Epitomé, le manuscrit de Jean d’Aucy

Abrégé d’un livre, d’une histoire ; plus particulièrement précis d’histoire. (voir la définition du CNRTL)

Un manuscrit prestigieux

L’Epitome des Gestes des soixantes (sic) trois Ducz de Lorraine depuis Lother jusques au present, treshault & trespuissant Charles troisieme du nom. Avecq aucuns Ducz de Mozellains. Ardennes, & Buillon, & comtes de Vaudemont successeurs en ladicte ligne. Compose par Frere Jean d’Aucy religieu observantin de S. Françoys pour treshault & puissant prince Charles par la grace de Dieu, duc de Lorraine… est un ouvrage manuscrit rédigé par frère Jean d’Aucy (mort en 1566), un moine franciscain, à l’intention du jeune duc Charles iii de Lorraine alors élevé à la cour du roi de France, et qui lui a été offert en 1557.  L’auteur n’est certainement pas lorrain d’origine mais c’est un bon connaisseur de l’histoire et de l’entourage ducal. Ami du héraut d’armes Emond du Boullay, c’est à la demande du régent Nicolas de Vaudémont qu’il exécute cette œuvre, pour lequel il est payé, en 3 fois, 345 francs (frais de voyage inclus).

Reliure en veau à décor doré, dédicacée à Charles III.
Reliure en veau à décor doré, dédicacée à Charles III.

L’une des premières entreprises historiographiques sur les ducs de Lorraine, l’ouvrage se veut didactique, attrayant et compréhensible pour un jeune homme coupé de ses racines territoriales ancestrales. C’est pourquoi il est rédigé en français, et non en latin. La mise en page est claire et soignée : aération des marges, réglure des pages, rubrication. La réalisation matérielle de l’ouvrage a été certainement confiée à Didier Richier, peintre héraldiste1. La reliure, en maroquin brun clair orné à chaud, est dotée d’un décor particulièrement riche : triple encadrement de filets combiné à un losange, hampes de feuillage stylisé entourant l’inscription « Charles iii du non (sic) par la grace de Dieu lxiii duc de Lorraine et xxx marchis-duc de Bar, Calabre et Gelre ». Le dos, à faux nerfs, est orné d’étoiles et de fleurs de lys dorées.

Le corps d’ouvrage, courant sur 152 feuillets, commence, par une page de titre élégamment calligraphiée et un magnifique blason des ducs de Lorraine. En regard, on trouve une marque à la fourmi d’or entourée d’une inscription grecque, jouant sur le nom du rédacteur, Jean d’Aucy. Une dédicace précède le texte lui-même, qui débute par un assez long préliminaire étymologique, visant à démontrer que le nom « Lorraine » vient, non pas de « Lothaire », petit-fils de Charlemagne, mais de « Lother », neveu imaginaire de Jules César, puis une fort intéressante dissertation géographique sur l’étendue et les richesses du duché.

L’histoire des ducs de Lorraine prend la forme d’une succession de notices biographiques, parfois courtes et imaginaires, parfois beaucoup plus longues comme celle de Godefroi de Bouillon, tenu alors pour l’ancêtre fondateur de la dynastie2. La généalogie ducale ne manque en effet pas d’inclure les personnages les plus prestigieux possibles, dans le but de s’affirmer à l’égal des maisons impériale et surtout royale française. Outre Jules César et Godefroi sont ainsi convoqués les « faux Mérovingiens » comme Ansbert le Sénateur, qui figurent alors dans toutes les lignées royales européennes.

Début de la notice sur Godefroy de Bouillon.
Rubrication, réglure et calligraphie sur la notice sur Godefroy de Bouillon.

 

Postérité de l’Epitomé

La fourmi de Jean d'Aucy
La fourmi de Jean d’Aucy

S’il n’ a jamais été imprimé, l’ouvrage est doté dès l’origine d’un jumeau, offert simultanément à la reine Catherine de Médicis, L’Epitome de l’origine et succession de la comté de Boulongne…, conservé à la Bibliothèque nationale de France attachant sa famille à celle des comtes de Boulogne, particulièrement Baudouin le célèbre croisé. Plusieurs exemplaires enrichis sont également offerts, dans les années suivantes, à Nicolas de Vaudémont et à Anne de Lorraine, duchesse d’Arschot3.

Dans l’esprit du rédacteur, ce manuel n’est en vérité que le préalable à une monumentale Histoire de Lorraine qui ne verra jamais le jour, bien qu’il y travaille toute sa vie. L’Epitomé ne sera pas non plus imprimé, mais de nombreux historiographes de l’entourage ducal, tel Richard de Wassebourg, en connaissent l’existence et la teneur, et l’utilisent pour leurs propres travaux.

Le manuscrit est parvenu à la Bibliothèque Municipale par achat en vente publique en 1971. Il porte plusieurs mentions de provenances, un ex-libris « Et Vroil. Pte de Bettencourt » et le nom « Alex. Marcol ».

L’Epitomé de Jean d’Aucy est disponible en ligne et fait actuellement l’objet d’un projet d’édition électronique par l’équipe du Dictionnaire du Moyen français.

  1. d’après Alain Cullière, « Le véritable Epitomé de Jean d’Aucy (1556) », dans Annales de l’Est, 1984, p. 243-286. []
  2. En réalité, les ducs de Lorraine descendent des comtes palatins de Haute-Lotharingie et non du duc de Basse-Lotharingie. []
  3. Le premier est connu par des copies conservées à Epinal et à la bibliothèque Mazarine, le second par une copie à Nancy et une à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.