Enseigner l’histoire de la gravure en Lorraine

Depuis trois ans maintenant, la Bibliothèque Stanislas accueille les étudiants en master 1 d’histoire de l’art de l’Université de Lorraine dans le cadre de leur formation sur l’histoire de la gravure en Lorraine. Durant plusieurs séances, les étudiants découvrent à travers l’examen des œuvres originales, le talent des maîtres graveurs lorrains Jacques de Bellange (1575?-1616), Jacques Callot (1592-1635) et Sébastien Leclerc (1637-1714).

L’origine du projet

La bibliothèque de Nancy accueille tout au long de l’année les chercheurs et les étudiants pour les aider dans leurs travaux. Depuis une dizaine d’années, la Bibliothèque Stanislas cherche à établir un lien plus fort avec l’Université de Lorraine et plusieurs projets de recherche ont été menés en collaboration avec les professeurs d’histoire et d’histoire de l’art de l’université de Nancy1. Chaque année, au moment de la rentrée, la Bibliothèque Stanislas propose des sujets de recherche et des stages aux étudiants en histoire de l’art afin de faire avancer la recherche sur les collections. Depuis longtemps, l’idée de proposer des cours universitaires in situ a été discutée avec les professeurs mais par manque de temps ou à cause des difficultés d’organisation, le projet n’avait jamais pu aboutir.

Les étudiants assistent au cours en bénéficiant de la projection du diaporama sur écran et de l’examen des œuvres originales conservées à la bibliothèque.

Pierre Wachenheim, maître de conférences en histoire de l’art moderne, sensible à l’art de l’estampe, a souhaité que les étudiants de l’Université de Lorraine connaissent ce médium et qu’ils connaissent le nom de ces artistes lorrains qui ont fait la renommée de la gravure française. Il a donc délocalisé plusieurs de ses séances de cours à la Bibliothèque Stanislas.

Examen d’une gravure de Bellange avec un compte-fil

Des cours à deux voix

Durant les différentes séances la présentation s’est organisée à deux voix. Le cours s’articule autour de la présentation d’estampes, avec des apartés sur la conservation, le papier, la manipulation, les particularités d’exemplaires, etc. La présentation se fait à la fois par la projection d’un diaporama mais aussi par la présentation des gravures originales. Chaque étudiant a la possibilité d’examiner l’œuvre originale, de comparer parfois deux épreuves de la même gravure et d’en mesurer les nuances d’encrages, les différents états ou de se rendre compte de la taille réelle des œuvres (la diffusion sur écran est souvent trompeuse !)

Projection de deux états différents du portrait du graveur lorrain Sébastien Leclerc.

En parallèle, les ouvrages nécessaires à l’étude d’un artiste ou du sujet sont présentés pendant le cours et restent à disposition des étudiants à la Bibliothèque Stanislas pour une lecture plus approfondie.

Des livres utiles à l’étude des graveurs lorrains sont présentés lors de chaque séance. Ici, l’étude de l’œuvre gravé de Jacques Callot peut être abordée grâce aux usuels accessibles en permanence en salle de consultation patrimoniale.

Donner le goût de l’estampe

Les étudiants en histoire de l’art ont souvent préféré l’étude des « arts majeurs » aux « arts mineurs ». La peinture, la sculpture ou l’architecture ont souvent la faveur des jeunes chercheurs et peu d’entre eux se consacrent à l’histoire de la gravure. Est-ce par désintérêt ? Est-ce par méconnaissance ? Il faut dire que l’histoire de l’estampe est peu enseignée aux étudiants et la plupart de ceux reçus lors de ces séances ont totalement découvert cet art. La première séance était donc tout naturellement consacrée aux différentes techniques de l’estampe pour la période moderne. Découverte des outils, des matrices, des papiers, des filigranes, de l’encrage, de l’édition, etc.

Outils de gravure et matrice en bois (fonds Jamar)

 

Un étudiant regarde les détails de la gravure à l’aide d’un compte fil.

Puis les séances suivantes ont permis aux étudiants de découvrir les artistes lorrains les plus célèbres : Pierre Woeiriot de Bouzey (1532-1596?), Gabriel Salmon (14..-15..), Jacques de Bellange, Jacques Callot, Israël Silvestre (1621-1691) et Sébastien Leclerc. Des œuvres majeures ont également été présentées notamment la pompe funèbre de Charles III, série de gravures illustrant les cérémonies des obsèques du duc de lorraine Charles III en 1608, gravées par Mathieu Merian (1593-1650) et Friedrich Brentel (1580?-1651).

Recueil des œuvres de Sébastien Leclerc.

Cette médiation sur l’estampe porte ses fruits puisque dès la première année, plusieurs étudiants ont manifesté leur intérêt pour ce médium. Certains ont orienté leur sujet de master sur des graveurs ou des ensembles gravés conservés dans les institutions lorraines.

  1. Par exemple, plusieurs étudiants de licence d’histoire ont participé à l’identification des personnes citées sur le site « Le Journal de Durival  » []

2 réflexions sur « Enseigner l’histoire de la gravure en Lorraine »

  1. Belle initiative, que j’ai moi-même pu goûter étant (exceptionnellement) en salle de lecture pour étudier un fonds d’estampes durant l’un de ces cours.
    Quelle chance ont les étudiants d’avoir eu cours « devant les originaux ».
    Peut-on connaître les sujets choisis par les étudiants qui ont consacré leur mémoire à l’estampe ?

    1. Certains étudiants et étudiantes se sont laissés séduire par des sujets autour d’un graveur ou autour d’une thématique dans la gravure. Sans pouvoir vous donner les titres exacts des sujets de leur mémoire, je peux citer les travaux suivants :
      – l’affaire de Nancy (1790) (modèles iconographiques,diffusion)
      – les Pérelle (17e siècle) (dynastie de graveurs)
      – Michel Jamar (1911-1997) (gravure animalière et le portrait (en cours cette année))
      – Jean-Charles François (1717-1769) (sujet abandonné en cours d’année mais j’espère trouver un(e) étudiant(e)pour reprendre ce sujet très intéressant)
      Cette année un étudiant travaille aussi sur la gravure mais son sujet n’est pas encore bien défini, il s’oriente vers la représentation de saints lorrains à l’époque moderne.

Répondre à Daniel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.