Devenir contributeur

Le lancement de Limédia Galeries, la bibliothèque numérique patrimoniale du Sillon lorrain, appelle de nouvelles missions pour les bibliothécaires de Nancy, puisque le site propose un accès éditorialisé aux collections. Il a donc fallu intégrer cette nouvelle pratique aux profils, se former pour la mener à bien et organiser ce travail de publication. Car derrière les expositions, les billets de blog et les albums, se cache toute une équipe de contributeurs.

L’éditorialisation des collections, nouveau défi pour les bibliothécaires

Si le rôle des bibliothèques publiques a toujours été la démocratisation du savoir, l’enjeu pour elles se situe aujourd’hui au- delà de l’acquisition et de la classification de l’information : il se situe dans sa diffusion. L’éditorialisation joue un rôle de publication et d’accessibilité à l’information : elle donne du sens au document.

L’éditorialisation de contenu se pratique depuis longtemps dans les bibliothèques, notamment à travers des sélections, des coups de cœur, des bibliographies, qui sont une valorisation d’une collection ou d’un corpus. Avec le web comme interface de médiation, les fonctions traditionnelles d’aide à la recherche de documents ou d’informations glissent vers l’organisation des informations et l’interprétation des résultats. L’enrichissement des métadonnées est déterminant dans ce processus. A ces pratiques purement bibliothéconomiques s’ajoutent des pratiques documentaires de médiation, puisque les bibliothécaires créent maintenant du contenu. Ils deviennent « les journalistes de leurs collections » (Dujol, 2011).

C’est donc bien aux bibliothécaires que revient le soin d’éditorialiser leurs collections patrimoniales.

Limedia Galeries : mettre en ligne les collections patrimoniales du Sillon Lorrain et les rendre accessibles

Les milliers de documents disponibles sur Limedia sont aisément accessibles aux chercheurs, qui manient avec aisance recherche avancée, facettes et filtres de résultats. Le véritable enjeu est de rendre cette base de données accessible à un public non spécialiste, moins familier de ces outils.  

Une interface éditoriale

Nous avons choisi de privilégier l’accès aux documents par le thème et par l’image. Nous proposons donc à l’internaute d’explorer les collections à travers des expositions, des albums, des cartes, des billets de blog. 

Chaque module éditorial peut servir une façon de parler des collections. Le contributeur choisit d’aborder un thème ou un document par l’image, par un détail, ou en livrant une explication plus dense ou plus scientifique.

Construire un site dans son intégralité s’est révélé fastidieux dans le suivi de projet, mais a permis de créer des modules éditoriaux sur mesure. Ainsi, nous avons opéré directement des choix de formats et gabarits en fonction de l’usage que nous souhaitions en faire.

L’accès aux sélections de documents se fait par le thème et par l’image.

Limédia galeries propose ainsi :

  • un module Expositions, qui se construit sur une grille d’alternance Texte Image classique, mais dont la continuité peut être interrompue par le mélange d’autres modules indépendants. Cela permet une lecture non plus linéaire, mais de butinage sur les sujets qui intéressent le lecteur.
  • un module Images, qui contient des albums d’images, proposant des descriptions simples et courtes pour le plaisir des yeux.
  • un module Cartes, qui positionne des contenus patrimoniaux sur un fond cartographique : le dénominateur commun du corpus sélectionné sera l’itinéraire, le déplacement dans l’espace.
  • un module Histoires, pouvant accueillir un texte dense sans que la lecture en soit laborieuse.
  • un module Blog, pour aborder les collections patrimoniales sur un ton léger et décalé.

Les bibliothécaires parlent de leurs collections

Les plus indiqués pour parler des collections patrimoniales qu’ils ont indexées, cataloguées, numérisées sont les bibliothécaires eux-mêmes, et c’est par ce prisme-là que nous leur demandons de transcrire leur travail, d’exprimer ce qu’ils font naturellement dans leurs tâches quotidiennes, de parler des documents qu’ils traitent. Loin de faire l’unanimité, cette proposition soulève un débat de la part des futurs contributeurs : il est question de légitimité académique, de (mé)connaissance scientifique des fonds, de maîtrise de la langue, de l’outil informatique, du vocabulaire, de l’expression…

Autant de points d’inquiétude qu’il convient de lever un à un.

Tous contributeurs !

La question de la légitimité est la plus vive parmi ceux qui n’appartiennent pas aux équipes du patrimoine « je ne me sens pas légitime pour parler des collections patrimoniales ». Aussi faut-il convaincre les contributeurs qu’ils connaissent les fonds et les documents et sont capables d’en parler au public. Il s’agit en fait de transposer à l’écrit, ce qu’ils font déjà tous les jours, en renseignant un usager en salle, lui conseillant de consulter ce document plutôt qu’un autre.

La connaissance scientifique des fonds n’est pas la même pour tous. Qu’à cela ne tienne : chacun pourra trouver une façon de parler des documents à hauteur de ses connaissances. Il faut pour cela donner un outil éditorial capable de s’adapter au propos : la description détaillée et pointue pourra faire l’objet d’une exposition ; l’histoire que raconte un contributeur lorsqu’il ancre un document dans son contexte historique entrera dans un autre format. Car chaque type d’éditorialisation trouve son public : il y a autant de diversité dans les équipes des bibliothèques que dans les internautes.

La question de l’exercice de la rédaction, trouve aussi sa solution dans les différents modules éditoriaux puisque l’écriture web nous permet plusieurs niveaux de langage qui ne sont pas envisageables quand on écrit pour le papier.

Le choix des bibliothécaires qui font partie de l’équipe de contributeurs pour Limedia ne reposait donc que sur un seul critère : leur motivation. Et chaque membre de l’équipe avait manifestement envie de partager ses connaissances, et de faire partie de ce grand projet.

Les moyens mis en oeuvre

Le Mooc “Ecrire pour le web” mis en ligne par Rue 89.

Les formations

Nous avons donc commencé, deux ans avant la date prévue de lancement du site, à préparer les équipes. Il a fallu former les contributeurs aux notions essentielles.

La première étape était l’acculturation aux outils numériques. Il s’agissait d’intégrer le numérique dans les pratiques professionnelles de chacun. Nous nous sommes employés à le réaliser à travers des temps donnés en interne, pendant les cafés numériques, qui relevaient plus de l’échange convivial que de la formation stricte. L’intérêt étant que chacun pouvait aussitôt transposer les outils sur son environnement de travail.

Puis nous avons sensibilisé les contributeurs aux différents sites existants, et à ce que nos collègues faisaient déjà : le blog de Gallica, le blog gourmand de Dijon, les autres bibliothèques numériques que nous apprécions1, … et nous avons ainsi exploré les différents tons utilisés.

Nous avons aussi formé les contributeurs aux grands principes de l’écriture web, veillant à mettre à leur disposition des documents de référence, des modèles, des gabarits plutôt strictes pour commencer. Certains ont aussi suivi des Mooc2, et chacun pouvait ainsi se former à son rythme.

Bac à Sable !

La formation reste très théorique tant que les sites sont en construction, et il n’est pas aisé de demander aux novices de se projeter dans un outil qu’il ne connaissent pas encore. Afin d’aider chacun pour sa formation, nous avons ouvert un blog privé, qui permettait aux contributeurs de voir directement le résultat de leur travail.

Ils ont ainsi pu tester la prise en main d’un CMS de type WordPress, et se familiariser avec cet outil. Le recours au CMS dans la plupart des sites a l’inconvénient de standardiser les productions éditoriales : ils pouvaient ainsi s’entraîner à gérer les contraintes en terme notamment de mise en page.

Nous avons aussi pu nous entraîner à réexploiter des ressources déjà existantes, pour les adapter aux contraintes du web : anciennes expositions, supports d’animations …

Les ateliers contribution

Présentation aux collègues des calendriers de publications.

Nous avons choisi de banaliser une après-midi par semaine, dédiée à la contribution et aux formations. Installés dans notre salle de formation, l’Atelier numérique, nous nous rendons ainsi disponibles aux questions, et nous échangeons ensemble.

Certains contributeurs, déjà accoutumés à écrire pour nos différents sites peuvent aider les autres, en donnant des conseils : par exemple ce qu’il convient de regarder lorsque l’on décrit un document iconographique.

La mise en place de ces « Ateliers Contribution » permet de ménager une parenthèse éditoriale dans les tâches quotidiennes, le service public, tout en affirmant la priorité donnée en équipe au projet Limédia. Cela a également permis de créer une dynamique d’entraide et de collaboration dans l’équipe de contributeurs.


Premiers bilans

A l’ouverture du site, si l’heure n’est pas encore aux bilans, nous pouvons d’ors et déjà  constater de réels changements chez les contributeurs. Tous les retours que nous observons sont très positifs.

L’aisance avec laquelle certains réussissent aujourd’hui à écrire sur n’importe quel document témoigne de la confiance qu’ils ont réussi à acquérir.

Nous avons également vu se dessiner des personnalités dans l’écriture, des styles particuliers qui trahissent une « patte » de l’auteur et qui sont une plus-value pour l’éditorialisation en direction du grand public.

A force d’écrire des billets, les contributeurs ne s’arrêtent plus à la première lecture du document. Ils choisissent même parfois d’ignorer le sujet central d’un document iconographique, pour s’attacher à un détail du papier, à un détail en arrière plan, et nous livrent une lecture à chaque fois différente.

Les bibliothécaires parlent des documents avec une émotion et une implication personnelle, et donnent vie à la plus sombre des cartes postales de guerre.

Contextualiser un document, c’est lui donner du sens, et c’est en lui donnant un point de vue qu’on l’enrichit.

Sources :

Arnaud Laborderie, « Éditorialisation des bibliothèques numériques : le cas des Essentiels de Gallica », dans
Documents et dispositifs informationnels à l’ère post-numérique [coll., CIDE 18],  Montpellier, Europia, 2015.

Xavier Delengaigne, Thomas Joubert, Ecrire pour le web : Vers une écriture multimédia , Territorial Éditions, 2013.


http://www.sens-public.org/article1184.html

  1. https://bibandclic.wordpress.com/, http://11km-patrimoine.grand-troyes.fr/, https://www.armarium-hautsdefrance.fr/, http://balises.bpi.fr/a-la-une []
  2. Apprenez à contribuer sur Wikipedia, Écrire pour le Web []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.