A propos du « Plan général des deux villes de Nancy » par Belprey

Parmi les nombreux plans de Nancy qui furent réalisés au xviiie siècle, celui de Belprey est probablement le plus célèbre. D’une taille impressionnante, il représente la ville en perspective et, est accompagné de douze vignettes illustrant les commandes ducales. Levé et gravé par un certain « Belprey » l’un des brigadiers des gardes du Roi Stanislas en 1754, il est attribué soit à Nicolas soit à Thomas.

Le plan général des deux villes de Nancy

Levé et gravé par Belprey en 1754, le plan mesure 86 cm de hauteur sur 124 cm de largeur. Gravé à l’eau-forte sur quatre matrices en cuivre, il se présente à l’origine sous la forme de quatre feuilles à assembler pour constituer le plan complet. Les feuilles sont alors découpées puis assemblées soigneusement pour que le motif soit parfaitement continu.

Belprey (Nicolas), Plan général des deux villes de Nancy et des nouveaux édifices que sa majesté le Roy de Pologne Duc de Lorraine et de Bar y a fait construire, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, H-FG-ES-00040

Le plan est représenté en perspective et accompagné de douze vignettes illustrant les commandes ducales : hôpital Saint-Julien, portail de la primatiale, nouvelle intendance, Maison de la Mission Royale, portail de l’église de Notre-Dame de Bonsecours, ancien hôtel de l’intendance,  Bourse, un des quatre pavillons de la place Royale, façades opposées à l’Hôtel de ville, façade de l’Hôtel de ville, statue de Louis XV et Arc de triomphe ou porte Royale.

Certaines vignettes sont erronées car elles présentent des détails plus proches des vignettes gravées par Jean-Charles François (1717-1769) pour le Recueil de Héré, que de la réalité. Par exemple, on aperçoit deux travées de trop sur le bâtiment de l’ancienne intendance.

Publiées avant l’achèvement des travaux, elles peuvent montrer un projet non retenu (fronton à l’intendance, absence des allégories de la statue royale).

Nicolas ou Thomas Belprey ?

Dans le titre gravé il est fait mention de l’auteur de ce plan : « levé par Belprey, l’un des brigadiers de ses gardes en 1754 ». Cette phrase avait permis à Albert Jacquot dans son Essai de répertoire des artistes lorrains1d’attribuer ce plan à Thomas, s’appuyant pour cela sur les archives de Nancy publiées par Henri Lepage en 18652.

Sa première source figure dans le tome II p. 381, il est fait mention d’une somme payée pour l’année 1753-1754 « au sieur Belprey, brigadier des gardes-du-corps du roi de Pologne, pour dix exemplaires des plans des villes de Nancy ».

Sa seconde source se trouve dans le tome III p. 348 où il est fait mention, pour les baptêmes de la paroisse Notre-Dame de « 1701. 14 juillet. Louis, fils de Thomas Belprey, garde de S.A.R., et de Catherine Lafrené ».

Sa troisième source se trouve dans le tome IV appelé aussi « Documents inédits » mais elle ne fait que citer une épreuve du plan de Belprey tirée sur satin.

Il n’y a donc comme source qu’une seule mention d’un prénom attaché au nom de Belprey, mais la réalisation du plan de Nancy n’y est pas associée. D’autre part, si l’on considère l’âge de Thomas Belprey d’après les sources, âgé probablement entre 15 et 20 ans au minimum au moment de la naissance de son enfant, il aurait alors plus de 74 ans au moment de la gravure du plan. L’hypothèse de Thomas Belprey comme auteur du plan semble donc plutôt fragile.

Dans l’acte de baptême de 1701 de Louis Belprey, fils de Thomas Belprey, il est précisé que Thomas occupe la fonction de « garde de S.A.R ». Il s’agit donc de la fonction de garde au service du duc de Lorraine Léopold. Il ne peut pas, là encore, être rattaché à la fonction de « brigadier des gardes du corps du roi de Pologne ».

Nicolas Belprey

Sans lien de parenté apparent avec Thomas, Nicolas Belprey est né à Toul le 26 octobre 17133. Il est le fils de Laurent Belprey, marchand orfèvre à Toul et de Marie Guignot. Nicolas Belprey est un descendant d’une dynastie d’orfèvres,  enracinée à Toul, où quatre générations portant le nom de Belprey sont identifiées pour le XVIIe siècle.

Extrait de l’acte de naissance de Nicolas Belprey

Il est probable que le jeune Nicolas ait reçu une formation d’orfèvre dans l’atelier familial mais il a également fréquenté l’atelier du peintre Jean Girardet (1709-1778).

Dans son étude sur le peintre, Gérard Voreaux signalait que « Nicolas Belprey (1713-1786) a étudié dans l’atelier de Girardet »4. Les cours de peinture étaient dispensés au château de Lunéville à partir de 1752 puis dans l’atelier et la maison du peintre. À la mort de Girardet, Nicolas Belprey prononça sur la tombe du maître un émouvant hommage5.

Plusieurs anecdotes concernant la carrière artistique de Nicolas Belprey ont été rapportées au xixe siècle. Il semblerait qu’il ait été peintre — mais on ne connaît de lui aucun tableau —,  dessinateur et graveur.

En 1734, Nicolas Belprey et Françoise Ginet ont un enfant prénommé Nicolas qui naît à Ligny-en-Barrois. Nicolas et Françoise se marient en 1735 et donnent naissance à trois autres enfants tous nés à Lunéville en 1740, 1741 et 1742. Sur les registres des actes de baptêmes, il est précisé pour chacun des enfants le prénom et la fonction de leur père : « Nicolas Belprey, garde du corps de sa Majesté ».

Acte de décès de Nicolas Belprey

Nicolas Belprey décède à Lunéville le 8 avril 1786 à l’âge de 73 ans6. Il est inhumé au cimetière de la ville.

Les gravures de Nicolas Belprey

Il existe, à notre connaissance, deux autres gravures pouvant être attribuées à Nicolas Belprey. Il s’agit de deux vues du château du Prince Charles à Lunéville : Vue du château de monseigneur le duc Charles de Lorraine du côté des bosquets de Lunéville présenté à son altesse royale (M-PI-AL-00001-078) et Vue du même château du coté des jardins (M-PI-AL-00001-077).

Belprey (Nicolas), Vue du château de monseigneur le duc Charles de Lorraine du côté des bosquets de Lunéville présenté à son altesse royale, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, M-PI-AL-00001-078
Belprey (Nicolas), Vue du même château du coté des jardins, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, M-PI-AL-00001-077

Seule la première est signée dans l’estampe « par son très humble et très obéissant serviteur Belprey »  mais les deux gravures forment un ensemble numéroté. Le château du Prince Charles fut construit à la demande du duc Léopold pour son fils Charles-Alexandre (1712-1780) et les travaux furent terminés vers 1734. Ces deux gravures datent donc entre 1734 et 1786.

En 1882, la Société d’Archéologie lorraine et du Comité du Musée Lorrain rapporte une anecdote rappelant la carrière artistique de Nicolas Belprey. Il s’agit d’une lettre de M. Charles-François Guibal, descendant du sculpteur Barthélémy Guibal, qui raconte comment il a récupéré le portrait de son aïeul peint par Girardet et qui se trouvait dans les salles des séances de l’Académie de Stanislas, au moment des actes de vandalisme de 1792. Il précise alors que le portrait de Belprey figurait dans la galerie des portraits des membres de l’Académie de Stanislas et qu’il a pu être sauvé par son fils Nicolas au même moment que lui7

La mention de ce portrait figurant dans la galerie des portraits des membres de l’Académie de Stanislas prouve bien la reconnaissance du talent et de la notoriété de Nicolas Belprey. Malheureusement aucun tableau ou dessin de Nicolas Belprey n’est aujourd’hui connu.

Bibliographie :

Arbois de Jubainville (Paul d’), Dictionnaire biographique lorrain, Metz : Éditions Serpenoise, 2003, p. 45.

Gady (Alexandre) et Pérouse de Monclos (Jean-Marie), De l’Esprit des villes, Nancy et l’Europe urbaine au siècle des Lumières 1720-1770, Versailles : Éditions Artlys, 2005, p. 322, n° 52.

Jacquot (Albert), Essai de répertoire des artistes lorrains : les graveurs, Paris : librairie Plon, 1909, p. 8.

Voreaux (Gérard), Girardet : un peintre lorrain à la Cour du roi Stanislas, Nancy : Place Stanislas Editions, 2008, p.61 et 63.

Warin (Annie), « Nicolas Belprey, un artiste toulois au service de Stanislas », dans Études touloises, 2020, n°172, p. 23-30.

  1. Albert Jacquot, Essai de répertoire des artistes lorrains : les graveurs, Paris : librairie Plon, 1909. []
  2. Henri Lepage, Les Archives de Nancy ou documents inédits relatifs à l’histoire de cette ville, Nancy : Lucien Wiener, 1865. []
  3. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, registre de la paroisse Saint-Jean du Cloître de Toul, BMS, 5Mi 2E 527/R 37 p. 85 []
  4. Gérard Voreaux, Girardet, un peintre lorrain à la Cour du roi Stanislas, Nancy : Place Stanislas Editions, 2008, p. 61. []
  5. G. Voreaux (G.), id., p. 63. []
  6. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Registre de la paroisse Saint-Jacques de Lunéville, 1776-1786, 5Mi 328/R24, p. 391. []
  7. voir les extraits publiés dans l’article d’Annie Warin, « Nicolas Belprey, un artiste toulois au service de Stanislas », dans Études touloises, 2020, n°172, p. 23-30. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.