Israël Silvestre (1621-1691) : les 400 ans de sa naissance.

Cette année, Nancy fête les 400 ans de la naissance de l’un de ses célèbres artistes : Israël Silvestre. Dessinateur et graveur de talent, il a réalisé des milliers de vues topographiques et de paysages. Une exposition-dossier, réalisée par les équipes du Musée des Beaux-arts, du Musée lorrain et des Bibliothèques de Nancy,  présente du 02 juillet au 03 octobre 2021 une quarantaine de gravures de l’artiste.

Qui est Israël Silvestre ?

 

Gérard Edelinck (Anvers, 1640 – Paris, 1707) d’après Charles Le Brun (Paris, 1619 – Paris, 1690) Portrait d’Israël Silvestre après 1670 ? Eau-forte et burin, 3ème état Bibliothèques de Nancy, TS 10 Silvestre 1
Gérard Edelinck (Anvers, 1640 – Paris, 1707) d’après Charles Le Brun (Paris, 1619 – Paris, 1690), Portrait d’Israël Silvestre, après 1670 ?, eau-forte et burin, 3ème état, Bibliothèques de Nancy, TS 10 Silvestre 1

Né en 1621 à Nancy, Israël Silvestre est baptisé le 15 août 1621 à la paroisse Saint-Epvre. Son père, Gilles Silvestre, était devenu peintre à la suite de son mariage avec Élisabeth Henriet, fille du peintre du duc de Lorraine Claude Henriet (v.1590/1594-1661). Son parrain fut son oncle Israël Henriet, éditeur de gravures de Jacques Callot (1592-1635).

Israël Silvestre, âgé d’une dizaine d’années, part rejoindre son oncle à Paris après la mort de son père. Israël Henriet lui apprend d’abord à dessiner à la plume d’après les dessins de Callot, puis lui enseigne la gravure à l’eau-forte. Comme d’autres artistes, il fait son voyage à Rome, à plusieurs reprises. Le premier séjour a lieu entre 1638 et 1641. De cette période datent plusieurs dessins et gravures.

À Paris, Israël Silvestre se lie d’amitié avec un autre graveur, Stefano della Bella (1610-1664), qui travaille alors dans l’atelier de son oncle. En 1661, Israël Henriet décède et fait de son neveu son unique héritier. Israël Silvestre récupère donc à cette occasion l’intégralité du fonds d’éditeur de son oncle, dont les matrices des œuvres de Jacques Callot.

Excellent dessinateur et graveur, Israël Silvestre est nommé graveur ordinaire le 20 mars 1663. Il participe alors à la grande entreprise du Cabinet du Roi, destinée à propager la gloire du roi à travers des gravures illustrant les victoires, les grandes batailles mais aussi les fêtes, les châteaux et maisons royales françaises.

Israël Silvestre (Nancy, 1621 – Paris, 1691), Vue de l’hôtel de Soissons, autour de 1650, feuille d’une suite de 16 pièces dessinées et gravées par Silvestre, présentant des vues de Paris et des environs, eau-forte, Bibliothèques de Nancy, P-FG-ES-07148

Agréé à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1666, il reçoit toujours plus de commandes royales et son succès n’est plus à faire. En 1674, Louis XIV le nomme maître à dessiner de monseigneur le Dauphin, il est alors chargé d’apprendre le dessin au jeune prince, et il l’initie à l’art de la gravure à l’eau-forte.

Israël Silvestre meurt le 11 octobre 1691 à l’âge de 70 ans, laissant derrière lui un œuvre gravé important de plus d’un millier d’œuvres.

Dessinateur, graveur, éditeur et marchand

Excellent dessinateur et graveur, Israël Silvestre connaît le succès rapidement de son vivant. Si son corpus de gravures est relativement bien connu, son travail de dessinateur a fait l’objet en 2018 d’une exposition au musée du Louvre permettant de mettre en lumière ce pan moins connu de son talent.

Gabriel Pérelle (Vernon, 1604 – Paris, 1677), d’après Israël Silvestre (Nancy, 1621 – Paris, 1691), Vue des jardins et parterres de la Maison de Gondy à Saint-Cloud, feuille appartenant à un ensemble de 2 pièces dessinées et gravées par Silvestre, présentant des vues du château de Saint-Cloud, eau-forte, Bibliothèques de Nancy, P-FG-ES-07198

Silvestre fut aussi éditeur et marchand. Il possédait non seulement ses propres plaques mais aussi le fonds de matrices de son oncle Israël Henriet, parmi lesquelles celles de Jacques Callot ou de Stefano della Bella. Dès 1659, il obtient du roi la permission exclusive d’imprimer ses propres ouvrages et, en 1661, d’imprimer les planches de Jacques Callot. À partir de 1662, il les imprime après y avoir apposé son « excudit ». En 1684, il obtient la permission d’imprimer les cuivres de Stefano della Bella.

Son travail est recherché et collectionné dès le XVIIe siècle. Après sa mort, Silvestre continue à être très apprécié et ses œuvres suscitent toujours l’engouement des collectionneurs.

Les œuvres de Silvestre à la Bibliothèque Stanislas

La commémoration de l’anniversaire de la naissance d’Israël Silvestre a été l’occasion de faire le point sur son œuvre au sein des collections de la bibliothèque.

L’œuvre de Silvestre figure dans différents classements à la bibliothèque :  par artiste, par localité, par fonds de collectionneur et dans les recueils factices d’estampes. Le fait que les œuvres ne soient pas rassemblées empêche d’avoir une vison d’ensemble de la collection. La préparation de l’exposition a permis de mettre en lumière un ensemble de plus de 1100 gravures concernant l’artiste.

Israël Silvestre (Nancy, 1621 – Paris, 1691), Nancy, eau-forte, dessinée et gravée par Silvestre, Nicolas Cochin (Troyes 1610 – Paris 1686) et Adam Perelle (Paris 1640 – Paris 1695), Bibliothèques de Nancy, H-FG-ES-00003

La collection d’estampes « en feuille » se compose d’environ 450 gravures. Une centaine d’entre elles font partie de la collection Thiéry-Solet. Pour les recueils factices de gravure, cinq contiennent exclusivement des estampes de l’artiste et deux,  de nombreuses gravures d’auteurs différents, parmi lesquels, Israël Silvestre. Au total, les recueils contiennent environ 650 gravures d’Israël Silvestre.

  • M-FG-AL-00028 : recueil factice de gravures ayant appartenu à un collectionneur lorrain du XVIIIe siècle, libraire, Jean-François Nicolas (1710-17..). Composé de gravures de différentes écoles, il avait cependant rassemblé dans ce volume plus de 300 œuvres du lorrain Israël Silvestre.
  • P-FG-AL-00038 et 00039 : ensemble de deux volumes de gravures d’Israël Silvestre constitués au XVIIIe siècle contenant 259 estampes.
  • P-FG-AL-00037 : recueil factice constitué des 13 vues de Nancy et de la Lorraine.
  • M-TS-AL-00002 : recueil ayant appartenu au collectionneur lorrain Jean-Baptiste Thiéry-Solet (1803-1889). Il avait rassemblé dans ce volume 17 gravures de grand format concernant le château de Versailles.
Israël Silvestre (Nancy, 1621 – Paris, 1691), Vue en partie du Palais de Nancy, eau-forte, Bibliothèques de Nancy, P-FG-ES-00066
  • M-TS-AL-00003 : recueil de gravures ayant d’abord appartenu à la collection de Philippe d’Orléans (1674-1723), régent du royaume de France, avant d’être acquis par le collectionneur lorrain Jean-Baptiste Thiery-Solet (1803-1889). Il se compose d’une sélection de 31 gravures de grand format représentant les maisons royales et villes de France.

La mise en ligne des œuvres d’Israël Silvestre est en cours. Certaines épreuves et recueils sont déjà accessibles sur le site Limédia Galeries. Une exposition virtuelle y reprend en partie l’exposition présentée au Musée des Beaux-arts du 02 juillet au 03 octobre 2021.

Bibliographie :

Gady (B.) et Trey (J.), La France vue du grand siècle, dessins d’Israël Silvestre (1621-1691), catalogue de l’exposition présentée au Louvre du 15 mars au 25 juin 2018, Paris : Musée du Louvre, 2018.

Grivel (M.), « Éloge d’un « graveur paresseux », Israël Silvestre (1621-1691)» dans « Fort docte aux lettres et en l’architecture » Mélanges en l’honneur de Claude Mignot, Paris : Sorbonne Université presses, 2019, p. 459-513.

 


2 réflexions sur « Israël Silvestre (1621-1691) : les 400 ans de sa naissance. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.