Balzac et Grandville : une fantaisie mordante

La maison parisienne de Balzac, nichée sur les hauteurs de Passy, dans le 16e arrondissement, a rouvert ses portes le 23 juillet 2019, après un an de travaux d’accessibilité, de rénovation du jardin et de modernisation. Pour sa première exposition, l’institution a choisi de mettre en avant les liens d’amitié qui unissaient l’écrivain Honoré de Balzac (1799-1850) et l’illustrateur Jean-Ignace Gérard dit Grandville (1803-1847). Une exposition présentée du 26 septembre 2019 au 13 janvier 2020, pour laquelle la Bibliothèque Stanislas et le Musée des beaux-arts de Nancy ont prêté plus d’une cinquantaine d’œuvres.

 

La maison de Balzac se situe un peu en contrebas de la rue, son jardin offre une vue imprenable sur la Tour Eiffel.

Dans les salles de presse

Étrennes au peuple, dessin à l’encre sur traits au crayon graphite, Bibliothèques de Nancy, P-TS-DE-00157

Les premiers journaux illustrés  du début du XIXe siècle font une large place aux gravures et aux commentaires qui les accompagnent. Dans les salles de rédaction, illustrateurs et rédacteurs se côtoient. C’est ainsi que Jean-Ignace Gérard dit Grandville et Honoré de Balzac se rencontrent. Grandville est alors connu pour ses caricatures animalières et les premiers dessins qu’il fournit aux journaux restent dans cette veine. À ces fantaisies succèdent des caricatures politiques d’abord contre Charles X puis contre le gouvernement de Louis Philippe. Les divergences politiques de Grandville, plutôt républicain, et de Balzac, plutôt monarchiste, vont entraîner leur éloignement progressif, à partir de 1831.

Digestion du budget. Travail administratif, politique, moral et surtout économique, dessin à l’encre sur traits au crayon graphite, Bibliothèques de Nancy, P-TS-DE-00156

Balzac commentateur de Grandville

Balzac est l’un des seuls écrivains de son temps à s’intéresser aux dessinateurs. Les relations entre Balzac et Grandville sont certainement excellentes car Balzac écrit trois articles où il vante les œuvres du jeune artiste. Ce sont les œuvres Voyage pour l’Éternité, Mœurs aquatiques et Bacchanales qui retiennent l’attention de l’écrivain.

Vitrine pour Voyage pour l’Éternité

À propos de Voyage pour l’Éternité, publié en 1830, Balzac dira : “Un homme naît avec une jolie figure ou laid comme un Osage, et l’on meurt bien ou mal, voilà toute la question : mourir jeune c’est se trouver en bonne fortune. Telle est l’analyse du délicieux album de M. Grandville. Nous en avons faiblement traduit la spirituelle moralité, les tableaux comiques. De la profondeur philosophique et de la caricature, voilà ce qu’on ne fait qu’en France et qu’à Paris. M. Grandville avait donné de la bêtise aux hommes, de l’esprit aux animaux, il vient de donner de la gaieté à la mort.”[[ extrait de l’article “Voyage pour l’Éternité […]. Album funéraire, par Grandville […]” La Silhouette, 15 avril 1830]]

La Mort en Cupidon tire du lit un haut dignitaire, dessin à la plume et encre brune sur traits de crayon graphite, 138 x 181 mm, Musée des beaux-arts de Nancy, inv. 877.643

Grandville illustrateur de Balzac

Les lois sur la presse rétablissent la censure à partir de 1835, mettant fin ainsi à la caricature politique. Aussi, Grandville est-il contraint de se reconvertir dans l’illustration. A partir de 1840, il participe à deux grandes entreprises éditoriales réunissant des textes d’écrivains connus : Les Français peints par eux-mêmes et les Scènes de la vie privée et publique des animaux.

Scènes de la vie privée et publique des animaux, dessin à l’encre sur traits aux crayon graphite, Bibliothèques de Nancy, P-TS-DE-00171

Pour Scènes de la vie privée et publique des animaux, Honoré de Balzac fourni cinq textes qui seront illustrés par Grandville. Cet ensemble de soixante et onze gravures caricature la vie publique et l’actualité parisienne au travers du monde animal.

Brochures publicitaires pour “Scènes de la vie privée et publique des animaux”

L’intérêt de Grandville pour la caricature sociale le rapproche aussi d’Honoré de Balzac. L’artiste réalisera au cours de sa carrière plusieurs caricatures de Balzac mais des caricatures moins mordantes que ses charges politiques, témoignage de leurs relations amicales.

Merci aux équipes de la Maison de Balzac pour leur accueil et l’autorisation de dévoiler quelques éléments de l’exposition.


2 réflexions sur « Balzac et Grandville : une fantaisie mordante »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.