Vue du corps de bâtiment en travaux

Une bibliothèque moderne : les travaux de 1932

Saviez-vous que la salle des boiseries de la Bibliothèque Stanislas n’a pas toujours été la salle de lecture ? C’est entre 1930 et 1932 qu’a eu lieu l’aménagement qui prévaut encore de nos jours.

Sous la pression du public

Depuis l’ouverture de la bibliothèque municipale en 1803, les usagers étaient reçus dans une petite salle de lecture d’une vingtaine de places située au premier étage, à l’entrée de la salle des boiseries. La salle des boiseries elle-même était fermée au public, sinon pour des visites de type muséal, car elle servait de magasin principal de livres. Ceux-ci étaient issus des bibliothèques de maisons religieuses confisquées pendant la Révolution française, ainsi que des dons et des acquisitions courantes réalisées tout au long du XIXe siècle.

Vue de la salle des boiseries avant 1932
Vue de la salle des boiseries avant 1932

La création d’une université à Nancy (1850) puis l’arrivée massive de réfugiés alsaciens-mosellans entre 1871 et 1873 transforment le paysage intellectuel local : il y a désormais davantage de « travailleurs du savoir » qui ont besoin à la fois de documentation actualisée et d’un lieu d’étude. La bibliothèque publique, tout indiquée pour jouer ce rôle, s’adapte une première fois en aménageant en rez-de-chaussée la grande salle polyvalente (ayant servi pour des meetings politiques ou des banquets républicains) en salle de lecture dotée d’une centaine de places et d’un éclairage au gaz.

Dès 1909, les locaux sont qualifiés de trop exigus. Un rapport de l’inspection préconise l’installation dans la salle des boiseries de rayonnages en fer pour créer des linéaires supplémentaires. La fréquentation de la salle de lecture est saturée pratiquement chaque jour durant l’année universitaire, car la bibliothèque s’ouvre progressivement aux enseignantes et enseignants des premier et second degrés, des écoles professionnelles, mais aussi aux élus et à une quantité toujours plus importante de professions juridiques, administratives et de services.

Une bibliothèque provinciale mais moderne

C’est en 1929 que le comité de surveillance et d’acquisition de la bibliothèque soumet à la municipalité, sa tutelle, un projet audacieux de réaménagement qui est finalement accepté et mis en œuvre. Deux ans durant, les collections sont tout d’abord déménagées, puis les locaux entrent dans les phases de travaux les plus importantes jamais connues.

Vue de la salle des boiseries avec le sol en béton armé
Pose du sol en béton armé dans la salle des boiseries (1930)

La salle des boiseries devient la salle de lecture principale, dotée de 160 places. On lui adjoint une « salle des travailleurs » de 60 places, ouverte seulement en 1934 dans la salle conservant le buste du roi Stanislas. Les armoires et la corniche sont rénovées pour accueillir un éclairage électrique. Le sol est démoli pour la pose d’un plancher en béton armé qui sera aussi le plafond du niveau inférieur, et un tapis de caoutchouc de 5 mm est déroulé pour assurer le confort auditif des utilisateurs.

Un vestiaire vide
Vue du vestiaire aménagé en 1932

Aile Dombasle, une estrade est prévue pour la présidence de salle et l’accès aux nécessités logistiques : monte-livres électrique, monte-charges, escalier de fer. Au premier étage de l’aile Visitation, à droite de l’escalier, sont localisés un vestiaire et des commodités d’une capacité suffisante pour le public attendu.

La salle du rez-de-chaussée devient le magasin à livres principal, d’une capacité estimée alors à 6 km linéaires ou 200 000 ouvrages. Le système retenu est celui de rayonnages Lipman à tablettes mobiles formant ossature, un plancher métallique garni de dalles de verre auto-porté séparant les deux niveaux de magasin. La desserte en est assurée par un escalier situé à chaque extrémité de la structure, l’un menant directement à la salle de lecture.

Publicité pour les rayonnages Lipman
Bibliothèques : organisation, technique, outillage : [exposition présentée au Palais du Trocadéro dans le cadre de l’Exposition internationale des arts et techniques Paris 1937 / introd. de Julien Cain, Paris : Ed. Denoël, 1938, p. 76.

D’autres aménagements sont réalisés les mois suivants : un accueil / salle des catalogues à la sortie de l’escalier, des rayonnages métalliques dans les combles pour accueillir les collections de périodiques, l’installation du chauffage central dans l’ensemble du bâtiment et de sanitaires pour le personnel, ainsi que de 8 postes téléphoniques permettant au personnel de communiquer d’un étage à l’autre. Le conservateur fait aménager entièrement son bureau dans le goût Art déco.

Bureau du conservateur
Jean Colin, conservateur de la bibliothèque, dans son bureau Art déco.

Au chapitre des innovations techniques non suivies, on trouve des discussions à propos d’un appareil de reproduction des livres et manuscrits et d’une armoire de désinfection des livres.

Publicité pour appareil de désinfection
Bibliothèques : organisation, technique, outillage : [exposition présentée au Palais du Trocadéro dans le cadre de l’]Exposition internationale des arts et techniques Paris 1937 / introd. de Julien Cain, Paris : Ed. Denoël, 1938, p. 72.

Premiers retours publics

Un inévitable lot d’aléas accompagne les deux années de travaux. Un service de prêt provisoire est prévu dans la salle de l’Académie de Stanislas, totalement insuffisant par rapport aux besoins. L’installation du chauffage central, s’il supprime le danger des feux de cheminée, occasionne tant de fuites et de pannes successives que l’on renonce, par prudence, à le faire passer pour l’instant dans la réserve précieuse, de même que l’électricité. Des portes blindées coupe-feu seront par ailleurs montées à certains endroits judicieux afin d’enclore et limiter le risque d’incendie.

Néanmoins, la bibliothèque rouvre en janvier 1932. Le 15 janvier, le maire de Nancy, Marie-Joseph Malval (1866-1933), conduit avec le conservateur Jean Colin une visite inaugurale pour la presse et les officiels, au cours de laquelle le recteur, Louis Bruntz (1877-1944), souligne l’immense service rendu à la communauté universitaire par cette complète transformation du service municipal, alors même que la première pierre de la nouvelle bibliothèque universitaire sera posée en novembre de la même année par le président de la République Albert Lebrun.

L’ouverture au public a lieu le 28 janvier 1932. L’accès est toujours gratuit. L’accent promotionnel est mis sur le chauffage et l’éclairage des lieux, ainsi que la mise à disposition de nouveautés. Les horaires d’ouverture courent de 9 à 22 h, avec un service réduit entre 20 et 22 h aux usuels ou aux documents préalablement commandés par les lecteurs.

Une salle de lecture pleine de lectrices et lecteurs
La foule se presse à la bibliothèque pour sa réouverture.

Avec une ironie affectueuse, André Gain (1897-1977), titulaire de la chaire d’histoire de l’Est de la France à l’université, détaille dans Les Annales de l’Est le luxe de la nouveauté, les « splendeurs étincelantes » du vestiaire où l’on « sert à goûter », des sanitaires à gâter « un empereur romain », le « passage en chicanes » des lecteurs dans la salle des catalogues, et « l’enclos réservé à la science » constitué par la petite salle de lecture surveillée par un Stanislas « hautain, à la lippe dédaigneuse ».

Cette bibliothèque de 1933 est celle que personnel et public de la bibliothèque connaissent encore aujourd’hui. Les boiseries ont été restaurées en 2005. Des travaux d’adaptation aux usages du numérique et une petite salle de formation ont été réalisés en 2015. Deux siècles et demi après sa construction, près d’un siècle après son dernier chantier majeur de modernisation, le bâtiment répond toujours grosso modo aux attentes de son public habituel. Mais il commence à accuser son âge, et une réhabilitation plus globale sera bientôt nécessaire, prélude probable à une réflexion sur son positionnement et son ouverture dans la ville.

Voir le portfolio complet des travaux de 1930 à 1932 sur Limédia Galeries.

Sources

– Gutton et Maire E., Les Origines de la Bibliothèque de la Ville de Nancy, tapuscrit, Nancy, 15 janvier 1932., 7 fol.

– L. G., « Visite inaugurale de la nouvelle Bibliothèque de la ville de Nancy », L’Est républicain, Nancy, 16 janvier 1932, p. 3.

« Les transformations de la Bibliothèque de Nancy : historique des différents projets », L’Est républicain, Nancy, 21 janvier 1932.

« Demain jeudi la bibliothèque publique rouvrira ses portes », L’Est républicain, Nancy, 27 janvier 1932, p. 3.

– Gain André, « Nos bibliothèques », Annales de l’Est, 1934, p. 126.



Citer ce billet
Claire Haquet (2022, 20 avril). Une bibliothèque moderne : les travaux de 1932. Épitomé. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oh3k

Une réflexion sur « Une bibliothèque moderne : les travaux de 1932 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.