Le procès du parricide de Leyr, ou comment parler de la presse ancienne.

L’ouverture de Limédia kiosque a permis de re-questionner la médiation et la valorisation d’un fonds de presse ancienne.
Pour l’inauguration officielle du site, en mars 2019, nous avons proposé au public de revivre un fait divers qui a défrayé la chronique à la fin du XIXe siècle : le parricide de Leyr.

 

Le meurtre de Leyr, par son atrocité et ses multiples rebondissements, a alimenté les conversations et occupé les esprits lorrains de la fin du XIXe siècle. Il a constitué un véritable feuilleton dans la presse quotidienne locale et a marqué durablement l’histoire du village de Leyr. C’est pour ces raisons que le choix des bibliothécaires s’est porté sur ce fait divers pour une “reconstitution” spectacle originale.

Véritable travail de collaboration, la reconstitution du procès a non seulement mobilisé l’équipe de bibliothécaires mais aussi plusieurs types d’acteurs : étudiants en droit, comédiens, et spectateurs !

Les étudiants en droit, membres de l’association AJEP, jouent le rôle de la Cour : Achille premier assesseur, Hugo, président de la Cour et Yacer 2e assesseur.

La “reconstitution” de la cour d’assises par les étudiants en droit de l’université de Lorraine

C’est une association d’étudiants en droit de Nancy, l’AJEP, Association Juridique Economique et Politique, dont la vocation est d’organiser chaque année des concours de plaidoirie, qui a travaillé à la reconstitution de la cour d’assises.  L’objectif n’était pas de faire une reconstitution historique et exacte du procès, tel qu’il a eu lieu en 1898, mais d’évoquer l’ambiance des procès de l’époque en respectant, autant que possible, le fonctionnement judiciaire de la fin du XIXe siècle. Ainsi nous retrouvons pour ce procès : une cour constituée d’un président et deux assesseurs, un jury de 6 personnes (spectateurs tirés au sort), un procureur et deux avocats.
Quelques libertés ont été prises par rapport au fonctionnement judiciaire de l’époque des faits : le jury, constitué de 6 personnes (et non pas 12), avait la charge d’établir la culpabilité de l’accusé mais aussi de définir la peine, alors que cette tâche incombait alors à la cour.

Le groupe d’étudiants s’est appuyé sur un travail documentaire d’archives de presse et de témoignages réalisé par les bibliothécaires pour construire le déroulé du procès : protagonistes, témoins invités à la barre, rebondissements et réception du procès.

Chaque étudiant avait un rôle : président du jury et assesseurs, avocats de la défense, procureur. Nous le verrons plus loin, les rôles des témoins et accusés étaient tenus par des acteurs d’une compagnie de théâtre amateur. L’équipe d’étudiants avait donc écrit une bonne partie de son intervention tout en laissant une place non négligeable à l’improvisation.

Maxime, étudiant en droit et président de l’AJEP, incarne le procureur avec beaucoup de conviction.

Voici un extrait du réquisitoire du procureur :

Monsieur le Président, messieurs les assesseurs, mesdames messieurs les jurés, nous avons essayé tout au long de ce procès de découvrir la vérité quant aux faits qui se sont produits entre la nuit du 20 février, soir du meurtre et celle du 23 février, soir où le fils Ancion se débarrasse du corps en le découpant en 6 parties puis en le jetant dans l’étang de Quercigny.

Mais comme vous avez pu le remarquer, les incohérences des témoignages , les oublis du fils Ancion, l’absence regrettable de Madame Ancion sont autant d’obstacles qui nous éloignent de la vérité vraie. Aussi il incombe au ministère public de démêler le vrai du faux, de combler les trous de cette histoire sordide et ainsi se rapprocher de cette vérité vraie. Cependant, ne rêvez pas, si nous pourrons nous en approcher, jamais nous ne l’atteindrons, emportée en partie dans la tombe de la mère Ancion et pour l’autre dans le silence du fils.

La défense essaiera de vous faire douter, elle dressera du fils Ancion un portrait bienveillant, celui d’un jeune homme au passé difficile, celui d’un jeune homme sympathique, gentil et inoffensif et pourtant tant effrayé par son père.

Noémie et Valentin, étudiants en droit, eux aussi membres de l’association AJEP, interprètent les avocats de la défense. Les dessins de Catherine Créhange sont projetés simultanément.

Voici un extrait de la plaidoirie de la défense :

Notre client se tient devant vous pour avoir tué son père, l’avoir découpé en morceaux, et jeté dans un étang. Il se tient devant vous pour avoir donné la mort à son père, alors que son père était sur le point d’attenter à sa vie. Il se tient devant vous, seul, pour des faits d’assassinat, alors que sa mère a contribué de manière certaine à la mort de la victime. Il se tient devant vous, pour avoir prémédité cet assassinat, alors qu’aucun élément concret ne prouve qu’il ait planifié de tuer son père.

Nous allons reprendre la chronologie pour vous démontrer que notre client n’a pas pu préméditer cet acte, et qu’il a en réalité plutôt réalisé sous l’emprise de sa mère.

Et comment imaginer un procès sans croquis d’audience ? Nous avons invité l’illustratrice et dessinatrice de presse Catherine  Créhange  qui a réalisé les dessins judiciaires, projetés en direct pendant le spectacle.

Catherine Créhange en dessinatrice judiciaire pour l’occasion.

L’approche de la compagnie de théâtre d’improvisation

Comme il était impossible de reconstituer le procès de manière exacte avec les documents que nous avions à disposition, nous avons choisi un parti pris décalé, en travaillant avec la compagnie de théâtre d’improvisation nancéienne Crache-Texte. Quatre comédiens se sont donc répartis les rôles des différents protagonistes du procès : l’accusé, Charles Ancion, qui est interprété, dans toute sa réserve, par Axel Goefper. L’ensemble des témoins, trois hommes et une femme, sont interprétés par un seul comédien, François Barthelemy, introduisant un caractère comique à la situation.

Les témoins, interprétés par François Barthelemy, de la Compagnie Crache-Texte : des personnages hauts en couleurs défilent à la barre, sous le regard de Tom, étudiant en droit et membre de l’AJEP, qui joue le rôle du greffier.

Enfin, la compagnie a proposé, pour rendre la reconstitution plus théâtrale, d’incarner aussi le père assassiné et la mère suicidée (interprétés par Yann Berriet et Magalie Beck). Ces derniers ont utilisé judicieusement la disposition de la salle de lecture et se sont installés sur une galerie surplombant l’espace où se trouvait la cour et le jury. Participant de manière extérieure au procès de leur fils, ils étaient ignorés des autres protagonistes, tels deux fantômes dont seul le public pouvait suivre les remarques.

Magalie Beck et Yann Berriet  interprètent les fantômes du père assassiné et de la mère suicidée.

La compagnie de théâtre a travaillé en amont de la représentation avec le déroulé fourni par les étudiants en droit, ainsi que les documents disponibles sur l’affaire du parricide. Tous ces éléments ont servi de cadre à leur improvisation.

La participation du public

Le dernier participant à ce procès, et non le moindre, était le public. D’emblée nous avons décidé qu’il serait intéressant d’impliquer les spectateurs dans cette reconstitution. Nous leur avons dévolu 5 rôles différents, par tirage au sort, à l’entrée de la salle.

Les jurés

Au nombre de 6, ils ont passé l’ensemble de la soirée derrière la cour, sur “l’espace scénique”. Comme pour un procès réel, leur rôle était de décider du sort de l’accusé, jugeant à partir des témoignages, plaidoirie et réquisitoire. L’issue du procès aurait pu être complètement différente de celle du procès d’origine !

Le jury, composé de 6 personnes, tirés au sort dans le public.
Les gendarmes

Au nombre de 6 également, coiffés d’un képi, ils assuraient “la sécurité” de l’accusé et des témoins appelés à la barre.

Charles Ancion est interprété par Axel Goefper de la compagnie théâtrale Crache-Texte, et les deux gendarmes qui l’accompagnent ont été tirés au sort dans le public.
Les journalistes

Une dizaine de spectateurs-journalistes étaient présents au-devant de la scène, pour rendre compte du déroulement du procès, coachés par une véritable journaliste de l’Est Républicain, Lysiane Ganousse.

Dans la salle, le public participe à cette reconstitution : gendarmes, journalistes, bourgeois ou paysans, chacun son rôle.
Les villageois et les bourgeois

Les autres spectateurs, la majorité, étaient installés indifféremment dans la salle et répartis en deux catégories : villageois et bourgeois.
Les spectateurs étaient invités à s’exprimer, en fonction de leur rôle, sur le procès se déroulant sous leurs yeux. Nous avons utilisé pour cela le stratagème des chauffeurs de salle, et confiés à deux bibliothécaires des grands panneaux sur lesquels étaient inscrits des interjections : Haaaaaaa, Diantre, Quelle horreur ! , chuuut, à mort ! Bravo !

Les bibliothécaires présents et déguisés dans la salle avaient pour mission d’animer la salle.

À l’issue du réquisitoire et de la plaidoirie, le jury se retire pour délibérer. Le public a également la possibilité de donner son avis sur le dénouement du procès en direct via une application de sondage.

Les bibliothécaires ont fait vivre cette soirée en jouant leur rôle jusqu’au bout.

Bilan

Cette expérience partenariale, inédite et pleine d’humour en dépit d’un sujet difficile, a permis aux participants (acteurs et spectateurs) de mieux comprendre le déroulement d’un procès mais aussi l’influence de la presse sur l’opinion publique. Chacun a pu faire des parallèles avec des affaires récentes où le scandale médiatique le dispute à l’horreur des faits. Une forme d’éducation aux médias et à l’information en utilisant le patrimoine local.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.