vous en serez contente. »

Le personnage est campé, et l’opinion de Mme de Graffigny ne dérogera pas de ce portrait qu’elle confirme dans une lettre suivante26 :

« Ton grand flandrin vint. Je le reçu comme un député de mon Panpichon. Dieu sait la belle mine que je lui fis. Il ne resta guère et je ne le verai plus. Il me paroit avoir effectivement de l’esprit, mais dans l’emvelope lorraine. »

Elle est prompte à se plaindre de « négligence »27 dès que courrier et colis sont en retard, trouve le secrétaire rêveur28, mais surtout, elle ne lui passe rien : dès qu’il parle, il est « disserteur intolérable »29, et l’ennuie30 dès qu’il lui demande quelque chose, il la « tourmente »31. C’est un pauvre diable32, une bête qui se prend pour un homme de goût33, et qu’elle cherche parfois à éviter34.

Cependant elle lui fait globalement confiance comme intermédiaire : « du tems de Durival cela n’arrivoit pas. » fait-elle remarquer à Devaux en 175135 alors que le secrétaire est devenu greffier en chef et ne peut plus superviser les échanges. Maintes fois elle lui fait par l’entremise de Devaux des protestations d’amitié, surtout quand elle a besoin de lui36. Les jeunes frères de Nicolas Durival, Jean-Baptiste et Claude, lui sont adressés et elle a le goût de les trouver agréables « mais pas autant que [leur] frère »37.

Ce que Mme de Graffigny reproche avant tout à Nicolas, c’est sa pédanterie, confirmée par plusieurs témoignages directs et indirects. « Ah, que son goût pour les livres le sert mal ! » remarque-t-elle judicieusement assez tôt dans leur relation38. Les exemples abondent dans la correspondance : il prend « des fautes d’impression évidentes pour des fautes de l’auteur »39, il se permet de critiquer la dramaturgie de Voltaire dans La Mort de César40, il fait des contresens sur un « ton de connoisseur »41.

Surtout, début 1750, il fait une bourde énorme et devient la risée de la cour de Lunéville, et, par ricochet, de Mme de Graffigny et des gens du monde dont elle est entourée. L’arrivée du comte de Tressan dans l’entourage de Stanislas s’est accompagnée d’un assaut poétique, littéraire et savant qui fait les délices des courtisans. Devaux, qui a sa petite réputation, se voit gratifié par Tressan d’une épître, à laquelle il imagine de répondre avant même de l’avoir lue. Il rédige donc, et lit devant Durival et d’autres, une épître « à Tressanius ». Nicolas Durival, paraît-il, demande alors innocemment de quel savant étranger on parle…42

Ainsi est dressé le portrait d’un homme avide de connaissance mais maladroit dans ses relations avec un milieu auquel il rêve manifestement d’appartenir. Durival a trouvé en Mme de Graffigny l’un des courtiers qui peut lui procurer les ouvrages de Paris qu’il attend, et qu’il est heureux d’obliger. On le voit dans la proximité de Devaux avoir accès aux ouvrages en préparation de Voltaire et Montesquieu, qui sont des personnages considérables même en dehors de la cour de Lunéville. Enfin, son goût pour le théâtre et l’histoire, apparent dans son Journal et dans son œuvre historique, se trouve confirmé par le type de livres recherchés.

  1. Correspondance de Mme de Graffigny, E. Showalter (éd.), Oxford, The Voltaire Foundation, Taylor institution, 1985, t. VIII, lettre 1125, 6 mars 1747, p. 275 (désormais « CG » ; cité par F. Bessire, « Françoise de Graffigny », Revue de la BNF, n° 39, 2012, p. 28-37. []
  2. Victor Jacques, « Cérutti et le salon de la duchesse de Brancas à Fléville (1778-1784) », Annales de l’Est, 1888, p. 324-374. []
  3. CG, t. III, no 615 n 33. — Les notes de l’édition de la correspondance comprennent souvent des extraits de lettres de Devaux qui trouvent ainsi un début d’édition. []
  4. CG, t. XII, no 1733, 13 juillet 1751. []
  5. CG, t. IV, no 632, 24 décembre 1742. []
  6. CG, t. V, no 640, 10 janvier 1744. []
  7. CG t. IX, no 1364, 22 février 1749. []
  8. CG, t. VIII, no 1209, 24 septembre 1747 ; t. X, no 1392, 30 avril 1749, répété par la lettre no 1442, 23 août 1749 []
  9. CG t. VIII, no 1111, 3 février 1747. []
  10. CG t. XIII, no 1916, 7 septembre 1752. []
  11. CG t. XII, no 1849, 5 avril 1752. []
  12. au moins en 1745 CG t. VI no 853, 2 juin ; trois lettres en 1746, CG, t. VIII, no 1038, 17 août : « Mais pourquoi m’écrit-il tant ? ». []
  13. CG t. VII, nos 969, 970, 972, 973, 8 au 18 mars 1746. []
  14. CG t. VII, no 937, 26 décembre 1745. []
  15. Pierre-Joseph de La Pimpie, chevalier de Solignac (1687-1773), secrétaire personnel du roi Stanislas et premier secrétaire général de l’Académie royale. []
  16. CG t. IX, no 1266, 5 juillet 1746. []
  17. CG. t. VII, no 947, 16 janvier 1746. Quelques semaines plus tard, le 4 février, elle rassure Devaux sur sa préférence : « Il a eu beau m’envoier des confitures, il n’aura pas un pareil livre que le tien. (…) Il me semble que je t’aurois fait une infidélité si j’avois consenti à sa prière. ». []
  18. Des Recherches historiques. CG, t. X , no 1553, 27 mai 1750 ; Voltaire, Annales de l’Empire, Bâle [Colmar : Schöpflin], 1753. CG t. XIV no 2112, 20 mai 1754. []
  19. Louis Fuzelier, Momus fabuliste ou Les Noces de Vulcain, Paris : Veuve Ribou, 1720. CG, t. VIII, no 1129, 22 mars 1747. []
  20. CG, t. IX, no 1374, 19 mars 1749. []
  21. CG, t. IX, no 1376, 22 mars 1749 « s’il veut se taire ». []
  22. CG, t. IX, no 1481, 2 décembre 1749. []
  23. CG, t. VIII, no 1171, 28 juin 1747. []
  24. P.-F.G. Desfontaines, Histoire des révolutions de Pologne depuis le commencement de cette monarchie jusqu’à la mort d’Auguste II. Par l’Abbé Desfontaines, s.l.n.d., cote 300 860 (1-3). []
  25. CG, t. IV, no 629 n 22. []
  26. CG t. IV, no 632, 24 décembre 1743. []
  27. CG t. X, no 1502, 25 janvier 1750. []
  28. CG t. XI, no 1630, 19 novembre 1750. []
  29. CG t. VI, no 787, 25 décembre 1744. []
  30. CG t. VI, no 821, 15 mars 1745. []
  31. CG t. VI, no 846, 14 mai 1745. []
  32. CG t. VII, no 953, 30 janvier 1746. []
  33. CG t. VII, no 1025, 17 juillet 1746. []
  34. CG t. IX, no 1299, 22 septembre 1748 : « ne dis point à Durival que je suis à Paris. » []
  35. CG t. XII, no 1769, 5 octobre 1751. []
  36. CG t. VII, no 1008, 6 juin 1746. []
  37. CG t. X, no 1511, 15 février 1750. []
  38. CG t. VI, no 853, 30 mai 1745. []
  39. Ibid. []
  40. CG t. VII, no 1025, 17 juillet 1746. []
  41. CG t. XI, no 1623, 3 novembre 1750. []
  42. CG t. X, nos 1513, 1516, 1520, 15 février-8 mars 1750. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.