La bibliothèque créatrice de contenu

L’un des grands enjeux des bibliothèques est la patrimonialisation, c’est-à-dire la conservation pérenne des contenus pertinents, par opposition au désherbage pour les contenus périmés. C’est une question centrale que les bibliothécaires abordent paradoxalement avec leur bon sens comme principal outil, en y ajoutant tout de même leur expérience, celle de générations de prédécesseurs et d’historiens qui savent où sont les mines d’information et ce qu’il faut garder pour documenter le présent (comme on dit en bon jargon).

Rassembler les savoirs

Dans les civilisations orales la conservation du savoir est assurée par la répétition, les contes et légendes ; depuis que nous avons adopté l’écriture nous déversons notre mémoire dans les textes, charge aux archivistes et aux bibliothécaires de les classer et de savoir les ressortir à l’envi. C’est imprégnés de cette nécessité qu’ils choisissent jour après jour ce qui doit entrer dans leurs collections et, plus fâcheux, ce qui doit en sortir. Ce filtre permanent est techniquement douloureux (les magasins sont pleins et les nouvelles publications innombrables), intellectuellement incertain (comment savoir à coup sûr ce qu’il faudra avoir gardé dans deux siècles) et politiquement délicat (le public ne comprend pas, à l’ère de l’infobésité, que l’on jette massivement des livres, il ignore qu’on en achète tout autant, et il feint d’ignorer tous ceux qu’on n’achète pas).

O. Von Corven, “The Great Library of Alexandria”, in O. Von Corven — Tolzmann, Don Heinrich, Alfred Hessel and Reuben Peiss. The Memory of Mankind. New Castle, DE: Oak Knoll Press, 2001

Pour assurer l’empilement des sédiments, le bibliothécaire doit parfois œuvrer plus en amont jusqu’à susciter la création de contenu : il devient alors éditeur et parfois auteur lui-même. C’est une entreprise bien étrange à première vue, comme si le conservateur de musée peignait lui-même des tableaux à accrocher dans ses salles. Elle naît du souci de préserver l’immatérielle connaissance, peut-être redoublé en ces temps de contenus dématérialisés et mouvants. Elle témoigne du tiraillement de celui qui doit choisir (et donc renoncer) entre des livres trop nombreux et qui, simultanément, voit des connaissances se perdre.

Une illustration fréquente de cette urgence s’observe dans la pratique de bibliothécaires cultivés et rigoureux, qui connaissent leur fonds ou l’histoire locale comme personne, et qui, chercheurs eux-mêmes, sont des références inestimables pour les chercheurs (cet archétype peut aussi s’incarner dans le président de société savante familier des collections historiques) : souvent ils n’écrivent pas ou trop peu au regard de leur érudition, et tout se perdra lorsqu’ils s’en iront.

Épitomé, garder la trace

Couverture d’Épitomé 2015 (détail)

Depuis six ans les Bibliothèques de Nancy ont entrepris un programme de publication qui doit répondre à cet enjeu : pour conserver les recherches menées à l’occasion d’une question de correspondant, d’un prêt pour une exposition, d’un chantier du service, nous publions un carnet de recherche intitulé Épitomé, du nom d’un trésor de notre réserve précieuse. Il paraît au fil de l’eau sur la plateforme universitaire Hypothèse. Et puisque nous sommes bien placés pour savoir combien la conservation numérique est plus difficile que celle du bon vieux papier, nous en faisons un tirage annuel sous la forme d’une jolie revue – tant qu’à faire nous en distribuons quelques centaines d’exemplaires à nos partenaires.

La démarche d’Épitomé se distingue d’un projet éditorial en ce que la fabrication suit l’intention, et non pas le contraire. C’est lorsque surgit le besoin que le texte est écrit et les images choisies ; il n’y a pas de programme a priori. L’objectif n’est pas d’ajouter une fonction à la bibliothèque, mais d’étendre jusqu’à son travail interne sa mission d’archivage.

Une collection naissante

Cette année les Bibliothèques de Nancy engagent un nouveau programme avec l’édition d’une monographie sur le camée romain qu’elles conservent depuis la Révolution. Contrairement à Épitomé il s’agit là de produire spécialement du contenu pour le publier. Ces travaux ont vocation à être renouvelés pour constituer progressivement une collection sur nos collections. Répondant à toutes les conditions de l’édition scientifique, avec appareil de notes et bibliographie, ces livres sont aussi soigneusement illustrés, mis en page et imprimés, et vendus peu cher (15€) dans les librairies, pour donner à connaître nos trésors auprès du grand public.

Le camée de Nancy, couverture dépliée

La première livraison porte sur le camée de Nancy, qui est l’un de nos trésors les plus insignes et sûrement le plus mystérieux. Que représente-t-il ? Comment est-il arrivé entre nos mains ? Les questions s’imposaient. Nous avons d’abord rassemblé les notes et archives en notre possession, pour faire un état de l’art sur l’objet, ainsi qu’une bibliographie aussi complète que possible. Puis nous avons sollicité des contributions auprès de chercheurs à même d’éclairer, chacun dans sa spécialité, les différents aspects de l’histoire du camée. Tous ont répondu positivement, et disposant de notre texte liminaire ils ont envoyé leur chapitre et leurs suggestions d’illustrations. Lié à l’histoire de saint Nicolas, saint-patron de la Lorraine, et connu des savants nancéiens, le camée était tout désigné pour intéresser le public : de fait il se vend bien, ce qui nous encourage à mettre sur le métier une deuxième publication.


Dans leur bibliothèque patrimoniale numérique Limédia galeries, qui ouvrira en janvier 2019, les Bibliothèques de Nancy publieront une sélection de leur patrimoine écrit et graphique éditorialisée et scénarisée. Dans Épitomé elles rendent compte de leurs recherches et de la mise en œuvre de leurs projets de lecture publique. Avec leur nouvelle collection monographique elles produisent des connaissances sur leurs trésors. Pour concentrer et illuminer l’histoire de leur territoire elles mettent tous les fers au feu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.