Feuillet enluminé (détail)

Plus de manuscrits, plus faciles à trouver

Longtemps attendus, voici plus de 2800 composants nouveaux disponibles au catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France (CGM). Retour sur le travail d’équipe qui depuis 3 ans a permis d’atteindre ce résultat, et sur les perspectives qu’il autorise.

Publication du troisième supplément au CGM

La nouveauté est la publication pour la première fois du « 3e supplément » au CGM que les usagers de la salle patrimoniale fréquentaient assidûment sous la forme de deux gros classeurs papier. Tenu par Mireille François jusqu’en 2018, le catalogue contient l’ensemble des manuscrits qui ont été acquis ou cotés depuis 1924, soit 689 cotes représentant 55 % de l’ensemble des cotes signalées. Il a été converti en XML-EAD par la société FFAS, puis a subi quelques transformations et vérifications pour entrer dans les critères actuels de publication des catalogues de manuscrits tels que définis par le service du Catalogue collectif de France.
Plusieurs fonds particuliers remarquables en ont été extraits pour mieux les mettre en valeur et les comprendre. Ils sont accessibles sous la forme d’instruments de recherche indépendants :

collection Thiéry-Solet (lotharingica),
fonds Toussaint (linguistique et archéologie),
fonds Honnert (littérature),
fonds Moselly (littérature).

Structuration des catalogues de Justin Favier

Les 3 catalogues de manuscrits antérieurs à 1924 ont fait l’objet des corrections suivantes :

  • l’arborescence thématique des catalogues tels qu’ils ont été écrits par Justin Favier est maintenant apparente. À la lecture des catalogues, nous avons constaté que Justin Favier avait classé intellectuellement les manuscrits selon un plan proche de celui dit « des Libraires de Paris », dont une version mise à jour et détaillée est disponible sous la forme de la classification Brunet-Parguez.  À notre tour, nous avons utilisé cette classification pour créer des divisions au sein des catalogues rédigés par Favier. Nous avons cependant créé nos propres subdivisions pour la matière lorraine, comme le montre l’exemple ci-dessous.
Divisions lorraines dans le CGM Nancy
Structure apparente du catalogue des manuscrits
  • Le champ COTE correspond bien à la cote actuelle du manuscrit. Le champ NO ne doit pas être utilisé pour demander une communication : il s’agit du numéro d’ordre du manuscrit dans le catalogue Favier (selon le même et douloureux principe que le Catalogue du Fonds lorrain).
Cote et numéro de catalogue
C’est bien la cote qu’il faut réclamer pour consulter un manuscrit, et non le numéro.

Publication des fonds d’archives et d’érudits

Parallèlement, avec l’aide précieuse des chargées de mission patrimoine d’Interbibly et de leurs catalogueuses, nous avons entamé le chantier d’identification et de classement des autres fonds. L’objectif est de publier des instruments de recherche indépendants pour chaque fonds d’archives et d’érudits conservés à la bibliothèque, au nombre provisoire d’une trentaine, mais en inflation constante.

Trois niveaux d’identification existaient déjà :

  1. Fonds identifiés comme tels et sommairement décrits dans le CGM ou le 3e supplément. Ces fonds, qui étaient majoritairement un peu classés, étaient déjà cotés sous la forme ms. NNNN. (9 fonds)
  2. Fonds identifiés comme tels, sommairement décrits en traitement de texte, mais non classés et non cotés. (11 fonds)
  3. Fonds vaguement ou non identifiés. Certains éléments en avaient été listés sous la forme d’un fichier traitement de texte d’une centaine de pages. (14 fonds pour l’instant)

La description des fonds de niveau 1 a été extraite du CGM. Le classement a été précisé, à la fois dans l’instrument de recherche et physiquement. Les fonds de niveau 2, physiquement et clairement individualisés, et d’importance matérielle maîtrisable, ont été classés et cotés, puis l’instrument de recherche a été saisi par la catalogueuse d’Interbibly. Enfin, les fonds de niveau 3 ont dû faire l’objet d’une méthode de traitement dite pelote de laine + tamis, avant d’être soumis au même régime. Un prochain article fera un point méthodologique sur l’appréhension de cet ensemble.

Boîtes du fonds Herpin
Un échantillon d’un fonds connu au niveau 2.

Quels changements pour les utilisateurs ?

  • une structure d’instrument de recherche plus claire sur les catalogues de Favier ;
  • 2868 composants supplémentaires dont les notices sont désormais accessibles via un plug-in dans le catalogue Co-libris.
Entrez un terme de recherche et laissez-vous guider dans le CGM.

Et maintenant ?

  • Travailler l’indexation des catalogues, notamment les autorités lorraines. Ce chantier important n’est envisagé qu’à l’aune d’un grand chantier d’alignement des autorités lorraines à la fois entre les différents catalogues locaux (notamment Co-libris et Limédia galeries) et en concertation avec nos partenaires Limédia (Metz, Épinal, Thionville et Saint-Dié pour le moment). Ce chantier a déjà été évoqué, mais n’est pas encore programmé car la définition des besoins et le choix des outils n’est pas effectué.
  • Classer, coter et publier les 15 ou 20 (?) fonds d’archives et papiers d’érudits en attente (fonds importants de niveau 2, fonds de niveau 3), sur un rythme fixé depuis 2018 à 5 par an.
  • Enfin, travailler à la structuration des instruments de recherche des fonds iconographiques dans l’outil de catalogage TapiR pour peut-être les publier dans le CGM.

Une réflexion sur « Plus de manuscrits, plus faciles à trouver »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.