Vertiges d’écriture en Lorraine, une résidence d’auteure associée à la Bibliothèque Stanislas

Une première expérience réussie de résidence en 2019 nous a ouvert la voie à d’autres projets d’accueil d’auteurs. En 2020, la Bibliothèque Stanislas accueille Sophie Loubière, romancière, journaliste, productrice de radio et nancéienne d’origine.

Le point de départ

La Bibliothèque Stanislas occupe une place particulière en tant qu’établissement historique du réseau des Bibliothèques de Nancy. Elle conserve un fonds patrimonial important, constitué d’ouvrages anciens et précieux et de documents reçus au titre du dépôt légal des imprimeurs. Elle constitue aussi un fonds plus spécifique entièrement tourné vers la Lorraine.

La bibliothèque enrichit ce fonds régulièrement depuis plus de deux siècles, mais ce n’est que depuis quelques années qu’elle a développé une politique d’acquisition et de valorisation volontariste tournée vers la création contemporaine des auteurs lorrains, tous
domaines confondus (littérature, bande-dessinée, littérature jeunesse, gravures).

Sophie Loubière est née en Lorraine. Bien qu’elle vive à Paris depuis 1995, elle a gardé un attachement à sa région d’origine que l’on retrouve au détour de ses romans. La Lorraine est parfois le point de départ du récit. Elle glisse des clins d’œil culinaires ou culturels à sa région d’enfance… C’est  parce qu’elle fait vivre la Lorraine que ses livres sont conservés à la bibliothèque.

Espace dédié à la sélection, à l’accueil de la bibliothèque durant toute la résidence.

En 2019, Sophie sollicite la bibliothèque. Elle souhaite développer un projet d’écriture plus introspectif, autour de sa jeunesse et de ses souvenirs à Nancy et en Lorraine. Elle choisit d’être accompagnée dans son projet par le photographe Yves Quemener. Elle souhaite également approcher des éditeurs lorrains pour la publication de deux ouvrages pour la jeunesse.

Séduits par ce projet qui trouve sa place dans les actions de médiation que nous souhaitons mener pour valoriser notre fonds local, nous décidons  de monter un projet de résidence subventionné par la DRAC et la Région Grand Est.

Six mois de résidence et un programme ambitieux

Le format de la résidence s’est rapidement imposé sur un temps long de 6 mois, temps nécessaire au développement du projet d’écriture, mais aussi à un programme très dense d’actions culturelles. Ce dernier a été pensé en lien étroit avec Sophie Loubière pour correspondre à ses souhaits  de rencontres et de partages avec le public.

Le programme s’est finalement articulé autour de plusieurs types d’action :

  • des rencontres avec le public,

Ces rencontres ont pour objectif de faire connaître le travail de l’auteure et ses sujets de prédilection, et de construire un lien entre la romancière et ses lecteurs. Elles sont organisées au sein de la Bibliothèque Stanislas, mais aussi dans les deux bibliothèques de proximité, Mairie-Médiathèque Saint-Pierre et Médiathèque Haut-du-Lièvre, en direction d’un public varié,  allant du milieu scolaire aux adultes.

  • un atelier d’écriture,

Mené au sein de la bibliothèque à destination des adultes, il a réuni une vingtaine de participants. Huit séances leur permettent de travailler sur deux nouvelles, la première s’inspirant d’un souvenir d’enfance, la seconde partant d’un fait divers, technique narrative fréquemment utilisée par Sophie Loubière.  L’atelier a abouti à l’édition d’un petit recueil.

Atelier d’écriture, première séance en novembre, à la bibliothèque. ©Photo Ville de Nancy droits protégés
  • des invitations d’auteurs et artistes,

L’écrivain Serge Joncour, le compositeur Jérôme Lemonnier, ou le photographie Raymond Depardon ont été envisagés pour des rencontres-interviews avec Sophie afin d’éclairer son parcours et ses influences, mais aussi de mener les publics vers d’autres horizons.

  • un évènement : la Nuit de la Lecture

Le théâtre de la Roële, dont a fait partie Sophie dans sa jeunesse, propose une lecture théâtralisée de ses nouvelles, pendant une soirée.

L’auteure, résidant en région parisienne, ne pouvait être présente 6 mois en continu. Nous avons donc choisi une présence en intermittence, d’au moins une semaine par mois.

Et la crise sanitaire est passée par là…

Participant à l’atelier d’écriture ©Photo Ville de Nancy droits protégés

La crise sanitaire a sérieusement mis à mal le programme de la résidence. La fermeture des lieux culturels, l’impossibilité de réunir du public nous ont contraints à renoncer à plusieurs rencontres, à en déplacer d’autres, ou à modifier la forme de certaines actions.

Table ronde La Nouvelle, un genre à remettre en lumière ! , organisée lors du festival 12 000 signes, réunissait Benoît Fourchard, Sophie Loubière et Nicolas Mathieu.

La vidéo à distance a été, comme pour beaucoup d’institutions culturelles, un moyen de remplacer la rencontre physique sur place. Ainsi les ateliers d’écriture, prévus initialement sur 6 séances, ont été en grande partie menés en visio-conférence, et prolongés par 2 séances supplémentaires. La rencontre autour de la nouvelle, programmée avec le Festival 12 000 signes, a eu lieu en direct sur les réseaux sociaux et a ensuite fait l’objet d’un replay sur notre chaîne Youtube.
La durée de la résidence s’est allongée de 3 mois, pour profiter, entre deux confinements des possibilités d’un certain retour à la normale.

Rencontre Du fait divers à la fiction à la Mairie-Médiathèque Saint-Pierre

La crise a également impacté le projet d’écriture de Sophie Loubière ; il était difficile pour elle de se projeter dans une ville masquée, fermée, sans possibilité de déambulations. Elle a finalement réorienté son projet dans une direction différente.

Mais une crise moteur d’innovation

L’impossibilité à rencontrer notre public sur place nous a obligé à tester de nouveaux supports de médiation comme le format vidéo et le direct sur les réseaux sociaux pour un bilan finalement plutôt positif.

La semaine de sensibilisation autour de la dyslexie est un bon exemple de la résilience due à l’épidémie. En effet, nous avions envisagé, lors de l’établissement du programme, une rencontre en présentiel sur une seule journée constituée de plusieurs ateliers et d’un interview-témoignage de Sophie Loubière. Nous aurions accueilli une quarantaine de participants maximum. Ne pouvant organiser l’évènement sur place, nous nous sommes tournés vers des webinaires que nous avons proposés chaque jour pendant une semaine. Nous avons enregistré plusieurs centaines d’inscriptions, venues de toute la France et même de l’étranger, ce qui aurait été impossible en format traditionnel. Les vidéos sont aujourd’hui encore visibles sur notre page Youtube et continuent à toucher un public.

Webinaire “Dyslexie et bibliothèque, collections et services adaptés”, animé par Stéphanie Renaud et Emilie Brasseur, chargées des publics handicapés à la Médiathèque Manufacture.

Les retours du public, très positifs et nombreux, ont été comme une révélation pour Sophie Loubière qui a témoigné de son histoire de dyslexique. Elle a donc décidé d’écrire un livre de témoignage sur cet aspect de sa vie de romancière.

D’abord conçu comme un outil de communication, le blog Vertiges d’écriture en Lorraine  a fait plus que partager un programme culturel : il a également permis de garder le lien entre les publics et l’auteure, tout au long de la résidence confinée. Sophie Loubière et les bibliothécaires ont ainsi proposé des recommandations, des extraits de textes, des lectures. L’ensemble des nouvelles écrites par les participants à l’atelier d’écriture a été publié sur ce blog.

Le blog Vertiges d’écriture en Lorraine.

Ce blog restera accessible quelques années, pour témoigner de l’histoire de cette résidence.

La situation sanitaire nous a contraint à réviser sans cesse la programmation. Pour autant, les actions que nous avons pu mener ont trouvé leur public. La dynamique territoriale  qui s’est développée autour de l’accueil d’une romancière originaire de Lorraine a été réelle, en témoignent la couverture presse et radio et l’augmentation des prêts de titres de l’auteure à la bibliothèque.

Accueillir des auteurs en résidence dont les écrits sont conservés dans le fonds local donne de la visibilité à nos missions et nous engage à long terme dans une relation de coopération avec eux, ce qui nous permet d’enrichir notre fonds avec les ouvrages qui ne sont plus commercialisés ou même leurs archives.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.