Une classe en résidence à la bibliothèque

En janvier 2022, la Bibliothèque a accueilli une classe de CM2 en résidence. L’occasion pour une vingtaine d’élèves d’investir le bâtiment et de découvrir le patrimoine écrit tout en travaillant sur une thématique riche et transversale : le voyage.

Contexte

La Bibliothèque Stanislas accueille en moyenne une quinzaine de classes par an, de l’école primaire au lycée, lors de parcours d’1h30 maximum. L’objectif de ces accueils est de donner aux élèves un accès au patrimoine écrit, à l’histoire du livre mais aussi à l’histoire de leur ville et de leur région.

En septembre 2021, le rectorat et la Délégation Académique à l’Action Culturelle nous soufflent l’idée d’accueillir une classe d’école primaire en résidence sur une période plus longue, comme le font déjà d’autres structures culturelles.

Défi relevé, nous proposons à une classe de CM2 du quartier de Beauregard à Nancy, quartier prioritaire éloigné de la bibliothèque, de venir passer une semaine complète dans nos murs.

Déroulement

La classe est installée dans la salle de consultation patrimoniale.

Le programme de la semaine est conçu en étroite collaboration avec l’enseignante, Mme Delphine Muller-Derhé, plusieurs semaines en amont de la résidence. Nous choisissons de placer cet accueil sous la thématique du voyage. Ce thème, exploité par les élèves dans le cadre d’un projet plus large, permet de montrer des documents patrimoniaux variés et représentatifs de nos collections. Il s’agit également d’un thème suffisamment transversal pour construire des ponts entre différentes disciplines.

Il est convenu dès la préparation du projet qu’il s’articulerait en trois temps : la classe aura des temps d’enseignement « classiques », des moments d’accueil consacrés à la découverte de la bibliothèque et de ses collections, ainsi que des ateliers avec des intervenants extérieurs.

Nous faisons donc appel à deux intervenants pendant la semaine pour enrichir le propos :

  • Katia Mourer, artiste plasticienne, propose de travailler avec les élèves à la réalisation d’une carte imaginaire,
  • Bruno Ricci, comédien, donne aux élèves l’opportunité d’apprendre à oraliser un texte.

Concernant la découverte du patrimoine écrit, la thématique du voyage est abordée à travers 3 aspects : l’histoire de la cartographie, le récit de voyage et les livres d’artiste.

La carte imaginaire réalisée par tous les élèves et Katia Mourer pendant la semaine, représente un lieu imaginaire qu’ils ont nommé “l’Archipel de Beauregard”.

La première journée est dédiée à la découverte du lieu. La semaine commençant un lundi, jour de fermeture de la bibliothèque, l’accueil se fait de manière ludique et relativement libre : une visite par petits groupes, une présentation de plusieurs documents représentatifs de nos collections pour finir par un mini jeu de piste dans les différents espaces du bâtiment du XVIIIe siècle. L’objectif est de permettre aux élèves de découvrir et comprendre les lieux dans lesquels ils vont passer une semaine, de se repérer dans les espaces et d’en prendre possession. Pari réussi, les élèves ont très vite été à l’aise pour circuler et se repérer dans ce grand bâtiment ancien.

Les trois autres jours de la semaine sont partagés entre ateliers d’expression artistique, enseignements traditionnels et découverte des collections de la bibliothèque. Cela permet de travailler en groupes de 5 à 10 élèves maximum, favorisant les échanges et la participation de tous.

Les différents ateliers se répondent souvent : les enseignements fondamentaux sont préparés en lien avec la thématique du voyage, les découvertes de livres anciens viennent enrichir le vocabulaire plastique proposé par l’artiste pour la création de la carte.

Atelier d’arts plastiques

Un espace dédié en salle patrimoniale

Une classe en résidence, une semaine complète, est un accueil qui peut s’avérer lourd à prendre en charge. Si nos espaces de travail sont conçus pour des publics étudiants, lycéens ou enseignants, ils le sont moins pour des classes de primaire. Il faut donc s’adapter et anticiper les aspects logistiques : transports quotidiens, cantine, récréations.

 

Pour l’occasion, nous réservons la salle patrimoniale aux élèves afin qu’ils puissent s’y installer comme s’il s’agissait de leur propre salle de classe : les écoliers y laissent chaque soir une partie de leurs affaires, des paper-boards pallient l’absence de tableau blanc. Les collègues de la section jeunesse de la médiathèque ont préparé une sélection d’ouvrages, albums, documentaires et bandes dessinées, sur la thématique du voyage ; sélection installée dans un coin de la salle à la manière des BCD de classe. La ludothèque est également partie prenante, en sélectionnant plusieurs jeux sur la thématique. La salle patrimoniale est donc divisée en plusieurs petits espaces : espace de travail, espace de jeux et de détente, espace d’arts plastiques.

La salle de l’Académie, aimablement prêtée par l’Académie de Stanislas, permet d’ajouter un espace supplémentaire d’activités précieux pour travailler en petits groupes. Du fait de son acoustique, eIle sert particulièrement à l’atelier d’oralisation mené par Bruno Ricci.

Atelier d’oralisation dans la salle de l’Académie de Stanislas

Les récréations ont lieu dans la cour de la bibliothèque ; les élèves mangent chaque midi au restaurant universitaire situé à quelques centaines de mètres.

Un film témoignage

Afin de garder une trace pour les élèves mais aussi pour l’institution, nous capturons sons et images des ateliers à différents moments de la semaine. Le dernier jour, nous prenons le temps d’une restitution de l’atelier d’oralisation. Ce moment privilégié rend compte aux élèves du chemin parcouru durant toute la semaine.

Captation vidéo de la résidence

Conclusion

Les premiers retours des élèves et de l’enseignante ont été très positifs. Ils ont tout particulièrement apprécié l’immersion d’une semaine dans un lieu très différent de la classe. Les élèves ont globalement bien participé et sont apparus très rapidement à l’aise à la bibliothèque.

Les différents temps pédagogiques (découverte du patrimoine, ateliers et enseignements classiques) étaient bien articulés. Les contenus se répondaient bien, et avaient une bonne cohérence sur la semaine.

En accueillant une classe sur un temps long, nos pratiques internes ont été questionnées. Le bâtiment s’est prêté à un accueil de cette envergure. Les publics ont cohabité sans se gêner vraiment. Si le temps de préparation et d’investissement a été conséquent pour nous, celui-ci pourra être réinvesti dans une déclinaison de la résidence en parcours inscrit dans la programmation scolaire.

Le bilan réalisé avec les élèves, en présence du maire de Nancy et du recteur d’académie, a montré que cette expérience s’était révélée à la fois enrichissante et marquante dans leur cursus scolaire, en entremêlant la vie de la classe et celle de l’institution culturelle.

La classe quittant la salle de lecture.


Citer ce billet
celhuillier (2022, 19 avril). Une classe en résidence à la bibliothèque. Épitomé. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oh3j

Une réflexion sur « Une classe en résidence à la bibliothèque »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.