En-tête de lettre de Soyer-Willemet

La Bibliothèque publique sous la direction de Soyer-Willemet

Sans doute à cause de son application intransigeante du règlement et de son faciès disgracieux, Soyer-Willemet a eu la réputation d’être un « gardien jaloux » voire le « dragon » de la bibliothèque. Il n’a pourtant jamais abusé de sa position de bibliothécaire en chef de la Bibliothèque Publique et a toujours agi dans l’intérêt des collections. C’est pourquoi Soyer-Willemet a été soutenu et apprécié, sauf par les lecteurs déçus de n’avoir pu jouir des collections comme ils l’auraient souhaité.

Cet article est le second préparé par Sarah Cabadet.

La Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique (1840-1868)

 L’actuelle Bibliothèque Stanislas est certes très différente de la Bibliothèque Publique du xix e siècle, mais elle repose sur les institutions de cette période. Il s’agit d’une période de réflexion sur le fonctionnement de la bibliothèque et sur la gestion des collections. Cela est déterminé d’une part par les volontés de la municipalité et du Ministère de l’Instruction Publique, mais aussi par l’action et la personnalité du Bibliothécaire en Chef. Le tout est contrôlé par la Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique.

La Commission de surveillance se compose de cinq ou six académiciens et se réunit en moyenne une fois tous les deux mois. Le bibliothécaire en chef informe les membres de l’avancée de ses travaux, présente les dons et achats de livres ou de médailles, soumet des demandes pour de prochaines acquisitions ou sur la nécessité de réaliser des travaux et résume l’activité des sous-bibliothécaires. La Commission examine également les demandes de dérogation pour des emprunts de documents à domicile. Une fois par an, la Commission dresse un bilan sur l’accroissement des collections. Tous les comptes-rendus de réunions sont consignés dans un registre depuis la refonte de la Commission en 18401.

En 1843, une circulaire de la Mairie demande un rapport annuel à tous les établissements municipaux afin d’être informée de leur évolution.  La Commission de surveillance résume le contenu des différentes réunions et en fait un rapport destiné à la municipalité concernant l’état des collections et leur enrichissement, de l’avancée du catalogue, des changements ou des absences de personnel ainsi que des besoins matériels et financiers de la Bibliothèque Publique2. Par conséquent, cela en fait une source très riche qui permet de suivre le développement de la bibliothèque.

Soyer-Willemet, bibliothécaire en chef

La correspondance, les registres de délibérations de la Commission de surveillance et surtout les rapports envoyés annuellement à la Mairie sont des sources sur l’intervention remarquable de Soyer-Willemet en faveur de la bibliothèque.

Hubert-Félix Soyer-Willemet arrive à la Bibliothèque Publique en 1821 en tant qu’assistant  du bibliothécaire en chef, l’abbé Lesoing3. Il prend ensuite la direction de la bibliothèque à la mort de ce dernier, en 1824.

La bibliothèque recèle alors les saisies révolutionnaires, des ouvrages mais aussi des objets anciens et précieux. Rien n’a encore été vraiment catalogué et les objets sont très souvent mal conservés. La tâche principale de Soyer-Willemet est de rédiger un catalogue raisonné des ressources de la bibliothèque, catalogue vivement réclamé par la Mairie et le Ministère de l’Instruction Publique. Il doit également assurer l’ouverture de la bibliothèque au public, trois jours par semaine en 1824, puis cinq jours à partir de 1831 et six jours par semaine en 1865. Pour cela, le bibliothécaire en chef est aidé par deux sous-bibliothécaires. Cependant, de nombreux impératifs le déconcentrent et ralentissent sa besogne première.

Soyer-Willemet s’occupe du catalogage, de la conservation et de la gestion des collections, de la communication au public et de l’enrichissement des collections. Il doit répondre aux sollicitations des lecteurs qui souhaitent consulter les ouvrages de la bibliothèque et surtout il doit analyser les demandes d’emprunts de livres à domicile. Le règlement est très strict et Soyer-Willemet veille à ce qu’il soit respecté à la lettre. Les documents comportant de l’iconographie ne peuvent être consultés à domicile et les ouvrages de gros formats ne peuvent être que peu consultés pour en éviter l’usure. Toutefois, ce règlement vise uniquement à protéger les ressources précieuses et fragiles de la bibliothèque.

Ces contraintes s’expliquent également par le manque de matériel et la pauvreté du mobilier de la bibliothèque. C’est également l’un des combats du bibliothécaire en chef. Dès 1829 Soyer-Willemet obtient une autorisation du Maire afin de réaliser d’importants travaux dans les locaux4.  En 1839 il résout des problèmes de chauffage et d’éclairage. Le bibliothécaire en chef se bat également pour doter la bibliothèque de meubles supplémentaires pour conserver les médailles5 et de plus de tables et de chevalets afin de faciliter la consultation des documents6. Il envoie donc régulièrement des demandes de crédits à la Mairie. Par la même occasion, il essaie d’attirer l’attention de la municipalité sur l’état du bâtiment et réclame la réparation du plancher et du plafond. Il demande également à aménager l’aile occidentale de la bibliothèque et à sécuriser le Cabinet des médailles. Soyer-Willemet souhaite augmenter la surface de stockage en vue de supprimer les doubles rangées de livres sur les étagères et de pouvoir dégager les combles qui contiennent les brochures7. Malheureusement Soyer-Willemet ne verra jamais se réaliser ces travaux, ils n’auront lieu qu’à partir de 1869 sous la direction de l’architecte Prosper Morey.

Les acquisitions majeures

La capacité de stockage de la bibliothèque est également un enjeu fondamental : cela permet aux collections d’être conservées dans de bonnes conditions, mais aussi de faire de la place pour l’enrichissement dû à Soyer-Willemet. Il est, par conséquent, en relation avec des libraires parisiens à qui il demande de trouver les ouvrages manquants à la Bibliothèque Publique. Sur ce point Soyer-Willemet est très exigeant, il n’accepte que les livres en bon état et refuse les ouvrages lavés. Il demande régulièrement un budget afin de relier les ouvrages qui ne sont que brochés8.  Le bibliothécaire en chef est aussi très à l’écoute des suggestions et des demandes des lecteurs, notamment les demandes venant des professeurs des facultés de droit et de médecine. Il réclame aussi l’augmentation du budget d’acquisitions à 2 000 francs9.

Soyer-Willemet entretient une correspondance régulière avec le Général Drouot10. Dès 1824, il lui communique des livres et le général en fait une étude. Cette bonne entente a sûrement influencé le général dans sa décision de faire don de ses cartes militaires à la bibliothèque lorsqu’il perd la vue en 1832.

Portrait du général Drouot
Portrait du général Drouot (cote provisoire : FG3 Drouot).

En 1834, Soyer-Willemet accueille un dépôt des livres de la Société royale des sciences, arts et lettres, et en 1836 l’École de médecine fait don de sa bibliothèque. A la mort du Général Drouot, en 1847, ses livres sont donnés à la Bibliothèque Publique. En 1849, les démarches de Soyer-Willemet aboutissent à d’importantes acquisitions de cartes et d’œuvres de Jacques Callot.

Le bibliothécaire en chef cherche également à acquérir des bibliothèques d’érudits locaux, si ces derniers n’en font pas eux-mêmes don. Ainsi, après des demandes répétées à la Mairie, Soyer-Willemet obtient en 1855 3 000 francs pour acheter des imprimés et manuscrits précieux de M. Noël11.  Il obtient ensuit 5 000 francs en 1857 afin d’acheter les manuscrits restants. En 1858 la Bibliothèque Publique reçoit le legs des manuscrits de Justin Lamoureux12. Enfin en 1862 et 1863 Soyer-Willemet réceptionne et installe des livres de Henri Boulay de la Meurthe13,  dans le local qui leur est destiné.

Henri-Georges Boulay de la Meurthe
Portrait de Henry-Georges Boulay de la Meurthe (cote provisoire FG3 Boulay).
Vue d'un magasin Boulay de la Bibliothèque de Nancy
Vue d’un magasin conservant la collection Boulay de la Meurthe

Il en termine le catalogue en 1865. En effet, à chaque acquisition, d’ouvrages ou de collections, il faut réceptionner les livres, les installer et les cataloguer. Cela prend énormément de temps et ralentit donc le catalogue général.

Soyer-Willemet est aussi responsable du Cabinet des Médailles et du Cabinet d’Histoire Naturelle situés dans les locaux de la bibliothèque. La collection du Cabinet des Médailles est assez modeste mais il l’enrichit régulièrement en monnaies, médailles et jetons de toutes époques. Il fait notamment l’acquisition de l’importante collection de médailles de M. Gillet en 1864.

Soyer-Willemet étoffe également  les possessions du Cabinet d’Histoire Naturelle en réceptionnant divers objets et en réalisant des campagnes de chasses afin d’obtenir les spécimens manquants14. La bibliothèque reçoit par exemple une peau de serpent en 183115 et des momies égyptiennes en 184616.

Un « dragon » conciliant

Les seules plaintes à l’encontre de Soyer-Willemet sont des reproches concernant son excès de zèle. En effet, il existe plusieurs courriers de lecteurs mécontents de n’avoir pu consulter ou emporter les ouvrages désirés. Cependant, comme il ne fait qu’appliquer le règlement, le Maire et la Commission de surveillance de la bibliothèque lui ont toujours donné raison17. Aussi, lorsqu’il le peut, et surtout si cela ne porte pas atteinte aux documents, il essaye d’accorder des dérogations afin de rendre service aux lecteurs. Il a plusieurs fois autorisé des professeurs à emporter des livres à domicile car ils ne peuvent venir aux heures d’ouverture de la Bibliothèque Publique à cause de leur emploi.

Soyer-Willemet s’est dévoué à sa fonction de bibliothécaire en chef, mais il est toujours demeuré un homme modeste. Il n’avait, dans un premier temps, qu’un traitement de 1 200 francs par an. En 1831, la Mairie décide de l’augmenter à 2 000 francs car la bibliothèque est passée à cinq jours d’ouverture par semaine. Cette même année Soyer-Willemet refuse un poste d’enseignant à Paris, en partie à cause de sa santé fragile. Pendant les trente années suivantes, il a conservé son salaire relativement bas de 2 000 francs. Toutefois, en 1863 il s’est résigné à demander une augmentation de 1 000 francs dans l’unique but de pouvoir payer le régime fortifiant que sa santé l’oblige à prendre18. Son traitement, ainsi que celui des sous-bibliothécaires, est une nouvelle fois augmenté lorsque la Bibliothèque Publique passe à six jours d’ouverture par semaine.

La Mairie accepte la demande d’augmentation de Soyer-Willemet car elle ne peut se permettre de perdre un bibliothécaire en chef si efficace. De plus, comme le Maire le dit lui-même, un autre bibliothécaire demanderait un traitement bien supérieur.

Soyer-Willemet est indispensable au bon fonctionnement de la bibliothèque, le président de l’Académie dira de lui qu’il est « le catalogue vivant et méthodique des richesses de la bibliothèque publique de Nancy  »19. Malheureusement, il a une santé fragile et les hivers sont rudes à la Bibliothèque Publique, qui n’est pas chauffée. Soyer-Willemet est donc malade presque tous les hivers. Cela participe à lenteur de la rédaction du catalogue, mais ni les conditions météorologiques, ni ses problèmes de santé ne l’empêchent d’assumer les responsabilités du poste de bibliothécaire en chef. Ainsi, même lorsque sa maladie se fait trop grave et le contraint à rester chez lui, des réunions de la Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique se tiennent à son domicile20. Toutefois, Soyer-Willemet n’est pas seul à entretenir la bibliothèque, il a toujours été secondé par deux sous-bibliothécaires et un intendant. Ils ont également, quelquefois, dû pallier l’absence du bibliothécaire en chef. Ce dernier ne manque jamais de féliciter ni de souligner l’importance du travail de ses assistants lors des réunions de la Commission de surveillance de la Bibliothèque Publique.

Portrait de Soyer-Willemet
Portrait de Hubert-Félix Soyer-Willemet (cote 98 019 (15)).

Hubert-Félix Soyer-Willemet décède en janvier 1867 après avoir endossé le rôle de bibliothécaire en chef pendant plus de quarante ans. Il n’a pas pu achever le catalogue raisonné, mais il a considérablement enrichi les collections de la Bibliothèque Publique et a fait son possible pour les conserver au mieux et les rendre accessibles au public. Malgré l’âge et la maladie de Soyer-Willemet, sa succession n’avait pas encore été envisagée. C’est pourquoi, même si des candidatures sont envoyées dans les jours qui suivent sa mort, la Commission préfère attendre plusieurs mois avant de le remplacer.

  1. Gillet (Nicolas), Rapport à M. le maire de la ville de Nancy sur la situation de la bibliothèque publique au 1er janvier 1845…, 1846. Les registres de délibérations de la commission de surveillance sont conservés aux archives historiques de la Bibliothèque. []
  2. Rapport sur l’activité de la Bibliothèque de 1843 à 1868, Archives historiques. []
  3. Hubert Lesoing (1757-1845), ancien curé de Saint-Germain-l’Auxerrois et prédicateur à succès, est nommé vicaire de la cathédrale de Nancy au moment du Concordat puis bibliothécaire en chef en 1815. Il résigne sa charge en 1825 au profit de Soyer-Willemet pour entrer au chapitre cathédral. L’Espérance : courrier de Nancy, 30 décembre 1845, p. 3. []
  4. Lettre du 1er juin 1829. Archives historiques de la bibliothèque, dossier H1a. []
  5. Rapport sur l’activité de la bibliothèques, 1846. Archives historiques. []
  6. Rapports sur l’activité de la bibliothèque, 1850-1860. []
  7. Rapports sur l’activité de la bibliothèque, 1851-1852. []
  8. Gillet (Nicolas), Rapport à M. le maire de la ville de Nancy sur la situation de la bibliothèque publique au 1er janvier 1845, fait au nom de la commission de surveillance par M. Gillet,…, 1846. []
  9. Rapport sur l’activité de la bibliothèques, 1857. []
  10. Antoine Drouot (1774-1847), brillant mathématicien, est un général fidèle à Napoléon, retiré à Nancy sous la Restauration. Il appartient par ailleurs à une fratrie très aimée des Nancéiens. []
  11. François-Jean-Baptiste Noël (1783-1856), esprit libre et lotharingiste forcené, a réuni la plus belle collection de bibliophilie et d’archives lorraines de son époque. []
  12. Justin Lamoureux (1783-1859), avocat et magistrat mais surtout collectionneur. []
  13. Henri Boulay de la Meurthe (1797-1858) homme politique, vice-président de la IIe république []
  14. ms. Soyer-Willemet 6, pièce 9. []
  15. ms. Soyer-Willemet 6, pièce 7 []
  16. Registre des délibérations, 1846. Archives historiques. []
  17. Voir le traitement réservé à une plainte en 1848. Archives historiques, dossier F2. []
  18. Archives historiques, dossier F3. []
  19. Rapport sur l’activité de la bibliothèque, 1867 []
  20. Registre des délibérations…, 1863-1864. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.