Les ateliers numériques du patrimoine : humanités numériques, formation, médiation

La Bibliothèque Stanislas se transforme en 2015, à l’occasion de grands travaux de réhabilitation et de développements numériques. De nouveaux espaces et  services voient le jour. Parmi eux, l’atelier numérique du patrimoine : un espace de formation, de médiation, d’inclusion numérique et d’échanges.

Le contexte local en terme d’offre

Les ateliers numériques du patrimoine voient le jour dans un contexte local de forte demande, et d’une offre existante plutôt limitée.
La médiation numérique existante pour les Bibliothèques de Nancy était principalement organisée à la Médiathèque Manufacture qui proposait notamment des ateliers numériques en direction du grand public. Ces ateliers avaient vocation à dispenser à tous les bases de la pratique informatique : navigation, web, utilisation des réseaux sociaux, etc…

Ces pratiques autrefois dispensées par les cyberbases1 n’ont pas trouvé d’autre relais depuis la fermeture de ce service à part les ateliers Google2.

Mise en place d’un atelier numérique du patrimoine

Les humanités numériques et la médiation culturelle numérique au centre du projet

L’idée pour la Bibliothèque Stanislas est de compléter cette offre, avec des ateliers de médiation numérique cette fois en direction des chercheurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs. En quoi consiste une recherche dans la presse ancienne ? Vers quels documents en ligne dois-je me tourner pour trouver telle information ? Trouver un acte de naturalisation ou une référence biographique peut se révéler impossible pour une personne non acculturée à la recherche. C’est donc sur cet accompagnement spécifique que nous décidons de nous positionner.

Mise en place du service

Équipement

La salle est petite, elle peut accueillir au maximum 10 personnes et propose six ordinateurs. Nous concevons donc l’espace comme un atelier où les utilisateurs pourront travailler confortablement sur un ordinateur, tout en ayant la possibilité de voir une projection sur un mur.
Nous installons également une imprimante et un scanner qui sera utilisé pour la numérisation que nous effectuons en interne.
Un vidéo projecteur est mis en place, mais il sera rapidement remplacé par un téléviseur de nouvelle génération, positionné sur un pied mobile. Cela présente l’avantage d’offrir une image nette (port hdmi), et d’être utilisé pour d’autres types de besoins : nous la déplaçons facilement pour les accueils de groupes, scolaires ou autres animations.

Un parc sous Linux

Les ordinateurs sont déployés sous système d’exploitation Linux, ce qui nous paraît cohérent avec la philosophie que nous voulons donner à ce lieu : les alternatives libres aux logiciels propriétaires, la diffusion et le partage des données, mais aussi la pédagogie pour une adaptabilité à de nouveaux outils ou de nouveaux environnements numériques.
Nous prévoyons toutefois la possibilité d’une juxtaposition de Linux avec Windows (en double boot), notamment pour l’utilisation de certains matériels (scanner), ou de certains logiciels.

Ce parc est installé avec les crédits BNR. Les ordinateurs ne sont pas administrés par notre DSI, et sont reliés à un réseau distinct. Nous avons donc le champ libre pour installer et expérimenter de nouveaux logiciels, de nouveaux outils, puisque nous sommes administrateurs des postes.

Espace de formation interne

Nous décidons d’utiliser aussi cette salle comme lieu de formation interne, notamment dans le cadre des formations aux contributeurs et des cafés numériques. Les collègues peuvent également venir travailler sur les ordinateurs librement (s’ils veulent suivre un Mooc, travailler à la rédaction d’un texte), ou sur des créneaux encadrés, durant lesquels un collègue « formateur » leur propose de les accompagner dans la prise en main d’un outil, d’un logiciel…
Comme la salle permet de projeter un ordinateur sur la télévision, nous pouvons aussi faire des démonstrations (Bibale, Limédia, …).

Accueil du public : une offre variée

Préparation

Les ateliers sont libres, gratuits, et ouverts à tous, sur réservation. Ils ont lieu d’ordinaire le samedi matin, de 10h30 à 11h30.

La salle ne pouvant accueillir plus de 10 personnes simultanément, les ateliers se font sur inscription. Nous utilisons un site gratuit de gestion de billetterie, la plate-forme Evenbrite, pour gérer les réservations des usagers.
Les ateliers sont annoncés sur l’agenda culturel des Bibliothèques et de la ville, et nous faisons aussi leur promotion sur nos réseaux sociaux et notre newsletter.
Pour promouvoir nos ateliers, nous utilisons des titres parlants et attractifs, afin de ne pas décourager d’éventuels curieux par un sujet qui paraîtrait trop technique. Nous tentons de mettre en avant sa finalité en proposant un thème ou un usage. Nous ne communiquons pas sur « utiliser Limédia » mais plutôt « Trouver facilement des images anciennes et locales libres de droits ».

Lorsqu’une première programmation a été conçue en 2015 à l’ouverture du service, elle s’adressait en premier lieu aux chercheurs, professionnels ou amateurs, aux curieux possédant déjà un bagage minimum en informatique. Les ateliers numériques du patrimoine n’ont pas vocation à former le public à la découverte d’internet, mais plutôt à accompagner ceux qui possèdent déjà ces bases pour aller un peu plus loin dans la pratique, sans perdre de vue notre thématique centrale : le patrimoine et les humanités numériques. Cependant nous nous apercevons bien vite qu’il n’est pas possible de se tenir à ce « public cible » initialement défini, et qu’il va nous falloir composer avec un public très varié.

Une programmation variée

  • sélections et pratique de bases de données ou moteurs de recherche

Nous essayons de proposer aux usagers des sélections de sites pertinents et de ressources en ligne sur lesquelles ils vont pouvoir s’appuyer pour mener à bien leurs recherches :  panorama des sites incontournables pour retracer l’histoire de sa ville, tour d’horizon des blogs patrimoniaux les plus originaux, de sites web consacrés aux manuscrits… Nous les aidons à les explorer et à les prendre en main.  L’idée est de montrer aux participants les outils qu’ils peuvent utiliser et comment. Nous proposons des démonstrations concrètes de recherche dans des bases de données telles que Joconde, Gallica, Europeana, le CCFr etc…

Nous nous proposons aussi d’accompagner les gens dans les premières étapes de leur projet de recherche personnel. Par exemple, les étapes incontournables pour bien démarrer sa généalogie.

  • pratique de logiciels

Il nous semblait également intéressant de proposer une alternative libre aux outils généralement utilisés par les chercheurs. Pour cela, nous devons installer en amont de l’atelier les logiciels quand cela est nécessaire, sur les ordinateurs (Gimp, Xnview, Gramps, etc…)
L’atelier consiste alors à la prise en main de l’outil proposé, ou tout au moins sa découverte.

  • Patrimoine remix

Nous avons également à coeur de sensibiliser le grand public à la diffusion et à la réutilisation des collections patrimoniales en ligne. Nous évoquons les grands principes de la dissémination, et tentons d’acculturer les curieux à la réappropriation, par exemple avec des ateliers de création de gifs animés à partir des documents numérisés, ou de découverte d’appli patrimoniales ludiques comme BDnF.

  • Wikipédia

La programmation propose également très régulièrement des thématiques autour de Wikipédia : des ateliers pratiques, où nous proposons au public d’apprendre à contribuer dans Wikipédia, des ateliers d’initiation, et des ateliers découvertes de l’univers Wikimédia etc…

L’équipe des médiateurs

Les bibliothécaires

Ce sont les bibliothécaires qui animent les ateliers numériques du patrimoine à tour de rôle. Aussi, chacun propose une thématique dans laquelle il va se sentir à l’aise : cela va donc créer une programmation naturellement très variée. Et les thématiques reflètent parfaitement la grande diversité et complémentarité des compétences dans nos équipes. Les usagers quant à eux, reconnaissent les agents derrière les thèmes et aiment parfois assister au prochain atelier de tel ou tel bibliothécaire. Cela rend ces rendez-vous conviviaux.

Les intervenants extérieurs

Nous  sollicitons l’aide d’intervenants extérieurs, et créons des partenariats autour de certaines thématiques. Ainsi, avec l’Université de Lorraine, ou les archives municipales de Nancy. Nous avons également invité des représentants de la communauté OSM (open street map) locale, pour qu’ils présentent leur travail, ou encore des membres de la communauté Wikipédia.

Nous avons également donné la possibilité à certains intervenants extérieurs d’utiliser l’atelier en autonomie, s’il existe un lien avec les collections et – ou les projets des Bibliothèques.  Il est par exemple arrivé à des enseignants de l’université d’organiser des TD dans l’atelier, autour de collections.

Préparation d’un atelier consacré au patrimoine remix

Bilans

Une émulation dans l’équipe… et dans le public

Il a fallu dépasser une première appréhension pour certains collègues qui ne se sentaient pas de prime abord suffisamment légitimes pour aborder sous un angle pédagogique un sujet numérique. L’enjeu des ateliers n’étant pas la formation informatique,  mais l’accès en ligne au patrimoine, nous nous sommes vite aperçus que toutes les thématiques étaient systématiquement bien reçues, par un public avide d’informations, mais très conscient que nous ne nous positionnons pas en tant que formateurs à l’informatique. Nous partageons nos connaissances, et elles ne sont pas illimitées. Cela crée une dynamique d’entraide et d’échange au cours des ateliers durant lesquels certains usagers vont parfois partager des informations ou répondre à une question pour laquelle nous sommes parfois démunis.

Des échanges se créent dans le groupe, des conversations démarrent, des sujets sont débattus. Il arrive souvent que le public s’attarde à la fin de l’atelier pour continuer à discuter. Il apparaît clairement qu’une communauté peut se former autour de certains thèmes.

Une communication difficile

La stratégie de communication doit être adaptée en fonction de la thématique abordée, ce qui est très difficile à organiser, en terme de temps et de ressources. Ainsi, les généalogistes seront plus facilement atteints par un affichage dans les salles des archives et dans les groupes Facebook dont ils font partie, les personnes intéressées par les fonds de la Bibliothèque seront ciblées par un affichage dans nos salles de lectures et nos « marque-pages-agenda »…

Une fréquentation mitigée.

Malgré les retours presque systématiquement positifs du public, nous peinons à augmenter notre fréquentation. Si nous avons bien des inscrits à chaque fois ou presque, nous ne remplissons que rarement l’atelier. Nous sentons que certains chercheurs amateurs pourraient tirer beaucoup de bénéfices de certains de nos ateliers, mais il n’est pas facile de les atteindre. Notre public change en fonction des thématiques. Cela nous réserve aussi parfois des surprises, comme par exemple un atelier sur la réalisation de gifs animés à partir d’images patrimoniales où les inscrits étaient un groupe de retraitées.

Ainsi se côtoient à l’atelier des personnes accompagnées de leurs enfants, des enseignants, des étudiants, des curieux, des chercheurs, des amateurs d’histoire… Le public présent n’a pas forcément envie de participer non plus, et il aime parfois simplement écouter, regarder, sans être actif lors de la prise en main. Il faut alors jongler avec cet élément dans le déroulé de l’atelier, et faire en sorte que chacun trouve son compte. Les groupes s’en trouvent peu homogènes, et l’attente de chacun est différente. Cela signifie souvent que l’objectif de l’atelier n’a pas été compris, ou a été ignoré ; en tout cas pour nous animateurs,  qu’il doit s’adapter au public présent.

Les évolutions du service

L’ offre telle qu’elle existe actuellement tente de s’adapter à une réalité, un besoin que nous constatons. Mais si le public présent n’est pas forcément celui qui est attendu, il démontre qu’il existe tout de même une demande réelle. Les personnes qui ont besoin d’un accompagnement dans la simple prise en main de l’outil informatique peuvent se présenter aux ateliers numériques du patrimoine parce qu’elles sont intéressées par les thématiques historiques ou patrimoniales.  Notre rôle est alors de les accompagner. L’atelier numérique du patrimoine participe ainsi d’un dispositif d’inclusion numérique culturelle. Il permet la médiation d’usages culturels d’outils numériques, avec le patrimoine au centre.

Les futures programmations demanderont peut-être des prérequis à l’inscription, afin de créer des groupes plus homogènes. Nous pourrions envisager des ateliers consacrés à la découverte, et d’autres à la pratique plus poussée.

Nous allons également tester prochainement une nouvelle forme d’ateliers : les « rendez-vous avec le bibliothécaire ». Ils prendront la forme d’accompagnement plus personnalisés, où les gens choisiront eux-même leur thématique, dans une liste prédéfinie et des créneaux proposés. Cette idée répond ainsi au souhait de créer des accueils personnalisés pour des chercheurs (des permanences avaient été organisées en 2015-2016, mais sans succès) et de proposer un accompagnement le plus individualisé possible, selon les attentes et besoins de chacun en terme d’horaires, sujets, outils.  Un nouveau défi enthousiasmant à relever !

  1. Ces ateliers d’initiation au numérique en direction du grand public pilotés par la communauté d’agglomérations, et qui rencontraient un vif succès, vont subir des restrictions budgétaires. Le public de la région nancéienne resté sans offre a cependant toujours besoin d’être accueilli et formé. []
  2. Les ateliers Google proposent, indépendamment de la collectivité, des ateliers de formation numérique en direction du grand public. Ces ateliers, gratuits et extrêmement bien pensés, sont animés par des médiateurs qui initient les gens à la pratique concrète du numérique :  réalisation de CV, de vidéos, promotion de son image sur les réseaux sociaux, et tout un ensemble de sujets au coeur des préoccupations des concitoyens. Leur programmation, efficace et calée sur des dates et créneaux horaires pertinents, qui fait bien sûr la part belle à l’utilisation des outils Google, provoque clairement une inquiétude du côté des bibliothécaires, qui s’interrogent sur l’avenir. La formation et l’inclusion numérique, si elles sont confiées à de tels organismes, peuvent- elles garantir l’indépendance des utilisateurs, pour des sujets tels que la préservation des données personnelles ou l’acculturation à des outils ? []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.