La Bibliothèque publique pendant la Première Guerre mondiale (2)

En dépit des bombardements, des difficultés de chauffage et de l’absence de la moitié de son personnel, la Bibliothèque de Nancy a tenu à garder ses portes ouvertes entre 1914 et 1918. Les acquisitions n’ont pas cessé, alors qu’un souci supplémentaire, celui de préserver les fonds précieux de la destruction, s’est ajouté.

Acquisitions et sauvegarde des collections

Les acquisitions courantes

Le rapport pour l’année 1914 témoigne que la grande opération qui occupe les bibliothécaires est le traitement de la bibliothèque Masson-Cabasse. Qualifiée de « collection particulière de moyenne importance », elle a représenté la moitié des entrées cette année-là avec 2 501 volumes, et semble avoir fait l’objet d’une opération complexe de « fusion d’une petite bibliothèque dans une grande » nécessitant cinq mois de travail. Cette bibliothèque lorraine, donnée par un médecin de Raon-l’Etape1, permet d’enrichir les collections patrimoniales de 413 volumes et brochures nouveaux, et de disposer d’une réserve de 1 118 doubles. Elle comporte en outre 48 manuscrits2, pour les trois-quarts du xixe siècle, et 246 gravures dont 91 de Jacques Callot « dont plusieurs sont rares ».

Au début du conflit, la bibliothèque fait l’acquisition d’un Panorama de la guerre de 19143, et s’abonne au Journal officiel afin de mieux suivre l’actualité. La part des ouvrages ayant trait au conflit, entendu dans un sens large, représente jusqu’à 59 % du total des acquisitions (entrées de janvier 1917). De janvier 1915 à juillet 1919, elle reste au-dessus de 25 %. Les monographies considérées portent directement sur le conflit : récits de batailles, témoignages, romans sur le front (Sous Verdun de Maurice Genevoix4 entre en octobre 1916, Le Feu de Henri Barbusse5 en mai 1917).

On acquiert des ouvrages historiques et géopolitiques, principalement sur l’Alsace-Lorraine et le pangermanisme, mais aussi sur l’ensemble des nations en conflit, y compris le Proche- et le Moyen-Orient, de la stratégie militaire, de la philosophie et des sciences politiques. La bibliothèque publique fait la part des ouvrages pratiques, avec des guides de médecine légale, de droit pratique (pour les veuves de guerre), des manuels d’aviation, et des brochures réglementaires (moratoire sur les loyers). On note aussi l’entrée au catalogue de deux dictionnaires d’allemand en décembre 1916, et de brochures à destination des Américains cantonnés à Nancy : Seeing Nancy : a guide for Americans6 et le Lorraine Sentinel, un organe de presse produit par les étudiants américains 7.

Il semble que les bibliothécaires aient eu à cœur de rassembler, conformément à la circulaire du Ministère de l’Instruction publique du 4 mai 1915, une documentation de première main sur les événements8, tel que l’Album amicorum offert à Clare Jackson, l’infirmière de la Croix-Rouge américaine postée avec les petits Nancéiens à la colonie scolaire de Saint-Lunaire9.


Plusieurs dons émanant de personnalités prestigieuses viennent enrichir les collections de l’immédiat après-guerre : le comte de Mahuet10 donne 260 volumes ; la famille d’Alfred Mézières11, une quarantaine, la famille de Metz-Noblat12, 158, et la famille Edgar Noelinger13, 87. L’édition repart, et le nombre des acquisitions onéreuses augmente. Favier souhaite maintenant acquérir des nouveautés scientifiques et littéraires pour répondre à la frustration éditoriale du temps de guerre.

La protection des documents patrimoniaux

Dès le 8 octobre 1914, le conservateur tient à rassurer les membres du comité d’inspection : le camée de Saint-Nicolas-de-Port a été mis à l’abri, et les ouvrages les plus précieux sont prêts à être mis en caisses et évacués à la moindre alerte. Ces mesures de prudence tendent à paraître légères, vu la régularité et la densité des bombardements à laquelle la ville de Nancy est soumise à cette période14, mais le souci de ne pas paniquer la population par une évacuation massive, voire une fermeture complète de l’établissement, a pu guider cette décision15.

Le Camée dit alors « d’Hadrien » a été mis en sûreté dans un coffre loué par le collectionneur et ami de Favier, René Wiener16, à la Société nancéienne de consignations et de dépôts dès le 3 août 1914. Cette pièce inestimable est en effet propre à susciter la convoitise en cas d’occupation171. Favier, qui été témoin de quelques descentes prussiennes dans la bibliothèque publique en 1870, ne tient certainement pas à donner prise à l’ennemi.

Les « imprimés et manuscrits les plus rares et les plus précieux » ont quant à eux été mis à l’abri des bombardements, principalement des bombes incendiaires, dans les caves voûtées de l’hôtel de la Monnaie, rue Gustave Simon, siège des Archives départementales18. Les sous-sols en paraissaient-ils plus sûrs que ceux, pareillement voûtés, de la bibliothèque ? Fallait-il physiquement évacuer les documents d’un bâtiment qui était plus ou moins sur le trajet des « Taube », bien que les Archives ne fussent qu’à deux rues ?

Voir la carte interactive des bombardements.

Favier n’explique pas les raisons de son choix, sinon par un sentiment d’évidence.

Fin 1917, suite à la visite de M. Vidier, inspecteur général, des mesures sont prises pour envoyer à la Bibliothèque nationale 107 volumes manuscrits, 70 imprimés et 5 albums de dessins de Grandville19 dont la liste est soigneusement établie et pointée à l’aller et au retour.

Le choix de Favier se porte sur des œuvres qui, aujourd’hui encore, comptent parmi les plus précieuses de la bibliothèque : les livres d’heures enluminés, le Journal de Nicolas Durival, le traité de perspective de Viator, le manuscrit des écrits du roi Stanislas, les « Atours » de Metz, la Nancéide, les éditions originales de Grandville, la « Pompe funèbre » de Charles III par La Ruelle, trois traités de mathématiques de Gallimard, mais pas de Dom Calmet (probablement parce que les éditions en sont très répandues et aucune de la bibliothèque n’est particulièrement précieuse). 300 autres ont été emballés dans 17 caisses stockées au rez-de-chaussée. Le capitaine des pompiers est venu se rendre compte de ces préparatifs de sauvetage dans l’hypothèse d’une intervention rapide205.

En 1919, l’équipe est reconstituée, le budget de retour aux niveaux antérieurs, et l’afflux de lecteurs revient avec la rentrée universitaire. Favier fait mettre sous presse le deuxième supplément du catalogue de la bibliothèque municipale de Nancy au Catalogue général des manuscrits, qui contient notamment les manuscrits du Grand séminaire et ceux du fonds Masson-Cabasse donné en 1914 et traité pendant le conflit. La volonté de maintenir coûte que coûte la normalité du service, tant pour les lecteurs que pour le personnel, occupé à des tâches catalographiques, pourrait apparaître comme un signe de mise en retrait des événements, une volonté de s’abstraire du conflit. Cependant, la politique d’acquisitions montre à quel point les bibliothécaires sont soucieux de procurer à leur population des documents d’actualité, guides pratiques, essais politiques et philosophiques, témoignages littéraires, qui ne nient en aucune manière la réalité des faits. Ils constituent une collection qui est encore aujourd’hui à étudier, maintenant que nous connaissons les lectures des soldats au front21.


  1. Paul Cabasse, médecin, bibliophile et historien amateur vosgien. []
  2. Le catalogue en figure au deuxième supplément du Catalogue général des manuscrits, paru en 1924 dans le tome XLVI du CGM, nos 2158 à 2198. []
  3. Le Panorama de la guerre de 1914, Paris, Tallandier, 1914-1919, 8 vol. Cote 150 085 (1-3). []
  4. Maurice Genevoix, Sous Verdun, août-octobre 1914 ; préface d’Ernest Lavisse, Paris, Hachette, 1916, XXI-271 p. (Mémoires et récits de guerre). Cote 250 449 (2). []
  5. Henri Barbusse, Le feu : journal d’une Escouade, Paris, Flammarion, 1917, 376 p. Cote 256 316. []
  6. Seeing Nancy : a Guide for Americans with map, Metz, Société Erckmann-Chatrian, 1918, 48 p. Cote 2861. []
  7. Lorraine Sentinel, Nancy, 18 avril-13 juin 1919 (13 numéros). Cote 99 951 (11). []
  8. cf. Martine Poulain, « Les bibliothèques durant la grande guerre », dans Bulletin des bibliothèques de France, 2014, no 3, p. 114‑131. []
  9. Cote ms. 1775. []
  10. Il s’agit presque à coup sûr d’Antoine, comte de Mahuet (1866-1958), historien et continuateur du Répertoire des ex-libris et fers de reliure des bibliophiles lorrains, Nancy, 1933. []
  11. Alfred Mézières (1826-1915), professeur de littérature étrangère à la Sorbonne et homme politique (député, président du conseil général et sénateur de Meurhe-et-Moselle). Académicien français (1874). []
  12. Famille nancéienne de noblesse ancienne attachée aux ducs de Lorraine. []
  13. Personnalité actuellement non identifiée avec certitude. []
  14. Émile Badel, Les bombardements de Nancy : ville ouverte 1914-1918 : églises & monuments meurtris : les victimes, les dégâts, Nancy, Crépin-Leblond, 1919, 102 p. Cote 4 057. []
  15. Martine Poulain, op. cit., en fait mention dans d’autres villes. []
  16. René Wiener (1855-1939), libraire, éditeur, relieur d’art à Nancy. []
  17. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1915. []
  18. Ibid. []
  19. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1917. Reg. comité, 10.01.1918. []
  20. Ibid. []
  21. Benjamin Gilles, Lectures de poilus 1914-1918 : livres et journaux dans les tranchées, Paris, Autrement, 2013. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.