Le polar lorrain à travers quelques exemples

Au gré des acquisitions effectuées pour le fonds lorrain de la bibliothèque Stanislas, il ressort depuis quelques années, une tendance manifeste : la parution régulière de polars dont l’action se déroule en Lorraine. Intrigués par ce phénomène, et dans l’idée de nourrir notre site Sur les pas des écrivains en Lorraine, nous avons eu envie de connaître cet univers. Notre démarche, présentée ici, aboutit à une rapide typologie de références évocatrices d’une tendance. 

D’un point de vue national, le roman policier recueille la faveur des lecteurs de manière grandissante . Babelio a mené en 2017 une enquête représentative laissant apparaître les tendances suivantes :  93% des personnes interrogées ont affirmé lire des polars. Ils font partie de la catégorie des lecteurs assidus (lisant au moins un livre par mois) et le roman policier représente en moyenne la moitié de ce qu’ils lisent.

Sélection de polars lorrains. Collections Bibliothèque Stanislas

Polar,  ou roman noir ?

Le roman policier est un genre littéraire dont la trame est constituée par l’élucidation d’un crime. Il est en principe composé de six éléments : le crime, l’enquête, le coupable, une ou plusieurs victimes, un mode opératoire, et enfin, un mobile.

Lecture inspirante, glaçante, intrigante ?

Le roman noir lui, peut être construit selon des caractéristiques différentes, mais la nuance entre les deux genres s’avère parfois subtile. Dans ce dernier, l’ambiance est celle du crime organisé, d’un environnement mafieux, et d’un climat violent. La narration est sous-tendue par un regard tragique et pessimiste sur la société. L’histoire est la plupart du temps ancrée dans le contexte social et politique d’une époque et reflète par son évocation subjective les convictions de l’auteur en la matière.

Choix partial de quelques auteurs lorrains

Il n’est nullement dans notre intention de dresser ici une liste exhaustive des auteurs de romans policiers lorrains ou ayant ancré leur intrigue en Lorraine. Notre choix est purement subjectif et permettra d’illustrer notre propos. S’agissant de littérature régionale, les auteurs sont naturellement, dans la majorité des cas, originaires de Lorraine.

Pour les Vosges, nous retenons Nicolas Mathieu avec d’une part son roman noir Aux Animaux la guerre et d’autre part la novella Rose Royale. Originaire d’Épinal et vivant désormais à Nancy, il est devenu écrivain professionnel depuis sa consécration au prix Goncourt en 2018 pour son roman Leurs enfants après eux.  Sous le pseudonyme Éric Todenne, le vosgien Éric Damien et Teresa Todenhoefer,  allemande, ont écrit ” à quatre mains ” Un travail à finir et Terres brûlées. Pierre Pelot est le plus connu des écrivains Vosgiens. Avec environ 200 livres à son actif depuis 50 ans, il a, tout au long de sa carrière, écrit des polars.  Nous choisissons de lui pour notre deux romans noirs,  Braves Gens du purgatoire, et le récent Jardins d’Eden. En Moselle, intéressons-nous à Serge Radochévitch avec Une ville sous influence, Mortels desseins et Coupable. Et dans un tout autre autre genre, celui du roman policier historique avec là encore une auteure mosellane, arrêtons-nous sur Anne Villemin-Sicherman et ses ” Enquêtes d’Augustin Duroch, artiste vétérinaire à Metz au XVIIIe siècle “. Enfin, pour la Meurthe-et -Moselle, voyons Sylvain Sellier pour Faubourg des Trois-Maisons. En outre, Philippe Malaisé dans Entrailles, et André Faber, dans La Quiche était froide, ancrent leurs intrigues dans le Pays Haut.

Auteurs lorrain d’origine et d’inspiration

Pierre Pelot a toujours vécu de sa plume, tout en développant depuis quelques années une activité de peintre. Comme évoqué plus haut, Nicolas Mathieu est devenu écrivain professionnel depuis 2018. Les autres auteurs ont gardé en parallèle une activité professionnelle, ils sont respectivement instituteur, illustrateur de presse et graphiste, médecin, et fonctionnaire.

Le personnage récurrent de l’enquêteur

Nombre d’auteurs de romans policiers créent un personnage d’enquêteur récurrent que le lecteur va pouvoir suivre, voir évoluer d’un roman à l’autre . Par sa personnalité, ses failles ou ses faiblesses et sa manière de démêler les fils d’une intrigue complexe,  un attachement se crée entre le personnage et le lectorat. Ainsi, Simon Bielik, écrivain et journaliste, est le personnage pivot menant l’enquête autour des crimes, et des disparitions mystérieuses des polars de Serge Radochévitch.

Eric Todenne procède de la même manière avec le Lieutenant Andreani, policier attachant victime d’un système pour lequel il n’a pas le parfait profil. Ayant une fâcheuse tendance à outrepasser ses prérogatives, il a été mis au ban par sa hiérarchie.  Il évolue dans un environnement social ancré dans Nancy et  principalement composé de son acolyte, sa fille, une psychologue, et un patron de bistrot.  Les éloges de la presse ont été nombreux à la parution de ce polar. Citons en une : « Un travail à finir est une belle surprise. Mêlant portrait psychologique ciselé, enquête presque classique et personnages atypiques, le polar tient en haleine. » (L’Alsace).

Anne Villemin-Sichermann place au cœur de toutes ses intrigues l’enquêteur vétérinaire Augustin Duroch. Médecin de profession, elle est elle-même issue d’une famille de vétérinaires par delà les générations.

Un langage cru, des univers interlopes, des milieux défavorisés oumafieux, telles sont les autres constantes du roman policier que l’on retrouve chez bien de nos auteurs lorrains. Parmi ceux que nous prenons ici en référence, André Faber, Nicolas Mathieu, Pierre Pelot et Sylvain Sellier sont des modèles du genre. Lorsque le patois local s’en mêle comme chez André Faber ou Pierre Pelot, cela ne fait qu’ajouter à l’atmosphère particulière.

L’ancrage dans le territoire

Outre l’attachement à un personnage récurrent, l’ancrage de l’intrigue dans le territoire joue un rôle important : reconnaître par exemple une ville ou une rue est un autre moyen d’adhérer au roman. Ainsi, André Faber, fils de mineur lorrain, situe l’intrigue de La quiche était froide dans une petite cité minière dans le Pays-Haut. Il narre dans un enchaînement rocambolesque l’enquête menée pour retrouver l’auteur de la mort accidentelle de la petite Jeanne. Le tout dans une cité minière en déclin, avec ” Le Gros “, syndicaliste, et une galerie de personnages qui ressemblent à s’y méprendre à ceux qu’il a réellement connus dans l’environnement social de sa jeunesse. Lieu d’échanges et de convivialité essentiel, le bistrot, où les informations circulent et la solidarité entre tous ressort,  est au cœur de plusieurs moments clé de l’intrigue. Aucun mépris sous sa plume, ses récits sont campés par des personnages spontanés et authentiques dans une région sinistrée aux paysages souvent hostiles. De ce contexte narratif émane le véritable attachement de l’auteur pour un lieu qu’il a vu évoluer depuis son enfance.

Fiction et réalité

De même, Pierre Pelot, originaire de Saint-Maurice-sur-Moselle,  ancre  les romans policiers qui nous intéressent ici dans un territoire vosgien qu’il connaît parfaitement. Les lieux ne sont pas toujours identifiables, mais il les décrit de telle sorte que l’atmosphère est toute trouvée.

Dans le roman noir de Nicolas Mathieu, Aux animaux la guerre, on est frappé par la précision des lieux choisis  et le réalisme teinté de pessimisme avec lequel il décrit le destin sans issue d’adolescents à la dérive. Ce dernier aspect relève certes de sa vision personnelle, et n’est pas sans rappeler un des auteurs de référence de Nicolas Mathieu en la matière : Jean-Patrick Manchette.

Lorsque les lieux sont évocateurs, l’intérêt du lecteur est grandissant. Dans Un travail à finir d’Éric Todenne, le lieutenant Andreani consomme régulièrement un café ou un repas Au Grand Sérieux à Nancy. Le patron du bistrot est tellement original, toujours prompt à déclamer des vers au lieutenant désabusé que l’on réserverait volontiers une table pour le soir tant cela semble plausible !

Pareillement, Éric Sellier, dans l’intrigue délicieusement loufoque du  Faubourg des Trois-Maisons, décrit avec perspicacité et sans ménagement les problèmes de circulation du quartier. Il nous emmène également dans des commerces que l’on peut identifier et dont les personnages existent réellement. Ce quartier de Nancy est resté authentique, et, à travers la fiction, l’auteur en témoigne.

Une mise en avant pour les lecteurs

Les parutions de nouveaux polars lorrains font l’objet, au même titre que les autres romans lorrains, d’une veille documentaire systématique. Cela nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur les nouveautés et d’être, autant que faire se peut, exhaustifs en matière d’acquisitions.

Sélection et valorisation pour les lecteurs

Les lecteurs peuvent les trouver à la Bibliothèque Stanislas, parfois signalés par un autocollant ” Recommandé par les bibliothécaires” et les emprunter !

Enfin, le site Sur les pas des écrivains à Nancy, en perpétuelle évolution, recèle bon nombre d’extraits de romans policiers ou de romans noirs tous géolocalisés.



Citer ce billet
laurence dupeyron (2021, 6 février). Le polar lorrain à travers quelques exemples. Épitomé. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oh38

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.