Papiers de Jean Albert Poirot

Le portefeuille du docteur Poirot

Ou De la nécessité de l’archivage administratif dans les bibliothèques

Les bibliothèques municipales, comme tout service de collectivité, doivent verser leurs archives au service compétent. Elles ne sont pas toujours les plus exactes dans cet exercice car il faut à la fois se mettre d’accord avec les archivistes sur le périmètre (les factures : oui, les décors : non) et, lorsque l’établissement est doté de collections patrimoniales, sur la destination des actes relatifs notamment au statut juridique des collections et de leurs annexes (registres d’entrées, inventaires de collections particulières qui sont une documentation irremplaçable et d’usage quasi-quotidien).

Une fois la répartition effectuée, la bibliothèque attaque le processus de tri, éliminations autorisées et versement des archives de ses activités. C’est l’occasion de benner des empilements de boîtes de correspondance sans valeur, de devis , de dossiers de personnel et de cahiers des charges avortés. D’aller faire un tour à la cave. Et de faire des trouvailles, comme cette machine à ronéotyper les fiches de catalogage1.

Le petit porte-cartes rouge

porte-carte rouge
Un objet publicitaire en simili-cuir.

Plus inattendu, et d’autant plus intriguant, ce portefeuille. Il n’est pas rare que les bibliothèques retrouvent des papiers égarés dans les salles de lecture et les stockent au secrétariat en attendant de les rendre à leur propriétaire. Mais depuis 1933 ?

Dans le porte-cartes rouge orné d’un blason Antar, une carte du G.E.C. (groupement des étudiants catholiques, célèbre foyer d’étudiants sur la place Carnot, qui ferme ses portes ces jours-ci, d’ailleurs), un badge, une carte d’identité tamponnée du commissariat de la Ville d’Epinal, une carte d’étudiant de la faculté des sciences, un permis de conduire les motocycles à deux roues, et une lettre datée du 10 novembre 1933, de Jean à Jean. Tous au nom de Jean Albert Poirot, né le 8 mars 1914 à Saulxures-sur-Moselotte.

Papiers de Jean Albert Poirot
Le contenu du porte-cartes.

Que faisait-il là ? Jean Poirot pouvait être un (jeune) membre du personnel, mais ce nom ne nous disait rien. Plus probablement l’un de ces étudiants en médecine qui, depuis des temps immémoriaux, hantent chaque jour les tables d’étude. Le schéma est classique, et émouvant. Un jeune Vosgien qui vient d’arriver à Nancy, de prendre toutes ses inscriptions universitaires, son logement étudiant (comme en atteste la lettre), vient — pour la première fois ? — à la bibliothèque… et perd illico tous ses papiers. On imagine tout de suite son affolement. Mais l’on ne s’explique pas pourquoi il n’a pas pensé à venir s’en enquérir auprès de la bibliothèque. Peut-être cette histoire s’est-elle déroulée aux alentours du congé de Noël, et n’a-t-il pas pensé avoir laissé ses papiers à la bibliothèque.

L’enquête

Nous voici donc en possession de papiers d’identité appartenant à un habitant de la région. L’idée de rendre ces papiers, non pas sans doute à leur propriétaire lui-même, qui serait aujourd’hui âgé de 105 ans,  mais plutôt à sa famille, s’impose immédiatement. Les deux premiers mouvements sont :

  • écrire à la mairie de Saulxures-sur-Moselotte (Vosges) pour demander communication de l’acte de naissance, afin d’y vérifier la présence de mentions marginales de mariage et de décès ;
  • rechercher Jean Poirot sur Internet, au cas où : site généalogique, ou décès récent qui serait en ligne sur les mémoriaux de presse locale.

Les deux pioches sont bonnes : le registre d’état civil nous apprend que Jean Poirot est décédé en 1981 à Nancy, et la navigation qu’un Jean Albert Poirot (mêmes date et lieu de naissance) a été déporté pour faits de résistance dans le maquis de Corcieux au camp de Villingen d’où il a été libéré en avril 1945. Notre étudiant est donc un héros, mais décédé depuis longtemps.

Qu’a-t-il fait depuis 1945, et où trouver sa famille ?

La ressource la plus utile désormais serait l’avis de décès publié dans la presse. Quelques minutes de recherche dans les lourds volumes reliés de l’Est républicain suffisent pour découvrir directement des hommages. Héros de la résistance, le docteur Poirot fut par ailleurs psychiatre, l’un des pionniers de l’installation de structures d’accueil pour les enfants handicapés et atteints de troubles mentaux, conseiller général des Vosges et membre de nombreux comités liés au patrimoine culturel des Vosges2.

L’avis de décès publié par la famille nous oriente vers un gendre avocat assez connu à Nancy ces dernières décennies,  dont le cabinet a été repris par sa fille. Contact est pris avec la famille, confirmation donnée. Avec plaisir, les Vicq évoquent leur grand-père, le bon docteur Poirot, et son caractère insouciant : le jeune étudiant vosgien qui a perdu ses papiers à la bibliothèque de Nancy en a fait d’autres, et plus corsées3 !

Photo Est républicain
Le portefeuille et son contenu restitués à la fille et aux petites-filles de Jean Poirot (Photo L’Est républicain, Cédric Jacquot).

Le samedi 7 septembre 2019, une petite cérémonie en présence du maire de Nancy et du maire de Saulxures-sur-Moselotte se déroule pour rendre 86 ans plus tard le porte-cartes rouge à ses légitimes propriétaires, et rendre hommage à une figure chère au coeur des Lorrains. La presse s’en empare.

Revue de presse :

Le docteur Poirot a sa page sur Wikipédia depuis le 26 août 2019.

  1. Un jour, il y aura un article sur l’art du catalogage à travers les siècles. []
  2. L’article le plus complet est celui du 21 mai 1981, L’Est républicain, édition d’Epinal : « Avec la disparition de Jean Poirot, les Vosges pleurent l’humaniste et le médecin. » Un Institut médico-éducatif porte son nom à Fontenoy-le-Château (Vosges) depuis 1981. []
  3. Lysiane Ganousse, « Le Portefeuille du dr Poirot retrouvé 86 ans plus tard », dans L’Est républicain, édition de Nancy, 18 août 2019. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.