Raconter la guerre de 1870-1871 au jour le jour depuis Nancy : le projet Louis Lacroix

Le projet Louis Lacroix constitue la contribution des Bibliothèques de Nancy aux commémorations liées à la guerre franco-allemande de 1870-1871, qui a vu pour la France le changement définitif de régime politique (passage de la monarchie à la république) et l’annexion de trois départements, la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, jusqu’en 1918, par l’Allemagne.

Nancy pendant la guerre de 1870-1871 et après

Nancy, qui ne se trouve alors pas dans une région frontalière, a vu l’arrivée des troupes françaises rejoignant le front, puis leur retour piteux. Elle s’est rendue aux Prussiens sans combat et relativement rapidement, ce qui lui a été beaucoup reproché quand Toul, Metz et les Vosges ont résisté plus longtemps. L’occupation a été immédiate et totale, substituant aux institutions françaises un régime militaire puis administratif allemand. Mais la Meurthe n’a finalement pas fait partie des territoires annexés alors que la crainte en était vive et durable parmi la population et les élites. Devenue la « capitale de l’Est de la France », le terme « Lorraine » ayant été privilégié pour la Moselle perdue, Nancy voit à partir de 1872 arriver un flot important d’optants, ces Alsaciens-Mosellans qui ont souhaité garder la nationalité française avec pour conséquence de devoir quitter leurs terres natales. C’est le démarrage d’une exceptionnelle embellie économique, industrielle, commerciale, intellectuelle (avec le transfert de l’Université de Strasbourg) et artistique pour cette ancienne capitale d’un duché souverain un peu endormie par la Restauration, d’où naîtra notamment l’Alliance provinciale des industries d’art, c’est-à-dire le mouvement de l’Ecole de Nancy. Ainsi, les Nancéiens ont préféré tirer des conséquences positives de la défaite française, tout en hébergeant jusqu’en 1914 de forts contingents militaires et entretenant l’idée de revanche.

Page de couverture du journal imprimé
Journal d’un habitant de Nancy pendant l’invasion de 1870-1871, par Louis Lacroix. Nancy : Vagner, 1873.

Les témoignages documentaires précisément sur la période 1870-1871 n’abondent pas, et la concentration intellectuelle est mise sur l’après-guerre, la reconstruction, l’Art nouveau et le développement d’idées patriotiques de la fin du siècle. Pas d’histoire bilingue comme à Metz, pas d’imagerie populaire exaltant l’armée ou fixant par l’image des combats survenus à quelques dizaines de kilomètres, car ils appartiennent à la mémoire des territoires annexés.

L’ouvrage publié en 1873 par le professeur d’histoire Louis Lacroix (1817-1881) chez Vagner à Nancy réunissait toutes les qualités du témoignage : un intellectuel décidant consciemment de tenir son journal de guerre, puis s’efforçant d’en faire publier une version allégée mais suffisamment copieuse pour, très peu de temps après les événements, servir de source et d’élément de débat dans la recherche de responsabilités qui s’en est ensuivie. Le livre imprimé a été numérisé et mis en ligne sur Limédia galeries.

Le journal de guerre d’un intellectuel en rétro-live Twitter

Capture du profil Twitter de Louis Lacroix, professeur d'université à Nancy en 1870
Profil fictif de Louis Lacroix sur le réseau Twitter (@Louis_Lacroix_)

Cependant, la mise en ligne d’un témoignage, aussi intéressant soit-il, n’est pas suffisante pour rencontrer le public, les populations vivant sur les territoires concernés, à propos d’un événement que l’historiographie française ne met guère à l’honneur, lui préférant les débuts de la IIIe République et la Commune de Paris. Les Bibliothèques de Nancy ont pris l’habitude d’accompagner leurs campagnes de numérisations patrimoniales par des dispositifs éditoriaux qui apportent des éléments de médiation, de contextualisation et de facilitation pour l’appropriation du passé par le « grand public ». C’est en cela que le travail des bibliothécaires rejoint les problématiques de l’histoire publique : faire de l’histoire, sourcée, sérieuse, accessible à un large public qui ne dispose pas de compétences préalables en méthode critique, en proposant sous une enveloppe attrayante et proche des contenus fiables, et en contribuant à lutter contre les rumeurs et les idées reçues…

Lorsqu’il s’est agi de réfléchir à la manière dont le témoignage de Louis Lacroix pouvait être porté publiquement, le « rétro-live » Twitter est apparu comme la voie la plus pertinente eu égard à la source et à l’événement : une parole individuelle et personnelle, quasi-quotidienne, pendant un temps long (9 mois, de juillet 1870 à mars 1871). Les exemples de rétro-live existent déjà abondamment, @RealTimeWWII et @digitalpast en étant les exemples les plus connus. L’équipe s’était déjà entraînée à l’exercice en 2016, rappelant heure par heure l’agonie de Stanislas Leszczynski, roi de Pologne déchu et duc de Lorraine, en 1766, également relayé sur Twitter.

« Rétro-tweeter » le journal de Louis Lacroix implique un effort concentré dans le temps. A l’été 2020, lire les 550 pages, repérer les citations « twittables », synthétiser la prose abondante du professeur d’université en réflexions inférieures à 280 signes. A mesure, programmer les tweets, pour autant que les outils utilisés (interface Twitter et Hootsuite) y autorisent. Enfin, de l’été 2020 au printemps 2021, activer les réseaux grâce au compte principal, @bmnpatrimoine, et aux retweets, réagir aux interactions et promouvoir ce projet.

Louis Lacroix, un intellectuel catholique engagé

Louis Lacroix, qui vit à Nancy depuis une vingtaine d’années avec sa mère, dans le faubourg Saint-Georges au nord de la ville, est l’un des premiers à voir arriver l’armée d’occupation. Sa position universitaire et sa sociabilité lui donnent un accès relativement aisé au pouvoir municipal, à la magistrature et aux services préfectoraux. Il consigne avec minutie les échanges de nouvelles, la vie sous l’occupation prussienne, les difficultés à se procurer nourriture et nouvelles fiables, les réquisitions qui laissent les campagnes exsangues, les grandes bravoures et petites lâchetés qu’il observe. Lacroix n’est pas un progressiste : dès la chute de l’Empire, il se déclare entièrement pour la restauration d’une monarchie bourbonnienne, appelant de ses vœux la réconciliation entre comte de Chambord et comte de Paris. Fervent catholique, il dénonce une défaite avant tout morale et une forme de punition divine, prêche la résignation digne plutôt que la résistance désordonnée.

Ces positions politiques sont aussi très intéressantes à faire apparaître, car tout Twittos est personne de son temps et fait part de ses réflexions, parfois à l’emporte-pièce.

Enfin, comme professeur d’histoire et proche ami de nombreux patrons de journaux à Nancy comme Vagner, rédacteur en chef du quotidien catholique L’Espérance et son futur éditeur, Lacroix est très sensible aux fausses nouvelles, qu’il relate et décortique avec soin. En des temps où l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est enseignée à l’école, un exemple venu du passé est toujours bon à prendre.

Une commémoration franco-allemande

Lancé le 15 juillet 2020, sans avis préalable, le compte @Louis_Lacroix_ compte à ce jour une centaine d’abonnés.  Il a d’ailleurs suscité immédiatement l’intérêt des spécialistes français et allemands de la guerre franco-prussienne, réunis à l’instigation du l’Institut historique allemand sur le carnet Guerre franco-allemande / Deutsch-französischer Krieg 1870-1871, où cet article a été publié pour la première fois.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.