Grandville en voyage

Le 21 février dernier s’est ouverte l’exposition Doré and Friends au Musée d’art Moderne et Contemporain de Strasbourg. Cinq œuvres de la Bibliothèque ont été prêtées à cette occasion : deux exemplaires d’Un autre monde, deux affiches publicitaires pour Un autre Monde et un dessin original intitulé « Crime et expiation ». L’occasion pour nous de revenir sur ces œuvres et sur ce dessin toujours très demandé pour les expositions.

 J.-J. Grandville et Nancy

La Bibliothèque de Nancy possède une collection importante des œuvres de Grandville (voir l’exposition virtuelle que la bibliothèque a consacrée aux Fables). Entrée en 1893-1894 avec le legs Boidin, exécuteur testamentaire du fils de l’artiste, cette collection est complétée en 1921 par celle de J.-B. Thiéry-Solet, grand collectionneur lorrain. Riche de plus de 700 dessins, de près de 1 000 estampes et de 72 livres imprimés, la Bibliothèque prête régulièrement des œuvres de l’artiste pour des grandes expositions.

Affichette de la première livraison

J.-J. Grandville (1803-1847) est l’un des plus grands caricaturistes et illustrateurs français du xixe siècle. Né à Nancy en 1803, il monte à Paris en 1825 et devient célèbre très rapidement grâce à ses dessins qui allient caricature, fantaisie et originalité.
Un autre Monde est considéré comme son chef-d’œuvre. Paru en 1844, il dresse – à travers des visions fantasmagoriques, des drôleries et rêveries – une vision critique de ses contemporains et d’une société en pleine mutation. L’ouvrage comprend 220 gravures conçues par Grandville, accompagnées d’un texte de Taxile Delord (1815-1877). Refusant le rôle subalterne qu’on accorde alors aux illustrateurs, Grandville inverse la relation entre le texte et l’image. Il demande à Taxile Delord de créer un texte à partir de ses gravures. Les images inspirent et suscitent le texte.

Un autre monde, page 136-137 : Un autre Icare

Si l’œuvre de Grandville apparaît fantaisiste, elle n’est pourtant pas exempte de sens critique. L’homme devient objet, l’animal devient homme, le corps devient machine, tous ces mondes s’entremêlent pour proposer une caricature, une critique subtile de la société.
Un autre monde est d’abord proposé en publication sous forme de livraisons du 18 février au 11 novembre 1843. Ce sont 36 livraisons illustrées qui seront vendues au prix de 50 centimes l’unité. Deux affiches de librairie, qui reprenaient l’illustration des couvertures de livraisons, en ont annoncé la publication. En janvier 1844, la publication se concrétise sous forme de livre. De format in-4°, imprimé par Fournier sur papier vélin fort, il contient les 36 gravures sur bois coloriées et un frontispice.

Affichette de librairie, reprend l’illustration du frontispice

 

Un dessin emblématique…

Le dessin « Crime et expiation » est l’un des plus tardifs de l’œuvre de l’artiste. Réalisé l’année de sa mort en 1847, il est publié en juillet 1847 dans le journal illustré le Magasin Pittoresque sous le titre « Deux rêves par J-J-Grandville ».  Cette étude, presque identique à la gravure publiée, présente une série de signes qui se métamorphosent mystérieusement.

Dans une lettre1, Grandville explique en détail l’histoire racontée :

« Est-ce le cauchemar d’un homme tourmenté seulement par la pensée de commettre un crime ? Est-ce le songe d’un meurtrier que, dans une fièvre du cerveau, le remords poursuit ? Choisissez. Il rêve qu’il vient de frapper un homme dans un bois sombre, sur une route déserte, près d’une croix indiquant qu’un crime a déjà été commis en ce lieu… Le sang humain a été répandu, et, suivant une expression d’argot qui présente à l’esprit une féroce image, « il a fait suer un chêne ! ». En effet ; ce n’est pas un homme c’est un tronc d’arbre … sanglant … qui s’agite et se débat … sous l’arme meurtrière. Les mains de la victime, mains toujours humaines, sont levées suppliantes, mais en vain ! Le sang coule toujours. Le rêveur voit, à la place du corps, se dresser une fontaine dont la forme lui rappelle la croix du chemin. Est-ce de l’eau, est-ce du sang qu’elle verse ? L’eau pour laver les mains du criminel ; le sang pour lui rappeler le coup terrible !… Ce sang ou cette eau, en rejaillissant, rappelle et multiplie les mains suppliantes. La croix, déjà changée en fontaine, prend la forme du glaive de la justice. Le vase qui couronnait cette fontaine prend la forme de la toque du juge, et du milieu de ces mains livides se détache la main de la justice, puis la balance … Mais, par un de ces effets soudains qu’ont pu éprouver tous ceux qui rêvent, bizarrerie inexplicable ! l’un des plateaux se métamorphose en œil … ardent … qui s’ouvre, s’agrandit épouvantablement, et … En ce moment le coupable se revoit lui-même fuyant de toutes ses forces cet œil scrutateur ; mais il est embarrassé par une puissance contraire qui le retient (effet très ordinaire du cauchemar). L’effroi redouble son ardeur à fuir. Il monte un cheval rapide pour échapper avec plus de vitesse. O terreur ! L’œil, l’œil terrible s’acharne après lui … Le rêveur s’attache, grimpe à une colonne, veut se réfugier au sommet : elle se brise avec fracas : il tombe : la terre manque sous ses pas : il est précipité dans une mer … rougie peut-être !… et sans espoir, toujours poursuivi par cet œil … qui subissant alors une transformation étrange lui semble un monstre, un poisson féroce dont les mâchoires armées de dents en forme de couteau vont être l’instrument de la vengeance divine ou humaine … Il sent déjà le froid acier de ces dents. En même temps mille autres yeux d’une forme semblable à celui-là le regardent et se jettent avec avidité sur lui … Seraient-ce les mille yeux de la foule attirée par le spectacle du supplice qui s’apprête ? …
Le rêve est ainsi arrivé à son plus haut degré d’horreur, quand tout à coup apparaît une croix lumineuse sortant de l’eau ou descendant sur l’eau, signe rédempteur vers lequel le coupable (très cauchemardé) tend à son tour les mains. Au fond apparaît encore la fontaine qui, cette fois, verse peut-être les larmes du repentir, et lave, en le purifiant, le rêveur qui, sur ce dernier trait, se réveille très heureux d’en être quitte pour la peur, s’il a en effet médité un crime et ne l’a pas accompli. »

Crime et expiation
Crime et expiation

Une vie marquée par la tragédie

L’article publié par Philippe Kaenel2 sur les rêves illustrés de Grandville donne une analyse poussée de ce dessin. Selon lui, le meurtre qui illustre ce premier rêve fusionne plusieurs événements de la vie affective de Grandville. Marqué par la mort de son frère Adolphe peu avant sa naissance, touché par les disparitions successives de ses trois enfants et de son épouse Henriette, il semble hanté par la mort à partir de 1840. Le décès du petit Georges, à la fin du mois de janvier 1847, le dernier enfant de sa première femme Henriette, constituerait l’élément clé de l’interprétation de ce dessin. Comme l’a dit lui-même l’artiste dans sa correspondance, c’est tout un pan de sa vie qui est anéanti fin janvier 1847. L’image du chêne renversé, utilisé dans ce dessin, semble directement inspiré de celui de la fable de La Fontaine Le chêne et le roseau. L’arbre qui avait résisté aux vents et « leurs coups épouvantables / Résisté sans courber le dos » est déraciné lorsque « le vent redouble ses efforts ». L’artiste semble anéanti par les coups redoublés du sort, déraciné de son passé. Toutes ses souffrances et ses angoisses remontent à la surface et s’expriment dans le dessin à travers des symboles puissants.
L’œuvre de Grandville, complexe et parfois difficile à appréhender, n’a pas toujours été comprise par ses contemporains pour qui, œuvres folles et artiste fou vont souvent de pairs. Champfleury avait dit, à propos de ce dessin :

« Crime et expiation, sujet funèbre comme un cauchemar, indique un esprit malade. Fontaine de sang, croix, glaive, grands yeux qui tombent dans la mer pour se transformer en poissons, tel est l’aspect sinistre de cette chose qui peut être comparée à des croquis d’aliénés »3.

Peu après la seconde guerre Mondiale, l’œuvre de Grandville sera redécouverte par les critiques et amateurs en particulier ceux proches des surréalistes. Beaucoup d’entre eux ont fait de Grandville un « précurseur du surréalisme ». Aujourd’hui, l’œuvre de Grandville reste très étudiée mais considérée, cette fois, dans sa globalité. Son travail remarquable dans le domaine de l’emblématique, de l’allégorie mais aussi de la caricature est régulièrement mis en avant, ainsi que son influence sur ses contemporains et les artistes des xxe et xxie siècles.

Ce dessin est régulièrement demandé par les institutions du monde entier pour des expositions. Or, les normes de conservation préventive pour ce type d’œuvre imposent une exposition limitée à la lumière. Voilà pourquoi à son retour d’exposition, il retournera en réserve et ne sera plus exposé pendant trois ans.

 

 

  1. « Deux rêves par J-J. Grandville », Magasin pittoresque, XV, n°27, juillet 1847, p.211. []
  2. Philippe Kaenel, « Les rêves illustrés de J.-J. Grandville (1803-1847) », Revue de l’Art, 1991, n°92, p.51-63 [en ligne]. []
  3. Jules Champfleury, Histoire de la Caricature moderne, Paris, 1865, p.292 [en ligne]. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.