Lefred Thouron, l’actualité sur le vif : les dessinateurs de presse et de bande dessinée contemporains (3/3)

Plusieurs dessins originaux et estampes sont venus rejoindre la collection de la Bibliothèque Stanislas. Dans la lignée des acquisitions réalisées auprès d’André Faber, Romain Dutreix, Jochen Gerner puis Frédéric Boilet, nous avons poursuivi notre démarche avec les  dessins de presse du nancéien Lefred Thouron.

Lefred Thouron, dessinateur de presse

Résumer le parcours de Lefred Thouron s’avère difficile et à coup sûr réducteur. Il commence très jeune avec ses pairs dans des fanzines et journaux satiriques nancéiens créés et conçus par eux : Marengo, Santiag, ou encore Le Lorgnon. Puis il frappe aux portes des rédactions parisiennes et collabore avec plusieurs journaux satiriques comme Hara-Kiri (1984), La grosse Bertha, Charlie Hebdo, mais aussi avec la presse d’information quotidienne et hebdomadaire, L’événement du jeudi, 7 à Paris, Libération, pour ne citer que ces titres. Il fait ensuite son entrée à Fluide Glacial, Le Canard Enchaîné et L’Équipe Magazine. La plupart de ses dessins sont aussi publiés dans une vingtaine d’albums aux titres les plus divers, tels que : Bernadette priez pour nous (2004), Coloscopie de la France au xxie siècle (2009), ou encore, Le football n’est plus ce qu’il est (2015). Lefred Thouron intervient également occasionnellement en tant que scénariste : avec Yan Lindingre pour Les carottes sont crues (2004), Diego Aranega  pour  Casiers judiciaires (2008).  Pour  Devenir riche sans effort ! Avec la méthode du célèbre Professeur Kervern (2016) de Gustave Kervern, il est exclusivement illustrateur.

Lefred Thouron par Gérard Viry-Babel

Le dessin de presse et sa postérité

La première étape a consisté à rencontrer Lefred Thouron. Ce dernier s’est d’abord montré réservé quant à notre démarche de conservation. En effet, le dessin de presse, selon lui, perd vite de son sens s’il est sorti de son contexte et des évènements socio-économiques de son élaboration. En tant que bibliothécaire dans un établissement de conservation, notre point de vue est différent pour plusieurs raisons. En premier lieu, cette acquisition serait étayée par un entretien avec le dessinateur. Cette démarche se justifiait pour comprendre son travail. Comment, en effet, un dessinateur de presse publié dans plusieurs journaux pendant de longues années, parvient continuellement à trouver l’inspiration ? Comment sélectionner l’actualité, avec quels outils pour faire réagir, ou rire selon le contexte ?

Acquérir des dessins de presse nous permet de mener des actions de médiation et d’offrir au public une approche différente d’une situation historique donnée1. En effet, consulter en 2022, plus d’un siècle après leur parution,  des journaux satiriques tels que Le Cri de Nancy n’est pas dénué de sens. Nous y reconnaissons des faits ou personnages ayant marqué leur époque, nous sommes face à des dessins satiriques ou des caricatures certes datés mais réellement évocateurs d’une actualité, d’un contexte politique ou de faits défrayant la chronique et matière à controverse tels que l’affaire Dreyfus. Autrement dit, l’intérêt documentaire de cette acquisition s’ajoute à l’idée de compléter notre collection locale et contemporaine.

Après un temps de réflexion, Lefred Thouron a proposé un ensemble de dessins relatifs à la crise sanitaire générée par la COVID qui, selon lui, marquera les esprits sur le long terme. Ce premier ensemble de pièces originales comporte 14 éléments pour le Canard enchaîné, et 2 pour l’hebdomadaire local La Semaine : des notes, des brouillons, des dessins au feutre noir, des épreuves scannées non nettoyées puis définitives. L’acquisition en a été réalisée avec le soutien du Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition des Bibliothèques, structure co-financée par la Région Grand-Est et l’État (Direction Régionale des Affaires Culturelles).

Une sélection plus large

Cette sélection avait du sens mais demeurait réductrice par rapport à ses nombreuses collaborations avec la presse. En plus des 14 dessins achetés, une trentaine de pièces supplémentaires réalisées pour Fluide Glacial et L’Équipe Magazine –brouillons, notes, esquisses, dessins et planches, ont été généreusement offertes par le dessinateur. Cela constitue un ensemble cohérent et représentatif des titres de presse pour lesquels il a fourni le plus de dessins. Lefred Thouron a en effet conçu  une planche pour le magazine hebdomadaire de l’Équipe entre 1988 et 2017. Il participe tous les mois et tous les trimestres à Fluide Glacial depuis 1998. Il contribue aussi systématiquement au Canard Enchaîné depuis 1994 avec 4 à 6 dessins par semaine. Cela représente les dessins publiés, le travail nécessaire en amont s’avérant souvent plus conséquent encore.

Avec un trait précis, rapide, un style bien à lui et une dérision sans pareil, Lefred Thouron manie depuis des années l’actualité sociale et politique de manière simple et sarcastique. 

Le dessin de presse  : une inspiration du quotidien

Ce rapide passage en revue du parcours de Lefred Thouron amène à se demander comment, en 2022, l’inspiration continue d’être suffisante pour dessiner au gré de l’actualité et de la ligne éditoriale des journaux pour lesquels il travaille. Différents réflexes et supports permettent de saisir idées et situations. L’information tient une place essentielle. Mais pas seulement : l’observation des scènes du quotidien, des dialogues entendus, des quiproquos pouvant prêter à rire sont comme des réflexes. Allié du dessinateur, le carnet de notes :  une idée vient, il note, voire élabore un premier croquis en disposant ses cases et ses personnages très esquissés. Les dialogues s’ébauchent, ils seront peaufinés ensuite.

Nous avons pris le temps, au cours d’un entretien enregistré, de nous pencher sur la façon dont travaille Lefred Thouron.

“Je me balade toujours à peu près avec un carnet comme celui-ci, parce que je ne suis pas trop porté sur la prise de notes par téléphone, ça m’enquiquine. Je peux avoir des croquis comme ça sur des dos de facturette si je n’ai pas le carnet sous la main. Et puis quand je suis à la maison, au bureau, les trucs viennent au fur et à mesure sur des carnets de note, ils sont dévolus à ça, uniquement à ça.”

Voir ces documents est intéressant et aide à comprendre cette réactivité au moindre détail et cet à propos pour retranscrire des moments décalés en si peu de cases et de dialogues.

Ich bin gland, planche originale retouchée. Feutre noir et aquarelle, format A3, Fluide Glacial, octobre 2008

“On lit la presse et on s’informe. Que ça soit de la politique, de l’économie, du social ou du sport, c’est exactement pareil. Simplement, si on met le cul sur le tabouret sans avoir rien préparé, ça va être un peu plus difficile que si on a passé la semaine à emmagasiner des choses. Évidemment, avec les années, y’a un peu d’intuition, y’a un peu de pif, y’a un peu de bol aussi des fois.”

Les personnages

Les traits et expressions que Lefred Thouron attribue à ses personnages sont reconnaissables. Qu’il s’agisse de personnalités de la sphère politique ou de citoyens lambdas, les façons de les caractériser demeurent, et les dialogues fusent, les mots ont leur importance. Enfin, la chute : sur un strip de trois ou quatre cases (Le Canard Enchaîné), ou sur un dessin unique, la méthode diffère. Dans le premier cas, la dernière case est celle de la consternation ou du rire quant à la réaction des personnages. Dans le second, le titre est primordial, et de là découle le reste.

Pour Fluide Glacial, dans le cas d’une page complète,  le quotidien observé est le point de départ. La mise en couleurs reste discrète, l’interaction entre personnages prédomine. Le contexte décalé, les personnages excessifs mais convaincus créent une situation cocasse et consternante. La réalité de la vie est toujours proche de ces scènes du quotidien.

Pour l’Équipe magazine, les coulisses du sport ou les scandales ont constitué un terrain d’idées. Le domaine est complexe, les polémiques monnaie courante.

Le Marathon de Paris, dessin original au feutre noir pour l’Équipe Magazine n°533, non daté

“Le Marathon de Paris, c’est un des marronniers. C’est à dire que tous les ans, Marathon, Jeux olympiques, si on veut évoquer les faits sportifs, on est vite limité. Donc ce sont les à côtés qui sont intéressants. Et les à côtés, c’est Paris est dégueulasse. Mais le dessin doit dater d’une époque où il y avait une polémique sur les motocrottes, donc ça tombe là-dessus. Après, je me souviens avoir fait des choses un peu plus … euh, sur les Kenyans, leurs prédispositions, c’est des mecs archicamés, 42 kilomètres en 2 heures en restant frais, faut pas rigoler ! Et pareil pour le Tour de France. Alors que les journalistes en savaient bien plus que moi, ils étaient au cœur du truc. Je ne veux pas dire que j’étais là pour dire des choses à leur place, mais j’étais presque un alibi. C’est à dire que moi j’y allais franco sur le dopage.”

Êtes-vous considéré ou vous considérez-vous comme un journaliste ?

“Je ne sais pas. La carte de presse en donne le statut. Elle permet surtout l’accès gratuit aux musées. Mais je me sens plus observateur que journaliste, plus journaliste qu’artiste. Et ainsi de suite…”

Du carnet de notes au dessin.

Est-ce que vous vous bloquez des jours particuliers pour réfléchir ?

” Il y a une discipline imposée par le jour de bouclage. Au Canard, on rend les dessins le lundi soir. Exceptionnellement en cas de grosse actualité, il y a un rattrapage possible le mardi matin à l’imprimerie, jusqu’à 13 ou 14 heures. Les pages partent à l’impression au fur et à mesure, d’abord les pages culturelles, puis les informations générales, puis la page 2 et enfin la 8 et la une. Évidemment, tout se fait dans une excitation croissante, et un dessin qui arrive très tard en envoie fatalement un autre à la poubelle puisqu’on ne peut plus tout casser ni reprendre. Donc pour être prêt le lundi, il faut allumer la chaudière le vendredi. Pour L’Équipe Magazine, j’envoyais ma page le mardi matin pour qu’elle paraisse le samedi suivant. Avec là encore, possibilité d’en changer jusqu’au mercredi, grâce à Internet.”

La personnalité de Lefred Thouron semble nourrir les dessins et les choix qu’il opère pour traiter des différents sujets. On est étonnés, on rit – ou pas- on réfléchit, et c’est là sans doute l’effet escompté. La bibliothèque Stanislas compte désormais dans ses collections une belle série de cet artiste, nancéien attaché à ses origines tout en travaillant à l’échelon national.

Affiche de Dylan Pelot pour “Les grands succès du cinéma introuvable”, 2014 (avec Lefred Thouron et Yan Lindingre)


Citer ce billet
laurence dupeyron (2022, 21 décembre). Lefred Thouron, l’actualité sur le vif : les dessinateurs de presse et de bande dessinée contemporains (3/3). Épitomé. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oh3p

  1. En 2015, un livret pédagogique constitué d’après le contenu de nos collections intitulé La caricature de presse, rire, réagir, réfléchir, a été édité suite à l’attentat du 7 janvier 2015 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.